Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 6 – Chapitre 2 – Partie 5

Bannière de Le Dilemme d'un Archidémon ***

Chapitre 2 : Ma mignonne fille a grandi et j’ai rétréci. Et maintenant ?

Partie 5

Dans le bureau de l’Église.

Chastille était en train de mâcher du pain pour le petit-déjeuner, assise à son bureau.

« Hein ? Un rassemblement d’anciens ? » demanda Barbatos en sortant de l’ombre avec un morceau de viande dans les mains. Il possédait un visage malsain avec de grandes ombres autour des yeux, qui n’étaient pas vraiment différentes de la normale même si Nephteros les avait guéries l’autre jour, et plusieurs amulettes pendaient de son cou. Barbatos froissa ses cheveux mal coiffés en levant les yeux vers Chastille, qui s’éclaircit la gorge d’une toux suspecte.

« C’est une conférence importante où toutes les races du continent se rassemblent. S’il te plaît, ne cause pas d’ennuis, d’accord ? De plus, ne parle pas pendant que tu manges. C’est malpoli, » déclara Chastille.

« Oh, franchement ! Quel genre de conneries veux-tu exactement que je fasse ? Je t’ai protégée comme un gentleman pendant tout ce temps, alors ait au moins un peu confiance ! » déclara Barbatos.

« Je pense que tu essaierais de capturer toutes les espèces rares que tu verras, tu sais ? » déclara Chastille.

« Hein ? Eh bien, oui, je suis un sorcier. Pourquoi ne ferais-je pas ça ? » demanda Barbatos.

Chastille poussa un soupir pendant que son mal de tête s’installait. Cet homme était l’ami indésirable de Zagan, un ancien candidat Archidémon, et aussi le sorcier qui devait l’accompagner. On ne pouvait pas lui faire confiance, mais il était aussi plutôt fiable.

« Je te dis de ne pas faire ça. Écoute, je ne pars pas seulement au nom de l’Église. Ils m’ont choisie pour représenter tous les humains, » déclara Chastille.

« Ouais ouais, ne t’inquiète pas. Ton baby-sitter te suivra partout, » déclara Barbatos.

Barbatos était capable de parcourir n’importe quelle distance en un instant. C’était une capacité assez utile, mais cela signifiait aussi qu’elle ne pourrait jamais se débarrasser de lui.

Ce n’était pas quelqu’un de mauvais au fond de lui… Non, c’était un méchant pourri jusqu’à la moelle, mais en de rares occasions, il avait démontré un côté doux. Cependant, cela n’avait pas changé le fait qu’il était normalement un individu irrémédiable. Et juste au moment où Barbatos commençait à ricaner, une épée courte avait été poignardée sur le sol sous les yeux.

« C’est quoi ce bordel !? » s’écria Barbatos.

« Oh, désolée. Ma main a glissé. La prochaine fois, je m’assurerai de te le mettre sur le cou, » déclara Kuroka.

« Excuse-toi correctement, bon sang ! » s’écria Barbatos.

C’est Kuroka qui l’avait nargué sans une once de timidité dans sa voix. Elle était entrée dans la pièce avec une lettre en main, accompagnée de Nephteros et d’un chevalier angélique. Comme toujours, Kuroka portait deux épées courtes. Bien qu’à ce moment particulier, l’une était dans le sol devant Barbatos et l’autre était prête à le poignarder au visage.

« Espèce de salope… Qu’est-ce que tu fous, bon sang !? » s’écria Barbatos.

« Euh, je pensais juste faire un petit nettoyage… ? » répondit Kuroka. Puis, elle tourna ses yeux vides vers lui d’un regard froid et pencha la tête sur le côté avant de dire. « S’il te plaît, surveille ton langage, Monsieur le Sorcier. Sans Lady Chastille, je te couperais la tête ici et maintenant. »

« En veux-tu aux sorciers ou quoi ? » demanda Barbatos.

« Je ne leur pardonnerai jamais d’avoir volé mes amis, ma famille et la lumière dans mes yeux…, » déclara Kuroka.

« Merde, celle-ci est sérieuse…, » murmura Barbatos en fermant sa gueule. Kuroka était en bons termes avec Zagan, qui avait réglé les choses entre elle et Chastille, mais cela ne voulait pas dire qu’elle avait soudainement pardonné à tous les sorciers. En fait, elle se méfiait plus que jamais d’eux parce que Chastille semblait leur faire confiance aveuglément.

« Kuroka, être en colère contre lui chaque fois ne fera que te fatiguer, » déclara Nephteros, exaspérée.

« … Tu as échappé de justesse à la mort, Monsieur le Sorcier. Ne présume pas que tu t’en sortiras bien la prochaine fois, d’accord ? » dit Kuroka d’un ton sec alors qu’elle envoya voler l’épée à pieds avant de l’attraper habilement dans les airs.

« Vas-y, salope ! As-tu oublié que je t’ai sauvée la dernière fois !? » déclara Barbatos.

« Bon sang… Arrête, Barbatos. Tu as dit que tu venais au rassemblement des anciens, n’est-ce pas ? Tu devrais au moins aller te préparer pour le voyage, » déclara Chastille.

« Attends, ne vas-tu pas me dire de rester derrière ? » demanda Barbatos en la fixant d’un air émerveillé.

« Tu me suivras de toute façon, n’est-ce pas ? Dans ce cas, reste à mes côtés, » déclara Chastille.

« … D’accord, » Barbatos avait répondu avec hésitation comme s’il ne savait pas comment réagir. Et ainsi, il s’était enfoncé dans l’ombre et avait disparu.

Kuroka lâcha un « hmph » en regardant son ombre avec ses queues droites, mais Barbatos était parti, donc il n’y avait plus personne pour réagir à ça. Chastille devint impatiente en la regardant faire cela et décida de l’appeler.

« Il me taquine, Kuroka. Tu n’as pas besoin de faire attention à lui, » déclara Chastille.

« Lady Chastille, je sais très bien que c’est impoli de ma part de dire ça, mais cet homme est un monstre. C’est un méchant pourri jusqu’à la moelle. Je ne prétends pas que tous les sorciers sont mauvais, mais il l’est. Un Archange comme vous ne devrait pas vous associer à lui, » déclara Kuroko.

Que faire ? Je ne peux rien nier de tout cela, mais… Chastille avait été stupéfaite par l’argument solide de Kuroka. Heureusement, Nephteros avait décidé de lui lancer une bouée de sauvetage.

« C’est ce qui fait de lui le parfait garde du corps. Barbatos est un sorcier avide et égoïste, donc il ne vous trahira jamais tant que vous le payez bien, » déclara Chastille.

« C’est certainement une autre façon de voir les choses, mais…, » Kuroka marmonnait de mécontentement alors que Nephteros secoua la tête avec ses cheveux d’argent.

« Ce type ne protégerait-il pas Chastille gratuitement ? » demanda Nephteros.

« Hein… ? Pourquoi penses-tu qu’il ferait ça ? » demanda Kuroka alors qu’elle et Chastille penchaient la tête sur le côté. Puis, Nephteros avait répondu à sa question sur un ton factuel.

« Je veux dire, n’est-il pas amoureux de Chastille ? » demanda Nephteros.

Amoureux… ? De moi ? Non, attends… ? Amoureux de moi… ? Chastille était incapable de comprendre ce qu’elle venait d’entendre. Au bout d’un moment, un vocabulaire qui n’avait aucun sens dans ce contexte avait traversé son cerveau.

« Je te dis qu’il est fou amoureux de toi, » Nephteros avait reparlé afin de tenter d’endiguer l’immobilisme de Chastille.

« AWEGQWERGQQQQQQ !? » Chastille avait émis des sons, puis avait dit. « Qu’est-ce que tu dis ? »

« Quoi donc, Mlle Nephteros ! L’amour ? S’il vous plaît. S’il ressent ça, alors c’est plutôt un harceleur dégoûtant ! » déclara Kuroka.

« N-Non, tu n’as pas besoin d’aller aussi loin…, » fit remarquer Chastille, encore complètement choquée.

« Ai-je tort ? » dit Nephteros, en plissant ses sourcils.

« Tu te trompes complètement ! Je veux dire, c’est Barbatos ! » déclara Chastille.

« Qu’est-ce que c’est censé vouloir dire… ? » répondit Nephteros avec étonnement. Puis elle déclara. « La voix de ce type monte d’une demi-octave chaque fois qu’il te parle. En plus, il a même commencé à t’appeler par ton prénom récemment. Et par-dessus tout, il est toujours de bonne humeur quand vous parlez tous les deux. »

« Hum, euh, euh, il n’y a aucune chance…, » murmura Chastille, l’air secoué à l’aube de la vérité.

Maintenant que j’y pense, il s’est sacrifié pour me sauver quand Kuroka a attaqué pour la première fois… Un sorcier qui ne se souciait que d’être payé n’aurait pas mis sa vie en danger. Et pourtant, Barbatos avait sauté devant elle pour servir de bouclier et s’était laissé couper et poignarder à plusieurs reprises. Chastille savait très bien qu’il n’était pas un homme qui ferait une telle chose, alors…

« En plus, quand tu lui as dit de rester à tes côtés, ses oreilles sont devenues rouges. Ça ne veut-il pas dire qu’il est amoureux ? » Nephteros avait porté son coup de grâce d’une manière calme et régulière.

« S-Stop ! S’il te plaît, arrête-toi là ! Si tu en dis plus, je ne saurai même pas comment lui faire face…, » Chastille marmonna d’un ton embarrassé.

« Notre meilleure ligne de conduite est de l’achever, n’est-ce pas ? Ne vous inquiétez pas, grâce à mon temps avec Azazel, je suis une experte, » déclara Kuroka.

« Arrête-toi là ! » cria Nephteros en saisissant la nuque de Kuroka, l’empêchant de partir pour mener à bien son intrigue odieuse.

« Veux-tu la preuve qu’il ne nous trahira pas, n’est-ce pas ? Eh bien, maintenant tu l’as. Pourquoi trahirait-il la femme qu’il aime ? » demanda Nephteros.

« C’est un bon point, mais…, » déclara Kuroka.

Ce Barbatos… avec moi ? Chastille pensait que l’idée était impossible, mais pour une raison ou une autre, il lui était difficile de la nier complètement. Et pendant qu’elle souffrait de ces sentiments, le Chevalier Angélique à côté de Nephteros avait eu un sourire tendu.

« Arrêtez, Lady Nephteros. La plupart des femmes n’aiment pas parler de leur vie amoureuse en public. »

« Vraiment ? » demanda Nephteros.

« Oui. N’avez-vous pas d’expérience dans ce domaine ? »

« Ce n’est pas le cas. Après tout, je suis loin d’être aussi vieille que j’en ai l’air, » déclara Nephteros en haussant les épaules. En vérité, il n’y avait même pas tout une année depuis sa création. Elle était terriblement blessée par le fait qu’elle n’était que le clone de Néphy, et qu’elle s’en inquiétait encore, mais curieusement, Chastille ne sentait même pas un soupçon d’agonie dans sa voix.

Il semble qu’elle en soit à un point où elle peut en parler maintenant…, Chastille priait pour que ce soit vrai, car rien n’aurait pu la rendre plus heureuse.

« Je suis sûr que vous finirez par rencontrer un homme qui vous chérit plus que tout au monde, Lady Nephteros, » dit le Chevalier Angélique d’une manière charmante.

« Je me demande s’il y a quelqu’un qui a si mauvais goût…, » déclara Nephteros.

« Il y en a un, c’est sûr. En fait, je vous le garantis. »

Elle est peut-être observatrice, mais elle est complètement ignorante quand il s’agit d’elle-même… Ce chevalier angélique, Richard, faisait partie de la patrouille qui était tombée sur Nephteros lorsqu’elle avait été attaquée par la chimère. Après s’être remis de ses blessures, il avait continué d’essayer d’interagir avec elle autant que possible, ce qui montrait clairement qu’il était amoureux de Nephteros.

« … Sire Richard, tenez bon, s’il vous plaît, » déclara Kuroka en poussant un long soupir. Ses oreilles s’étaient pratiquement affaissées de déception en les regardant interagir. Richard, cependant, n’avait fait qu’un sourire tendu en réponse.

Ne pensons plus à l’affaire Barbatos pour l’instant. Je suis sûre que c’est juste l’imagination de Nephteros… Chastille pensa en finissant par mettre de l’ordre dans sa tête et sa respiration.

Malheureusement, une nouvelle question lui était soudainement venue à l’esprit et l’avait jetée une fois de plus dans le désarroi. Qu’est-ce que je pense de Barbatos… ?

Cela ne faisait même pas une semaine qu’elle avait fait le point quand à son amour envers Zagan, alors Chastille s’était trouvée incapable de répondre à cette question.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

Laisser un commentaire