Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 6 – Chapitre 4

Bannière de Le Dilemme d'un Archidémon ***

Chapitre 4 : La colère d’un dragon peut mener à la fin du monde, alors soyez prudent

***

Chapitre 4 : La colère d’un dragon peut mener à la fin du monde, alors soyez prudent

Partie 1

« Je vois. Il n’y a pas de méthode pour dissiper ma malédiction à Liucaon, hein ? » La voix de Zagan n’avait pas pu cacher sa déception. Cela faisait quatre jours qu’ils étaient arrivés dans la ville au fond de l’océan, Atlastia. Actuellement, les anciens des races représentées à la conférence étaient rassemblés dans la chambre d’hôtes qui avait été accordée au groupe de Zagan. C’était exactement la même pièce où ils avaient transporté Lilith avant. Lilith, qui avait fini par mener les négociations au fil des événements, était à genou devant avec les anciens des sirènes et des succubes à genoux derrière elle. Derrière eux se trouvaient Kuroka et Selphy. Zagan était assis sur une chaise et Néphy et Foll se tenaient à ses côtés.

Les anciens tenaient respectueusement un miroir et un bijou. Chacun d’entre eux était juste assez grand pour bien tenir dans la main. Le miroir était celui que Lilith leur avait montré l’autre jour. Il s’agissait de ce qu’on appelait les Trésors sacrés transmis à Liucaon, ce qui signifie que leurs trois Trésors sacrés avaient été assemblés une fois que vous auriez ajouté les lames de Kuroka.

« Ce sont les trois Trésors sacrés transmis parmi notre peuple. Nous ne possédons aucun moyen de dissiper une malédiction, mais nous croyons qu’ils peuvent vous être utiles, Seigneur Archidémon, » répondit l’aîné des sirènes à Zagan alors que la sueur coulait sur son front.

« Je n’en ai pas besoin. Ces outils choisissent leurs propriétaires. Ils ne me répondront pas, même si vous me les remettez, » répondit Zagan.

En plus, comment comptez-vous vous protéger si je les emmène ? Laisser tomber leurs principales options défensives aurait été une énorme erreur. Leurs trésors sacrés étaient semblables au mysticisme céleste. S’il s’agissait d’un combat, ils pouvaient produire une puissance exceptionnelle, mais ils avaient aussi d’autres applications. Malheureusement, bien qu’il ait été possible d’en utiliser un pour prévenir une malédiction, ce n’était pas des outils qui pouvaient en dissiper une.

Cependant, Zagan ne pensait pas qu’il avait le droit de se plaindre. Il était venu les voir à la recherche d’une possibilité en dehors de la sorcellerie parce qu’il ne pouvait rien faire lui-même. Et, alors qu’il poussait un profond soupir, il réalisa que Lilith était devenue complètement pâle.

Oh, ce n’est pas bon. On dirait que je les réprimande… Zagan s’éclaircit la gorge d’une toux pour se préparer à parler.

« Vous n’avez pas à vous inquiéter. Vous avez tenu votre promesse. Je me fiche que vous utilisiez mon nom pour protéger votre précieux peuple. L’emprise d’un Archidémon ne chancellera pas en raison d’un changement de forme insignifiant, » déclara Zagan.

« Merci… Et aussi, je suis terriblement désolée. Nous n’avons pas été très utiles, » répondit Lilith en s’inclinant profondément.

« Je te dis de ne pas t’inquiéter. Plus important encore, je suis un peu fatigué. Vous pouvez partir, » déclara Zagan.

Après ça, les anciens quittèrent timidement la pièce. Et alors qu’il le faisait, l’aîné des sirènes avait appelé Selphy.

« Ainselph. Vous êtes un enfant incompétent qui a fui la famille royale, mais il est vrai aussi que vous avez le plus grand talent pour chanter parmi toutes les princesses. Vous pouvez garder ceci. »

Après avoir dit cela, l’aînée lui avait mis un bijou bleu.

« Hein… HUUUUUUUUH !? N’est-ce pas, comme, un objet de famille ? » demanda Selphy.

« Vous ne pouvez pas au moins appeler ça un trésor sacré… ? C’est à peu près tout ce que nous pouvons offrir à l’Archidémon. À partir de maintenant, consacrez-vous à le servir, » déclara l’aîné.

« … Hein ? Ne suis-je pas traitée comme en complicité totale avec le Trésor Sacré ? »

L’aîné avait choisi impitoyablement de ne pas le nier, ce qui fit rire Selphy, impuissante.

« Je n’allais pas quitter mon boulot de toute façon, alors ça ne me dérange pas vraiment…, » déclara Selphy.

« Selphy. Monsieur Zagan a l’air assez fatigué, alors partons, » déclara Kuroka. Par considération pour Zagan, elles s’inclinèrent toutes les deux légèrement avant de quitter la pièce. Et après ça, Foll avait aussi quitté Zagan.

« Foll, où vas-tu ? » demanda Zagan.

« … Je veux voir la vue, » répondit Foll. Son ton indiquait clairement qu’elle se sentait responsable de leur situation actuelle.

Ce n’est pas comme si c’était de ta faute… Cela avait été provoqué par l’insouciance de Zagan, il n’y avait donc aucun moyen qu’il puisse lui en vouloir. Cependant, Zagan savait que ses paroles ne lui parviendraient jamais, ce qui signifiait que sa seule option était de l’accompagner silencieusement.

Finalement, il ne restait plus que Zagan et Néphy dans la pièce. Et, de toute évidence, cela signifiait que la pièce était silencieuse. Pourtant, il était heureux que Néphy soit à ses côtés.

Mais très vite, l’un d’eux avait décidé de rompre le silence.

« Désolé, Néphy, » Zagan s’était excusé d’un ton découragé.

« Pourquoi t’excuses-tu auprès de moi, Maître Zagan ? » demanda Néphy en le regardant avec émerveillement.

« Parce que nous sommes au fond de l’océan. J’ai un peu perdu le sens du temps… mais aujourd’hui, c’est le jour où j’ai promis d’aller à un rendez-vous avec toi, » déclara Zagan.

Et pourtant, Zagan n’avait pas réussi à retrouver sa forme originale. Il avait fini par rompre sa promesse de toutes les manières imaginables. Mais malgré cela, Néphy s’était contentée de serrer sa poitrine, puis elle avait fait un doux sourire vers lui.

« S’il te plaît, n’y prête pas attention. J’attendrai le temps qu’il faudra, » déclara Néphy.

« Il me faudra encore dix ans avant de retrouver ma forme normale…, » marmonna Zagan. Mais on ne savait même pas s’il allait grandir. Et pourtant, Néphy secoua la tête comme si ce n’était pas grave.

« Je sais, je sais. J’attendrai dix ou même cent ans. Après tout, ce temps n’est rien pour un sorcier. N’est-ce pas, Maître Zagan ? » demanda Néphy.

Non, je ne peux pas la faire attendre dix ans… Quand Néphy avait été transformée en enfant, Zagan ressentait la même chose, mais il avait quelque chose d’urgent à lui donner.

« Néphy, baisse-toi, » Zagan se leva de sa chaise, puis se tourna vers Néphy en disant cela.

« Hein ? Comme ça ? » demanda Néphy.

Zagan avait sorti un pendentif de sa poche et l’avait placé autour du cou de Néphy. C’était le pendentif en Mithril qu’Orias lui avait laissé.

« Maître Zagan, qu’est-ce que c’est !? » Néphy lui posa cette question alors qu’elle le regardait avec surprise.

« Je l’ai trouvé dans le village elfique caché. C’était la seule et unique chose que tu avais quand on t’a amenée dans ce village, Néphy, » expliqua Zagan en jetant son regard vers le bas et en serrant la mâchoire.

Je voulais terminer notre rendez-vous avec cela… Cependant, il n’y avait aucun moyen de faire attendre Néphy et Orias dix ans. Alors, en regardant en bas, il vit des gouttes d’eau tomber sur le sol.

C’est… la première fois que je me sens si pathétique… C’était probablement aussi la première fois qu’il se trouvait incapable de retenir ses larmes. Et en voyant Zagan comme ça, Néphy l’enlaça avec amour.

« Merci beaucoup… de m’avoir donné quelque chose de si précieux… Maître Zagan, » déclara Néphy, puis lui tendit la joue comme pour le réconforter et elle continua, « mais c’est bon. Je sais que tu as fait de ton mieux pour nous protéger, alors au moins pour un moment, c’est bien de baisser ta garde. N’essaie pas de cacher tes émotions. »

Son étreinte était extrêmement tendre alors que Zagan suivait son invitation et enterrait son visage dans sa poitrine.

Il fait si chaud… Et c’était aussi doux.

C’était la première fois que Zagan exposait ses émotions brutes depuis qu’il avait trouvé quelqu’un qu’il aimait, car il avait décidé de ne jamais paraître faible afin de protéger ses proches.

Accroché au corps de Néphy, il resta parfaitement immobile sans bouger jusqu’à ce que les larmes qui tombent de ses yeux se dessèchent. En fin de compte, aucun d’eux ne savait combien de temps s’était écoulé. Et quand ses larmes s’étaient finalement arrêtées, Zagan avait reniflé sa morve avec embarras.

« Ummmm... Désolé. Je t’ai montré… quelque chose d’embarrassant, » déclara Zagan.

« Il n’y a pas de quoi être embarrassé. Honnêtement, je suis contente que tu m’aies montré une nouvelle facette de toi. »

Je ne pourrai jamais battre Néphy… Leurs rôles étaient exactement le contraire de ce qu’ils étaient habituellement, mais curieusement, ils ne se sentaient pas mal. Non, au contraire, c’était peut-être comme ça depuis le début. Néphy avait tout compris de Zagan, l’avait accepté et était restée à ses côtés de toute façon, alors n’avait-elle pas toujours été de son côté ?

« De plus, je ne crois pas que tu rompes ta promesse, Maître Zagan ? » déclara Néphy.

« Hein… ? Qu’est-ce que tu veux dire ? » demanda Zagan.

Juste au moment où il disait cela, une douleur comme si son cœur venait d’être transpercé coulait à travers son corps, ce qui l’avait fait s’effondrer.

« Gaaaaah ! »

« Maître Zagan ! » Néphy avait crié, mais Zagan n’avait pas pu répondre.

Quelle est cette douleur ? C’était comme si le mana était aspiré hors de son cœur. La sueur coulait sur tout son corps et il était incapable de respirer. Et puis, la porte de la chambre s’était ouverte sans même être frappée.

« Zagan, c’est mauvais ! »

C’était Chastille qui était restée sans voix quand elle avait vu Zagan s’évanouir dans les bras de Néphy.

« Chastille… Tu as raison… C’est mauvais… Maître Zagan s’est effondré…, » déclara Néphy.

« Hein… ? Est-ce lié à l’extérieur ? » Chastille marmonnait cela à elle-même comme si elle n’avait même pas entendu les paroles de Néphy.

« Qu’est-ce que tu veux dire ? Que s’est-il passé dehors ? » demanda Néphy.

Enfin revenue à la raison, Chastille hocha la tête rapidement. Puis, son visage pâlit alors qu’elle essayait de former les bons mots.

« Un monstre attaque… et c’est comme celui que Bifrons a appelé… Je pense que c’est peut-être le Seigneur-Démon, » déclara Chastille.

Et ainsi, la situation exacte que Zagan craignait le plus venait de se produire. Cela coïncidait avec le fait qu’il était dans le corps d’un enfant, incapable d’utiliser le phosphore des Cieux, alors qu’un ennemi invincible se préparait à massacrer tous ceux qui l’entouraient.

***

Partie 2

Un peu plus tôt, Foll était sortie du temple sans but après avoir quitté la chambre de Zagan. Elle s’était éloignée du temple et de la ville et s’était simplement promenée au fond de l’océan. La chanson de Lilith était fraîche dans son esprit. L’histoire de son père était géniale, et elle était heureuse de l’entendre, mais…

Je suis… le mauvais dragon… Elle avait jeté une malédiction sur Zagan, et contrairement à l’histoire, il n’y avait aucun moyen de la dissiper. Même si elle voulait être plus forte pour l’aider, elle avait fini par faire exactement le contraire. L’expression de Zagan, lorsqu’il entendit qu’il n’y avait aucun moyen de dissiper la malédiction, avait été brûlée dans ses yeux et ne voulait pas disparaître. Il avait l’air au bord des larmes.

« Ce n’est pas… comme ça que ça devait se passer…, » marmonna Foll. Elle pensait que si elle était plus forte, Zagan serait heureux. Cependant, le résultat avait été différent. Après que son corps se soit agrandi, sa puissance avait également augmenté proportionnellement, mais ce n’était toujours pas suffisant. Elle n’avait pas réussi à détruire un membre du Clan de la Nuit, qui était un être de rang inférieur au sien. Et malgré tout, Zagan était encore fort dans sa forme enfantine. Il avait continué à ne pas montrer sa faiblesse et s’était conduit avec majesté.

Si Foll n’était pas devenue plus forte, c’est parce qu’elle était faible. Parce qu’elle ne comprenait pas quelque chose d’aussi simple, elle ne pouvait pas l’accepter, et cela apportait le malheur à ceux qui l’entouraient. Si ce n’était pas l’acte d’un enfant, qu’est-ce que c’était ?

« Que dois-je faire maintenant… ? » se demanda Foll. Même après être devenu plus petit, même quand il n’avait pas pu trouver un moyen d’inverser sa transformation, Zagan n’avait jamais essayé une seule fois de blâmer Foll pour cela. Et même s’il lui criait et la maudissait, cela la réconforterait sûrement à la fin.

Zagan ne ferait jamais ça… Il veillait sur Foll d’une manière gentille et stricte. Quand elle faisait quelque chose de mal, il la corrigeait. Si elle faisait quelque chose de bien, il la louait. Il n’avait été à ses côtés que quelques mois, mais la chaleur qu’elle avait reçue de lui était beaucoup plus grande que ce que son Père lui avait apporté dans le passé. C’est pourquoi elle avait pu compter sur lui du fond du cœur. Cependant, c’était aussi parfois douloureux, car il ne s’était jamais fié à elle une seule fois.

Je me demande si Zagan reçoit l’aide de Néphy en ce moment… Néphy était la seule capable de réconforter Zagan. Foll était heureuse d’avoir quelqu’un sur qui il pouvait s’appuyer, mais en même temps, elle était triste de ne pas pouvoir lui prêter son épaule. Tout ce qu’elle pouvait faire, c’était de les laisser seuls tous les deux, ce qui la rendait insignifiante. Elle se détestait vraiment. Et, alors qu’elle s’enfonçait dans la tristesse et se serrait les genoux contre elle, elle entendit une douce voix.

« Heeheeheehee, oh, mon Dieu, le mignon petit faon est-il perdu ? »

« … Qui est là ? » demanda Foll en levant à nouveau les yeux et en apercevant une « ombre » qui rôdait sous ses yeux. Malgré ses sens draconiens accrus, elle n’arrivait pas à distinguer clairement la silhouette. Et cela n’avait rien à voir avec la mauvaise visibilité au fond de l’océan. Non, elle était tout simplement incapable de le percevoir… On avait presque l’impression que son existence même était floue, comme si elle n’avait pas du tout de forme particulière.

« Alshiera… ? » Foll avait prononcé le prénom qui lui était venu à l’esprit. Elle pensait que la vampire avait esquivé son attaque lors de l’affrontement précédent, mais cette forme lui faisait douter de cela. Après tout, il n’aurait pas été si étrange pour Alshiera de finir comme ça à cause de sa puissance draconienne.

L’ombre avait alors fait un curieux rire.

« Quelle vilaine enfant ! Un vilain enfant qui a volé quelque chose d’important à ce monsieur. Pourtant, tu es aussi une maligne qui l’a porté jusqu’ici… Eeheeheeheehee. Keeheeheehee. Ahahahahahahah, » l’ombre cracha quelques mots sinistres, puis gloussa sauvagement.

Une sensation mystérieuse avait agressé Foll alors qu’elle se mettait sur la défensive.

J’ai un mauvais pressentiment à ce sujet… Puis-je la frapper ? Si elle lâchait son souffle ici, Atlastia serait réduite en cendre. D’un autre côté, elle ne pensait pas que la sorcellerie qu’elle avait déclenchée plus tôt aurait un quelconque effet, alors Foll avait préparé une sorcellerie pour la retenir pour l’instant.

« Je n’ai rien volé, » expliqua Foll. Et puis, elle avait levé la main droite, montrant qu’elle était prête à lancer la sorcellerie à l’improviste. Cependant, une substance sombre s’enroulait autour de son bras comme pour se moquer de sa vigilance.

« Quel vilain faon ! Ce n’est pas bon de mentir, » répondit l’ombre. Et à cet instant, Foll les avait vus. Elle vit les yeux dorés de l’autre côté de l’ombre qui semblait s’estomper. Et dans ces yeux d’or, elle voyait une haine pure et non filtrée pour tout et n’importe quoi dans le monde.

« Ne me touche pas ! » s’exclama Foll en essayant de se débarrasser de la brume noire. Cependant, son corps s’était figé.

Je ne peux pas mettre plus de force dans mon bras… Ses mains tremblaient lamentablement, et même la force de ses genoux s’épuisait. Pour une raison quelconque, ces yeux dorés avaient fait disparaître la force de son corps.

Qu’est-ce que c’est que ça ? Sorcellerie ? Foll ne comprenait pas du tout ce qui se passait.

« Néanmoins, tu peux être à l’aise. Tous ceux qui habitent ce monde sont des voleurs. Ils l’ont trahi, lui ont arraché les yeux, lui ont arraché le cœur, lui ont coupé les membres, lui ont arraché la tête et même volé tout ce qui restait de son corps… Ce sont des criminels qui le tourmentent encore aujourd’hui… Aaaaaaaaaaaah, c’est répugnant. Ils devraient tous périr ! »

Ce que je ressens en ce moment… ? Peur… ? Ai-je… peur ? Foll commença enfin à comprendre pourquoi elle perdait ses forces en voyant la folie dans ses yeux dorés. Même si elle était jeune, c’était un dragon, mais elle ressentait maintenant une peur telle qu’elle perdait sa voix. Le corps de Foll aurait dû être plus grand que l’ombre, mais elle tremblait pathétiquement et avait même les larmes aux yeux. Une langue rouge était sortie de l’ombre, puis s’était glissée sur le dos de la main droite de Foll… où se trouvait le sceau.

« Ooh ! Oooh ! Cette pulsation ! Bon retour parmi nous, mon maître bien-aimé. Je te libère de là tout de suite ! »

Immédiatement après, l’ombre avait gonflé, puis était apparue sur le corps de Foll.

Non ! Je ne veux pas de ça ! Sauve-moi, Zagan ! Et la dernière chose que Foll avait vue, c’était…

« Je ne te laisserai pas faire ! »

La silhouette d’une fille qui possédait les mêmes yeux dorés que l’ombre.

***

Partie 3

« Qu’est-ce que… c’est ? » marmonna Zagan. Après avoir quitté le temple, il aperçut une masse de viande et d’os qui se tortillaient, ce qui lui fit demander. « Ces entrailles sont-elles… ? »

C’était effectivement ce à quoi il ressemblait, mais le problème était sa taille. La masse de viande était assez grande pour couvrir une grande masse de terre. Elle était encore assez éloignée du temple, mais si elle les atteignait, elle pouvait engloutir toute la ville. D’où venait quelque chose de cette taille ? Qu’est-ce qu’il voulait ? Zagan avait beaucoup de questions, mais il ne savait rien, sauf que s’il se dirigeait vers eux, tout le monde était condamné.

« Cela me rappelle certainement le Seigneur-Démon, » fit remarquer Néphy. Cependant, il était différent de la boue qu’ils avaient trouvée auparavant. Cette fois-ci, il avait une masse clairement définie.

« Est-ce… vivant ? » demanda Chastille en pointant un doigt tremblant vers elle. Elle était couverte d’innombrables veines qui pulsaient d’une manière effrayante, de nombreux os en sortaient pour soutenir sa structure, et quelque chose de semblable au sang s’écoulait d’elle.

C’était vivant. Cependant, c’était quelque chose de si hideux qu’il ne ressemblait même pas à une créature au-dessus ou à l’intérieur de l’océan.

« Est-ce un cocon ? » demanda Barbatos alors qu’il sortait de l’ombre de Chastille avec une grimace sur le visage.

« Un cocon ? » répliqua Zagan en jetant à nouveau son regard dessus. Il n’avait pas tort. Il semblait envelopper quelque chose, mais Zagan n’avait pas la moindre idée de ce qui allait éclore.

Chastille, les membres de l’église, Kuroka, Lilith, Selphy et les anciens étaient tous réunis avec Zagan et Néphy.

« Chevalier Angélique. Aidez quant à l’évacuation les civils et les invités. Kuroka, Nephteros, restez avec moi. Nous nous occuperons de…, » Chastille éleva la voix alors qu’elle s’adressait à ses subordonnés, mais s’éloigna ensuite. Elle avait perdu le fil de sa pensée en parlant parce qu’elle avait réalisé que quelque chose n’allait pas. Il manquait deux personnes.

« … Où sont Foll et Nephteros ? » s’enquit Zagan. Il pensait qu’elles étaient à proximité, mais sa fille adoptive et sa belle-sœur n’étaient pas en vue.

« Maître Zagan, regardez ! » s’exclama Néphy en montrant du doigt une seule chauve-souris flottant dans les airs. Elle semblait blessée et voltigeait d’une manière instable vers eux comme pour échapper à la masse de viande avant de s’évanouir dans l’ombre d’une surface rocheuse. Renforçant sa vision par la sorcellerie, Zagan aperçut quelque chose qui ressemblait à une main humaine.

« Tch, quelqu’un s’est effondré là-bas ! » expliqua Zagan. La main qu’il voyait au loin était mince et féminine. Zagan sauta du temple sans hésitation et courut jusqu’à la zone rocheuse où la chauve-souris avait disparu.

« Nephteros ? » Zagan avait crié le nom de sa belle-sœur, car c’était elle qui s’était effondrée là-bas. Peut-être parce qu’elle se battait avec cette masse de viande, elle avait des blessures sur tout le corps.

« Argh…, » Nephteros avait ouvert ses yeux dorés en lâchant un gémissement.

« Nephteros, que s’est-il passé ? » demanda Zagan.

« Grand Frère… ? » demanda Nephteros en secouant la tête et en se levant. Apparemment, ses blessures n’étaient pas si profondes. Et à ce moment-là, Néphy les avait aussi rattrapés.

« Est-ce que ça va ? Je vais te guérir…, » déclara Néphy.

« Guérir… ? Oh, je vais bien ! Plus important encore, qu’en est-il de Foll !? » demanda Nephteros.

Zagan et Néphy échangeaient des regards.

« Qu’est-ce que tu veux dire ? Étais-tu avec Foll ? » demanda Zagan.

« Cette enfant a été attaquée par quelque chose…, » Nephteros commença à murmurer en cherchant dans ses souvenirs.

« Par quelque chose, tu veux dire ce monstre ? » demanda Zagan.

« Non, c’est faux. Ce n’est qu’une supposition… mais je pense que c’était Alshiera, » répondit Nephteros quand on lui montra la montagne de viande.

« Juste une supposition ? N’as-tu pas vu son visage ? » demanda Zagan.

« Elle était couverte d’une sorte de brouillard noir. Je ne pouvais pas vraiment le dire, » répondit Nephteros en saisissant ses épaules et en se mettant à trembler en reculant comme si elle essayait de s’éloigner de la masse de viande. Puis, poursuit-elle, « j’ai eu le même malaise que quand j’ai été avalée par le Seigneur-Démon. J’ai essayé de sauver Foll… mais elle ne pouvait pas être…, » Nephteros était tombée en arrière alors qu’elle perdait connaissance.

Le cœur de Zagan avait commencé à battre à tout rompre à cause de l’inquiétude pour sa fille. Et, tandis qu’il fixait son ennemi, plusieurs chauves-souris s’enroulèrent autour de la montagne de viande. On aurait dit qu’ils y enfonçaient leurs crocs en arrachant plusieurs morceaux, ce qui avait révélé que Foll était enveloppée dans ce qui semblait être une côte.

« Foll ! » hurla Zagan. Elle était assez loin pour que sa voix ne l’atteigne pas, mais Foll ouvrit légèrement les yeux, le regarda et bougea les lèvres.

SAUVE-MOI

Zagan pouvait certainement dire que c’est ce qu’elle essayait de dire. Cependant, à ce moment précis, la masse de viande avait commencé à bouger comme si elle venait de se réveiller.

« Barbatos ! Emmène Chastille et sauve Foll ! » Zagan avait claqué son poing dans le sol en aboyant ces ordres. Même dans son état affaibli, une petite fissure s’était formée dans le substratum rocheux au fond de l’océan. Et en réponse, l’ombre à ses pieds se tortilla.

« … Tch, très bien. Es-tu prête, pleurnicharde ? » demanda Barbatos.

« Ne m’appelle pas pleurnicharde. Si je ne travaille pas dans des moments comme celui-ci, je ne finirai jamais par rembourser ma dette, » déclara Chastille.

Traversant les ombres, Chastille et Barbatos émergèrent directement au-dessus de l’endroit où Foll était piégée.

« Brillance — Épée Sacrée Azraël ! » Chastille avait rugi tandis que son épée sacrée envoyait une lumière et déchirait l’os et la viande entourant le corps de Foll.

« Maintenant, Barbatos ! »

Le corps de Foll était maintenant détaché de la viande, alors Barbatos étendit la main, mais…

« Whoa, c’est quoi ce bordel !? » s’écria Barbatos.

Une énorme griffe perça à travers la viande, ce qui avait fait que Barbatos avait dû effectuer des mesures d’évitement.

Hein ? Il a changé de forme… ? Partie sans prendre pied, Chastille commença à descendre la montagne de chair.

« Chastille ! N’y touche pas, putain ! C’est mauvais ! » s’exclama Barbatos. Cependant, Chastille n’était pas une sorcière. De plus, ils étaient au fond de l’océan, donc elle n’avait aucun moyen d’empêcher sa descente… Heureusement, Zagan ne les avait pas jetés sans plan.

« Maître Zagan, c’est… » Néphy avait dégluti quand elle remarqua l’irrégularité. La fissure que Zagan avait formée avec son poing avait commencé à s’étirer et avait poursuivi Barbatos et Chastille comme s’il avait une volonté propre. En y repensant, on aurait dit qu’il ressemblait à un cercle magique massif.

« Champ de neige de l’Écaille du Paradis, » Zagan avait crié ce nom, et le cercle magique gravé au fond de l’océan avait commencé à briller alors que d’innombrables lumières étaient apparues tout autour de la montagne de viande.

Dans ma forme actuelle, j’ai besoin d’un énorme cercle magique pour accomplir n’importe quelle sorcellerie… Quel ennui… ! C’était le champ de neige que Zagan avait amélioré en suivant les conseils de Néphy. Et sans sa contribution, il n’aurait pas pu l’activer comme il l’avait fait maintenant. Zagan étendit son champ de neige pour courir sous les pieds de Chastille et la rattrapa juste avant qu’elle ne touche ce monticule sinistre.

« Nous nous replions, Chastille, » dit Barbatos en ramassant Chastille, en passant dans l’ombre et en apparaissant à côté de Zagan. Cependant, à cet instant, la masse de viande avait terminé sa transformation. Et le groupe de Zagan était resté complètement sans voix après avoir vu sa forme complète.

Cela avait des ailes assez grandes pour donner l’impression qu’elles couvraient le ciel, des mâchoires assez grandes pour donner l’impression qu’il pouvait avaler des maisons entières, des crocs qui pissaient sous ses lèvres, et des écailles noires qui le recouvraient. Un dragon noir.

« Dragon noir Marbas… ? » Néphy murmura comme si elle ne pouvait pas en croire ses yeux, mais Zagan n’avait jamais entendu ce nom auparavant.

« Qu’est-ce que c’est ? »

« Mlle Lilith vient de nous raconter une histoire à ce sujet. Marbas était un dragon dans les légendes de Liucaon que le père de Foll a vaincu…, » marmonna Néphy. C’était déroutant. Pourquoi le monstre qui avait avalé Foll avait-il pris cette forme ?

Non, ce n’est pas ça… Zagan avait bloqué sa poitrine en réalisant la douloureuse vérité.

« C’est juste la forme actuelle de dragon de Foll. Le noir est probablement mon… ou plutôt, la couleur de l’Emblème de l’Archidémon. Il s’est mélangé au pouvoir de Foll et a pris cette forme. »

« Alors, tu dis que c’est aussi une extension de ta malédiction ? » demanda Nephteros, en déglutissant de façon audible quand elle entendit son explication.

« … Nous avons essayé de garder le flux de puissance équilibré tout ce temps, donc quelque chose a dû faire pencher la balance, » déclara Zagan. Ce n’était certainement pas un événement naturel. Quelque chose dehors avait causé ça.

Hm, est-ce que cette chose est différente du Seigneur-Démon… ? Quand il l’avait vu pour la première fois, il avait senti que c’était la même chose que le Seigneur-Démon qu’il avait combattu sur le bateau. Cependant, une fois qu’elle avait pris forme, elle semblait beaucoup trop différente. Il y avait aussi la possibilité qu’Orobas ait combattu autre chose que le Seigneur-Démon dans les rêves de Raphaël. Après tout, aucun d’entre eux ne savait quoi que ce soit sur le Seigneur-Démon…

Rien de tout ça n’a plus d’importance maintenant ! Zagan secoua ses pensées et fixa le dragon noir du regard.

« Je te ferai rendre ma fille ! » proclama Zagan. Et puis, les lumières du champ de neige avaient convergé en un seul point. Cette sorcellerie n’était pas complètement développée. Ce n’était encore qu’un tremplin vers son véritable but.

Regarde bien, Foll. C’est le pouvoir que je voulais t’accorder ! Zagan avait tissé quelque chose qu’il avait conçu pour Foll seule.

« La forme du dragon de l’Écaille du Paradis ! »

Les lumières prirent soudain la forme d’un dragon doré. Il semblerait que les milliers de lumières qui composaient le champ de neige n’étaient que des composants qui constituaient la forme du Dragon. Il était certain que cela assurerait sa victoire, mais il s’était passé quelque chose d’étrange.

« Hein… ? » Zagan marmonna alors que ses yeux, ses oreilles, son nez et sa bouche bouillonnaient de sang.

« Maître Zagan ! » Néphy hurla alors qu’il s’écroulait à genoux sans même comprendre ce qui s’était passé. Et après avoir été attrapé par Néphy, il ne pouvait même pas bouger un seul doigt.

 

 

« Hé, Zagan ! Qu’est-ce qui se passe !? Qu’est-ce que ce monstre a fait !? » s’exclama Barbatos, exigeant des réponses.

« … Tu te trompes sur toute la ligne. Le nombre de circuits qu’il a construits a dépassé sa limite… C’est ce qui arrive quand on utilise la sorcellerie après avoir épuisé tout son mana, » répondit Nephteros. Cela ne faisait qu’un demi-mois que Nephteros avait été laissée au bord de la mort à cause de son recours excessif à la sorcellerie. Et c’est précisément à cause de cela que son jugement avait été rapide.

« Néphélia, soigne-le maintenant ! Ton mysticisme peut le supporter, n’est-ce pas ? » demanda Nephteros.

« D’accord ! » Néphy répondit en enlaçant Zagan et ferma les yeux pour offrir une prière. Et, quand elle l’avait fait, son corps brilla faiblement et la douleur qui s’accumulait dans le corps de Zagan s’était dissipée. Ce n’était pas de la sorcellerie, mais du mysticisme.

***

Partie 4

Je retiens tout le monde en ce moment… Zagan voulait se plaindre de son impuissance, mais il s’était retrouvé incapable de parler. Il était désespéré de ne rien pouvoir faire alors que sa précieuse fille était en danger de mort.

« Chastille, tu prends l’avant. J’amplifierai ton épée sacrée avec mon mysticisme céleste, » ordonna Nephteros lorsqu’elle commença à prendre le commandement de la situation.

« La technique qui a fait tomber la chimère, hein… ? Es-tu sûre que ça marchera contre un dragon ? » demanda Chastille. Mais, honnêtement, ils n’avaient pas d’autres options.

Je n’aurais pas dû laisser Gremory et Kimaris au château… Ils étaient les deux seules personnes à qui Zagan avait enseigné le Phosphore du Paradis.

Non, Foll serait prise dans le Phosphore du Paradis de toute façon… En tout cas, c’était les seules personnes absentes sur lesquelles il aurait pu compter.

« [Tu es celui qui règne sur la terreur. Accompagné du dieu de la guerre, devenez celui qui fait naître — !] » Nephteros commença à chanter son mysticisme céleste, mais le dragon noir l’interrompit en battant des ailes. Et ce seul mouvement avait transformé les courants océaniques en tourbillon, provoquant un tourbillon de destruction qui avait réduit en poussière les énormes rochers au fond de la mer. Cette scène était comme…

« Un tsunami dans l’océan… ? » murmura quelqu’un d’un ton tremblant et effrayé. Et, jugeant que son mysticisme céleste ne suffirait pas, Nephteros avait cherché d’autres solutions possibles.

« Barbatos ! » demanda Chastille.

« Ce n’est pas bon. N’ai-je pas dit que je ne pouvais pas bien utiliser les ombres ici !? » répondit Barbatos.

Le Trésor Sacré des sirènes qui protégeaient leur ville empêchait les sorciers de manifester pleinement leur pouvoir. C’est pourquoi Zagan s’était effondré et n’avait pas pu invoquer sa sorcellerie… Il semblait qu’ils n’avaient aucun moyen d’échapper au tsunami du dragon noir.

C’est ma faute… Je n’aurais jamais dû compter sur eux… Ils allaient tous mourir parce que Zagan leur avait demandé leur aide. S’il ne l’avait jamais fait, ils auraient été sains et saufs. Et, tout comme Zagan était submergé par son propre sentiment d’impuissance…

« L’Ainselph de Neptunia chante ainsi. Écoute-moi, Trésor sacré, la larme de Neptune ! »

Une voix digne avait soudain retenti de nulle part, suivie d’une mélodie sans paroles.

Est-ce que c’est... Selphy ? Quand Zagan s’en était rendu compte, un tourbillon s’était levé devant le dragon noir. Et, tandis que le mince tourbillon s’enroulait autour de lui comme une tornade, le tsunami du dragon noir s’était dissipé. Cependant, il avait simplement ouvert les mâchoires et avait commencé à recueillir du mana en réponse.

A-t-il l’intention de relâcher son souffle !? S’il combinait le mana de Foll avec celle de l’Emblème de l’Archidémon, alors toute la ville serait anéantie. N’ayant pas réussi à construire la forme du Dragon, Zagan n’avait aucun moyen de la bloquer. Ou du moins, cela aurait dû être le cas, mais…

« Je ne te laisserai pas faire ce que tu veux dans la maison de quelqu’un d’autre ! »

La suivante à s’envoler du temple fut Lilith, qui avait dans ses mains le miroir qu’on leur avait montré auparavant. Il était probablement assez solide pour être utilisé comme un bouclier, mais il était beaucoup trop petit pour arrêter le souffle d’un dragon. Cependant, dans un virage inattendu, la lumière du miroir s’était répandue.

« Au nom du Roi aux Yeux d’Argent, montrez votre pouvoir. Trésor sacré, miroir d’Hadès ! »

La lumière s’était répandue comme pour couvrir tout le temple, puis s’était transformée en quelque chose qui ressemble à un énorme symbole dans un cercle magique. Le souffle du dragon noir l’avait percuté, le traversant lentement. Et pourtant, Lilith avait un sourire confiant sur son visage.

« Goûtez à votre propre médecine ! »

Immédiatement après, un symbole de lumière se répandit directement au-dessus du dragon noir, et une masse de mana descendit sur lui.

Il a plié l’espace et lui a renvoyé son souffle ? Zagan comprit enfin pourquoi le Trésor sacré de Lilith ressemblait à un miroir. Les miroirs reflétaient la lumière, tout comme leur Trésor sacré pouvait déformer le mana et toute substance physique.

Et alors la posture du dragon noir s’était effondrée, Kuroka avait pris la tête.

« Nous y voilà… Ciel sans lune ! »

L’épée appariée de Kuroka semblait résonner avec les deux autres Trésors sacrés. La lumière s’étendit d’eux vers les cieux, comme des tours, et elle les balança droit sur le cou du dragon.

« HAAAAAAAA ! » Kuroka poussa un cri, et ses lames déchirèrent facilement les écailles noires, faisant éclater le sang noirci. Cependant, celle qui maniait ces lames était Kuroka, qui ne s’arrêtait jamais avec une fine coupure à la peau. Et ainsi, elle avait bougé pour frapper son torse, puis son cou. Sans laisser l’élan de ses épées ralentir, elle tordit sa lame dans la gorge du dragon puis vers le bas de son corps, et elle déclencha un barrage de coups continus.

Le miracle provoqué par ses deux épées jumelles emplies de lumière ressemblait à une énorme fleur en fleuraison. Et peu de temps après, quand les épées de Kuroka s’arrêtèrent, le dragon noir s’effondra au sol avec un bruit sourd.

Ce sont les trésors sacrés de Liucaon… Après avoir été témoin de la puissance destructrice des deux lames jumelles de Kuroka, Zagan avait senti qu’il y avait peut-être quelque chose dans ces terres qui renforçaient le pouvoir des Trésors sacrés. Ou peut-être qu’ils étaient simplement plus forts lorsqu’ils étaient utilisés ensemble. Quoi qu’il en soit, ils semblaient beaucoup plus puissants que Chastille ou les épées sacrées de Raphaël.

« Reposez-vous, s’il vous plaît, Monsieur. On dirait que je peux enfin vous rembourser ici, » déclara Kuroka en soulevant ses épées avec un sourire sur le visage.

« Ouais ! Je vais, genre, tout donner, moi aussi ! On ne peut pas laisser Monsieur Zagan faire tout le travail chez nous ! » ajouta Selphy. Puis, elle avait repoussé Lilith et avait continué. « Allez, toi aussi, Lilith. »

« Hein ? Je n’essaie pas de me racheter pour ne pas avoir tenu ma promesse ou quoi que ce soit, mais je rembourserai correctement la dette que nous vous devons pour nous avoir prêté votre pouvoir, » déclara Lilith.

Après ça, les trois filles avaient continué à défier le dragon noir.

« Allez, on doit les aider. Vous n’allez pas laisser une bande d’amateurs faire face à cette chose tout seuls, n’est-ce pas ? » demanda Nephteros en se levant et en tendant la main à Chastille.

« J’ai compris. Vous nous accompagnerez, n’est-ce pas, Barbatos ? »

« … Très bien. »

Tous les trois s’étaient également joints à la bataille.

Ils se bagarrent tous, alors pourquoi je me morfonds ? Sa fille le suppliait de l’aider, mais il ne pouvait pas répondre à ses espoirs et s’accrochait même à son épouse pour se réconforter.

Quel genre de parent suis-je !? Malheureusement, le corps de Zagan avait déjà été déchiqueté, donc toute tentative de déplacement était vaine. Son mana s’écoulait sauvagement dans des directions aléatoires, et même sa respiration produisait de la douleur à travers son corps jusqu’au point où il se sentait prêt à s’évanouir. Cependant, il ne pouvait pas rester dans un état aussi pathétique.

« Je vais… bien, Néphy… Va les aider…, » marmonna Zagan. Il y avait plus de mana au fond de l’océan qu’au-dessus de la terre, ce qui signifiait que le pouvoir des esprits utilisés par Néphy était forcément plus efficace. Il était sûr que son pouvoir serait plus utile quand il s’agissait de sauver Foll, mais Néphy avait enlacé Zagan et ne voulait pas le laisser partir.

« … Maître Zagan, je suis désolée, » répondit Néphy d’une voix emplie de regrets, puis elle ajouta. « Pour être honnête, je pensais que ce serait bien si ta malédiction n’était pas dissipée. »

Néphy avait fait cette confession comme si elle l’avait trahi.

« Néphy… »

Cependant, Zagan s’était trouvé incapable de lui en vouloir pour ces sentiments.

« Quand tu as été transformé en enfant… Je pensais exactement la même chose, » déclara Zagan.

À cette époque, Néphy était une enfant innocente qui pouvait naturellement sourire. Elle n’avait pas de souvenirs douloureux et avait devant elle un avenir brillant. Néphy aurait dû pouvoir grandir comme ça, après avoir mis de côté tous ses souvenirs douloureux.

Mais j’aime Néphy telle qu’elle est maintenant… Zagan était tombé amoureux de la Néphy qui était née de ces souvenirs douloureux. C’est pourquoi il avait traîné Orias dehors et avait ramené Néphy à la normale.

« Mais c’est différent, non ? Penser que tu dois rester comme tu es maintenant, c’est comme nier tout ce temps que tu as passé à faire de ton mieux pour vivre, non ? » Néphy avait regardé Zagan droit dans les yeux en disant cela, puis elle avait poursuivi. « Je ne suis pas une jeune fille pure comme dans ces histoires. J’ai fait des choses horribles, et j’ai imaginé pire encore, mais… quand même, je veux t’être utile, Maître Zagan. M’acceptes-tu ? »

La conscience de Zagan devenait de plus en plus floue, de sorte qu’il était incapable de discerner le vrai sens derrière les mots de Néphy. Pourtant, il avait souri le plus largement possible.

« N’est-il pas évident… que je t’accepterai ? N’as-tu pas… fait la même chose pour moi… tout ce temps ? » demanda Zagan.

Même quand Zagan avait été dégradé à un tel état d’impuissance, il n’y avait aucune chance qu’il n’accepte pas Néphy. En entendant cette réponse, Néphy poussa un soupir profond et sincère.

« Alors… accepte ceci. C’est… tout ce que je peux t’offrir. »

Néphy avait placé ses lèvres sur celles de Zagan.

 

 

Huuuuuuuuuuuuuuuuuuuh !? Quoi !?? Pourquoi s’embrasse-t-on maintenant ?

C’était quelque chose que Zagan avait l’intention de commencer de son côté… peu importe… Les yeux de Zagan s’écarquillèrent dans la confusion totale lorsqu’il vécut son premier baiser. Cependant, en même temps, il avait senti le flux de mana dans son corps revenir à la normale.

Un chemin ouvert… ? Le chemin nouvellement ouvert traversait Zagan et réparait l’écoulement brisé à l’intérieur de son corps. Et pas seulement le contrecoup de l’utilisation de la Forme du Dragon. Cela avait même réparé le flux de l’Emblème de l’Archidémon.

À ce moment-là, il se souvient d’un conte de fées qu’il avait entendu à l’époque où il était un enfant de la rue. Il avait oublié les détails exacts, mais la seule chose qui avait pu ramener le prince maudit à la normale… était un baiser de la princesse… Et, comme pour raconter ce conte de fées, son petit corps avait commencé à changer.

Ses bras minces et peu fiables étaient devenus épais et robustes. Ses jambes courtes s’étaient fermement ancrées dans le sol. Il devait lever les yeux sur Néphy avant, mais maintenant il était assez grand pour la regarder de haut. Ses vêtements n’avaient pas résisté au changement et s’étaient transformés en sa robe habituelle comme il l’avait porté auparavant. Et, au moment où ses lèvres se séparèrent de celles de Néphy en raison de sa croissance, le corps de Zagan était complètement revenu à sa forme habituelle, ce qui laissa en premier lieu, même Néphy, qui l’embrassa, en état de choc en le fixant.

« Tu es vraiment… redevenu… normal ? » demanda Néphy.

« O-ouais. On dirait bien…, » répliqua Zagan, incapable de croire en leur chance.

« Étais-tu au courant, Néphy ? Je veux dire… qu’une malédiction peut être brisée comme ça. »

« Il y a eu une scène comme ça dans une histoire que j’ai entendue récemment…, » les oreilles de Néphy étaient devenues rouges quand elle avait marmonné ces mots avant de continuer, « Mais… c’est quelque chose que Mlle Lilith a dit l’avoir appris de Mlle Alshiera, alors j’ai pensé que ça pourrait être lié… »

Était-ce un indice d’Alshiera… ? Même si elle semblait provoquée, se moquer de Zagan et l’embêter, elle donnait indirectement des conseils à Néphy sur ce qu’elle devait faire. En y repensant, il s’était rendu compte qu’elle était probablement aussi celle qui leur avait montré où étaient Nephteros et Foll plus tôt. Cependant, il semblait en premier lieu aussi qu’elle était celle qui avait attaqué Foll… Quelles étaient ses véritables intentions ?

« Elle n’a pas d’importance en ce moment. Je dois sauver notre fille gênante, » déclara Zagan en secouant la tête. Puis, il tendit la main vers le ciel, où les lumières éparses du Champ de Neige subsistaient encore. Sa sorcellerie était toujours en vigueur. C’est pourquoi il était sûr de pouvoir enfin leur montrer sa vraie forme.

« La forme du dragon de l’Écaille du Paradis. »

Les lumières du Champ de Neige se rassemblèrent une fois de plus à son appel, et cette fois-ci elles prirent la forme qu’il voulait. Soudain, un golem qui possédait la forme d’un dragon s’agenouilla devant eux.

« Allons-y, Néphy. On va récupérer Foll. »

« Oui, Maître Zagan ! »

Et ainsi, ils étaient tous les deux partis se battre contre le dragon noir.

***

Partie 5

Alors que Zagan et Néphy chargeaient en se tenant sur le sommet de la Forme du Dragon, le dragon noir leur lâcha son souffle sans aucune hésitation. Lilith avait déployé son Trésor sacré pour tenter de bloquer l’attaque, mais Zagan était juste un peu trop loin pour qu’elle puisse le faire.

« Ce n’est pas bon ! » Lilith hurla de désespoir. Mais Zagan répondit simplement avec un rire hautain.

« N’hésite pas ! L’Archidémon que vous servez ne cède face à personne ! » Zagan rugit quand son golem s’enfonça dans le souffle du dragon noir et avala jusqu’au dernier gramme de son mana. Immédiatement après, le dragon noir battit des ailes pour fuir vers le haut.

« Non ! Tu ne t’échapperas pas ! » s’exclama Selphy en tendant son bijou et en manipulant les courants de l’océan, obstruant les mouvements du dragon noir. Grâce à cela, il ne pouvait plus battre des ailes, alors il était coincé. Ainsi, comme son souffle et ses ailes étaient scellés, il essaya d’utiliser ses griffes pour abattre la forme du Dragon, mais…

« Je ne te laisserai pas faire ! »

« Allez, Zagan ! »

Kuroka et Chastille avaient utilisé leurs lames pour couper les pattes avant du dragon noir. Puis, Barbatos avait utilisé les ombres pour les éloigner à une distance sûre, puisqu’elles s’étaient complètement sans défense.

À ce moment-là, il n’y avait plus rien pour l’obstruer, alors Zagan avait atterri sur le dragon noir. Et quand il l’avait fait, il avait repéré Foll enterrée dans sa tête. Elle était encore plus grande qu’à l’origine, mais il était clair qu’elle avait commencé à retrouver sa forme originale.

« Je viens te chercher, Foll. »

« Zagan… ? » Foll ouvrit faiblement les yeux, leva les yeux vers lui et marmonna son nom en entendant sa déclaration.

« Attends un peu. Je vais nettoyer cette nuisance, » déclara Zagan en claquant des doigts, ce qui avait fait éclater des étincelles noires tout autour de Foll. C’était un Phosphore du Paradis fortement réprimé. Un grand trou s’était formé dans la tête du dragon noir, et tout ce qui restait était la jeune dragonne. Puis, alors qu’ils tombaient tous les deux du ciel, Zagan l’enlaça doucement. Foll avait probablement beaucoup de choses à dire et à demander, mais elle n’arrivait pas à faire beaucoup plus que s’accrocher faiblement à la poitrine de Zagan. Et alors qu’elle l’avait fait, Zagan et Néphy avaient enlacé leur fille ensemble.

Content d’être arrivé à temps… Kuroka, Chastille et les autres avaient peut-être réussi à vaincre le dragon noir, mais il n’y avait aucune garantie qu’ils auraient pu sauver Foll. Zagan y avait presque perdu sa précieuse fille.

« Franchement… ne m’inquiète pas tant que ça. »

Le dragon noir se tortillait encore sous eux. Bien qu’il ait perdu son noyau, il semblait encore posséder une certaine forme de sensibilité. Ils se trouvaient dans une situation où il pouvait déplacer ses crocs sur eux à tout moment, mais Zagan avait simplement enlacé Foll et lui avait caressé doucement la tête. Et puis, dans une tournure tout à fait évidente des événements, le dragon noir avait ouvert ses mâchoires massives et s’était précipité vers eux.

« Za… gan… derrière…, » Foll lui cria d’une voix faible, mais Zagan ne se retourna pas pour regarder le dragon noir.

« Tout va bien, Foll. Maître Zagan est ici, » déclara Néphy, faisant comme si elle comprenait parfaitement son rôle en pressant son front contre celui de Foll pour la calmer. À ce moment-là, Zagan arrêta de caresser la tête de sa fille, et balança légèrement sa main vers le dragon noir pour le chasser. Cependant, il ne serrait pas le poing, alors c’était plutôt comme une vague désinvolte pour une connaissance… Heureusement, la forme du Dragon était là pour répondre à ses salutations. Sa queue dorée écrasa le nez du dragon noir, le faisant éclater.

« Hein !? » Les yeux de Foll s’étaient ouverts en grand en raison du choc.

… Hm ? Sa puissance a beaucoup augmenté… Naturellement, il avait voulu qu’il soit assez puissant, mais il n’aurait pas dû être assez fort pour anéantir la tête du dragon noir. Il avait réfléchi à la question, et une pensée lui vint à l’esprit. Peut-être s’était-elle développée à cause du chemin qui s’était ouvert entre lui et Néphy… Quoi qu’il en soit, le dragon noir s’était calmé, alors Zagan avait finalement laissé partir Foll et avait regardé son visage.

« Tu ferais bien de t’en souvenir, Foll. Le pouvoir n’est pas quelque chose qui est simplement utilisé pour la destruction. C’est quelque chose qui peut être volé et gagné des autres. »

« Vo… lé… ? » Foll répéta ses mots, cherchant le sens derrière eux. Et, après avoir laissé sa fille à Néphy, Zagan fit monter la forme du Dragon en altitude. Ayant perdu son noyau et sa tête, le dragon noir s’effondrait.

Mais ça donne encore des coups de pied… Bien qu’il ne pouvait plus bouger, c’était encore une masse de mana enflée née du vol des pouvoirs d’un dragon et d’un Archidémon.

« Foll, tu es un dragon. Les dragons règnent au sommet de tous les êtres vivants et sont les prédateurs les plus puissants du monde. »

En termes simples, ils vivaient dans un royaume différent de celui des êtres qui devaient consommer de la nourriture pour vivre. Les dragons pouvaient piller et ils pouvaient s’attaquer au pouvoir lui-même. Il espérait qu’elle comprenait son point de vue.

« Dévoreur — Forme du Dragon. »

Le golem avait ouvert ses mâchoires et engloutit le cadavre du dragon noir. C’était l’Écaille du Paradis, une sorcellerie qui dévorait le mana de tout ce qu’elle touchait et l’utilisait pour amplifier ses propres capacités. Il n’avait pas disparu instantanément comme le Phosphore du Paradis, donc d’une certaine façon, il pourrait être considéré comme encore plus dangereux.

Je l’ai modelé d’après les dragons dans les légendes… À ce moment-là, le dragon noir ne pouvait plus garder sa forme. Et peu de temps après, le corps du dragon noir avait disparu dans l’eau, ne laissant absolument rien derrière lui.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire