Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 3 – Chapitre 5 – Partie 3

***

Acte 5

Partie 3

« Ô Angrboða, déesse qui protège Iárnviðr ! Moi, Fárbauti, patriarche du Clan du Loup, je vous en supplie. Offrez votre protection divine à ces braves soldats du Loup qui s’apprêtent à combattre ! Accorde-nous la victoire ! »

Alors que Fárbauti haussa la voix à la fin, la foule poussait un rugissement qui semblait secouer l’air, et qui résonnait partout dans la ville.

« Victoire !! »

Des rapports indiquaient que le Clan de la Griffe mobilisait enfin ses forces, et maintenant, devant la tour sacrée, Hliðskjálf, il se tenait droit devant des rangées de soldats bien armés, et au garde-à-vous, alors que le bout de leurs lances était planté fermement dans le sol.

Ils étaient un peu plus d’un millier.

Ces soldats allaient rejoindre les cinq cents soldats du fort de Gnipahellir à la frontière avec le Clan de la Griffe, soit une force totale de quinze cents hommes. Ceux qui protégeaient la frontière avec le Clan de la Corne ne pouvaient pas se permettre d’être déplacés, c’était donc le nombre maximum de soldats que le Clan du Loup pouvait rassembler.

Par contre, en tenant compte des informations qu’ils avaient obtenues jusqu’alors, on estimait que le Clan de la Griffe comptait environ deux mille à deux milles cinq cents hommes.

À en juger par le nombre, ils étaient désavantagés, mais maintenant la main droite de chaque soldat du Clan du Loup tenait une lance assez puissante pour percer les boucliers de leurs ennemis. Et dans leurs mains gauches se trouvaient des boucliers assez durs pour résister à n’importe quel type d’attaque que leurs ennemis pourraient porter.

Et en plus de cela...

« Commandant en second, Loptr, » ordonna Fárbauti. « Je t’accorde toute l’autorité en tant que mon représentant. Dirige cette armée afin de détruire les forces de notre ennemi juré, le Clan de la Griffe, et reprends la dignité que nos ancêtres nous ont transmise de génération en génération ! »

« Père ! Je le ferai ! » déclara Loptr.

Le commandant de cette armée était Loptr, l’Einherjar de la rune Alþiófr, le Bouffon des Mille Illusions. Il était le général héroïque connu dans les terres voisines sous l’alias de Býleistr, le Père de la Foudre au Cœur de la Tempête.

Sous sa bannière se trouvaient Sigrun, Félicia, et l’homme chargé de protéger le fort de Gnipahellir, Skáviðr, connu sous le nom de Mánagarmr, le loup argenté le plus fort. Chacun était un puissant Einherjar à part entière, à égalité avec une centaine de soldats, et ils formaient ensemble une équipe incroyable.

« Viens ici, Yuuto, » ordonna Fárbauti.

« Père ! » Yuuto répondit à la convocation et s’installa à ses côtés, comme ils en avaient discuté à l’avance. Il sentait distinctement les yeux de tout le monde se poser sur lui.

Pendant la cérémonie du Serment du Calice, la salle était remplie de gens importants, mais il n’y avait que quelques dizaines de personnes. Mais maintenant, il était devant une foule de milliers de personnes. Il n’avait pas pu empêcher ses genoux de trembler. C’était comme si son propre corps ne voulait pas l’écouter.

À ce moment, la main de Fárbauti l’avait saisi avec force son épaule et, mystérieusement, le tremblement se calma.

« Je suis sûr que vous le connaissez tous, » déclara Fárbauti. « Il s’agit du jeune homme avec qui j’ai échangé le Serment du Calice l’autre jour, mon nouveau fils. C’est lui qui nous a été envoyé par Angrboða ! Il s’agit de l’Enfant de la Victoire, Gleipsieg ! Tant qu’il est avec nous, la victoire du Clan du Loup est assurée ! »

« Gleipsieg ! Gleipsieg !! » avait rugi la foule.

Les vagues d’acclamations fébriles qui s’étaient levées de la foule avaient submergé Yuuto.

« Hahaha, wôw... Je le sens même dans mes os, » déclara-t-il en riant.

Il savait que le son existait en tant que vibrations voyageant dans l’air, mais la sensation de ces vibrations qui se répercutaient au cœur même de son corps lui avait fait comprendre cette connaissance sur le plan physique.

Cependant, le fait que tous ces encouragements bruyants s’adressaient à lui n’avait pas du tout l’air réel pour lui. Le traumatisme de la façon dont tout le monde l’avait ridiculisé et insulté était encore fraîchement gravé dans son esprit.

« Allez, vas-y, » insista Fárbauti. « Et si tu leur faisais une réponse ? » Il lui avait parlé sur un ton doux.

« E-Eh bien. Je suppose que je devrais le faire, » déclara Yuuto.

Face à la demande de Fárbauti, Yuuto avait placé son sourire de vendeur qu’il avait pratiqué ce jour-là, et avait salué la foule.

Instantanément, il avait senti que les acclamations rugissantes s’amplifiaient encore plus.

Il s’agissait de la raison pour laquelle Yuuto avait accepté d’échanger le Serment du Calice directement avec Fárbauti.

Il n’était pas assez puissant pour prendre une arme et se battre en tant que soldat. Si un novice comme lui errait sur le champ de bataille, il ne serait rien de plus qu’un obstacle.

Voyant à quel point il était frustré par lui-même, le vieux patriarche s’était approché de lui, lui demandant d’assumer le rôle de remonter le moral de tous.

Le destin du Clan du Loup et le sien étaient tous les deux en jeu dans cette bataille. Il voulait s’assurer qu’il faisait absolument tout ce qu’il pouvait.

Il détestait tout ce qu’il y avait dans ce monde. Mais maintenant...

Loptr et Félicia allaient de soi, mais maintenant Sigrun et Ingrid étaient aussi importantes pour lui. Même Fárbauti était quelqu’un qu’il voulait protéger. Il voulait faire quelque chose pour aider sa famille.

« Wôw, tu es vraiment populaire, Yuuto, » Loptr le taquinait, haussant les épaules. « Je suppose que c’est ce que signifie être l’Enfant de la Victoire, Gleipsieg. »

Alors qu’il s’apprêtait à partir pour une bataille où il serait sûrement confronté à la menace constante de la mort, cet homme faisait des blagues. C’est en partie grâce à ce courage que Yuuto l’avait trouvé si fiable, mais cela l’avait aussi rendu jaloux.

« Le fait d’apporter la victoire au Clan du Loup est après tout ma mission. C’est le moins que je puisse faire, » déclara Yuuto.

Yuuto avait fait de son mieux pour se montrer confiant en réponse, en levant les lèvres de manière ludique. Il ne pouvait pas se permettre d’agir timidement ou honteusement devant le frère aîné qu’il respectait tant.

« Mais, c’est vraiment tout ce que je peux faire pour toi. Occupe-toi du reste de ma part, Grand Frère, » Yuuto avait tenu son poing droit, pointé vers Loptr.

C’était un geste dont son frère aîné ne pouvait pas rater le sens.

« C’est compris, » Loptr avait souri. « Laisse-moi faire. »

Avec un sourire plein de confiance, Loptr avait frappé le poing de Yuuto avec le sien. Puis il s’était retourné pour faire face à ses soldats en criant : « À toutes les troupes, en avant ! »

 

☆☆☆

« Je vois, » déclara Mitsuki. « Loptr, Félicia et Sigrun sont partis se battre. Je m’inquiète pour eux... »

« Moi aussi, » déclara Yuuto. « Eh bien, ils sont tous les trois des Einherjars, et je ne pense pas qu’ils feront quoi que ce soit de trop risqué. »

« Oui, tu as raison, » Mitsuki avait accepté ce qu’il disait. « Je suis sûre qu’ils s’en sortiront. Je sais que c’est impoli pour eux que je dise ça, mais, Yuu-kun, je suis... vraiment heureuse que tu ne sois pas allé te battre avec eux. »

« Oh, eh bien, ne t’inquiète pas pour moi. Je reste ici, en lieu sûr. Pourtant, c’est sûr que ça s’est calmé sans eux. »

« ... Yuu-kun, te sens-tu seul ? » demanda-t-elle.

« Quoi — N-Non, je ne ressens pas ça ! » s’écria Yuuto.

« Ta voix ne m’indique pas du tout ça, » répliqua-t-elle.

« Mince alors, » déclara-t-il.

Yuuto voulait lui faire une sorte d’argument en réponse, mais au lieu de faire cela, il s’était retenu en se maudissant doucement et en faisant claquer sa langue. Il se sentait vraiment seul, et il pensait que tout ce qu’il disait le rendrait plus évident pour quelqu’un qui le connaissait si bien.

Après la cérémonie de départ de l’armée, Yuuto s’était retourné seul chez Loptr.

Même si le Clan du Loup était une petite nation parmi ses voisins, il demeurait dans la maison de son commandant en second, c’était donc une grande maison. Il semblait trop grand et spacieux pour être utilisé seul (Angela la servante vivait dans une petite cabane séparée de la maison principale). Le vide, l’absence d’autres personnes dans cette maison, ne faisait qu’aggraver le sentiment de solitude en lui.

Ainsi, sans s’en rendre compte consciemment, ses jambes l’avaient porté vers la Hliðskjálf.

Mais admettre ça devant son amie d’enfance aurait blessé sa fierté.

« Euh, il y a quelque chose sur quoi je dois faire des recherches, alors je vais y aller maintenant, » déclara Yuuto.

« Oh, c’est vrai, » répondit Mitsuki. « D’accord. Alors, rappelle-moi bientôt, d’accord ? Bye bye ! »

« Ouais, on se reparle bientôt, » répondit Yuuto.

Au début, ils avaient eu beaucoup de mal à dire au revoir et à mettre fin à leurs appels, mais à ce moment-là, ils n’étaient pas trop pressés.

Yuuto avait raccroché. Puis, avec des mouvements pratiqués, il avait ouvert son application de navigateur. Il avait parcouru grossièrement les articles qu’il voulait vérifier, et juste au moment où il avait terminé, l’écran s’était éteint au fur et à mesure que son énergie s’éteignait.

« Ah, je l’ai vraiment coupé de très près. Je suppose que j’ai passé trop de temps sur l’appel. » Yuuto avait fait un petit rire pour lui-même afin de se ridiculiser. Il semblait qu’avec le départ d’un si grand nombre de ses proches, il s’était senti plus seul qu’il ne le pensait.

« Je me demande où ils sont en ce moment. Mes locataires, ils devaient passer la journée au nord avant de tourner à l’est. Cela veut dire que, puisque la porte nord est par là, alors..., » murmura Yuuto.

Yuuto avait tourné ses yeux dans cette direction, mais il n’y avait rien d’autre à voir que l’obscurité totale.

« Je me demande s’ils regardent aussi ce ciel en ce moment même, » dit Yuuto, tandis que son regard errait vers le haut.

Bien qu’il avait dit à Mitsuki de ne pas s’inquiéter pour lui, le fait qu’il était le seul à rester en sécurité avait blessé sa conscience. Le fait de ne pouvoir rien faire d’autre qu’attendre le retour des autres l’avait frustré et l’avait rendu impatient. Il aurait aimé pouvoir agir avec eux d’une manière ou d’une autre. Il savait que c’était juste sa sensiblerie qui parlait.

« ... Hm ? » murmura-t-il. « Ça ressemble beaucoup à la Grande Ourse. Ouais, cette forme de louche n’a pas changé. Il y a donc cette constellation ici aussi, alors... Attends… attends un peu ! »

Réalisant à quel point cette affirmation était stupide, il s’interposa dans son propre train de pensée à mi-chemin, et scruta le ciel avec plus d’intensité.

Alors qu’il était un enfant élevé dans la campagne, Yuuto connaissait bien les étoiles visibles dans le ciel. Enfant, il avait même assisté à des événements officiels d’observation des étoiles à quelques reprises, à la suite de l’invitation de Mitsuki.

Il ne pouvait pas nommer exactement les quatre-vingt-huit constellations principales, mais il avait facilement mémorisé la Grande Ourse à l’époque parce qu’il avait aimé le son de son nom.

« C’est vrai, donc cette plus petite louche à proximité... c’est la Petite Ourse. D’accord, en y pensant maintenant... Si je suis dans un autre monde, pourquoi les constellations que je vois sont-elles exactement les mêmes ? »

Yuuto était complètement déconcerté par ce qu’il venait de découvrir.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

5 commentaires

  1. Merci pour le chap ^^

  2. Merci pour le chapitre ! En le lisant j'ai pensé à un truc: Yuuto se situe géographiquement à l'aide des étoiles certes mais le problème c'est qu'il se base sur le fait qu'il est encore sur Terre or c'est peut-être pas le cas. Du coup si il est pas sur Terre rip, mais il faut bien partir sur une base/un fondement au sinon on avance pas dans la recherche et la science: je voulais juste souligner ce fait.

    • Sauf qu'après avoir check les étoiles, qu'est-ce qui l'empêche de voir si les planètes visibles sont les même ou non que la Terre. Déjà que la Lune doit pas être bien différentes, donc il peut plus facilement savoir si oui ou non il est sur Terre.

      Et il aura également d'autres indices, mais j'en dirais pas plus, car cela fait partie de l'intrigue même de ce tome 3.

Laisser un commentaire