Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 8 – Acte 5 – Partie 2

***

Chapitre 5 : Acte 5

Partie 2

Pendant un court laps de temps, les informations avaient été vagues et confuses, et c’est ainsi qu’il avait été rapporté que Yuuto était mort au combat à Gashina. Linéa avait sauté de joie quand elle avait appris la vérité sur sa survie.

D’un autre côté, en tant que patriarche du clan, Linéa ne savait pas comment interpréter au mieux cette nouvelle information et la gérer. C’était honnêtement assez frustrant.

La mort d’un dirigeant crée toujours de l’incertitude et de l’instabilité, une ouverture dans laquelle il est facile pour les nations voisines de s’insérer. C’est pourquoi il n’est que trop fréquent dans l’histoire que la mort d’un souverain soit gardée secrète pendant un certain temps, jusqu’à ce que le souverain suivant bénéficie d’un soutien et d’une autorité solides.

En pensant à cette situation normalement, il semblait plus probable que ce soit un exemple de plus d’une telle tromperie.

L’explication selon laquelle il était venu d’un pays situé au-delà des cieux, et qu’il était vivant là-bas mais n’était pas revenu, pourrait n’être rien d’autre que des tentatives de donner une apparence de force aux autres nations.

Les rapports selon lesquels le rite d’invocation à Iárnviðr la nuit précédente s’était tout simplement soldé par un échec n’avaient fait qu’alimenter ces soupçons.

« Mais je crois encore en toi, » avait-elle chuchoté. « Je crois en toi, Grand Frère. »

Une personne comme lui, qui était pratiquement un dieu de la guerre réincarné, ne pouvait pas se lever et mourir comme ça !

Linéa se souvenait encore de la fois où, à Gimlé, Yuuto lui avait raconté son histoire sur sa venue à Yggdrasil depuis un autre monde.

Et elle croyait toujours que Yuuto était le genre d’homme qui n’abandonnerait jamais sa famille lorsqu’elle était en danger.

La prochaine pleine lune était dans vingt jours.

Elle pourrait tenir aussi longtemps, d’une manière ou d’une autre.

Elle tiendrait bon.

Avec une résolution renouvelée dans son cœur, Linéa s’était retournée vers son bureau.

Elle ferait ce qu’elle pourrait, et elle ferait tous les efforts possibles.

 

À peu près au même moment où Linéa avait reçu son rapport, la même information est parvenue à Jörgen.

« Monsieur, j’ai des nouvelles désagréables à vous annoncer, » dit Kristina en agitant une feuille de papier dans sa main. « Les armées des Clans de la Foudre et de la Panthère qui étaient au Fort de Gashina ont toutes deux commencé à avancer. »

Elle tendit le papier à Jörgen. Il contenait des notes détaillées sur les mouvements des deux armées et leur nombre de soldats.

« Pour être franc, j’aurais aimé qu’ils restent en place un peu plus longtemps, » grommela Jörgen.

Leur dernière tentative d’invoquer Yuuto avait échoué, après tout, et il n’y avait aucun plan sûr pour garantir le succès de la prochaine. Comme le disait le proverbe, « Un malheur n’arrive jamais seul. »

Bien sûr, il savait que l’ennemi n’allait pas avoir de pitié pour eux en raison de leur situation.

Il jeta un coup d’œil à Kristina. « La même information est-elle parvenue à Skáviðr à Gimlé ? »

« Oui, naturellement, » avait-elle répondu.

Le gouverneur de Gimlé, Olof, avait choisi de mener l’arrière-garde après la bataille de Gashina. Il s’était acquitté de cette tâche avec excellence, et était mort d’une mort honorable de guerrier.

Après avoir consulté Yuuto, celui qui avait été choisi pour le remplacer à ce poste était Skáviðr, l’assistant du commandant en second du Clan du Loup.

Skáviðr était auparavant stationné à Myrkviðr, la ville fortifiée à l’ouest du territoire du Clan de la Corne. Mais si l’ennemi parvenait à capturer Gimlé, la capitale du Clan du Loup, Iárnviðr, serait à portée de main.

Skáviðr avait été choisi en raison de sa réputation de maître des batailles défensives.

Kristina fronça les sourcils. « Pourtant, même avec le second adjoint responsable des lieux, je me demande s’ils seront vraiment capables de repousser l’avancée de l’ennemi ? »

À l’époque où le Clan du Loup était dirigé par son précédent patriarche, Fárbauti, Skáviðr avait repoussé de nombreuses tentatives d’invasion du Clan de la Griffe.

En tant que fille de naissance du patriarche de la Griffe, Kristina connaissait bien les capacités de Skáviðr.

Même ainsi, n’importe qui devrait admettre que cette fois, il était surpassé.

Il n’y avait qu’environ quatre mille soldats stationnés à Gimlé, et pas plus de deux mille au maximum pouvaient y être envoyés en renfort.

Six mille hommes.

Actuellement, c’était la limite supérieure de ce que le Clan du Loup pouvait mobiliser.

Mais leur ennemi était l’armée du Clan de la Foudre, menée par l’inhumain Steinþórr. Ce serait un combat difficile, même à forces égales.

Le fait de ne pas pouvoir rassembler le même nombre de soldats allait rendre la tâche extrêmement difficile, c’est le moins qu’on puisse dire.

« C’est exactement pour ça que j’ai demandé à votre père biologique de nous envoyer des hommes, trois fois déjà, » dit Jörgen. « Et chaque fois, il s’est débrouillé pour ne pas répondre. »

Il lança un regard perçant à Kristina, mais ce n’était pas suffisant pour effrayer quelqu’un comme elle. Elle rencontra ses yeux et haussa calmement les épaules.

« Eh bien, je ne pense vraiment pas qu’il s’engagera à quoi que ce soit dans cette situation. Il n’est pas du genre à rejoindre une bataille dans un camp dont il sait qu’il va perdre. »

« C’est une façon assez directe de le dire. »

« Ma responsabilité consiste à rassembler et à organiser les informations. Si vous préférez plutôt entendre des contes de fées réconfortants, n’hésitez pas à faire appel à quelqu’un d’autre. »

« Une fille si désagréable. Vous tenez vraiment de votre père biologique. » Jörgen avait craché ces mots avec une expression d’agacement, mais dans un sens, c’était aussi un compliment.

Dans une crise comme celle-ci, il y a peu d’issues plus terribles que de faire confiance et de compter sur des renforts, pour finalement ne pas les voir arriver.

Cette évaluation sans détour était bien plus utile qu’une réponse jouant sur la relation avec le Clan de la Griffe et essayant de l’influencer avec de fausses assurances.

« Alors, laissez-moi vous poser une autre question, » dit Jörgen. « Si Père revient, le Clan de la Griffe se joindra-t-il à nous ? »

« Oui, sans aucun doute. » Kristina acquiesça fermement.

Jörgen avait décidé qu’il devait se contenter de cela.

Dans ces circonstances, c’était une amélioration de savoir qu’ils allaient prêter leur aide si Yuuto revenait. Et c’était probablement grâce au fait que le patriarche du Clan de la Griffe, Botvid, recevait des informations précises de Kristina.

Après l’énorme perte de Gashina, la capacité du Clan du Loup à unir et à solidifier la grande région était, malheureusement, en net déclin.

Les Clans du Frêne, du Chien de Montagne et du Blé, qui n’étaient que récemment devenus des alliés subsidiaires du Clan du Loup, étaient tous encore placés sur la ligne de touche dans ce conflit.

Et contrairement au Clan de la Griffe, il n’était pas certain qu’ils changent de position même si Yuuto revenait.

Techniquement parlant, Yuuto n’avait jamais perdu une bataille en tant que commandant, mais dans ces circonstances, il ne serait pas étrange que les autres clans considèrent la défaite précédente comme ayant eu lieu sous le commandement de Yuuto, malgré la vérité de son absence.

Bien sûr, cette seule défaite ne suffirait pas à détruire complètement la réputation de Yuuto, mais on pouvait supposer qu’il ne projetterait plus le même charisme divin.

Il était donc plus que probable que ces clans ne feraient aucun geste pour aider le Clan du Loup, à moins que la dynamique ne change, avec une victoire claire du Clan du Loup.

Pour l’instant, les seuls à être de fidèles alliés étaient la sérieuse et dévouée Linéa et son Clan de la Corne. Mais ils avaient affaire à l’armée du Clan de la Panthère, et étaient donc probablement aussi désespérés de recevoir des renforts du Clan du Loup.

C’était une situation vraiment désastreuse, voire désespérée. Et pourtant…

« Ha ha ha, alors votre père biologique est vraiment un homme intelligent, » répondit Jörgen en riant de bon cœur. « C’est vrai, si Père revient, le Clan du Loup ne peut pas perdre ! »

Bizarrement, Jörgen avait ressenti un sentiment de certitude au fond de lui : Que d’une manière ou d’une autre, Yuuto trouverait un moyen d’arranger ça.

Il était l’homme qui avait conçu un moyen de produire le métal divin qu’est le fer, qui avait rendu le soleil noir sur commande, qui avait fait tomber des rochers du ciel sur ses ennemis, qui avait déclenché un déluge.

Il était un faiseur de miracles, et il allait sûrement en réaliser d’autres.

« Si nous tenons bon jusqu’à la prochaine pleine lune, nous gagnerons. » Les lèvres de Jörgen s’étaient retroussées en un sourire plein de confiance. « J’ai tout espoir en l’épouse choisie par Père. Elle trouvera un moyen de nous aider, j’en suis sûr. »

 

Trois jours après avoir commencé leur progression, les troupes du Clan de la Foudre avaient été assaillies par de violentes tempêtes de pluie.

Yggdrasil avait déjà vu l’apparition de simples imperméables en paille, mais le climat était tel que les précipitations n’étaient pas particulièrement importantes en moyenne, et il n’était donc pas habituel pour les armées en marche d’emporter des imperméables.

C’est pourquoi, lorsque de fortes pluies s’abattaient sur une armée en mouvement, celle-ci s’arrêtait temporairement et s’abritait sous des arbres ou des rochers, ou prenait possession de résidences locales s’il y en avait à proximité, et attendait la fin de la tempête. Ils utilisaient également de grandes bâches faites de tissu enduit d’huile.

Comme par hasard, il y avait un village agricole à proximité, le Clan de la Foudre avait chassé les habitants et occupé leurs bâtiments.

C’était un acte cruel et crapuleux, mais tout à fait normal et courant à cette époque.

À l’intérieur de la maison du chef du village, le commandant en second du Clan de la Foudre Þjálfi essayait d’expliquer la situation actuelle à son patriarche Steinþórr.

« D’après les rapports de nos guetteurs, le Clan du Loup compte environ six mille hommes en tout, » rapporta Þjálfi. « Ils sont actuellement en formation sur la rive est de la rivière Élivágar et ils nous attendent. Leurs drapeaux et leurs insignes indiquent que le commandant est l’adjoint du commandant en second Skáviðr. Aucune personne ressemblant au patriarche Suoh-Yuuto n’a été aperçue. »

Le patriarche de Þjálfi était toujours enclin à répondre aux rapports par son habituel « On se fiche des détails. » C’est pourquoi le rôle de Þjálfi était de condenser et de lui rapporter les informations essentielles.

Une fois que Þjálfi eut terminé, Steinþórr grogna, l’air complètement ennuyé. « Hmph, donc il n’est pas là. Alors il s’est vraiment fait tuer à Gashina ? »

« Nous n’avons toujours pas entendu parler de funérailles à Iárnviðr, mais c’est probable, » répondit Þjálfi.

Tout au long de l’histoire, il était courant de tenter de dissimuler la mort d’un dirigeant puissant et influent. D’un autre côté, il était très rare que de telles tentatives connaissent un réel succès.

Les gens vont parler, et les mots vont circuler.

Il y avait des marchands qui se rendaient au palais d’Iárnviðr pour affaires, et des domestiques qui travaillaient sur le terrain. Un petit pot-de-vin ici et là avait suffi pour apprendre que personne à Iárnviðr n’avait vu Yuuto au cours du dernier mois.

Plusieurs personnes avaient également dit que Suoh-Yuuto était venu des cieux, et qu’ils organisaient des rites pour prier pour sa seconde venue, c’était carrément risible d’entendre quelqu’un d’exalté à ce point.

C’était probablement une partie d’une propagande calculée destinée aux gens à l’intérieur et à l’extérieur du Clan du Loup, destinée à prétendre que Suoh-Yuuto était toujours vivant et bien portant quelque part, et à gagner du temps politiquement pour le clan.

Honnêtement, c’était une pauvre excuse pour une histoire.

Mais, quelle que soit la vérité, le Clan du Loup n’avait pas de Suoh-Yuuto, et avec seulement six mille soldats, il ne représentait plus une réelle menace.

« Tch. J’ai l’impression que cette bataille va être ennuyeuse à mourir, » s’emporta Steinþórr.

« Je considérerais personnellement que c’est un sujet qui mérite d’être célébré. »

« Eh bien, ils ont ce loup teigneux qui les commande. J’espère que ça me donnera au moins quelque chose à me mettre sous la dent, ne serait-ce qu’un peu… Mais avec cette pluie, penses-tu que nous serons encore coincés ici demain ? »

« C’est possible, oui. Nous sommes à la merci des cieux, malheureusement. »

« Aaaughh, j’ai l’impression que je vais mourir d’ennui ! » Steinþórr gémit.

Après avoir passé plus d’une demi-journée enfermé dans cette maison exiguë, Steinþórr semblait ne pas savoir quoi faire de lui-même.

Par ailleurs, il s’agissait du plus grand bâtiment, et le petit village agricole ne comptait que quelques dizaines de personnes. Il n’aurait jamais été capable de contenir une armée de huit mille personnes.

Les seules personnes autorisées à séjourner dans les bâtiments étaient donc celles de haut statut, et la grande majorité des soldats campaient dans les environs du village. Même ce bâtiment exigu était un grand luxe.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

  1. Pas de puits empoissonné ou tactique de la terre brûlée ?

Laisser un commentaire