Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 6 – Acte 2 – Partie 2

***

Acte 2

Partie 2

« C’est assez vulgaire de devoir manger à mains nues comme ça, mais… hmm, je dois dire, c’est vraiment délicieux ! » Dans la salle de réception du palais du Clan du Loup, Rífa avait exprimé son approbation alors qu’elle mangeait avec grand plaisir le nouvel aliment qui lui avait été apporté.

La scène était un peu surréaliste : une seule petite table de kotatsu au centre de la pièce spacieuse.

C’était le résultat de la priorité accordée à l’efficacité sur les apparences. Les nuits d’hiver à Iárnviðr étaient beaucoup trop froides pour manger à table dans une pièce non chauffée.

Assis en face de Rífa, Yuuto se prélassait dans la chaleur du kotatsu, et enfonçait ses dents dans sa propre portion de nourriture exotique : un hamburger. « N’est-ce pas bien, quand même ? »

Ici, à Yggdrasil, il n’y avait pas de tomates, ni de poivre noir, ni de moutarde, donc c’était un goût complètement différent de ce qu’il avait l’habitude de manger au Japon au 21e siècle. Cependant, il avait ce goût que l’on ne trouve que dans la cuisine maison, assez pour que Yuuto se sente carrément nostalgique, et c’était donc récemment devenu l’une de ses choses préférées à manger.

« Mais quelle sorte de viande est contenue là-dedans ? » demanda Rífa. « C’est si tendre et doux, et très juteux. À Glaðsheimr, j’ai goûté presque toutes les variétés d’aliments gastronomiques, mais c’est la première fois que je goûte quelque chose comme ça ! »

« Ahh, c’est du porc, milady, » déclara Yuuto.

« Quoi, c’est de la viande de porc !? Je n’arrive pas à y croire ! Vraiment ? Hmm… Eh bien, alors, ça doit être un spécimen incroyablement rare. Après tout, je n’ai jamais rien mangé de tel, » déclara Yuuto.

« Non, c’est de la viande provenant d’un porc normal, comme on peut en trouver n’importe où, » répondit Yuuto.

 

 

Bien sûr, conscient du fait qu’il s’agissait d’une noble dame, il décida de garder le silence sur le fait que c’était de la viande fabriquée à partir des morceaux restants après le dépeçage, la « viande de rebut ».

Il avait également omis le fait que les miettes de pain mélangées à la viande lors de la préparation des galettes provenaient à l’origine de restes de pain, recyclés, car ils commençaient à être rassis et durs.

Cela étant dit, la fabrication de hamburgers avait quand même exigé beaucoup de temps et d’efforts. Après tout, le monde d’Yggdrasil n’était pas industrialisé, et donc sans machines ou outils pratiques, il fallait faire de la viande hachée et des miettes de pain manuellement chaque fois.

« Hrrm ! Vous n’oseriez pas me tromper pour rire, n’est-ce pas ? » Rífa l’avait regardé d’un air suspicieux, ayant clairement du mal à accepter l’explication quant à cette nourriture.

Mais peut-être, c’était tout à fait normal.

Historiquement, le prédécesseur du hamburger, le « steak de Hambourg », aurait ses origines au XIIIe siècle, lorsque le peuple nomade tartare avait inventé un plat à base de viande hachée crue appelé « steak tartare ». Cette recette s’était répandue en Allemagne via le port de Hambourg, devenant populaire parmi la classe ouvrière et devenant le steak de Hambourg.

La plupart des ingrédients nécessaires pouvaient être obtenus à Yggdrasil, donc la recette avait pu être recréée, mais il s’agissait encore d’une recette vieille de près de trois mille ans dans le futur.

Après avoir dévoré tout son hamburger, Rífa poussa un soupir satisfait. « Ouf. C’était tout à fait un festin délicieux. »

La zone autour de sa bouche scintillait en raison de la graisse de la viande. Qu’elle ait mangé de tout son cœur au point d’avoir une telle allure, c’était la preuve que, fidèle à ses paroles, elle avait vraiment trouvé que c’était l’une des choses les plus agréables qu’elle ait jamais mangées. C’était tout de même une atteinte à sa dignité de noble dame impériale.

« Lady Rífa, prenez ça. » Félicia lui passa subtilement un petit tissu de lin, incapable de la laisser rester dans cette apparence compromettante.

« Hm ? »

« Hm, pour la bouche de milady…, » déclara Félicia.

« Ah ! » Rífa éleva la voix en un cri légèrement immodeste, puis arracha le tissu de Félicia et se frotta la bouche.

Son visage et ses oreilles étaient rouge vif. Comme il sied à une personne élevée dans les plus hautes sphères de la société, il semblait en effet qu’elle ressentait un fort sentiment de honte lorsqu’elle était prise dans un manque d’étiquette convenable comme celui-ci.

La première impression que Yuuto avait eue d’elle était que c’était une fille assez arrogante et hautaine, mais qui portait en elle un certain air de dignité majestueuse, certainement le genre de personne qu’il pouvait imaginer être appelée une « princesse ». Cependant, elle avait l’air un peu négligente et distraite, elle aussi.

Comparé à un noble qui n’était que digne et étouffant, Yuuto pensait que cela pourrait la rendre beaucoup plus facile à comprendre, mais c’était probablement quelque chose qu’il valait mieux ne pas souligner ou évoquer dans la conversation.

Très bien, maintenant devrait être le bon moment, pensa Yuuto, et aborda le sujet principal.

« Maintenant, Lady Rífa. Comment se fait-il que vous sachiez qu’il y avait aussi un miroir sacré enchâssé dans Iárnviðr ? » demanda Yuuto.

« A-ah, oui, ça. Oui, c’était le sujet dont nous parlions ! » Cherchant toujours à se remettre de son embarras, Rífa avait également sauté sur l’occasion de se concentrer sur autre chose, et avait répondu à sa question sans aucune hésitation. « Selon toute vraisemblance, je dirais que le miroir du monde d’où vous venez est un “miroir jumelé” à celui d’Iárnviðr. »

« Un miroir jumelé, dites-vous ? » demanda Yuuto.

« Vous savez comment, avec les jumeaux, on dit qu’il y a des moments où ils peuvent partager des pensées, même séparés et lointains ? C’est à peu près la même chose. Si le même artisan crée deux miroirs ayant exactement la même forme, suivant exactement les mêmes étapes, à l’aide d’Álfkipfer recueillis dans la même zone, ces deux miroirs deviennent reliés par une curieuse sorte de lien, » déclara-t-elle.

« C’est une connaissance complètement nouvelle pour moi, » dit Félicia en clignant des yeux dans l’étonnement. Elle avait été prêtresse du Clan du Loup, et devait être bien informée dans ce domaine.

Cela n’avait fait que confirmer la déclaration antérieure de Rífa : en ce qui concerne l’Álfkipfer et les phénomènes qui y étaient associés, l’Empire central du Saint Ásgarðr possédait des connaissances beaucoup plus avancées.

« Parmi les rangs d’Einherjar, » dit Rífa, « Il y a apparemment même ceux qui peuvent utiliser le lien entre ces miroirs appariés, et communiquer avec quelqu’un de loin en les utilisant immédiatement. »

« Ah ! » En entendant ces mots, Yuuto sentit un éclair d’inspiration couler dans son esprit. Cette description correspondait parfaitement à sa capacité de communiquer avec le monde lointain du Japon du XXIe siècle.

« Oho, il semble que ce que je viens de dire vous a fait sonner une cloche, » déclara Rífa. « Dois-je supposer que vous avez établi une façon de communiquer avec l’endroit d’où vous venez ? »

« Oui, oui, c’est vrai, » Yuuto hocha la tête.

Ainsi, au moins une partie du mystère de savoir pourquoi il pouvait entrer en contact avec le monde moderne avait été élucidée. Bien sûr, cela avait donné naissance au nouveau mystère quant à savoir pourquoi l’un des miroirs jumelés se trouvait au Japon à l’époque moderne.

Rífa fixa Félicia pendant un moment, fronçant les sourcils et semblant profondément en pensée. « Hmm, toujours… »

« Qu’y a-t-il, ma dame ? » demanda Félicia.

« Je ne veux pas vous offenser, mais je ne peux sentir qu’une quantité modérée de sorcellerie de votre part, rien de plus. Je dirais que vous êtes, au mieux, légèrement en dessous de la moyenne en termes de pouvoir en tant que manieur du seiðr, oui ? »

« … Oui. Je passe mes journées à me rendre compte de mon manque de capacités. » Félicia baissa les yeux avec une expression presque déchirante en entendant le commentaire brutal de Rífa.

Pouvoir utiliser la magie du seiðr était une capacité rare et précieuse au départ, ce qui signifiait qu’elle en était encore considérablement digne, mais Yuuto savait que dire cela ne la consolerait guère à ce point.

Félicia était celle qui avait convoqué Yuuto dans ce monde, et comme elle ne pouvait pas le renvoyer, elle sentait un sens incroyable de responsabilité — et de culpabilité — à ce sujet. Il lui avait dit à maintes reprises qu’elle n’avait plus besoin de s’en préoccuper, mais ce n’était manifestement pas des sentiments dont elle pouvait si facilement se défaire.

« Hmm. C’est juste que le fait d’appeler une personne par magie à son lieu de résidence exige une quantité considérable de pouvoir, » déclara Rífa. « Certes, j’ai entendu dire que l’on peut utiliser des miroirs opposés pour amplifier le pouvoir magique, et qu’ils peuvent avoir pour effet de rendre la frontière entre les mondes moins nette, mais…, » Rífa se tourna vers Yuuto. « Même ainsi, avec seulement le pouvoir de cette femme, cela n’aurait pas dû être possible. »

« Si je peux me permettre, est-ce vrai même si j’ai suivi toutes les étapes formelles du seiðr, culminant dans un rituel complet où j’ai rassemblé les pensées et les émotions de chacun dans le sort ? » demanda Félicia avec hésitation, mais Rífa répondit en secouant la tête.

« Pas du tout, ce serait loin d’être suffisant. Même pour une personne comme moi, je ne crois pas que je puisse réussir seule un acte aussi difficile. Il faudrait au moins deux Einherjars supplémentaires, avec leur soutien total, » déclara Rífa.

« Même pour quelqu’un comme vous… ? » Yuuto s’était retrouvé en train d’intervenir. « Lady Rífa, dites-vous que vous pouvez aussi utiliser les seiðrs ? »

Face à cette question soudaine, Rífa rit et se pencha en arrière, en sortant avec fierté sa poitrine bien ample. « Hehe hehe ! Si je dois le dire moi-même, je suis la plus grande et la plus puissante manieuse de seiðr de tout Yggdrasil ! »

« O-oh, je vois, » répondit Yuuto en bégayant.

Compte tenu de cela, je n’ai certainement jamais entendu votre nom auparavant, pensa-t-il, mais bien sûr, il avait choisi de ne pas le dire à voix haute.

Dans le cadre de sa recherche d’indices sur la façon de retourner dans le monde moderne, il avait depuis longtemps interrogé Kristina sur les utilisateurs de seiðr les plus célèbres et les plus puissants d’Yggdrasil, lui demandant de faire une liste pour lui. Le nom de Rífa n’y figurait pas.

« C’est quoi, cette expression ? » s’exclama Rífa. « J’imagine que vous ne me croyez pas ! »

« Eh !? Ah, non, ce n’est pas vrai du tout… J’ai juste pensé que vous exagériez peut-être un peu, et…, » répondit Yuuto.

« Oh, est-ce que c’est si… » Le coin de la bouche de Rífa était apparu avec un sourire tordu, et elle avait tendu la main, juste au-dessus de la poitrine de Yuuto.

Qu’est-ce qu’elle fait ? pensa Yuuto, mais sa réponse vint à l’instant d’après.

« Læðingr ! »

« Grh ! » Yuuto grogna quand soudain son corps devint beaucoup plus lourd.

C’était comme une combinaison de poids physique, de lassitude et de douleur intense dans tout son corps, comme s’il venait de finir de courir plusieurs kilomètres à pleine vitesse et qu’il n’avait absolument plus rien.

« Qu’est-ce que c’est que ça !? » Yuuto ne pouvait pas rester assis et était tombé sur le dessus de table du kotatsu.

« Grand Frère !? Lady Rífa, que lui avez-vous fait ? » Félicia haussa la voix en raison de la panique.

Si Rífa avait tenu une lame ou une autre arme claire, Félicia aurait sûrement réagi immédiatement et bloqué l’attaque. Mais le vide des mains de son adversaire avait retardé sa réaction.

Il y avait aussi le fait que ni elle ni Yuuto n’avaient pensé qu’une noble jeune femme de la Maison de Jarl allait soudainement attaquer l’un d’eux.

Contrairement à Félicia, qui était complètement pâle, Rífa était l’image de sang-froid. « Hm ? Quoi ? J’ai simplement décidé de lui montrer un peu de mon pouvoir, c’est tout. »

Elle les regardait froidement avec des yeux qui brillaient à l’intérieur d’eux…

« Ça ne peut pas être… des runes jumelles !? » s’exclama Félicia.

« Quoi !? » Yuuto avait lutté et avait à peine réussi à tourner son cou afin de voir le visage de Rífa. Bien sûr, il y avait deux runes dorées qui flottaient au-dessus de ses yeux et qui avaient l’air d’avoir la forme de croix, ou peut-être d’épées.

Une rune jumelle Einherjar — ils étaient les plus rares des rares, et il avait été dit qu’il n’y en avait pas plus de deux connus dans tout Yggdrasil.

« Cela explique comment vous avez pu faire quelque chose d’aussi ridicule…, » Yuuto grimaça.

D’un simple geste de la main et d’un seul mot, cette jeune fille lui avait volé la liberté de mouvement de son corps. C’était de la vraie « magie » authentique, comme la sorcellerie du mythe.

Bien sûr, Yggdrasil avait déjà eu sa part d’autres charmes et sorts surnaturels, comme la magie du chant galldr et le seiðr ritualiste. Mais d’après ce que Yuuto savait d’eux, leurs effets étaient souvent pratiques, mais mineurs ou subtils, et même sporadiques dans leur efficacité. Même certains des rituels seiðr les plus précieux avaient une limite à leurs effets ou à leur taux de succès qui les plaçait comme étant tout juste meilleurs que l’effet placebo.

La différence entre ces seiðrs et ce qui venait de se passer était évidente et frappante.

Mais c’était aussi parfaitement logique pour Yuuto.

Même une seule rune avait doté son porteur d’une grande protection et de pouvoirs divins. C’est pourquoi, dans tous les nombreux clans d’Yggdrasil, Einherjar était presque sans exception dans des positions de haut statut ou d’autorité.

Un Einherjar jumeau avait reçu deux fois cette bénédiction divine. Cela leur accorderait un niveau de pouvoir qui transcendait les limites de la raison pour ce qui était considéré comme une capacité humaine.

Yuuto connaissait déjà un autre Einherjar jumeau, un homme qui possédait tant de puissance brute qu’il était plus juste de l’appeler un monstre qu’un humain.

En d’autres termes, malgré l’apparence délicate de cette jeune fille, elle avait autant de pouvoir.

« Attendez, s’il vous plaît, attendez un instant ! » La voix de Félicia s’éleva en intensité et son visage pâle paraissait sur le point de devenir vert. Elle tremblait, et Yuuto pouvait entendre ses dents claquer, elle était vraiment bouleversée en ce moment. « On dit que dans le monde entier, il n’y a actuellement pas plus de deux personnes portant deux runes. Le premier est Steinþórr, le Tigre affamé du Clan de la Foudre. Et l’autre est celle qui a hérité des runes jumelles par son sang. La personne la plus sacrée et la plus élevée du monde d’Yggdrasil… »

« Oh non… urk ! » Rífa avait essayé d’étouffer son propre cri en se couvrant la bouche.

Cependant, cela avait plus que tout servi à démontrer que les spéculations de Félicia étaient dans la bonne direction.

Ne pouvant plus se soucier d’un éventuel manque de respect en ce moment, Félicia désigna Rífa d’un doigt tremblant et cria d’une voix aiguë. « L-La Þjóðann… La Divine Impératrice Sigrídrífa !? »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire