Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 5 – Acte 1 – Partie 6

***

Acte 1 : Les petites renardes dans la maison des tablettes

Partie 6

Après la fin de la journée, Kristina avait parlé d’une voix brillante, applaudissant de ses mains. « Et si on allait tous aux bains publics aujourd’hui ? Père m’a demandée d’aller inspecter les bains avant leur ouverture officielle, pour les essayer et lui donner mes impressions. Je lui ai donc demandé : “Je veux aussi inviter mes amies pour y aller. Après tout, plus il y a de réactions, mieux c’est, non ? S’il te plaît, s’il te plaît ?” Et vous ne le savez pas, mais il a accepté avec joie ! »

Bien sûr, il allait sans dire que la demande réelle de Kristina à Yuuto n’avait rien à voir avec la façon mignonne dont elle l’avait dépeinte.

Cela faisait déjà une semaine que les princesses jumelles du Clan de la Griffe avaient commencé à suivre des cours au vaxt.

À l’annonce de Kristina, les filles rassemblées autour d’elle avaient commencé à bourdonner d’excitation.

« Vraiment, Lady Kristina !? »

« Je suis si contente d’avoir pu me lier d’amitié avec vous, Lady Kristina ! »

« Je te suivrai toute ma vie, grande sœur Kristina ! »

Des rumeurs s’étaient répandues au sujet du nouveau sauna construit à la périphérie de la ville qui serait ouvert au public prochainement, et c’était devenu le sujet le plus brûlant parmi les femmes d’Iárnviðr, jeunes et vieilles.

Jusqu’à présent, les seuls endroits de la ville où il y avait de grands bains étaient l’intérieur du palais et le hörgr, le sanctuaire au sommet de la tour sacrée Hliðskjálf. En d’autres termes, les seuls qui y avaient accès étaient un sous-ensemble de personnes des échelons supérieurs du clan.

Pour les citoyens ordinaires, il était plus courant de se baigner dans la rivière ou de se laver et de se rincer avec un grand seau rempli d’eau.

Mais c’était l’hiver maintenant, et il n’y avait personne d’assez stupide pour suggérer une baignade dans la rivière à cette période de l’année. Et c’était dans la nature du cœur d’une femme de vouloir trouver un moyen de rester propre et jolie, peu importe la saison. C’est ainsi que le nouveau sauna public avait suscité un vif intérêt.

« Alors, allons-nous-en, » dit Kristina.

Elle s’était levée pour partir, le troupeau de filles la suivant de près.

Mais elle s’arrêta et se retourna pour regarder en arrière un instant, dirigeant son regard vers un endroit particulier dans le coin de la pièce. Ses yeux étaient froids et indifférents, comme si elle ne regardait qu’un caillou sur le bord de la route.

Une fille seule restait assise, une qui n’avait pas discuté avec les autres filles autour de Kristina. Elle était là, seule, regardant silencieusement vers le bas, les poings serrés tremblants, les lèvres serrées dans une fine ligne.

C’était l’ancienne « reine » de cette classe, la même fille qui avait ordonné aux autres d’ostraciser Éphelia.

Dans le règne animal, une fois que le chef d’un troupeau d’animaux ayant une forte hiérarchie était remplacé par un nouveau chef plus jeune, l’ancien chef tombait soit au bas de la hiérarchie, soit il était chassé du troupeau. En d’autres termes, c’est exactement ce qui lui était arrivé.

Rien de tout ça n’avait d’importance pour Kristina. Ni cette fille, ni le groupe de filles qui la suivaient avec leurs bavardages bruyants, s’affairant à lui faire plaisir. Elles ne valaient rien à ses yeux.

« Malgré tout ce qu’ils disent sur l’amitié, c’est comme ça que les gens sont vraiment, » se chuchota-t-elle d’une voix que personne ne pouvait entendre. Elle replaça un peu les cheveux vers l’arrière d’une main et se retourna pour reprendre sa marche vers la porte.

Elle était la fille de Botvid, un homme qui avait utilisé tous les stratagèmes et les intrigues, trahi les gens et les avait fait se trahir les uns les autres, tout cela pour qu’il puisse enfin accéder au poste de dirigeant de sa nation.

Les enfants apprenaient en regardant leurs parents.

Dès le moment où Kristina avait pris conscience du monde qui l’entourait, elle avait vu comment son père faisait les choses, à quel point les gens étaient cupides et égoïstes, à quel point ils étaient prêts à se trahir mutuellement.

« Tellement heureuse d’être ton amie ? » pensa-t-elle en ricanant. « Je te suivrai pour le reste de ma vie ? » Quelle blague absolue !

Kristina savait que c’était les paroles de gens qui jetaient volontiers de côté la personne qu’ils avaient loyalement suivie jusqu’à l’autre jour.

Si Kristina tombait de leur grâce, ils oublieraient ces paroles et l’abandonneraient pour celui qui monterait au sommet suivant, sans aucun doute. Elle serait prête à parier son rang, même sa vie dessus.

Et les gens disaient que les enfants étaient purs et innocents. Juste sous la surface, ils sont tous comme ça. Moche. Ahhhhh, c’est tellement tellement laid.

Quelle était la valeur possible de ces créatures superficielles ?

« Honnêtement, Père est un rêveur si naïf, » marmonna-t-elle. Puis elle avait ajouté, avec un sourire dérisoire. « Bien que je suppose que c’est l’un de ses points mignons. »

Kristina n’arrivait pas à croire en quelque chose de « propre et pur », parce qu’elle savait à quel point l’humanité était laide et sale.

En même temps, elle avait un désir insatiable de quelque chose de vraiment propre et pur, parce qu’elle savait à quel point l’humanité était laide et sale.

Et donc, cette pureté devait être testée.

Kristina désirait ardemment le genre de beauté pure qui conservait son éclat même si vous essayiez de la salir et de la souiller encore et encore. Dans son esprit, c’était ça, la vraie beauté. S’il avait perdu son lustre juste parce qu’il était trempé dans la crasse, alors il était faux, rien de plus.

« Oh, Al, ma douce sœur, tu es vraiment la meilleure, » murmura avec bonheur Kristina en s’attardant sur l’image mentale de sa jumelle.

Albertina était vraiment l’incarnation de l’idéal de Kristina.

C’était une fille si stupide et si simple d’esprit, presque comme un animal à certains égards. Ainsi, aucun des actes de ruse ou d’humiliation de Kristina ne pouvait la souiller. Elle était restée innocente et propre, même si elle avait été souillée par sa sœur souillée.

Albertina était si chère, si précieuse ! Kristina se demandait souvent comment une telle personne pouvait être à ses côtés.

Kristina avait accepté Botvid et ses manières, mais peut-être Albertina les avait-elle rejetées inconsciemment.

« Voulez-vous venir aussi ? » La voix familière était tombée dans les oreilles de Kristina et elle s’était retournée pour regarder dans la salle de classe. La surprise était apparue sur son visage, une rareté pour elle.

Éphelia souriait et tendait la main à l’ancienne reine.

Si son visage souriant ou son ton de voix avait porté un sentiment de supériorité suffisante, ou la satisfaction trouvée dans la vengeance, alors Kristina n’y aurait pas pensé une seconde.

Elle aurait simplement rejeté Éphelia dans son esprit comme un autre faux sans valeur, et ne l’aurait vue que comme un outil potentiellement utile pour obtenir les faveurs de Yuuto.

Mais le sourire d’Éphelia venait du cœur, réel et plein de bonté.

« Pourquoi… pourquoi me demanderais-tu… ? » L’ancienne reine leva les yeux vers Éphelia, incrédule.

C’était une réaction naturelle. Kristina s’arrêta et écouta attentivement.

Éphelia s’arrêta un moment avant de répondre lentement. « Eh bien… »

*

Éphelia n’avait peut-être que onze ans, mais elle était encore une fille.

Elle savait que cette personne la détestait. Cela serait mentir que de dire qu’elle n’avait ressenti aucun ressentiment à l’égard de la façon dont la fille avait essayé de l’exclure et de l’humilier.

Mais Éphy le comprenait aussi.

En tant qu’esclave, elle savait à quel point c’était douloureux d’être méprisé par les autres.

Comme c’était triste et solitaire d’être traité comme si on n’était même pas humain.

Ce désespoir était une obscurité sans espoir sans un seul rayon de lumière.

Et quelqu’un l’avait sauvée.

Quelqu’un qui lui avait souri avec gentillesse et chaleur.

Ce sourire avait été le salut de son cœur.

Elle voulait être plus comme cette personne.

Et ainsi, elle avait souri de son propre cœur. Elle avait fait de son mieux pour donner à la fille le même genre de sourire que celui qu’on lui avait donné.

« Après tout, n’est-ce pas plus amusant avec nous tous ensemble ? »

 

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire