Le garçon qui voulait se venger du monde – Tome 2 – Chapitre 51

☆☆☆

Chapitre 51 : Les cibles de ma vengeance

Les deux hommes me regardèrent fixement, moi qui avais agi pour protéger ce jeune homme et ce pays. Guu, quelle pression. C’était de plus en plus difficile de respirer.

« Est-il bon de conclure que ce pays est contre nous, Roi ? »

« At-Attendez, s’il vous plaît ! Il-il doit y avoir un malentendu... oh, Fia ! Qu’est-ce que tu fais ? »

« Je devrais dire “Que fais-tu”, Père ! Veux-tu le pays et les citoyens ? Qu’essayes-tu de faire en détruisant ce pays ? »

« Qu’est-ce que tu dis ? Je l’ai accepté pour le bien de ce pays ! »

Ce n’était pas la peine. Père n’écoutera pas quoique je dise et cela même s’il n’était pas aussi obstiné avant.

« Roi. Cette femme nous a montré ses dents. Vous ne vous plaindrez pas même si on la tue, hein ? »

« Que peut-on bien faire d’autre ? »

Mes larmes allaient couler en entendant de ce que Père avait dit. Ce n’était pas que j’espérais être protégée par lui. Cependant, je ne pensais pas qu’il pouvait répondre cela aussi facilement. Il ne pensait plus qu’à ce qu’il avait sous les yeux.

« Kuku, avec ça, je peux la violer comme je veux ! »

Cancer avait ri joyeusement tout en balançant sa main. J’avais été ainsi éjectée à l’instant d’après. Je n’avais pas frappé le garçon, mais j’avais roulé par terre plusieurs fois et je m’étais finalement arrêtée.

« ... Uuuu... kyaa !? »

J’avais essayé de me lever sans savoir ce qui se passait et, soudainement, je vis que j’avais une entaille à l’épaule gauche. C’était aussi assez profond. Le sang coulait abondamment. Alors que j’avais appuyé sur la plaie avec ma main droite et que j’avais pensé à tenir l’épée dans ma main gauche, j’avais vu que mon épée avait été coupée en deux. C’était arrivé quand on m’avait repoussée dans les airs tout à l’heure !

« Je vais commencer par tuer le gamin ! »

J’avais jeté mon épée inutile et je m’étais levée, mais Cancer regardait déjà le garçon. Je n’y arriverai pas même si je fuyais d’ici ! J’avais essayé de crier, mais c’était déjà après que Cancer ait déplacé sa main pour le tuer. Le jeune homme allait être tué ! Dès que j’avais pensé ça, le sol s’était élevé.

Ce qui était apparu après que le sol se soit levé, c’était des squelettes. Ils s’étaient empilés à plusieurs reprises et ils étaient devenus un grand mur. Ils avaient bloqué l’attaque de Cancer. De plus

« Brûle ! Salamandre ! »

« Nuu »

« Uoo ! »

Des colonnes de feu s’élevèrent des pieds des deux personnes. Ils s’en étaient rendu compte tous les deux et avaient sauté en arrière.

« Vous vous déchaînez comme bons vous semble dans la maison de quelqu’un d’autres. »

« Fuu, merci, Salamandre. »

« Gyururururu. »

Et puis ceux qui étaient apparus étaient les subordonnés de Hardt, Néron et Tierra. Alignés derrière Néron et les autres se trouvaient les monstres qui nous avait aussi beaucoup tourmentés, les Opus Killers.

« Ces gars sont ceux dont le Roi parlait, hein ? »

« N’est-elle pas mignonne ? Je jouerai avec elle et la princesse ! »

Cancer commença à courir dès qu’il vit Tierra. Nero déplaça son bâton vers l’avant et les Opus Killers commencèrent à courir vers Cancer.

Les Opus Killers balancèrent leurs poings vers Cancer l’un après l’autre. Cancer esquiva de peu les coups qui entraîneraient une mort immédiate s’ils avaient touché.

En plus de cela, les Opus Killers avaient été en petits morceaux chaque fois que Cancer déplaçait son bras. Comme je le pensais, il semblerait qu’il y ait quelque chose sur le bras de ce type. Une frappe tranchante était projetée chaque fois qu’il déplaçait son bras.

« Tsk, ces gars sont ennuyeux ! »

Toutefois, peu importe combien de fois Cancer tentait de les transformer en petits morceaux, les Opus Killers étaient un conglomérat de cadavres. Tant qu’il restait le noyau, ils se rassembleraient et reviendraient à ce qu’ils étaient même s’ils avaient été découpés.

Environ 10 Opus Killers encerclèrent Cancer et ils frappèrent chacun Cancer l’un après l’autre. Et puis :

« Tsk ! »

Un pilier de feu qui était incomparable à celui d’avant l’agression de Cancer l’enveloppa, ainsi que les Opus Killers. Cela noircissait même le plafond. Même moi, dont la spécialité était le feu et qui en étais éloignée, avais eu énormément chaud.

Quand j’avais regardé Tierra, qui était la source des piliers du feu, je pouvais dire que sa respiration était devenue lourde. On dirait que cela avait pris une grosse partie de ses pouvoirs magiques. Cependant, si c’était ça, alors ce type aussi...

« Combien de temps vas-tu continuer à jouer, Cancer ? Nous allons rapidement atteindre l’objectif. Cette fille est la [sorcière des ténèbres]. »

« Comme je le pensais ? Je me sens motivé tout d’un coup. »

Cela ne finira pas bien pour lui, c’est ce que je pensais, mais ce qui était sorti de l’intérieur du pilier du feu qui avait disparu, c’était Cancer qui était couvert de suie.

« Tsk, on y va »

Un Opus Killers se reforma derrière lui, mais, il avait été instantanément transformé en petits morceaux... d’une certaine façon, il semblerait que sa capacité à couper devenait de plus en plus puissante tout en devenant plus tranchante.

« Hew ! »

Et puis, les autres Opus Killers qui encerclaient Cancer s’étaient instantanément transformés en morceaux. Sur le sol autour de Cancer, il restait des traces de ses frappes tranchantes et de son attaque qui avait la forme d’un cercle. Ces attaques étaient profondes, ce qui indiquait la puissance de ces coups.

« Hourra, hourra, je vais y aller petit à petit ! »

Cancer continua ainsi et se rapprocha directement de Nero et des autres. Ils convoquèrent successivement des monstres de type mort-vivant, mais ils furent entièrement découpés. Même les sorts magiques de Néron avaient été tranchés.

Les monstres avaient été tranchés en un clin d’œil et Cancer se retrouva juste devant les yeux de Nero. Il tendit la main vers lui.

« Meurs. »

Et il libéra une attaque. Sans pouvoir réagir, Néron et Tierra... n’avaient pas été tranchés. Une ombre noire s’étendait du sol devant les yeux des deux hommes. C’était ce qui avait bloqué la frappe.

Et puis, l’ombre s’étira vers là où il se trouvait Cancer. Cancer se retira loin de l’ombre, mais l’ombre s’étira encore plus pour le poursuivre et finalement elle avait capturé Cancer. Il essaya bien de trancher l’ombre, mais, comme si chaque attaque était absorbée, il était incapable de la couper en deux.

« Je l’avais préparé en pensant que quelqu’un viendrait, mais je suis content qu’elle n’ait pas été gaspillée. On dirait qu’il y a des gens assez capables qui sont venus, hein ? »

« Kuku, on dirait qu’on pourra un peu s’amuser, Maître ! J’ai été obligée de faire de la paperasse à laquelle je n’étais pas habituée cette fois-ci. J’aimerais que tu puisses me laisser faire un petit carnage, comme il me plaira ! »

« Ah, tu peux faire ce que tu veux, Liscia. Mylène ira là où tout le monde est. Puisque c’est dangereux. »

« Compris, Seigneur Hardt. »

Hardt et les autres surgirent soudainement de l’ombre qui s’étirait encore plus sur le sol. Liscia qui ne s’était pas montrée jusqu’à présent était aussi là. Dès qu’ils étaient apparus, la pression avait augmenté.

« Mars, regarde bien mon combat ! Première Épée : grande épée tempétueuse. »

« Oui, oui ! Compris, Maître ! »

Liscia, qui se réjouissait du plaisir de pouvoir se battre et Mars qui regardait cette personne de derrière avec un regard sérieux. Et puis :

« Kukukukuuu, ahahahahahaa ! Dire que je suis capable d’atteindre le but de ma vengeance si rapidement ! Préparez-vous, les gars. Je vous massacrerais à tel point que vous me supplierez de vous tuer ! »

Hardt me montra une folie inimaginable par rapport à ce qu’il était normalement. Je ne pouvais rien faire d’autre que regarder cette silhouette pendant que mon cœur battait la chamade.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !

  2. Merci pour le chapitre

  3. merci pour le chapitre

Laisser un commentaire