Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 3 – Chapitre 7

***

Acte 7

***

Acte 7

Partie 1

Les membres du clan s’entassaient autour de Yuuto.

« Ohh, Grand Frère Yuuto, vous avez été si impressionnant hier ! »

« Dire que vous pouviez vraiment faire un tel miracle ! Vous êtes vraiment l’Enfant de la Victoire, Gleipsieg ! »

Yuuto avait essayé de détourner cet éloge. « Non, je n’ai pas fait en sorte que ça arrive, je savais d’avance que ça allait arriver, alors... »

« Oh, franchement, les mouvements des corps célestes sont après tout dirigés par les dieux. Le seul être capable de savoir quelque chose comme ça est un messager envoyé par les dieux comme vous, Grand Frère ! »

« En effet, la sagesse du Seigneur Yuuto doit venir des dieux, je ne peux pas l’imaginer autrement. Cet engin à lancer des blocs de pierre était aussi magnifique. »

« Ah, Hahahaha, v-vraiment ? » Yuuto posa une main à l’arrière de sa tête, avec un sourire penaud. Bien qu’il soit encore un peu gêné et difficile, c’était aussi agréable de recevoir les éloges de tout le monde comme ça.

Leurs voix joyeuses avaient vraiment fait ressortir son sentiment d’accomplissement en protégeant la ville et ses habitants.

Tous les principaux membres du Clan du Loup étaient maintenant réunis dans la salle d’audience sous les ordres du patriarche. Cependant, le patriarche lui-même n’avait pas encore fait son apparition, et ainsi, en ce moment, tout le monde était rassemblé autour de son nouveau héros et sauveur Yuuto, engageant une conversation animée sur la bataille de la veille.

« Si vous aviez quelque chose comme ça, pourquoi ne pas l’avoir utilisé dès le début ? » demanda l’un des membres du clan.

« Techniquement, c’est une arme pour détruire les murs, et il faut beaucoup de temps pour préparer et charger les munitions, et si vous essayez de l’utiliser contre l’infanterie, ils finiront généralement par les éviter, » expliqua Yuuto. « De plus, l’ennemi avait déjà avancé si près de la ville que nous ne pouvions pas ramasser beaucoup de pierres à temps, nous laissant avec des munitions très limitées. Je voulais donc m’assurer que nous ne l’utilisions qu’au moment où elle serait la plus efficace possible. »

« Ohh, maintenant je comprends, » répondit l’autre.

« Wôw, vous avez vraiment tout pris en compte ? » déclara un autre membre du clan. « Vous êtes vraiment extraordinaire. »

« Non, pas du tout, vraiment..., » répondit Yuuto.

Eh bien, peut-être que je le suis, avait ajouté une voix dans le cœur de Yuuto.

Yuuto n’avait été rien de plus qu’un étudiant du lycée ordinaire au Japon du 21e siècle, mais dans ce monde, il pouvait dire avec certitude qu’il n’y avait pas une seule personne avec plus de connaissances que lui.

Il possédait déjà une mine d’informations que personne dans ce monde ne pouvait avoir aucun moyen de savoir. Et il pouvait accéder à encore plus d’informations à l’aide de son smartphone.

À cet égard, il était imparable et imbattable.

« Tant que le Seigneur Yuuto est avec nous, l’avenir du Clan du Loup est assuré ! »

« Vive le Gleipsieg ! »

« À ce stade, il vaudrait peut-être mieux que vous deveniez patriarche pour pouvoir continuer à nous guider, » ajouta un troisième membre du clan.

« Euh, non, euh, c’est un peu..., » Yuuto s’était gratté la tête alors qu’il s’efforçait de trouver une réponse appropriée.

Maintenant qu’il avait apporté leur grande victoire au Clan du Loup, Yuuto avait accompli sa « mission », alors il s’était dit qu’il devrait pouvoir retourner au Japon à la prochaine pleine lune.

Maintenant qu’il s’était rapproché d’un plus grand nombre de personnes et qu’il avait reçu le respect et les éloges des gens autour de lui, il était un peu réticent à dire adieu, mais à la fin, sa détermination à rentrer au Japon et Mitsuki restait ferme.

« Le prochain patriarche devrait vraiment être Grand Frère Loptr, » répondit finalement Yuuto. « La raison pour laquelle nous avons résisté assez longtemps pour survivre à cette longue bataille, c’est en grande partie grâce à son travail acharné. »

Yuuto se tourna vers Loptr, qui se tenait à côté de lui, et frappa légèrement une main sur son épaule.

Le côté supérieur droit du visage du jeune homme aux cheveux dorés était recouvert de bandages. C’était une apparence douloureuse à regarder et qui montrait clairement à tous ceux qui l’avaient vu à quel point il s’était battu désespérément avec tout ce qu’il avait pour protéger la capitale.

Heureusement, les membres du clan l’avaient accepté.

« Oui, c’est vrai, notre victoire d’hier aurait été impossible sans la lutte acharnée de notre commandant en second ! »

« Son commandement était aussi brillant. Il s’est vraiment racheté de ce qui s’était passé lors de la bataille précédente. »

« Si on parle de se battre, Sigrun aussi était incroyable. »

« Ohh, c’est vrai ! J’en ai entendu parler. Ils disent que vous avez abattu ce Mundilfäri. »

« Pas du tout. Avec seulement mon talent, je n’aurais pas été capable d’abattre un guerrier d’une telle puissance, » la jeune fille aux cheveux argentés prit la parole en secouant légèrement la tête. Elle se tenait à une bonne distance du trône du patriarche, près de l’une des entrées de la salle. « C’est seulement parce que j’avais avec moi cette Épée de la Victoire empruntée au Grand Frère Yuuto. »

Elle tendit le nihontou dans sa main, toujours dans son fourreau, pour que tous le voient.

« Ohh, alors c’est donc l’arme dont parle la rumeur. L’Épée de la Victoire qui peut même couper le fer ! »

« Je vois, c’était donc aussi votre création, Grand Frère Yuuto. »

« Absolument incroyable ! S’il vous plaît, faites-en une pour moi aussi ! »

Il avait essayé de faire de Loptr le sujet de la conversation, mais maintenant tous les membres du clan dans la salle d’audience étaient retournés faire l’éloge de Yuuto. Yuuto se sentait un peu mal pour son frère aîné assermenté, mais en même temps, il n’était pas totalement contre cela non plus. Après tout, Yuuto était arrivé jusque-là en ayant comme but d’être comme Loptr.

« Oh, c’est vrai, » déclara-t-il. « Run. Peux-tu me le rendre maintenant ? »

« Oui, Grand Frère. Tiens. » Sigrun marcha vivement pour se tenir devant Yuuto, où elle s’agenouilla sur un genou et offrit consciencieusement le nihontou avec ses deux mains.

Tu n’as vraiment pas besoin d’en faire toute une histoire, pensa Yuuto quand il lui prit. Puis il se retourna et tendit l’épée à Loptr.

« Yuuto... ? » demanda Loptr

« Je te le donne, Grand Frère. À l’origine, j’ai fait ça pour toi comme cadeau d’adieu. Eh bien, ce n’est plus tout à fait nouveau, puisque Sigrun l’a utilisé, mais elle a vaincu un puissant ennemi avec lui, donc en vérité, je dirais que cela ne fait qu’ajouter de la valeur. S’il te plaît, prends-le, » déclara Yuuto.

« ... Tu fais donc un étalage de ton pouvoir, » murmura l’homme sous son souffle.

« Hein ? »

« Non, ce n’est rien. Je te remercie. » Avec un joyeux sourire, Loptr accepta le nihontou de sa part.

Pendant un instant, Yuuto avait cru voir un regard sinistre sur le visage de son frère aîné, mais il avait supposé que ce n’était probablement rien d’autre que de la douleur causée par ses blessures ou autre.

« Ce n’est vraiment rien de spécial, mais prends-en bien soin, d’accord ? » Yuuto ajouta instinctivement une humble remarque à la manière japonaise typique, mais la seconde moitié était certainement ce qu’il ressentait vraiment. L’épée était comme un souvenir qu’il laisserait derrière lui avec son frère aîné lorsqu’il retournerait dans son monde d’origine.

C’était beaucoup trop embarrassant de le dire à voix haute, mais s’il voulait le dire en des termes plus suave, cette épée était aussi comme un symbole physique des liens d’amitié qui les unissaient. Il ne voulait vraiment pas qu’il soit mal traité ou négligé.

« Bonne chance pour les jours à venir, commandant en second. » Yuuto avait accompagné ses paroles d’encouragement d’une petite tape sur le dos de Loptr.

Cela pouvait paraître anodin, mais pour Yuuto, c’était un geste qui contenait tous ses sentiments sincères. Il avait maintenant trois précieuses petites sœurs assermentées à Félicia, Sigrun et Ingrid. Il avait l’intention de laisser le smartphone avec elles s’il le pouvait, mais même ainsi, il était possible qu’il ne revoie plus jamais aucun d’entre eux face à face. Cet homme était le seul à qui il pouvait le confier pour s’occuper de sa famille. C’est parce que Loptr était ici qu’il avait senti qu’il pouvait rentrer chez lui au Japon sans aucun souci.

« “Commandant en second”, hein ? » Loptr avait fait un petit sourire. Il y avait une pointe d’ironie dans son ton, et il semblait que son expression devenait un peu plus sombre.

Même s’ils avaient chassé l’ennemi et que tout le Clan du Loup était d’humeur festive, il semblait lugubre.

Eh bien, Loptr avait après tout été chargé de l’avenir du Clan du Loup en tant que commandant en second. Yuuto se demandait s’il n’était pas plus soulagé qu’excité, et si peut-être toute la tension de la bataille l’avait laissé avec une fatigue accumulée qui le rattrapait d’un coup.

« Tu t’es vraiment élevé dans ce monde par toi-même, » avait dit Loptr. « N’est-ce pas ? »

« Ah, ouais, je suppose. Mais c’est fini maintenant. » Yuuto haussa les épaules.

L’éclipse solaire n’avait eu lieu que le jour de la nouvelle lune, de sorte qu’il restait encore beaucoup de temps avant la prochaine pleine lune. Cela dit, ce n’était qu’une courte durée.

Ce ne serait guère suffisant pour lui permettre de faire avancer sa carrière dans le clan. Non pas que Yuuto ait eu l’intention de le faire au départ.

« Silence ! ! Grand Frère Fárbauti est arrivé ! » Bruno avait parlé d’une voix perçante et inattendue, et l’agitation dans la salle d’audience s’était calmée en un instant.

Tout le monde s’était déplacé à l’endroit désigné et s’était levé bien droit, puis s’était penché légèrement vers l’avant et avait baissé la tête. Yuuto avait une bonne compréhension de la façon d’agir dans des situations publiques comme celles-ci, et il avait donc suivi leur exemple.

Au milieu du silence, le vieux patriarche avait fait son apparition d’une porte latérale, puis il se dirigea lentement vers le trône. Il regardait depuis là les membres de son clan rassemblés.

« Tout le monde, levez la tête. » Le vieux patriarche parlait d’une voix basse et digne, et toutes les personnes présentes avaient immédiatement obéi à ses paroles.

Aussi aimable et de bonne humeur qu’il puisse être, ce vieil homme était en effet le père de tout le Clan du Loup et le détenteur de l’autorité absolue.

« Tout le monde, je vous félicite pour votre dur labeur pendant la bataille. Ce n’est que grâce à tous vos efforts que nous avons pu repousser des ennemis aussi redoutables. En tant que père et frère aîné, je suis profondément fier de chacun d’entre vous. »

Tous les visages rayonnaient de fierté en entendant de telles paroles de la part de leur patriarche bien-aimé.

Tout le monde dans cette salle d’audience avait travaillé d’arrache-pied pour protéger le Clan du Loup pendant la guerre. Plusieurs d’entre eux avaient été grièvement blessés. Il y avait aussi ceux qui faisaient partie de ce groupe il y a quelques jours, mais qui n’étaient plus présents. C’est une victoire que le Clan du Loup avait remportée en s’unissant véritablement.

« Et c’est mon faible leadership qui a invité cette crise sans précédent sur notre nation, » déclara Fárbauti en baissant la tête. « Je n’ai pas de mots pour exprimer combien je suis désolé pour vous tous. »

« G-Grand Frère, s’il vous plaît, ne baissez pas la tête vers nous, » déclara Bruno en toute hâte. « P-Pas une seule personne ici ne ressent ça. C’est plutôt parce que vous étiez notre patriarche que nous avons pu chasser cet ennemi redoutable. »

« Je n’ai pas besoin que tu me flattes, Bruno. Tout cet incident m’a fait prendre conscience à quel point je manque vraiment de certaines choses. J’ai essayé de gouverner en mettant l’accent sur l’honneur et le devoir, en aimant tous mes enfants d’une manière égale, sans favoritisme, en donnant de la valeur et du poids aux opinions et aux idéaux de chacun au meilleur de mes capacités, afin que je puisse devenir le genre de patriarche que tout le monde admirait et respecte... mais c’était une erreur. »

Fárbauti serra la main droite en un poing. Serré et fort.

« Ce qu’il faut à un patriarche, ce n’est pas une pensée naïve si douce. Un patriarche, d’abord et avant tout, doit protéger son territoire, protéger les gens qui y vivent et améliorer leur vie... et il a besoin de force pour y parvenir ! Sans cela, tous ces idéaux ne sont rien de plus qu’une fantaisie naïve. C’est regrettable, mais je n’avais pas cette force si importante... »

Ses paroles étaient fermes et décisives, mais comme elles contenaient toute la force présente dans sa main serrée. Son visage avait l’air complètement usé, et sa voix prenait un ton détaché et distant.

« Nous avons peut-être réussi à protéger Iárnviðr, mais le fort de Gnipahellir a quand même été capturé par le Clan de la Griffe. Finalement, la situation du Clan du Loup n’a fait que s’aggraver. Le Clan de la Corne est sûrement à l’affût de l’occasion de profiter de notre faiblesse. Et encore plus à l’ouest, j’ai entendu dire que les patriarches du Clan du Sabot et du Clan de la Foudre ont récemment commencé à étendre leur pouvoir et leur influence à un rythme rapide. Maintenant que nous sommes dans cette situation, nous n’avons plus besoin d’une pile de vieux os comme moi. Nous avons besoin d’une personne jeune et forte qui puisse servir de vrai patriarche pour le Clan du Loup ! »

Avec sa dernière phrase faite sous la forme d’un cri rauque, le vieux patriarche se leva.

Comme si les yeux de tous le suivaient, il fit un pas lent, puis un autre, jusqu’à ce qu’il se tienne devant le jeune homme aux cheveux d’or... et puis, il continua à marcher.

Il s’arrêta devant le garçon aux cheveux noirs qui se tenait juste à côté, et se tourna vers lui.

« Yuuto. »

« Euh ? » Yuuto avait été tellement pris au dépourvu qu’il n’avait réussi à obtenir qu’un son vague et ridicule en réponse.

Il était si certain que Loptr serait celui vers qui Fárbauti se dirigeait. Après tout, Loptr était le commandant en second. Dans ce système clanique qui imitait la structure d’une famille, le commandant en second était l’équivalent du « fils aîné », agissant comme remplaçant du patriarche avec pleine autorité et pouvoir dans toutes les affaires où le patriarche était absent. Et il était aussi généralement traité comme le prochain successeur du clan.

Pourquoi le vieux patriarche posait-il maintenant la main sur l’épaule de Yuuto, lui qui n’était que dixième du clan ? Voulait-il en introniser un tout neuf, et un étranger en plus ?

« À partir de ce jour, tu es le patriarche du Clan du Loup, » déclara Fárbauti.

***

Partie 2

« Hein ? Quoiiiiiiiiii !? » Yuuto avait crié hystériquement cette fois-ci, oubliant complètement la situation formelle dans laquelle il se trouvait.

Qu’est-ce qu’il raconte, ce vieux schnock ? Il ne l’avait pas dit à haute voix, mais pendant un moment, Yuuto avait cru que le vieil homme aurait peut-être fini par devenir sénile.

« Q-Qu’est-ce que tu racontes, Père ? » cria-t-il. « Je te l’ai déjà dit, je vais retourner dans le monde d’où je viens. Quand j’ai accepté ton offre d’échanger le Serment du Calice, je me suis bien assuré que tu le comprenais ! »

« C’est... c’est vrai, tu l’as fait. Je suis désolé, mais j’ai besoin que tu me laisses revenir sur cet accord. Pour l’instant, tu es le seul à pouvoir protéger le Clan du Loup. »

« Qu’est-ce que tu racontes !? Tu as déjà quelqu’un ! Grand Frère Loptr est déjà un successeur parfait ! » cria Yuuto à son patriarche.

Mais le vieux patriarche ferma les yeux et secoua la tête en silence. « C’est vrai que Loptr est un homme de grand talent. Il ferait un bien meilleur patriarche que quelqu’un comme moi. Malgré tout, il n’a toujours pas assez de force pour protéger et guider le Clan du Loup tel qu’il est aujourd’hui. »

« C-Ce n’est pas vrai ! Regarde cette dernière bataille ! Grand Frère Loptr a tant fait, et —, » commença Yuuto.

« Hehe... Hahahaha... » La protestation de Yuuto avait été interrompue par un rire soudain et creux venant de juste à côté de lui.

Tandis que Yuuto se tournait instinctivement dans cette direction, il se figea.

Ce qu’il voyait n’était pas la forme familière, douce et joyeuse du rire de son frère aîné assermenté. C’était un homme au visage tordu dans un ricanement sombre débordant de folie.

« Tu peux maintenant arrêter de jouer la comédie, Yuuto, » déclara Loptr.

« Jouer... ? Grand Frère, qu’est-ce que tu es... ? » demanda Yuuto.

« Tu es toi-même contre le fait de devenir patriarche, mais quand Père t’aura assez supplié, tu accepteras à contrecœur. C’est ainsi que cela se passera, n’est-ce pas ? » Loptr ricana. « Agis-tu ainsi afin d’éviter que je te déteste ? Je suis sûr que tu avais prévu de faire bon usage de moi en tant que commandant en second. Alors est-ce peut-être pour ça ? »

« Franchement, de quoi parles-tu, Grand Frère !? » La voix de Yuuto devint criarde quand il commença à paniquer pour de bon.

Loptr avait l’air d’avoir mal compris la situation. De plus, c’était une accusation qui n’avait absolument aucun sens pour Yuuto.

Comment les choses ont-elles soudainement pris une tournure aussi scandaleuse ? Il ne l’avait pas du tout compris.

« Attends, Loptr, » dit Fárbauti, alarmé. « Ce n’était rien de plus que ma propre idée égoïste, alors... »

« Ce n’est rien, Père, vous n’avez pas à le cacher, » déclara Loptr. « Honnêtement... tu m’as vraiment fait un sacré numéro, Yuuto. On dirait que tu as réussi à cajoler pleinement Père pendant que j’avais le dos tourné. J’aurais dû réaliser ce que tu faisais bien plus tôt. Oui, c’est vrai, comme quand tu as décidé d’échanger le Serment du Calice directement avec le Père, sans même m’en parler ! »

« Non, non ! Je ne veux vraiment pas du tout devenir patriarche ! » déclara Yuuto.

« Toi... si tu n’avais pas ce smartphone, ou peu importe son nom, tu ne pourrais rien faire ! » s’écria Loptr.

Loptr était rempli de suspicion et les tentatives de Yuuto pour se défendre n’atteignirent plus son cœur.

« C’est vrai, même avec ce truc, tu n’étais rien de plus qu’un bon à rien sans mon aide ! Dire que j’avais tellement confiance en toi que j’étais prêt à faire de toi mon bras droit, et même à te laisser avoir ma petite sœur, alors que pendant tout ce temps, tu étais un traître ingrat ! Ça me fait de la peine de le dire, mais je n’arrive pas à croire que j’ai été aussi bête. Ha ha ha ha ha ! Un imbécile..., tout simplement, un bouffon absolu ! Ha ha ha ha ha ! Ha ha ha ha ha ! AHAHAHAHAHAHAHAHAHA !! »

Loptr avait poursuivi son rire dément, levant les yeux vers le plafond avec une main sur son visage. C’était un rire débordant de haine, comme une malédiction, et le bruit de ce rire allait entraver et tourmenter le cœur de Yuuto pendant de nombreux jours à venir.

Pendant plusieurs instants, Loptr avait simplement continué à rire... Et puis...

« Keh-heh-heh-heh, devenir patriarche a été mon rêve depuis que je suis tout petit. Depuis si longtemps, j’ai fait tout ce qui était en mon pouvoir pour réaliser ce rêve. Juste un peu plus... c’était juste un peu plus... juste au moment où ma main allait l’attraper, Yuuto... toi... toi... toi... toi... C’EST TOI QUI ME L’AS VOLÉEEEEE !! »

D’un cri assourdissant, Loptr dégaina la nouvelle épée à sa taille. C’était l’épée dans laquelle Yuuto avait versé son cœur et son âme, son sang, sa sueur et ses larmes dans sa forge, le cadeau qui était le symbole de leur amitié.

Avec ses yeux injectés de sang en raison de la haine, sans la moindre hésitation, Loptr frappa avec l’arme — .

« Khh ! Gah... ! » La lame trancha une ligne horizontale profondément dans la poitrine de Fárbauti, qui avait rapidement poussé Yuuto hors du chemin.

« ... Hein ? Pè... re... ? » Les mots s’étaient échappés des lèvres de Loptr dans un murmure râpeux.

Son expression était vide, comme s’il était complètement incapable de comprendre ce qui se passait.

Cependant, l’instant d’après, du sang frais s’était répandu sur son visage, et la chaleur de la vie de sa victime l’avait forcé à comprendre ce qu’il venait de faire.

 

 

« U-uwaaaaahhhh !! » Le visage de Loptr était gelé de terreur, et il secoua la tête de gauche à droite, faisant un pas en arrière, puis un autre.

« Ahhhhhhhhhhhh !! »

Loptr avait poussé un hurlement perçant à pleins poumons, puis il avait tourné le dos au corps du vieux patriarche qui tombait avant de se mettre à courir.

Tandis que quelques personnes paniquées essayaient de se mettre en travers de son chemin, il les avait violemment attaquées avec l’épée, sans aucune forme ou technique, les coupant, et avait couru hors de la salle d’audience à toute allure.

« F-Frère ? » Félicia se tenait sur place, hébétée.

Il semblerait qu’elle n’arrivait pas non plus à comprendre ce qui se passait. C’était censé être une occasion heureuse, une célébration de la victoire d’hier. Ce devait être une journée mémorable, où son frère de sang et son nouveau frère assermenté seraient tous deux reconnus pour leurs vaillants efforts.

Qu’est-ce qui a fait que les choses s’étaient passées ainsi ? C’est le Mánagarmr, Skáviðr, qui avait pu se rétablir le plus rapidement et donner des ordres rapidement. Il avait lâché ses ordres d’une voix forte.

« Ne laissez pas le tueur s’échapper ! Poursuivez-le ! Poursuivez-le ! Que ceux qui ont les compétences appropriées s’occupent du Maître immédiatement. Vite ! » cria Skáviðr.

Les pieds de Sigrun avaient commencé à avancer après avoir effectué un coup de pied dans le sol avant de sortir de la pièce, comme si les paroles mêmes de Skáviðr l’avaient mise en mouvement.

Certains l’avaient suivie, d’autres avaient commencé à prodiguer les premiers soins au patriarche, d’autres encore étaient allés passer le mot et appeler à l’aide. Tout le monde s’était précipité pour faire ce qu’il pouvait.

« Pourquoi... ? Pourquoi est-ce arrivé... ? » Yuuto vacilla. « Nous gagnons la bataille, Grand Frère Loptr devient patriarche, et je rentre chez moi dans mon monde. Tout devait s’arranger, alors pourquoi... ? »

Yuuto était resté immobile et abasourdi au centre de l’agitation de la salle. Tout comme Félicia, son esprit n’avait pas encore tout à fait compris la réalité de ce qui se passait. Le frère aîné assermenté qu’il aimait et respectait avait essayé de le tuer, et son père assermenté l’avait protégé et avait été blessé à sa place. Pourquoi une telle chose s’était-elle produite ?

« Étais-je... ? Étais-je le seul à blâmer, Grand Frère... ? » murmura Yuuto.

Les yeux de Yuuto se dirigèrent vers l’entrée du hall à la recherche de la silhouette de Loptr, bien qu’il soit déjà parti depuis longtemps.

Dans sa tête, les dernières paroles que Loptr lui avait dites se répétaient à l’infini.

« Argh... Y-Yuuto..., » la voix étouffée et rauque de Fárbauti avait ramené Yuuto à la raison.

« P-Père !? E-Est-ce que ça va !? » demanda Yuuto.

Dieu merci. Père n’est pas mort. Dans ce cas, on peut arranger ça d’une façon ou d’une autre, pensa Yuuto.

Avec cet espoir désespéré en tête, Yuuto s’était retourné.

« Ah... aaaaaahh..., » le corps de Yuuto avait tremblé de façon incontrôlable à la vue choquante du visage de son patriarche mourant.

Malgré les vaines tentatives de premiers secours des personnes présentes autour de Fárbauti, le visage du vieil homme avait perdu toute couleur et la mare de sang sous lui devenait de plus en plus grande.

« Y-Yuuto. Ce n’était pas ta faute. S’il te plaît, ne blâme pas non plus Loptr pour ça. Tout est... tout est à cause de ma propre faiblesse. Je n’ai pas vu l’obscurité grandir dans le cœur de l’un de mes enfants. » Le patriarche toussa, le sang coulant de sa bouche.

« Père, ne parle plus ! » Yuuto s’était précipité aux côtés de son père assermenté.

Il n’était pas clair si Fárbauti avait entendu la voix de Yuuto ou non, mais le vieux patriarche leva la main droite. « Prends... prends ma main... »

« C-Comme ça !? Comme ça, Père !? » Yuuto serra la main offerte contre la sienne avec ses deux mains.

Elle était déjà trop froide pour être la main d’une personne vivante. Et chaque seconde, Yuuto sentait qu’elle devenait de plus en plus froide, et il désespérait.

« Y-Yuuto, je t’ai causé tant d’ennuis, et je sais... » toux, toux. « ... Je sais que je n’ai pas le droit de te le demander, mais je dois te demander... de prendre soin du Clan du Loup, » toux, toux. « E-Et puis... une fois que tu auras sauvé le Clan du Loup du danger, le jour viendra où tu devras quitter ce monde... Je veux que tu fasses de Loptr le prochain patriarche. »

La tête du patriarche tomba par terre comme s’il avait finalement épuisé le reste de ses forces.

La force s’était ainsi estompée de la main serrée dans les doigts de Yuuto. C’était comme s’il pouvait sentir la vie de l’homme disparaître.

« Père ? Ne meurs pas ! Ne meurs pas comme ça !! » Yuuto ne pouvait rien faire de plus que pleurer comme un enfant.

Les personnes qui tentaient d’administrer les premiers soins s’arrêtèrent, et avec des regards douloureux, ils secouèrent la tête.

« C’est... c’est ma faute, » sanglota Yuuto. « Qui se soucie du Gleipsieg ? Pourquoi suis-je devenu si vaniteux ? Grand Frère était si troublé, et je ne l’ai même pas remarqué ! Il a travaillé si longtemps et si fermement pour poursuivre son rêve ! Et je... Je le lui ai volé. »

Des sentiments de culpabilité et de reproche quant à lui-même avaient déchiré le cœur de Yuuto comme une violente tempête.

Il devait y avoir un moyen. Une façon de créer un avenir dans lequel Fárbauti se retirait paisiblement, Loptr prenait sa place, et Yuuto se tenait à côté de lui, le félicitant.

Si seulement Yuuto ne s’était pas empli de vanité et n’avait pas agi aussi égoïstement, si seulement il avait pensé aux choses du point de vue des autres, s’il avait seulement considéré les sentiments de son Grand Frère juré, rien de tout cela ne serait arrivé. Telles étaient les pensées qui lui traversaient l’esprit.

Si l’on considérait la situation d’un point de vue objectif, demander à un garçon de 14 ans d’être aussi compétent et capable de comprendre les autres serait beaucoup trop dur. Cependant, Yuuto ne doutait pas de ses propres conclusions.

« C’est comme disait Grand Frère, » déclara amèrement Yuuto. « Pourquoi ai-je agi comme si j’étais intelligent, alors qu’en réalité, je n’ai fait que tricher en utilisant des connaissances empruntées !? À la fin, je n’ai pas compris ce qui était le plus important ! Père s’est même donné la peine de me prévenir. Même moi, j’ai perdu le contrôle de moi-même quand j’avais l’impression d’être poussé dans un coin. Mais j’ai rejeté ce que Père disait, disant que c’était stupide et dégoûtant... »

Yuuto avait frappé le sol avec ses poings, encore et encore. Ses articulations avaient commencé à saigner, mais il n’y avait pas prêté attention.

« Sans le smartphone, je ne suis qu’un gamin stupide ! Je suis un gamin stupide qui ne comprend pas les sentiments des autres ! Grand Frère était bien plus apte à être le patriarche que quelqu’un comme moi ! »

Protéger sa famille à tout prix. C’était l’idéal personnel de Yuuto, sa conviction. Et malgré cela, à cause de lui, la vie de son Père et de son Grand Frère avait été ruinée.

Il n’était pas différent de son vrai père, l’homme sans valeur qui avait abandonné la mère de Yuuto.

« Je ne vaux rien, je ne vaux rien, je ne vaux rien, AAAHHHHHHHHHHHHHHHHHH !! »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Eh ben... Je me doutais qu'il allait se passer un truc, mais je ne m'attendais pas à ça... Merci tout de même pour le chap

Laisser un commentaire