Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 5 – Acte Supplémentaire – Partie 2

***

Acte Supplémentaire : Les épreuves quotidiennes de Þjálfi

Partie 2

« … Gah ! » Quand Þjálfi avait repris connaissance, il regardait un plafond couleur terre.

Il en avait reconnu le motif, les petites taches décolorées. C’était sa propre chambre, celle du commandant de la forteresse. Apparemment, il dormait profondément.

« Était-ce un rêve ? Ghh ! » Alors qu’il essayait de s’asseoir, une douleur intense avait jailli de son dos et de l’arrière de sa tête, et il faillit s’évanouir à nouveau.

Cette douleur lui avait rappelé les souvenirs d’avant qu’il perd connaissance, aussi vive qu’ils étaient désagréables.

Il avait été complètement et complètement battu. Comme une bête sauvage, son adversaire rapide et agile avait esquivé chaque attaque.

Voyant cela, Þjálfi avait utilisé des railleries pour tenter de provoquer le garçon dans une lutte frontale de force, mais il avait perdu dans ce combat tout aussi facilement, et à la fin, il avait été lancé dans les airs par un enfant de moins de la moitié de son poids.

Il ne se souvenait de rien après ça.

« Oh, tu es réveillé ? » Une fille ouvrit la porte et entra. En le voyant éveillé, ses yeux s’élargirent très légèrement.

Elle avait les cheveux ondulés et dorés qui descendaient jusqu’à la taille et portait un sourire réservé qui présentait de l’élégance et du raffinement. C’était une fille dont l’apparence correspondait à l’image d’une vraie dame.

« J’ai entendu dire que tu avais perdu un combat d’une manière plutôt disgracieuse, Grand Frère, » dit-elle. « Et face à un enfant pas plus âgé que moi. Tout le monde dans la forteresse en parle, tu sais. »

Il pouvait sentir la piqûre dans chacun de ses mots. Et au-dessus de son doux sourire, la lumière dans ses yeux était froide.

« Es-tu venue ici pour m’insulter, Röskva ? » Þjálfi lui répondit avec lassitude.

Elle était sa sœur cadette de sang, mais Þjálfi avait du mal à interagir avec elle. Il y avait quelque chose en elle qu’il ne comprenait pas complètement, et cela la rendait vaguement effrayante pour lui.

« S’il te plaît, permets-moi une insulte ou deux, » dit-elle. « À cause d’un frère peu fiable et décevant, mes plans ont subi un revers important et ils sont devenus totalement inutiles. » Elle poussa un doux soupir.

Chaque mouvement de son langage corporel était parfaitement noble et gracieux, mais au lieu de compassion, il n’y avait rien d’autre qu’un profond mépris derrière chaque mot qu’elle disait.

Þjálfi ne pouvait s’empêcher de se plaindre à lui-même de la personnalité horrible et tordue de cette fille.

« Tu parles de ton plan pour faire de moi le prochain patriarche, non ? » dit-il. « Je n’arrête pas de te dire que je n’ai pas ce qu’il faut pour ce poste. »

Þjálfi s’affaissa les épaules et sourit amèrement.

C’était déjà une lutte constante pour lui afin de diriger et de gérer que les cinq cents soldats stationnés dans la forteresse. L’idée d’assumer le fardeau de diriger le clan tout entier lui paraissait comme étant un poids beaucoup trop lourd pour ses épaules.

« Tu as tendance à te sous-estimer, Grand Frère. » Avec une expression troublée, Röskva inclina la tête sur le côté et la soutint d’une main. « Malgré ton jeune âge, tu es prudent et attentif, tu mérites la popularité et la confiance de ceux qui te sont inférieurs. Si tu continues comme tu le fais, tu seras sans aucun doute considéré comme l’un des futurs candidats à la succession… ou, tu aurais été… »

Þjálfi n’était pas assez têtu pour rater ce qu’elle disait. En d’autres termes, sa gaffe avait repoussé l’échéance.

Bien sûr, il s’agissait d’attentes qui avaient été égoïstement poussées sur lui par quelqu’un d’autre, et le fait qu’elle l’ait réprimandé pour avoir trahi ces attentes ne l’avait laissée que se sentir offensé au lieu d’être coupable.

« Alors, pourquoi ne deviens-tu pas le patriarche toi-même ? » demanda-t-il. « Sans m’utiliser. »

« Je ne peux pas, car je n’ai pas le genre de disposition qui fait que je sois apprécié par les autres. » La réponse de Röskva fut immédiate et sans passion.

Tu en es donc toi-même consciente de ça ! Þjálfi avait failli rire, mais il avait gardé le contrôle de lui-même.

Mais Röskva semblait tout de même voir à travers lui. « Qu’y a-t-il de si amusant ? Il se trouve que je pense que je me comprends très bien. Je suis plus apte à occuper le poste de commandant en second ou d’assistant du second, d’où je peux utiliser l’autorité d’un patriarche respecté pour me permettre d’utiliser mes talents et ma perspicacité comme bon me semble. »

Sept ans plus tard, sous Steinþórr en tant que patriarche, ses paroles seraient une réalité — ce serait en effet Röskva qui contrôlerait à elle seule les affaires intérieures en tant que commandant en second du Clan de la Foudre. Mais pour l’instant, Þjálfi n’était qu’un simple mortel qui n’avait aucune idée de l’avenir, alors il s’était moqué d’elle.

« C’est un grand discours de la part d’une petite fille de 13 ans, » déclara-t-il.

« Oh ? Et qui était celui qui a été battu sans pouvoir faire quelque chose par un petit garçon de treize ans ? » demanda-t-elle.

« Argh ! » Þjálfi s’était étouffé avec ses mots.

Elle avait dit ce qui le blesserait le plus profondément. C’était un exemple de plus de l’intelligence de sa petite sœur.

C’était une Einherjar comme son frère, portant la rune connue sous le nom de Tanngnjóstr, le Broyeur de Dents. Mais c’était toujours Þjálfi qui, d’une manière ou d’une autre, avait grincé des dents dans la frustration à cause d’elle.

« Je n’arrive pas à y croire… même si c’est un enfant, tu n’aurais pas dû baisser ta garde autant, » dit Röskva sévèrement.

« Je n’ai pas baissé ma garde, pas un instant ! » déclara-t-il.

« … Quoi ? » s’exclama-t-elle.

« Ce garçon est un vrai monstre en termes de puissance. C’était juste beaucoup trop pour que je puisse m’en occuper… he. » Þjálfi gloussa un peu tristement, riant de lui-même.

Lui, l’homme loué comme l’un des trois combattants les plus forts de tout son clan, avait combattu un enfant de treize ans qui allait doucement avec lui, et il avait quand même perdu. C’était carrément comique.

« Oh, hey ! Tu es enfin debout ! » Et en parlant du diable, le garçon en question avait crié d’une voix joyeuse et était entré dans la pièce. « Après tout, on dirait que j’étais le plus fort ! »

Son large sourire était arrogant, mais innocent, comme le tyran d’un groupe de jeunes enfants qui avait fini par devenir leur chef.

« Ça veut dire que je peux faire ce que je veux de cet endroit, d’accord ? » Steinþórr dit avec empressement.

« … Non, j’ai bien peur de ne pas pouvoir le permettre, » déclara Þjálfi.

« Huuuuuh !? Hé, j’ai gagné, tu te souviens ? » demanda l’autre.

« Oui, ce combat était entièrement ta victoire. Mais ce n’est pas parce que c’était le cas que je peux te laisser faire tout ce que tu veux ici, » déclara fermement Þjálfi. « Ce serait un mauvais exemple pour les hommes. La chaîne de commandement s’effondrerait et tout le monde perdrait le moral. Je ne peux pas rester les bras croisés et laisser un truc comme ça arriver. Tant que tu es dans cette forteresse, j’ai besoin que tu suives mes ordres. »

Þjálfi était terriblement conscient que dire cela après avoir relevé le défi et perdu le garçon était un acte de mauvaise forme.

Malgré cela, son patriarche lui avait confié cette forteresse, et on ne savait pas quand l’ennemi pourrait attaquer. Il avait la responsabilité de maintenir les forces en parfait état de préparation.

S’ils subissaient une défaite militaire, cela mettrait en danger non seulement la vie des cinq cents soldats ici, mais aussi celle de tous les villages locaux le long de la frontière. Il n’était pas en position de s’inquiéter d’une petite perte de prestige.

C’est ainsi que Þjálfi s’était adressé à Steinþórr en pensant et en assumant ses responsabilités personnelles.

Mais rien de tout cela ne semblait atteindre le garçon roux. « Euh… Je ne comprends pas vraiment, mais, eh, qui se soucie des petits détails ? » dit-il avec dédain.

« Cependant, ce n’est vraiment pas un petit détail du tout…, » répondit Þjálfi, les épaules tombantes. De son point de vue, il s’agissait d’une affaire grave qui concernait tous les habitants de la forteresse. Il venait à peine de se réveiller, mais il se sentait déjà incroyablement épuisé.

« Je veux dire, n’est-ce pas simple ? Tout ce que j’ai à faire, c’est de capturer cette forteresse du Clan du Serpent, non ? » Steinþórr fit un geste confiant par la fenêtre voisine avec son pouce, à la forteresse ennemie visible au loin.

Þjálfi était respecté par beaucoup pour sa générosité et sa patience, mais cette attitude l’avait finalement fait craquer. « Arrête de déconner ! Tout le monde dans cette forteresse est mon enfant ou petit-enfant assermenté, ma famille ! Je me fiche que tu sois fort physiquement, tu es un amateur qui n’a jamais vécu une vraie bataille ! Je ne prêterai même pas l’un d’eux à quelqu’un comme toi ! »

C’était un comportement qui allait bien au-delà du simple manque de respect et de l’ignorance totale de l’autorité.

Qu’est-ce que ces capitaines de clan idiots dans la capitale pensent !? L’indignation de Þjálfi l’avait conduit à maudire le garçon lui-même.

Bien sûr, le garçon était incroyablement fort en termes de capacité de combat, mais il était si gâté, c’était ridicule.

Voyant Þjálfi tellement en colère qu’une veine bleue se dressait sur son front, Steinþórr élargit ses yeux un instant, puis ria avec ironie et lui fit signe de la main.

« Hein ? Non, non, tu te trompes. Je ne prendrai aucun de tes hommes. Je vais le reformuler. Je vais aller détruire cette forteresse, tout seul, » déclara-t-il.

Avec le pouce, il avait fait un geste vers la forteresse, le garçon aux cheveux roux se montra du doigt et sourit largement. C’était un sourire intrépide et sauvage.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire