Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 7 – Épilogue

Bannière de Le Dilemme d'un Archidémon ***

Épilogue

« Cet Oeil du Roi d’Argent est quelque chose que j’ai créé, vois-tu, » dit Andrealphus en ramassant l’œil artificiel que Foll avait craché. « Eh bien, je suis sûr que tu avais déjà un indice, mais c’est une réplique de quelque chose que je cherchais, et un échec en tant qu’objet magique. »

Zagan avait tendu sa main devant son visage.

Oeil d’argent… hein ?

Le Roi aux Yeux d’Argent, et l’Oeil du Roi d’Argent qui rivalisaient avec la puissance des Emblèmes de l’Archidémon. Le point commun entre les deux était la couleur des yeux.

Est-ce aussi lié à Marc ?

Et comment la poursuite de Marc s’était-elle connectée à Azazel ? Zagan endura cette brume de pensées avec un soupir tandis qu’Andrealphus regardait Stella.

« Eh bien, depuis que mes recherches ont échoué, cette chose a été considérablement maudite, mais il y a quelques années, l’un de mes subordonnés l’a volée et s’est enfui. Et je n’ai aucune idée de comment c’est arrivé, mais il est tombé entre les mains d’un bandit nommé Decarabia, » déclara Andrealphus.

« Et il a été tué par moi, » déclara Zagan.

C’était précisément parce qu’il n’était rien de plus qu’un sorcier novice qu’il était facile de comprendre pourquoi il ne ressemblait qu’à un bandit. Andrealphus hocha la tête à Zagan.

« Mais, cela ne faisait que rendre la malédiction de cette chose plus gênante. Peut-être parce qu’il a été englouti par la malédiction, ou peut-être parce que son esprit brisé a dépassé la malédiction elle-même, l’œil artificiel a fini par absorber la personnalité de Decarabia, » déclara Andrealphus.

Zagan baissa les yeux vers le visage de Stella. Elle avait le yukata de Zagan sur les épaules. Son visage était couvert par sa frange, mais il pouvait encore voir que son œil droit manquait complètement. Andrealphus la regarda avec pitié et poursuivit son explication.

« L’œil artificiel s’est emparé de cette fille et a commencé à transformer son corps en celui de Decarabia… Eh bien, c’est quelque chose qui a commencé avec mon échec. Je pensais que je devais faire quelque chose pour le réparer, mais tout ce que je pouvais faire était de ralentir l’empiétement de la malédiction, » déclara Andrealphus.

C’était sûrement à ça que servaient le cache-œil et les bandages. Il n’y avait probablement personne d’autre que les Archidémons qui pouvaient sceller une malédiction massive qui s’approchait des Sceaux de l’Archidémon en termes de pouvoir.

« Eh bien, ce sont les circonstances ici. La malédiction s’est soudainement aggravée quand je suis sorti du château, mon corps a été tué deux fois, et je me suis retrouvé ici en poursuivant Decarabia. Par coïncidence, j’ai entendu dire que tu avais toi-même brisé une méchante malédiction. Alors j’ai pensé que si la chance était de mon côté, tu pourrais faire quelque chose, » déclara Andrealphus.

Comme c’est impudent.

Andrealphus aurait saisi le fait que Zagan était maudit au moment où il était allé chercher de l’aide à Orias. Une rencontre entre deux Archidémons était une menace qui pouvait ébranler les fondations du monde. Il surveillait probablement les mouvements de Zagan depuis lors.

Quoi qu’il en soit, ils étaient peut-être arrivés trop tard pour défaire la malédiction. Stella regardait encore dans le vide, et elle ne réagissait pas d’une manière significative quand ils l’appelaient. Andrealphus la regarda d’un air déchiré et pencha la tête sur le côté.

« Voilà donc ma situation. Bref, pourquoi ne m’as-tu pas tué ? » demanda Andrealphus.

Il y avait une marque de poing noire sur le visage d’Andrealphus, mais Zagan n’était pas allé jusqu’à le tuer. Dans cette situation, il lui était tout à fait possible d’envoyer la tête d’Andrealphus voler.

« Comment cela s’est-il encore passé… ? Oh ouais. Respecte tes aînés, n’est-ce pas ? Tu t’es beaucoup retenu contre moi, alors tout ce que j’ai fait, c’est de respecter ça, » déclara Zagan.

Andrealphus avait eu tout le temps de bouger dans ce monde arrêté. Il n’était pas nécessaire de s’arrêter à une seule frappe comme il l’a fait. Il lui était tout à fait possible d’abattre Zagan la première fois qu’il avait activé sa sorcellerie.

« Mec, tu n’es vraiment pas mignon du tout, sale gosse. » Andrealphus s’arrêta, puis prit une expression sérieuse et dite. « Mais, tu comprends maintenant, n’est-ce pas ? Ta capacité à dévorer la sorcellerie est trop pratique. Tu seras vaincu par des moyens que tu ne devrais pas absorber, tu sais ? »

Quel connard qui s’en mêle !

Dévorer la sorcellerie était un pouvoir qui pouvait être pratiquement considéré comme invincible contre la sorcellerie, mais cela signifiait aussi qu’il dévorait la sorcellerie avant d’apprendre ce que c’était. La capacité de Zagan à voir à travers la structure d’une autre sorcellerie en un instant et à l’imiter aurait dû permettre à Zagan de voler la sorcellerie elle-même. Tout comme il avait volé la sorcellerie d’Andrealphus qu’était l’Arrêt du Temps.

Andrealphus avait fait des pieds et des mains pour s’arrêter à un seul coup à chaque fois, juste pour lui apprendre cela. Et comment Andrealphus avait-il interprété l’expression de Zagan tout à l’heure ?

« En vérité, ce genre de choses est censé t’être enseigné par ton professeur. Mais tu es devenu un sorcier par tes efforts. C’est terrifiant en soi, mais il y a une limite à ce que tu peux gagner par toi-même. C’est pourquoi je te conseille d’appeler un professeur tant que tu le peux, » déclara Andrealphus.

« Et tu veux dire que je devrais devenir ton disciple maudit ? » demanda Zagan.

Zagan se retourna vers Andrealphus, qui leva simplement les mains en l’air pour se rendre.

« Je vais devoir refuser quant au fait de prendre un disciple gênant comme toi… Même si, en soi, c’est peut-être une ingérence inutile de ma part après tout ça, » déclara Andrealphus.

Andrealphus jeta son regard sur Gremory et Barbatos.

Eh bien, créer une nouvelle sorcellerie avec d’autres n’était pas si mal non plus…

Ils n’étaient peut-être pas des enseignants, mais il avait des gens avec lui qui apprenaient la sorcellerie à ses côtés. Andrealphus fit un sourire légèrement tendu, puis regarda Stella.

« J’ai déjà une disciple exigeante à ma charge. Je n’ai pas le loisir d’en faire plus. » Et de toutes les choses à faire, Andrealphus inclina la tête. « C’est comme ça que ça se passe. Désolé, mais pourrais-tu me rendre ma disciple ? Je promets de ne pas la maltraiter. »

« … Ne te fous-tu pas de moi, hein ? » demanda Zagan.

S’il le faisait, il n’y avait aucun moyen qu’un Archidémon baisse la tête.

Zagan avait été laissé pour compte.

Des trois morveux qui traînaient l’un autour de l’autre, l’un est devenu un Archidémon, l’autre détient une sorte de secret, et l’un est devenu le disciple d’un Archidémon…

Que se passait-il exactement entre eux trois ? Stella était un indice pour tout ça.

Par-dessus tout, elle est comme une sœur aînée pour moi.

Si Marc était son frère aîné, Stella était sa sœur aînée. Il ne pouvait pas l’abandonner.

Zagan s’agenouilla devant Stella.

« Stella, tu sais qui je suis ? » demanda Zagan.

« Za… gan… »

Ses yeux étaient encore creux, mais elle avait certainement quand même dit son nom.

« Alors tu es au courant pour Marc ? Ce type qui traînait avec nous quand on était gosses, » déclara Zagan.

« Ma… rc…, » Stella s’était coincé la tête en raison de la douleur.

Même le mysticisme de Néphy ne peut pas réparer le cœur…

Zagan n’avait aucun moyen de sauver Stella comme elle était maintenant. Le regard fixé sur la pitoyable jeune fille, il s’adressa de nouveau à Andrealphus.

« Andrealphus. Es-tu capable de la sauver ? » demanda Zagan.

« Je ne sais même pas si tu me croiras, mais je l’ai prise comme disciple pour cette raison précise, » répondit Andrealphus.

« … Compris. Allez Stella. Essaie de te tenir debout, » déclara Zagan.

Zagan l’avait levée, puis il l’avait amenée devant Andrealphus.

« Prends soin d’elle, » déclara Zagan.

« Je te promets que je le ferai, » répondit Andrealphus.

Il n’était pas clair si Stella pouvait même dire où elle était en ce moment. Au moment où il lui lâcha la main, pour une raison ou une autre, elle s’arrêta complètement.

« … ? Qu’est-ce qu’il y a ? » demanda Zagan.

Zagan pencha la tête sur le côté, tandis que Stella saisissait à nouveau sa main. Et puis, elle parlait lentement comme si elle cherchait les bons mots un par un.

« Alors… désolée… Zagan… Je t’ai… dit… quelque chose… de… cruel…, » déclara Stella.

Et cela avait finalement marqué une scène dans la mémoire de Zagan. C’était il y a quelque temps, quand la fille que Zagan avait sauvée l’avait dénigré. Si le bandit que Zagan avait tué à l’époque était Decarabia, alors qui était la fille qui était là ?

Zagan avait poussé un soupir.

« … Hein ? Alors c’était toi ? Tu étais si jolie que je ne m’en rendais pas compte, » déclara Zagan.

La Stella dans la mémoire de Zagan était toujours couverte de terre. En revanche, la fille qui avait été agressée à l’époque était bien habillée et ne ressemblait à rien d’autre qu’à une noble princesse. Elles étaient si différentes qu’il n’a jamais pensé qu’elles étaient la même personne.

Non… peut-être que je l’ai déjà réalisé.

Il se peut qu’il n’ait jamais voulu penser à la fille qu’il considérait comme une sœur aînée qui le rejetait comme ça. Après tout, depuis cet incident, Zagan avait cessé de penser à Marc et Stella à un degré non naturel.

Stella continua à le supplier, les larmes aux yeux.

« Je voulais… te remercier… de… m’avais… aidée… mais… mais…, » déclara Stella.

Zagan n’avait aucune idée de la perception que Stella avait de lui à l’époque. Mais si par hasard, elle avait réalisé qui il était, et qu’il venait de voler la vie de sa famille comme s’il n’était qu’un insecte…

C’est peut-être elle qui a été plus blessée que moi…

Zagan enlaça doucement la fille en pleurs comme si c’était plus fort que lui.

« J’ai compris, ne pleure pas. Je suis content de savoir que tu es encore en vie. » Avec ça, il lui avait frotté le front. « … Va-t’en, maintenant. Aussi… si possible… ne t’implique pas dans la sorcellerie. Sois heureuse. C’est mon souhait. »

Il n’était pas sûr que ses mots lui aient été transmis, mais il avait l’impression que Stella hochait la tête, même si ce n’était que légèrement. Et après s’être séparés de lui, Andrealphus et elle avaient complètement disparu.

J’aurais aussi dû m’excuser…

Mais même ainsi, il ne s’excuserait pas d’avoir tué le sorcier connu sous le nom de Decarabia. S’il devait s’excuser pour une telle chose, Zagan devrait passer le reste de sa vie à s’excuser continuellement. C’était l’une des raisons, mais il avait aussi l’impression qu’il serait beaucoup trop cruel de lui voler l’une des raisons pour lesquelles Stella lui en voulait.

Après avoir confirmé que la présence d’Andrealphus avait complètement disparu, Zagan poussa un soupir forcé.

« Mon Dieu, qu’est-ce que c’est que ça ? Ce furent de belles vacances, » déclara Zagan.

« Euh… Maître Zagan… Puis-je te demander quelque chose ? Qui… euh… était-ce à l’instant… ? ? » demanda Néphy.

Néphy l’interrogea timidement avec de l’anxiété dans sa voix, à laquelle Zagan répondit avec un sourire légèrement usé.

« De la famille d’avant que je sois un sorcier. Mais c’est tout, » déclara Zagan.

Il l’avait complètement oublié jusqu’à présent, n’avait même jamais essayé de s’en souvenir. Après tout ce temps, il était sûrement bien trop à l’aise pour lui d’avoir ce poids à l’esprit. C’est pourquoi Zagan avait tendu la main à Néphy.

« On y retourne ? »

En ce moment, il avait déjà une famille. Il n’y avait aucune valeur à déterrer les douleurs de son passé.

« Je veux aussi retourner au château, » ajouta Foll.

« Ta faim va bien maintenant ? » demanda Zagan.

« J’en ai assez de ce régime bizarre. Je veux la nourriture de Raphaël, » répondit Foll.

On dirait qu’elle a eu assez de mana avec ces en-cas, donc ça devrait aller.

Zagan caressa la tête de Foll.

« Alors, rentrons à la maison. Retour à notre château, » déclara Zagan.

Peu importe combien il avait déterré le passé, c’était sa maison.

 

◇◇◇

Une jeune fille se tenait immobile dans une plaine venteuse et couverte d’herbe. Dans sa main se trouvait une seule fleur blanche qu’elle avait cueillie à un certain endroit. Et placées à l’horizon, un grand nombre d’épées sortaient du sol. C’était des pierres tombales.

On pouvait dire qu’il s’agissait des tombes des chevaliers angéliques qui s’étaient battus ici. Ils n’étaient pas là depuis très longtemps, mais pas un seul d’entre eux n’était intact.

Cela avait donné un aperçu de l’intensité des combats ici. La jeune fille avait traversé les pierres tombales avant de s’arrêter à un certain endroit. Ce qui se trouvait là n’était pas une épée, mais une pierre tombale faite d’une croix en bois. C’était simple, néanmoins, on pouvait voir que celui qui avait été enterré ici avait été traité avec plus de courtoisie que les autres.

Cependant, il n’y avait pas un seul brin d’herbe autour. La jeune fille regarda avec léthargie la pierre tombale et, peu de temps après, elle ouvrit la bouche d’un murmure.

« Ça fait longtemps, mon cher frère. »

Combien de temps cela faisait-il qu’ils ne s’étaient pas rencontrés comme ça ? L’un d’eux dormait à jamais, et ces frères et sœurs n’auraient plus jamais l’occasion d’échanger des mots.

« Tu as beaucoup changé, n’est-ce pas, mon frère ? ? Ou peut-être que tu n’as pas changé du tout. »

Derrière ses paroles se cachait un ton impuissant. Et comme pour le punir, elle avait appuyé sur la stèle funéraire.

« … J’ai rencontré ces enfants. Ils sont comme nous, vraiment, ils sont comme nous. »

Elle ferma les yeux et s’en souvint comme si c’était hier. Cette personne était là, et il y en avait une autre, son frère et une fille. C’était des jours heureux. Mais aussi, un souvenir brisé. Le Sage Dragon tomba, et l’Aîné passa. C’était des souvenirs qui n’étaient restés qu’à l’intérieur de cette fille. Et pourtant, c’était des souvenirs qu’elle ne pouvait pas laisser tomber dans l’oubli.

« Ces enfants ont aussi commencé à courir après Azazel. »

La jeune fille avait mis ses mains sur sa poitrine comme pour prier. Comme pour souhaiter qu’ils n’arrivent pas à la réponse.

S’ils le font, ils subiront le même sort que moi.

Après avoir prié, la jeune fille poussa un petit soupir et rit.

« Maintenant que j’y pense, à qui le Clan de la Nuit adresse-t-il ses prières ? Hélas ! Comme c’est comique. »

Elle donna alors un baiser rouge à la fleur qu’elle tenait à la main, et la déposa sur la tombe.

« Même si j’en ai tant envie, je ne peux pas aller de l’autre côté. Tout ce que je peux faire, c’est disparaître de ce monde. Mais… »

J’ai survécu.

C’était un mot comique pour les morts-vivants. Néanmoins, ses yeux dorés étaient certainement remplis de détermination.

« Oui, je comprends. Je ne sais pas combien de temps il me reste, mais je vais te montrer que je peux les protéger. »

La fille avait tenu les côtés de sa poitrine. Juste cette partie de sa robe noire était mouillée. Même si le sang n’aurait pas dû couler à travers son corps, c’était comme si sa vie débordait. Cependant, cette douleur était la preuve qu’elle était ici dans ce monde.

« Je suis ici. Je suis là, Azazel ! »

Alors s’il vous plaît, ignorez ces enfants.

Sa prière lamentable n’atteignit personne, et disparut dans le vent.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire