Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 4 – Chapitre 5 – Partie 7

***

Acte 5

Partie 7

« Le soleil commence à se coucher, » murmura Yuuto en regardant le ciel rougissant de l’ouest.

Le mur de fer créé par sa tactique de fort de chariots avait tenu bon contre le tir à l’arc à cheval et les charges de cavalerie, deux des plus grandes menaces tactiques dans Yggdrasil.

Cela dit, il ne pouvait pas se permettre de se détendre le moindre instant.

Les guerriers du Clan de la Panthère avaient continué à porter des attaques suicidaires sans hésiter, et il n’y avait aucun moyen de savoir ce qui allait se passer ensuite.

Yuuto ne pouvait pas se débarrasser de la peur qu’une flèche perdue le prive soudainement de sa vie.

Il ne pouvait pas se débarrasser de l’inquiétude qu’un problème inattendu puisse se produire et puisse faire que son mur défensif soit brisé.

Il pouvait ressentir le stress lentement mais sûrement qui réduisait sa force mentale.

« Il semble que… nous pourrions enfin nous reposer un moment. » Le visage soulagé de Félicia avait aussi l’air très usé.

Il faudrait qu’il y ait une pause dans les combats une fois la nuit tombée. Les nuits d’Yggdrasil étaient interminablement sombres, avec seulement la faible lumière des étoiles et de la lune. Dans cet état, il devenait plus difficile de voir les obstacles et le terrain sous ses propres pieds, sans parler de la difficulté de déterminer les positions relatives et de repérer les alliés de l’ennemi dans l’obscurité.

Bien sûr, il y avait encore la possibilité d’une attaque furtive lancée sous le couvert de l’obscurité, donc il fallait rester vigilant, mais il semblait au moins qu’il y aurait une chance pour Yuuto de prendre une petite pause.

« Ouais, bien que j’aimerais bien qu’ils saisissent cette chance de partir, » déclara Yuuto.

Dans son pays natal, Yuuto commençait à être traité comme un dieu de la guerre, mais en vérité, il n’aimait pas du tout la bataille. En fait, il n’aurait préféré rien de plus qu’une alternative qui éviterait complètement les combats.

C’était particulièrement vrai aujourd’hui, en raison de ses propres sentiments dans ce cas.

« Après tout, notre objectif ici est simplement de leur faire comprendre qu’ils ne pourront plus nous attaquer sans pertes importantes, » déclara Yuuto.

Yuuto n’avait aucun désir d’exterminer ses ennemis, même s’ils essayaient de le tuer. Il s’était dit qu’il n’avait pas le choix quand il devait les tuer, mais bien sûr, il se sentait encore coupable.

C’est pourquoi, même si cela peut sembler contradictoire, il devait utiliser cette bataille pour blesser l’ennemi aussi fortement et complètement que possible.

En effet, il avait besoin de les faire souffrir suffisamment pour que chaque soldat restant ressente le désespoir du fond du cœur.

« Si une blessure doit être infligée à un homme, elle doit être si grave qu’il ne faut pas craindre sa vengeance. » C’était l’enseignement de Nicolas Machiavel.

Bien qu’un grand nombre d’entre eux puissent mourir dans un court laps de temps, à long terme, cela entraînerait moins de décès totaux et moins de souffrance en général… c’était la théorie, en tout cas.

Il n’y avait aucun moyen de garder une trace précise, mais le Clan du Loup avait déjà tué plus d’un millier de soldats du Clan de la Panthère.

En revanche, le Clan du Loup n’avait perdu qu’une vingtaine ou une trentaine de personnes.

Si l’on se contentait de ces chiffres, on pouvait dire que c’était une victoire totale pour le Clan du Loup.

Yuuto espérait qu’une fois la nuit tombée et que les deux camps cesseraient temporairement les combats, l’ennemi s’attaquerait aux faits et se retirerait, décidant qu’il ne devrait plus jamais tenter la guerre contre le Clan du Loup.

« Quoi… !? L’ennemi prépare quelque chose ! Les soldats se rassemblent dans le nord-ouest ! » cria Félicia.

« Tch ! Merde ! Bon sang ! Ils n’abandonnent toujours pas ? » Yuuto fit claquer sa langue et jura face aux nouvelles. Cela aurait dû être plus que suffisant !

À la fin, une partie de lui voulait encore éviter de combattre Loptr.

« D’accord, » cria Yuuto, « Alors nous les repousserons autant de fois qu’il le faudra ! Renforcez les défenses de notre côté nord-ouest ! »

L’une des forces terrifiantes de la tactique du fort de chariots était que ses défenses à toute épreuve étaient également mobiles. On pouvait rapidement repositionner les soldats le long du mur défensif de la formation en fonction des mouvements de l’ennemi.

« Raaaaaaaahhhhh !! »

Alors que leurs beuglements résonnaient dans les airs, l’immense masse de soldats de l’armée du Clan de la Panthère lança sa charge.

Les forces concentrées dégageaient un sentiment d’intimidation féroce comme Yuuto n’en avait jamais ressenti jusque-là. C’était suffisant pour effrayer certains soldats du Clan du Loup, même s’ils savaient qu’ils étaient derrière la protection du mur de chariots.

Cependant, bien que ce soit une autre histoire dans le combat en mêlée, un soldat effrayé pourrait quand même tirer facilement sur la détente d’une arbalète. On pourrait même dire que leur peur et le désir d’empêcher l’ennemi de s’approcher les encourageraient à charger et à tirer avec encore plus d’ardeur.

Si les murs étaient percés, ils seraient tous envahis en un clin d’œil. Yuuto regarda l’action, retenant son souffle.

« Uuuuooooogh ! »

À la tête de la charge se trouvait un homme aux cheveux courts que Yuuto reconnut comme le maître archer Váli du Clan de la Panthère, qui avait donné tant de mal aux troupes du Clan du Loup avec sa bande d’avant-gardes.

L’homme avait poussé vers l’avant tout en balançant son épée pour dévier les flèches qui approchaient, se rapprochant rapidement de la ligne défensive. C’était un guerrier sans peur, comme on l’attendait de l’homme qui s’était battu à égalité avec Skáviðr.

Et, dans le minuscule espace entre les volées d’arbalètes, il avait sorti rapidement son arc et y plaça une flèche. Alors qu’un soldat du Clan du Loup surgit de derrière le bord du mur du wagon pour lui tirer dessus, Váli le visa et lui tira dessus entre les deux yeux.

Son élan furieux et son talent avaient fait de lui le type de combattant qui était à la hauteur d’une centaine d’hommes normaux. Mais, même un guerrier aussi grand qu’il n’était, à la fin, qu’un seul soldat mortel.

« Guh… ! »

Váli grogna alors qu’une flèche du Clan du Loup toucha sa cible et le transperça près de son épaule. L’impact avait forcé son corps à reculer, et il était tombé de son cheval, envoyant une éclaboussure d’eau boueuse quand il avait touché le sol.

Yuuto ne pouvait pas dire si l’homme était mort ou non de là où il se tenait, mais il était sûr de dire que l’un de ses ennemis les plus puissants venait d’être retiré du combat.

Cependant, la défaite du héros du Clan de la Panthère n’avait rien fait pour atténuer la force ou l’élan de leur assaut.

Leurs vagues d’attaques continuelles semblaient devenir de plus en plus furieuses par la suite, comme un violent orage, comme si le Clan de la Panthère déversait toute sa force restante dans ses troupes.

Yuuto regarda et attendit, se demandant combien de temps cela allait durer. Un peu moins d’une heure s’était écoulée, mais cela semblait durer une éternité. Lorsque la couleur du ciel s’était installée dans le bleu foncé du crépuscule, les attaques de l’ennemi avaient enfin commencé à s’estomper en intensité.

« D’accord, on dirait que nous nous en sommes sortis, » dit Yuuto en serrant les poings alors qu’il s’assurait enfin de sa victoire.

Et c’est là que c’était arrivé.

« Le temps est venu pour l’obscurité de remplacer la lumière du soleil. »

« Gh… ! Qu’est-ce que c’est que ça !? » Yuuto entendit soudain une voix qui résonnait dans son esprit et sentit son cœur se mettre à battre plus fort.

C’était la voix d’une femme, et il ne la connaissait pas du tout.

« Que les chaînes de la Sainte-Alliance se délient maintenant, afin que le loup affamé emprisonné soit libéré. »

La voix continuait à chanter l’incantation.

Yuuto avait vu dans son esprit l’image d’une femme dansant.

Il ne l’avait toujours pas reconnue.

Elle semblait avoir à peu près la vingtaine, une belle femme aux longs cheveux argentés, attachée à une queue de cheval.

Sa tenue était provocante, pas plus qu’une fine couche de tissu drapé autour de sa poitrine et une autre autour de ses hanches, mais en même temps elle avait aussi un air de dignité sacrée et inviolable. Son apparence ressemblait beaucoup à celle de Félicia qui offrait ses danses sacrées en tant que prêtresse dans le sanctuaire d’Iárnviðr.

« Qui êtes-vous !? Qu’est-ce que vous faites !? » Yuuto cria et regarda autour de lui, mais il n’aperçut personne qui ressemblait à la femme dans sa vision.

Il ne comprenait pas ce qui causait ce phénomène.

Cependant, il avait l’impression d’avoir déjà vécu quelque chose.

Il ne pouvait s’empêcher de penser à l’époque où il avait été convoqué pour la première fois à Yggdrasil.

À l’époque, Yuuto avait vu une vision dans son esprit de Félicia dansant, tout comme ce qui se passait maintenant. Les deux situations étaient trop semblables pour être une coïncidence.

« L’ennemi attaque aussi par le sud-est ! » cria Félicia.

« Quoi !? » s’écria Yuuto.

Malheureusement, sans égard pour l’état d’esprit de Yuuto, la bataille en cours avait connu un développement surprenant.

Alors même que le gros de l’armée du Clan de la Panthère maintenait son assaut concentré depuis le nord-ouest, une petite bande de cavaliers habillés entièrement en noir était apparue de la direction complètement opposée, galopant droit vers le chariot. Ils étaient déjà inopinément proches.

Leurs vêtements noirs et leur petit nombre les avaient aidés à se fondre dans l’obscurité, tandis que l’assaut plus important avait servi de diversion. Ces facteurs combinés avaient suffi à retarder leur repérage par le Clan du Loup jusqu’à maintenant.

Yuuto avait ordonné que les défenses se concentrent sur le nord-ouest. Cependant, il y avait encore au moins un nombre minimum nécessaire de soldats en défense partout ailleurs. Un groupe de cette taille n’était pas assez puissant pour vaincre les murs du Wagenburg.

Yuuto s’était immédiatement préparé à donner l’ordre de contre-attaquer. Mais au moment où il levait la main…

« Ô crocs glacés, brise l’idole de la folie, et engendre le chaos de la calamité… Fimbulvetr !! »

La belle femme dans la vision dans l’esprit de Yuuto avait terminé sa danse d’offrande, et avait levé les deux mains vers le ciel. L’instant d’après, dans le monde réel que Yuuto vit de ses yeux, le groupe de cavaliers du Clan de la Panthère en embuscade était entouré d’une lumière pâle et faible, comme la lueur des lucioles.

Qu’est-ce que c’est !? pensa Yuuto. Mais juste au moment où il commençait à s’y intéresser…

« Grand Frère !? Ton corps est… ! » Félicia cria soudainement vers lui d’une voix tremblante.

Par pur réflexe, Yuuto baissa les yeux vers son propre corps, pour douter de ce qu’il voyait de ses propres yeux. « Qu’est-ce qu’il y a ? »

Son corps était très légèrement, mais de façon perceptible, transparente.

Il ressentit une sensation étrange, comme si quelque chose qui couvrait et pénétrait son corps s’était légèrement affaibli. Cependant, cela n’avait duré qu’une fraction de seconde, et le corps de Yuuto était revenu à son état solide normal.

« Qu’est-ce qui vient de m’arriver ? » demanda Yuuto.

C’était le milieu d’une bataille, et pas le temps de se concentrer sur des visions ou des hallucinations. Il le savait dans sa tête, mais il ne pouvait pas rester calme. Il ne pouvait pas se concentrer sur autre chose.

Rentrer chez soi au Japon du 21e siècle était le plus grand souhait de Yuuto. Pendant deux ans et demi, il avait essayé de trouver un moyen de rentrer chez lui sans succès, et ici et maintenant, il avait enfin trouvé un vrai indice pour trouver une solution. Il n’y avait aucune chance que ça n’attire pas son attention.

À ce moment-là, alors que son cœur était troublé par ce dilemme, Yuuto le vit.

Au sortir de l’obscurité parmi le groupe de cavaliers du Clan de la Panthère, un homme au visage supérieur dissimulé par un imposant casque en fer noir. Un homme aux cheveux longs et dorés comme l’adjudante de Yuuto, Félicia !

« Attendez, ne tirez pas, c’est… ! » Sans réfléchir, c’était les mots que Yuuto avait criés.

Si Yuuto ne l’avait pas vu, il aurait calmement donné l’ordre de tirer. Mais donner l’ordre de tuer son propre frère aîné tout en regardant l’homme de ses propres yeux était quelque chose qui exigeait une incroyable force de volonté et de conviction.

Yuuto avait supposément compris le fait qu’il devait infliger une défaite complète et décisive à son ennemi, mais dans ce moment fatidique, son manque de concentration et son manque de détermination vraiment solide pour combattre son frère avaient eu une conséquence terrible.

 

 

L’armée du Clan du Loup avait été guidée vers la victoire à maintes reprises par les ordres de Yuuto. La confiance de ses soldats en lui restait donc absolue.

Il y avait aussi le fait qu’après avoir repoussé tant d’attaques du Clan de la Panthère, ils avaient l’impression que la défense du fort était impénétrable.

Cette pause toujours aussi brève dans le feu de l’arbalète du Clan du Loup avait suffi pour que le groupe de cavaliers du Clan de la Panthère atteigne les chariots.

Et puis…

Plusieurs soldats à la tête du groupe avaient sauté de leurs chevaux. Ils s’étaient mis à quatre pattes dans la boue et avaient renforcé leur corps dans cette position.

Les cavaliers qui les suivaient, toujours au sommet de leurs chevaux, s’étaient placés sur leur dos sans hésitation ni remords, et avaient sauté par-dessus les murs de chariots.

« Quoi !? » Yuuto avait été stupéfait de cette incroyable tournure des événements.

Même si l’on se servait du corps humain comme d’un tremplin, les chevaux, de par leur nature même, n’aimaient pas sauter par-dessus de grands obstacles. Il était impossible de les amener à surmonter cette peur fondée sur l’instinct sans un entraînement spécial très long et ardu.

Alors, comment ont-ils fait ? L’esprit de Yuuto tournait en rond, et presque immédiatement il avait pensé à une possibilité.

Il y a un instant, les cavaliers du Clan de la Panthère étaient enveloppés d’une lumière pâle inquiétante, tout comme la lumière émise par le miroir divin de la tour sacrée du Clan du Loup lorsque Yuuto avait reçu ses appels téléphoniques avec Mitsuki.

Cette lumière était probablement d’ásmegin, la mystérieuse « énergie divine » présente dans ce monde.

Puis il y avait eu le mot « Fimbulvetr » qu’il avait entendu pendant cette incantation, qu’il avait déjà entendu auparavant. C’était pendant l’explication de Kristina de différentes magies seiðr.

Fimbulvetr était un seiðr qui pouvait transformer ses alliés en berserkers intrépides et frénétiques.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire