Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 8 – Acte 1 – Partie 2

***

Chapitre 1 : Acte 1

Partie 2

Tetsuhito semblait toujours porter une expression un peu grincheuse, un visage de pierre, alors le voir avoir une telle réaction était plutôt rare. Cela montrait à quel point les mots de Yuuto avaient dû être choquants.

Yuuto continua, comme s’il lançait une attaque de suivi. « Oh, oui, au fait, je vais me marier avec elle. »

« Qu… qu-quoi… !? » La mâchoire de Tetsuhito s’était décrochée, et il ne pouvait former aucun mot inéligible.

C’était peut-être la première fois dans la vie de Yuuto qu’il voyait son père aussi déséquilibré.

Alors qu’il continuait à parler, intérieurement il avait un peu célébré ça.

« Je veux dire, elle vient après tout avec moi dans un endroit éloigné et dangereux comme celui-là. Je dois faire un effort et prendre mes responsabilités, non ? »

« Non, c’est… mais… attends, et ses parents ? As-tu obtenu leur permission pour ça !? » Tetsuhito avait à peine réussi à balbutier ses questions.

C’était une chose parfaitement naturelle à demander. Et en ce moment, c’était le plus grand dilemme de Yuuto.

Yuuto prit une longue inspiration, expira, puis il fit un sourire ironique et il haussa les épaules.

« C’est ce que je suis sur le point d’aller faire. »

 

 

Alors que Yuuto était assis à surfer sur Internet, Tetsuhito l’avait appelé.

« Hé, Yuuto ! Mitsuki-chan est là ! »

Yuuto jeta un coup d’œil à l’horloge pour voir qu’il était déjà plus de 16 heures, ce qui signifiait que l’école était terminée. Le temps passait vraiment très vite quand il se concentrait sur les choses.

Yuuto haussa la voix suffisamment pour être entendu en bas. « Oui, je sais ! Je descends tout de suite ! »

En descendant rapidement les escaliers et en se dirigeant vers l’entrée, il trouva Mitsuki qui souriait à Tetsuhito.

Lorsqu’elle le remarqua, le sourire de Mitsuki s’épanouit encore plus. « Oh. Yuu-kun ! »

C’était différent d’avant, quand ils étaient coincés entre des amis d’enfance et des amoureux. Maintenant, elle était officiellement la petite amie de Yuuto, et la fille qu’il avait promis d’épouser. Avec son père juste là aussi, c’était un peu embarrassant.

« J’ai entendu dire que tu avais pu te réconcilier avec ton père, » dit Mitsuki. « Je suis si heureuse pour toi. »

« Ah, eh bien, oui, tu sais… En fait, j’ai entendu dire que tu parlais de moi à papa pendant tout ce temps ? »

« Hein !? Oh, c’est, hum…, » en un éclair, l’expression radieuse de Mitsuki s’était transformée en confusion, puis en nervosité alors qu’elle se dépêchait de s’expliquer.

Yuuto gloussa et posa une main sur la tête de Mitsuki. « Merci. »

« Ah… Bien sûr ! » Son langage corporel agité avait disparu en un instant, et elle avait retrouvé un large sourire heureux. « Tu es le bienvenu. »

Les expressions de cette fille peuvent vraiment changer en un clin d’œil, se dit Yuuto. Cela lui donnait vraiment un sentiment de paix.

« Eh bien, ça ne sert à rien de rester à discuter devant la porte, entre, » lui dit Yuuto.

« Bien, merci de me recevoir. » Avec cela, Mitsuki enleva ses chaussures à l’intérieur de l’entrée et les plaça soigneusement à côté des autres paires alignées là.

Ces bonnes manières étaient dignes d’une fille de la famille Shimoya, qui, depuis de nombreuses générations, était responsable des affaires religieuses de cette communauté rurale.

Il était évident qu’elle avait été bien élevée.

« Euh… a-ah… c’est vrai. » Tetsuhito avait soudainement pris la parole comme s’il se souvenait de quelque chose d’important. On aurait dit qu’il lisait mal un script. « Je viens de me rappeler… J’ai un travail inachevé que je dois faire. Yuuto, je serai dans l’atelier, donc, euh, je ne serai pas de retour avant quatre ou cinq heures. » Il s’était empressé de mettre ses chaussures pour partir.

Le mauvais jeu d’acteur était tout simplement trop présent. Yuuto se renfrogna aussi amèrement que s’il avait avalé un insecte et cria à son père. « Hé, ne va pas te faire des idées stupides, papa ! Je ne lui ai pas demandé de venir ici pour… pour ça ! »

« Ah… oh… hum… » Le visage de Mitsuki était devenu rouge comme une tomate.

Apparemment, elle avait aussi compris ce que Tetsuhito essayait de faire pour Yuuto. C’était une adolescente, après tout. Elle devait bien avoir un certain intérêt pour ce genre de choses.

Cependant, Yuuto ne lui avait pas vraiment demandé de venir pour quelque chose de romantique aujourd’hui.

« Nous allons juste discuter de ce que nous devons faire pour nous préparer à aller à Yggdrasil ! On ne va rien faire de bizarre, d’accord !? » Yuuto criait, s’adressant autant à lui-même et à Mitsuki qu’à son père.

En effet, c’était la vraie raison pour laquelle Mitsuki était venue chez lui aujourd’hui.

Après tout, il était ici dans le monde moderne en ce moment. Retourner à Yggdrasil les mains vides serait un gaspillage. Ce qu’il voulait faire, c’était mettre la main sur autant d’outils modernes que possible qu’il pourrait encore utiliser à Yggdrasil, et repartir parfaitement préparé.

Pour cela, il avait prévu de passer la journée à regarder les boutiques en ligne avec Mitsuki, mais son père était parti et avait rendu les choses bizarres.

Il ne restait qu’un peu plus d’un demi-mois avant la prochaine pleine lune, donc le temps était limité. Il y avait tellement de choses à faire et à penser, et s’il se laissait distraire par des pensées inutiles comme celle-ci, cela allait interférer avec sa capacité à penser correctement, et cela lui reviendrait en pleine figure plus tard.

Un peu indigné, Yuuto avait expliqué tout cela à son père.

« Hm, je vois, » dit Tetsuhito. « Désolé pour ça. J’ai tiré des conclusions hâtives. »

« Oui, tu l’as fait, franchement…, » Yuuto soupira et affaissa ses épaules. Il se sentait très mal à l’aise maintenant.

« Mais si c’est ce que tu fais, ça va coûter cher, » remarqua Tetsuhito. « Attends ici une minute. »

Tetsuhito tourna les talons et se rendit dans sa propre chambre, revenant après un bref instant.

« Tiens, prends ça en tant mes excuses. » Il avait jeté une enveloppe dans les mains de Yuuto. « Utilise-le comme tu le souhaites. »

Yuuto avait baissé les yeux sur l’enveloppe. C’était quelque chose qu’il avait déjà vu auparavant : Juste après son retour dans le monde moderne, il l’avait trouvée à l’entrée de la maison, adressée à lui.

Il s’était souvenu qu’il y avait environ 200 000 yens à l’intérieur.

À l’époque, il n’avait pas voulu l’accepter, et même maintenant, c’était beaucoup trop pour des excuses. Cependant…

« Très bien. Merci, papa. » Yuuto avait pris l’enveloppe et avait exprimé sa reconnaissance. « Ça aide vraiment. »

« Hm. » Tetsuhito grogna brusquement, et fit signe du menton aux deux adolescents de se dépêcher de monter dans la chambre de Yuuto.

Comme toujours, l’homme était trop embarrassé et maladroit pour gérer ces situations avec des mots.

 

Face aux innombrables rangées de produits, Yuuto n’avait pu retenir un soupir d’étonnement. « Même si tout cela n’est que de 100 yens, c’est une si grande sélection… »

Il était dans un magasin à 100 yens dans le grand centre commercial près de la gare.

Au début, il avait essayé de faire les courses nécessaires sur Internet, mais assis dans cette petite pièce avec Mitsuki, ils s’étaient tous deux crispés dès que leurs épaules se touchaient. En fin de compte, il avait décidé qu’il ne pouvait pas gérer le shopping dans cette atmosphère gênante.

« T-tu sais, il fait si beau, c’est dommage de faire ça enfermé dans la maison, pourquoi ne pas aller faire du shopping dehors ? » avait-il enfin lâché.

« T-tu as raison ! C’est le jour idéal pour faire du shopping ! … Pfff. »

Avec cet échange, les deux adolescents avaient fait un changement impromptu à leurs plans et étaient partis ensemble.

Si Yuuto était honnête avec lui-même, s’il était resté dans cette situation, il n’était pas sûr qu’il aurait été capable de ne pas faire un pas vers elle.

Bien sûr, techniquement, ils étaient fiancés l’un à l’autre, donc ce n’était pas vraiment un problème, mais ce n’était que le premier jour après qu’il se soit confessé et demandé en mariage, ça semblait toujours aussi peu scrupuleux.

Elle était la personne avec laquelle il avait juré de passer le reste de sa vie, Yuuto voulait la traiter comme une personne spéciale, avec respect.

« Qu’est-ce que tu en penses ? » demanda Mitsuki. « Nous devrions être en mesure d’obtenir beaucoup de choses ici pour pas cher, non ? » Elle s’était penchée un peu en avant et l’avait regardé fièrement.

Cet aspect ludique de la jeune femme était incroyablement mignon, comme un petit bébé animal, mais Yuuto ne pouvait se résoudre à le dire à voix haute.

« Hm, oui, tu as raison. » Il avait juste hoché la tête en accord avec elle.

En fait, Yuuto avait toujours laissé à sa mère tout ce qui concernait le shopping dans le passé, et cela faisait maintenant trois ans qu’il était absent du monde moderne. Il était plutôt ignorant dans ces domaines.

En fait, au départ, il avait l’intention de se promener à l’intérieur du grand magasin normalement, mais Mitsuki l’avait attiré ici en disant que ce serait mieux de commencer ici.

Même avec l’aide financière de Tetsuhito, leurs fonds étaient limités. Plus ils pouvaient obtenir les choses dont ils avaient besoin à bas prix, mieux c’était.

Cependant, Yuuto fronça les sourcils. « Mais, tu ne t’inquiètes pas de la qualité ? Tu sais, “on en a pour son argent”. »

Yuuto avait l’impression que les marchandises moins chères étaient vouées à se briser plus facilement. Il n’allait probablement jamais pouvoir revenir dans ce monde, alors pour les choses les plus essentielles, il voulait qu’elles soient fabriquées solidement.

« Bien sûr, il y a des choses pour lesquelles il vaut mieux dépenser plus d’argent pour la qualité, mais qu’en est-il de celles-ci, par exemple ? Ne serait-il pas préférable de les acheter ici ? » Mitsuki désignait avec assurance une section remplie de câbles de différents types et longueurs, accrochés à des crochets et classés par type.

Elle avait couru pour en prendre un, et était revenue, le tendant à Yuuto.

« Tu dois t’assurer que tu en as beaucoup, n’est-ce pas ? »

« Ahh, c’est vrai, on en a besoin de beaucoup. » Yuuto baissa les yeux sur le câble USB qu’il tenait dans sa main, et fit un sourire en coin.

La possibilité de recharger leurs smartphones était de la plus haute importance. Ils en avaient besoin pour rechercher des informations et communiquer avec leur famille, ainsi que pour de nombreuses autres utilisations importantes.

La toute première chose qu’il avait commandée sur un site de vente en ligne était quatre batteries solaires extralarges. Et les câbles USB nécessaires pour relier ces batteries solaires à leurs téléphones étaient donc une nécessité absolue.

« Si tu les achètes dans un magasin d’électronique, ils coûtent plusieurs centaines de yens pièce, tu sais, » déclara Mitsuki. « Ces choses s’usent de toute façon, alors plutôt que de se concentrer sur la qualité, je pense qu’il vaut mieux se concentrer sur l’achat d’un grand nombre d’exemplaires. Même les plus chers ont l’habitude de se casser. »

« Tu as tout à fait raison. »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

Laisser un commentaire