Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 2 – Prologue

***

Prologue

Cette nuit-là, le vent soufflait avec force. Il semblait particulièrement fort pour Alexis qui se tenait debout sur la Hliðskjálf.

Il ne pouvait pas le voir en ce moment depuis le sommet de la tour sacrée, mais une grande ville s’étendait dans le noir au-dessous de lui.

Il était à Bilskirnir, la capitale du Clan de la Foudre, dans la région ouest d’Yggdrasil connue sous le nom de Vanaheimr. Le Clan de la Foudre contrôlait toute la partie nord de Vanaheimr.

Cette ville qui débordait d’énergie bouillonnante pendant la journée était maintenant sombre et silencieuse. La plupart des habitants s’étaient déjà retirés pour se préparer au travail du lendemain.

Alexis était un goði, un haut fonctionnaire et prêtre de l’Empire qui régnait sur tout Yggdrasil, le Saint Empire d’Ásgarðr.

Il y avait quelque temps que l’Empire eût perdu la capacité à contrôler et à gouverner ses territoires lointains, mais son autorité symbolique restait présente. En tant que représentant de cette autorité, ses fonctions principales comprenaient la présidence des affaires liées au Calice ainsi que de servir de médiateur neutre entre les parties belligérantes. Son statut social officiel était au-dessus même des patriarches de clan dirigeant chaque territoire.

Normalement, une telle personne ne devrait pas se faufiler au milieu de la nuit comme ça. Mais c’était le début de son véritable travail.

« C’est bon..., » Alexis fouilla dans la poche de sa robe et sortit un petit miroir.

Éclairée par le croissant de lune présent au-dessus de lui, la surface du miroir brillait d’une lumière étrange.

Il ferma les yeux et récita l’incantation.

Il ne fallut pas longtemps avant qu’il entende la voix rauque d’un autre homme. « Hm, juste à temps. »

Il n’y avait pas d’autres silhouettes en dehors d’Alexis se tenant au sommet de la Hliðskjálf.

« Et comment ça s’est passé ? »

Alexis avait entendu ces mots non pas avec ses oreilles, mais directement dans sa propre tête.

Il s’agissait de l’un des pouvoirs de sa rune Gnævar, « Le Voyageur des Cieux ». En utilisant une paire de miroirs assortis en cuivre elfique, également connu sous le nom d’Álfkipfer, il pouvait obtenir une communication instantanée avec une autre personne et cela même sur de grandes distances. Normalement, dans ce monde, la méthode la plus rapide de communication à longue distance était une tablette d’argile portée par un messager à cheval, donc sa capacité était à la fois rare et incroyablement précieuse.

Alexis était issu d’une humble famille de paysans, sans éducation ni maîtrise des arts martiaux. Son ascension à la position de goði était due, en grande partie, à ce pouvoir.

« Oui, Sire. Comme vous l’avez souhaité, j’ai parlé avec le patriarche du Clan de la Foudre, mais il reste vraiment un homme inconstant, » déclara Alexis.

« Allez-y et laissez passer quelques-unes de ses exigences égoïstes. Faites ce que vous devez pour le rendre disposé à coopérer. Mais il ne faut pas que le public sache que nous étions impliqués de quelques façons que ce soit. Avez-vous compris ? »

« Totalement, Sire, » répondit Alexis.

« Très bien. Avant que la Noirceur ait une chance de devenir puissante, faites tout ce qu’il faut pour l’envoyer dans sa tombe. »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire