Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 10 – Chapitre 2 – Partie 3

***

Chapitre 2 : Acte 2

Partie 3

Il ne semblerait pas qu’il s’agisse d’un mensonge total, cependant, Linéa avait également senti qu’il ne disait pas non plus toute la vérité.

Il cachait vraiment quelque chose.

C’est ce que lui disait l’intuition de Linéa en tant que politicienne.

Cependant, la raison qu’il donnait était assez légitime, sans aucune contradiction. Il n’y avait rien là-dedans pour le prendre en défaut.

C’est exactement comme j’ai entendu. C’est un vieux renard rusé, pensa-t-elle.

À première vue, il semblait être un homme discret, voire timide. Mais tout au long de leur interaction, ses réponses vagues et sans engagement lui avaient permis d’esquiver toutes ses tentatives d’exigences, sans pour autant lui donner quelque chose de concret à quoi s’accrocher et qu’elle puisse utiliser comme levier contre lui.

Il était probablement aussi conscient que, puisque le Clan de l’Acier était encore récemment formé, personne n’avait encore une bonne connaissance des affaires internes des autres clans.

Dans la mesure du possible, Linéa aurait voulu régler ce problème par une simple discussion, mais il n’y aurait aucun progrès à ce rythme.

Elle avait décidé de sortir une arme qui avait fait ses preuves.

« Frère Botvid, laissez-moi être claire », dit-elle d’un ton plus froid et plus ferme. « Je ne suis pas venue jusqu’ici pour vous faire une demande. Je vous donne un ordre en tant que commandante en second du Clan de l’Acier. »

Linéa laissa sa déclaration couler, et elle attendit.

Elle savait bien que tous les problèmes ne pouvaient pas être résolus par une simple discussion.

Elle n’aimait pas user de son autorité de manière aussi brutale, mais elle n’était pas non plus tendre au point de se laisser hésiter lorsque la situation l’exigeait vraiment.

Cependant, même cette manœuvre ne parvint pas à fissurer l’expression gracieuse et souriante de Botvid. « Hmm, eh bien, si c’est une question de politique du Clan de l’Acier à l’avenir, alors j’aimerais très certainement entendre l’opinion de Père sur le sujet, vous voyez. »

Linéa sentit le côté d’une de ses propres tempes se contracter légèrement.

La déclaration de Botvid signifiait en gros : « Ça ne sert à rien de discuter de ça avec une petite fille comme toi. Je n’en parlerai qu’avec Yuuto. »

Il avait eu beaucoup de culot de lui manquer de respect comme ça.

« Alors cela veut dire que vous n’écouterez pas mes ordres, non ? » répliqua Linéa.

« Oh, non, non, bien sûr, ce n’est pas du tout ça », protesta Botvid. « Mais, voyez-vous, mon clan arrive tout juste à se nourrir. Et donc, vous voyez, j’ai pensé que peut-être Père, avec tout son savoir, pourrait trouver une solution astucieuse à laquelle nous n’aurions jamais pensé tous les deux. »

Ahh… c’est donc ça. Linéa poussa un soupir amer… mais seulement dans son esprit.

L’objectif de Botvid était finalement apparu à la surface. En échange d’un peu de nourriture, il voulait que Yuuto lui transmette ses connaissances — en d’autres termes, il voulait qu’elle lui remette une de ses inventions.

Lorsqu’il s’agit des inventions de Yuuto — qu’il s’agisse du processus d’affinage du fer, de la formule du système de rotation des cultures de Norfolk ou de n’importe quelle autre — même une seule d’entre elles avait le potentiel de multiplier la prospérité d’une nation et sa force politique.

Et c’était précisément la raison pour laquelle Yuuto insistait tant et délibérément sur le fait de garder secrètes les techniques qui les sous-tendaient. En fait, depuis la période qu’il avait passée dans sa patrie au-delà des cieux, il donnait l’impression d’être devenu encore plus sérieux à propos de cette politique.

Botvid avait dû voir là la meilleure chance qu’il aurait d’obtenir l’une de ces précieuses inventions. C’était un geste astucieux, c’est sûr. Mais il fallait être au moins aussi rusé pour servir de patriarche de clan.

Linéa avait réfléchi à ses options. Si j’implique Père dans cette affaire maintenant, les choses devraient se résoudre en douceur… mais s’occuper des affaires domestiques du Clan de l’Acier est mon travail en tant que second.

De plus, Botvid avait défié directement l’autorité de Linéa. Il cherchait la bagarre avec elle.

Il pouvait le nier, mais entre les lignes, il avait fait tout sauf le dire à haute voix, Je n’obéirai pas aux ordres d’une petite fille comme toi.

Ils étaient tous deux des enfants subordonnés de Yuuto. Et dans une dispute entre frères et sœurs, il n’y avait rien de plus honteux que de faire appel au parent pour intervenir. En fait, cela ne pouvait que conduire à ce qu’elle soit regardée comme rien de plus qu’une enfant qui dépendait trop de Yuuto pour résoudre ses problèmes.

« Père est un homme occupé, et je n’ai pas l’intention de le déranger en l’amenant à s’occuper d’un problème aussi insignifiant. » Linéa s’était assurée que Botvid entende bien l’accent mis sur le mot « insignifiant ».

En d’autres termes, elle disait : « Avoir affaire à quelqu’un comme toi n’est rien de spécial ».

Naturellement, en tant que vétéran chevronné, le vieux renard rusé n’avait pas perdu son sourire en coin. Cependant, les yeux de Linéa avaient vu quelque chose de surprenant : les mains de Botvid, gracieusement serrées l’une contre l’autre, se crispaient un tout petit peu.

Il était probablement un peu irrité de se faire parler par cette jeune fille, quelqu’une qu’il considérait intérieurement comme inférieure à lui.

« D’accord, très bien, j’ai compris », déclara Linéa. « Si le Clan de la Griffe est vraiment dans une situation si difficile, je vais simplement chercher du soutien ailleurs. Et je ne viendrai pas non plus vous demander une autre aide à l’avenir, alors ne vous inquiétez pas pour ça. »

Linéa termina sa déclaration par un sourire, puis elle se leva avec la ferme intention de partir.

« A — Attendez ! S’il vous plaît, attendez ! » Botvid tendit précipitamment une main pour tenter de l’arrêter.

Je t’ai eu, pensait Linéa au fond d’elle. Mais alors qu’intérieurement, elle souriait, en surface, elle feignait la perplexité. « Hm ? Qu’y a-t-il d’autre à discuter ? »

« Eh bien, nous, du Clan de la Griffe, sommes tout autant membres du Clan de l’Acier, vous voyez. Nous ne pouvons pas simplement refuser de faire quoi que ce soit pour aider, car ce serait… »

« Non, ça me convient parfaitement », déclara Linéa sans détour, coupant la parole à Botvid. « Je ne vais pas vous demander d’imposer des contraintes excessives à votre clan pour notre bien. Concentrez-vous simplement sur le fait de prendre soin de vous. »

C’était un acte — elle avait planifié tout ça.

Lorsqu’il avait entendu parler pour la première fois de la demande d’aide alimentaire, Botvid avait dû évaluer ses besoins relatifs et ceux de Linéa, et en avait conclu que c’était l’occasion d’essayer d’obtenir quelques avantages supplémentaires pour lui-même.

Il serait difficile de prédire le résultat exact des négociations, et il y aurait probablement des compromis de sa part, mais il avait sûrement calculé que quoi qu’il arrive, il en sortirait quand même avec quelque chose à obtenir.

Mais maintenant, il risquait de n’obtenir absolument rien, et de plus, il était confronté à la possibilité que d’autres clans plus obéissants obtiennent un traitement préférentiel plutôt que son propre clan dans les affaires futures. Cela l’avait naturellement poussé à légèrement paniquer.

Bien sûr, Linéa risquait de perdre tout autant si elle n’obtenait aucune aide de Botvid. Intérieurement, elle était incroyablement nerveuse à l’idée de mettre en place ce stratagème, mais elle n’en avait pas laissé paraître le moindre signe.

Botvid ne l’avait considérée que comme une petite fille naïve. C’est ce qui avait scellé son destin.

Linéa avait grandi en tant que fille d’un patriarche, strictement éduquée sur les principes fondamentaux d’un souverain.

Elle n’était pas encore habituée à diriger des troupes en combat sur le terrain, mais lorsqu’il s’agissait des luttes diplomatiques comme celles-ci, elle avait traversé plus que sa part de batailles difficiles.

« J’ai d’autres affaires à régler, je vais donc prendre congé maintenant. » Tournant sur ses talons, Linéa s’apprêta à quitter la pièce.

Au moment où elle atteignait la porte, elle entendit un lourd soupir derrière elle.

"... En fait, je viens de me souvenir. Il se trouve que nous avons une petite quantité de vieux stocks de nourriture en réserve, provenant de la récolte d’une année précédente. Si nous les utilisons, cela devrait représenter une modeste contribution d’aide. »

« Ohh ! Vraiment !? » s’exclama Linéa.

Au fond d’elle, elle pensait, je savais que tu en cachais, mais elle n’avait pas laissé ces mots franchir ses lèvres.

Elle avait agi comme si elle était sincèrement choquée par la nouvelle.

« Je les céderai, si c’est pour le bien du Clan de l’Acier », dit rapidement Botvid. « Cependant, il s’agit de la réserve d’urgence de mon clan, incroyablement précieuse, et je souhaiterais donc humblement une petite compensation en retour. »

« Ahh, mais bien sûr ! Alors, que pensez-vous de ceci : en échange de chaque centaine de gerbes de blé, le Clan de la Corne donnera au clan de la Griffe un de nos chariots blindés, que nous utilisons dans le cadre de la tactique défensive connue sous le nom de mur de chariots. »

Linéa avait l’option de pousser plus fort ici avec le poids de son autorité, mais au lieu de cela, elle lui avait fait une offre claire.

Et plutôt que d’essayer d’être radine, elle avait utilisé un objet de valeur pour faire l’enchère.

Grâce à l’introduction par Yuuto du processus d’affinage du fer, le prix du fer avait quelque peu baissé, mais il valait toujours au moins autant que l’or sur le marché libre. Les wagons utilisés dans le Mur des Wagons étaient recouverts de plaques de fer.

Cela les rendait extrêmement précieux, quelque chose que Botvid voulait désespérément.

Le choix de Linéa pour son offre avait été une preuve supplémentaire de son bon sens politique.

Une fois qu’il était clair qu’elle gagnerait l’échange, elle avait veillé à ne pas gagner de trop, et elle s’était assurée que l’autre partie soit également gagnante dans l’échange. Elle avait créé une situation gagnant-gagnant.

Machiavel est célèbre pour avoir écrit dans ses essais qu’un dirigeant doit inspirer la crainte, mais doit s’efforcer d’éviter d’être méprisé.

C’était le meilleur moyen de forger de bonnes relations politiques sur le long terme. Et c’est quelque chose que Linéa avait compris intuitivement.

« Ah… ! » Les yeux de Botvid s’écarquillèrent. « Parlez-vous de cette invention que vous avez utilisée à maintes reprises pour repousser avec succès les attaques des cavaliers du Clan de la Panthère !? »

Même si la nation de Botvid était éloignée des terres où les batailles en question avaient eu lieu, il semblait tout savoir à leur sujet. Et ce, bien que de gros efforts aient été faits pour garder secrets les détails exacts de ces victoires, car si des informations étaient divulguées sur le Mur de Chariots, quelqu’un pourrait essayer d’en copier le design.

À cet égard, il semblerait que la pomme ne soit pas tombée loin de l’arbre. Botvid ressemblait beaucoup à sa fille biologique Kristina, la chef du réseau d’espionnage du Clan de l’Acier.

« Êtes-vous vraiment d’accord de nous donner ça !? » Botvid s’était exclamé.

« Oui, je le suis. Maintenant que la menace du Clan de la Panthère est passée, ces armes serviront le Clan de l’Acier tout aussi bien si elles sont en possession du clan de la Griffe. »

Maintenant que le Clan de l’Acier avait annexé le Clan de la Panthère, les deux nations non alliées qui bordaient le Clan de la Corne étaient le Clan du Sabot et le Clan de la Foudre.

Le Clan du Sabot avait été piégé dans une tendance de déclin constant après avoir perdu son chef charismatique, le grand guerrier Yngvi. Et lors de la bataille de Gashina, il avait été clairement établi que la tactique du Mur de Chariots était complètement inutile contre le Clan de la Foudre, tant qu’ils avaient le monstrueux Steinþórr à leur tête.

En conclusion, les wagons blindés étaient peu utiles au Clan de la Corne à ce stade, tout en étant une source de coûts d’entretien inutiles.

Naturellement, il s’agissait toujours d’armes militaires de valeur, et disposer de ressources militaires puissantes en réserve n’était pas quelque chose que Linéa considérait comme acquis. Cependant, il ne devrait pas y avoir de problème à en vendre un petit nombre.

Plus que tout, il y avait le fait que pendant la condamnation du patriarche du Clan de la Panthère, Hveðrungr, Yuuto avait dit qu’il avait l’intention de « régner sur tout Yggdrasil ».

Puisqu’il avait fini de conquérir la plupart des terres jusqu’à la côte ouest d’Yggdrasil, cela ne pouvait que signifier qu’il avait finalement l’intention d’envahir l’est, vers la région centrale de l’empire.

Puisque le Clan de la Griffe contrôlait le territoire sur ce qui était actuellement le côté est du Clan de l’Acier, alors leur donner des ressources militaires était parfaitement logique du point de vue du Clan de l’Acier dans son ensemble.

La logique était logique, au moins, mais même ainsi, donner ses propres ressources militaires limitées à une autre nation n’était pas une chose facile à faire.

Linéa, cependant, était décisive et agissait sans hésitation dans ces situations. C’était l’une des choses remarquables chez elle.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire