Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 5 – Acte 1 – Partie 4

***

Acte 1 : Les petites renardes dans la maison des tablettes

Partie 4

« Il s’agit de Lady Kristina et de Lady Albertina, et à partir d’aujourd’hui, elles suivront les cours ici avec vous tous, » déclara le professeur. « Bien qu’elles soient jeunes, elles ont déjà échangé le Serment du Calice directement avec notre grand patriarche, le Seigneur Yuuto, et elles sont aussi les filles par le sang de Botvid, patriarche de notre voisin le Clan de la Griffe. Tout le monde, attention à ses manières avec elles. »

C’était le lendemain matin, et les jumelles souriaient sur le podium à l’avant de la classe d’Éphelia pendant que l’enseignant les présentait à la classe. Normalement, les procédures et les documents nécessaires auraient pris une à deux semaines, mais c’était le genre de situation où l’autorité de Yuuto était très utile.

Éphelia était abasourdie, la bouche grande ouverte. On ne lui avait rien dit.

« Salut, je suis Albertina. Enchantée de vous rencontrer. » Albertina avait salué la salle avec le sourire lumineux, gai et innocent qu’elle portait toujours.

Elle n’était pas du tout timide devant une salle pleine d’étrangers.

Quant à Kristina…

« Eh bien, elle peut dire ça, mais en fait cette fille est mon assistante personnelle. Elle ne viendra pas ici en tant qu’étudiante, » déclara Kristina.

« Huuuh !? Non, je vais à l’école ! Je suis vraiment une étudiante ! » Albertina commença à crier en signe de panique.

Kristina l’avait regardé dans les yeux. « Ne me dis pas… Tu crois vraiment que tu es prête à assister à un vaxt, avec ton cerveau ? »

« Euh, eh bien, hmm… ! »

« Alors, faisons un test. Lis ces lettres pour moi, Al. » Kristina avait sorti une petite plaque d’argile qu’elle avait préparée et le plaça devant les yeux de sa sœur.

« Guh… Je.... Je n’arrive pas à le lire…, » le visage d’Albertina tomba et sa réponse fut pratiquement un gémissement de tristesse.

Kristina soupira et secoua la tête comme pour dire bon sang, puis montra du doigt les lettres. « C’est écrit “Albertina” ici. Dire que tu ne sais même pas lire ton propre nom… comme c’est pathétique. »

« Non, ce n’est pas vrai ! Ce n’est pas ce que ça dit ! Même moi, je peux le dire ! » déclara Albertina.

« Pff, donc même toi, tu as réussi à apprendre à lire ton propre nom, » déclara Kristina.

Albertina avait ri en se vantant. « Bien sûr que je l’ai fait ! Tu ne devrais pas sous-estimer ta propre sœur ! »

« Au fait, le mot était “Botvid”, » déclara Kristina.

« Je suis vraiment désolée, Papa — !! » Albertina se tourna vers l’est et cria des excuses à son père lointain, s’inclinant sans cesse.

Elle était après tout la princesse du Clan de la Griffe. Le fait qu’elle ne pouvait pas lire le nom de son patriarche et de son propre père biologique était plus qu’un peu problématique.

Cependant, c’était aussi à peu près la même chose qu’elle en temps normal.

« Ahh… Al, tu es plus désespérée que jamais…, » Kristina regarda sa sœur avec une expression d’extase.

Cela aussi, c’était comme si de rien n’était.

« Ah, euh… hmm. » Le professeur âgé responsable de la classe avait été emporté par le rythme rapide de la conversation des jumelles jusqu’à présent, mais il avait fini par sortir de son étourdissement et avait essayé d’arranger les choses. « Lady Albertina, ne vous inquiétez pas. Vous n’avez qu’à travailler dur et à étudier ici. »

« Mais…, mais est-ce que c’est vraiment bien pour quelqu’un d’aussi stupide que moi d’être ici ? » Albertina leva les yeux vers le professeur avec des larmes qui se formaient dans les coins de ses yeux.

Le professeur répondit avec un sourire empli d’affection, comme s’il attendait qu’elle lui demande cela. « C’est pourquoi la maison des tablettes existe, et pourquoi je suis ici. S’il vous plaît, rassurez-vous, tout ira bien. » Il avait parlé en toute confiance, et peut-être avec la fierté d’avoir passé plus de vingt ans à enseigner.

« D’ailleurs, c’est l’état dans lequel elle se trouve après plus de cinq années complètes à suivre des cours avec un tuteur privé, » avait annoncé Kristina.

L’expression du professeur s’était figée. Sa seule remarque avait suffi à le faire rapidement regretter d’avoir parlé et d’avoir agi avec autant d’optimisme.

Kristina avait accueilli avec satisfaction l’expression raide et troublée de l’enseignant comme la petite brute qu’elle était, puis s’était tournée vers les autres enfants et avait fait une élégante révérence.

« Mes excuses pour le retard pris dans mes présentations. Je suis Kristina, fille de sang du Patriarche Botvid du Clan de la Griffe, et la fille jurée du grand patriarche de notre Clan du Loup, le Seigneur Yuuto Suoh. Tout le monde, j’espère qu’on s’entendra bien, » déclara Kristina.

Alors qu’elle levait la tête pour revoir leurs yeux, elle affichait un doux sourire qui était tout à fait à l’image d’une noble dame.

Les mouvements de son salut formel étaient si doux et pratiqués que même l’enseignant laissa échapper un « ohh » silencieux, impressionné par son sang-froid.

Cependant, si Yuuto avait été dans la pièce, il aurait certainement secoué la tête et gloussé avec ironie.

Parce qu’il savait que lorsque ce petit renard portait son sourire le plus mignon et le plus sociable, elle était prête à tout.

*

« Éphy, pétris mon argile pour moi, tu veux bien ? Celui d’Al aussi ! » déclara Kristina.

La première partie des cours de la journée était terminée, et les enfants faisaient une courte pause, lorsque Kristina avait appelé Éphelia et avait commencé à lui donner des ordres. Elle s’était assise avec les jambes croisées et la joue posée sur une main, ressemblant à une reine sur son trône.

« Euh, d’accord ! Tout de suite, Lady Kristina ! » Éphelia s’était immédiatement précipitée sur le bureau de Kristina et avait commencé à pétrir l’argile molle avec ses deux mains.

La pratique courante au vaxt était de recycler les tablettes d’argile, en les pétrissant de nouveau pour en faire des tablettes vierges à chaque nouvelle leçon. Normalement, ils ne conserveraient aucun enregistrement permanent de leurs leçons, car le volume des tablettes deviendrait rapidement incontrôlable.

Albertina avait été un peu surprise par la demande de sa sœur et avait essayé de refuser. « Hein !? N-Non, tu n’as pas besoin de faire le mien, Éphy. Je m’occuperai du mien ! »

« Non, Al. C’est le travail d’Éphy. » Kristina avait regardé son regard droit dans les yeux et avait répondu catégoriquement, comme si c’était la chose la plus naturelle au monde.

« Mais… »

« Non, Lady Albertina, vous n’avez pas besoin de faire un tel travail. S’il vous plaît, laissez-moi-le faire pour vous ! » Les yeux d’Éphelia brillaient de motivation.

 

 

*

Le temps passa, et ils entrèrent dans leur prochaine pause.

« Éphy, ma gorge est sèche, » ordonna Kristina. « Va me chercher de l’eau. »

« Tout de suite, Lady Kristina ! »

*

Quelques heures plus tard, les cours étaient terminés pour la journée.

« Oh, Éphy, j’ai mal aux épaules. Masse-les pour moi. »

« Voulez-vous dire, comme ça ? »

*

Après les cours, elles étaient retournées toutes les trois dans la rue principale.

Alors qu’elles passaient devant une boulangerie récemment devenue populaire, la femme qui la dirigeait avait remarqué Éphelia et l’avait appelée.

« Oh, salut petite fille. Je te reconnais, tu es la fille que j’ai vue dans le char du patriarche. Parfait minutage ! Tiens. C’est l’un de mes meilleurs pains. Je suis plutôt confiant dans sa saveur. C’est fraîchement cuit ! Sois gentil et donne-le au Seigneur Yuuto, veux-tu bien le faire ? » demanda-t-elle.

« Oh, c’est vrai. Je comprends. Je m’assurerai de le lui remettre, » déclara Éphelia.

« C’est vrai. Je compte sur toi, » déclara la femme.

« Oh ! Du pain fraîchement cuit ! » s’écria Albertina. « Ça a l’air si bon… Yoink ! »

« Lady Albertina !? » Éphelia grinça des dents.

« Hmm, hua, Ehhy ? »

« Oh, ohhhh… Qu’est-ce que je dois faire ? C’était une livraison destinée à Maître Yuuto…, » déclara Éphelia.

*

« Et c’est ainsi que se termine mon rapport du premier jour, Père, » déclara Kristina.

« Pourquoi diable as-tu commencé à l’intimider !? » demanda Yuuto.

Plus tard dans l’après-midi, alors que Yuuto écoutait le rapport de Kristina qu’il avait attendu toute la journée, il n’avait pas pu s’empêcher d’entendre les premières répliques de sa bouche, en colère. Il l’avait envoyée résoudre le problème, et à la place, elle en faisait partie.

Quant au don perdu du pain, il semblait qu’Albertina s’était sentie mal après avoir vu Éphelia s’inquiéter et déprimée, et qu’elle avait acheté plus de pain avec son propre argent en remplacement, alors tout allait bien à la fin.

Yuuto mangeait une partie de ce pain maintenant, et en effet, il était très bon.

« C’est tout à fait l’affirmation inattendue, » dit froidement Kristina. « Je ne fais rien de tel. »

« Si ce n’est pas de l’intimidation, comment diable l’appellerais-tu !? » demanda-t-il.

« Euh… ? Je dirais que je m’efforçais d’exprimer ma faveur pour elle, » déclara-t-elle.

Kristina aimait taquiner les gens et se moquer d’eux, mais normalement elle ne laissait pas facilement les autres voir ce qu’elle pensait ou ressentait vraiment. Cependant, cette fois, elle pencha la tête sur le côté et sembla vraiment perplexe. Elle ne semblait vraiment pas comprendre de quoi Yuuto parlait.

« Comment peux-tu appeler ça… ah. Alors, c’est comme ça. » Yuuto était sur le point de poursuivre son argumentation émotionnellement chargée quand il avait réalisé son erreur.

Suivant les normes du Japon du 21e siècle et considérant tous les enfants comme des « camarades de classe égaux », Kristina forçait Éphelia à être sa propre servante. Mais en tant que « servante », Éphelia n’était pas du tout mal traitée.

Éphelia était l’esclave de Yuuto et sa servante. Kristina avait dû seulement la considérer comme la traitant convenablement selon son poste.

En fait, le fait de ne compter que sur Éphelia pourrait être considéré comme une preuve d’affection et de faveur pour une servante, comme Kristina elle-même l’avait dit.

« Est-ce parce qu’Éphy est ta propriété, mon Père ? Ai-je eu tort de l’utiliser sans ta permission ? » demanda-t-elle.

« Ah, euh… Ce serait pénible de l’expliquer, alors faisons comme si de rien n’était, » déclara Yuuto.

Même s’il essayait d’expliquer les choses de son point de vue, il ne pensait pas qu’une vision japonaise des droits de l’homme du XXIe siècle aurait un sens pour elle. Et même s’il prenait le temps d’essayer de combler cet écart, il n’aurait rien à y gagner.

Trouver quoi faire pour aider Éphelia était bien plus important en ce moment.

« Dans ce cas, je vais en faire une demande formelle, » déclara Kristina. « Me prêteras-tu Éphelia pour quelques jours ? Ça devrait être tout ce qu’il faut. »

« … Es-tu obligée de le faire comme ça ? » demanda-t-il.

Kristina avait poussé un profond soupir affecté. « On dit que les grands hommes ont une affection encore plus grande pour les femmes, mais toi, mon Père, tu sembles manquer de compréhension à leur égard. »

« Oh, la ferme. » Il était certainement vrai qu’il ne savait pas la première chose à leur sujet, mais le fait qu’on lui ait dite en face comme ça avait tranché trop nettement dans sa fierté d’homme qui approchait de l’âge adulte.

Kristina riait de l’expression maussade de Yuuto. « Très bien, alors. J’expliquerai mon plan dès le début. »

« S’il te plaît, fais-le. »

« Premièrement, les garçons de cet âge et les filles de cet âge ne se font pas facilement des amis les uns avec les autres. Ils s’en tiennent surtout aux leurs, » déclara Kristina.

« Oui, maintenant que tu le dis, c’est vrai, » dit Yuuto en acquiesçant.

En repensant à sa propre enfance, du milieu de l’école primaire jusqu’à la fin de ses études secondaires, il n’avait fréquenté que d’autres garçons, aussi loin qu’il s’en souvienne.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire