Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 6 – Chapitre 3 – Partie 3

Bannière de Le Dilemme d'un Archidémon ***

Chapitre 3 : Ceux qui vivent au fond de la mer ne sont vraiment pas honnêtes avec eux-mêmes

Partie 3

Pourquoi Chastille est-elle ici ? Le corps de Zagan s’était raidi en entendant cette voix familière. Et en regardant derrière elle, il remarqua que Nephteros et Kuroka l’accompagnaient. Il y avait aussi plusieurs autres Chevaliers Angéliques, mais peut-être par chance, les trois idiots n’étaient pas parmi eux.

Alors qu’il se demandait pourquoi elle était là, Zagan se souvint des paroles de Raphaël tout à l’heure. « Après tout, le représentant des humains est choisi dans l’Église. »

Il avait mentionné que Chastille serait leur choix le plus probable, mais Zagan ne s’attendait pas vraiment à la voir. Et ainsi, il se cacha derrière Néphy avec agitation.

« Néphy ? Attends, pourquoi es-tu là ? » demanda Chastille alors que ses yeux s’élargissaient de surprise.

« Chastille ? Eh bien, c’est plutôt difficile à répondre…, » Néphy traînait en essayant de trouver une excuse. Zagan avait voulu que sa situation soit gardée secrète, mais elle n’était pas très douée pour mentir, alors elle avait l’air troublée alors qu’elle parlait avec la tête penchée sur le côté.

« Hm… ? Attends… Euh, je ne pense pas que ce soit possible, mais celle là-bas… Foll ? » demanda Chastille, alors qu’elle était clairement confuse en regardant Foll.

« Ouais. C’est moi. Tu l’as compris malgré le fait de ne pas être un sorcier. Comme c’est admirable, Tête de Poney, » répondit Foll.

« Que s’est-il passé ? Et il n’y a que vous deux ? Je ne vois Zagan nulle part… n’est-il pas là ? » demanda Chastille en se massant les sourcils comme si elle avait mal à la tête.

« C’est, euh… »

Merde. Chastille est en mode travail… C’était généralement une grosse pleurnicheuse, et une épave totale, mais tout changeait quand elle était en mode travail. Cela la rendait extrêmement fiable en tant qu’alliée, mais ce n’était pas ce dont Zagan avait besoin pour le moment.

« Que dites-vous, Lady Chastille ? N’est-il pas juste là ? » déclara Kuroka en pointant Zagan du doigt, ses oreilles triangulaires frémissant curieusement.

« Hein ? »

C’est vrai. Elle distingue les gens par leur odeur et leur présence, n’est-ce pas ? Zagan avait peut-être rétréci, mais rien d’autre n’avait vraiment changé chez lui. Et ainsi, il semblait que la perception de Kuroka de Zagan n’avait pas non plus été modifiée.

« Attends une minute… Qu’est-ce qu’il se passe ? » demanda Nephteros, apparemment déconcertée.

« A-Attends un peu… Qui est ce gamin ? Pourquoi ressemble-t-il autant à Zagan ? Ne me dis pas… ! » Les yeux de Chastille s’ouvrirent en grand comme si elle venait de réaliser la vérité avant de continuer. « Est-il l’enfant illégitime de Néphy et de Zagan ? »

Je vois qu’elle est redevenue comme d’habitude… Il semblait que malgré le fait d’être en mode travail, le choc de tout cela l’avait fait revenir à son état normal. Sentant que continuer à se taire ne ferait que causer d’autres problèmes, Zagan s’était avancé à contrecœur.

« Tu as réagi exactement de la même façon quand tu as vu Foll pour la première fois, » déclara Zagan.

« Hein !? Si tu le sais, alors… Pas possible, es-tu vraiment Zagan ? » déclara Chastille.

« Si tu veux rire, vas-y. J’ai fini comme ça après avoir échoué avec de la sorcellerie, » déclara Zagan.

« … Je ne rirai pas. Comment un sorcier de ton niveau a-t-il fini comme ça ? » Chastille avait posé cette question, espérant entendre une réponse, mais…

« HAHAHAHAHAHAHAHAHA ! Es-tu sérieux ? Es-tu vraiment Zagan !? »

Putain de merde. Comment ai-je oublié ? Si Chastille est là, alors cet idiot aussi… Zagan se rendit compte qu’un homme lugubre s’était soudain faufilé hors de l’ombre aux pieds de Chastille. C’était Barbatos.

« HAHAHAHAHAHAHAHAHA ! Je n’arrive pas à y croire ! Cet idiot de gamin est Zagan ? Je suppose qu’il est temps de se venger. Je vais t’achever et devenir un ArchidAMPH ! »

Le poing de Zagan s’était enfoncé dans la joue de Barbatos avant qu’il ait fini de parler. Il avait instantanément percé ses molaires, puis l’avait envoyé jusqu’au fond de la mer. Finalement, le substrat rocheux s’était effondré et le visage de Barbatos s’était volatilisé.

Chastille posa la main sur sa tête, l’air presque gêné, tandis que Kuroka semblait profondément émue, puisqu’elle tapait dans ses mains. Foll et Nephteros, par contre, ne semblaient pas du tout s’en soucier, tandis que Néphy affichait un sourire tendu comme si c’était une vue courante. Les valeurs aberrantes évidentes étaient Selphy et Lilith, qui tremblaient en se serrant l’une contre l’autre.

« Hm… J’avais l’intention de le tuer avec ça, mais il semble que cette forme me limite, » affirma Zagan en regardant la main qu’il avait utilisée pour frapper Barbatos. Le nombre de circuits qu’il pouvait construire en même temps n’avait pas été réduit, mais il semblerait qu’il y avait maintenant une limite à ce que sa force puisse être augmentée. Il n’avait même pas été capable de faire ressortir vingt pour cent de sa pleine puissance.

C’est un énorme problème… Il devait corriger ça avant qu’ils n’aient des ennuis. À ce moment-là, Kuroka semblait aussi avoir remarqué que quelque chose n’allait pas, alors elle s’était avancée en plissant ses sourcils.

« Euh… Monsieur, vous êtes… accroupis ? » demanda Kuroka, jugeant probablement la taille de Zagan d’après l’origine de sa voix. Cependant, il semblait qu’elle n’avait pas encore compris qu’il était devenu un enfant.

Le chat est déjà sorti du sac, alors je ne devrais pas l’oublier… Zagan prit la main de Kuroka et la plaça contre son propre visage. Il avait déjà entendu dire que les aveugles pouvaient saisir la forme des visages des gens en les touchant.

« Hum… Non, attends, hein ? » Les yeux de Kuroka s’ouvrirent en grand en raison de l’étonnement alors qu’elle se mit à trembler.

« Comprends-tu maintenant ? C’est ma forme actuelle, » déclara Zagan.

« Oh… Je vois…, » répondit Kuroka. Il semblerait qu’elle ait détesté toucher les visages des gens, puisque sa main tremblait encore.

« Oups, c’est ma faute, » déclara Zagan en lâchant sa main. Et une fois qu’il l’avait fait, elle avait reculé extrêmement vite.

« Kuroka, qu’est-ce qui ne va pas ? » demanda Nephteros en se tournant vers sa compagne.

« Oh, c’est juste que… mes mains… sont sales… alors toucher le visage de quelqu’un est un peu…, » déclara Kuroka, mais il était évident qu’elle se sentait plutôt gênée. Il semblait que Nephteros et Kuroka s’étaient rapprochées alors qu’elles vivaient à l’Église, ce qui plaisait énormément à Zagan.

« Hein… Kuroka ? Tout à l’heure… vous avez dit Kuroka, n’est-ce pas ? » demanda Lilith en déglutissant de façon audible.

« Hm ? Elles n’ont pas l’air sales. As-tu touché quelque chose de sale récemment ? » Nephteros plissa ses sourcils et posa cette question sans même penser à Lilith.

« Hmm, euh, euh, oui ! Je ne sais pas vraiment ce que c’était, mais c’était moelleux ! » déclara Kuroka.

« Sérieusement… ? Hé, sirène, es-tu d’ici ? Y a-t-il un endroit où elle peut se laver les mains ? » demanda Nephteros.

Cependant, avant que Selphy ne puisse répondre, Lilith fit entendre sa voix désespérée.

« Hé ! Es-tu... Kuroka ? Celle de la maison Adelhide !? » demanda Lilith.

« Hein… ? Oui. C’est moi, » Kuroka hocha la tête malgré sa confusion.

« C’est moi ! La succube Lilithiera ! Tu jouais beaucoup avec Selphy et moi, non ? » s’exclama Lilith alors que les larmes commençaient à couler dans ses yeux.

« Tu es… Lilith ? » murmura Kuroka alors que ses yeux s’élargissaient de surprise. Et en entendant cela, Lilith avait placé ses bras autour de Kuroka.

« WAAAAAAAAAAAAAH ! J’étais si inquiète ! Tu aurais au moins pu nous dire que tu étais encore en vie, gros nigaud ! » déclara Lilith.

« Désolée. Il s’est passé beaucoup de choses, » déclara Kuroka.

Elles se connaissent… Kuroka était une thérianthrope de Liucaon, Lilith y était membre de la royauté et Selphy résidait dans l’océan qui le reliait au continent. Ce n’était pas si étrange qu’elles soient liées d’une façon ou d’une autre. De plus, elles étaient toutes d’un âge proche, donc c’était logique qu’elles soient des amies d’enfance.

« Wôw ! Quelle coïncidence ! Kuroka, peux-tu dire qui je suis ? » demanda Selphy en se joignant à elles pour un câlin.

« Je vois que tu es toujours la même. Je me souviens de toi, » répondit Kuroka. Elle était bousculée par les deux indisciplinées, mais elle avait quand même l’air très heureuse.

« Alors, comment vont tante et oncle ? » demanda Selphy. Malheureusement, il semblait qu’elle n’avait pas réussi à lire l’ambiance.

« Je vois. Maintenant que j’y pense, tu t’es enfuie de chez toi avant que ça arrive…, » murmura Lilith alors que son visage se raidissait.

« Hein ? Qu’est-ce que tu veux dire ? » demanda Selphy en penchant la tête sur le côté. Cependant, il avait semblé un peu cruel d’obliger Kuroka à l’expliquer elle-même, alors Zagan s’était avancé.

« Le peuple de Kuroka a péri. Elle est actuellement protégée par l’Église. Pas vrai, Chastille ? » demanda Zagan.

Il était temps pour Chastille de se remettre de son choc. Alors qu’il se concentrait sur elle, Chastille lui fit un signe de tête ferme.

« Ouais. La prêtresse Kuroka fait un excellent travail à l’Église et est actuellement ma conseillère. Elle m’a été d’une grande aide, » déclara Chastille.

« Alors, c’est aussi pour ça que tes yeux… ? » Le sentiment d’optimisme sans fin de Selphy semblait s’estomper lorsqu’elle avait posé cette question.

« Oui. Comme je l’ai dit… beaucoup de choses se sont passées…, » Kuroka répondit avec un sourire troublé, ce qui fit baisse les épaules de Selphy et lui fit baisser la tête.

« Je ne savais pas du tout… Désolée…, » déclara Selphy.

« Tu n’as aucune raison de t’excuser. D’ailleurs, quelqu’un m’a sauvée, donc je n’ai pas de regrets, » affirma Kuroka en regardant vers Zagan.

« Je ne vois pas ce que tu veux dire. Honnêtement, tu devrais remercier Raphaël. Cela n’avait rien à voir avec moi, » répondit Zagan en haussant les épaules.

« Je vois… Même toi, tu es gêné, hein, Monsieur ? » déclara Kuroka.

Kuroka avait dit cela avant de frapper Lilith dans le dos et de lui demander. « Allez, n’es-tu pas là à cause de tes devoirs ? »

« … Je-Je-Je-Je sais, » déclara Lilith.

Après s’être finalement rappelé pourquoi elle était là, Lilith était devenue rouge vif et avait pris ses distances. Et même si ses yeux étaient encore rouges et enflés, le succube souleva les bords de sa jupe et fit la révérence devant eux.

« Je m’excuse pour ma présentation tardive. Je m’appelle Lilithiera Fauna Hypnoel. J’ai été envoyée pour guider les représentants de l’Église. Serait-il correct de supposer que vous êtes les envoyés ? » demanda Lilith.

Il semblerait que Lilith ait été envoyée pour servir de guide au groupe de Chastille. Sa déclaration avait attiré l’attention de tout le groupe de l’Église.

« Archange Chastille Lillqvist. Il semble que la prêtresse Kuroka n’ait pas besoin d’être présentée, mais voici mon amie personnelle, Nephteros. Et les autres sont mes subordonnés. Nous serons à votre charge, » déclara Chastille.

« … Et qui est-ce ? » demanda Lilith en montrant Barbatos du doigt, qui était toujours enterré la tête la première dans le sol.

« Un allié… probablement ? » répliqua Chastille avec hésitation. Elle n’aimait probablement pas encore l’idée d’appeler un sorcier aussi odieux un ami, ce qui était tout naturel, mais…

S’est-il passé quelque chose ? Zagan ressentait autre chose que du dégoût dans les mots de Chastille. Pendant qu’il essayait de reconstituer les choses, Chastille s’était approchée de Lilith.

« Il finira par se joindre à nous, alors laissez-le là, pour l’instant, » déclara Chastille.

« Vraiment…  !? Eh bien, peu importe. La capitale océanique est protégée par le Trésor sacré des sirènes, un sorcier ordinaire n’est donc pas une menace réelle, » déclara Lilith.

Selphy l’avait déjà mentionné, mais il semblait qu’il y avait vraiment un trésor sacré ici. Et c’était une arme à égalité avec les épées sacrées.

« En parlant de Trésors sacrés, est-il semblable à celui de Liucaon ? Je m’y intéresse en tant que manieuse d’une épée sacrée, » déclara Chastille.

« C’est juste une réplique, donc je doute qu’il ait beaucoup de pouvoir. Quant à l’original…, » Lilith jeta un coup d’œil sur Kuroka. Et peut-être, voyant son regard, Kuroka fit un signe de tête.

« Le Trésor sacré de Liucaon est connu sous le nom de ciel sans lune. Il se compose d’une paire d’épées opposées, » déclara Lilith.

« Hein, une paire d’épées ? Vous ne pouvez pas vouloir dire…, » le visage de Chastille s’était raffermi à mesure que ses mots s’éloignaient.

« Oui. C’est mon peuple qui a consacré le ciel sans lune, » déclara Kuroka en dégainant ses lames. Cela avait vraiment surpris Zagan et Nephteros.

Est-ce pour ça que ces épées courtes aient réagi au mysticisme céleste ? Si tel était le cas, les trésors sacrés étaient probablement liés aux épées sacrées et aux elfes.

« La maison de Selphy Neptuna, la maison de Kuroka Adelhide, et ma maison Hypnoel sont les trois grandes familles royales qui ont hérité des Trésors sacrés de Liucaon, » déclara Lilith en gonflant fièrement sa poitrine.

En d’autres termes, il n’y a que trois trésors sacrés… Les épées courtes de Kuroka étaient aussi fortes qu’une épée sacrée. L’idée qu’une petite nation insulaire comme Liucaon avait en sa possession trois artefacts de ce genre était assez terrifiante. Pourtant, cela signifiait qu’il y avait une possibilité que l’un d’entre eux puisse le guérir.

« Maintenant, chers invités. Nous ne savons même pas si les derniers invités vont venir, alors vous êtes probablement les derniers, » dit Lilith en montrant du doigt le temple.

« Mes excuses pour le retard… Attends, qui a disparu ? » demanda Chastille.

« Le nouvel Archidémon. Il n’a jamais envoyé de réponse, donc il ne viendra probablement pas, » répondit Lilith.

« Hein ? Par Archidémon, vous voulez dire…, » Chastille regarda Zagan, mais il avait mis son doigt sur ses lèvres pour l’exhorter à se taire.

Je me fous de cette conférence. Je suis juste ici pour trouver un moyen de retrouver ma vraie forme… Il n’avait vraiment pas eu le temps de parler à des étrangers.

« Tu me suis, n’est-ce pas, Kuroka ? As-tu le temps de parler ? » demanda Lilith.

« Oui. Rattrapons-nous, Lilith, » déclara Kuroka.

Selphy n’avait rien dit quand elle avait vu ses deux amies d’enfance partir. Et peu de temps après, Zagan l’avait giflée.

« Ça fait mal, Monsieur Zagan…, » déclara Selphy.

« Comme si ça m’intéressait. Écoute, tu es trop bruyante, alors tu nous fais nous démarquer. Dégage, va-t’en, » déclara Zagan.

« Voulez-vous dire que je devrais y aller avec Lilith et les autres ? » demanda Selphy en regardant Zagan avec surprise.

« … Je me fiche d’où tu vas. Fais ce que tu veux, » déclara Zagan.

« Merci. Je n’oublierai jamais cette dette, ou ce que vous avez fait pour Kuroka ! » Selphy avait tapoté la tête de Zagan avec des paillettes dans les yeux quand elle avait dit ça.

« Peu importe. Va-t’en, espèce d’ennui sur patte, » déclara Zagan.

Après que Zagan l’eut cruellement repoussée, Selphy agita le bras en l’air si vigoureusement qu’elle avait l’impression qu’elle allait s’envoler à tout moment avant de courir après ses amies.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire