Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 8 – Acte 5

***

Chapitre 5 : Acte 5

***

Chapitre 5 : Acte 5

Partie 1

Gashina était le territoire où, environ un mois plus tôt, le Clan du Loup avait livré une bataille féroce contre les forces alliées des clans de la panthère et de l’éclair.

Le Clan du Loup avait déployé 12 000 soldats contre les 18 000 combinés des Clans de la Panthère et de la Foudre. Ce fut une grande bataille à une échelle plus grande que jamais dans l’histoire d’Yggdrasil, et elle s’était terminée par la défaite de l’armée du Clan du Loup, qui avait fui, ayant perdu la bataille et Yuuto, leur commandant en chef.

Cela dit, pendant la première moitié de la bataille, le Clan du Loup avait gagné. La série d’engagements avait été tout aussi éprouvante pour les clans de la Panthère et de la Foudre, et leurs pertes importantes.

Ils avaient donc choisi de garder leurs armées au Fort de Gashina comme base d’attache, afin de reposer leurs soldats et de leur redonner santé et moral.

C’était maintenant pleinement accompli. Tout était fait : Les enterrements et les rites funéraires pour les morts, le traitement des blessures, le renvoi chez eux de ceux qui étaient trop blessés, et la reconstitution des rangs et des stocks de nourriture.

Après un mois, tous les préparatifs étaient en ordre, il ne restait plus qu’à attendre l’ordre de reprise de l’invasion.

« Donc, conformément au plan initial, nous, du Clan de la Foudre, attaquerons vers l’est, et les forces du Clan de la Panthère de l’Oncle prendront le nord. Est-ce que tout cela est correct ? » Þjálfi, l’assistant du commandant en second du Clan de la Foudre, avait indiqué l’emplacement approprié de la carte étalée sur le bureau devant lui.

En contraste avec son cadre anormalement grand, cet homme avait un œil aiguisé pour les petits détails et était habile à prêter attention aux préoccupations de ceux qui l’entouraient. C’est pourquoi il agissait à la place de son patriarche Steinþórr pour s’occuper de l’organisation des troupes et superviser lui-même la gestion de leur approvisionnement. Il était le type d’homme qui accomplissait de grandes choses dans les coulisses.

Les clans avaient décidé du jour adéquat pour leur attaque en se basant sur les rites de voyance de Sigyn, la sorcière de Miðgarðr, qui avait étudié les fissures dans une carapace de tortue chauffée. C’était leur dernière réunion de planification dans la cour de la forteresse, pour confirmer les détails une dernière fois.

Comme toujours, Steinþórr avait dit : « Je ne me soucie pas des détails » et il avait laissé son subordonné le remplacer dans les négociations.

« Je n’ai pas d’objection, » déclara le patriarche du Clan de la Panthère, Hveðrungr, d’un ton laconique, semblant un peu contrarié.

Il est clair que l’homme voulait vraiment envahir Iárnviðr.

En fait, au début, il avait élaboré un plan dans lequel il était celui qui devait accompagner le Clan de la Foudre pour attaquer vers l’est — en d’autres termes, dans le territoire du Clan du Loup vers leur capitale, Iárnviðr.

Cependant, du point de vue du Clan de la Panthère dans son ensemble, il y avait trop peu de mérite à cela.

Le territoire du Clan de la Panthère s’étendait déjà dans une grande partie de la région de Miðgarðr jusqu’à la côte et à l’ouest d’Álfheimr. Même si le Clan de la Panthère devait conquérir la patrie du Clan du Loup dans la partie ouest de la région de Bifröst, ce serait un territoire détaché, séparé du reste de ce qu’ils contrôlaient, et très difficile à administrer ou à défendre.

Dans ce cas, l’option la plus réaliste était que le Clan de la Foudre conquière son voisin de l’Est et étende considérablement son territoire, et que le Clan de la Panthère reçoive de grandes quantités de nourriture, de fournitures, d’objets de valeur et autres, en compensation de son aide et de sa coopération dans la guerre. C’était le scénario le plus probable qui se produirait.

Certes, ce serait un prix énorme en termes de richesse. Mais à l’intérieur d’Iárnviðr se trouvait une montagne d’objets en verre extrêmement précieux, ainsi qu’une véritable montagne d’inventions et de connaissances introduites par Yuuto, encore inconnues mêmes de Hveðrungr. Comparé à cette richesse potentielle de connaissances, le paiement du tribut semblait être une somme dérisoire.

En plus de gagner tout cela pour eux-mêmes, le Clan de la Foudre étendrait ainsi considérablement son territoire, son pouvoir et sa population, ce qui ne plaisait pas du tout à Hveðrungr.

Maintenant que son ennemi juré Yuuto était banni dans un endroit inaccessible, les flammes dans le cœur de Hveðrungr s’étaient refroidies, et il ne ressentait plus le même sentiment d’obsession envers le Clan du Loup qu’auparavant.

Et donc Hveðrungr avait décidé de donner la priorité à ce qui était rentable, et avait choisi de suivre un plan où il attaquait vers le nord — dans le territoire du Clan de la Corne, qui partageait actuellement une frontière avec le Clan de la Panthère.

« Cependant. » Hveðrungr avait jeté un regard furieux à Þjálfi.

La lumière vive de ses yeux aurait transpercé un soldat moyen et l’aurait fait trembler, mais Þjálfi était un vétéran chevronné, un guerrier connu sous le nom de Járnglófi, le Gant de Fer.

Þjálfi avait rencontré le regard de Hveðrungr de face et l’avait reconnu d’un signe de tête. « Je comprends. Félicia la Louve Sage et la maître artisane Ingrid, doivent être capturées et gardées en vie, oui ? »

« En effet. Vous me les remettrez sans faute. C’est mon prix pour toute l’aide que nous vous avons apportée. »

Félicia avait été la petite sœur bien-aimée de Hveðrungr dans son ancienne vie de Loptr, et même maintenant, elle était son seul parent survivant.

Il voulait désespérément la récupérer et la ramener à ses côtés.

Et puis il y avait le maître artisan, la fille Ingrid.

Lorsqu’il s’agissait de développer les différentes armes et outils du Clan du Loup, le patriarche Yuuto était celui qui avait été le plus publiquement félicité pour tout cela, mais Hveðrungr soupçonnait que c’était en fait Ingrid qui avait tout fabriqué. Sa position élevée dans les rangs du Clan du Loup permettait également de tirer cette conclusion.

En d’autres termes, si Hveðrungr pouvait mettre la main sur elle, il pourrait avoir les technologies du Clan du Loup pour lui-même.

Elle était un trésor vivant.

Hveðrungr n’était capable de faire cette analyse que grâce à sa connaissance approfondie des affaires domestiques du Clan du Loup. Si par hasard le Clan de la Foudre se rendait compte de l’importance d’Ingrid, il ne serait sûrement pas aussi empressé d’accepter de la capturer et de la lui donner.

L’époque actuelle était tel que normalement, on ne pouvait connaître que très peu de détails sur les rouages d’une autre nation. Ainsi, pour le Clan de la Foudre, Ingrid n’était qu’un « forgeron de grand talent » et rien de plus.

« Bien sûr, nous n’avons aucune envie d’affronter le Clan de la Corne pour le moment, » dit Þjálfi. « Notre dernière bataille nous a laissé une impression durable, vous voyez. Votre prix est donc une bonne affaire pour nous. »

La phrase de Þjálfi « une impression durable » faisait probablement référence au moment où Sigrun avait ramené du Clan de la Foudre une force dissidente de soldats au Fort de Gashina.

Le fait que la forteresse dont ils s’étaient emparés leur ait été à nouveau enlevée avait brisé le moral du Clan de la Foudre, qui avait failli s’effondrer à cause de cette perte de moral.

Heureusement, Steinþórr avait pris la position de mener l’arrière-garde pendant qu’ils se retiraient, gardant les pertes faibles, mais pour Þjálfi, cela avait été une expérience glaçante.

Si le Clan de la Foudre mettait toute sa force militaire dans la destruction du Clan du Loup, cela signifiait nécessairement qu’il laisserait sa frontière avec le Clan de la Corne faiblement défendue.

Et donc, si le Clan de la Corne devait pousser au-delà de la frontière et harceler le territoire du Clan de la Foudre, ce serait exactement comme ce qui s’était passé avec la forteresse. Si leurs terres étaient attaquées, les hommes ne seraient pas en mesure de se soucier de la capture d’Iárnviðr.

L’invasion du Clan de la Corne par Hveðrungr avait servi à éliminer cette crainte pour le Clan de la Foudre, et c’était donc la proposition parfaite pour eux.

« Alors c’est bon, » dit Hveðrungr brièvement. « Y a-t-il autre chose dont le Clan de la Foudre veut s’assurer auprès de moi ? »

« Non, monsieur, rien. »

« Je vois. Alors je vais prendre congé pour me reposer en vue de l’avancée de demain. »

« Oui, monsieur. Que vous vous en sortiez bien au combat ! »

« Vous aussi. » Avec un simple hochement de tête, Hveðrungr s’était retourné, son manteau prenant momentanément le vent dans un geste, et il avait rapidement quitté la pièce.

À chaque pas qu’il faisait, les coins de la bouche de Hveðrungr se tordaient en un rictus de plus en plus menaçant. Les flammes de la vengeance en lui s’étaient affaiblies. Mais elles n’avaient pas complètement disparu.

« Héhé… J’ai entendu dire que le patriarche du Clan de la Corne, Linéa, avait reçu beaucoup d’attention particulière de la part de Yuuto en tant que sa chère petite sœur. Je vais m’assurer de satisfaire un peu ma rancune en la torturant longtemps et bien. »

Un messager avait apporté la nouvelle du début d’une nouvelle guerre à Linéa, juste au moment où elle terminait sa pause de midi et retournait à son bureau pour son travail de l’après-midi.

« Je… J’ai des nouvelles à vous annoncer ! Les forces du Clan de la Panthère stationnées au Fort de Gashina ont commencé leur marche vers le nord, et ont commencé une invasion ! Leur nombre est estimé à environ dix mille personnes ! »

Linéa était le patriarche du Clan de la Corne, et sa nation contrôlait les terres fertiles entre les rivières Körmt et Örmt.

C’était une jeune fille au physique délicat, mais même Yuuto plaçait toute son estime et sa confiance dans ses compétences en matière d’administration et de gouvernance.

« Ils ont finalement commencé, » dit Linéa d’un ton sinistre. « Est-ce seulement le Clan de la Panthère ? Dites-moi ce que fait le Clan de la Foudre ! »

« Oui, madame ! Les huit mille troupes du Clan de la Foudre avancent vers l’est ! »

« Huit mille… » Linéa avait fait une grimace amère, comme si elle avait avalé un insecte. Elle soupira et s’appuya contre le dossier de sa chaise.

Le Clan du Loup, après son énorme perte à la bataille de Gashina, n’avait même pas dix mille soldats à déployer à ce stade. Ils n’étaient pas en mesure de prêter au Clan de la Corne des soldats de rechange pour la défense. En d’autres termes, elle ne pouvait espérer aucune aide de la part de ses alliés ici.

« Envoyez une dépêche à toutes les troupes stationnées près de la frontière, » ordonna-t-elle. « Ne les laissez pas traverser la rivière Körmt ! Combattez-les jusqu’à la mort au bord de l’eau, s’il le faut ! »

« Oui, madame ! » Le messager de l’armée s’était mis au garde-à-vous et avait quitté le bureau de Linéa en courant.

Linéa s’était méfiée de la possibilité que les armées ennemies concentrées à Gashina puissent l’attaquer, et elle avait donc déjà positionné trois mille soldats le long de la rive nord de la rivière Körmt.

C’était l’une des stratégies habituelles de la bataille : Former des rangs au bord de l’eau, face à la rivière, et frapper l’ennemi avec force lorsqu’il tente de traverser de l’autre côté.

Lorsque les ennemis tentaient de traverser, ils étaient gênés par le courant et perdaient pied, et leurs mouvements et réactions étaient ralentis. Cela faisait d’eux des cibles parfaites pour les archers.

Et pour les ennemis qui parviendraient à traverser la grêle de flèches et à monter sur la rive, ils seraient dépassés en nombre par les forces alliées qui les attendaient.

De plus, la rivière Körmt en particulier était large avec un fond profond pour presque toutes les régions de son territoire qu’elle traversait. C’était une défense naturelle plus efficace que n’importe quelle vieille forteresse pour arrêter l’avancée des ennemis.

Avec n’importe quelle armée ennemie normale, le clan de la Corne devrait être capable de les repousser à la rivière avec facilité.

Cependant…

Ce n’est qu’après s’être assurée que les pas du messager soient bien loin, que Linéa se permit un long soupir amer. « J’ai donné l’ordre assez facilement, mais ça n’a pas l’air bon… »

L’armée ennemie était au moins trois fois plus grande que la sienne. Et pour ne rien arranger, cette énorme force était composée de cavaliers armés, chaque soldat étant doué pour le combat et le tir à l’arc à cheval. C’était une armée de soldats d’élite.

La frontière ouest devait également être maintenue avec un minimum nécessaire de troupes défensives. Rassembler tous les hommes valides qu’ils pouvaient pour le combat limiterait toujours le Clan de la Corne à peut-être trois mille au maximum.

C’était loin d’être suffisant pour être sûr de retenir l’ennemi.

« Pour l’instant, je vais devoir envoyer des demandes d’aide aux Clans des Chiens de Montagne et du Blé… même si je ne peux pas espérer une réponse favorable. »

Au moment du festival du Nouvel An, Yuuto s’était arrangé pour que ces clans échangent le serment du calice de la fratrie avec le sien, devenant ainsi ses clans frères.

Elle leur avait déjà envoyé des messages à plusieurs reprises, leur demandant de lui envoyer de l’aide en cas d’attaque des Clans de la Panthère ou de la Foudre, mais elle n’avait pas encore reçu de réponse définitive de l’un ou l’autre.

Ces clans étaient plus faibles que le sien en termes de taille et de force, aussi le serment qu’ils avaient prêté plaçait Linéa et son clan comme « l’aîné ».

Selon la coutume sacrée du Serment du Calice, les jeunes frères et sœurs avaient le devoir d’écouter les demandes ou les exigences des plus âgés, mais lorsqu’il s’agissait de vœux entre patriarches de clans entiers, le pragmatisme entrait quelque peu en ligne de compte.

Il fallait après tout considérer son devoir de protéger les « enfants » de son propre clan. Ils n’allaient guère envisager d’engager leur peuple dans une guerre qu’ils étaient certains de perdre.

Rasmus, son ancien commandant en second et actuel conseiller principal, lui avait un jour suggéré que le moment était venu de prendre le contrôle de l’alliance avec le Clan du Loup, puisqu’ils étaient en train de perdre leur influence unificatrice. Et pourtant, telle était la situation actuelle du Clan de la Corne.

« Maintenant, que dois-je faire ? » Linéa réfléchissait.

Le retour soudain de Yuuto dans sa patrie au-delà des cieux était dû à la magie de Sigyn, elle l’avait déjà appris par les rapports du Clan du Loup.

***

Partie 2

Pendant un court laps de temps, les informations avaient été vagues et confuses, et c’est ainsi qu’il avait été rapporté que Yuuto était mort au combat à Gashina. Linéa avait sauté de joie quand elle avait appris la vérité sur sa survie.

D’un autre côté, en tant que patriarche du clan, Linéa ne savait pas comment interpréter au mieux cette nouvelle information et la gérer. C’était honnêtement assez frustrant.

La mort d’un dirigeant crée toujours de l’incertitude et de l’instabilité, une ouverture dans laquelle il est facile pour les nations voisines de s’insérer. C’est pourquoi il n’est que trop fréquent dans l’histoire que la mort d’un souverain soit gardée secrète pendant un certain temps, jusqu’à ce que le souverain suivant bénéficie d’un soutien et d’une autorité solides.

En pensant à cette situation normalement, il semblait plus probable que ce soit un exemple de plus d’une telle tromperie.

L’explication selon laquelle il était venu d’un pays situé au-delà des cieux, et qu’il était vivant là-bas mais n’était pas revenu, pourrait n’être rien d’autre que des tentatives de donner une apparence de force aux autres nations.

Les rapports selon lesquels le rite d’invocation à Iárnviðr la nuit précédente s’était tout simplement soldé par un échec n’avaient fait qu’alimenter ces soupçons.

« Mais je crois encore en toi, » avait-elle chuchoté. « Je crois en toi, Grand Frère. »

Une personne comme lui, qui était pratiquement un dieu de la guerre réincarné, ne pouvait pas se lever et mourir comme ça !

Linéa se souvenait encore de la fois où, à Gimlé, Yuuto lui avait raconté son histoire sur sa venue à Yggdrasil depuis un autre monde.

Et elle croyait toujours que Yuuto était le genre d’homme qui n’abandonnerait jamais sa famille lorsqu’elle était en danger.

La prochaine pleine lune était dans vingt jours.

Elle pourrait tenir aussi longtemps, d’une manière ou d’une autre.

Elle tiendrait bon.

Avec une résolution renouvelée dans son cœur, Linéa s’était retournée vers son bureau.

Elle ferait ce qu’elle pourrait, et elle ferait tous les efforts possibles.

 

À peu près au même moment où Linéa avait reçu son rapport, la même information est parvenue à Jörgen.

« Monsieur, j’ai des nouvelles désagréables à vous annoncer, » dit Kristina en agitant une feuille de papier dans sa main. « Les armées des Clans de la Foudre et de la Panthère qui étaient au Fort de Gashina ont toutes deux commencé à avancer. »

Elle tendit le papier à Jörgen. Il contenait des notes détaillées sur les mouvements des deux armées et leur nombre de soldats.

« Pour être franc, j’aurais aimé qu’ils restent en place un peu plus longtemps, » grommela Jörgen.

Leur dernière tentative d’invoquer Yuuto avait échoué, après tout, et il n’y avait aucun plan sûr pour garantir le succès de la prochaine. Comme le disait le proverbe, « Un malheur n’arrive jamais seul. »

Bien sûr, il savait que l’ennemi n’allait pas avoir de pitié pour eux en raison de leur situation.

Il jeta un coup d’œil à Kristina. « La même information est-elle parvenue à Skáviðr à Gimlé ? »

« Oui, naturellement, » avait-elle répondu.

Le gouverneur de Gimlé, Olof, avait choisi de mener l’arrière-garde après la bataille de Gashina. Il s’était acquitté de cette tâche avec excellence, et était mort d’une mort honorable de guerrier.

Après avoir consulté Yuuto, celui qui avait été choisi pour le remplacer à ce poste était Skáviðr, l’assistant du commandant en second du Clan du Loup.

Skáviðr était auparavant stationné à Myrkviðr, la ville fortifiée à l’ouest du territoire du Clan de la Corne. Mais si l’ennemi parvenait à capturer Gimlé, la capitale du Clan du Loup, Iárnviðr, serait à portée de main.

Skáviðr avait été choisi en raison de sa réputation de maître des batailles défensives.

Kristina fronça les sourcils. « Pourtant, même avec le second adjoint responsable des lieux, je me demande s’ils seront vraiment capables de repousser l’avancée de l’ennemi ? »

À l’époque où le Clan du Loup était dirigé par son précédent patriarche, Fárbauti, Skáviðr avait repoussé de nombreuses tentatives d’invasion du Clan de la Griffe.

En tant que fille de naissance du patriarche de la Griffe, Kristina connaissait bien les capacités de Skáviðr.

Même ainsi, n’importe qui devrait admettre que cette fois, il était surpassé.

Il n’y avait qu’environ quatre mille soldats stationnés à Gimlé, et pas plus de deux mille au maximum pouvaient y être envoyés en renfort.

Six mille hommes.

Actuellement, c’était la limite supérieure de ce que le Clan du Loup pouvait mobiliser.

Mais leur ennemi était l’armée du Clan de la Foudre, menée par l’inhumain Steinþórr. Ce serait un combat difficile, même à forces égales.

Le fait de ne pas pouvoir rassembler le même nombre de soldats allait rendre la tâche extrêmement difficile, c’est le moins qu’on puisse dire.

« C’est exactement pour ça que j’ai demandé à votre père biologique de nous envoyer des hommes, trois fois déjà, » dit Jörgen. « Et chaque fois, il s’est débrouillé pour ne pas répondre. »

Il lança un regard perçant à Kristina, mais ce n’était pas suffisant pour effrayer quelqu’un comme elle. Elle rencontra ses yeux et haussa calmement les épaules.

« Eh bien, je ne pense vraiment pas qu’il s’engagera à quoi que ce soit dans cette situation. Il n’est pas du genre à rejoindre une bataille dans un camp dont il sait qu’il va perdre. »

« C’est une façon assez directe de le dire. »

« Ma responsabilité consiste à rassembler et à organiser les informations. Si vous préférez plutôt entendre des contes de fées réconfortants, n’hésitez pas à faire appel à quelqu’un d’autre. »

« Une fille si désagréable. Vous tenez vraiment de votre père biologique. » Jörgen avait craché ces mots avec une expression d’agacement, mais dans un sens, c’était aussi un compliment.

Dans une crise comme celle-ci, il y a peu d’issues plus terribles que de faire confiance et de compter sur des renforts, pour finalement ne pas les voir arriver.

Cette évaluation sans détour était bien plus utile qu’une réponse jouant sur la relation avec le Clan de la Griffe et essayant de l’influencer avec de fausses assurances.

« Alors, laissez-moi vous poser une autre question, » dit Jörgen. « Si Père revient, le Clan de la Griffe se joindra-t-il à nous ? »

« Oui, sans aucun doute. » Kristina acquiesça fermement.

Jörgen avait décidé qu’il devait se contenter de cela.

Dans ces circonstances, c’était une amélioration de savoir qu’ils allaient prêter leur aide si Yuuto revenait. Et c’était probablement grâce au fait que le patriarche du Clan de la Griffe, Botvid, recevait des informations précises de Kristina.

Après l’énorme perte de Gashina, la capacité du Clan du Loup à unir et à solidifier la grande région était, malheureusement, en net déclin.

Les Clans du Frêne, du Chien de Montagne et du Blé, qui n’étaient que récemment devenus des alliés subsidiaires du Clan du Loup, étaient tous encore placés sur la ligne de touche dans ce conflit.

Et contrairement au Clan de la Griffe, il n’était pas certain qu’ils changent de position même si Yuuto revenait.

Techniquement parlant, Yuuto n’avait jamais perdu une bataille en tant que commandant, mais dans ces circonstances, il ne serait pas étrange que les autres clans considèrent la défaite précédente comme ayant eu lieu sous le commandement de Yuuto, malgré la vérité de son absence.

Bien sûr, cette seule défaite ne suffirait pas à détruire complètement la réputation de Yuuto, mais on pouvait supposer qu’il ne projetterait plus le même charisme divin.

Il était donc plus que probable que ces clans ne feraient aucun geste pour aider le Clan du Loup, à moins que la dynamique ne change, avec une victoire claire du Clan du Loup.

Pour l’instant, les seuls à être de fidèles alliés étaient la sérieuse et dévouée Linéa et son Clan de la Corne. Mais ils avaient affaire à l’armée du Clan de la Panthère, et étaient donc probablement aussi désespérés de recevoir des renforts du Clan du Loup.

C’était une situation vraiment désastreuse, voire désespérée. Et pourtant…

« Ha ha ha, alors votre père biologique est vraiment un homme intelligent, » répondit Jörgen en riant de bon cœur. « C’est vrai, si Père revient, le Clan du Loup ne peut pas perdre ! »

Bizarrement, Jörgen avait ressenti un sentiment de certitude au fond de lui : Que d’une manière ou d’une autre, Yuuto trouverait un moyen d’arranger ça.

Il était l’homme qui avait conçu un moyen de produire le métal divin qu’est le fer, qui avait rendu le soleil noir sur commande, qui avait fait tomber des rochers du ciel sur ses ennemis, qui avait déclenché un déluge.

Il était un faiseur de miracles, et il allait sûrement en réaliser d’autres.

« Si nous tenons bon jusqu’à la prochaine pleine lune, nous gagnerons. » Les lèvres de Jörgen s’étaient retroussées en un sourire plein de confiance. « J’ai tout espoir en l’épouse choisie par Père. Elle trouvera un moyen de nous aider, j’en suis sûr. »

 

Trois jours après avoir commencé leur progression, les troupes du Clan de la Foudre avaient été assaillies par de violentes tempêtes de pluie.

Yggdrasil avait déjà vu l’apparition de simples imperméables en paille, mais le climat était tel que les précipitations n’étaient pas particulièrement importantes en moyenne, et il n’était donc pas habituel pour les armées en marche d’emporter des imperméables.

C’est pourquoi, lorsque de fortes pluies s’abattaient sur une armée en mouvement, celle-ci s’arrêtait temporairement et s’abritait sous des arbres ou des rochers, ou prenait possession de résidences locales s’il y en avait à proximité, et attendait la fin de la tempête. Ils utilisaient également de grandes bâches faites de tissu enduit d’huile.

Comme par hasard, il y avait un village agricole à proximité, le Clan de la Foudre avait chassé les habitants et occupé leurs bâtiments.

C’était un acte cruel et crapuleux, mais tout à fait normal et courant à cette époque.

À l’intérieur de la maison du chef du village, le commandant en second du Clan de la Foudre Þjálfi essayait d’expliquer la situation actuelle à son patriarche Steinþórr.

« D’après les rapports de nos guetteurs, le Clan du Loup compte environ six mille hommes en tout, » rapporta Þjálfi. « Ils sont actuellement en formation sur la rive est de la rivière Élivágar et ils nous attendent. Leurs drapeaux et leurs insignes indiquent que le commandant est l’adjoint du commandant en second Skáviðr. Aucune personne ressemblant au patriarche Suoh-Yuuto n’a été aperçue. »

Le patriarche de Þjálfi était toujours enclin à répondre aux rapports par son habituel « On se fiche des détails. » C’est pourquoi le rôle de Þjálfi était de condenser et de lui rapporter les informations essentielles.

Une fois que Þjálfi eut terminé, Steinþórr grogna, l’air complètement ennuyé. « Hmph, donc il n’est pas là. Alors il s’est vraiment fait tuer à Gashina ? »

« Nous n’avons toujours pas entendu parler de funérailles à Iárnviðr, mais c’est probable, » répondit Þjálfi.

Tout au long de l’histoire, il était courant de tenter de dissimuler la mort d’un dirigeant puissant et influent. D’un autre côté, il était très rare que de telles tentatives connaissent un réel succès.

Les gens vont parler, et les mots vont circuler.

Il y avait des marchands qui se rendaient au palais d’Iárnviðr pour affaires, et des domestiques qui travaillaient sur le terrain. Un petit pot-de-vin ici et là avait suffi pour apprendre que personne à Iárnviðr n’avait vu Yuuto au cours du dernier mois.

Plusieurs personnes avaient également dit que Suoh-Yuuto était venu des cieux, et qu’ils organisaient des rites pour prier pour sa seconde venue, c’était carrément risible d’entendre quelqu’un d’exalté à ce point.

C’était probablement une partie d’une propagande calculée destinée aux gens à l’intérieur et à l’extérieur du Clan du Loup, destinée à prétendre que Suoh-Yuuto était toujours vivant et bien portant quelque part, et à gagner du temps politiquement pour le clan.

Honnêtement, c’était une pauvre excuse pour une histoire.

Mais, quelle que soit la vérité, le Clan du Loup n’avait pas de Suoh-Yuuto, et avec seulement six mille soldats, il ne représentait plus une réelle menace.

« Tch. J’ai l’impression que cette bataille va être ennuyeuse à mourir, » s’emporta Steinþórr.

« Je considérerais personnellement que c’est un sujet qui mérite d’être célébré. »

« Eh bien, ils ont ce loup teigneux qui les commande. J’espère que ça me donnera au moins quelque chose à me mettre sous la dent, ne serait-ce qu’un peu… Mais avec cette pluie, penses-tu que nous serons encore coincés ici demain ? »

« C’est possible, oui. Nous sommes à la merci des cieux, malheureusement. »

« Aaaughh, j’ai l’impression que je vais mourir d’ennui ! » Steinþórr gémit.

Après avoir passé plus d’une demi-journée enfermé dans cette maison exiguë, Steinþórr semblait ne pas savoir quoi faire de lui-même.

Par ailleurs, il s’agissait du plus grand bâtiment, et le petit village agricole ne comptait que quelques dizaines de personnes. Il n’aurait jamais été capable de contenir une armée de huit mille personnes.

Les seules personnes autorisées à séjourner dans les bâtiments étaient donc celles de haut statut, et la grande majorité des soldats campaient dans les environs du village. Même ce bâtiment exigu était un grand luxe.

***

Partie 3

« Hé, Þjálfi, » dit Steinþórr. « Si tu as fini avec les rapports, aide-moi à combattre l’ennui. Faisons un peu de bras de fer. »

« Ne sois pas ridicule. Il n’y a absolument aucune chance que je puisse gagner contre toi. »

« Pas d’inquiétude, bien sûr je vais me donner un handicap. Et si je n’utilisais que mon petit doigt, et que tu pouvais utiliser tes deux bras ? » Steinþórr se mit à terre et leva un bras, en remuant le petit doigt.

Si c’était quelqu’un d’autre qui faisait ça, ce serait indubitablement pris comme une insulte délibérée.

Þjálfi soupira, incapable de cacher sa lassitude. « Essaie avec quelqu’un d’autre, s’il te plaît. Je n’ai pas envie de me blesser juste avant une grande bataille. »

« Ah, mec, tu n’es pas drôle. »

« S’il te plaît, ne comptes pas sur moi pour te… »

Bwooooh ! Bwooooh ! Bwooooh ! Tout d’un coup, des cornes de guerre rugissantes retentirent.

« Héhé ! On dirait après tout que les choses s’arrangent bien d’elles-mêmes ! » Steinþórr se fendit d’un sourire.

« Ce n’est pas du tout “bien” ! » gronda immédiatement Þjálfi vers son patriarche.

En effet, ce n’était pas bon du tout.

Les troupes du Clan du Loup n’étaient-elles pas censées être sur la rive Est de la rivière ? pensa Þjálfi, paniqué.

Ce village était à deux jours de marche de la rivière Élivágar, et il y avait une forte tempête. Il était complètement hors de question d’envisager que l’ennemi puisse les attaquer. Ils avaient été pris complètement par surprise.

« Ha ! Ne t’inquiète pas pour les détails ! » Steinþórr ramassa son fidèle marteau de guerre en fer, ouvrit d’un coup de pied (et brisa) la porte d’entrée de la maison avec un Bam ! et sauta pratiquement par la porte.

Le ciel était totalement gris, et la pluie tombait rapidement en grosses gouttes qui empêchaient de voir quoi que ce soit.

Le rugissement du vent et de la pluie étouffait tout autre son.

Malgré cela, l’odorat de Steinþórr, semblable à celui d’une bête, avait été capable de détecter l’odeur d’une bataille proche.

« … Par là ! » avait-il crié.

Il avait couru sans relâche jusqu’à ce qu’il atteigne la périphérie du village, où il pouvait entendre les éclaboussures des gens qui couraient dans l’eau et les cris des soldats confus et en fuite.

Il semblerait que les combattants soient tombés dans un état de panique totale.

Ce n’était pas une réaction totalement impensable. Ils avaient campé ici dans le froid, serrés les uns contre les autres pour se réchauffer, quand ils avaient été soudainement attaqués dans cet état de vulnérabilité.

« Des soldats à cheval !? » Steinþórr aperçut un groupe de soldats à cheval pourchassant ses combattants du Clan de la Foudre, et fit claquer sa langue en signe d’irritation. « Tch, c’est vrai, le Clan du Loup en avait aussi. »

C’était donc leur jeu : en plaçant clairement leur formation sur la rive est de l’Élivágar, ils y avaient attiré l’attention. En raison de la distance, ils avaient encouragé le Clan de la Foudre à baisser sa garde. Cela permettait au Clan du Loup d’envoyer une petite force de cavalerie très mobile pour organiser une attaque-surprise.

Steinþórr avait aperçu un combattant en particulier : une fille au gabarit élancé qui ne semblait pas à sa place sur le champ de bataille. « Ces types sont plutôt bons. Celle aux cheveux argentés qui les dirige… Je crois qu’elle s’appelle Sigrun ou quelque chose comme ça. »

Sa prise sur son marteau de guerre s’était resserrée.

Il était assez rare que cet homme se souvienne des noms de ses ennemis. Steinþórr ne s’intéressait qu’aux plus forts. Quant à ceux qui ne parvenaient pas à attirer son attention, il ne parvenait jamais à se souvenir de leur nom.

Au moins, cette fille qu’il voyait se battre maintenant, faisant tournoyer sa lance dans tous les sens, était l’une des élues fortes qui restaient dans sa mémoire.

À l’instant où Sigrun avait établi un contact visuel avec Steinþórr, elle s’était retournée pour donner un ordre à ses hommes d’une voix qui résonnait clairement comme une cloche, même au milieu de toute cette agitation. « Ah ! Steinþórr ! Tch, il est temps de partir. Retraite ! »

« Crois-tu que je vais te laisser t’enfuir !? » Steinþórr se mit à courir, et avec la force inhumaine de ses jambes, il réduisit la distance qui les séparait, visant d’un coup de marteau le visage de Sigrun.

L’attaque contenait la pure puissance divine de la rune de Steinþórr, Mjǫlnir, le Briseur, la rendant impossible à bloquer.

Et pourtant…

« Quoi !? » Steinþórr laissa échapper une voix choquée alors que l’attaque de lance de l’ennemi s’élevait également par en dessous, comme si elle frappait son marteau. Son attaque fut ainsi poussée loin de la cible.

Son marteau avait frappé inutilement dans l’air vide.

Sigrun avait attaqué dans cette minuscule ouverture, ramenant la pointe de sa lance vers le bas.

« Gaah ! » Steinþórr s’était précipité en arrière.

Dès que cette distance s’était agrandie entre eux deux, Sigrun avait fait demi-tour et en un rien de temps, elle avait disparu sous la pluie.

« Je n’arrive pas à croire que je l’ai laissée s’échapper, » grommela Steinþórr. « Je dois perdre la main. Pourtant, cette technique qu’elle a utilisée… c’est celle qu’utilise le loup teigneux. Heh heh, on dirait qu’elle s’est améliorée. »

Les autres cavaliers avaient également complètement disparu à ce stade.

Ils avaient fait des victimes dans son camp sans en subir aucune.

Ennemi ou pas, Steinþórr pouvait apprécier la façon dont ils avaient géré l’attaque surprise et la retraite.

« J’ai été assez déçu que Suoh-Yuuto ne soit plus là, mais je peux peut-être encore m’amuser un peu. » Steinþórr se lécha les lèvres et ricana, ressemblant à un tigre affamé qui venait d’apercevoir sa proie.

 

***

La rivière Körmt était longue et large, et elle alimentait les terres de la région de Bifröst jusqu’à Álfheimr et Vanaheimr à l’ouest.

L’eau était nécessaire à la survie de l’homme et à celle des cultures. Ainsi, pour les peuples de l’ouest d’Yggdrasil, cette grande rivière fournissait tant d’eau qu’elle était comme la source de la vie elle-même. Beaucoup appelaient la rivière Körmt « la Mère Körmt » ou « la Grande Mère ».

Hveðrungr était actuellement le patriarche du Clan de la Panthère, des nomades des terres de Miðgarðr au nord des montagnes Himinbjörg, mais à l’origine il était un homme de Bifröst, né et élevé à Iárnviðr.

Il était résolu à abandonner ses liens avec sa patrie, et pourtant, face à la vue du fleuve qui coulait devant lui, il ne pouvait nier les sentiments nostalgiques qui montaient en lui.

« Hmph, agir aussi sentimentalement qu’une fille. Je suis dégoûté de moi-même. » Hveðrungr cracha amèrement sur son autodérision, et dirigea ses pensées ailleurs.

Il n’était pas un quelconque barde, il était en ce moment un fier général venu commander une légion de soldats. Il avait besoin d’être froid et impartial pour cela.

« Pourtant, je suis sûr qu’ils ne nous laisseront pas simplement traverser sans rien faire. » Fixant les drapeaux du Clan de la Corne sur la rive opposée, Hveðrungr réfléchit à ses options.

Après avoir décidé d’attaquer le Clan de la Corne, il avait passé un demi-mois à faire des recherches sur la géographie de cette région. D’après les informations glanées auprès des habitants, cette zone était celle où la rivière était relativement moins profonde et plus facile à traverser.

Naturellement, le Clan de la Corne le savait aussi, et c’est exactement pourquoi ils avaient positionné une si grande formation sur la rive opposée ici.

S’il s’avançait vers eux sans réfléchir, il serait certainement accueilli par une tempête de flèches.

« Nous avons déjà eu une certaine quantité de pluie qui est tombée, » analysa Hveðrungr. « Pour l’instant, regardons et attendons encore quelques jours. »

La pluie s’était dissipée, mais il n’avait pas cessé de pleuvoir jusqu’à ce matin, le niveau de la rivière devrait donc être plus élevé. Il était inutile d’essayer de traverser maintenant, alors que ce serait beaucoup plus difficile.

La stratégie de combat de base du clan nomade de la panthère était l’« escarmouche », se retirant après chaque attaque, afin de ne pas recevoir de contre-attaques de leurs ennemis. Lorsque les choses semblaient dangereuses, ils fuyaient immédiatement.

