Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 5 – Chapitre 4 – Partie 5

Bannière de Le Dilemme d'un Archidémon ***

Chapitre 4 : Aimer quelqu’un comporte de nombreux malentendus fastidieux, mais ils en valent tous la peine

Partie 5

« Restez calme, Chastille ! » Nephteros réprimanda Chastille, ce qui la ramena à la raison. Même maintenant, la chimère portant les vêtements de Kuu les regardait de la place.

« C’était une thérianthrope du nom de Kuu. Ce n’est pas possible…, » Chastille se couvrit la bouche comme si elle avait envie de vomir en disant ça.

« … Nous ne sommes pas encore sûres que c’est ce qui s’est passé, alors concentrez-vous d’abord sur le combat contre cette chose. Soyez avertis, vous n’aurez pas le luxe de me voir vous protéger dans ce combat, » déclara sévèrement Nephteros. Bien qu’elle ait semblé encourager Chastille en même temps.

« Vous avez raison. Si la personne que j’ai juré de protéger finit par être celle qui me protège, je ne pourrais même pas montrer mon visage à cette fille, » déclara Chastille en rassemblant sa volonté, en tendant la main à Nephteros, et en continuant avec un « Allons-y, Nephteros. On va s’en occuper ensemble ! »

« … N’ai-je pas déjà dit que c’était le plan ? » dit Nephteros, évitant de regarder Chastille. Elle avait toujours sa main tenue par la sienne. Toutes les deux avaient ensuite sauté par la fenêtre jusqu’à la place. Peut-être en raison de la sorcellerie de Nephteros, leur descente avait été lente et elles n’avaient pas ressenti d’impact sur le sol malgré une chute de deux étages. Et après elles, les Chevaliers angéliques étaient sortis en courant de l’église.

« Chevaliers, concentrez-vous sur la réduction des dégâts dans les environs ! On va s’en occuper ! » cria Chastille en donnant des ordres à ses subordonnés. Elle leur avait fait savoir à l’avance que la chimère ne pouvait pas être endommagée par des armes normales, donc ils savaient qu’ils n’avaient aucune chance. Les fidèles chevaliers angéliques se dispersèrent dans les environs pour protéger la ville. Et, alors que Chastille dégainait l’Épée Sacrée à son dos, Nephteros éleva la voix.

« Bifrons, vous regardez, c’est ça ? Combien de temps comptez-vous jouer ? » demanda Nephteros.

« Fufufu, bien que tu aies eu l’air d’une petite fille sur son lit de mort hier, tu as l’air énergique après seulement une nuit de repos. Je suis heureux de voir ma jolie marionnette en si bonne santé, » la voix de Bifrons sortait de la chimère avec un petit rire. C’était la voix de l’Archidémon répugnant que Chastille avait déjà entendue sur le pont de ce bateau. La chimère étendit alors l’un de ses bras, qui ressemblait à un morceau de viande.

« C’est une bonne chance, alors laisse-moi-le dire encore une fois. Tu t’es assez amusée à t’enfuir de chez toi. Il est temps que tu reviennes. Ce n’est pas grand-chose, puisque je me suis aussi bien amusé, donc je ne t’en tiendrai pas rigueur, » déclara Bifrons en riant.

« Je ne suis pas votre marionnette. Je vous résisterai jusqu’au bout, » répondit avec détermination Nephteros en serrant les dents, alors que le corps de la chimère tremblait comme si son cœur sadique était excité.

« Mmmm. C’est ce qui fait de toi ma Nephteros. Pourtant, tu n’as pas besoin de résister, n’est-ce pas ? Tout ce que je veux, c’est te ramener à la maison. Ce n’est pas comme si j’avais l’intention te faire du mal, OK ? » déclara Bifrons.

« Vous avez du culot de dire ça…, » répondit Chastille en se sentant très en colère par cette déclaration. C’était logique, puisque Nephteros était sur le point de mourir d’épuisement quand elle l’avait trouvée hier.

Après lui avoir fait subir quelque chose d’aussi cruel, que fait cet Archidémon en disant qu’il n’a pas l’intention de lui faire du mal ?

« Je me demande si c’est en raison de toi que Nephteros a l’air en si bonne santé, » demanda Bifrons alors que la chimère déplaçait son visage à capuchon vers elle.

« Et si c’est le cas !? » demanda Chastille

« Kufufufu, merci de l’avoir sauvée. C’est pourtant un peu inattendu qu’elle soit devenue si attachée…, » Bifrons le fit remarqué d’une voix clairement chargée d’un sentiment d’inconfort. Malgré tout, Bifrons continuait à parler d’une manière qui montrait qu’il s’amusait. « Maintenant, je me demande quel genre de visage Nephteros ferait si elle te perdait ici ? »

Une présence terrifiante avait rempli l’air alors que ces mots sortirent de la chimère.

« Il arrive ! » Nephteros avait rugi, ce qui fit plonger Chastille sur le côté. Immédiatement après, le bras de la chimère s’était allongé et avait fauché la zone où Chastille venait de se tenir.

« Brille — Épée Sacrée Azraël ! »

Cette chimère était beaucoup trop dangereuse. Après que Chastille lui eut coupé le bras tendu, la partie de son corps qui avait été brûlé par la lumière de l’Épée Sacrée s’était effondrée en poussière. Cependant, grâce à cette ouverture, son corps s’était transformé d’une forme humanoïde à celle d’une bête et avait fait sortir une multitude de membres.

« Perce à travers ça — Selini Chavliodous ! » Nephteros avait fait entendre un chant en Célestian à ce moment précis. Des cristaux aux couleurs de l’arc-en-ciel avaient percé le sol et déchiré la terre. Les cristaux étaient aussi gros que le pilier de la cathédrale et transperçaient infailliblement le torse de la chimère.

D’accord ! Maintenant, j’ai neutralisé sa mobilité et il faut que je bloque ces membres…, la chimère, qui possédait de nombreux membres, pouvait se déplacer d’une manière que même Chastille ne pouvait pas suivre. C’était important de sceller ça. Et, au moment où Chastille s’était avancée pour l’abattre d’un coup rapide, Nephteros avait hurlé quelques mots d’avertissement.

« Vous ne pouvez pas l’approcher avec insouciance ! Cette chose vous vise ! » cria Nephteros.

Chastille s’arrêta brusquement quand elle entendit cela, et un moment plus tard, le corps de la chimère gonfla, puis éclata. Si Nephteros ne l’avait pas arrêtée, Chastille aurait sauté droit dans cette attaque, qui jetait quelque chose que les deux femmes avaient déjà vu auparavant.

Impossible… C’est…, Chastille et Nephteros pâlirent à la vue de la boue noire.

« Tout le monde, à couvert ! Quoi qu’il arrive, ne touchez pas à cette boue ! » s’exclama Chastille. Elle ne pouvait pas l’oublier. C’était la boue faite des pensées résiduelles du Seigneur-Démon. Les seules choses qui pouvaient y faire face étaient le Phosphore du Ciel de Zagan et le mysticisme céleste d’une haute elfe. Une Épée Sacrée pouvait la retenir, mais elle ne possédait pas assez de pouvoir pour l’annihiler.

Malheureusement, le corps de Nephteros ne pouvait pas résister au mysticisme céleste assez puissant pour vaincre cette chose. En d’autres termes, elles ne disposaient actuellement d’aucun moyen de l’éradiquer.

C’est la raison pour laquelle Bifrons attaque l’église sans se soucier du reste

Le visage de Nephteros s’était également raffermi sous l’effet de la tension, mais son expression ne montrait aucun signe d’abandon.

« Ce n’est pas le Seigneur-Démon de l’époque. Même si je n’arrive pas à le terminer toute seule, c’est quelque chose que nous pouvons gérer ensemble, » avait fait remarquer Nephteros, sa voix exprimant sa foi totale dans ses paroles. Sa façon de parler avec dignité rappelait à Chastille Néphy, mais en même temps, elle lui donnait l’impression d’être sa propre personne. C’est pourquoi Chastille avait fait un signe de tête.

« Comme vous êtes fiable! Battons-nous ensemble, Nephteros, » répondit Chastille, décidant de s’occuper de la boue qui avait volé dans la zone plutôt que du corps de la chimère lui-même.

Tout d’abord, je vais commencer par éliminer cette boue gênante…, la boue s’était dissipée, s’asséchant, car elle avait été fauchée par la lumière de l’Épée Sacrée. Voyant cela, Chastille pouvait dire que la puissance de cette boue était bien plus faible que celle du Seigneur-Démon des Boues d’avant. Le pouvoir de l’Épée Sacrée était plus que suffisant pour y faire face.

Cependant, le Metatron du Seigneur Raphaël serait bien plus efficace… Le pouvoir de cette Épée Sacrée s’était manifesté sous forme de flammes. Si Raphaël devenait sérieux, il pourrait l’utiliser pour couvrir toute la place… Cependant, la seule ici était Chastille.

Chastille jeta son regard sur la chimère pendant qu’elle était occupée à brûler la boue. Elle vit que la chimère était toujours incapable de se détacher du cristal qui la traversait et posa une question à sa nouvelle alliée.

« Nephteros, avez-vous un moyen de vaincre cette chose ? » demanda Chastille.

« … Non, mais je peux encore réattaquer. Vous devez vous en charger quand je l’aurai fait, d’accord ? » demanda Nephteros.

« D’accord ! » répliqua Chastille. Puis, après s’être occupée de la boue, elle s’était déplacée pour couvrir Nephteros. À ce moment-là, Nephteros avait mis sa main sur sa poitrine et avait commencé à chanter.

« [Vous êtes celui qui règne sur la terreur. Accompagné du dieu de la guerre, devenez celui qui provoque la destruction et le chaos.] »

L’atmosphère avait tremblé et le corps de la chimère s’était effondré comme si elle était pressée contre le sol. C’était quelque chose dont Chastille serait informée plus tard, mais c’était une mystique céleste qui manipulait la gravité. Il y avait une sorcellerie capable de manipuler l’atmosphère, mais c’était la première fois que Chastille voyait une puissance capable de manipuler la force de la gravité elle-même.

Son corps était encore percé de cristaux. Alors, comme ses blessures étaient ouvertes, la chimère avait poussé un cri. Ensuite, ses membres s’étaient étirés comme si elle essayait d’arrêter la douleur.

« Je ne te laisserai pas faire ! » cria Chastille en coupant chacun de ces membres. Et, au fur et à mesure que Nephteros continuait à chanter, la pression qui s’exerçait sur la chimère devenait plus forte.

On peut le faire ! C’était clairement un ennemi qui pouvait être vaincu en combinant les pouvoirs d’une Épée Sacrée et le mysticisme céleste. Chastille en était sûre, mais un certain doute lui vint à l’esprit.

C’est bizarre, ça. Un ennemi envoyé par un Archidémon peut-il vraiment être vaincu si facilement ? À ce moment précis, une voix avait retenti comme si elle répondait à ce doute.

« Qu’est-ce que c’est que ça ? Qu’est-ce qui se passe ici ? »

Une jeune fille Cat Sith tenant une canne se tenait immobile sur la place. Elle s’était en quelque sorte glissé à travers l’encerclement des Chevaliers angéliques. En voyant la canne dans sa main et le manque de lumière dans ses yeux, Chastille pouvait dire que cette fille était aveugle.

N’a-t-elle pas remarqué la chimère ?

« Repliez-vous, Prêtresse Kuroka ! C’est un champ de bataille ! » cria l’un des chevaliers angéliques qui entouraient la place. En entendant cela, Chastille se rendit compte que cette fille était la nouvelle prêtresse. Malheureusement, l’avertissement du Chevalier Angélique fut vain, et la chimère tendit son bras vers la jeune fille.

Je n’y arriverai pas…, la fille était trop loin pour que Chastille puisse l’atteindre. C’est ainsi que le bras de la chimère répugnante s’était approché pour réduire la pauvre fille en viande hachée. Cependant, tout comme cette image lui était venue à l’esprit… une sonnerie retentissante s’était fait entendre dans la région. Puis, le bras qui avait tenté d’agresser la jeune fille s’était fait trancher. Un instant plus tard, un bout de bois tomba au sol avec un cliquetis.

Chastille pouvait dire que c’était la canne que la fille tenait, mais elle était beaucoup trop courte. Tout au plus, elle n’avait que la moitié de la taille de la canne. Et après avoir regardé ce qui était maintenant dans la main de la jeune fille, ses yeux s’étaient écarquillés.

C’était une épée fine et courte. Il semblerait qu’elle était cachée dans sa canne. Cela lui rappelait les anecdotes d’une arme appelée une canne-épée qu’ils avaient dans le pays insulaire à l’est, et cela lui semblait aussi trop familier. Bien sûr, Chastille ne pouvait pas le confondre avec autre chose. Hier soir, cette petite épée avait coincé Chastille et démembré Barbatos. Elle appartenait à Azazel.

Pourquoi cette fille… a-t-elle l’épée courte d’Azazel… ? La cait sith aveugle se tourna vers la chimère, puis elle déplaça son épée courte alors qu’elle s’approchait.

« Arrêtez ! Si vous touchez ce truc, vous allez mourir ! » s’exclama Chastille. Cependant, la fille ne s’était pas arrêtée. Et même si elle était sous la pression de la mystique céleste de Nephteros, la chimère avait avancé plusieurs de ses membres vers elle. Au moment où la jeune fille semblait sur le point d’être écrasée par les membres qui arrivaient au-dessus d’elle, ils s’étaient séparés et avaient heurté le sol à côté d’elle.

« … Hein ? »

Quelqu’un avait laissé échapper une voix abasourdie. Même le bras qui arrivait par le côté ne faisait que faire voler sa frange comme s’il avait mal jugé la distance. Et puis, la troisième attaque qui aurait dû lui frapper la tête n’avait frappé l’air qu’au bord de ses vêtements.

« Pourquoi… la chimère ne peut-elle pas l’attaquer ? » murmura l’un des chevaliers angéliques. Cependant, Chastille seule avait compris la raison.

Elle l’esquive… On aurait dit qu’elle fonçait droit vers la tête, mais la posture de la jeune fille était extrêmement basse, et elle changeait son rythme en passant de l’accélération à la décélération pour se débarrasser de son adversaire. Parce que ses mouvements semblaient si naturels, il semblait simplement que les attaques contre elle arrivaient à côté d’elle depuis le départ.

Ses mouvements étaient pratiquement prévisibles, mais Chastille pouvait dire qu’elle bougeait en lisant le flux des sons et le vent produit par les mouvements de son adversaire.

Les réflexes de la jeune fille sith cait n’avaient pas simplement surpassé ceux d’un humain normal. C’était probablement une technique qui n’était possible que parce qu’elle avait perdu la vue et affiné tous ses autres sens.

C’est pour ça que mon épée n’a même pas pu la toucher…, même si la pièce dans laquelle elles s’étaient battues l’avait désavantagée, l’épée de Chastille n’avait pas touché une seule fois dans leur combat de la nuit précédente. Bien sûr, elle avait utilisé la lumière de l’Épée Sacrée comme un flash-bang, mais il n’y avait aucun moyen qui fonctionnerait sur une cible déjà aveugle.

Après s’être approchée de la chimère en un clin d’œil, la jeune fille avait dégainé sa deuxième épée et avait frappé ses membres à leur racine.

« Ce n’est pas bon. C’est trop superficiel ! »

Peut-être qu’en échange de son agilité, la force de ses attaques était faible. L’épée courte n’avait pas réussi à couper la peau épaisse de la chimère. C’était logique, puisqu’elle ne portait même pas d’Armure Sacrée. Cependant, Chastille avait réalisé quelque chose à ce moment-là.

Cette fille a stoppé l’attaque de la chimère il y a quelques instants… Et comme si elle répondait à ses pensées, la jeune fille déplaça sa deuxième épée courte.

« Prends ça ! »

Son épée descendit, accompagnée d’un cri de guerre, et coupa l’un des bras épais de la chimère à sa base. Le mysticisme céleste de Nephteros était encore à l’œuvre, de sorte que le fait d’avoir l’un de ses principaux supports coupés avait fait s’effondrer la chimère sur place. La fille avait ensuite monté sur la chimère comme pour la décapiter.

« Ce n’est pas… ici non plus. Juste… où est-elle ? » demanda la fille.

La voix de la jeune fille qui coupait la chimère était encore mal à l’aise au point qu’elle avait l’impression qu’elle s’effondrerait en larmes à tout moment. Cependant, malgré tout cela, elle frappa quand même la chimère.

« Êtes-vous… une alliée ? » murmura Chastille. En entendant cela, la jeune fille se tourna vers elle avec ses yeux vides. Et ce qu’elle en ressentait… c’était une soif de sang qui étouffa son souffle, l’amenant à trembler spontanément.

C’est complètement différent de ce que j’ai ressenti en combattant des sorciers ou des monstres dans le passé…, cette fille était-elle une ennemie ou une alliée ? C’était trop dur pour Chastille de le dire. Nephteros aussi arrêta instinctivement de chanter et regarda la fille. Et puis, une voix répugnante avait retenti une fois de plus.

« Salut, n’es-tu pas un peu en retard ? Brigade spéciale d’application de la loi Azazel — Kuroka Adelhide. »

Comme je le pensais, cette fille est Azazel…, Chastille avait dégluti de façon audible. Elle n’aurait jamais pensé que la figure inquiétante d’hier était une fille plus jeune qu’elle. Elle s’était alors rendu compte de la raison pour laquelle Bifrons avait commencé à bavarder avec elle avec désinvolture, même après avoir lâché cette chimère sur l’église. La chimère était juste là pour gagner du temps jusqu’à l’arrivée de cette fille.

« … Qui êtes-vous ? » répliqua froidement Kuroka à la voix qui venait de la chimère en dessous d’elle.

« Tu le sais déjà, n’est-ce pas ? Peu importe qui je suis. Tout ce que tu as besoin de savoir, c’est que je sais ce que tu désires le plus. Ce n’est pas cette enfant que tu essayes de tuer en ce moment, n’est-ce pas ? » demanda la voix.

Kuroka pointa un regard aiguisé vers la chimère. Il n’était même pas pointé sur eux, mais Chastille et les autres chevaliers angéliques de la région avaient tous senti des sueurs froides descendre le long de leurs dos.

« Alors, dites-moi pourquoi l’odeur de cette fille vient de vous ? » demanda Kuroka, clairement concentrée sur les vêtements de Kuu, qui avaient été réduits à de simples lambeaux.

Se pourrait-il qu’elle cherche Kuu ? Maintenant qu’elle y avait pensé, Chastille avait reçu un rapport selon lequel la fille vulpine avait été amenée par la prêtresse nouvellement nommée. C’était peut-être parce qu’elle était à sa recherche. C’est pourquoi elle avait attaqué la chimère avant de poursuivre Chastille.

« Oh, tu parles de la fille qui portait ces vêtements ? Tu n’as pas à t’inquiéter pour ça. Elle est déjà protégée par ce monsieur que tu connais si bien, » déclara Bifrons.

« Est-ce... Est-ce vrai ? » demanda Kuroka.

« Fais-moi confiance. Si elle est sous la protection de ce Monsieur, personne ne peut la toucher, » déclara Bifrons.

« … Dieu merci, » dit Kuroka alors que son expression se relâchait.

« Maintenant, exécute ta mission. Ta vengeance est juste devant toi, » lui déclara Bifrons, puis il lui déclara d’une voix encore plus forte. « Celle qui a tué ton père adoptif, Raphaël Hyurandell, c’est Chastille Lillqvist ! »

« Quoi —, » s’exclama Chastille avant de se rattraper.

Kuroka se tourna lentement vers Chastille, puis elle sortit un masque blanc pur de sa poche de poitrine. Chastille pouvait dire qu’elle était maintenant la cible de cette fille.

« Attendez ! Vous ne pouvez pas les croire ! Je n’ai jamais levé la main sur le Seigneur Raphaël ! » cria Chastille.

« Raphaël… ? N’est-ce pas celui de Zagan —, » Nephteros avait essayé de dire, clairement perplexe, avant d’être coupée.

« Ne dites plus un mot, Nephteros ! » Chastille déclara en collant son doigt sur ses lèvres et l’exhorta à se taire, face à quoi Nephteros plissa ses sourcils.

« Quoi… est-ce quelque chose dont on ne peut pas parler ? » demanda Nephteros. Il semblait qu’elle ne connaissait pas les circonstances dans lesquelles Raphaël avait décidé de servir Zagan. Malgré tout, elle était probablement capable de deviner jusqu’à un certain point et tenait sa langue.

« … Ne vous inquiétez pas, je ne crois pas ce que cette personne a à dire. Heureusement, vous avez admis avoir commis un crime plus tôt, » déclara Kuroka sur le ton d’un bourreau qui s’apprêtait à distribuer la punition.

« Hein… ? Je l’ai fait ? » Chastille interrogea Kuroka, inclinant la tête sur le côté dans la confusion.

« Vous vous vantiez fièrement de l’avoir tué hier, n’est-ce pas ? » demanda Kuroka.

Après s’être demandé de quoi elle parlait pendant un moment, Chastille se souvint immédiatement de ce qui s’était passé.

Vous avez l’air heureuse qu’il soit mort pour ceux qui ne savent pas ce qui se passe, vous savez ?

Ce soir-là, elle avait certainement fini par avoir une conversation terriblement trompeuse en entendant le rapport d’Alfred.

« Vous êtes vraiment une épave aux moments les plus importants…, » déclara Nephteros en soupirant.

« Taisez-vous ! » répliqua Chastille en retenant l’envie d’éclater en larmes.

« Nous avons… fini de parler, » déclara Kuroka en enfilant son masque, qui était gravé d’une croix. C’était le signal pour que la bataille commence. Kuroka avait tenu ses épées courtes et avait foncé.

Elle est vraiment rapide ! Kuroka s’approcha d’un seul souffle et Chastille parvint à repousser ses épées à l’aide de son Épée Sacrée.

« Écoutez, calmez-vous ! Ce n’est pas le moment ! La chimère que vous avez abattue est toujours en vie ! » cria Chastille.

« … Comme si ça m’intéressait. Je ne suis là que pour venger cet homme, » déclara Kuroka.

Si je peux lui faire comprendre que c’est juste un malentendu…, cependant, Chastille n’avait aucun moyen de lui expliquer cela sur le moment, alors elle n’avait pas eu de chance. Et juste à ce moment-là, une douce chanson s’était fait entendre.

« [La bataille donne naissance aux vaincus, et la domination sur eux appelle le chaos. La panique devient une bride, et sans harmonie ni amitié, au nom du chaos et de la discorde, les champs de bataille se déchaînent.] »

« Hein !? »

C’était Nephteros. En entendant le chant de la mystique céleste, Kuroka s’effondra sur le sol. Il semble que Nephteros ait divisé par deux la pression gravitationnelle qui poussait sur la chimère.

« Je vais la retenir ici, alors allez finir cette chimère ! » cria Nephteros.

« Nephteros… Désolée. Je vous en dois une, » dit Chastille en passant devant Kuroka et en fonçant vers la chimère.

« Vous ne… vous échapperez pas… ! » Kuroka avait crié, balançant son épée courte avec sa seule force malgré le fait que son poids corporel ait été multiplié.

« Quoi !? » Nephteros fit entendre une voix en état de choc alors que l’épée courte de Kuroka coupait même le champ de gravité.

Ce n’est pas… juste une simple épée courte ? Pour Chastille, les seules épées qui pouvaient percer le mysticisme céleste étaient les Épées Sacrées. Il n’y avait pas d’erreur sur le fait que les épées courtes de Kuroka étaient des lames extrêmement tranchantes, mais elles ne possédaient pas de symboles comme ceux d’une Épée Sacrée. L’aura d’une Épée Sacrée lui avait été conférée par les armoiries sculptées à l’aide du Célestian, donc même si cette épée courte était la Treizième dont parlait Zagan, il n’y avait aucune chance que ce soit une Épée Sacrée. Et pourtant, comment expliquer autrement la puissance qu’elle vient d’afficher ?

« Je ne peux pas vous laisser partir juste à cause de ça — Selini Chavliodous ! » s’exclama Nephteros, mettant immédiatement en place sa prochaine attaque malgré sa surprise. Des piliers de cristal étaient apparus tout autour de Kuroka comme pour lui obstruer le passage. Après cela, Nephteros fit un geste à Chastille pour lui dire de se taire.

Est-ce qu’elle me dit… de ne pas élever la voix ? Dès que Chastille avait compris les intentions de Nephteros, Kuroka avait donné un coup de pied sur les piliers de cristal, avait sauté en l’air et s’était glissée entre leurs trous.

« Je pensais qu’on en arriverait là ! » dit Nephteros en claquant des doigts. Immédiatement après, les piliers de cristal s’étaient brisés avec un cliquetis bruyant.

« Agh…, » Kuroka poussa un petit cri, puis tomba par terre en se couvrant les oreilles.

Je vois. Son ouïe est si forte qu’elle peut être utilisée contre elle… Le bruit des éclats du cristal était assez aigu pour donner l’impression qu’il perçait le cerveau. Si quelqu’un était soumis à cela à bout portant, même l’ouïe d’une personne normale serait paralysée. Et donc, dans le cas de Kuroka, ce n’était probablement pas quelque chose de superficiel. Grâce à Nephteros, elle avait sûrement même perdu la position de Chastille. Si elle ne faisait pas entendre sa voix, alors Kuroka n’avait aucun moyen de la localiser.

S’il vous plaît, prêtez-moi votre pouvoir, Azraël ! Chastille avait fait appel à son Épée Sacrée dans son esprit. Répondant à son appel, l’Épée Sacrée avait une fois de plus émis une lumière brillante. Cependant, ce n’était pas une technique qui enveloppait la lame de l’épée dans la lumière. Au lieu de cela, elle avait été conçue pour produire la lumière dans une large zone d’une manière similaire aux flammes de Raphaël. La lumière avait percé le ciel, et Chastille l’avait fait basculer vers la chimère.

« GYIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII ! » la chimère poussa un cri répugnant en l’encaissant. Son corps avait rétréci visiblement, et la capuche qui était restée obstinément fixée commença à tomber.

C’est la fin ! pensa Chastille. Et juste quand elle déplaçait son Épée Sacrée vers la tête maintenant exposée…

« Hein… ? » murmura Chastille en se figeant sur place. Elle devait se taire, mais elle l’avait complètement oublié et avait fait entendre sa voix. Elle avait compris que, puisqu’elle avait les bras et les jambes d’un humain, son visage serait probablement aussi celui d’un humain. Cependant, elle n’avait jamais pensé que ce serait un visage qu’elle connaissait…

C’était le visage d’une fille aux oreilles pointues, ce qui était la caractéristique d’un elfe. Elle avait les cheveux blanc légèrement foncé. Sa peau était sombre et ses yeux apparemment tristes étaient dorés. Ses cheveux blancs ébouriffés collaient à son visage, et ses yeux dorés semblaient n’avoir aucune raison d’être, mais ils laissaient encore échapper des larmes noires comme si elle pleurait. C’était le visage de Nephteros.

« Pourquoi… ? » demanda Chastille. Elle savait que si elle baissait son épée, elle la vaincrait. Cependant, elle n’avait pas pu le faire.

Nephteros avait aussi sûrement vu ce visage, alors qu’elle tomba à genoux d’un bruit sourd. Elle le comprenait probablement mieux que Chastille. C’était sans aucun doute quelque chose de semblable à Nephteros.

Est-ce que c’est… quelque chose qu’un Archidémon a trouvé… ? Zagan l’avait prévenu de se préparer au pire. Elle pensait aussi avoir compris, au cours de la bataille au sommet du navire, que Bifrons aimait utiliser des moyens absolument répugnants. Cependant, le « pire » qu’un Archidémon puisse imaginer dépassait de loin ce que Chastille imaginait.

« AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH ! » la chimère poussa un cri douloureux tandis que son corps tremblait. Chastille, qui était encore paralysée, avait été emportée par le vent et jetée au sol, atterrissant sur son derrière.

« Dame Chastille ! » L’un des chevaliers angéliques lui cria dessus pour l’avertir. Et alors que Chastille se retournait, elle aperçut Kuroka lui sauter dessus avec ses épées courtes. Cette fois, elle ne pensait pas qu’il était possible d’arrêter ces lames.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Le titre du chapitre aurait pu être : Bas les masques !

Laisser un commentaire