Le garçon qui voulait se venger du monde – Tome 1 – Chapitre 17

☆☆☆

Chapitre 17 : En commençant par le premier

« L’unité 1 évacuera les résidents ! L’unité 2 retiendra les monstres ! L’unité 3 se dirigera vers le maire de la ville ! »

« Merde ! Pourquoi les monstres apparaissaient-ils dans toute la ville ? »

« Quelqu’un ! Est-ce que quelqu’un a vu ma fille ? Avez-vous vu ma fille ? »

« Va-t’en ! Tu es sur mon chemin ! »

Des cris, des pleurs, des implorations, toutes sortes de cris pouvaient être entendus. Ceux qui s’échappaient, ceux qui cherchaient ceux qui s’étaient perdus, ceux qui repoussaient les autres qui tentaient de s’échapper, afin qu’ils puissent eux-mêmes s’échapper en premier. Il y avait toutes sortes de gens.

« Comme je le pensais des humains, ils ne pensent qu’à eux-mêmes quand cela devient dangereux, hein. »

« Nn? As-tu dit quelque chose, Maître ? »

« Non, ce n’est rien. Plus important encore, allons-y. Notre destination se trouve là où le maire réside. »

Liscia et moi nous nous déplacions contre la vague de gens qui venaient vers nous et nous nous dirigions vers le plus grand manoir de cette ville. Parce que mes subalternes s’assuraient que le maire n’échapperait pas au combat en encerclant la zone, le maire ne devrait pas s’être déjà échappé.

Eh bien, ce n’était pas comme si j’attaquais sans discernement. Cette fois aussi, je leur avais ordonné de ne pas tuer. Cependant, il pouvait y avoir des personnes qui mourraient après avoir reçu par accident un coup au mauvais endroit.

Pourtant, ce n’était pas un acte de bienveillance. Je savais que j’étais déjà brisé. Si c’était pour le bien de mon objectif, mon cœur ne souffrait plus, quels que soient les sacrifices que cela exigerait.

« Oh, ils le font. »

Devant l’endroit que pointait Liscia, les soldats de cette ville et les morts-vivants, qui étaient mes sous-fifres, se battaient. Mais, ils ne faisaient pas le poids.

La raison était que j’activais constamment la sorcellerie des ténèbres. Comme ils étaient pourvus de mon pouvoir magique, les morts-vivants blessés étaient capables de récupérer, et leur capacité augmentait. De plus, les soldats tués de leurs côtés étaient contaminés par mon pouvoir magique et rejoignaient mes subalternes.

Ce qui voulait dire qu’ils continueraient à augmenter en nombre tant que ma puissance magique ne s’épuiserait pas. De plus, le collier d’absorption d’âme que je portais absorberait les esprits des morts, qui étaient mes sous-fifres, même s’ils avaient été tués par d’autres, donc ça ne diminuait pas.

« Merde ! Ces gars-là, ils continuent à bouger, peu importe combien de fois nous les coupons ! »

« La tête ! Visez la tête ! Ses mouvements s’arrêteront si vous lui coupez la tête ! »

Eh bien, ce n’était pas une troupe complètement immortelle. Ils étaient juste plus difficiles à vaincre qu’un monstre de type mort-vivant ordinaire. Néanmoins, ils étaient assez menaçants. Parce que si leur faiblesse n’était pas ciblée, ils se lèveraient, peu importe combien de fois ils seraient tués.

« Vous, les gars, partez ! Je vais lancer un sort magique ! »

Quand je regardais ce paysage, un homme en robe était arrivé derrière les soldats. Il tenait un bâton dans sa main, une apparence stéréotypée pour un magicien.

L’homme tenait son bâton et le pouvoir magique commença à se rassembler autour du bâton. Et puis, la magie qui, sur le bout du bâton, brillait d’une couleur rouge avait été tirée. La magie tirée était de la magie de feu, elle vola directement vers les zombies et explosa.

Les corps des zombies avaient brûlé et leurs mouvements devinrent progressivement lents. Les soldats leur coupèrent la tête pendant ce temps. Fumu, je devais imaginer une contre-mesure contre la faiblesse du feu. Eh bien, devais-je maintenant compter sur la personne à côté de moi, qui était si impatiente de partir.

« Liscia, tu es autorisée à y aller. »

« Entendu. »

Une voix ravie pouvait être entendue à l’intérieur du heaume. Je ne savais pas si elle était comme ça à l’origine, ou c’était parce qu’elle avait ressuscité, mais Liscia aimait se battre. Elle faisait de l’exercice quand elle avait du temps libre, demandant à Darx ou à moi si elle pouvait s’entraîner avec des morts-vivants comme adversaire.

C’était juste que, comme il s’agissait d’une personne de son calibre, il n’y avait pas d’adversaire facilement disponible, et cela se terminait aussi par un état de « libération incomplète de ses envies ».

Liscia avait dégainé l’épée qui pendait à sa taille tout en se dirigeant joyeusement vers le magicien. C’était une vitesse considérable, mais elle ne les avait toujours pas mis hors service. Je voulais dire par là que le magicien avait eu l’opportunité de la remarquer et de libérer sa magie contre Liscia.

Liscia avait couvert son épée de magie et elle coupa la magie qui venait vers elle sans aucun problème. Puis, à l’instant où elle s’était rapprochée des soldats, elle avait augmenté sa vitesse d’un coup.

Les soldats ne l’avaient pas réalisé, mais Liscia avait déjà passé au travers des soldats et s’était dirigée vers les autres soldats. Et puis, le sang avait jailli du cou des soldats dans un faible intervalle de temps. Le magicien avait également été tranché de la même manière.

Elle les avait coupés alors qu’elle les dépassait. Je ne l’aurais probablement pas su si je ne m’étais pas habitué à la vitesse ordinaire de Liscia.

Je versais mon pouvoir magique dans ces gars-là. Les changeant ainsi en zombies. Les soldats étaient désorientés par Liscia qui venait d’arriver. Cependant, cette ouverture devint fatale.

Quand je le remarquais, un tiers des soldats avaient été neutralisés par Liscia. Le son de la bataille avait déjà disparu. Au moment où Liscia les avait rejoints, notre victoire avait été décidée. Ça s’était terminé sans que j’aie besoin de sortir de ma réserve.

J’emmenais Liscia qui laissa échapper une expression un peu ennuyée et j’entrais dans le manoir. Au moment où j’avais ouvert la porte :

« Meurs ! »

Alors, un soldat balança son épée vers moi. Cependant, Liscia l’avait naturellement réalisé, renvoya l’épée avec son gant et planta son épée dans le cou du soldat.

Les gens dans la pièce qui avaient vu cette vue poussèrent un grand cri. Nous étions ensuite entrés sans y penser.

Il y avait 5 soldats dans le manoir. De plus, 1 mec dodu, 2 femmes également dodues, et 3 servantes étaient présents dans ce manoir. Le gars dodu était probablement le maire. Les femmes devraient être la femme et l’enfant.

« Q-Qui diable êtes-vous, les gars ! Pensez-vous que vous allez vous en sortir en faisant ça ! »

Le gars grassouillet nous hurlait dessus. De plus, c’était une phrase que j’avais déjà entendue quelque part. Eh bien, pour l’instant j’allais ignorer de telles choses.

J’avais ensuite activé la sorcellerie des ténèbres sans leur laisser le temps de réagir. Cette fois, ce n’était pas un mort-vivant, c’était une sorte de lavage de cerveau. Il était difficile de travailler avec ceux qui avaient une grande résistance à la magie, mais ce n’était probablement pas un problème avec des gens de ce calibre.

Peut-être que ma sorcellerie avait été efficace, la lumière dans les yeux du maire et des autres commença à disparaître. Avec cela, les marionnettes qui écoutaient nos ordres étaient finies.

Parce que je voulais utiliser cette ville pour faire divers préparatifs. Je devais encore garder ces gars en vie et je devais encore augmenter le nombre de morts-vivants pendant un moment.

« Fufuu, avec ça, je peux manger tous les plats de poisson que je veux, Maître ! »

Une personne pensait à un sujet différent, mais je supposais que c’est bon, comme Liscia avait également combattu.

Maintenant, en pensant aux choses qui arriveraient ensuite, le Seigneur féodal devrait être informé de cela et il enverrait des soldats ou des aventuriers. Je les transformerais progressivement en monstres.

Puisque l’autre camp enverra du matériel, ce ne sera rien d’autre qu’une aide pour nous. Il était donc possible de tout terminer sans avoir à se déplacer délibérément dans les villages. Au-delà de ça, s’il y avait quelque chose de limité pour nous, c’était ni plus ni moins que du pouvoir magique. Ma cible était de deux mille soldats. Si j’en avais autant, nous pourrions faire tomber même le territoire du Seigneur féodal.

Je suppose que c’était l’idéal si, quand le pays considérera le danger, ils seraient déjà encerclés par les morts-vivants, avec nul endroit où s’échapper.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

6 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !

  2. Merci pour le chapitre

  3. merci pour le chapitre

Laisser un commentaire