Pour les cultures qui vivaient dans des lieux aménagés permanents et les défendaient, cela aurait pu passer pour de la lâcheté. Mais si l’on considère que la guerre est essentiellement une lutte de vie et de mort, toute tactique qui ne sacrifie que la vie de l’ennemi est extrêmement logique. Il ne faut pas mener une bataille téméraire.

« Hm ? » Hveðrungr remarqua qu’un homme seul se tenait sur la rive opposée de la rivière, bandant un arc.

Afin d’éviter d’essuyer des attaques de flèches, le Clan de la Panthère s’était installé à une centaine de mètres en retrait de la rive proche du fleuve.

En tenant compte de la largeur de la rivière elle-même, cela signifie qu’il y avait au moins deux cents mètres jusqu’à la rive opposée…

Une flèche s’était parfaitement fichée dans le sol à ses pieds avec un bruit sourd.

« Ah ! Oh… » Hveðrungr laissa échapper un souffle impressionné, une rareté pour lui.

Cet homme avait une force incroyable avec l’arc pour avoir tiré aussi loin. Sa précision était aussi impeccable.

Si Hveðrungr n’avait pas fait un bond en arrière au dernier moment, la flèche l’aurait transpercé de part en part.

« Entendez-moi ! » appela l’homme. « Je suis Haugspori, le fier fils de mon patriarche, Dame Linéa, et l’assistant du commandant en second du Clan de la Corne ! Ces mots sont probablement gaspillés aux oreilles des monstres barbares du Clan de la Panthère, mais je vous dirai que cette terre nous a été confiée, à nous du Clan de la Corne, par notre impératrice divine la plus sacrée, et nous l’avons longtemps gardée. Nous ne vous laisserons pas faire un seul pas sur son sol ! Si vous persistez à venir, alors préparez-vous à vous régaler de la grêle de flèches que nous avons préparée pour vous ! »

La voix puissante de l’homme avait porté jusqu’aux oreilles de Hveðrungr, même à cette distance. Apparemment, sa voix était aussi puissante que son bras.

Dès qu’il eut fini de parler, les autres soldats du Clan de la Corne se mirent à pousser des cris de guerre en chœur.

Son discours servait à motiver ses alliés avant la bataille, en prononçant haut et fort la justification de leur combat. De tels discours d’avant-bataille n’étaient pas rares.

« Eh bien, c’était plutôt bien joué. » Les lèvres de Hveðrungr s’étaient retroussées en un sourire.

Comme indiqué précédemment, de tels discours n’étaient pas rares, mais tirer une flèche d’une distance aussi incroyablement éloignée pour marquer visiblement un point contre lui comme cela était impressionnant.

Cet homme était probablement le plus grand maître de l’arc de leur clan, et il n’était donc pas nécessaire de penser que n’importe lequel des autres combattants pourrait reproduire son exploit.

Cependant, cela avait quand même semé une graine de peur dans les rangs du Clan de la Panthère, la peur que le Clan de la Corne puisse tirer sur eux même à cette grande distance.

« Je n’ai pas d’autre choix que de lui donner une bonne réponse. » Hveðrungr avait préparé son propre arc et s’était avancé.

Jusqu’à récemment, il aurait confié ce rôle au plus grand archer du Clan de la Panthère, Váli, mais malheureusement Váli avait été tué par le Clan du Loup pendant la bataille de Gashina. C’était un peu ennuyeux, mais Hveðrungr devait le faire lui-même à la place.

« ᚹᛁᛜᛞ. » Alors qu’il finissait de tendre son fidèle arc, il prononça la parole de pouvoir qui rassembla l’énergie magique en lui.

La rune de Hveðrungr était Alþiófr, Bouffon des Mille Illusions, et elle lui permettait de voler toutes les techniques. Obtenir une compétence avec un arc était un jeu d’enfant.

Cependant, cela ne signifiait pas qu’il avait la force physique brute nécessaire pour tirer une flèche qui couvrirait toute la distance.

Bien sûr, s’il n’arrivait pas à tirer aussi loin, cela montrerait qu’il est plus faible que son adversaire, et ses troupes perdraient le moral.

Et donc, il avait utilisé le pouvoir de la magie du chant galdr.

Une soudaine et puissante rafale avait soufflé derrière Hveðrungr. Il libéra sa flèche avec un timing exquis, et elle chevaucha ce vent.

La flèche avait tracé un arc de cercle long et doux dans l’air au-dessus de la rivière, et était tombée directement vers le centre de la poitrine de Haugspori, comme si elle était tirée directement vers sa cible.

Bien sûr, l’homme avait facilement écarté la flèche, mais ce qui était important, c’est que cela suffisait au Clan de la Panthère pour sauver la face.

Hveðrungr avait placé sa voix sur le vent invoqué, pour qu’elle soit portée à ses ennemis.

« Je suis le patriarche du Clan de la Panthère, souverain des grandes prairies, Hveðrungr ! Vous parvenez à aboyer assez fort pour des mauviettes dont on s’est joué si facilement l’année dernière ! Vos précieux amis du Clan du Loup ne viendront pas à votre secours cette fois-ci ! Allez-y et fuyez maintenant, si vous tenez à vos vies ! »

Ses voix résonnaient beaucoup plus fort et plus puissamment à leurs oreilles que celles de ses propres hommes à proximité.

C’est ainsi que le rideau s’était ouvert sur ce qui allait être appelé la bataille de la rivière Körmt.

 

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire