Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 5 – Acte 1

***

Acte 1 : Les petites renardes dans la maison des tablettes

***

Acte 1 : Les petites renardes dans la maison des tablettes

Partie 1

« C’est ainsi que le monstrueux déluge créé par le Seigneur Yuuto, connu sous le nom de Jormungandr, engloutit l’armée du Clan de la Foudre et la balaya. »

Dans un bâtiment du quartier est d’Iárnviðr, une cinquantaine d’enfants étaient assis dans une salle de classe avec six longs pupitres en bois disposés en rangées, écoutant avec ferveur les paroles de leur maître.

Ils se trouvaient dans un vaxt, une sorte d’école aussi appelée « maison des tablettes », où les familles aisées pouvaient envoyer leurs enfants apprendre à lire, à écrire et à faire des calculs arithmétiques simples en échange d’une somme importante.

« Le patriarche du Clan de la Foudre a été salué comme inattaquable au combat, connu sous le nom de Tigre affamé de batailles Dólgþrasir. Mais aussi puissant qu’il soit, il n’a pas pu résister aux eaux de crue, et la bataille s’est terminée par une victoire écrasante pour nous, le Clan du Loup ! »

Alors que l’enseignant terminait son récit, il s’approcha d’une tasse de thé pour assouvir sa gorge fatiguée.

Il s’arrêta et prit une grande respiration avant de dire : « Ce sera tout pour la leçon d’aujourd’hui. Assurez-vous également de tout passer en revue à la maison. »

Sur ce, l’enseignant avait quitté la salle de classe à toute allure.

Les enfants étaient tous assis en silence pendant un moment, le regardant partir, puis ils s’étaient mis à crier en une conversation d’un seul coup. « Woooow, le Seigneur Yuuto est incroyable !!! »

Certains enfants, qui ne se contentaient pas de crier, s’étaient levés de leur siège et avaient sauté de haut en bas en applaudissant.

« Même tout un groupe d’Einherjar ensemble ne pouvait pas battre le Dólgþrasir, mais il n’était rien pour le Seigneur Yuuto ! »

« Et l’autre jour, il est allé tabasser des types appelés le Clan de la Panthère, c’est ça ? »

« Quand je serai grand, j’échangerai le Serment du Calice avec le Seigneur Yuuto ! »

« Oh, moi aussi, moi aussi ! Ce serait un rêve devenu réalité que de se battre sous ses ordres pour le Clan du Loup ! »

« On dit que le Seigneur Yuuto est aussi celui qui a inventé le pain sans grains. »

« J’ai entendu dire qu’il avait trouvé un moyen de faire toutes sortes de choses en verre, comme des contenants ou des ornements qui ressemblent à des animaux. »

« Oh, j’en ai vu quand j’étais dans la cour du palais avec mon père ! La lumière du soleil les traversait, et ils brillaient de toutes les couleurs de l’arc-en-ciel ! »

Les enfants avaient tous discuté avec enthousiasme de leur patriarche, leurs yeux brillaient. Pour chacun d’entre eux, il était un symbole d’admiration, un héros.

« Wôw, Maître Yuuto est vraiment incroyable…, » Éphelia murmura cela à elle-même en regardant les enfants qui bavardaient de loin, dans un coin de la classe.

C’était une adorable petite fille d’une dizaine d’années, avec cheveux châtains en un petit bob. Cependant, elle avait l’air un peu différente par rapport aux autres enfants. Pour le dire poliment, ses vêtements et son apparence étaient plus simples. Pour le dire grossièrement, elle avait l’air minable et pauvre en comparaison.

Mais elle ne pouvait pas y faire grand-chose. Après tout, ce vaxt était normalement réservé aux enfants des familles les plus riches d’Iárnviðr. Mais Éphelia était une esclave, à l’échelon le plus bas de la société dans cette ville, et son style de vie et son apparence n’avaient rien à voir avec ceux de ces autres enfants.

« E-Euh… Au revoir ! » Éphelia s’était levée et avait fait ses adieux polis à ses camarades de classe avant de partir. Mais les garçons ne s’arrêtèrent qu’une demi-seconde pour jeter un coup d’œil dans sa direction avant de retourner à leurs conversations, et toutes les filles l’ignorèrent complètement.

Non, à y regarder de plus près, il y avait une fille qui s’était retournée pour faire face à Éphelia en souriant. Mais même cette fille n’avait pas répondu aux adieux d’Éphelia.

Éphelia savait que cela arriverait.

Elle se sentait malheureuse et pathétique, et honnêtement, elle ne voulait rien leur dire. Cependant, le professeur leur avait dit à tous qu’il fallait toujours leur dire poliment au revoir lorsqu’ils partaient pour rentrer chez eux.

Elle était autorisée à assister au vaxt comme un cas spécial à la demande du Patriarche Yuuto, donc elle ne voulait pas enfreindre les règles ou agir de manière incorrecte. Si elle le faisait, elle ferait honte à Yuuto, à qui elle devait tant. Elle ne pouvait pas laisser ça arriver, quoi qu’il arrive.

Elle avait fait tout ce qu’elle avait à faire pour aujourd’hui. Éphelia avait salué ses camarades de classe avec courtoisie et avait quitté la salle de classe.

En partant, elle fit un dernier regard envieux dans leur direction.

*

Éphelia avait été accueillie par l’un des gardes alors qu’elle approchait des portes d’entrée du palais au centre d’Iárnviðr. À toute heure du jour et de la nuit, il y avait toujours au moins une douzaine de soldats de la garde royale et de l’unité des forces spéciales connue sous le nom de Múspell.

« Oh, tu es de retour, hein ? » dit le garde du palais. « Bon travail, ma petite dame. »

« Oh, merci… merci ! Merci à vous tous pour votre dur labeur aujourd’hui ! »

« Ha ha ha ha ha, nous apprécions. »

Éphelia passait par cette porte tous les jours depuis un mois sur le chemin de l’école pour se rendre à l’école et en revenir, et son visage était donc familier aux gardes du palais.

« Alors, passez une bonne soirée, » dit-elle en inclinant la tête et en se frayant rapidement un chemin à travers la porte.

Elle savait que ces soldats essayaient d’être gentils avec elle en interagissant avec elle, mais elle ne pouvait pas empêcher l’impulsion réflexive de son corps à se détourner d’eux quand ils lui parlaient.

Éphelia avait du mal à traiter avec des hommes forts comme eux. Malgré cela, elle n’avait aucun problème avec une fille comme leur capitaine Sigrun, même si Sigrun était encore plus forte.

Le dernier jour où elle se souvenait d’avoir vécu paisiblement dans son ancienne patrie s’était terminé avec une bande de grands hommes étranges qui défonçaient la porte de sa maison et faisaient irruption, poussant sa mère par terre et jetant Éphelia dans un sac.

Quand elle parlait aux soldats, elle n’y pouvait rien, les souvenirs de cette scène lui revenaient toujours en mémoire. Bien sûr, elle savait qu’ils étaient différents des hommes méchants qui l’avaient kidnappée, mais…

Déçue d’elle-même par sa réaction, Éphelia devint de plus en plus déprimée, quand soudain elle entendit une voix d’en haut.

« Hmm ? Oh, salut, c’est Éphy. Viens-tu de rentrer du vaxt ? » La voix brillante et amicale l’appelait par son prénom.

Éphelia leva les yeux pour voir une autre fille, à peine plus âgée qu’elle, assise en tailleur sur un dattier et pelant l’un de ses fruits.

Rien que de la voir, Éphelia n’avait plus le sentiment de tristesse dans sa tête, et elle sentait déjà le printemps revenir à ses pas.

Éphelia avait souri à la jeune fille, non pas avec un sourire faux et poli, mais avec un sourire sincère du plus profond de son cœur. « Oui, Lady Albertina. Je viens de rentrer ! »

« Oh, alors bienvenue à la maisonnnnn ! » Albertina salua Éphelia sur son ton joyeux et chantant habituel, et commença à mâcher le fruit délicieux.

La façon dont Albertina bougeait et la façon dont elle était assise, sans parler du fait qu’elle était au sommet d’un arbre en premier lieu, tout cela donnait l’impression d’une fille sauvage de la forêt, sans le moindre signe d’étiquette. Mais malgré ses maniérismes, elle était princesse du Clan de la Griffe voisin, fille de naissance de son patriarche.

Elle était aussi l’enfant subordonnée directe du Patriarche Yuuto et l’un des officiers du Clan du Loup.

« Oh, d’accord ! Vient ici Éphy, je vais partager ça avec toiiii, » sans prévenir, Albertina avait jeté l’une des dates dans la direction d’Éphelia.

« Wh-whoa ! » Éphelia avait saisi précipitamment l’ourlet de sa jupe et le tendit vers l’extérieur pour attraper le fruit qui tombait.

C’était un peu gênant de faire quelque chose comme ça en public, mais la nourriture était incroyablement précieuse, et elle ne pouvait pas en gaspiller. C’était plus important pour elle que de s’inquiéter des apparences.

Éphelia savait qu’une fille lente et maladroite comme elle n’aurait probablement pas réussi à l’attraper si elle avait utilisé ses mains. Elle laissa échapper un long souffle, soulagée d’avoir au moins réussi à éviter de le laisser s’écraser contre le sol et d’être gâchée.

« C’est vraiment gluant, Éphy ! Tu dois essayer ! »

« Merci, mais… quand même, je…, » prenant le fruit dans ses mains, Éphelia avait senti que sa bouche se mettait à saliver malgré elle. Mais en même temps, elle était piégée par sa retenue, inquiète de savoir si une esclave comme elle pouvait vraiment bien manger ça.

Les fruits du dattier étaient moins chers que les céréales sur le marché, et donc ils n’étaient pas chers ou quoi que ce soit du genre, mais ce dattier était sur le terrain du palais, faisant des dattes la propriété personnelle du patriarche. Elle ne pouvait pas se résoudre à manger quelque chose comme ça sans permission.

« Hmm, allez, qu’est-ce que tu fais ? » Albertina, impatiente face à l’hésitation d’Éphelia, descendit rapidement de l’arbre.

D’après ce qu’Éphelia avait entendu, Albertina était une Einherjar avec une rune appelée Hræsvelgr, le Provocateur des Vents, et pouvait se déplacer à des vitesses encore plus rapides que Sigrun. Tout dans les mouvements agiles et sans effort d’Albertina suggérait que c’était vrai.

Albertina s’était dit à elle-même : « Ahh, attends, Kris m’a dit : “Dis ça à Éphy si elle semble en difficulté.” Uhhhh, comment était-ce déjà ? Oh, c’est vrai ! “C’est quoi ton problème, fillette ? Tu dis que tu ne veux pas manger mes fruits, c’est ça, heinnn !?” »

Mais c’est le fruit du patriarche, pas le vôtre ! Éphelia avait réfléchi en réponse. Pourtant, elle avait sagement réussi à se retenir de le dire à voix haute.

« Kris » était la sœur jumelle d’Albertina, Kristina.

Éphelia s’était mise à rire un peu de la situation, impressionnée par le talent de Kristina.

Comme toujours, Lady Kristina sait exactement comment exploiter les faiblesses des autres, avait-elle réfléchi. Si une dame de statut supérieur lui disait avec tant de force de manger quelque chose, Éphelia ne pourrait pas vraiment refuser catégoriquement.

« Dans ce cas, je l’accepterai avec reconnaissance, » dit-elle. « Merci beaucoup. »

« Ouais, mange-le, mange-le ! Eh bien, c’est bon ? »

« Je n’ai même pas encore pris une bouchée, Lady Albertina. » En gloussant sur le comportement d’Albertina, Éphelia avait épluché la peau de la date et l’avait mordue.

Le jus sucré du fruit remplissait sa bouche, et sa saveur incroyablement délicieuse était suffisante pour lui donner des frissons. Les fruits de l’arbre de dattier étaient non seulement sucrés, mais ils contenaient aussi beaucoup de nutriments et étaient donc très appréciés des habitants d’Yggdrasil. Éphelia ne faisait pas exception et les dattes sucrées étaient l’un de ses aliments préférés.

D’ailleurs, Yuuto avait dit un jour que la saveur lui rappelait « un kaki sucré », ou quoi que ce soit d’autre.

« C’est très délicieux, » dit-elle. « Merci encore, Lady Albertina. »

« Hehe hehe ! Je vois, bien, bien ! Quand j’en ai essayé un, c’était tellement bon que je me suis dit : “Je dois demander à Kris et Éphy d’en essayer un aussi !” » Albertina montra à Éphelia un large sourire plein d’orgueil innocent.

 

 

« Oookay alors, je vais maintenant donner celui-là à Kris ! » déclara Albertina.

À l’instant où elle avait dit cela, un coup de vent s’était levé derrière elle, et elle avait soudainement disparu du champ de vision d’Éphelia.

Surprise, Éphelia regarda autour d’elle et, se retournant pour faire face au palais proprement dit, elle vit Albertina déjà loin d’elle.

Éphelia s’inclina profondément dans la direction de la silhouette qui s’éloignait.

Elle travaillait au palais, donc naturellement elle s’occupait surtout d’adultes, et les seules autres personnes de son âge qui entraient et sortaient du palais à part elle étaient les deux filles du Clan de la Griffe.

C’est peut-être pour cela qu’Albertina s’était fait un point d’honneur de toujours l’appeler, et grâce à la manière détendue de la jeune fille, elles s’étaient vite rapprochées l’une de l’autre.

Du point de vue d’Albertina, Éphelia était peut-être simplement quelqu’un du même âge avec qui elle pouvait parler, mais Éphelia était incroyablement reconnaissante de connaître quelqu’un comme elle.

Éphelia n’avait aucune idée de l’endroit où ses vieux amis de son pays natal avaient fini, ou même s’ils étaient encore en vie.

Pour elle, Albertina était la seule personne de son âge qu’elle lui restait pour être son amie.

***

Partie 2

« Bonjour, tout le monde ! Je suis de retour ! » Éphelia avait appelé dans la salle.

Dans le bloc sud du parc du palais se trouvait une grande salle d’attente réservée aux servantes, qui s’occupaient principalement des travaux de cuisine, du nettoyage et de la lessive.

Tous les esclaves achetés par Yuuto étaient d’abord assignés à travailler ici dans le palais, Éphelia ne faisant pas exception.

Les leçons au vaxt se terminaient généralement avant midi, de sorte qu’Éphelia venait ici après midi et passait l’après-midi à réviser et à répéter le contenu du cours, tout en aidant les autres domestiques dans leur travail quand ils avaient besoin d’un coup de main.

« Oh, salut, Éphy. Bon retour parmi nous ! »

« Bienvenue, Éphy ! Ohh, viens ici et laisse-moi te faire un câlin ! »

« Ah ! Moi aussi, moi aussi ! »

« Ohh, Éphy, te serrer dans mes bras me soulage du stress ! »

« Ohhhhhh… » Éphelia était impuissante et ne pouvait résister, car, l’une après l’autre, les femmes s’entassaient autour d’elle et l’enlaçaient tour à tour.

C’était déjà une enfant adorable, et elle était aussi une travailleuse acharnée malgré son âge, qui s’efforçait avec diligence d’aider les adultes qui l’entouraient. Ces qualités à elles seules étaient plus que suffisantes pour que toutes ses aînées au travail l’aiment beaucoup.

Et récemment, il y avait aussi une nouvelle raison.

« Ah, c’est vrai, » s’exclama une servante. « Tu es revenue au bon moment. Apporte ça au patriarche dans son bureau ! »

« Ah ! Oui, madame ! »

« Éphy, chérie, ramène-nous des friandises aujourd’hui aussi, d’accord ? »

« J’ai hâte d’y être, c’est tout ce qu’il me faut pour passer la journée, tu sais. Nous comptons sur toi, ma chérie ! »

Chaque fois qu’Éphelia recevait des bonbons ou d’autres collations du patriarche, elle les partageait toujours avec tout le monde au lieu de les manger toute seule. C’est pour cela qu’elles l’aimaient plus que jamais.

Quelle que soit l’époque, les femmes avaient toujours aimé les aliments sucrés, et tout au long de l’histoire, elles avaient donc servi d’outils précieux dans les rapports sociaux.

C’est ainsi que chaque fois que venait le temps d’apporter du thé ou des rafraîchissements au patriarche, Éphelia se voyait confier le travail, même si quelqu’un d’autre était disponible.

« Mais vous savez que je ne vais pas toujours recevoir quelque chose, pas vrai ? » Éphelia parlait avec anxiété, craignant de ne pas pouvoir répondre à leurs attentes, mais les servantes plus âgées riaient et rejetaient d’un geste de la main une telle possibilité.

« Non, non, ne t’inquiète pas. Tu es après tout la préférée du Seigneur Yuuto. »

« Exactement. Alors, vas-y, ma chérie. »

« Ohhhh…, » Éphelia avait poussé un petit gémissement, mais elle ne s’était pas disputée davantage. Prenant le plateau et le pichet en main, elle se dirigea vers le bureau du patriarche.

Des moments comme celui-ci lui avaient vraiment fait comprendre à quel point tout le monde ici était brillant et joyeux. Elle se demandait honnêtement s’il y avait un autre clan à Yggdrasil qui traitait ses esclaves aussi bien que le Clan du Loup.

Certes, les tâches ménagères étaient difficiles (surtout maintenant, en hiver), mais les femmes qui étaient des citoyennes ordinaires devaient faire le même genre de travail dans leur propre ménage, alors ce n’était pas comme si c’était particulièrement pire à cet égard.

Le nombre d’heures quotidiennes qu’ils devaient travailler n’était pas plus élevé que celui d’un citoyen moyen, et on leur accordait des pauses adéquates.

Ils n’avaient pas fait l’objet de cris ou de railleries, et il n’y avait pas eu de violence physique comme des coups de poing, des coups de pied ou le fouet.

Ils recevaient des repas convenables tous les jours, et même si ce n’était pas beaucoup, ils recevaient chaque mois un salaire en pièces de cuivre.

Vraiment, c’était un traitement gracieux qui ne laissait rien à désirer.

Techniquement, les esclaves pouvaient acheter leur liberté et devenir citoyens s’ils recueillaient assez d’argent pour payer leur propre prix d’achat, mais aucun des autres domestiques d’Éphelia n’économisait leur salaire, probablement parce qu’ils étaient aussi satisfaits de leur situation actuelle.

« C’est si différent ici de ce qu’était le Clan de l’Hirondelle, » chuchota Éphelia en se remémorant les souvenirs de sa patrie perdue, aujourd’hui si douloureuse.

À l’époque, c’était elle qui était prise en charge par des serviteurs esclaves. Cela ne faisait qu’un an depuis lors, mais elle avait l’impression que c’était il y a si longtemps maintenant.

Dans le Clan de l’Hirondelle, les esclaves étaient tous traités avec cruauté, au point qu’elle avait laissé sur son jeune cœur une impression terriblement forte qu’elle ne voulait jamais finir comme une esclave.

Bien sûr, elle s’était retrouvée comme telle, ce qui montrait à quel point la vie était imprévisible.

Alors que ces pensées traversaient l’esprit d’Éphelia, elle arriva à la porte du bureau du patriarche.

Elle s’était immédiatement sentie nerveuse. Elle comprenait parfaitement que Yuuto était une personne gentille dans son cœur, mais le patriarche était toujours le patriarche. C’était un personnage avec lequel l’incompétence, voire l’erreur, était une insolence qu’il ne fallait jamais permettre.

La toute première fois qu’elle l’avait rencontré après être devenue sa servante, elle avait honteusement renversé du thé sur ses vêtements. Normalement, une telle chose serait un motif pour au moins un coup de fouet, ou dans le pire des cas, une exécution.

La mère d’Éphelia avait tendance à s’inquiéter beaucoup pour elle, raison de plus pour laquelle Éphelia avait juré de ne plus jamais laisser ce genre de chose se reproduire.

Elle s’était servie de sa tension croissante pour concentrer son esprit, avait pris une dernière grande respiration et avait appelé par la porte : « Excusez-moi, j’ai apporté du thé. »

« Hm ? Oh, hé, c’est Éphy. » La voix d’un jeune homme, chaleureuse et claire, lui parla. « Entre. »

Quand Éphelia ouvrit la porte pour entrer, elle vit le propriétaire de la voix, un jeune homme aux cheveux noirs, assis à une sorte de table en forme de boîte couverte d’une couverture, ses jambes se collant sous elle. Il était penché sur la table et roulait un cylindre sur une tablette d’argile.

Il n’était pas en train de faire de l’oisiveté ou de faire l’imbécile, il était en train d’attacher son sceau à un message. Tandis qu’il roulait lentement le cylindre, il pressait dans l’argile molle l’image d’un loup entre le soleil et la lune, et le nom « Yuuto Suoh » en lettres nordiques.

En effet, ce jeune homme était le même souverain que dans les documents historiques qu’elle lisait dans ses leçons, le grand héros invincible que les enfants admiraient tous.

La belle femme aux cheveux dorés assise en face de Yuuto — Félicia, comme on la nommait — lui avait pris la tablette d’argile et la déposa soigneusement à côté d’elle. « Parfait. Je te remercie beaucoup. »

Comme l’insigne du patriarche était sur la tablette, il devait s’agir d’un document important, donc au lieu d’être séché à l’air, on l’enverrait probablement bientôt dans un four pour qu’il puisse être rapidement envoyé là où il devait aller.

« Eh bien, Grand Frère, puisqu’Éphy est là, ne devrait-on pas faire une petite pause ? » demanda Félicia.

« C’est une bonne idée. » Yuuto hocha la tête à la suggestion de Félicia et, d’un long et profond soupir, il étendit son dos sur le sol.

« Tenez, Maître. Vous travaillez toujours si dur. » Éphelia offrit ces mots d’appréciation en versant soigneusement le thé dans sa tasse en argent préférée.

Apparemment, Yuuto avait vécu une expérience terrible avec des tasses et des bols en faïence, et il s’obstinait maintenant à éviter de les utiliser dans la mesure du possible. À Iárnviðr, le salaire moyen d’un homme pour un mois de travail manuel n’était que d’environ deux byggs (environ seize grammes) d’argent, de sorte que la coupe en argent était un trésor incroyablement cher.

Compte tenu de la richesse et de la prospérité que Yuuto avait apportées au Clan du Loup, personne ne lui reprocherait d’avoir un objet de luxe ou deux comme ça. Cependant, du point de vue d’Éphelia, c’était si cher qu’elle avait peur d’y toucher.

« Ah, merci, Éphy. Ughhhh, mes épaules endolories…, » Yuuto ne se plaignait à personne en particulier, encore paresseusement étendues sur le sol.

Le voyant ainsi, il regarda Éphelia avec plus de désinvolture et d’insouciance que même les garçons avec lesquels elle allait à l’école, loin du genre d’individu qu’on pourrait imaginer se battre sur le champ de bataille.

Elle savait que dans certaines régions environnantes, il était aussi très craint, et on l’appelait l’infâme loup Hróðvitnir, mais pour elle, cela ne semblait pas lui convenir.

Au contraire, bien qu’Éphelia ait souvent eu peur autour de Yuuto à cause de son statut, pour elle, il avait l’air d’un frère aîné toujours gentil.

« Ça me rappelle un truc, Éphy, » dit-il. « Ça fait environ un mois maintenant que tu as commencé à aller au vaxt. Comment ça se passe ? »

Même maintenant, malgré le fait que Yuuto devait être fatigué, il lui posait des questions sur sa vie.

Éphelia lui répondit en versant soigneusement le thé dans la tasse à thé de Félicia. « Oh, c’est vrai. Il y a eu un examen l’autre jour, et j’ai reçu d’excellentes notes. »

« Joli ! Bien joué ! Très bien, alors. En récompense, je te donnerai ces dates séchées. » Yuuto s’était rassis et il avait pris un petit panier qui était placé sur la table, et le tendit à Éphelia.

À l’intérieur, il y avait un tas de dattes séchées rouges et ridées, au moins dix d’exemplaires.

Les dattes étaient déjà un fruit sucré, mais leur séchage les rendait encore plus sucrées, et elles étaient populaires de cette façon lorsqu’elles étaient associées à du thé.

« Merci beaucoup, Maître, » dit-elle. « J’en profiterai plus tard, avec mes collègues. »

« Tu es un si bonne enfant, Éphy, » déclara-t-il.

« C’est le moins que je puisse faire, parce qu’elles sont toujours si bonnes avec moi, » répondit Éphelia, soulagée qu’elle ait réussi à obtenir quelque chose de sucré à partager avec elles aujourd’hui.

Bien sûr, les jours où elle revenait les mains vides, elles riaient et lui disaient que tout allait bien pour qu’elle ne se sente pas mal. Mais elle préférait toujours voir leurs visages heureux.

« Alors je suis heureux d’apprendre que tu t’entends si bien avec les gens d’ici, » avait-il dit. « Et ceux du vaxt ? »

« Le… professeur me fait beaucoup d’éloges et me traite très bien. » La réponse d’Éphelia fut un peu lente, mais elle parvint à parler d’une voix claire et ferme. Elle n’avait pas menti. Elle ne pouvait pas dire qu’elle s’entendait bien avec les autres enfants de sa classe, mais elle ne pensait pas non plus être victime d’intimidation. « Je n’ai pas de vrais problèmes. »

Du point de vue d’Éphelia, ce n’était pas non plus un mensonge. Elle se sentait un peu seule et triste quand elle était au vaxt, mais ce n’était que pour quelques heures le matin. Un endroit chaleureux et heureux l’attendait au palais. Tout ce dont elle avait besoin chaque jour, c’était d’un peu de patience pour endurer la matinée, et tout allait bien.

Yuuto avait déjà tant fait pour elle, et il était occupé avec son travail de patriarche. Elle ne voulait pas le déranger ni être un fardeau.

Et, Yuuto ayant mis ses attentes en elle, elle ne voulait pas non plus être faible ou pitoyable devant lui.

Yuuto la fixa en silence pendant un moment, comme s’il voulait dire quelque chose. Mais à la fin, la seule chose qu’il avait dite, c’est : « Hm, je vois » d’une voix pas plus forte qu’un murmure.

***

Partie 3

« Je dois dire, Père, » fit remarquer Kristina avec un sourire étonné, « Tu es un peu trop protecteur, n’est-ce pas ? En fait, bien plus qu’un peu. »

C’était le lendemain, et Yuuto était dans le vaxt du quartier est d’Iárnviðr, pressé contre la fenêtre et regardant à l’intérieur de la classe.

Debout à côté de lui et tenant sa main gauche, Kristina le regardait maintenant avec une expression légèrement exaspérée.

Son apparence de base était bien sûr assez semblable à celle de sa jumelle Albertina, mais là où sa sœur avait une innocence enjouée et sans ruse, les yeux de Kristina semblaient voir à travers tout et chacun, et elle avait une aura cynique et insolente autour d’elle.

Kristina souriait. « Quand le jour viendra enfin et que le prétendant d’Éphy appellera, je t’imagine devenant enragé et criant quelque chose de banal comme, “Je ne donnerai jamais ma petite fille à un individu comme toi !” Hehe hehe. »

« Ne t’inquiète pas, » Yuuto avait riposté. « Quand ce sera ton tour, je t’enverrai avec deux “hips” et un “hourra”. »

« Et pourtant tu es si froid et indifférent quand il s’agit de ta vraie fille, » déclara Kristina.

« Ma fille assermentée, tu veux dire. Et je ne pense pas qu’il y ait un homme assez grand pour prendre quelqu’un avec ta personnalité pour épouse, » déclara Yuuto.

« C’est vrai. Tu es le seul homme qui me vient à l’esprit, Père, » répliqua Kristina.

« Merci, mais c’est bon de rester parent, » répliqua-t-il.

« Oh, tu n’es pas drôle, » déclara Kristina.

« C’est vrai. Bref, Éphy est plus importante en ce moment, » déclara Yuuto.

« Tu n’es vraiment pas drôle du tout, Père. En fin de compte, je suppose que pour toi, je ne suis qu’une autre femme pratique à utiliser, » répliqua Kristina.

« C’est exact, utile et pratique à avoir à portée de main. Ton pouvoir l’est, de toute façon, » déclara Yuuto.

« Oh, tu ne le nieras même pas ! » Avec une expression angoissée et larmoyante, Kristina avait levé sa main libre pour couvrir ses yeux en pleurs. Il ne fait aucun doute que c’était de la comédie, bien sûr.

Une autre chose qu’elle avait partagée avec sa sœur Albertina est que Kristina était aussi une Einherjar. Elle portait la rune Veðrfölnir, le Silencieux des Vents. En voyageant avec elle et en lui tenant la main, Yuuto pouvait se faufiler et éviter d’attirer l’attention malgré ses cheveux noirs et autres traits étrangers.

Il avait décidé d’utiliser son pouvoir pour venir secrètement observer Éphelia à ses cours aujourd’hui.

Aucun des enfants au vaxt n’avait remarqué Yuuto, ils se concentraient seulement sur l’inscription de lettres dans leurs tablettes d’argile avec des stylus tranchants. Ils travaillaient tous sérieusement, car s’ils ne le faisaient pas, ils risquaient que le professeur les frappe avec la baguette qu’il portait.

Au Japon d’aujourd’hui, les châtiments corporels à l’école avaient été abolis depuis longtemps, mais c’était tout à fait normal et courant ici à Yggdrasil, où le concept de choses comme les droits de l’homme était pratiquement inexistant.

« Bien, on dirait que vous avez tous fini. » Le vieux professeur acquiesça de la tête, satisfait, puis éleva la voix. « Ce sera tout pour la leçon d’aujourd’hui ! » Il avait déclaré ça haut et fort, et avait rapidement quitté la salle de classe.

L’instant d’après, les enfants avaient tous quitté leur siège et avaient commencé à parler avec enthousiasme, ou à courir dans la pièce et à jouer. Yuuto avait souri. Cette scène, du moins, n’était pas différente de celle qu’il avait vécue dans le monde d’où il venait.

« Je suis le tristement célèbre Loup Infâme Hróðvitnir ! Entends mon nom et tremble ! » un garçon avait déclaré ça.

« Gh… ! » Yuuto s’était tendu.

« Prends ça ! Attaque écrasante des eaux de la crue ! »

« … » Yuuto s’était retrouvé couché sur le sol comme s’il avait été frappé, le visage rouge comme une betterave.

Qu’est-ce que c’est que ça ?

Mais il le savait déjà. Il le savait, mais son esprit essayait de refuser de le traiter. Pendant ce temps, son visage avait l’air en feu à cause de l’embarras.

« Mon…, mon Dieu. Ils semblent certainement s’amuser, » dit Kristina, d’un ton et d’un regard qui étaient tous les deux délibérés. Et le sourire…, oh, le sourire satisfait sur son visage était détestable. « Ça doit être si agréable d’être si populaire auprès de tous les enfants. Je suis jalouse. »

« Allez, n’en fais pas toute une histoire. » Yuuto s’était remis de ses grimaces assez longtemps pour lui répondre.

Pendant ce temps, le jeu de simulation des enfants continuait, et deux nouvelles voix se firent entendre.

« Ennemis lointains, écoutez ma voix ! Ceux qui sont tout près, venez me voir ! Je suis le Tigre Affamé des Batailles, Dólgþrasir ! »

« Et je suis le Mánagarmr, le Loup d’Argent le plus Fort ! Sur vos gardes, Dólgþrasir ! »

« Regarde, tu vois ? » Yuuto désigna avec empressement les deux garçons. « Ils se font aussi passer pour Steinþórr et Run. Il n’y a pas que moi. »

C’était trop embarrassant pour Yuuto d’encaisser alors qu’ils ne mimaient que lui, mais ce n’était pas aussi grave une fois que d’autres personnes qu’il connaissait en faisaient aussi partie.

« Tu es sûre que c’est vraiment la Grande Soeur Sigrun ? C’est un garçon qui joue le rôle, » déclara-t-elle.

« Ah, bon point. Et le titre de Mánagarmr se transmet de personne en personne, après tout, » Yuuto avait finalement retrouvé assez de sang-froid pour faire ce genre d’analyse. « Peut-être qu’il prétend qu’il a grandi et qu’il l’a hérité de Run. »

Maintenant qu’il avait eu le temps d’y réfléchir plus calmement, il s’est demandé s’il ne devait pas se sentir honoré au lieu d’avoir honte d’assister à des jeux de simulation comme celui-ci. Après tout, c’était la preuve que la population l’aimait vraiment.

D’une certaine façon, ce genre de choses était peut-être la plus grande bénédiction qu’il pouvait souhaiter en tant que dirigeant d’un État.

« Qu’est-ce que vous pensez de ça ? Soyez écrasé par la puissance de Mjǫlnir, l’Anéantissement ! »

« Mwah ha ha ha ! Grâce au pouvoir de mes triches, vos attaques ne peuvent rien contre moi ! »

Tandis que les garçons continuaient à crier, Yuuto avait failli s’étouffer avec sa propre salive.

Non, c’était insupportablement embarrassant, après tout. C’était déjà assez grave qu’il commençât à se demander s’il préférait ramper dans un trou et mourir plutôt que de rester ici et de continuer à écouter ça.

« Mon Dieu, Père, dois-tu réagir si fortement ? » Kristina avait souri. « Ce n’est pas grand-chose, après tout… Hehe. »

« Hé. Viens-tu de te moquer de moi ? » demanda Yuuto.

« Quoi ? Je n’ai pas la moindre idée de ce que tu veux dire… Pfffheheheheheh, » déclara Kristina.

« Ouais, continue de rire… Je ferai en sorte que tu pleures plus tard, bon sang ! » déclara Yuuto.

« Eeek, noooooon —, » Kristina avait poussé un cri de peur impressionnant, mais faux.

Elle se moquait complètement de lui.

Machiavel avait écrit dans son traité Le Prince qu’un vrai souverain ne devait jamais laisser ses serviteurs le rabaisser ou se moquer de lui. Cette situation avait peut-être obligé Yuuto à agir de façon plus sérieuse et intimidante dans son rôle de père assermenté. Mais juste au moment où il pensait cela, Kristina reparla sur un ton plus sérieux.

« Eh bien, je suppose que c’est assez de plaisanteries. Retour à notre objectif initial… Regarde, Père, » déclara Kristina.

« Hm ? … Tch, bon sang. » Tandis que Yuuto regardait en direction de Kristina, il avait fait claquer sa langue sur ce qu’il voyait.

C’était Éphelia, qui était assise seule, complètement séparée des autres enfants, dans la solitude.

« A-Au revoir ! » Elle s’était levée et avait souhaité poliment adieu aux autres enfants, mais aucun d’eux ne lui avait répondu. Aucune des filles n’avait même regardé dans sa direction.

« On dirait que le mauvais sentiment que j’avais était vrai, » déclara Yuuto sur un ton sérieux.

Kristina, pour sa part, semblait en avoir une vision assez détachée. « Vraiment ? Ils n’ont pas l’air de l’intimider, alors ça ne veut-il pas dire qu’il n’y a pas de problème ? »

Elle avait déjà l’air de ne plus s’intéresser à Éphelia, et elle regardait fixement le groupe de filles qui étaient heureuses de faire la conversation entre elles. Le coin de sa bouche s’était transformé en un sourire malicieux.

C’était une fille qui n’avait pas honte de déclarer et d’afficher publiquement une forme d’amour assez tordue pour sa sœur, et elle n’arrêtait pas de dire qu’elle n’aimait tellement pas les hommes qu’elle ne voulait pas tenir la main de Yuuto. Peut-être que quelqu’un dans le groupe des filles avait attiré son attention.

Yuuto ne pouvait pas se permettre d’être aussi nonchalant qu’elle sur la situation. « L’ostracisme, c’est aussi de l’intimidation. Et ce genre de chose laisse des cicatrices à l’intérieur qui font beaucoup plus mal que tout ce qui est physique. »

« Oh hoh ? »

« Quoi, Kris ? » demanda Yuuto.

Yuuto avait été tout à fait sérieux et pensait ce qu’il disait, alors quand Kristina lui avait répondu en lui jetant un autre regard souriant. Cela l’avait caressé dans le mauvais sens du poil et il s’était énervé sur elle.

Yuuto n’était pas un saint. Ce n’était pas parce qu’il était habitué à la personnalité et au comportement habituels de Kristina qu’il pouvait ignorer à quel point elle était indifférente après avoir vu ce qui arrivait à Éphelia.

« C’est juste que tu es vraiment un homme bon, Père. Je suis vraiment en train de comprendre à quel point tu m’as dupée avec l’affaire de la tragédie de Van, » déclara-t-elle.

« Hmph. Ouais, eh bien, je suis bien conscient à quel point je suis doux de cœur et faible, » répliqua-t-il.

Yggdrasil n’était pas un monde bon. C’était un endroit où les forts conquièrent les faibles. Et pour quelqu’un qui se tenait au-dessus des autres et régnait, il y avait des moments où il fallait avoir la force de rejeter froidement, même cruellement, quelqu’un pour le plus grand bien, aussi proche qu’il puisse être.

Il avait souffert du prix à payer pour avoir manqué de cette force pendant la dernière guerre, et il était encore gêné à ce sujet.

Même ainsi, la nature d’une personne n’était pas quelque chose qui était facile à changer.

« Mais qu’est-ce que je vais faire à propos de cette situation… ? » murmura-t-il.

Il serait assez simple de s’appuyer sur son autorité en tant que patriarche et d’ordonner aux enfants d’être gentils avec elle, mais cela devait être un dernier recours absolu. S’il était trop lourd, la pression ne ferait qu’augmenter la distance entre eux.

« Hmm, en fait, j’ai peut-être une idée merveilleuse, » dit Kristina. « Veux-tu l’entendre ? »

« Vas-y, continue, » déclara-t-il.

« Oh, mais je ne peux pas le donner gratuitement. Le secret du processus d’affinage du fer…, » déclara-t-elle.

« Quoi — ? » demanda Yuuto.

« … C’est ce que j’aimerais dire, mais peut-être serais-tu plus disposé à échanger tes connaissances sur la façon de produire du papier ? » demanda-t-elle.

Elle avait commencé avec une forte demande pour évaluer sa réaction, puis l’avait immédiatement échangée contre une autre pour l’évaluer à nouveau. C’était vraiment un petit renard rusé.

Yuuto s’arrêta pour réfléchir. Le Clan du Loup avait récemment commencé à fabriquer divers articles en verre, et le profit de ceux-là dépassait de loin ce qu’ils faisaient avec du papier. Pour des raisons de sécurité nationale, il n’était plus nécessaire de traiter la production de papier avec le même niveau de secret que la méthode d’affinage du fer. Techniquement, il n’y avait aucun problème à accommoder un clan subordonné ayant accès au savoir. Cependant…

« C’est une demande assez raide à faire, Kristina, » Yuuto avait choisi de dire à voix haute.

Même si ce n’est pas très agréable à dire, il s’agissait quand même d’un prix exorbitant à payer en échange de rien de plus que l’amélioration de la qualité de vie d’une seule esclave. Kristina avait profité du favoritisme de Yuuto envers Éphelia pour négocier le prix le plus élevé qu’elle pouvait obtenir dans cette situation.

Il avait continué. « Sois trop gourmande avec moi, et tu pourrais perdre plus que tu n’en gagneras. »

« Même si tu te disais que mes conditions étaient raisonnables ? » demanda-t-elle.

« … Bon sang. D’accord, très bien. Tu es vraiment trop sale pour ton propre bien, tu sais, » déclara-t-il.

« Hehe hehe, tu me flattes, » répondit Kristina, agitant son corps dans une pose de flirt et envoyant un baiser.

Yuuto la dévisageait avec lassitude. « Oui, non, pas du tout. Je ne voulais pas dire sale de cette façon, et ce n’était même pas un peu sexy. »

« Quoiiiiiii !? J’étais assez confiante dans cette pose ! » Kristina réagit de façon dramatique, les yeux écarquillés avec surprise.

Yuuto ne pouvait que rire d’un air ironique, sans savoir le cas échéant quelle part de sa surprise était réelle.

Elle est vraiment un petit renard, pensa-t-il.

Bien sûr, il ne parlait que de sa ruse astucieuse. C’était après tout encore une enfant.

***

Partie 4

« Il s’agit de Lady Kristina et de Lady Albertina, et à partir d’aujourd’hui, elles suivront les cours ici avec vous tous, » déclara le professeur. « Bien qu’elles soient jeunes, elles ont déjà échangé le Serment du Calice directement avec notre grand patriarche, le Seigneur Yuuto, et elles sont aussi les filles par le sang de Botvid, patriarche de notre voisin le Clan de la Griffe. Tout le monde, attention à ses manières avec elles. »

C’était le lendemain matin, et les jumelles souriaient sur le podium à l’avant de la classe d’Éphelia pendant que l’enseignant les présentait à la classe. Normalement, les procédures et les documents nécessaires auraient pris une à deux semaines, mais c’était le genre de situation où l’autorité de Yuuto était très utile.

Éphelia était abasourdie, la bouche grande ouverte. On ne lui avait rien dit.

« Salut, je suis Albertina. Enchantée de vous rencontrer. » Albertina avait salué la salle avec le sourire lumineux, gai et innocent qu’elle portait toujours.

Elle n’était pas du tout timide devant une salle pleine d’étrangers.

Quant à Kristina…

« Eh bien, elle peut dire ça, mais en fait cette fille est mon assistante personnelle. Elle ne viendra pas ici en tant qu’étudiante, » déclara Kristina.

« Huuuh !? Non, je vais à l’école ! Je suis vraiment une étudiante ! » Albertina commença à crier en signe de panique.

Kristina l’avait regardé dans les yeux. « Ne me dis pas… Tu crois vraiment que tu es prête à assister à un vaxt, avec ton cerveau ? »

« Euh, eh bien, hmm… ! »

« Alors, faisons un test. Lis ces lettres pour moi, Al. » Kristina avait sorti une petite plaque d’argile qu’elle avait préparée et le plaça devant les yeux de sa sœur.

« Guh… Je.... Je n’arrive pas à le lire…, » le visage d’Albertina tomba et sa réponse fut pratiquement un gémissement de tristesse.

Kristina soupira et secoua la tête comme pour dire bon sang, puis montra du doigt les lettres. « C’est écrit “Albertina” ici. Dire que tu ne sais même pas lire ton propre nom… comme c’est pathétique. »

« Non, ce n’est pas vrai ! Ce n’est pas ce que ça dit ! Même moi, je peux le dire ! » déclara Albertina.

« Pff, donc même toi, tu as réussi à apprendre à lire ton propre nom, » déclara Kristina.

Albertina avait ri en se vantant. « Bien sûr que je l’ai fait ! Tu ne devrais pas sous-estimer ta propre sœur ! »

« Au fait, le mot était “Botvid”, » déclara Kristina.

« Je suis vraiment désolée, Papa — !! » Albertina se tourna vers l’est et cria des excuses à son père lointain, s’inclinant sans cesse.

Elle était après tout la princesse du Clan de la Griffe. Le fait qu’elle ne pouvait pas lire le nom de son patriarche et de son propre père biologique était plus qu’un peu problématique.

Cependant, c’était aussi à peu près la même chose qu’elle en temps normal.

« Ahh… Al, tu es plus désespérée que jamais…, » Kristina regarda sa sœur avec une expression d’extase.

Cela aussi, c’était comme si de rien n’était.

« Ah, euh… hmm. » Le professeur âgé responsable de la classe avait été emporté par le rythme rapide de la conversation des jumelles jusqu’à présent, mais il avait fini par sortir de son étourdissement et avait essayé d’arranger les choses. « Lady Albertina, ne vous inquiétez pas. Vous n’avez qu’à travailler dur et à étudier ici. »

« Mais…, mais est-ce que c’est vraiment bien pour quelqu’un d’aussi stupide que moi d’être ici ? » Albertina leva les yeux vers le professeur avec des larmes qui se formaient dans les coins de ses yeux.

Le professeur répondit avec un sourire empli d’affection, comme s’il attendait qu’elle lui demande cela. « C’est pourquoi la maison des tablettes existe, et pourquoi je suis ici. S’il vous plaît, rassurez-vous, tout ira bien. » Il avait parlé en toute confiance, et peut-être avec la fierté d’avoir passé plus de vingt ans à enseigner.

« D’ailleurs, c’est l’état dans lequel elle se trouve après plus de cinq années complètes à suivre des cours avec un tuteur privé, » avait annoncé Kristina.

L’expression du professeur s’était figée. Sa seule remarque avait suffi à le faire rapidement regretter d’avoir parlé et d’avoir agi avec autant d’optimisme.

Kristina avait accueilli avec satisfaction l’expression raide et troublée de l’enseignant comme la petite brute qu’elle était, puis s’était tournée vers les autres enfants et avait fait une élégante révérence.

« Mes excuses pour le retard pris dans mes présentations. Je suis Kristina, fille de sang du Patriarche Botvid du Clan de la Griffe, et la fille jurée du grand patriarche de notre Clan du Loup, le Seigneur Yuuto Suoh. Tout le monde, j’espère qu’on s’entendra bien, » déclara Kristina.

Alors qu’elle levait la tête pour revoir leurs yeux, elle affichait un doux sourire qui était tout à fait à l’image d’une noble dame.

Les mouvements de son salut formel étaient si doux et pratiqués que même l’enseignant laissa échapper un « ohh » silencieux, impressionné par son sang-froid.

Cependant, si Yuuto avait été dans la pièce, il aurait certainement secoué la tête et gloussé avec ironie.

Parce qu’il savait que lorsque ce petit renard portait son sourire le plus mignon et le plus sociable, elle était prête à tout.

*

« Éphy, pétris mon argile pour moi, tu veux bien ? Celui d’Al aussi ! » déclara Kristina.

La première partie des cours de la journée était terminée, et les enfants faisaient une courte pause, lorsque Kristina avait appelé Éphelia et avait commencé à lui donner des ordres. Elle s’était assise avec les jambes croisées et la joue posée sur une main, ressemblant à une reine sur son trône.

« Euh, d’accord ! Tout de suite, Lady Kristina ! » Éphelia s’était immédiatement précipitée sur le bureau de Kristina et avait commencé à pétrir l’argile molle avec ses deux mains.

La pratique courante au vaxt était de recycler les tablettes d’argile, en les pétrissant de nouveau pour en faire des tablettes vierges à chaque nouvelle leçon. Normalement, ils ne conserveraient aucun enregistrement permanent de leurs leçons, car le volume des tablettes deviendrait rapidement incontrôlable.

Albertina avait été un peu surprise par la demande de sa sœur et avait essayé de refuser. « Hein !? N-Non, tu n’as pas besoin de faire le mien, Éphy. Je m’occuperai du mien ! »

« Non, Al. C’est le travail d’Éphy. » Kristina avait regardé son regard droit dans les yeux et avait répondu catégoriquement, comme si c’était la chose la plus naturelle au monde.

« Mais… »

« Non, Lady Albertina, vous n’avez pas besoin de faire un tel travail. S’il vous plaît, laissez-moi-le faire pour vous ! » Les yeux d’Éphelia brillaient de motivation.

 

 

*

Le temps passa, et ils entrèrent dans leur prochaine pause.

« Éphy, ma gorge est sèche, » ordonna Kristina. « Va me chercher de l’eau. »

« Tout de suite, Lady Kristina ! »

*

Quelques heures plus tard, les cours étaient terminés pour la journée.

« Oh, Éphy, j’ai mal aux épaules. Masse-les pour moi. »

« Voulez-vous dire, comme ça ? »

*

Après les cours, elles étaient retournées toutes les trois dans la rue principale.

Alors qu’elles passaient devant une boulangerie récemment devenue populaire, la femme qui la dirigeait avait remarqué Éphelia et l’avait appelée.

« Oh, salut petite fille. Je te reconnais, tu es la fille que j’ai vue dans le char du patriarche. Parfait minutage ! Tiens. C’est l’un de mes meilleurs pains. Je suis plutôt confiant dans sa saveur. C’est fraîchement cuit ! Sois gentil et donne-le au Seigneur Yuuto, veux-tu bien le faire ? » demanda-t-elle.

« Oh, c’est vrai. Je comprends. Je m’assurerai de le lui remettre, » déclara Éphelia.

« C’est vrai. Je compte sur toi, » déclara la femme.

« Oh ! Du pain fraîchement cuit ! » s’écria Albertina. « Ça a l’air si bon… Yoink ! »

« Lady Albertina !? » Éphelia grinça des dents.

« Hmm, hua, Ehhy ? »

« Oh, ohhhh… Qu’est-ce que je dois faire ? C’était une livraison destinée à Maître Yuuto…, » déclara Éphelia.

*

« Et c’est ainsi que se termine mon rapport du premier jour, Père, » déclara Kristina.

« Pourquoi diable as-tu commencé à l’intimider !? » demanda Yuuto.

Plus tard dans l’après-midi, alors que Yuuto écoutait le rapport de Kristina qu’il avait attendu toute la journée, il n’avait pas pu s’empêcher d’entendre les premières répliques de sa bouche, en colère. Il l’avait envoyée résoudre le problème, et à la place, elle en faisait partie.

Quant au don perdu du pain, il semblait qu’Albertina s’était sentie mal après avoir vu Éphelia s’inquiéter et déprimée, et qu’elle avait acheté plus de pain avec son propre argent en remplacement, alors tout allait bien à la fin.

Yuuto mangeait une partie de ce pain maintenant, et en effet, il était très bon.

« C’est tout à fait l’affirmation inattendue, » dit froidement Kristina. « Je ne fais rien de tel. »

« Si ce n’est pas de l’intimidation, comment diable l’appellerais-tu !? » demanda-t-il.

« Euh… ? Je dirais que je m’efforçais d’exprimer ma faveur pour elle, » déclara-t-elle.

Kristina aimait taquiner les gens et se moquer d’eux, mais normalement elle ne laissait pas facilement les autres voir ce qu’elle pensait ou ressentait vraiment. Cependant, cette fois, elle pencha la tête sur le côté et sembla vraiment perplexe. Elle ne semblait vraiment pas comprendre de quoi Yuuto parlait.

« Comment peux-tu appeler ça… ah. Alors, c’est comme ça. » Yuuto était sur le point de poursuivre son argumentation émotionnellement chargée quand il avait réalisé son erreur.

Suivant les normes du Japon du 21e siècle et considérant tous les enfants comme des « camarades de classe égaux », Kristina forçait Éphelia à être sa propre servante. Mais en tant que « servante », Éphelia n’était pas du tout mal traitée.

Éphelia était l’esclave de Yuuto et sa servante. Kristina avait dû seulement la considérer comme la traitant convenablement selon son poste.

En fait, le fait de ne compter que sur Éphelia pourrait être considéré comme une preuve d’affection et de faveur pour une servante, comme Kristina elle-même l’avait dit.

« Est-ce parce qu’Éphy est ta propriété, mon Père ? Ai-je eu tort de l’utiliser sans ta permission ? » demanda-t-elle.

« Ah, euh… Ce serait pénible de l’expliquer, alors faisons comme si de rien n’était, » déclara Yuuto.

Même s’il essayait d’expliquer les choses de son point de vue, il ne pensait pas qu’une vision japonaise des droits de l’homme du XXIe siècle aurait un sens pour elle. Et même s’il prenait le temps d’essayer de combler cet écart, il n’aurait rien à y gagner.

Trouver quoi faire pour aider Éphelia était bien plus important en ce moment.

« Dans ce cas, je vais en faire une demande formelle, » déclara Kristina. « Me prêteras-tu Éphelia pour quelques jours ? Ça devrait être tout ce qu’il faut. »

« … Es-tu obligée de le faire comme ça ? » demanda-t-il.

Kristina avait poussé un profond soupir affecté. « On dit que les grands hommes ont une affection encore plus grande pour les femmes, mais toi, mon Père, tu sembles manquer de compréhension à leur égard. »

« Oh, la ferme. » Il était certainement vrai qu’il ne savait pas la première chose à leur sujet, mais le fait qu’on lui ait dite en face comme ça avait tranché trop nettement dans sa fierté d’homme qui approchait de l’âge adulte.

Kristina riait de l’expression maussade de Yuuto. « Très bien, alors. J’expliquerai mon plan dès le début. »

« S’il te plaît, fais-le. »

« Premièrement, les garçons de cet âge et les filles de cet âge ne se font pas facilement des amis les uns avec les autres. Ils s’en tiennent surtout aux leurs, » déclara Kristina.

« Oui, maintenant que tu le dis, c’est vrai, » dit Yuuto en acquiesçant.

En repensant à sa propre enfance, du milieu de l’école primaire jusqu’à la fin de ses études secondaires, il n’avait fréquenté que d’autres garçons, aussi loin qu’il s’en souvienne.

***

Partie 5

Le fait qu’il était un garçon avait été une partie très importante de sa conscience, et l’idée de jouer ou de passer du temps avec une fille avait été extrêmement embarrassante.

C’est pour cette raison qu’il avait commencé à agir froidement et à se montrer distant envers son amie d’enfance Mitsuki, et pour Yuuto maintenant, c’était une partie de son passé qu’il regrettait et souhaitait vivement pouvoir reprendre en main. D’un autre côté, tous les autres garçons de son âge avaient le même âge, alors ce que Kristina lui avait dit avait du sens pour lui. C’était comme ça, c’est tout.

« J’avais donc prévu de laisser les garçons en dehors de ça dès le début, » dit Kristina.

« Ouais, je suppose que c’est logique, puisqu’on ne peut rien y faire. »

Les garçons n’intimidaient pas délibérément Éphelia, c’était juste l’âge pour eux.

Et en plus… Éphelia n’avait encore que onze ans. C’était trop tôt pour qu’elle ait un petit ami. Ce que Yuuto voulait le plus pour elle, c’était qu’elle se fasse rapidement des amies.

Kristina hocha la tête et continua. « “Et les filles, alors ?” me demanderas-tu. En fait, j’ai compris ce qui se passait dès la première fois que je les ai vues. »

« Ohh, sympa, » dit Yuuto avec empressement.

« Les filles ont un chef, une “reine”, et elle ordonne aux autres filles d’ignorer Éphelia et de l’exclure, » expliqua Kristina.

« Hmm. »

C’était une forme d’intimidation présente même au Japon du 21e siècle, ce qui n’avait pas bouleversé les attentes de Yuuto.

En fait, le fait que ce genre de chose soit resté inchangé au cours de milliers d’années et de multiples époques culturelles lui avait donné l’impression d’avoir acquis un sens de la nature de l’humanité comme espèce, de son karma.

« Donc, en d’autres termes, tu voulais t’inscrire au vaxt pour pouvoir flairer la coupable, non ? » demanda Yuuto.

« Non, mon Père, comme je l’ai dit, j’ai tout compris la première fois que je les ai vues. Je sais déjà qui c’est, » répondit Kristina.

« Sérieusement, pendant ce premier voyage ? Je suis étonné que tu l’aies compris en si peu de temps, » déclara Yuuto.

« Oh, c’était si facile, mon Père. Je l’ai reconnue tout de suite. Après tout, nous sommes toutes les deux des oiseaux à plumes. » Kristina ricana à elle-même, ses yeux froids et indifférents, et les coins de sa bouche se tordaient en un ricanement moqueur.

Pendant une seconde, elle avait regardé Yuuto avec une attitude beaucoup plus mature que son âge. Un frisson avait coulé le long de sa colonne vertébrale.

« Tu te souviens quand Éphy a dit au revoir et a quitté la classe ce jour-là ? » dit Kristina. « Il y avait une fille qui lui a souri. Oui, juste une fille. Souriant dans la victoire face à la honte d’Éphelia, et se prélassant dans son propre sentiment de supériorité. »

« C’est… assez tordu, » dit Yuuto lentement. « Si elle suit le même cours qu’Éphy et les autres enfants, elle ne peut pas avoir plus de douze ans. »

« Les filles mûrissent émotionnellement plus vite que les garçons, Père, » déclara Kristina.

« Ah, j’ai entendu dire que ça se disait beaucoup, c’est vrai. » Yuuto se souvient d’avoir entendu de temps en temps des commentaires à ce sujet de la part de sa mère et de ses amies, qui bavardaient.

À l’époque, il avait hâte de grandir, de prouver qu’il n’était plus un enfant. Donc, chaque fois qu’il les entendait dire des choses comme ça, il avait l’impression qu’il perdait quelque part contre les filles, ce qui le mettait en colère. Il se souvenait encore très bien de ce sentiment. Peut-être qu’une autre des raisons pour lesquelles il avait commencé à agir froidement avec Mitsuki à l’époque était en réaction aux adultes.

… Ce qui, peu importe la façon dont tu y as pensé, était exactement la façon d’agir d’un stupide petit garçon.

« Hee hee, » ricana Kristina. « Tandis que les petits garçons aspirent à des aventures palpitantes, à la gloire par la chasse et la bataille, les cœurs des petites filles palpitent en rêvant du jour où un bel homme apparaîtra devant eux et les emportera au loin. »

« Hrm... Alors c’est comme ça, hein ? » déclara-t-il.

Au début, cela n’avait pas vraiment semblé à Yuuto comme si c’était totalement vrai. Mais il avait repensé à la dernière fois qu’il avait visité la chambre de Mitsuki. Elle venait tout juste de commencer sa première année de collège à l’époque, et tous les mangas pour filles dans sa chambre avaient l’air d’être ce genre d’histoire romantique.

Peut-être s’agissait-il là d’un autre exemple d’une partie de la nature humaine qui était restée inchangée pendant des milliers d’années.

Cependant, Yuuto avait de la difficulté à être d’accord avec la prémisse implicite que tomber amoureux signifiait en quelque sorte devenir un adulte.

Il s’interrogeait tranquillement à ce sujet lorsque Kristina l’avait ramené sur le sujet.

« Je ne vois pas comment tu peux faire comme si ça ne te concernait pas. La reine de la classe qui a ordonné à tout le monde d’ignorer Éphy l’a fait parce que tu es celui dont elle est amoureuse, Père, » déclara Kristina.

« Qu’est-ce qu’il y a ? » Yuuto avait été complètement pris au dépourvu.

En fait, il n’était pas sûr de bien comprendre ce qu’elle venait de lui dire.

« Mais… est-ce que cette fille et moi nous nous sommes déjà rencontrés !? » demanda Yuuto,

« Si, tu l’as fait. C’était lors de ta visite d’inspection du vaxt, » répondit-elle.

« Alors c’est quand ! … Euh, attends, mais je ne me souviens pas avoir parlé avec les enfants ! Alors comment !? » demanda Yuuto.

Yuuto avait été déconcerté par cela. Ce jour-là, il avait observé les cours pendant un court moment, puis s’était entretenu directement avec le professeur dans une pièce séparée. Après ça, il était retourné directement au palais.

Il ne se souvenait pas d’avoir fait une seule chose qui ferait que quelqu’un s’intéresse à lui, et encore moins tomber amoureux de lui.

« Comme toujours, tu sous-estimes grossièrement ton propre charisme, » sourit Kristina. « Eh bien, mis à part ça pour l’instant, je peux conclure que cette fille fait ignorer Éphy aux autres parce qu’elle est jalouse. »

« Hrm. Vraiment…, » déclara-t-il.

« Aujourd’hui, alors qu’Éphy s’occupait de toutes sortes de tâches pour moi, j’ai profité de ce temps pour poser quelques questions sans prétention. Indirectement, bien sûr. Je ne sais pas pourquoi, mais pendant cette inspection, il semble que tu aies souri si gentiment à Éphelia, tapoté sa tête si doucement, presque comme si tu le faisais exprès. Tu t’en souviens, Père ? » demanda-t-elle.

« Oui, je me souviens l’avoir fait, » avait admis Yuuto à contrecœur, avec un soupir amer.

Pour sa part, il avait essayé de faire ce qu’il pouvait pour empêcher Éphelia d’être intimidée. Personne n’oserait tourmenter quelqu’un de clairement favorisé par le patriarche, du moins le pensait-il.

Et en y pensant rationnellement en termes de perte et de gain, l’intimidation d’Éphelia risquerait de faire gagner le mécontentement de Yuuto une fois qu’il l’aurait découvert. Il ne voyait aucun avantage, rien qu’il ne pouvait imaginer. Et inversement, si l’on s’assurait de devenir ami avec elle, il y avait la possibilité qu’ils puissent bénéficier de plusieurs façons d’une relation avec un proche du patriarche.

Mais au lieu de cela, le résultat avait été que ses actions s’étaient entièrement retournées contre lui.

Yuuto avait été une fois de plus impressionné par la difficulté à gérer les émotions des autres. D’autre part, la fille en question n’était encore qu’une enfant, il n’y avait donc pas lieu de revenir sur la question des jugements rationnels du risque et de la récompense.

« Ainsi, elle ruine la vie sociale d’Éphy à l’école, et peut se prélasser dans le sentiment de supériorité que cela lui donne. “Je suis tellement mieux qu’elle. Je suis la plus digne de l’amour du Seigneur Yuuto”, c’est probablement ce qu’elle se dit. Bien sûr, étant donné que tu as déjà des femmes comme tante Félicia et la sœur aînée Sigrun autour de toi, il ne serait pas faux d’appeler cela une pensée superficielle qui ne convient qu’à une enfant. »

Kristina avait couronné son insulte d’un ricanement méchant et dérisoire aux dépens de la fille. C’était une évaluation assez caustique.

La voix de Yuuto s’était refroidie. « Très bien. Alors, qu’est-ce qu’on fait ? J’ai juste besoin d’ordonner à cette reine d’être expulsée du vaxt, d’accord ? »

Le lion qui dormait dans son cœur avait très légèrement commencé à se réveiller.

Normalement, il était l’incarnation même de la bienséance, assez pour fermer les yeux sur les pitreries constantes de Kristina, qui étaient irrespectueuses et impudentes envers son père juré, aussi poli que puisse être son discours. Mais malgré le fait qu’elle n’avait échangé aucun serment de Calice avec lui, il considérait toujours Éphelia comme un précieux membre plus jeune de sa famille, et elle était blessée. Il n’était pas assez gentil pour rire de ce genre de choses.

Il savait qu’il était malhonnête pour les parents de s’impliquer personnellement dans les conflits de leurs enfants, mais en même temps, il avait une responsabilité envers elle en tant que celui qui l’obligeait à suivre les leçons, et il n’avait pas l’intention d’hésiter s’il en était ainsi.

« Il n’est pas nécessaire d’en faire un incident majeur, Père, » dit Kristina en haussant les épaules. Son expression était un peu plus tendue qu’avant. Il semblait que même pour la fille et précieuse agent de renseignements de Botvid du Clan de la Griffe, sentait son sang se glacer en traitant avec Yuuto dans cet état. « Le fait est que les autres filles n’ont pas d’autre choix que d’éviter Éphy parce qu’elles ont reçu l’ordre de leur reine. »

« Ouais, eh bien, c’est vrai, » déclara Yuuto.

« Donc, naturellement, j’ai simplement besoin de me lever et de devenir la nouvelle reine de la classe. » Kristina avait dit cela avec désinvolture et facilité, sur le même ton qu’on pourrait imaginer pour la célèbre citation : « S’ils n’ont pas de pain, qu’ils mangent de la brioche ! ».

« … Hein ? » Même le célèbre commandant renommé parmi les alliés et les ennemis pour ses stratégies étranges et inattendues s’était trouvé déconcerté et abasourdi.

Kristina ne s’étonnait pas et continuait en levant l’index pour souligner son point de vue. « Quand cela se produira, la hiérarchie fera un renversement complet. Après tout, je me suis fait un point d’honneur de montrer à tout le monde qu’Éphy est ma fidèle disciple. »

« … Je vois. C’est pour ça que tu as commencée par en faire ta gofer, » déclara-t-il.

« Est-ce le terme dans ton monde pour montrer du favoritisme à ses subordonnés, Père ? » demanda-t-elle.

« Euh, bien sûr, allons-y avec ça. » Comme d’habitude, Yuuto avait répondu à une question difficile en se contentant de fausses informations. Il gémissait déjà à cause de quelque chose de plus urgent.

Il étudiait comment devenir un meilleur patriarche en lisant des articles sur le leadership et la formation de groupes, et il s’était familiarisé avec la hiérarchie de type caste de clans que l’on trouvait dans les écoles aux États-Unis.

Au sommet de la société scolaire pour les filles se trouvait la « reine des abeilles », suivie de sa clique d’« acolytes », et en dessous d’eux les « plaisanciers », les « cintreuses ». Ces groupes constituaient la moitié supérieure de la pyramide sociale.

Ce n’était pas aussi ouvert et visible dans les écoles japonaises que dans les écoles américaines, mais il y avait là aussi un phénomène assez similaire de caste sociale en coulisse. Il devait en être de même ici dans les vaxts d’Yggdrasil, et Yuuto n’avait tout simplement pas pu le voir.

Peu importe le nombre de millénaires qui passaient, les gens étaient encore des gens. L’humanité ne pouvait pas échapper à sa nature essentielle en tant qu’espèce.

« Mais quand même, résoudre le problème en usurpant toi-même le poste de reine… c’est définitivement une façon “Yggdrasil” d’aborder le problème, » dit Yuuto, avec un sourire ironique.

Ça ressemblait à une approche de force brute. Mais en même temps, il y avait quelque chose que Yuuto pouvait respecter à ce sujet.

Après tout, exercer des pressions extérieures avec son autorité en tant que patriarche était tout autant une approche de force brute, mais pouvait avoir des répercussions désagréables, alors que son approche équivaudrait à construire un nouvel ordre de l’intérieur.

Et cela signifierait que la question serait réglée entre les enfants eux-mêmes, ce qui était beaucoup plus sain à long terme.

Bien sûr, idéalement, il voudrait qu’Éphelia puisse résoudre le problème par ses propres moyens. Mais elle était encore jeune, beaucoup trop jeune et inexpérimentée. Elle n’avait pas encore besoin d’être capable de résoudre ça elle-même. Elle avait juste besoin de continuer à apprendre, et petit à petit, d’apprendre à gérer ce genre de problème.

En fait, c’était exactement la raison pour laquelle il la faisait aller à l’école.

Selon le plan de Kristina, si elle devenait la nouvelle reine des abeilles du vaxt dans le district de l’est, alors dans le nouvel ordre, Éphelia deviendrait automatiquement l’une de ses acolytes, faisant partie des rangs sociaux supérieurs. Au moins, personne ne l’éviterait plus.

Les amitiés qu’elle pourrait nouer à partir de ce moment-là ne dépendraient que d’elle.

« D’accord, je te laisse le reste, Kris. » Yuuto avait salué Kristina d’une main. Il serait grossier de l’interroger davantage à ce stade.

L’actuelle reine des abeilles avait réussi à unifier au moins une douzaine de filles sous son contrôle, ce qui était digne de respect même si elle n’avait que douze ans.

Elle semblait avoir un problème avec sa personnalité, mais en la voyant avec les yeux calculateurs d’un patriarche, Yuuto pouvait voir qu’elle pourrait avoir un avenir prometteur devant elle. Le genre de comportement sournois et calculateur dont elle avait fait preuve était parfois nécessaire pour ceux qui voulaient diriger les autres. Cependant, en fin de compte, sa ruse n’était que celle d’un petit renard.

La jeune fille qui se tenait devant Yuuto en ce moment même, avec son sourire d’anticipation mince et froid, était autre chose. Elle était comme un kyuubi, le renard à neuf queues du mythe japonais, une créature du mal sans fond et des ruses.

Il serait impoli de la part de Yuuto d’interroger davantage Kristina parce qu’elle était à deux lieues de son adversaire.

Il n’y aurait pas de contestation.

***

Partie 6

Après la fin de la journée, Kristina avait parlé d’une voix brillante, applaudissant de ses mains. « Et si on allait tous aux bains publics aujourd’hui ? Père m’a demandée d’aller inspecter les bains avant leur ouverture officielle, pour les essayer et lui donner mes impressions. Je lui ai donc demandé : “Je veux aussi inviter mes amies pour y aller. Après tout, plus il y a de réactions, mieux c’est, non ? S’il te plaît, s’il te plaît ?” Et vous ne le savez pas, mais il a accepté avec joie ! »

Bien sûr, il allait sans dire que la demande réelle de Kristina à Yuuto n’avait rien à voir avec la façon mignonne dont elle l’avait dépeinte.

Cela faisait déjà une semaine que les princesses jumelles du Clan de la Griffe avaient commencé à suivre des cours au vaxt.

À l’annonce de Kristina, les filles rassemblées autour d’elle avaient commencé à bourdonner d’excitation.

« Vraiment, Lady Kristina !? »

« Je suis si contente d’avoir pu me lier d’amitié avec vous, Lady Kristina ! »

« Je te suivrai toute ma vie, grande sœur Kristina ! »

Des rumeurs s’étaient répandues au sujet du nouveau sauna construit à la périphérie de la ville qui serait ouvert au public prochainement, et c’était devenu le sujet le plus brûlant parmi les femmes d’Iárnviðr, jeunes et vieilles.

Jusqu’à présent, les seuls endroits de la ville où il y avait de grands bains étaient l’intérieur du palais et le hörgr, le sanctuaire au sommet de la tour sacrée Hliðskjálf. En d’autres termes, les seuls qui y avaient accès étaient un sous-ensemble de personnes des échelons supérieurs du clan.

Pour les citoyens ordinaires, il était plus courant de se baigner dans la rivière ou de se laver et de se rincer avec un grand seau rempli d’eau.

Mais c’était l’hiver maintenant, et il n’y avait personne d’assez stupide pour suggérer une baignade dans la rivière à cette période de l’année. Et c’était dans la nature du cœur d’une femme de vouloir trouver un moyen de rester propre et jolie, peu importe la saison. C’est ainsi que le nouveau sauna public avait suscité un vif intérêt.

« Alors, allons-nous-en, » dit Kristina.

Elle s’était levée pour partir, le troupeau de filles la suivant de près.

Mais elle s’arrêta et se retourna pour regarder en arrière un instant, dirigeant son regard vers un endroit particulier dans le coin de la pièce. Ses yeux étaient froids et indifférents, comme si elle ne regardait qu’un caillou sur le bord de la route.

Une fille seule restait assise, une qui n’avait pas discuté avec les autres filles autour de Kristina. Elle était là, seule, regardant silencieusement vers le bas, les poings serrés tremblants, les lèvres serrées dans une fine ligne.

C’était l’ancienne « reine » de cette classe, la même fille qui avait ordonné aux autres d’ostraciser Éphelia.

Dans le règne animal, une fois que le chef d’un troupeau d’animaux ayant une forte hiérarchie était remplacé par un nouveau chef plus jeune, l’ancien chef tombait soit au bas de la hiérarchie, soit il était chassé du troupeau. En d’autres termes, c’est exactement ce qui lui était arrivé.

Rien de tout ça n’avait d’importance pour Kristina. Ni cette fille, ni le groupe de filles qui la suivaient avec leurs bavardages bruyants, s’affairant à lui faire plaisir. Elles ne valaient rien à ses yeux.

« Malgré tout ce qu’ils disent sur l’amitié, c’est comme ça que les gens sont vraiment, » se chuchota-t-elle d’une voix que personne ne pouvait entendre. Elle replaça un peu les cheveux vers l’arrière d’une main et se retourna pour reprendre sa marche vers la porte.

Elle était la fille de Botvid, un homme qui avait utilisé tous les stratagèmes et les intrigues, trahi les gens et les avait fait se trahir les uns les autres, tout cela pour qu’il puisse enfin accéder au poste de dirigeant de sa nation.

Les enfants apprenaient en regardant leurs parents.

Dès le moment où Kristina avait pris conscience du monde qui l’entourait, elle avait vu comment son père faisait les choses, à quel point les gens étaient cupides et égoïstes, à quel point ils étaient prêts à se trahir mutuellement.

« Tellement heureuse d’être ton amie ? » pensa-t-elle en ricanant. « Je te suivrai pour le reste de ma vie ? » Quelle blague absolue !

Kristina savait que c’était les paroles de gens qui jetaient volontiers de côté la personne qu’ils avaient loyalement suivie jusqu’à l’autre jour.

Si Kristina tombait de leur grâce, ils oublieraient ces paroles et l’abandonneraient pour celui qui monterait au sommet suivant, sans aucun doute. Elle serait prête à parier son rang, même sa vie dessus.

Et les gens disaient que les enfants étaient purs et innocents. Juste sous la surface, ils sont tous comme ça. Moche. Ahhhhh, c’est tellement tellement laid.

Quelle était la valeur possible de ces créatures superficielles ?

« Honnêtement, Père est un rêveur si naïf, » marmonna-t-elle. Puis elle avait ajouté, avec un sourire dérisoire. « Bien que je suppose que c’est l’un de ses points mignons. »

Kristina n’arrivait pas à croire en quelque chose de « propre et pur », parce qu’elle savait à quel point l’humanité était laide et sale.

En même temps, elle avait un désir insatiable de quelque chose de vraiment propre et pur, parce qu’elle savait à quel point l’humanité était laide et sale.

Et donc, cette pureté devait être testée.

Kristina désirait ardemment le genre de beauté pure qui conservait son éclat même si vous essayiez de la salir et de la souiller encore et encore. Dans son esprit, c’était ça, la vraie beauté. S’il avait perdu son lustre juste parce qu’il était trempé dans la crasse, alors il était faux, rien de plus.

« Oh, Al, ma douce sœur, tu es vraiment la meilleure, » murmura avec bonheur Kristina en s’attardant sur l’image mentale de sa jumelle.

Albertina était vraiment l’incarnation de l’idéal de Kristina.

C’était une fille si stupide et si simple d’esprit, presque comme un animal à certains égards. Ainsi, aucun des actes de ruse ou d’humiliation de Kristina ne pouvait la souiller. Elle était restée innocente et propre, même si elle avait été souillée par sa sœur souillée.

Albertina était si chère, si précieuse ! Kristina se demandait souvent comment une telle personne pouvait être à ses côtés.

Kristina avait accepté Botvid et ses manières, mais peut-être Albertina les avait-elle rejetées inconsciemment.

« Voulez-vous venir aussi ? » La voix familière était tombée dans les oreilles de Kristina et elle s’était retournée pour regarder dans la salle de classe. La surprise était apparue sur son visage, une rareté pour elle.

Éphelia souriait et tendait la main à l’ancienne reine.

Si son visage souriant ou son ton de voix avait porté un sentiment de supériorité suffisante, ou la satisfaction trouvée dans la vengeance, alors Kristina n’y aurait pas pensé une seconde.

Elle aurait simplement rejeté Éphelia dans son esprit comme un autre faux sans valeur, et ne l’aurait vue que comme un outil potentiellement utile pour obtenir les faveurs de Yuuto.

Mais le sourire d’Éphelia venait du cœur, réel et plein de bonté.

« Pourquoi… pourquoi me demanderais-tu… ? » L’ancienne reine leva les yeux vers Éphelia, incrédule.

C’était une réaction naturelle. Kristina s’arrêta et écouta attentivement.

Éphelia s’arrêta un moment avant de répondre lentement. « Eh bien… »

*

Éphelia n’avait peut-être que onze ans, mais elle était encore une fille.

Elle savait que cette personne la détestait. Cela serait mentir que de dire qu’elle n’avait ressenti aucun ressentiment à l’égard de la façon dont la fille avait essayé de l’exclure et de l’humilier.

Mais Éphy le comprenait aussi.

En tant qu’esclave, elle savait à quel point c’était douloureux d’être méprisé par les autres.

Comme c’était triste et solitaire d’être traité comme si on n’était même pas humain.

Ce désespoir était une obscurité sans espoir sans un seul rayon de lumière.

Et quelqu’un l’avait sauvée.

Quelqu’un qui lui avait souri avec gentillesse et chaleur.

Ce sourire avait été le salut de son cœur.

Elle voulait être plus comme cette personne.

Et ainsi, elle avait souri de son propre cœur. Elle avait fait de son mieux pour donner à la fille le même genre de sourire que celui qu’on lui avait donné.

« Après tout, n’est-ce pas plus amusant avec nous tous ensemble ? »

 

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire