Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 3 – Chapitre 6 – Partie 6

***

Acte 6

Partie 6

« Maintenant que c’est réglé, je te laisse tous les détails de la bataille, Grand Frère Loptr ! » Avec un large sourire, Yuuto lui fit un geste du pouce levé.

La longue réunion du conseil de guerre était enfin terminée, et la lune s’était déjà levée parmi les étoiles scintillantes visibles dans le ciel nocturne. Lors d’une nuit normale à Iárnviðr, tout le monde aurait déjà été endormi à cette heure, mais il y avait de la lumière autour d’eux à cause des feux et des torches allumées, et pendant que le groupe de Yuuto se dirigeait vers la Hliðskjálf, les gens couraient constamment dans les deux sens devant eux.

Dans quelques jours seulement, les armées alliées de trois clans ennemis commenceraient son attaque contre Iárnviðr. Tout le monde se préparait à tenir la ville à l’abri de l’assaut et du siège potentiel qui s’annonçait.

Regardeeeeee fixement... Le regard de Sigrun était avec une telle intensité que cela le rendait inconfortable.

« N’étais-tu pas celui à qui ce plan a été confié par le Père ? » Loptr répliqua d’un rire ironique.

« Voyons. Je ne sais pas ce que c’est que de commander des troupes, » Yuuto avait répondu d’une manière un peu sur la défensive.

Le jeune homme aux cheveux d’or lui fit un visage exaspéré. « Et malgré cela, tu as quand même pu annoncer que nous allions gagner tout en regorgeant d’une telle confiance en toi ? »

« Je dirais que je fais absolument tout ce qui est en mon pouvoir pour m’assurer que nous pourrons gagner. Si quelqu’un d’expérimenté et d’habitué à commander comme toi dirigeait les troupes, Grand Frère Loptr, nos chances de victoire seraient bien meilleures que si je le faisais. Il s’agit d’utiliser la meilleure personne pour chaque emploi. J’ai des choses à faire, moi aussi. Ce sont des choses que moi seul peux faire. Alors, faisons de notre mieux, et chargeons-nous de ce dont nous avons besoin. »

« Hehe, très bien alors. C’est aussi l’occasion pour moi de me racheter. Tu peux me laisser m’en occuper, » déclara Loptr.

« Oui, je compte sur toi, » déclara Yuuto.

« D’accord ! Alors, j’y vais, » avec un petit sourire, Loptr fit signe de la main et s’en alla.

Pour une raison inconnue, son dos semblait plus petit selon Yuuto. Même son sourire semblait différent de la normale, même si Yuuto n’arrivait pas à mettre le doigt sur une bonne manière de le décrire.

« Hmm, Grand Frère Loptr a l’air un peu déprimé. Je me demande s’il ne s’est pas encore remis de sa défaite d’avant. » Yuuto murmura ça à lui-même, inquiet, tandis qu’il regardait le dos de Loptr disparaître peu à peu au loin.

Même une bataille gagnable pourrait être perdue si le commandant responsable des troupes n’était pas en état de les diriger. C’était l’une des réticences de Yuuto. Mais de toute façon, et plus important encore, entre toutes les personnes présentes, il ne voulait pas voir Loptr avoir l’air découragé. Il voulait que son frère aîné assermenté soit toujours un modèle de confiance, que cela soit quelque chose de plus grand que lui et qu’il puisse ainsi toujours le poursuivre.

Regardeeeeee fixement... Le regard de Sigrun continuait à le transpercer.

« En effet, c’est aussi la première fois que je vois mon frère comme ça, » déclara Félicia. « Je suis un peu inquiète. Mais je pense aussi qu’il ira bien. Je le dis peut-être en tant que petite sœur, mais c’est une personne forte. »

« Tu as raison. » Yuuto acquiesça d’un signe de tête avec force. « Après tout, c’est le frère aîné fiable sur lequel nous comptons tous les deux. »

En pratique, il n’avait de toute façon pas le temps de s’inquiéter pour les autres.

Regardeeeeee fixement...

« C’est vrai, il faut juste qu’on se concentre sur le fait de s’occuper de nos propres affaires, » déclara Yuuto. « Cette zone devrait suffire. Ingrid ! »

« Hmm ? Quoi ? »

« Je vais te prêter ça pour l’instant, alors je veux que tu regardes la vidéo que je vais te montrer. Regarde-là en boucle jusqu’au moment où la batterie sera déchargée. Une fois la vidéo terminée, tu peux la faire rejouer en touchant ce bouton en forme de triangle ici. »

Yuuto avait chargé une page Web avec une vidéo intégrée qu’il avait sauvegardée dans la liste de signets de son navigateur, et après avoir démarré la vidéo, il avait remis le smartphone à la fille aux cheveux roux.

« Hein ? » haleta-t-elle. « Q-Qu’est-ce que tu fais ? Cette chose n’est-elle pas extrêmement importante pour toi ? Es-tu sûr que c’est bon ? »

« Oui, je le suis. Tu es ma partenaire et j’ai confiance en toi, alors je fais une exception vraiment spéciale et je te le prête pour l’instant. Ne le casse pas, d’accord ? » demanda Yuuto.

« O-okay ! J’y ferais très attention, » Ingrid avait serré le smartphone contre sa poitrine.

Son expression était remplie de joie et de fierté. Soudain, la personne qui se tenait devant Yuuto n’avait plus l’air d’être un bon copain qu’il avait l’habitude de traiter comme un ami masculin. Au lieu de cela, c’était une fille dont la beauté suffisait à faire battre la chamade au cœur de Yuuto. Cependant...

« Hé, tu devrais regarder l’écran ! Les vidéos consomment beaucoup d’énergie ! Tu ne peux pas perdre maintenant une seule seconde ! » s’écria Yuuto.

Pour l’instant, punir son erreur était plus important pour lui.

C’était un homme qui ne comprenait pas le cœur d’une femme.

« D-D’accord. O-okay, j’ai compris ! ... Qu’est-ce que c’est que ça !? » s’écria Ingrid.

« Hehe hehe, c’est parce que tout ce que j’ai entendu depuis que je suis arrivé ici, c’est que le fer est un cadeau du ciel. Si on utilise ça, ce sera un bon moyen de nous assurer qu’on gagne doublement, non ? Penses-tu que tu peux y arriver ? » demanda Yuuto.

« Je pense que je pourrais probablement le faire, mais ça va signifier une autre période de travail jour et nuit, 24 heures sur 24, » déclara Ingrid.

« Désolé, mais j’ai besoin de toi pour ça, partenaire. Tu es la seule sur qui je peux compter, » Yuuto frappa des mains et inclina la tête vers Ingrid dans un geste solennel et suppliant.

Il s’agissait d’un objet que les élèves des écoles primaires du Japon d’aujourd’hui pouvaient faire en versions miniatures dans le cadre de leurs projets d’artisanat pendant les vacances d’été. Quelqu’un comme Ingrid, parmi les meilleurs artisans d’Yggdrasil, aurait sûrement déjà une idée de la façon d’en fabriquer un.

Dans tous les cas, ce siège allait être une bataille contre le temps. Il avait besoin qu’elle travaille dur pour que tous réussissent.

« Je suis la seule, hein ? » dit Ingrid. « Ohh, eh bien, je suppose que si tu insistes comme ça... Le Clan du Loup est aussi dans le pétrin, alors oui, je vais le faire pour toi. »

Ingrid se détourna, faisant croire qu’elle acceptait à contrecœur un travail ennuyeux. Cependant, elle ne pouvait pas cacher que les coins de sa bouche étaient tournés vers le haut dans un sourire de bonheur.

Regardeeeeee fixement...

Finalement, Yuuto n’en pouvait plus et il se tourna sur ses talons pour interroger Sigrun.

« Et qu’est-ce qui t’arrive, Run !? » cria-t-il. « Tu me dévisages depuis le début ! »

Depuis qu’il avait quitté la salle d’audience, il avait senti un regard intense et chaud venant de Sigrun.

Au début, il pensait que c’était parce qu’il était le centre d’attention et de discussion au cours de la réunion, mais même après avoir quitté la salle et s’être séparée de Loptr, alors même qu’il remettait le smartphone à Ingrid, Sigrun avait gardé les yeux fixés sur son visage tout le temps.

À ce moment-là, il commençait à s’inquiéter qu’il puisse y avoir quelque chose qui cloche avec son visage.

« Euh... Hmm..., » pour sa part, Sigrun semblait nerveuse et timide quand elle lui parlait. « Je me demandais juste s’il ne serait pas possible pour moi d’échanger le Serment du Calice avec toi, et... et je sais comment les choses ont été entre nous jusqu’ici. »

D’ordinaire, c’était une fille qui parlait franchement, même envers ses supérieurs, sans aucune crainte, et c’était donc un comportement très inhabituel pour elle.

C’était la première fois que Yuuto la voyait aussi douce et agitée.

« Si ça ne te dérange pas, ça ne me dérange pas. » Avec un peu de suspicion, Yuuto acquiesça d’un signe de tête.

Il était vrai qu’à un moment donné, sa façon de lui parler l’avait vraiment énervé, mais aujourd’hui, elle lui semblait plus être comme le genre d’amie intelligente avec qui il pouvait échanger des plaisanteries. Il n’avait aucune raison réelle de refuser sa demande.

« V-Vraiment !? » s’exclama Sigrun.

« Euh, ou-oui, » répondit Yuuto.

« M-M-Merci beaucoup, Grand Frère ! » Sigrun s’inclina amplement devant Yuuto, sa tête atteignant presque ses genoux. « C’est un tel soulagement qui s’enlève de ma poitrine. J’étais franchement si inquiète. »

Quand Sigrun releva à nouveau la tête, son visage était rempli d’une joie. Cela avait donné l’impression à Yuuto que la manière d’agir habituelle de Sigrun, celle qu’elle avait toujours eue jusqu’à aujourd’hui, avec son expression stoïque, n’était qu’un faux souvenir.

Pour une raison inconnue, Yuuto pouvait voir l’image d’une queue qui remue derrière elle dans un coin de son esprit. « Mais tu en fais tout un plat pour quelque chose d’insignifiant comme mon calice. »

Yuuto n’avait franchement aucune idée quant à la raison derrière le fait qu’elle était si impatiente d’échanger le serment directement avec lui. Actuellement, les deux individus étaient techniquement déjà frères et sœurs au sein du clan, ayant tous deux pris Fárbauti comme père assermenté.

Tous les deux n’avaient pas encore échangé leurs vœux directement. Et il était vrai que deux membres du clan qui se reconnaissaient et se respectaient l’un et l’autre pouvaient prendre sur eux d’échanger le Serment du Calice en tant qu’individus, pour approfondir leurs liens l’un avec l’autre. Il l’avait appris en échangeant avant ça des serments avec Félicia et Loptr.

Mais il n’arrivait toujours pas à trouver une raison plausible pour qu’elle insiste autant pour échanger des serments directement avec quelqu’un comme lui.

« Pas du tout ! » avait-elle déclaré. « Je souhaite recevoir ton Serment du Calice plus que tout autre, Grand Frère Yuuto. Je l’ai dit pendant le conseil de guerre, mais j’aimerais vraiment que tu me permettes de consacrer mon calice et mon épée à ton service. »

« ... Hé, tu te sens bien maintenant ? Qu’est-il arrivé à cette attitude brutale et sèche que tu as toujours eue ? C’est bizarre que tu me parles comme ça, » Yuuto avait plissé son front avec un mélange de maladresse et d’inquiétude quand il lui demanda cela.

La Sigrun qu’il connaissait ne flattait pas les autres ni ne suivait leur exemple, elle ne suivait que ses propres principes, comme un fier loup solitaire.

Ses manières étaient si différentes maintenant que ça ne lui ressemblait même plus. Si Yuuto avait pu exprimer à ce moment-là les sentiments qu’il ressentait en la regardait, alors il aurait dit qu’il était un peu effrayé par ce qui se passait.

« Je ne peux plus parler ainsi à la personne que j’ai choisi d’honorer comme mon grand frère assermenté, » déclara Sigrun.

« Non, si c’est possible, j’aimerais que tu continues à me parler comme tu l’as toujours fait... »

« Pardonne-moi, s’il te plaît. La façon dont je t’ai traité jusqu’à présent est une grande source de honte pour moi. »

« ... Non, mais franchement, qu’est-ce qu’elle a ? » Yuuto décida qu’il n’arrivait pas à avancer dans la discussion avec Sigrun, et il se tourna vers Félicia.

Félicia plaça une main sur sa bouche et gloussa, comme si elle s’amusait vraiment de tout cela. « Oh, il n’y a rien qui cloche. C’est juste qu’elle a enfin pris conscience de ta grandeur, Grand Frère. »

« Grr, c’est peut-être la vérité, mais c’est vraiment gênant de l’entendre venir de toi, » grogna Sigrun. « Cela me remplit de plus grand regret possible, car j’ai perdu contre toi pour avoir juré fidélité à Grand-Frère en premier. »

« Tee hee hee, ne disais-tu pas toujours des choses comme, “Je ne comprends pas comment tu peux traiter quelqu’un comme ça comme ton grand frère” ? » demanda Félicia.

« Arrête ! Ne le répète pas ! Je n’ai rien dit de tel depuis maintenant plusieurs mois ! » s’écria Sigrun.

« Tee hee hee hee, maintenant qu’est-ce qu’il y avait d’autre..., » déclara Félicia.

« Écoute, je suis désolée ! J’avoue que j’avais tort, alors n’en dis pas plus ! Je t’en supplie ! » Sigrun paniquait, faisant de rapides coups d’œil inquiets vers Yuuto alors qu’elle l’avait suppliée.

Cette guerrière courageuse qui ne voulait pas montrer sa peur face à un ennemi était maintenant si effrayée par le fait que Yuuto ne l’aime pas qu’elle avait à peine le contrôle d’elle-même.

« Ohh, c’est trop mignoooooon ! » cria Félicia. « Je ne savais pas que tu avais un tel côté chez toi, Run. »

« Moi j’ai toujours su que tu étais quelqu’un de cruel, » Sigrun parlait presque tristement, tandis que Félicia riait et se couvrait la bouche avec ses deux mains.

Quoi que les deux filles se disent, Yuuto avait pu voir qu’elles s’entendaient bien. Alors qu’elles alternaient entre elles avec leurs répliques, il y avait un côté qui semblait presque ludique.

Il se sentait mal d’avoir interrompu leur échange, mais Yuuto avait le sentiment qu’il avait quelque chose à dire, quoi qu’il arrive.

« Écoute, Run. Je te le répète au cas où. Je ne vais pas faire ce miracle ou un autre truc dans le genre. J’ai juste la certitude que ça va arriver, rien de plus. Je ne suis qu’un humain, pas un dieu clairvoyant et omniprésent. N’as-tu pas en ce moment un malentendu vis-à-vis de moi ? » demanda-t-il.

Cela le dérangerait si c’était la raison pour laquelle elle était venue à le respecter.

En ce qui concernait la création des objets, Yuuto avait accompli les choses qu’il avait faites seulement après beaucoup d’essais et d’erreurs, et beaucoup de travail diligent à travers les difficultés et les revers, et ainsi il n’hésitait pas à accepter d’être loué ou vénéré pour cela.

Mais dans cet autre domaine en particulier, c’était vraiment quelque chose qu’il venait à peine de connaître, et il ne voulait pas d’éloges à ce sujet.

Il avait la fierté d’un véritable artisan.

« Non, Grand Frère. S’il est vrai que ta révélation pendant le conseil de guerre a été si choquante qu’elle m’a refroidi le sang, ce n’est pas ce qui m’a fait ressentir cela pour toi, » déclara Sigrun.

« Hein ? Alors, quoi ? » Dans l’esprit de Yuuto, c’était la seule cause plausible pour Sigrun d’en être venu à reconnaître quelqu’un comme lui.

Que pourrait-il y avoir d’autre ? Yuuto inclina la tête et Félicia éclata de rire une fois de plus.

« Grand Frère. La seule chose que Run reconnaît, c’est la force. Tes paroles puissantes pendant ton discours m’ont absolument hypnotisée, » déclara Félicia.

« Oui, ton aura massive et puissante était également incroyable, mais ce qui a réellement inspiré ma dévotion envers toi, c’est comment, en un instant, tu as balayé le désespoir qui s’était emparé du cœur de tous, » déclara Sigrun. « J’ai réalisé que ma force physique et mes talents martiaux étaient si mesquins et insignifiants à côté de ta force, Grand Frère. »

Sigrun ferma les yeux, posa une main sur sa poitrine alors qu’elle parlait, comme si elle se souvenait de cet événement avec le plus grand respect.

« Euh... OK... » Yuuto était plus sûr que jamais qu’il était surestimé, mais tout ce qu’il avait pu faire, c’était de répondre avec hésitation.

Du point de vue de Yuuto, toutes les raisons quant à cette réaction envers lui étaient à cause de la légende du Gleipsieg. En d’autres termes, il les avait convaincus en raison simplement de la confiance qu’ils avaient dans sa revendication, comme s’il bluffait.

« Eh bien, je suis sûr que sa fièvre va se calmer un peu après quelques jours, » murmura Yuuto. « Je ne manquerai pas de la taquiner à ce sujet après ça. »

Tout en se grattant la tête, Yuuto avait prédit que les choses redeviendraient comme elles étaient avant.

Cependant, l’admiration et la dévotion de Sigrun pour Yuuto ne s’étaient jamais estompées. En vérité, elle ne faisait que s’approfondir de jour en jour.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires

  1. Merci pour le chap ^^

  2. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire