Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 6 – Chapitre 3 – Partie 4

Bannière de Le Dilemme d'un Archidémon ***

Chapitre 3 : Ceux qui vivent au fond de la mer ne sont vraiment pas honnêtes avec eux-mêmes

Partie 4

« Pourquoi doivent-ils toujours exagérer ? » dit Zagan en laissant échapper un soupir.

« Je ne crois pas que ce soit le cas, » Néphy avait réfuté avant de continuer, « Même si vous prétendez que ce n’était pas grand-chose, vous avez sauvé toutes ces filles. C’est pourquoi je crois que tu devrais honnêtement accepter leur gratitude. »

« Hm… »

Pour une raison quelconque, Néphy semblait beaucoup plus stricte quand Zagan était sous cette forme. Ou attends, était-ce un mot plus approprié ? Quoi qu’il en soit, ses réactions avaient été très différentes des réactions habituelles, ce qui avait troublé Zagan.

De la gratitude, hein ? Il ne se souciait pas vraiment de recevoir de la gratitude, mais il savait qu’il était très mauvais pour l’exprimer. Honnêtement, il ne l’avait presque jamais fait.

C’est mauvais… pensa Zagan en s’éclaircissant la gorge avec une toux.

« Alors, Néphy…, » Zagan étendit la main, mais il ne put atteindre la tête de Néphy sous sa forme actuelle. Cependant, il avait réussi à toucher la frange de Néphy quand il se tenait sur ses orteils. Et alors qu’il le faisait, Néphy sentit ce qu’il essayait de faire et baissa légèrement la tête.

« Est-ce que c’est bien ? » demanda Néphy.

« Oui, oui, » dit Zagan en commençant à caresser maladroitement la tête de Néphy.

« Néphy, merci de t’être fâchée pour moi tout à l’heure. Mais il n’y a pas besoin de te forcer. Je préfère comme d’habitude » déclara Zagan.

Zagan avait-il été capable d’exprimer correctement ses sentiments ? Ce n’était pas difficile à dire, puisque le bout des oreilles de Néphy était devenu rouge vif.

« Ce n’est pas juste, Maître Zagan. Dire de telles choses à un moment comme celui-ci est…, » répondit Néphy, puis avait posé sa propre main sur celle de Zagan. Elle n’avait rien dit de plus, mais elle n’avait pas non plus lâché sa main. Ils étaient simplement restés ainsi pendant un certain temps avant que Foll ne les interrompe.

« Zagan, Nephteros revient, » déclara Foll.

« Quoi !? » s’exclamèrent Zagan et Néphy alors qu’ils se séparaient l’un de l’autre dans une grande agitation. Peut-être en raison de la chance, la visibilité était mauvaise, alors Nephteros ne semblait pas vraiment soupçonner quoi que ce soit lorsqu’elle s’était approchée du groupe de Zagan. Un jeune chevalier angélique la suivait, mais son visage ne lui était pas familier.

« Attendez, Lady Nephteros. C’est dangereux pour vous de marcher seule, » déclara le chevalier.

« Ne devrais-tu pas escorter Chastille ? Inutile de me suivre, » répondit Nephteros.

« Vous êtes aussi quelqu’un que j’ai juré de protéger. Je resterai à vos côtés, » déclara le chevalier.

Il semblait qu’il était là pour surveiller Nephteros, ou la protéger, ou autre.

Sa force… est quelque part près du sommet, hein ? Il était au moins à égalité avec les trois idiots. Cependant, il était loin d’être proche de Chastille ou de Kuroka.

« Qu’est-ce qu’il y a ? Ne devrais-tu pas être avec Chastille ? » demanda Zagan.

« Kuroka et les autres sont là, donc ça devrait aller. Plus important encore…, » Nephteros s’éloigna et détourna son regard. Le bout de ses oreilles pointues tremblait alors qu’elle rassemblait sa détermination et disait. « Tu es troublée par cette tournure des événements, n’est-ce pas ? Je vais te donner un coup de main. »

Même sa peau foncée était devenue rouge vif quand elle avait dit ça.

Je vois… Elle a probablement répété ces répliques tout ce temps, hein ? Zagan avait été charmé par cela et avait plissé ses yeux. Si sa belle-sœur faisait tant d’efforts, ça ne servait à rien de la refuser. Il avait donc décidé d’accepter son offre.

« Bien sûr. Merci. Je ne sais même pas de quoi j’ai besoin en ce moment, mais je vais compter sur toi, » répondit Zagan.

« C’est un peu dur à gérer. Tu ne devrais pas me mettre la pression comme ça ! » Nephteros avait détourné son visage dans un souffle, bien que Zagan n’ait pas négligé le léger sourire qui se levait sur son visage.

« Tu es si mignonne, Nephteros ! » s’exclama Foll.

« Hein… ? Attends, tu es… Foll, c’est ça ? Est-ce que cela a quelque chose à voir avec le fait que tu grandisses ? » demanda Nephteros.

« Ouais. Mais avant cela… bienvenue, Nephteros, » dit Foll en la serrant dans ses bras.

Foll était vraiment inquiète pour Nephteros…

« … Je suis de retour, » répondit Nephteros d’un ton sérieux. Et après cela, son regard s’était naturellement tourné vers Néphy.

« … »

Un lourd silence s’était abattu sur elles.

C’est mauvais… En vérité, il s’agissait de leur première vraie rencontre depuis l’incident au sommet du navire de Bifrons. Elles s’étaient rencontrées dans le village elfique caché, mais Nephteros n’était pas vraiment dans un état d’esprit calme à l’époque, alors elles n’avaient échangé que quelques mots courts et polis. Et la nuit venue, Néphy était devenue une enfant.

De plus, bien que Zagan ait mentionné qui l’hébergeait, il n’avait jamais informé Néphy qu’il l’avait acceptée comme belle-sœur, ce qui était directement lié à sa croissance. C’est pourquoi il avait continué à surveiller nerveusement les deux elfes. Et alors qu’il s’inquiétait de ce qu’il fallait faire, l’une d’elles avait pris la parole.

« Ça fait longtemps, Mlle Nephteros. J’ai entendu dire que vous êtes actuellement chez Chastille. Trouvez-vous que c’est un inconvénient ? » demanda Néphy.

« … Pas vraiment. Cette fille est d’une attention irritante, et les gens de l’Église sont aussi très gentils, » répondit Nephteros.

« C’est un soulagement. S’il vous plaît, faites-moi savoir si quoi que ce soit vous dérange. Je ferai tout ce que je peux pour aider, » déclara Néphy.

Néphy essaie de sonder leur distance… Zagan avait été complètement étonné par ce fait. Si elle se comportait de façon trop familière, Nephteros la rejetterait. Mais cela dit, si elle se montrait trop réservée et la traitait froidement, la distance entre les deux elfes ne ferait qu’augmenter. Malgré la ligne fine, Néphy arrivait à marcher sur cette corde raide.

« Ne m’en voulez-vous pas du tout ? » demanda Nephteros en penchant la tête.

« Hein ? Pourquoi le ferais-je ? » demanda Néphy alors qu’elle se tenait là avec un regard confus sur son visage.

« Pourquoi ? Je veux dire, je mérite votre mépris, n’est-ce pas ? Je vous ai attaquée, et j’ai prétendu être vous… Il y a… beaucoup de choses que j’ai faites…, » déclara Nephteros.

Je vois. Nephteros doit se sentir extrêmement coupable… Je ne m’y attendais pas. Il était logique qu’elle regrette ses actions, mais Zagan venait de supposer qu’elle essaierait de justifier ses actions au lieu d’accepter tout le blâme.

Il semble que Chastille ait vraiment sauvé cette fille…, Zagan admirait honnêtement son changement de caractère.

« Je ne peux pas rester en colère pour toujours, » répondit Néphy avec un sourire un peu amer sur son visage. Et ces mots semblaient frapper Nephteros, alors que son expression se transformait en une expression d’indignation.

« Qu’est-ce que c’est que ça ? Arrêtez d’essayer d’agir comme une personne plus grande ! » déclara Nephteros.

« Non, ce n’est pas ce que je fais…, » marmonna Néphy. Et, comme d’habitude, elle avait croisé les bras et avait réfléchi avant de répondre. « Vous n’avez rien fait comme écraser sous mes yeux un petit oiseau chanteur qui a été mon ami pendant des années, ou m’ignorer pendant seize ans malgré le fait de vivre dans la même maison, ou dire, “Vous ne devriez même pas être autorisé à vivre”, non ? Ça veut dire que vous n’en avez pas fait assez pour que je vous déteste vraiment. »

Néphy avait retrouvé un sourire amer après avoir dit tout cela.

« Personnellement, c’est le genre de souvenirs que je considère douloureux. Je détestais ce que vous faisiez, Mlle Nephteros, mais ce n’était pas assez grave pour me faire vous détester…, » déclara Néphy.

« N’avez-vous pas… eu une vie beaucoup plus dure que la mienne ? » s’enquit Nephteros alors qu’elle commençait à avoir du mal à parler.

« Je me le demande ? À mon avis, les souvenirs douloureux diffèrent d’une personne à l’autre. Par exemple, Maître Zagan a vécu des épreuves beaucoup plus douloureuses que moi, mais il les traite comme si elles n’étaient pas importantes, » déclara Néphy.

« Non, vraiment, mon cas n’était pas si sérieux. C’est juste des choses comme mon premier souvenir d’avoir été dit qu’un égout infesté de rats était mon chez-moi, ou les fois où j’ai été battu à mort pour avoir essayé de voler de la nourriture ou de l’argent. Honnêtement, je le prends plutôt bien, » répondit Zagan, paniqué lorsque la conversation se tourna vers lui. Il y avait le jeune homme qui partageait son pain avec lui, la jeune fille qui lui lisait un livre d’images, et tant d’autres personnes qu’il considérait comme des amis, ce qui signifiait qu’il n’avait pas vraiment souffert.

Dans son esprit, la vraie souffrance était la solitude. La solitude était une douleur insupportable pour ceux qui connaissaient autrefois la chaleur des autres, mais aussi un ver venimeux qui rongeait les émotions humaines. Ou du moins, c’était comme ça que cela avait affecté Zagan. Peu importe ce qu’il faisait, il ne trouvait aucun sens à sa vie, et il ne ressentait absolument rien. Cependant, il n’aimait pas l’idée de mourir misérablement plus que toute autre chose, alors il avait simplement continué à accumuler du pouvoir.

« Tu as eu la vie dure…, » dit Foll avec un léger gémissement.

« C’est la première fois que je réalise mon impuissance depuis que j’ai rejoint les Chevaliers Angéliques…, » Richard, le jeune Chevalier Angélique qui était resté silencieux jusque-là, se mit à pleurer. Et peut-être parce que son chagrin était contagieux, Nephteros avait aussi poussé un soupir déprimé.

« … Il serait stupide d’essayer de rivaliser, » marmonna Nephteros en se brossant les cheveux et poursuivit. « Je vais continuer à vous appeler Néphélia. Je sais qu’on m’a dit que vous étiez ma sœur aînée, mais c’est difficile à accepter tout de suite. »

« Oui. Je n’ai pas mon — hein ? Sœur aînée… ? » Les oreilles pointues de Néphy se raidirent en perdant le fil de sa pensée. Puis, elle avait dirigé son regard déconcerté sur Zagan.

« Oh… Eh bien, c’est comme ça. Nephteros est en fait ta petite sœur, donc… J’ai décidé de l’accepter comme ma belle-sœur, » déclara Zagan.

« Hein ? Tu ne le lui as pas dit ? » Nephteros semblait douter de ses oreilles, ce qui fit détourner son regard de Zagan.

Je ne peux pas lui dire que j’ai oublié parce que mon esprit s’est tellement emballé à planifier notre rendez-vous… Naturellement, il y avait aussi le fait qu’il ne pouvait pas mentionner la création de Nephteros, mais quand même, il aurait pu au moins le mentionner indirectement.

« Attendez un instant, s’il vous plaît. Il n’y avait pas d’autres elfes aux cheveux blancs dans ce village. Et s’il y en avait eu, ils auraient souffert un peu comme moi, alors une petite sœur serait…, » fit remarquer Néphy d’un ton déconcerté.

« O-Oh. C’est aussi quelque chose que je voulais te dire. Tu vois, Nephteros n’est pas née dans ce village, et toi non plus. Tu leur as été confié parce que ta mère craignait que tu ne sois prise pour cible si tu restais parmi d’autres hauts elfes, » déclara Zagan.

Néphy trébucha en entendant cette étonnante révélation.

« Néphélia ! » s’écria Nephteros en se déplaçant pour la soutenir. Malheureusement, les bras enfantins de Zagan étaient beaucoup trop courts pour l’atteindre.

Pourquoi mon corps ne m’écoute-t-il pas ? Zagan s’était mordu la lèvre avec frustration devant son impuissance.

« … Tenez le coup. Gardez votre sang-froid. Ça ne devrait pas être difficile. Vous venez de dire que rien de ce que j’ai fait ne vous a effrayé, vous vous en souvenez ? » Nephteros avait parlé d’un ton franc. Ses paroles semblaient presque méprisantes, mais Zagan savait que c’était sa façon d’encourager les gens. Néphy l’avait sûrement compris ainsi, puisque peu de temps après, elle s’était relevée d’elle-même.

« Toutes mes excuses. J’étais juste… un peu surprise, » s’exclama Néphy avant de serrer la main de Nephteros et de dire. « Je n’étais… jamais vraiment seule. Ce sentiment est probablement… le bonheur… Je pense ? »

« Je vois, » répondit Nephteros tandis que ses oreilles frémissaient.

« Alors, Mlle Nephteros, savez-vous quelque chose sur notre mère ? » demanda Néphy.

« Je ne l’ai rencontrée qu’une seule fois, donc pas vraiment… Elle est toujours en vie, » déclara Nephteros.

« Vraiment… ? » Le ton de Néphy indiquait clairement qu’elle se sentait à la fois soulagée et blessée.

« Êtes-vous heureuse ? Ou lui en voulez-vous ? » demanda Nephteros.

« Je me le demande… ? C’est trop soudain, alors je ne sais pas trop comment je me sens…, » déclara Néphy.

« … Eh bien, c’est compréhensible, » déclara Nephteros.

Même Nephteros était encore en train de mettre de l’ordre dans ses sentiments, alors la confusion de Néphy avait un sens total.

« Bref, arrêtez de m’appeler Mlle Nephteros. J’ai utilisé votre prénom tout ce temps, » déclara Nephteros.

« Vous l’avez fait, n’est-ce pas ? Compris… Nephteros, » déclara Néphy.

Ce moment vraiment gênant fut celui où les deux elfes s’étaient finalement reconnues comme sœurs.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire