Le garçon qui voulait se venger du monde – Tome 1 – Chapitre 28

☆☆☆

Chapitre 28 : Vers le prochain objectif

« Fuwaaa ~... c’est déjà le matin, hein »

Je m’étais réveillé alors que la lumière du soleil brillait à travers la fenêtre. J’avais regardé autour de moi sans être encore complètement réveillé. Là, j’avais vu que ma main gauche qui était étalée sur le lit était tenue par quelque chose de doux. J’avais alors regardé vers la gauche et...

« Uhehee ~ ... Seigneur Hardt ~, » murmura une voix féminine.

C’était Mylène qui me serrait la main gauche avec son corps alors qu’elle dormait toute nue. Avant ça, elle se réveillait toujours avant moi, mais comme il s’agissait de sa récompense pour avoir tué ses anciens camarades hier et que je devais également soigner son cœur qui souffrait d’avoir été maltraité par cet homme, je l’avais fait un peu intensément cette fois-ci. Elle était probablement encore fatiguée par tout cela.

Bien que je répugne à me séparer de cette douce sensation, j’avais retiré ma main gauche de son profond décolleté. Peut-être parce que la sensation de ma main gauche avait disparu, Mylène se frotta les sourcils et elle fit un regard douloureux, mais elle s’était de nouveau mise à sourire d’une manière frivole quand je lui avais caressé la tête. Elle n’était pas... éveillée, n’est-ce pas, alors parlait-elle pendant son sommeil ?

Mais, plus je pensais à elle qui dormait avec joie à mes côtés, plus je sentais que j’étais sans doute moi-même brisé.

Avant son esclavage, je ne voyais en ces seins rien d’autre que des morceaux de chairs, et aussi je ne voyais rien d’autre en ce visage qu’une truie laide. Mais maintenant, je les trouvais vraiment très beaux et charmants.

Non, pour commencer, c’était probablement normal de ressentir cela. Même quand elle était vue par Liscia qui était aussi une fille, Mylène était décrite comme belle. Ma perspective avait probablement changé.

La raison était simple. J’étais devenu incapable de faire confiance à une personne qui ne m’était pas liée. Bien entendu, la cause principale était évidente, et c’était l’incident dans le village. J’avais été poignardé partout sur mon corps avec un couteau par les individus que je pensais être proches de moi. J’étais même poignardé par la personne que j’aimais. De plus, personne n’était venu aider, ma mère, avait été tuée sous mes yeux.

Par conséquent, je ne pouvais pas faire confiance en une personne ordinaire. Puisque je ne savais pas quand ils allaient me trahir, je ne pourrais plus jamais le faire. En comparaison de tout cela, Liscia et les autres qui avaient été ressuscités par mon pouvoir magique et Mylène qui était liée par l’esclavage étaient mes possessions et donc, ils ne me trahiraient jamais.

Déjà dans le passé, j’avais pour principe de bien prendre soin de mes affaires. Naturellement, je traitais Liscia et les autres qui étaient devenus mes esclaves avec beaucoup de soin, et donc, bien entendu, je ressentais même un attachement important envers Mylène. D’un autre côté, je ne pardonnerai absolument personne qui blesserait mes possessions.

... Et justement, je m’étais précipité hier en raison de ça. Comme l’individu qui était l’ancien camarade de Mylène avait insulté ma précieuse esclave, je m’étais inconsciemment énervé et je m’étais précipité sans pouvoir m’en empêcher. Puisque, en réalité, j’aurais dû seulement regarder sans sortir, Nero me reprocha d’avoir légèrement chamboulé le plan. Eh bien, je ne le regrettais pas !

Cependant, le fait de poser la main sur Mylène si rapidement était quelque chose dont je ne pensais pas moi-même que cela allait se produire. Mais, je pense maintenant que c’était inévitable. Une fille mignonne qui collait son corps sur moi d’elle-même était bien trop pour quelqu’un comme moi. Il n’y a aucun moyen qu’une personne vierge puisse y résister quand l’autre le voulait autant !

Pendant que je criais ces choses dans mon cœur, j’avais simplement mis mon pantalon et j’avais quitté la pièce en silence. L’endroit où je vivais actuellement était l’annexe à côté du manoir que le maire avait utilisé. Puisque j’avais besoin que le maire utilise le manoir, je l’utilisais.

Ce qui arriva devant moi fut un salon après avoir quitté ma chambre. Liscia était déjà là et elle attendait le petit déjeuner.

« Oh, bonjour Maître. C’était intense hier, hein. »

« ... Hm, ne le dis pas comme ça. C’est embarrassant. »

« Ça va, n’est-ce pas, puisque c’est la vérité. Mais, plutôt que de parler de ça, pourrais-tu t’asseoir rapidement, car Nero a dit qu’il ne servira pas le petit déjeuner jusqu’à ce que le Maître soit là ! »

« Bien sûr, Mademoiselle Liscia. Nous ne pouvons pas manger avant notre maître qui est le Créateur. »

Liscia se plaignait et Nero apporta la nourriture qui venait d’une autre partie de la maison. Bien que j’y sois déjà habitué, un squelette vêtu d’un tablier rose était une chose incroyablement étrange. C’était trop désapparié.

Parmi nous, Nero était compétent dans tous les travaux ménagers. Le nettoyage, la lessive, et la cuisine et bien entendu, il était même bon dans la couture.

Dès le premier jour de son service, les problèmes domestiques étaient confiés à l’équipe de squelettes que Nero dirigeait. Même si c’était des squelettes sans volonté, Nero les contrôlait, gardant de côté ceux qui pouvaient faire le ménage. Selon Nero, les compétences techniques avant la mort étaient ancrées dans eux même quand ils mouraient, ce qui leur permettant de le faire après leur mort.

Un par un, des squelettes autres que Nero étaient rentrés dans la pièce, transportant également les plats. Je m’étais alors assis à l’endroit où je m’asseyais habituellement, Mylène qui s’était réveillée depuis était assise à côté de moi. Parce que Nero ne pouvait pas manger, il s’agissait que d’un repas entre nous trois.

« Au fait, qu’est-il arrivé aux soldats qui ont été capturés ? »

« Comme la plupart d’entre eux étaient déjà morts, ils ont été transformés en simples sous-fifres zombies ou squelettiques. Les commandants qui les dirigeaient ont été manipulés mentalement et ils sont retournés aux côtés du seigneur féodal. »

« D’accord, nous serons en attente jusqu’à ce que les résultats soient connus. Après avoir obtenu le contrôle sur le seigneur féodal de ce territoire, convoquez les seigneurs féodaux environnants. Je vais laisser les arrangements à Nero. Ce sera le pays dont il s’occupera après. »

« Je comprends, Créateur. Je vais exécuter vos ordres. »

 

☆☆☆

 

**(Point de vue du Seigneur féodal)**

Une semaine plus tard

« Sire Atra, Sire Atra ! »

En dehors du bureau, il était possible d’entendre le bruit bruyant d’une course. Et alors, le bruit d’une porte vigoureusement ouverte s’était fait entendre. J’avais froncé les sourcils en regardant dans la direction de la porte. Celui qui avait ouvert vigoureusement la porte et qui entrait maintenant, ce fut le capitaine Lischne... comme c’est rare pour qu’il entre d’une manière si pressée.

« Est-ce que quelque chose est arrivé ? »

« L’escouade qui est allée asservir les monstres de type mort-vivant qui sévissaient dans la ville portuaire de Flink est de retour. »

C’est pourquoi il était entré dans la salle en étant aussi pressé, hein. Cependant, l’expression du capitaine Lischne n’était pas belle. Se pourrait-il que...

« Cependant, ceux qui reviennent n’atteignent même pas les 200 individus... »

« Que veux-tu dire !? Le nombre de personnes qui sont allées dans cette ville était d’environ deux mille... »

« Apparemment, la plupart d’entre eux ont été tués ! »

Je m’étais assis dans mon siège en ayant toute ma force qui me quittait après ce que le capitaine Lischne l’avait dit. Le nombre de deux mille personnes comprenait également les aventuriers, et cela équivalait à la quasi-totalité des soldats dans ce territoire. Si autant de personnes avaient été tuées...

« ... De toute façon, rencontrons ceux qui sont revenus. Où sont-ils ? »

« Par ici. »

J’avais suivi le capitaine Lischne et j’avais quitté la pièce. L’endroit où j’étais arrivé après avoir été dirigé par le capitaine Lischne était la cour du manoir. Là-bas se trouvaient assis des soldats couverts de blessures.

Personne n’avait de vie dans ses yeux, ils donnèrent l’impression de n’avoir même pas l’énergie de bouger. Parmi eux se trouvait un soldat qui nous avait remarqués et qui s’était levé et était venu vers moi. Si je ne me trompais pas, il s’agissait... du soldat a qui j’avais confié le commandement pour la bataille pour cette fois-ci. Quand il était venu devant moi, il s’était agenouillé et avait baissé la tête.

« Mes excuses. Nous avons été incapables de reprendre la ville ! »

Le soldat baissait la tête dans la mesure où il touchait le sol. J’avais encore plus perdu toutes mes forces, mais je n’avais pas le loisir de m’effondrer ici. Je devais d’une façon ou d’une autre penser aux choses à faire à partir de maintenant. Cependant, je n’avais même pas eu le temps d’y réfléchir.

Les soldats qui étaient à ce jour assis sans force avaient commencé à attaquer les soldats et la servante qui étaient dans les alentours. Nous étions dans une infériorité numérique vraiment importante. Le capitaine Lischne, qui se tenait devant moi pour essayer de me protéger, avait également été maîtrisé par près de 10 soldats.

« Qu-Qu’est-ce que vous faites ? Vous êtes des bâtards ! »

« Exécuter... les... ordres. »

Le commandant se rapprocha de moi avec des yeux vides... il était manipulé par quelqu’un... kuu, les soldats attrapèrent mes bras par-derrière. J’étais incapable de bouger et j’avais été forcé de m’asseoir là-bas. Puis, le commandant avait sorti quelque chose. Ce qui se trouvait maintenant dans sa main était un collier d’esclave que les esclaves avaient autour de cou.

Ce collier m’avait été placé autour du cou avant que j’aie même eu le temps de lutter. Et puis j’avais reçu un ordre. Cet ordre consistait au fait de rassembler les seigneurs féodaux qui gouvernaient la région.

Alors que le capitaine Lischne était assassiné sous mes yeux, je me déplaçais afin d’effectuer l’ordre qui m’avait été donné.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !

  2. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire