Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 3 – Chapitre 6 – Partie 10

***

Acte 6

Partie 10

À ce moment-là, Félicia et Sigrun n’étaient pas les seules à ne pas ressentir le sentiment d’une tension à la hauteur de leur situation.

Dans les rues où la lumière de l’aube n’avait pas encore atteint, deux filles se frayèrent un chemin dans l’obscurité, main dans la main. C’étaient des sœurs jumelles, âgées de onze ou douze ans, aux cheveux légèrement colorés et aux queues de cheval sur les côtés, qui les faisaient ressembler à des reflets miroitants l’une de l’autre.

« Maintenant, nous avons fini le travail, alors partons tout de suite, Al, » dit Kristina.

« Pain sans sable..., » avait gémi sa sœur.

« En parles-tu toujours ? Sais-tu que cet endroit va se transformer en champ de bataille d’un moment à l’autre ? » demanda Kristina.

« Mais, mais, mais..., » répéta sa sœur.

« Franchement, tu es désespérante, » déclara Kristina en soupirant. « Mais je savais que tu redeviendrais comme ça, alors je t’en ai préparé. »

« Vraiment !? ... Attends, tu dis ça, mais en fait c’est du pain avec du sable dedans, n’est-ce pas !? Tu ne vas pas me piéger encore une fois ! » s’écria sa sœur.

« C-C’est impossible, » sursauta Kristina. « Al est... en train d’apprendre !? » Elle avait reculé, comme si c’était vraiment choquant pour elle.

D’autres auraient pu trouver cela choquant de voir à quel point Kristina avait fait de sa sœur une idiote. Bien qu’avec la façon dont Albertina se comportait d’habitude cela n’aurait peut-être pas été le cas.

« Je suppose que tu te souviendrais d’une farce d’il y a quelques jours à peine, » soupira Kristina.

« Ha haaaaaa ! Tu pensais qu’un simple tour comme ça tromperait la grande Albertina ? » Sa sœur avait agi ainsi.

« En fait, Al, il n’y a pas vraiment de gravier dans celui-là. »

« N-non, tu mens ! Tu dis ça pour essayer de me piéger encore une fois, non ? » demanda Albertina.

« Chère sœur, tu es si méfiante, » déclara Kristina en faisant la moue, pleinement consciente qu’elle en était elle-même la responsable.

Pourtant, dans des circonstances normales, Albertina ne serait jamais aussi têtue. Alors que Kristina se demandait pourquoi, Albertina lui donna un indice.

« Bien sûr que je le suis ! Ça m’a fait vraiment très mal la dernière fois ! » déclara Albertina.

« Ahh, après tout, tu l’as mordu de toutes tes forces, » Kristina avait souri.

Il semblait que la douleur avait permis à Albertina d’apprendre avec son corps, plutôt qu’avec son esprit. Pas étonnant qu’elle n’ait pas oublié.

« Mais celle-ci n’a vraiment pas de sable, » déclara Kristina. « En guise d’excuse pour la dernière fois, j’ai acheté du blé moulu sans grains chez un commerçant, j’ai pétri moi-même la pâte et j’ai fait cuire ce pain hier soir. »

« Est-ce vraiment le cas ? Il n’y a pas de gravier dedans ? » demanda Albertina.

« Ohh, ça me fait de la peine d’être si profondément mise en doute par ma seule et unique sœur. Je jure sur ma vie qu’il n’y a pas de gravier dans ce pain. Ce sont mes excuses, après tout, » déclara-t-elle.

« Oh... si c’est des excuses alors je vais le manger ! » Mordre. « Hmm, ça a un goût unique... »

« Oui, c’est parce que j’ai pétri des feuilles d’armoise bouillies dans la pâte. Ils sont très aromatiques et utilisés comme épices de cuisine. L’armoise est très bonne pour toi, tu sais. Ça ne marcherait pas si je ne m’assurais pas que ma sœur reste en bonne santé, » déclara Albertina.

L’armoise était un nom commun donné à plusieurs espèces de plantes différentes, mais apparentées, originaires de différentes parties du monde. Depuis l’antiquité, chacun d’entre eux était apprécié pour ses propriétés médicinales. C’était aussi vrai à Yggdrasil que sur Terre.

Même au Japon du 21e siècle, la variété d’armoises connue sous le nom de yomogi était surnommée la « reine des herbes » en raison de ses nombreux bienfaits pour la santé, et faisait partie de la médecine traditionnelle chinoise.

Et quant à son goût...

« Gaah, c’est amer ! C’est tellement amer ! » s’écria Albertina.

En guise d’anecdote, au Népal, l’armoise s’appelait Titepati, un nom qui signifiait « feuille amère ».

« Je l’ai fait juste pour toi, avec amour, alors assure-toi de tout manger et de ne pas laisser une seule bouchée, » déclara Kristina.

« Argh, c’est amer ! C’est tellement amerrrr ! » Pendant qu’elle gémissait, Albertina continuait à manger.

Yggdrasil n’était pas un monde d’abondance. Il était difficile de trouver de la bonne nourriture. Aussi amère soit-elle, elle n’allait pas gaspiller de la nourriture. Ce principe avait été inscrit dans Albertina à un niveau fondamental.

Kristina, qui en avait profité, regardait avec un air de plaisir sadique sa sœur manger en pleurant. Elle était vraiment un peu diabolique.

Et c’était par sa main diabolique qu’Iárnviðr affrontait son pire moment de crise.

Puis, regardant la porte de la ville à une certaine distance de là, elle gloussa de rire pour elle-même. Elle entendait clairement les cris de colère et le bruit des armes qui s’entrechoquaient. Il semblait que les combats avaient commencé.

« Hehe hehe hehe... une telle tâche n’était rien pour Veðrfölnir, le Silencieux des Vents. »

Aussi jeune qu’elle soit, cette jeune fille était incontestablement une Einherjar, et elle possédait l’extraordinaire capacité d’effacer sa présence. Avec cette capacité en main, elle avait infiltré Iárnviðr avec sa sœur jumelle et ouvert elle-même la porte de la ville.

Bien sûr, même pour une espionne naturellement douée comme elle, cela n’aurait normalement pas été facile de se faufiler dans un endroit aussi fortifié, surtout avec tout le monde sur ses gardes contre un ennemi toujours présent juste à l’extérieur.

Cependant, les soldats qui protégeaient Iárnviðr avaient enduré bataille après bataille en l’espace de quelques jours, et ils avaient été poussés à leurs limites de la fatigue.

Une sorte de victoire aurait peut-être permis de repousser une partie de cette lassitude, mais leur dernière bataille en plein champ avait entraîné une défaite significative, et ils avaient été forcés de fuir en retraite tout en repoussant les poursuites et les attaques supplémentaires. Même maintenant, ils étaient entourés d’une force ennemie beaucoup plus importante, et toute cette semaine, ils avaient lutté contre leurs peurs sans fin en vue.

Dans cet état, ils n’avaient aucun espoir d’être totalement alertes et vigilants, et cette jeune fille avait facilement exploité cette ouverture.

« Très bien, alors ! Hmm-hm. Quelle est la prochaine étape ? »

Fredonnant un petit air à eux-mêmes, les jeunes jumelles disparurent dans les ruelles d’Iárnviðr.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires

  1. Grmmbl... Merci pour les chaps ^^

Laisser un commentaire