Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 10 – Chapitre 2 – Partie 4

***

Chapitre 2 : Acte 2

Partie 4

Plus tard, Botvid avait fait la remarque suivante à sa fille biologique, Kristina :

« Je la prenais pour rien de plus qu’une petite fille, mais elle était plus que ce que je lui accordais. En particulier, il y avait le fait que j’avais du mal à la considérer comme mon ennemie. Elle est passée maître dans l’art de se faire des alliés et de gagner en négociation, et tout cela à un si jeune âge. C’est terriblement impressionnant. »

Et avec un sourire entendu, Kristina avait répondu ce qui suit :

« Pourquoi ne le réalises-tu que maintenant ? Tu devrais déjà savoir que même si Père est entouré de belles filles, le seul moment où elles sont “mignonnes”, c’est quand elles ont affaire à lui. »

☆☆☆

« Très bien, j’ai au moins réussi à obtenir quelque chose de chacun. » Linéa s’adossa à sa chaise et prit une longue et profonde inspiration.

Elle venait de terminer sa réunion avec Lágastaf, le patriarche du Clan du Blé. Avec cela, elle avait terminé les négociations avec les patriarches de cinq des six clans de la fratrie. Il ne restait plus que le Clan de la Panthère.

Jusqu’à présent, les résultats de ces négociations avaient été plutôt bons, ou aussi bons qu’on pouvait l’espérer.

Tout comme avec Botvid du Clan de la Griffe, chaque réunion avait commencé avec l’autre partie montrant qu’ils ne pensaient pas beaucoup d’elle, mais cela avait changé au fur et à mesure que les discussions avançaient et que Linéa se mettait au travail.

Elle les avait amadoués avec des offres, avait apaisé leurs inquiétudes ou les avait menacés, tout en s’efforçant de déterminer ce qu’ils voulaient ou ce dont ils avaient besoin. Finalement, elle s’était assurée qu’à la fin, ils arrivaient à un arrangement que les deux parties pouvaient accepter.

Elle ne gagnerait jamais trop aux dépens de l’autre personne, ni ne lui permettrait de faire de même, elle obtiendrait ce qu’elle voulait de l’accord tout en lui permettant aussi de gagner quelque chose.

Dans chaque cas, elle avait trouvé la ligne et l’équilibre parfait.

C’est pourquoi, même si chacun de ses collègues patriarches avait fini par s’engager à donner une partie de ses réserves de nourriture, ils avaient tous quitté son bureau avec un visage satisfait.

« Mais », murmura Linéa, « c’est encore loin d’être suffisant ».

Les autres clans avec lesquels elle avait négocié étaient des filiales du Clan de l’Acier, mais il s’agissait à l’origine de petits clans provinciaux faibles. Ils n’avaient pas vraiment beaucoup de moyens.

Ce n’était certainement pas suffisant pour nourrir des dizaines de milliers de personnes jusqu’à la récolte d’automne.

Toc toc ! Les pensées de Linéa avaient été interrompues par un coup soudain et inattendu à sa porte.

« Commandant en second, j’ai entendu dire que vous vouliez me parler. Est-ce le bon moment ? » La voix qui appelait de l’autre côté de la porte était sans passion et portait un froid sinistre qui pouvait glacer le sang d’une personne.

« Ah, Frère Skáviðr », dit Linéa. « Oui, entrez. »

« Merci, madame. »

L’homme qui était entré avait des joues fines et une couleur pâle et maladive, mais ses yeux brillaient d’une lumière vive et perçante, et il avait un air dangereux et sinistre.

Si elle ne l’avait pas déjà bien connu, elle aurait pu facilement le prendre pour un tueur à gages et appeler les gardes.

Cet homme, Skáviðr, était l’un des conseillers les plus fiables de Yuuto. Il avait été autrefois le second adjoint du Clan du Loup, mais était récemment devenu le nouveau patriarche du Clan de la Panthère à Álfheimr, qui avait juré fidélité à Yuuto et au Clan de l’Acier.

« C’est bon de te voir après si longtemps », dit Linéa. Elle s’était adressée à lui de manière amicale, sans airs formels. « J’espère que tu es en bonne santé ? »

Il y a un an, Skáviðr avait été envoyé en mission dans la région frontalière occidentale du Clan de la Corne, chargé de défendre la ville fortifiée de Myrkviðr et ses environs. Cela avait permis à Linéa d’interagir régulièrement avec lui et d’apprendre à le connaître.

Elle avait appris que, malgré ce que son apparence pouvait suggérer, Skáviðr était totalement loyal envers Yuuto, et se souciait de ses subordonnés ainsi que de la vie des citoyens. Elle s’était donc prise d’affection pour lui.

« Oui, heureusement, je vais bien », dit Skáviðr. « Je suis heureux de voir que vous semblez avoir gardé une bonne santé vous-même, madame ».

« Je t’en prie, assois-toi et mets-toi à l’aise. »

« J’apprécie. Merci. » Skáviðr fit un petit signe de tête et s’installa dans l’un des fauteuils des invités.

Linéa s’était assise en face de lui et avait commencé à se préparer pour la discussion importante à venir en commençant par une petite conversation plus standard.

« Alors, cela fait un mois maintenant que tu es devenu patriarche. Dis-moi, comment ça se passe ? »

« Je ne peux pas honnêtement dire que ça se passe bien », avait admis Skáviðr. « Je suis un homme simple et rustre qui a passé toute sa vie comme un soldat, concentré uniquement sur la bataille. C’est un rôle totalement étranger à mon expérience, aussi ai-je souvent l’impression de tâtonner dans le noir. »

« Y a-t-il quelque chose en particulier qui te pose problème ? Je sais que je peux sembler peu fiable parce que je suis jeune, mais j’ai plus d’expérience que toi en tant que patriarche de clan. Tu peux me consulter à ce sujet. »

Linéa pensait qu’elle avait une dette envers Skáviðr pour ce qu’il avait fait pour protéger Myrkviðr et ses habitants. Il avait personnellement effectué de dangereuses patrouilles dans les terres environnantes et s’était investi dans la gestion des efforts de reconstruction de la ville.

Linéa n’imposait pas son expérience à Skáviðr, mais essayait plutôt de lui rendre la pareille.

Heureusement, il semblait le comprendre. « Merci beaucoup, madame. Dans ce cas… le problème le plus saillant est, je dirais, la grande difficulté d’essayer de faire vivre ensemble pacifiquement deux peuples aux cultures et aux valeurs très différentes. »

« Ah… » Linéa hocha la tête. « C’est vrai que ça a l’air d’être une vraie plaie à gérer. Après tout, ils ont beaucoup d’inimitié entre eux. »

Actuellement, le Clan de la Panthère de Skáviðr contrôlait le territoire qui était auparavant sous la domination du Clan du Sabot. En d’autres termes, les anciens citoyens du Clan du Sabot qui cultivaient ces terres vivaient maintenant côte à côte avec les nomades du Clan de la Panthère qui avaient initialement envahi la région de Miðgarðr au nord.

Du point de vue des anciens membres du Clan du Sabot, le Clan de la Panthère était des étrangers qui avaient soudainement envahi, pillé et détruit leurs fermes et leurs villages, s’étaient emparés de leur nourriture et avaient enlevé leurs femmes, puis avaient traité leurs terres et leurs habitants comme des déchets après avoir conquis leur capitale.

Quant au Clan de la Panthère, c’était un clan de nomades avec une longue histoire de mépris et de moquerie comme des barbares par les gens des clans agricoles sédentaires.

Ce n’était pas aussi simple que de dire : « Très bien, vous êtes tous un clan maintenant. Oubliez toutes vos rancunes, et travaillez ensemble à vous entendre pour que la nation dans son ensemble puisse prospérer. »

« L’antagonisme semble sans fin, des bagarres éclatent sans cesse entre les deux groupes », dit Skáviðr. « Le fait que nous ayons des lois strictes et appliquées de manière cohérente permet à peine de maintenir les choses en place pour le moment, mais je ne peux m’empêcher de me demander combien de temps cela va encore durer. »

Linéa avait réfléchi un moment. « Hmm… bien, que penses-tu de l’idée de simplement accepter qu’ils ne peuvent pas vivre ensemble ? »

« Que voulez-vous dire par là, madame ? »

« Les anciens membres du Clan du Sabot ont perdu des membres de leurs familles, et ont été opprimés sous le règne du Clan de la Panthère, » dit Linéa. « La colère qui en découle va mettre plusieurs décennies à s’estomper, au minimum. En inversant les choses, cela signifie que tu dois simplement décider qu’essayer de faire vivre les deux peuples ensemble en paix va être impossible pour les prochaines décennies, et c’est tout. »

« Urm… » Skáviðr fronça légèrement les sourcils. « Cependant, ce devoir est quelque chose que mon seigneur et maître m’a confié. Y renoncer si rapidement serait… »

Il avait fait une pause. Il était clair qu’il n’était pas à l’aise avec cette idée.

« Frère Skáviðr, écoute-moi », répondit Linéa sans ambages. « Tu ne dois pas mélanger tes priorités. Ton travail de patriarche n’est pas d’unir deux peuples différents en un seul. Il est de s’assurer que le peuple que tu gouvernes puisse vivre en sécurité et prospérité. Tant que tu fais cela, tu n’as aucune obligation de les unir culturellement au-delà de cela. »

Skáviðr semblait un peu perplexe. « Euh… ? Mais, madame, s’ils sont constamment en conflit les uns avec les autres, comment pourrais-je dire qu’ils vivent en sécurité ? ».

« Ce ne sera vrai que s’ils doivent tous vivre ensemble au même endroit », dit Linéa. « Heureusement, le territoire du Clan de la Panthère est vaste. Tu pourrais simplement diviser les terres, les répartir proprement entre les deux peuples, et faire en sorte qu’ils n’aient pas à s’associer plus que nécessaire. Et si tu comptes faire ça, c’est le meilleur moment pour le faire, alors que la reconstruction ne fait que commencer. »

Skáviðr était resté stupéfait un instant, puis il laissa échapper un rire impressionné. « Ha ha ha ! Vous êtes vraiment très décisive dans votre façon de penser. »

Linéa inclina la tête. « Vraiment ? Mais n’es-tu pas d’accord pour dire que ce serait un gaspillage d’efforts et de ressources dans quelque chose dont tu sais qu’il ne fonctionnera pas ? »

Linéa avança son argument comme si elle n’avait rien dit de particulier, mais en fait, les gens n’étaient généralement pas capables d’être aussi décisifs.

Et il se trouve que le raisonnement de Linéa avait touché du doigt une vérité sur la façon dont le monde fonctionne.

Loin, très loin dans le futur, il y aura les États-Unis d’Amérique, par exemple. Même dans ce pays connu pour être un « melting pot » multiracial, les personnes de races et d’ethnies différentes formeraient toujours leurs propres quartiers et communautés homogènes et séparés, et bien qu’il y ait des exceptions à un niveau individuel et personnel, dans l’ensemble, elles ne s’associeraient pas profondément les unes aux autres.

Ensuite, il y avait les nations du Japon, de la Chine et de la Corée du Sud à la même époque : même si soixante-dix ans s’étaient écoulés depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, il y aurait toujours un profond fossé entre elles concernant leur histoire de guerre.

Linéa était quelqu’un qui croyait aux idéaux, mais en même temps, elle pouvait regarder la réalité d’une situation d’un angle sec et objectif, et prendre des décisions fermes sur cette base.

C’était l’une de ses capacités exceptionnelles en tant que dirigeant et décideur.

« Je ne peux pas prendre ma décision définitive tout de suite, mais je pense que j’envisagerai fortement d’utiliser ce que vous m’avez appris aujourd’hui », déclara Skáviðr.

« Ok, alors. » Linéa hocha la tête. « Eh bien, garde à l’esprit que c’était simplement mon point de vue personnel. C’est ton clan, Frère Skáviðr. Tu dois le gouverner de la façon que tu penses être la meilleure. »

« Merci beaucoup, madame. »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire