Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 3 – Chapitre 6 – Partie 13

***

Acte 6

Partie 13

Ce jour-là, à ce moment-là, tous les habitants d’Iárnviðr, avec une arme à la main, quel que soit leur clan ou leur affiliation, ressentaient la même sensation. Ils avaient senti qu’il faisait de plus en plus sombre même s’il faisait jour.

Au début, ils avaient supposé que c’était simplement un nuage qui était passé devant le soleil.

Cependant, au fur et à mesure que le monde devenait de plus en plus sombre, ils s’étaient rendu compte que quelque chose n’allait pas.

Le soleil était rongé par quelque chose de noir. La noirceur empiétait de plus en plus sur le disque du soleil, le teignant constamment dans sa couleur inquiétante.

Chacun de ces regards convergeait vers un point unique.

Un jeune homme se tenant seul au sommet d’une tour de guet levait les deux mains, paumes en l’air, vers le ciel.

C’était comme s’il démontrait qu’il en était lui-même le responsable !

Qu’ils le veuillent ou non, les soldats s’étaient tous rappelé les paroles que ce garçon avait prononcées avant le début de la bataille.

Il avait dit que la rage des dieux s’abattrait sur ceux qui menaçaient de faire du mal au Clan du Loup, puis il s’était assis là où il était et il avait prié vers le ciel, se levant parfois pour exécuter une danse bizarre.

En regardant de plus près la grande bannière du Clan du Loup, on y voyait l’image d’un loup en train de dévorer le soleil, tout comme ce qui se produisait maintenant.

Ajoutez à cela l’apparence extraterrestre du garçon. Aucun d’eux n’avait jamais vu un être humain avec des cheveux ou des yeux comme ça auparavant.

Peut-être était-il le « quelque chose » qui mangeait le soleil !

« Sköll... Le Dévorateur de Bénédictions, » s’écria un soldat.

« Il... Il dévore les bénédictions du ciel ! » s’écria un autre.

La majorité des soldats enrôlés pour ces batailles gagnaient normalement leur vie comme paysans. De leur point de vue, le soleil était la source de lumière et de chaleur pour leurs cultures, la bénédiction du ciel. C’était un objet de gratitude et de peur, car il pouvait aussi provoquer la sécheresse et la famine.

Contrôler le soleil à volonté était un exploit impossible même pour les saints Einherjars choisis par les dieux. Alors, si ce garçon en était capable — .

« E-Est-ce vraiment un messager envoyé par les dieux ? »

« Serait-ce une punition divine ? »

« Peut-on vraiment continuer à se battre ? »

Un sentiment de doute et de confusion s’était soudain répandu parmi les soldats de l’Armée de l’Alliance des Trois Clans.

Les personnes avaient une peur subconsciente du noir. Alors que la lumière continuait à disparaître du ciel, la peur des soldats semblait grandir et s’étendre proportionnellement à l’obscurité.

Le contrôle de l’Armée de l’Alliance sur ses hommes avait commencé à se détériorer.

Mais il y avait une personne qui n’avait pas perdu son sang-froid, et qui avait remarquablement réussi à voir à travers le plan du Clan du Loup.

« Pas de panique, les gars ! » cria le patriarche du Clan de la Griffe, Botvid. « Cela n’arrive pas souvent, mais le soleil étant couvert de noirceur, c’est quelque chose qui se passe depuis les temps anciens. Ce garçon aux cheveux noirs est connu pour avoir toutes sortes de connaissances étranges. Il a dû s’en servir pour prédire que ça arriverait, et maintenant il agit comme s’il en était la cause, rien de plus ! »

Dans les cultures tout au long de l’histoire ancienne, la tendance commune était que la plus haute figure religieuse et le dirigeant politique soient une seule et même personne. C’était la même chose à Yggdrasil. En plus d’être le patriarche de son clan, Botvid était aussi le plus haut prêtre du Clan de la Griffe.

Il ne savait peut-être pas auparavant qu’il était possible de prédire une éclipse solaire, mais il savait qu’il y avait en fait une série de règles qui régissaient les mouvements des corps célestes. Cela lui avait été secrètement enseigné par son prédécesseur, et cela faisait partie de la sagesse nécessaire à celui qui règne sur le peuple.

« Ce phénomène ne durera pas longtemps ! » cria Botvid. « Faites passer le mot tout de suite, et calmez nos troupes ! »

Botvid était un homme rusé qui avait tourmenté le Clan du Loup avec ses ruses à plusieurs reprises. La gestion et la diffusion de l’information étaient son point fort, même s’il n’était pas au même niveau que sa fille Kristina.

Il avait donné des ordres précis en une succession rapide. Grâce à cette compétence et à ces incroyables talents, le temps que le disque solaire soit complètement recouvert et que le champ de bataille soit enveloppé d’une ombre sombre, la panique parmi les soldats de l’Armée de l’Alliance avait en fait commencé à s’atténuer.

Et c’est là que c’était arrivé.

Le garçon aux cheveux noirs au sommet de la tour déplaça brusquement sa main droite levée vers le bas d’un mouvement puissant.

Il y avait un whoosh ! comme si quelque chose de grand volait dans les airs...

... et soudain, un énorme rocher tomba du ciel.

Il avait atterri à une courte distance du campement de l’Armée de l’Alliance, percutant le sol en se réverbérante avec un boom ! si puissant que cela donnait l’impression que la terre elle-même s’était effondrée.

 

 

C’était l’œuvre d’un trébuchet — une puissante arme de siège fixe.

Il fonctionnait sur le principe de la bascule de la physique, utilisant un contrepoids lourd attaché à une extrémité du levier pour faire voler l’autre extrémité vers le haut et lancer la charge utile. Il s’agissait d’un appareil assez simple sur le plan conceptuel, mais les plus anciens documents écrits sur son utilisation datent de l’Empire byzantin en 1165 apr. J.-C..

Du point de vue de la civilisation d’Yggdrasil, il s’agissait d’une arme incroyablement perfectionnée, qui serait venant de plus de 2 500 à 3 000 ans depuis le futur.

Mais dans le monde du Japon du 21e siècle, il y avait des vidéos détaillées sur Internet montrant comment construire des versions miniatures de cette « super technologie » avec des baguettes, de la colle, un petit poids, et des élastiques. Il y avait des sites Web avec des diagrammes et des explications détaillées sur leur fonctionnement.

Les versions les plus grandes de cette arme pouvaient lancer une pierre de 140 kilos jusqu’à 300 mètres.

Le Clan du Loup n’avait pas été capable de produire un modèle de cette taille sous un temps aussi court, mais il avait réussi à lancer une pierre de 100 kilos assez loin pour frapper les troupes ennemies. Pour le maître-artisan Ingrid, connue sous le nom d’Ívaldi, l’Enfanteuse de Lames, il avait été possible d’en construire un en imitant simplement le processus dans la vidéo.

Lorsque Yuuto avait conquis plus tard les forteresses et les citadelles du Clan de la Corne et du Clan de la Foudre en très peu de temps, c’est précisément parce qu’il possédait cette arme au pouvoir destructeur sans pareil.

Le jeune homme aux cheveux noirs balança sa main gauche vers le bas.

Avec un autre Whoosh ! un rocher avait encore volé dans les airs, cette fois en direction directe du campement de l’Armée de l’Alliance.

Comme on pouvait s’y attendre, le premier tir avait été mauvais. Mais Ingrid avait utilisé ce tir pour calculer et recalibrer le tir vers sa cible, et maintenant elle était verrouillée.

Même si l’on faisait abstraction du fait que les trébuchets étaient faciles à viser au début, c’était un excellent travail de sa part. Sa réputation de plus grande artisane du Clan du Loup n’était plus à démontrer.

« Aaahhhhhh ! Les dieux ! C’est la rage des dieux ! » hurla un soldat.

« Pardonnez-nous ! S’il vous plaît, pardonnez-nous... ! » hurla un autre.

Les boucliers et les remblais de terre pouvaient se défendre contre les flèches normales. Mais il n’y avait aucun moyen de se défendre contre des objets aussi gros et lourds qui s’écrasaient avec un tel élan.

Dans la panique et l’agitation, les soldats avaient fui le point d’impact comme des fourmis qui s’éparpillaient d’une fourmilière renversée.

D’une manière ou d’une autre, aucun d’eux n’avait été écrasé directement, mais les plus lents d’entre eux avaient été frappés durement par des éclats de pierre volants provenant à la fois de la pierre et du sol.

Les autres soldats de l’Armée de l’Alliance avaient tous tremblé face à cette vue. Il y en avait même qui mouillaient leur pantalon en raison de la peur, et d’autres qui se prosternaient et commençaient à prier pour obtenir le pardon.

Parce que leur environnement était si sombre, leurs yeux ne pouvaient pas percevoir que les rochers étaient lancés de l’intérieur des murs de la ville.

Les rochers étaient clairement si gros que même deux ou trois adultes de grande taille pouvaient à peine les soulever. Le fait de faire tomber ces roches avec précision sur eux du haut des airs était quelque chose qu’ils ne pouvaient pas imaginer être dans le domaine de la capacité humaine.

Pour ces soldats, cela ne pouvait être que l’œuvre des dieux.

Et c’est pourquoi Yuuto avait ajouté le trébuchet à son plan comme assurance.

« Waaaaaaaauughhhhh ! La punition divine, c’est la punition divine ! » un soldat hurla.

« Comment ça, “ça ne durera pas longtemps” ? » cria un autre. « Les dieux sont encore plus en colère ! »

« Donc notre patriarche a vraiment fait quelque chose de mal ! »

« Je ne veux pas mourir à cause de lui ! »

« À ce rythme, si je meurs ici, je pourrais finir en enfer ! »

« Fuyez, fuyez — ! »

« Je ne peux pas me battre contre le messager des dieux ! »

Alors qu’ils avaient commencé à reprendre le contrôle d’eux-mêmes, on leur avait montré un autre exemple de la colère divine.

Les soldats croyaient maintenant sans l’ombre d’un doute que les dieux s’étaient fâchés contre les actions de l’Armée de l’Alliance des Trois Clans, qu’ils avaient caché le soleil et qu’ils leur lançaient maintenant des météores.

S’ils continuaient à rester la cible de la colère des dieux et que le soleil restait couvert... leurs récoltes ne pousseraient pas, et ils seraient obligés de continuer à vivre dans cette obscurité. Et si ces météorites continuaient à tomber, leurs maisons pourraient être détruites, et ils devraient vivre chaque jour en regardant le ciel en ressentant la peur.

Ce serait l’enfer de vivre une telle vie.

Les soldats de l’Armée de l’Alliance avaient jeté leurs armes et avaient commencé à fuir dans une ruée désespérée.

Les commandants sur le terrain criaient après leurs troupes, essayant de les calmer.

« Arrêtez ! Arrêtez ! Ne battez pas en retraite ! »

« Calmez-vous, les gars ! Restez calme ! »

Normalement, selon la base de l’armée, ces commandants sur le terrain étaient des individus de rang et d’autorité si élevés que l’idée même de défier leurs ordres aurait été effrayante en soi.

Mais les soldats avaient déjà fait confiance aux paroles de leurs commandants une fois, et venaient de se faire rembourser cette confiance par d’autres punitions des dieux. Même à ce moment précis, d’autres rochers descendaient dans leur direction, l’un après l’autre. Les voix de leurs commandants leur parvenaient à l’oreille, mais n’atteignaient plus leur cœur.

L’Armée de l’Alliance, qui comptait plus de six mille hommes, avait maintenant perdu sa chaîne de commandement et était tombée dans le chaos, ses soldats fuyant pour sauver leur vie. Dans un tel état de panique, même un général chevronné et compétent n’aurait pas été en mesure de les maîtriser.

Une voix claire, froide et digne retentit, et les troupes du Clan du Loup émergèrent des portes d’Iárnviðr.

« En avant ! En avant ! Les cieux sont de notre côté ! Notre dernière défaite était uniquement là parce que nous n’avions pas assez confiance dans le Gleipsieg ! Croyez-en l’Enfant de la Victoire de tout votre cœur, et le Clan du Loup ne verra plus la défaite ! »

À la tête de la charge se trouvait une jeune fille guerrière d’une beauté divine au sommet d’un cheval, ses cheveux argentés brillants coulant derrière elle.

Les soldats du Clan du Loup, comme un seul être, poussèrent un cri de guerre exultant.

Si cette situation n’avait été qu’une source de terreur pour l’Armée de l’Alliance, pour le Clan du Loup, c’était une preuve terrifiante que les dieux avaient pris leur parti. Il n’y avait pas d’espoir plus important que ça.

Il n’y avait plus un seul membre des forces du Clan du Loup qui doutait de leur victoire. Toute leur fatigue avait été emportée par les flots. Au contraire, ils avaient senti une force indescriptible jaillir d’eux-mêmes.

Avec la force d’une vague venant en sens inverse, le Clan du Loup chargea dans l’Armée de l’Alliance.

D’un côté, il y avait un groupe qui croyait avoir obtenu la faveur des dieux, perdant toute peur de la mort et se transformant en berserkers.

De l’autre côté, il y avait un groupe qui craignait d’avoir provoqué la colère des dieux, perdant la volonté de se battre et ne faisant que fuir sans but.

Le fait qu’un côté était six fois plus grand n’était devenu rien de plus qu’un détail insignifiant.

Déroutant facilement l’ennemi et le chassant, le Clan du Loup avait été emporté dans l’ivresse de son propre triomphe.

« Ah, le soleil est... ! »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

Laisser un commentaire