Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 6 – Acte 1 – Partie 1

***

Acte 1

Partie 1

« Ne me touchez pas, voyou ! » Rífa jeta un regard furieux sur le client ivre de la taverne qui venait de tomber par terre sur ses fesses.

C’était une belle jeune fille aux cheveux d’un blanc pur comme la neige. Son corps avait été drapé à divers endroits avec des ornements en métaux précieux, ce qui indiquait son statut élevé.

D’ailleurs, « Rífa » était un surnom affectueux qui n’était normalement permis qu’à quelques rares personnes choisies, et son nom complet était Sigrdrífa. Elle était, en fait, le treizième empereur divin du Saint Empire Ásgarðr.

Dans des circonstances normales, le genre de voyous qui fréquenteraient une taverne délabrée comme celle-ci n’aurait jamais eu la chance d’en voir une comme elle, et encore moins de la toucher.

La chance de lui parler directement et d’entendre sa voix était le comble de la chance, et pourtant cet homme avait osé la saisir par les épaules et rapprocher ses lèvres des siennes.

C’était un acte si méprisable que même la mort n’absoudrait pas le crime.

En ce qui concerne Rífa, cet homme devrait être éternellement reconnaissant d’avoir été jeté à terre.

« Qu’est-ce qu’il y a ? » Le visage de l’homme ivre avait déjà été rougi, mais maintenant sa colère l’avait rendu encore plus rouge, et avec un cri, il s’était indigné en se levant. Il n’avait pas l’air d’avoir réfléchi à ses actions.

« Honnêtement, c’est encore plus horrible que les histoires que nous avions entendues. » Rífa soupira et haussa les épaules. « Il n’y a que vous qui êtes vulgaires et sordides. »

Elle ne supportait pas l’air vicié qui imprégnait cet endroit. Rien qu’en respirant, cela semblait obscurcir son esprit. Franchement, même le simple fait d’être ici la rendait mal à l’aise.

Il semblerait qu’elle n’aurait peut-être jamais dû venir ici, comme l’avaient dit ses deux accompagnatrices.

« Huuuh !? Je ne sais pas qui tu crois être, mais tu dois avoir du culot de parler comme ça, salope ! » l’homme cria d’une voix hargneuse, et la regarda comme si elle essayait de l’intimider. Apparemment, il ne supportait pas l’air confiant de Rífa.

Comme si la voix de l’homme était un signal, un groupe d’autres clients ivres avaient quitté le bar et étaient sortis pour les rejoindre devant l’entrée de la taverne. Ils avaient commencé à encercler Rífa. Il semblerait que l’homme qui criait était leur chef.

Elle était maintenant entourée d’au moins cinq hommes ivres. Dans cette situation, une fille normale serait sans aucun doute terrifiée, mais Rífa restait calme et insouciante.

C’était une espèce spéciale d’Einherjar, dont on disait qu’il n’y en avait que deux dans tout Yggdrasil : Elle possédait deux runes.

Contre des hommes de ce calibre, elle était sûre de pouvoir se débrouiller seule, même s’ils étaient dix.

Je suppose que je vais commencer par celui qui gémit et qui fait du tapage, se dit-elle. Mais avant qu’elle n’ait pu bouger, la voix d’un jeune homme avait retenti.

« Attendez ! Tout le monde se calme ! »

La voix était assez jeune pour ne pas se sentir à sa place dans cet environnement.

Rífa ne voyait pas bien à cause du mur d’ivrognes qui bloquait sa ligne de vue, mais ce nouvel homme avait dû entendre le vacarme et venir en courant.

La colère des hommes ivres n’était pas du genre à être apaisée par les réprimandes d’un garçon.

« Huuuuuh !? Qu’est-ce que tu veux, bon sang !? » cria l’un d’eux.

« Si tu essaies de nous barrer la route, on va commencer par toi ! »

Comme elle l’avait prédit, l’interruption n’avait fait qu’alimenter leur feu.

Cela dit, ce jeune homme était suffisamment louable pour avoir tenté d’intercéder dans ce genre de situation. Rífa ne voulait pas l’impliquer, si possible. Et pour commencer, elle était censée voyager incognito.

Je devrais boucler tout ça aussi vite que possible.

Avec cette pensée, Rífa prit une profonde respiration et commença à augmenter le flux d’énergie magique dans son corps…

« Taisez-vous. » Le cri d’une jeune fille avait retenti comme un coup de tonnerre. « Personne ne sait qui se tient devant vous maintenant. Voici l’auguste seigneur de notre clan du loup, le huitième patriarche Yuuto Suoh ! »

Rífa se mit à trembler de surprise, et le pouvoir magique qu’elle avait recueilli se dispersa instantanément.

Ce n’était pas le volume de la voix qui l’avait surprise. Non, cela l’avait aussi un peu effrayée, mais une telle chose ne suffirait pas à lui faire perdre le contrôle de sa magie, Rífa ne manquait pas tant de talent.

Ce qui l’avait déconcentrée, c’était le nom que la fille avait prononcé.

Yuuto Suoh, huitième patriarche du clan du loup. C’était le nom de l’homme que les échelons supérieurs de l’Empire du Saint Ásgarðr avaient déterminé comme étant le « Ténébreux », sans aucun doute.

Était-il ici, en ce lieu même ?

« Huuuuuh ? Ne sois pas stupide ! » hurla un ivrogne.

« Ouais, tu penses que notre seigneur patriarche serait ici dans une taverne délabrée au milieu du… gaah !? »

« Oh ! Ohhhh ! C’est… ! »

Au lieu de manifester leur colère et leur scepticisme, les voix des ivrognes se mirent à trembler de peur.

La voix de la jeune fille retentit à nouveau, comme si elle avait observé les réactions des hommes pour évaluer le bon moment.

« Vous vous tenez devant votre seigneur et patriarche. Vous faites tous preuve d’insolence. Agenouillez-vous ! Agenouillez-vous et baissez la tête ! »

« O-Oui, madame !! »

Les hommes ivres avaient tous crié leur réponse presque à l’unisson et s’étaient prosternés sur le sol. Ils l’avaient fait avec une telle force qu’ils avaient pratiquement claqué leur front contre le sol.

Juste cette démonstration avait suffi pour voir à quel point le patriarche du clan du loup était vénéré et craint par ces hommes.

Maintenant qu’il n’y avait plus de mur humain bloquant sa vue, Rífa avait involontairement tourné ses yeux vers le jeune homme.

D’après ce qu’elle avait pu voir, il ne semblait pas avoir quelque chose de spécial.

Il avait peut-être un an ou deux de plus qu’elle. Il était un peu grand, mais du côté mince, et pas très fort. Son visage n’avait pas non plus beaucoup d’intensité, en fait, il ressemblait à celui d’une personne douce et bien élevée.

C’était l’homme qui était censé détruire l’empire, alors elle avait imaginé un visage plus vicieux. Franchement, c’était un peu décevant.

S’il y avait quelque chose d’intéressant à mentionner à son sujet, c’était peut-être ses cheveux et ses yeux, ils étaient si noirs qu’ils se fondaient dans l’obscurité de la nuit, presque d’apparence sinistre.

« Quoi… !? » Quant au Ténènreux, il regardait Rífa d’un air choqué. C’était comme s’il regardait quelque chose qu’il ne pouvait pas se résoudre à croire.

Pourtant, c’était quelque chose que Rífa avait l’habitude de faire depuis longtemps.

Hmph, il est sans doute choqué par la couleur de ces yeux et cheveux maudits. Comme c’est pittoresque, alors que tu es dans le même cas, Ténébreux. Rífa ne pouvait pas étouffer un sourire d’autodérision alors qu’elle le pensait.

Cependant, ce qui sortit ensuite de la bouche du Ténébreux alla complètement à l’encontre de ses attentes.

« Mitsuki… ? » Il chuchota comme étourdi, mais le mot n’était pas familier aux oreilles de Rífa.

Elle avait fouillé dans ses souvenirs, mais ne pouvait pas dire qu’elle l’avait déjà entendu.

« … Mi-tsu-ki ? Qu’est-ce que ça veut dire ? » demanda Rífa d’un air suspicieux, fronçant les sourcils.

Le son de sa voix semblait ramener le Ténébreux à la raison, et il répondit en hâte. « Ah, euh, désolé pour ça. Vous ressemblez vraiment à quelqu’un que je connais, alors… »

« Quelqu’un qui me ressemble ? Alors, cela doit être quelqu’un d’assez bonne naissance, » déclara Rifa.

« Non, c’est juste une fille de la campagne, » répondit le Ténébreux.

« Vous savez, vous êtes très impoli, vu qu’on vient juste de se rencontrer, » déclara Rifa.

« Hein ? … Oh ! Non, je ne voulais pas insinuer que vous aviez l’air d’une fille de la campagne, ou peu sophistiquée ou quelque chose comme… hein ? » répondit le Ténébreux.

Soudain, le Ténébreux s’arrêta et ses yeux se fixèrent sur les vêtements de Rífa, comme s’il venait à peine de les remarquer.

Ça aussi, c’était un peu grossier de sa part, mais elle laissa passer. C’est ainsi que se comportaient les gens des provinces rurales, et c’était ainsi qu’un seigneur magnanime négligeait ce genre de choses.

« Hm-hm. » Rífa étirait son dos haut et se brossait les cheveux sur le côté, en s’assurant de montrer ses vêtements.

Les vêtements qu’elle portait étaient principalement faits avec le rare fil de soie importé d’Orient, qui avait une fine brillance qui laissait tous les autres tissus dans l’infériorité. Les attaches et les fermoirs en métal, ainsi que les autres accessoires en métal qu’elle portait, étaient tous en or pur, et la broche sur sa poitrine était incrustée d’améthyste violette.

C’était le genre de tenue raffinée et magnifique qui faisait actuellement fureur parmi la classe aisée de Glaðsheimr, le centre culturel d’Yggdrasil.

Je suppose que maintenant vous comprenez qui est le vrai habitant de la campagne ici ? pensa Rífa en mesurant la réaction du Ténébreux.

« Vous portez des vêtements de si haute qualité. Qui êtes-vous, au juste ? » Il avait les yeux écarquillés, comme elle l’avait espéré.

Cette réaction lui avait procuré une certaine satisfaction, et elle avait donc posé une main sur sa poitrine et s’était présentée.

« Ravie de faire votre connaissance, patriarche du clan du loup. C’est certainement une étrange tournure du destin que de vous rencontrer ici. Je suis Rífa, petite-fille de Sveigðir, chef de la Maison de Jarl. »

Là, je n’ai pas dit un seul mensonge, avait-elle ajouté en interne.

Bien sûr, il y avait aussi beaucoup de vérité qu’elle n’avait pas dite.

Il y avait un grand risque à se révéler sous le nom de Þjóðann, la divine impératrice régnante d’Ásgarðr. Un patriarche ambitieux quant au pouvoir pourrait réagir en la saisissant, afin qu’ils l’emprisonnent et la manipulent à leur avantage. Mais d’un autre côté, le discours et les manières de Rífa étaient tels qu’elle ne pouvait espérer passer pour une roturière.

C’est le patriarche du clan de l’épée, Fagrahvél, qui lui avait donné une réponse à ce dilemme. Il était particulièrement proche d’elle parce qu’il était son « frère de lait », élevé par la même nourrice alors qu’ils étaient bébé. Sa proposition était qu’elle se fasse passer pour un parent éloigné de la famille royale, ni plus ni moins.

Le Ténébreux avait sursauté. « Quoi !? Une des trois maisons de la famille impériale !? »

Il y avait beaucoup de familles ayant des liens de sang avec les membres de la famille royale, mais la Maison de Jarl était l’une des trois familles les plus puissantes, connues collectivement sous le nom des Trois Maisons, qui étaient les plus proches du trône.

Il n’y avait aucun chef de terres à Yggdrasil qui ne les connaissait pas.

Les patriarches de clan qui gouvernaient leurs territoires l’avaient fait avec l’autorité du Þjóðann et de l’empire comme prétexte et mandat pour leur gouvernement. Ainsi, en utilisant son identité actuelle, Rífa ne risquait pas qu’un patriarche cherche à bouleverser les choses en l’utilisant dans leurs plans, et elle n’aurait pas non plus besoin d’être traitée comme une personne de basse qualité.

« En effet, cette Maison de Jarl, » dit-elle d’une manière imposante. « Comme preuve, voyez ce bracelet sur mon bras. »

Rífa leva le bras droit pour montrer le bracelet, également en or pur. Sur elle se trouvait le symbole d’un oiseau en vol et d’une épée, superposée — le symbole du Saint Empire d’Ásgarðr. Le travail de détail était si complexe que l’on pouvait dire d’un coup d’œil que ce n’était pas un faux.

Arrivant apparemment à la conclusion que ce n’était pas une plaisanterie ou une tromperie, le Ténébreux avait tenu un bras sur la poitrine et avait fait un salut respectueux.

« Pardonnez mon impolitesse. Permettez-moi de me présenter une fois de plus. Sa Majesté m’a donné l’autorisation de diriger le clan du loup. Je m’appelle Yuuto Suoh. Je suis heureux de faire votre connaissance, » déclara-t-il.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire