Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 6 – Chapitre 2 – Partie 8

Bannière de Le Dilemme d'un Archidémon ***

Chapitre 2 : Ma mignonne fille a grandi et j’ai rétréci. Et maintenant ?

Partie 8

« Pfff ! Vraiment, Dieu merci. Monsieur l’Archidémon n’avait pas l’air de se soucier du tout de cette conférence, » dit Selphy, apparemment de bonne humeur alors qu’elle préparait une soupe dans la cuisine. Elle était de si bonne humeur qu’elle avait même commencé à fredonner. Et alors qu’elle l’avait fait, son patron, qui préparait le plat principal derrière elle, avait poussé un gémissement.

« Imbécile. Mon seigneur n’est pas en mesure de participer à cette bagatelle parce qu’il est beaucoup trop occupé, mais pensez-vous que vous pouvez vous en servir comme raison pour vous exempter ? » déclara Raphaël.

« Voulez-vous dire qu’un représentant pourrait être obligé d’y aller, alors que je ne devrais pas commence à fêter ça ? C’est tout à fait bien. Comme je l’ai dit, M. Archidémon n’avait pas l’air de s’en soucier. En plus, s’il y allait, tout le monde aurait peur, alors, ça marcherait mieux ! » déclara Selphy.

Selphy parla à l’homme plutôt effrayant d’une manière désinvolte. Le visage et la conduite de Raphaël étaient terrifiants, mais une simple conversation suffisait pour réaliser qu’il était au fond un homme bon. En fait, on pourrait dire qu’il était la personne la plus gentille que Selphy ait rencontrée. Eh bien, à part Néphy, en tout cas.

Il passe beaucoup de temps à m’entraîner pour mon travail, et me félicite si je réussis bien… Il était toujours droit et honnête, bien que peu de gens l’aient remarqué à cause de sa façon de parler. Il était très malheureux que son phrasé et son choix de vocabulaire aient été maladroits et aient créé des malentendus.

Cependant, cette partie de lui ressemble un peu à une amie de chez moi… Même Selphy avait au moins une personne qu’elle pouvait appeler une amie. Elle ne lui avait pas parlé depuis qu’elle avait fui sa ville natale, mais son amie d’enfance était quelqu’un qui parlait et agissait un peu comme Raphaël. Elle avait aussi laissé Selphy chanter tout ce qu’elle voulait.

« Hmph… Il semble que vous ayez aussi compris l’étendue du cœur de mon seigneur. Il a de véritables ambitions, il a donc une connaissance approfondie des techniques qui peuvent à la fois détruire et apprivoiser les masses ignorantes, » déclara Raphaël en ricanant devant elle.

« De véritables ambitions… Oh, comme, à propos de Mlle Néphy ? Eh bien, vous avez raison. Les voir flirter toute la journée le rend vraiment moins effrayant, » déclara Selphy.

Ce majordome convenait parfaitement à cet Archidémon, en ce sens qu’ils avaient tous les deux agi de manière déconcertante. L’Archidémon était cependant relativement facile à lire et surtout quand il s’agissait de la femme qu’il aimait. La façon dont il courait dans la confusion quand il s’agissait de parler à Néphy ne convenait pas à l’aura de terreur et de majesté qui entourait généralement les Archidémons. Et à ce moment-là, il avait l’air d’un garçon maladroit ordinaire.

Pourtant, il peut transformer un bateau entier en poussière avec un seul coup de poing… En gros, il pourrait pointer la tête de Selphy et l’envoyer dans l’au-delà en plaisantant. Et à cet égard, c’était vraiment un Archidémon. Cependant, si tous les autres Archidémons étaient des gens comme Zagan, le monde aurait probablement été un endroit beaucoup plus paisible.

« Hé ! Faites un peu attention ! » Raphaël avait rugi sur Selphy alors qu’elle se perdait dans ses pensées. Et quand elle leva les yeux, elle vit que le majordome la fixait d’un regard féroce.

« Arght, avez-vous découvert que je voulais un peu en goûter ? » demanda Selphy.

« Vous allez tout gâcher. Enlevez la marmite du feu, » déclara Raphaël.

« Oh, d’accord… Hm, quel goût ça a ? Ce ne serait pas mieux si c’était un peu plus sucré ? » Selphy déclara cela, puis avait immédiatement pris une serviette mouillée et avait retiré le pot du feu. Après avoir versé une partie de la soupe dans un petit plat et l’avoir goûtée, elle avait mis la tête sur le côté. Raphaël avait suivi son exemple et goûta aussi la soupe, mais secoua la tête à la place.

« Non, c’est bien. L’assaisonnement du plat principal est assez fort, il s’accordera donc bien avec le goût de cette soupe. Vous vous êtes admirablement bien débrouillée, » déclara Raphaël.

« Yaaay ! Monsieur Raphaël m’a louée ! » s’exclama Selphy en levant les mains en l’air pour célébrer. Et à ce moment précis, un grand thérianthrope s’était jeté dans la cuisine.

« Je suis désolé de vous déranger. Mes mains sont libres en ce moment, donc y a-t-il quelque chose que je puisse faire pour vous aider ? » demanda-t-il.

Ce thérianthrope à la crinière touffue et au visage de lion était Kimaris. Comme Gremory, il était le serviteur de confiance de Zagan. En fait, tous les deux étaient si puissants qu’ils s’étaient disputé la première place parmi les disciples de Zagan. Cependant, malgré cela, il avait été si gentil qu’il était même passé les aider dans la cuisine quand il avait du temps libre.

« En effet. Vous arrivez au bon moment. On a presque fini ici. Prenez assez d’assiettes pour tout le monde, » Raphaël ne perdit pas de temps et avaient immédiatement aboyé ses ordres.

« D’accord, d’accord. Mlle Selphy, ces assiettes doivent être lourdes. Alors, laissez-moi m’en occuper, » déclara Kimaris.

« Merci, Monsieur Kimaris. Monsieur Raphaël a même fait l’éloge de ma soupe aujourd’hui, donc je suis, genre, totalement confiante sur le goût ! » déclara Selphy.

« Alors, j’ai hâte d’y goûter, » déclara Kimaris, puis il pencha la tête sur le côté et demanda. « Que ferons-nous des portions de Sire Zagan et de Foll ? Je crois qu’ils sont sortis en ce moment. »

« Je n’ai pas été informé de l’heure de leur retour, mais nous devrions quand même nous y préparer, » déclara Raphaël.

Kimaris accepta tranquillement les ordres du majordome, mais la curiosité le vainquit.

« … Au fait, s’est-il passé quelque chose aujourd’hui ? Je n’ai pas non plus vu Mlle Gremory, » déclara Kimaris.

« Hm… Je suis certain que mon seigneur vous en aurait informé directement lui-même, mais un petit problème s’est produit. Gremory l’accompagne dans sa chasse à la solution, » déclara Raphaël.

« … Qu’a fait Mlle Gremory cette fois ? » demanda Kimaris en se grattant la tête.

« Ce n’est pas comme si la coupable était forcément Mlle Gremory ! » déclara Selphy.

D’autres sorciers traitaient Gremory comme une grand-mère ennuyeuse, mais Selphy pensait qu’elle était une bonne personne. Elle donnait souvent des bonbons à Selphy et la regardait avec un large sourire. Pourtant, Kimaris, qui était censé être son meilleur ami, avait fait une expression sévère en secouant la tête.

« Non, si ce n’était pas sa faute, Sire Zagan aurait aussi demandé mon aide. Le fait qu’il ne l’ait pas fait doit vouloir dire qu’il ne veut pas que je me sente coupable de l’erreur de Mlle Gremory. Mais je suppose qu’il est aussi possible qu’il n’ait tout simplement pas eu le temps de me le dire, » déclara Kimaris, puis il s’arrêta et ajouta. « Et aussi, Lady Néphy a grondé Mlle Gremory hier. Elle avait l’air plutôt en colère, donc je suis sûr que c’était de sa faute. »

« … Oh, » murmura Selphy. Elle n’avait pas pu réfuter ce dernier point. L’idée même que Néphy se mette en colère semblait impossible, alors il devait y avoir une bonne raison pour que cela arrive.

« Maintenant que j’y pense, Sire Raphaël, avez-vous réussi à interroger Sire Zagan sur la question dont nous avons discuté ? » demanda Kimaris en se tournant soudain vers Raphaël.

« Argh… Non, il a été très occupé, donc je n’ai pas eu le temps, » répondit Raphaël d’une manière extrêmement vague, ce que Selphy trouvait assez étrange.

« Hein ? S’est-il passé quelque chose ? » demanda Selphy.

« Ce n’est rien d’important. Ça n’a rien à voir avec vous, » déclara Raphaël.

« Aww, allez ! N’est-on pas copains de cuisine ? Me laisser dehors, c’est vraiment méchant ! S’il vous plaît, dites-le-moi ! » Selphy avait fait une crise de colère, mais c’était Kimaris qui avait l’air de s’excuser.

« Mes excuses, Sire Raphael. J’aurais dû faire plus attention…, » déclara Kimaris.

« C’est correct. Ce n’est pas vraiment quelque chose qui a besoin d’être caché, » déclara Raphaël, puis se tourna vers Selphy et expliqua. « J’ai fait des rêves étranges dernièrement. Ce sont probablement les souvenirs d’un certain dragon. »

« Par dragon, vous voulez dire quelqu’un comme Foll ? Pourquoi un humain les verrait-il ? » demanda Selphy.

« En raison de certaines circonstances spéciales, j’ai du sang de dragon qui coule en moi… Quoi qu’il en soit, comme les visions sont si fréquentes, j’ai l’impression que ce dragon essaie de me dire quelque chose, » déclara Raphaël.

« Je vois. C’est pourquoi la petite dame est si attachée à vous, Monsieur Raphaël ! » Selphy acquiesça d’un signe de tête, clairement satisfaite de la déduction étrange qu’elle a faite.

« … » Raphaël et Kimaris regardaient Selphy comme s’ils étaient face à un gosse muet.

« Ce ne sont que des rêves. C’est bien de ne pas déranger mon seigneur avec des choses aussi mineures quand il est déjà dans le pétrin, » déclara Raphaël.

« Non, attendez. S’il s’agit de rêves, alors mon amie Lilith est une sorte d’experte, » Selphy déclara ces mots sur un ton inquiet. Elle pensait que Raphaël pourrait s’effondrer s’il portait ce fardeau tout seul.

« Je sais que cela peut paraître impoli, mais les sirènes ne sont-elles pas plus liées à une sorte de sommeil éternel ? » demanda Raphaël.

« Lilith est une succube. Elle peut entrer dans les rêves des gens et leur faire des farces. Parfois, quand je faisais une sieste, elle me faisait voir un rêve où j’étais tuée par des sorciers. Heureusement, quand je me suis réveillée, ma grande sœur me réconfortait ! » déclara Selphy.

« Êtes-vous certaine que vous n’avez pas vu ces rêves après avoir été frappés à la tête… ? » Raphaël avait laissé échapper une voix étonnée, mais il avait fini par céder, avait fait un sourire tendu et avait dit. « Eh bien, si l’occasion se présente, j’accepterais cette offre. »

« Je n’ai pas vraiment l’occasion de rencontrer mes amies de chez moi. Ce serait, genre, totalement gênant de me montrer après tout ce temps ! » Selphy avait expliqué sa situation difficile, ce qui expliquait aussi pourquoi elle était contente que Zagan ne tienne pas compte de la conférence.

« Raphaël ! Cette idiote de Selphy est-elle dans le coin ? »

Selphy entendit un ton un peu familier, mais la voix était celle d’un enfant qu’elle ne connaissait pas. Lorsqu’elle s’était tournée vers la source, elle avait vu un jeune garçon enfoncer pratiquement la porte en entrant dans la cuisine. Il avait l’air d’un héritier d’une famille noble, car il portait une chemise fringante et une veste élégante. Elle avait l’impression qu’il ressemblait à quelqu’un qu’elle connaissait, mais Selphy ne connaissait aucun enfant. Il était tout à fait possible qu’il ait été enlevé par l’un des sorciers.

Un enfant ? S’est-il perdu ou quoi ? Selphy le regarda avec émerveillement, troublée par l’apparition soudaine de l’enfant.

« Hein… ? Monsieur… Zagan… ? » Kimaris avait crié ces mots d’une voix choquée.

« Oh, tu es là aussi, Kimaris ? Parfait. Je te cherchais aussi, » répondit l’enfant d’un ton un peu hautain.

Pourquoi le nom de Zagan était-il sorti de la bouche de Kimaris ? Selphy avait supposé qu’il devait être fatigué après tout son travail. C’était soit ça, soit elle avait mal entendu. Elle ne savait pas qui avait amené ce gamin au château, mais elle avait pitié du fait qu’il était coincé ici. Ainsi, Selphy gonfla sa poitrine alors qu’elle se tenait devant le garçon.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire