Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 10 – Chapitre 2 – Partie 6

***

Chapitre 2 : Acte 2

Partie 6

La région entourant le Fort Waganea n’avait pas de rivières et recevait peu de pluie. La terre autour de la forteresse était un terrain vague couvert principalement de gravier et de sable, s’étendant vers l’horizon dans toutes les directions.

Quelques petits arbustes poussaient ici et là sur le sol rocailleux, mais il était totalement impropre à l’agriculture. Détenir des terres dans cette région ne procurait que peu d’avantages matériels, aussi a-t-elle longtemps été une sorte de zone tampon entre les territoires contrôlés par les Clans de la Foudre et du Vent.

Pendant au moins les cent dernières années, cette étendue inutile de terres incultes située entre les deux clans du nord et du sud de Vanaheimr avait été la raison pour laquelle ils n’étaient pas entrés en guerre l’un contre l’autre.

Mais maintenant, soudainement, cet endroit était devenu le théâtre d’une guerre à grande échelle entre les Clans de la Foudre et de la Flamme.

Le patriarche du Clan de la Flamme avait installé sa formation principale sur une haute colline à environ deux heures de marche au sud de Fort Waganea. De là, il contemplait ses lignes de front éloignées, où un jeune homme aux cheveux roux flamboyants transperçait ses défenses.

« Oho ! » s’exclame-t-il, le ton de sa voix rebondissant d’excitation. « C’est donc lui que l’on surnomme le “Tigre assoiffé de combats”, n’est-ce pas ? Tout ennemi qu’il soit, je ne peux que le qualifier de splendide. Voyez comment il traverse ma formation, et la coupe en deux ! Je l’avais pris pour un peu plus qu’un homme parmi les souris de ce pays, mais je me suis trompé. Même au pays du soleil levant, il n’y a jamais eu de guerrier d’une force aussi redoutable. Et bien, il pourrait même surpasser des gens comme Lü Bu et Xiang Yu ! »

À côté du patriarche se tenait son second, Ran, qui déglutit en regardant la même scène avec une expression tendue.

 

 

« Est-il… vraiment humain, mon seigneur ? Il me semble toujours impossible que la force et le courage d’un seul homme puissent ainsi vaincre une force plus de deux fois supérieure à la sienne. »

Le Clan de la Flamme avait vingt mille troupes sur le terrain, contre huit cents pour le Clan de la Foudre.

La différence ne serait pas aussi flagrante si le Clan de la Foudre utilisait des tactiques avantageuses, mais ils fonçaient sur la formation du Clan de la Flamme par l’avant, et parvenaient quand même à écraser le nombre supérieur de leurs adversaires. Cela n’avait absolument aucun sens. Cela allait à l’encontre de la logique militaire.

« Décris-le comme impossible, mais tu ne peux toujours pas bannir la réalité devant toi », déclara le patriarche du Clan de la Flamme. « Il n’y a rien d’autre à faire que de l’accepter. Et puisque tu peux le voir, sois attentif. C’est un spectacle que tu auras peu d’occasions de voir dans ta vie. »

« Mon seigneur, je pense que ce n’est pas quelque chose à apprécier autant, » dit Ran avec hésitation. « Ce sont nos forces qui sont repoussées. »

« Ah, c’est ainsi. J’aurais aimé le regarder se battre un peu plus longtemps, mais ce n’est pas le moment. Très bien, commence la retraite. Si nous continuons à faire face à ce type de front… Bien que nous ne verrons pas la défaite, je ne voudrais pas voir les pertes parmi nos hommes. »

Les soldats de l’armée du Clan de la Flamme étaient des combattants d’élite qui avaient été entraînés pendant de nombreuses années pour servir le désir de leur seigneur de conquérir le royaume. Ils étaient une ressource nationale précieuse. Ce serait un véritable gâchis de les sacrifier à une bataille ici, dans une province sans valeur.

De plus, le patriarche du Clan de la Flamme avait prédit cette situation.

Il avait déjà entendu de nombreuses histoires sur la force inégalée au combat du patriarche du Clan de la Foudre, Steinþórr.

Selon une histoire, il aurait capturé une forteresse à lui tout seul, tuant lui-même tous les défenseurs.

Selon un autre, il aurait lui-même combattu à l’arrière-garde alors que son armée battait en retraite, avec seulement quelques dizaines d’hommes à ses côtés, et aurait personnellement repoussé l’armée ennemie qui tentait de poursuivre la sienne.

Une autre histoire raconte qu’il avait été pris en embuscade et encerclé par sept Einherjar, et qu’il les avait tous vaincus par ses propres moyens.

Chaque histoire semblait au-delà de toute crédibilité.

Et donc, le patriarche du Clan de la Flamme n’avait pas été assez fou pour partir en guerre contre un tel monstre sans aucune stratégie pour le vaincre.

Le patriarche du clan de la flamme avait souri. « Si un assaut avancé ne peut pas l’arrêter, alors nous n’avons qu’à procéder comme prévu, et attaquer là où il est le plus faible. »

☆☆☆

"... Il y a quelque chose qui cloche ici. » Steinþórr avait fait s’arrêter brusquement son cheval. « Leur retraite est trop bien organisée. »

Il avait obtenu une victoire dans la bataille contre les troupes du Clan de la Flamme, et était sur le point de saisir l’élan et de mener ses hommes à leur suite pour lancer une attaque de poursuite.

Mais non seulement la retraite était trop organisée, mais il y avait aussi ces lances anormalement longues que l’infanterie du Clan de la Flamme avait utilisées. Tout cela lui donnait un sentiment troublant qui ne voulait pas disparaître, comme une mauvaise prémonition.

Il ne pouvait s’empêcher de se rappeler la première fois qu’il avait affronté Yuuto, lors de la bataille de la rivière Élivágar.

À l’époque, il avait poursuivi l’ennemi alors qu’il se retirait, le poursuivant trop loin. En conséquence, il s’était retrouvé coupé de ses hommes et encerclé par sept Einherjars ennemis, puis englouti dans une inondation artificielle qui l’avait presque tué.

Quelque chose dans la situation actuelle ressemblait trop à ce qui se passait à l’époque.

« Dans ce cas, je parie qu’il cherche à tendre une embuscade, » murmura Steinþórr pour lui-même. « Un autre groupe attendant de frapper. ... Mais où ? »

Maintenant qu’il avait deviné l’objectif de son ennemi, il avait imaginé une carte de la région, en imaginant la disposition des forces adverses.

Cela l’avait rapidement conduit à la réponse.

Les souvenirs de la bataille de Gashina lui revinrent en mémoire.

Il y avait une position qui était devenue la plus faiblement défendue après que l’autre camp ait retiré ses forces. Et c’était la position qui lui causerait le plus de problèmes logistiques si elle était capturée.

« Ah ! » avait-il crié. « Tout le monde, nous retournons à la base immédiatement ! L’ennemi en a après le Fort Waganea ! »

« Monseigneur, l’armée du Clan de la Foudre se replie ! » appela un soldat.

« Oh, est-ce ainsi ? » Le patriarche du Clan de la Flamme fit s’arrêter son cheval. « Keh heh heh, il a donc reconnu ce que je cherchais, n’est-ce pas ? Les rumeurs le décrivaient comme un homme téméraire qui ne savait que charger aveuglément devant lui, mais voyez-vous ? Il s’est montré très intelligent, lui aussi. Splendide, vraiment splendide. J’aimerais beaucoup l’avoir comme subordonné. »

Le patriarche du Clan de la Flamme avait tapé dans ses mains, puis les avait écartées.

C’était un geste d’appréciation sincère, un éloge sans réserve.

C’était un homme qui détestait l’incompétence, et qui aimait ceux qui étaient talentueux et capables.

Que ce soit un allié ou un ennemi ne faisait aucune différence. Même dans le monde d’où il venait, il avait toujours accordé son respect à ceux qui étaient vraiment forts.

Les yeux du patriarche se plissèrent. « Cependant, » murmura-t-il sur un ton plus bas, « Si grand que tu sois, jeune homme, seul, tu n’as pas la force de me vaincre tel que je suis maintenant. Tu as peut-être compris le piège à Waganea, mais qu’en est-il des deux autres endroits, je me le demande ? »

Dans la stratégie du patriarche du Clan de la Flamme, même l’embuscade du Fort Waganea n’était rien de plus qu’un autre leurre.

En découvrant le plan caché ou la ruse de l’adversaire, la plupart des gens avaient tendance à ne plus réfléchir.

Ainsi, il suffisait de faire de cette « réponse » le bluff pour une deuxième couche de tromperie.

Le patriarche du Clan de la Flamme avait utilisé sa force personnelle de vingt mille hommes pour attirer l’armée du Clan de la Foudre, tandis que ses trente mille troupes restantes étaient divisées en trois groupes indépendants pour les dépasser par des routes séparées.

Même s’il ne parvient pas à s’emparer du fort Waganea, les deux autres forteresses faiblement défendues lui tomberont dessus.

De plus, il avait envoyé une missive au patriarche du Clan de l’Acier, l’exhortant à mobiliser davantage de ses propres soldats pour le soutenir.

Peu importe la puissance de Steinþórr, il ne serait pas capable de faire face à tout ça.

Par une étrange coïncidence, c’était une sorte de stratégie étonnamment similaire à celle que Skáviðr avait utilisée contre Steinþórr lors de la seconde bataille de la rivière Élivágar. Cependant, le patriarche du Clan de la Flamme la menait à une échelle beaucoup, beaucoup plus grande, sur une zone plus étendue.

Naturellement, s’il avait tenté de le faire avec une armée de la même taille que celle de son adversaire, chacune de ses forces divisées aurait fini par être détruite, une par une. Le patriarche avait pu utiliser cette stratégie, car le Clan de la Flamme pouvait mobiliser cinquante mille soldats, un nombre largement supérieur à la norme pour les nations d’Yggdrasil.

Rassemblez suffisamment de soldats pour submerger complètement l’ennemi. Organisez soigneusement les lignes de ravitaillement. Placer des officiers forts et compétents à la tête de chaque division. Créer les conditions de la victoire, de sorte que la victoire sans difficulté soit une évidence. C’était la base de la stratégie militaire du Clan de la Flamme.

Il n’y avait rien de surprenant ou même de particulièrement excitant à ce sujet.

Dans sa jeunesse, le patriarche du Clan de la Flamme avait une fois mené une attaque-surprise contre une force de vingt-cinq mille soldats, et avait réussi à prendre la tête du général ennemi dans une victoire éclatante. Cependant, il n’en avait pas tiré une fierté excessive. Au contraire, il s’était efforcé de ne plus jamais livrer une bataille aussi risquée, et avait donc toujours cherché à rassembler plus de soldats que son ennemi avant de se lancer dans la bataille.

C’est ce qui rendait cet homme si terrifiant.

Il n’avait pas été tenté par la gloire de la victoire elle-même, il avait travaillé sans relâche à la recherche des moyens les plus logiques pour l’atteindre.

Et c’est pourquoi il n’avait pas de faiblesses, il était simplement et réellement fort.

« Je le maîtriserai dans environ, oh, trois mouvements de plus, je pense. » Se caressant le menton, le patriarche du Clan de la Flamme avait souri.

Quant à la division qu’il avait envoyée pour attaquer le fort Waganea, il leur avait donné l’ordre de se retirer immédiatement si Steinþórr revenait.

Si Steinþórr donnait la chasse, la force principale du patriarche du Clan de la Flamme entrerait, s’emparerait du fort Waganea, et tiendrait le Clan de la Foudre en tenaille.

Si Steinþórr choisissait de rester et de défendre la forteresse, les deux autres divisions détachées envahiraient plus loin, ravageant le territoire du Clan de la Foudre.

Si le patriarche du Clan de la Foudre essayait de diviser ses forces pour tenter d’empêcher cela, tant mieux. Le Clan de la Flamme écraserait toute division qui n’aurait pas Steinþórr à sa tête.

Il n’y avait plus aucun chemin pour l’armée du Clan de la Foudre qui menait à la survie.

« Hmm. » Le patriarche du Clan de la Flamme fronça les sourcils en lui-même. « Pourtant, je ne peux m’empêcher de trouver regrettable de devoir tuer un si grand homme. »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire