Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 4 – Chapitre 4 – Partie 4

***

Acte 4

Partie 4

L’un après l’autre, les soldats s’étaient effondrés au sol, mais les forces du Clan du Loup avaient quand même enjambé les corps de leurs compagnons et avaient continué leur poursuite.

Après avoir acquis un tel élan, ils ne pouvaient plus s’arrêter. Comme leur formation était si serrée, si l’un d’eux essayait de ralentir ou de s’arrêter, il serait simplement poussé vers l’avant par les soldats derrière lui.

En essayant de faire marche arrière et d’aller à l’encontre de la formation, le soldat risquait de perdre l’équilibre et peut-être d’être piétiné à mort par ses camarades.

« Alors, battre en retraite, c’est la mort, hein ? Mais c’est la même chose même si vous continuez, vous savez. » Souriant avec un plaisir débridé, Váli arracha flèche après flèche de son carquois, les plaçant sur la corde et tirant.

À chaque tir, un autre soldat du Clan du Loup tomba. Avec chaque camarade tombé au combat, l’unité de phalanges semblait se précipiter vers eux avec une rage de plus en plus féroce.

« Hah ! Si lente ! » Váli ne pouvait pas retenir son rire moqueur.

Quelle que soit la bravoure avec laquelle ils chargeaient, les pieds d’un humain ne pourront jamais espérer égaler la vitesse d’un cheval, aussi courageux soient-ils.

Je vous tourmenterai tous à mort, pensa Váli avec joie. Je vous tuerai tous comme ça, un par un, à mon gré. Il s’était léché les lèvres par anticipation.

C’était là que c’était arrivé.

« Guagh ! »

« Hurgh... ! »

Des flèches s’envolèrent soudainement vers eux depuis la forêt à leur droite, et Váli vit plusieurs de ses hommes relâcher leur dernier souffle et tomber de leurs chevaux. Ses mains s’étaient gelées.

L’instant d’après, un groupe d’hommes armés de lances sauta hors des bois, se précipitant pour couper la voie d’évasion de sa bande.

« Une embuscade !? Ont-ils prédit qu’on ferait demi-tour pour les attaquer !? » demanda-t-il.

Tandis qu’il crachait ces mots, plusieurs des hommes qui tenaient le côté droit de sa formation furent abattus de leurs chevaux par les frappes des longues lances de l’ennemi.

« Tch, bon sang ! Hé, bande de salauds, on court vers le nord ! » cria Váli.

Ils étaient pris au piège par des ennemis à l’avant et à l’arrière, et par la forêt à leur droite, mais heureusement il y avait des plaines ouvertes sur leur gauche.

Utilisez la mobilité écrasante des chevaux pour empêcher l’ennemi de vous rattraper et lâchez des attaques de flèche unilatérale hors de leur portée. En un mot, c’était la stratégie gagnante du Clan de la Panthère.

Ils n’étaient pas du genre à s’engager dans des combats en mêlée, où alliés et ennemis luttaient et se battaient à bout portant, mais l’embuscade de l’ennemi les avait mis dans cette situation précise.

Ils ne pouvaient pas faire bon usage de la plus grande force de leur cavalerie, sa vitesse et sa mobilité supérieures. Et inversement, la lenteur de l’infanterie, dont Váli s’était si bien moqué, n’était effectivement plus un désavantage.

Par-derrière, la force principale de l’ennemi avait continué à charger vers eux. Ils auraient de sérieux ennuis s’ils ne s’échappaient pas vite.

« On dirait que toute cette histoire d’“expert en guerre” était vraie, après tout, » marmonna Váli, en claquant la langue avec mépris.

Il trouvait cet ennemi vraiment troublant. Cela aurait dû être la première fois qu’ils l’affrontaient au combat, mais ils étaient beaucoup trop versés dans les contre-mesures contre la cavalerie armée.

« Tu ne t’échapperas pas ! » Un homme qui semblait être le chef des forces d’embuscade s’écria, et chargea vers Váli, monté sur un cheval.

Les yeux de l’homme étaient aiguisés et perçants. Plus que tout, il semblait dégager une sorte d’aura sombre et inquiétante.

Váli sentit un filet de sueur froide couler sur son dos.

« Hah ! » Le chef de l’ennemi avait projeté sa lance sur la poitrine de Váli.

« Quoi ! » Váli l’avait à peine dévié avec son épée.

Ce moment avait marqué la première fois dans l’histoire d’Yggdrasil... non, non, dans l’histoire de la Terre... dans laquelle deux cavaliers armés s’étaient engagés dans la bataille.

« Tah ! Hyah ! » Le chef de l’ennemi déclencha deux autres frappes successives de sa lance. Váli évita de justesse le premier coup en inclinant rapidement son corps, et détourna le second avec son épée, frappant la lance vers le haut.

 

 

Le haut du corps de son adversaire avait également été poussé vers l’arrière. Váli se préparait à profiter de cette ouverture pour contre-attaquer, mais il s’étonnait de ce qui allait se passer.

La lance de son adversaire, qui était censée avoir été repoussée vers le haut, traçait maintenant un arc de cercle propre dans l’air, et soudain le bout aiguisé de la tige de la lance se dirigeait droit vers la tête de Váli.

Il avait lui-même été pris au dépourvu, et il n’avait aucun moyen de bloquer à temps.

« C’est quoi ce bordel !? » Au dernier moment, il avait réussi à déplacer sa tête en arrière, mais il avait perdu quelques cheveux en cours de route.

Il avait littéralement esquivé de la largeur d’un cheveu. Le bruit de coup de fouet dans l’air qui lui arrivait aux oreilles lui disait à quel point l’attaque de l’homme avait été puissante et tranchante.

Váli avait l’impression qu’il était condamné à ce rythme, alors il se hâta de tirer sur les rênes, de faire tourner la tête de son cheval en cercle et de lui donner un coup de pied au ventre.

C’était le signal pour courir à toute vitesse. Le cheval bien entraîné de Váli avait réagi immédiatement et avait foncé en avant, malgré le fait qu’un ennemi se trouvait juste devant lui.

Les deux chevaux étaient entrés en collision frontale, mais c’était le cheval de l’ennemi qui avait été projeté à l’arrière.

Avec cela, les deux chevaux avaient également déterminé lequel était dominant.

Le cheval de l’ennemi trébucha un moment, puis fit un autre pas en arrière, comme s’il craignait le cheval le plus fort. Le chef ennemi donna un coup de pied pour pousser son cheval en avant, mais il ne voulait pas avancer.

« Ha ha ha ha ha, les chevaux de Miðgarðr sont une classe à part des chevaux faibles que vous élevez en ville ! » Avec cette raillerie, Váli avait remis son cheval à l’abri de l’ennemi.

Ce n’était pas qu’il ne pouvait pas se battre avec des épées ou des lances en soi, c’était juste que ce n’était pas l’arme dans laquelle il était spécialisé.

De plus, se battre à mort sur un pied d’égalité n’était pas son style. Mettre fin à la vie de l’ennemi par des attaques unilatérales et sans risque était le moyen de combat préféré de Váli.

Alors que son cheval s’éloignait à toute vitesse, il se retourna et prépara son arme préférée.

Sa position ne portait aucune trace des maniérismes désordonnés qu’il avait montrés plus tôt. Il avait stabilisé son objectif, poussant son esprit jusqu’aux limites de sa concentration, et avait tiré.

« Hup ! »

En un éclair, le chef ennemi avait utilisé sa lance pour dévier la flèche, bien qu’elle ait été tirée de si près —

« Quoi !? »

— Et c’était à son tour d’avoir les yeux écarquillés par la surprise.

C’était une réaction tout à fait naturelle, car lorsque la première flèche avait été repoussée, une deuxième flèche s’était révélée juste derrière elle.

En tirant deux flèches à un intervalle précis, la deuxième flèche était dissimulée dans l’ombre de la première. Et la deuxième flèche avait aussi été tirée à un angle légèrement différent.

La première flèche pouvait être déviée ou esquivée, mais à cet instant, la deuxième flèche arrivait sans laisser le temps de réagir. Pris au dépourvu, l’ennemi serait ainsi transpercé par la deuxième flèche.

C’était la technique ultime de Váli.

« Gah ! »

Mais cette fois, son ennemi n’était pas un homme ordinaire. Avec des réflexes que l’on ne peut qualifier que de phénoménaux, l’homme inclina la tête pour esquiver la deuxième flèche.

Malgré tout, ce n’était pas tout à fait suffisant, et un jaillissement de sang rouge vif avait jailli de la tempe de l’homme. Pourtant, l’homme ne tomba pas de son cheval et garda son regard vif fixé sur Váli.

C’était comme si la Faucheuse le dévisageait. Et pourtant, Váli s’était retrouvé à sourire en réponse.

« Dire que quelqu’un pourrait esquiver cette attaque dès qu’il la verrait pour la première fois. Je me souviendrai de ton visage, mon pote. Au revoir pour l’instant ! J’espère que nous nous reverrons ! » Avec ces derniers mots, Váli avait lâché une autre flèche. Il l’avait suivie avec une autre, et une autre.

Fuyant l’ennemi avec une mobilité supérieure, lui et ses hommes avaient continuellement tiré leurs munitions sur l’ennemi qui les poursuivait. Ils s’étaient battus l’un après l’autre, sans subir de pertes importantes. C’était après tout la stratégie de base du Clan de la Panthère.

Une fois qu’ils eurent tiré toutes leurs flèches, Váli et sa bande de cavaliers s’éloignèrent de leur ennemi, disparaissant rapidement hors de leur vue.

Yuuto se tenait à côté d’une section du mur défensif de Sylgr, fronçant les sourcils pendant qu’il inspectait les dégâts.

Le mur était au moins trois fois plus haut que lui, mais ici, il avait été réduit en pièces d’une manière spectaculaire.

Il y avait eu aussi des dommages collatéraux, certaines des maisons en briques se situant à côté du mur avaient été partiellement détruites, écrasées par la force des chutes de pierres.

Un tas de ces énormes rochers étaient encore éparpillés dans la région, juste à l’extérieur du mur. D’un coup d’œil, il était clair que cette destruction avait été l’œuvre d’un trébuchet.

Et après avoir appris que ses hommes avaient découvert l’arme en question à une certaine distance de là, où elle avait probablement été construite par le Clan de la Panthère, il n’y avait aucun doute.

« Alors, c’est ici que vous étiez. » Une voix soudaine était venue de derrière lui.

Félicia, qui était juste à côté de lui, sursauta de surprise et tourbillonna rapidement, puis expira en soulagement.

Yuuto se retourna aussi, et leva la main avec désinvolture pour saluer l’individu familier.

« Salut, assistant du second. Comment va ta blessure ? » demanda Yuuto.

« Cela ne posera pas de problème, » répondit froidement Skáviðr. Le pansement imbibé de sang enroulé autour de sa tête était douloureux à regarder, et il exacerbait son apparence déjà sinistre.

Cela dit, il était stable sur ses pieds, de sorte qu’il semblait que Yuuto pouvait croire l’homme sur parole qu’il allait bien. C’est exactement ce que l’on peut attendre de l’ancien Mánagarmr qui n’avait pas été tué.

« Sur cette note, je voulais te demander quelque chose, » dit Yuuto. « Comment était-ce, en fait, de les combattre ? »

« Ils n’ont offert aucune résistance, » déclara Skáviðr.

« Mais tu ne dis pas qu’ils étaient faibles, n’est-ce pas ? » demanda Yuuto.

« Exact, Maître... Un instant, si vous voulez bien, » Skáviðr ramassa une brique de taille moyenne parmi les restes du mur détruit, puis la jeta en l’air.

Frappe ! Il y avait un éclair argenté dans l’obscurité, la lune se réfléchissant sur le fer.

« Étonnant, » remarqua Yuuto en applaudissant sincèrement.

La brique avait été tranchée proprement en deux, et les nouvelles surfaces formées par la coupe étaient régulières et lisses. Même avec le tranchant exceptionnel d’une épée japonaise, un tel exploit serait toujours impossible sans un niveau de compétence considérable.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire