Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 4 – Chapitre 5 – Partie 4

***

Acte 5

Partie 4

Náströnd.

Il s’agissait d’une zone de vastes terres humides herbeuses qui s’étendait sur la partie nord-ouest du territoire du Clan de la Corne.

Si l’on se dirigeait plus à l’ouest vers la région de Myrkviðr, le paysage changeait et des forêts profondes commençaient à apparaître, mais dans cette région, le sol ne semblait pas pouvoir supporter de grands arbres, donc la végétation était dominée par les roseaux, le carex, les mousses et autres petites plantes aquatiques. Et au fil des longs mois et des longues années, dans ce climat perpétuellement doux et humide, cette végétation s’était lentement transformée en tourbe.

À Yggdrasil, il n’y avait pas encore de technique ou de technologie pour drainer les marécages ou les marais, donc dans toute la région, seule la route principale reliant Sylgr et Myrkviðr était à peine solide et bien entretenue pour permettre le passage des charrettes lourdes.

« OK, je suis très désavantagé par ici, » chuchota Yuuto en regardant les herbes vertes qui s’étendaient ici et là à travers la terre inondée.

Avec cette terre dégagée et large, la cavalerie armée pourrait utiliser au maximum son avantage supérieur en matière de mobilité.

Bien sûr, avec un sol aussi mou et détrempé, ils ne pourraient pas bouger ou manœuvrer à pleine vitesse, mais les jambes d’un cheval étaient beaucoup plus puissantes que celles d’un humain. Même les chevaux qui tiraient les charrettes derrière lui se déplaçaient sur le terrain avec peu de difficulté.

Par comparaison, la progression des soldats du Clan du Loup s’était ralentie au point de ramper à mesure que leurs pas devenaient moins réguliers et que leurs bottes glissent ou s’enlisent dans la boue.

« Cependant, si nous parvenons à traverser cette zone, nous serons à Myrkviðr, » déclara Félicia.

« Oui, tu as raison, » répondit Yuuto d’un signe de tête.

Linéa lui avait déjà donné beaucoup de détails à ce sujet tout à l’heure. Pourtant, cela le dérangeait que le seul moyen de se rendre directement à Myrkviðr fût de passer à travers cette fange.

S’il allait combattre la cavalerie avec l’infanterie, ce qu’il voulait, c’était des rivières ou des lacs, des falaises ou des ravins de montagne ou une forêt — le genre de terrain qui limiterait plus sévèrement les mouvements de leurs chevaux, et les obligerait à une confrontation frontale.

Ce genre d’endroit l’attendait beaucoup plus loin, là où le terrain devenait de plus en plus boisé.

S’il pouvait s’y rendre, et mettre en place sa formation…

Buooooooooh !

Soudain, le son aigu des cornes d’avertissement se répandit dans l’air.

« Merde ! L’ennemi !? » cria Yuuto. « J’aurais dû me dire qu’ils ne seraient pas assez gentils pour nous laisser passer ! »

Trouver un terrain avantageux pour vos propres forces et forcer la bataille, c’était une règle de guerre constante et à toute épreuve depuis des temps immémoriaux. Bien sûr, l’ennemi ne voudrait pas laisser passer l’occasion de les empêcher de prendre le contrôle de ce terrain avantageux.

Pour reprendre Myrkviðr, Yuuto savait qu’il devait continuer à aller de l’avant. Et c’est pourquoi il s’était déplacé lentement, prudemment et délibérément en route vers ce but, étudiant et notant les mouvements de l’ennemi.

Il n’avait pas encore eu de nouvelles de Kristina, qu’il avait envoyée à Myrkviðr. Mais il avait aussi envoyé Albertina, une Einherjar qui pouvait contrôler le flux du vent. Les deux filles étaient petites et très légères.

Peu importe à quel point les chevaux de Miðgarðr étaient étonnants, la cavalerie se déplaçant ensemble en tant qu’armée ne pouvait pas surpasser la vitesse de ses messagers personnels aux pieds rapides opérant indépendamment.

Par conséquent, il n’aurait pas dû y avoir trop d’ennemis dans cette attaque. Cependant…

« C’est quoi ce bordel !? C’est quoi ce nombre ? » demanda Yuuto.

Cette vue était si intimidante qu’elle avait failli couper le souffle à Yuuto.

Devant lui, un nuage de poussière géant soufflait au loin.

Il n’avait pas pu obtenir un chiffre précis par la simple vue, mais même en faisant une estimation approximative à partir de ce qu’il pouvait voir maintenant, il devait y en avoir au moins cinq mille.

Et ce n’était pas la fin.

« Grand Frère ! Ils viennent aussi de cette direction ! » s’écria Félicia en pointant du doigt, son visage tout aussi empli de choc que celui de Yuuto.

Dans la direction indiquée par ce doigt tremblant, les silhouettes d’innombrables cavaliers s’élevaient au-dessus de l’horizon de la plaine humide.

Les silhouettes avaient continué à se multiplier, apparemment sans fin. Le grondement de la terre causé par leurs chevaux au galop devint fort et autoritaire.

« Ils sont si rapides ! » La vitesse à elle seule avait laissé Yuuto avec les yeux écarquillés.

Les forces ennemies ne les avaient pas attaqués en ligne droite. Ils s’étaient séparés à mesure qu’ils s’approchaient, comme déviés par une force invisible, leur formation s’étendant autour du groupe de Yuuto jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de sol visible dans la moindre direction.

Les forces du Clan du Loup, avec leur mobilité nettement inférieure, ne pouvaient que rester les bras croisés et regarder les choses se passer si vite.

Les troupes du Clan du Loup étaient lentes à réagir, et l’instant d’après, elles étaient complètement encerclées.

 

***

 

« Khhhahahahaha ! Hahahahaha ! HAAAA HA HA HA HA HA !! »

Le rire fou de Hveðrungr avait retenti. Une fois sa formation d’encerclement présente autour des forces de Yuuto, il était complètement assuré de sa victoire. Il était inondé de joie, car tout s’était passé exactement comme il l’avait voulu.

Appâter l’ennemi avec une force d’avant-garde plus petite, le laisser se rapprocher, puis l’encercler et l’anéantir — c’était la stratégie gagnante du Clan de la Panthère.

En tant que clan nomade, ils n’avaient jamais eu besoin de s’accrocher à des bases ou à des bastions.

Et tant qu’ils avaient des moutons et des kumis, ils pouvaient subvenir à leurs besoins, peu importe où ils voyageaient.

Bien sûr, cela signifiait qu’ils n’avaient pas besoin de rester dans les villes, de transiter par elles ou de s’y réapprovisionner. C’est pourquoi les habitants avaient eu tant de mal à prévoir leurs mouvements.

Ils étaient apparus dans des endroits inattendus, à des moments inattendus. C’était le vrai caractère du peuple du Clan de la Panthère.

« Il semble que tu aies trop cru en la puissance de ton smartphone, Yuuto, » avait souri Hveðrungr.

Le Clan de la Panthère était resté constamment en mouvement et avait complété son approvisionnement en élevant du bétail, de sorte que le commerce et l’interaction avec les marchands de diverses terres étaient encore une autre compétence vitale pour leur culture. Naturellement, cela signifiait que beaucoup d’informations sur le Clan du Loup étaient parvenues aux oreilles de Hveðrungr.

En un mot, le Clan du Loup était puissant. Ils s’étaient attaqués au Clan de la Griffe, au Clan de la Corne et au Clan du Sabot, qui étaient tous plus nombreux les uns que les autres, et avaient chaque fois gagné dans une confrontation directe.

Quant au Clan de la Foudre et à son Tigre Affamé, ils avaient mis au point un plan astucieux pour s’attaquer à cet imbécile téméraire, mais incroyablement fort, et ils avaient ensuite détruit leur ennemi apparemment sans aucun effort réel.

Cette fois encore, face à des archers à cheval et à des techniques de cavalerie armée qui devraient encore être inconnues à Yggdrasil, cet ennemi haïssable avait réussi à trouver plusieurs contre-mesures.

« Mais une fois que je saurai ce que tu as essayé d’utiliser contre moi, je pourrai livrer la bataille en ma faveur ! » déclara-t-il.

Le smartphone de ce petit morveux et les connaissances qu’il pouvait lui apporter étaient dangereux et exigeaient la plus grande vigilance et la plus grande prudence.

Il était beaucoup trop dangereux de jeter toutes les ressources de son armée sur Yuuto avant de savoir exactement ce qu’il pourrait essayer d’utiliser ensuite.

Et c’est pourquoi Váli avait été si utile.

Contre les hautes fortifications de la ville, ils n’avaient qu’à utiliser le trébuchet, comme Váli lui-même l’avait fait auparavant. Cela amènerait l’ennemi vers eux, qu’ils le veuillent ou non.

Les arbalètes pouvant tirer rapidement allaient être un peu difficiles, mais d’après ce que Hveðrungr avait entendu, ils ne pouvaient toujours pas tirer plus vite que ses propres archers à cheval.

La seule raison pour laquelle la bande de Váli avait perdu tant d’hommes était la différence de nombre entre la bande de guerres et l’armée du Clan du Loup.

La principale tactique d’infanterie du Clan du Loup, la phalange, était assez forte à l’avant pour repousser même une charge de cavalerie, mais Hveðrungr avait appris que sur les flancs ou à l’arrière elle était complètement fragile.

Dans ce cas, Hveðrungr n’avait besoin que d’entourer Yuuto d’un nombre largement supérieur, sur un terrain qui mettait ses propres forces à un avantage écrasant, puis d’utiliser la charge de cavalerie, leur deuxième atout, pour mettre fin à l’histoire.

« Keheheheh, comment l’appelait-on d’où tu viens ? “Échec et mat” ? Dis-moi, Yuuto… Hm ? » déclara-t-il.

Juste au moment où Hveðrungr se préparait à donner des ordres à toute sa troupe pour une pleine charge, il aperçut quelque chose d’étrange.

Les chariots qui avaient été au centre de la formation du Clan du Loup étaient poussés vers l’avant avec un cliquetis bruyant.

Hveðrungr fixa cela d’un regard vide pendant une seconde, puis frappa une paume à son masque de fer et rugit d’un rire fou, se penchant en arrière avec ses mains tendant vers le ciel.

« Kkhahahahaha ! Kahahahahaha ! Allez, Yuuto, tu te rends déjà !? “Je vais te donner ce que tu veux, alors épargne-moi, s’il te plaît”, c’est ce que tu penses ? Oh, bon spectacle, Yuuto, c’est vraiment le meilleur ! C’est une fin convenable pour un misérable et lâche bâtard comme toi ! » cria le patriarche du Clan de la Panthère.

Hveðrungr avait enfin appelé ses hommes.

« Ignorez-les ! Écrasez tous jusqu’aux derniers soldats sous vos sabots ! À toutes les troupes, chargez ! » cria-t-il.

« Raaaaaaaaaaaagh !! »

Hveðrungr tira en l’air sa flèche sifflante et, avec un cri de guerre rugissant, ses soldats commencèrent tout de suite à charger vers les forces du Clan du Loup au centre.

Les cavaliers d’élite du Clan de la Panthère avaient soulevé d’épais nuages de terre en s’approchant du Clan du Loup de toutes parts.

Les soldats du Clan du Loup avaient été pris comme un rat dans un piège. À ce rythme, ils ne pourraient pas s’échapper, ni même se défendre. Ils seraient juste écrasés.

Une série de bruits bruyants avaient soudain rempli l’air.

« Hein ? » Hveðrungr avait été légèrement surpris. Il était sûr que le Clan du Loup était sur le point de demander une reddition dans une telle situation d’impuissance, mais au lieu de cela une volée de flèches s’échappait de l’intérieur de la formation.

Plusieurs des combattants du Clan de la Panthère qui avaient baissé leur garde pendant la charge avaient reçu des tirs directs et étaient tombés de leurs chevaux.

« Alors tu as fait comme si tu allais te rendre, pour lancer une attaque surprise. Tu es aussi lâche que tu l’as toujours été ! » Hveðrungr n’avait pas tenté de cacher son mépris intense, car il avait pratiquement craché les mots à Yuuto. « Très bien, nous répondrons de la même façon. Mes hommes, répliquez ! »

Utilisant leur mobilité supérieure, les cavaliers du Clan de la Panthère avançaient, se faufilant à travers les carreaux d’arbalète du Clan du Loup, et en un clin d’œil, ils étaient assez près pour tirer.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

  1. En cas d'embuscade par des cavaliers, mettez les chariots en cercle ! Classique dans les vieux westerns 😇

Laisser un commentaire