Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 5 – Chapitre 4

Bannière de Le Dilemme d'un Archidémon ***

Chapitre 4 : Aimer quelqu’un comporte de nombreux malentendus fastidieux, mais ils en valent tous la peine

***

Chapitre 4 : Aimer quelqu’un comporte de nombreux malentendus fastidieux, mais ils en valent tous la peine

Partie 1

« Kuroka, pourquoi as-tu décidé de travailler à l’église ? »

Il était tard dans la soirée. Bien qu’elle ait finalement atteint l’église, Kuroka se sentait déprimée à cause de ses échecs répétés lorsque Kuu l’avait interrogée. Comme les deux filles avaient été enlevées ensemble et qu’elles avaient à peu près le même âge, les deux filles se sentaient à l’aise de parler ouvertement.

Elles se trouvaient dans une salle normalement réservée aux religieuses, qu’on leur avait dit de partager. Il y avait un lit superposé dans la chambre, et comme Kuroka ne pouvait pas voir, Kuu lui avait cédé le lit du bas. Le lit était raide, mais quand Kuroka avait essayé de toucher le drap, elle avait vu qu’il n’y avait pas un seul pli, ce qui prouvait qu’il était très propre. La pièce sentait aussi le frêne, ce qui lui avait fait réaliser que le bois de ces arbres était utilisé soit pour le cadre du lit, soit pour le sol.

À l’origine, puisque Kuroka était venue pour servir comme prêtre, elle aurait été assignée à une pièce beaucoup plus agréable. Cependant, en raison de l’incident qui s’était produit plus tôt et qui avait fait de nombreuses victimes, personne n’avait eu le temps de la préparer pour elle. Les vêtements de prêtre qu’elle devait recevoir n’avaient pas encore été livrés, alors elle portait encore les vêtements qu’elle avait reçus de l’homme qui l’avait sauvée en ville.

« Je n’essaie pas d’être impolie, mais est-ce que travailler à l’église n’est pas un peu dur avec ton état, Kuroka ? » Kuu avait rapproché son visage pendant qu’elle continuait ses questions. Elle s’inquiétait probablement de la vue de Kuroka.

« Je mentirais si je disais que ce n’était pas difficile, mais c’est un métier que j’aime, » répondit Kuroka avec un sourire sur le visage.

« Hein… ? Qu’est-ce que tu aimes ? » demanda Kuu.

« Hum, voyons voir…, » Kuroka toucha son propre visage quand Kuu la regarda avec curiosité, puis poursuivit. « Mes yeux finirent ainsi après que des sorciers m’eurent attaqué, mais à ce moment-là, je fus sauvé par un chevalier angélique. »

Juste au moment où elle avait abandonné et avait attendu la mort, il était arrivé et avait mis les sorciers en déroute. Même après cela, quand Kuroka était de mauvaise humeur à cause de la perte de sa vision, il était souvent venu lui rendre visite et l’encourageait tout le temps. Si elle avait pu reprendre pied, c’était grâce à ce chevalier.

« Est-ce une histoire d’amour ? Je veux en savoir plus ! » Kuu avait laissé échapper une bouffée d’air tandis qu’elle criait pour obtenir d’autres réponses avec excitation.

« Ce n’est pas vraiment une histoire d’amour. Après tout, il est bien plus âgé que moi… S’il y avait quoi que ce soit entre nous, alors ce serait un père… Mais je suppose que oui, » déclara Kuroka.

« Oh, tu aimes les vieux, hein !? » s’exclama Kuu.

« … Ce n’est pas le cas. Probablement, » dit Kuroka, en réfléchissant à cette idée. Elle aimait la façon dont la main de cet homme était quand il lui caressait la tête. Aussi, quand elle avait peur de marcher, il la guida par la main. De plus, quand elle avait finalement appris à s’occuper d’elle, il lui avait offert une canne comme cadeau. Pourtant, malgré tout cela, il semblait un peu naïf d’appeler la chaleur qu’elle recevait de lui amour.

« Honnêtement, je l’aimais vraiment beaucoup. C’est pourquoi je voulais essayer d’être comme lui…, » déclara Kuroka.

« C’est vraiment de l’amour ! Tu devrais te confesser ! » s’exclama Kuu en se couvrant le visage, apparemment émue.

« Il est… déjà mort, » répondit Kuroka en secouant solennellement la tête. Elle pouvait dire que Kuu s’était raidie en disant ça. L’espérance de vie des Chevaliers angéliques était courte. Des sorciers aux monstres, en passant par les guerres, ils avaient beaucoup trop d’ennemis. Leurs vies étaient remplies de batailles constantes. Franchement, cet homme avait vécu beaucoup plus longtemps que la moyenne de ceux de sa profession.

« Désolée, c’était insensible, » déclara Kuu.

« Ce n’est pas grave. Je suis sûre qu’il s’est battu vaillamment jusqu’à la fin, alors il n’y a pas de quoi être triste…, » déclara Kuroka.

« Kuroka, as-tu de la famille ? » demanda Kuu.

« hm… Non, pas du tout, » répondit Kuroka.

Toute sa famille avait été tuée avant qu’elle ne rejoigne l’Église. C’est pour ça qu’elle ne considérait que ce Chevalier Angélique comme sa famille.

« Alors… tu es comme moi. Si c’est le cas, puis-je te considérer comme ma grande sœur ? » demanda Kuu en saisissant timidement la petite main chaude de Kuroka.

« Oui. Bien sûr que tu peux, » déclara Kuroka, bien qu’elle ait d’abord été décontenancée.

« Eheheheh. Nous serons ensemble pour toujours ! » déclara Kuu.

Quelle gentille fille ! Kuroka pensait qu’elle était condamnée à être seule dans cette ville inconnue, alors la gentillesse de Kuu était plus que bienvenue.

« Hein… ? Je me demande ce qui se passe ? C’est vraiment bruyant, » déclara Kuroka quand ses oreilles triangulaires se mirent à trembler.

« Hein ? Vraiment ? hm… Je n’entends rien vraiment…, » répondit Kuu. Parce qu’elle avait perdu la vue, les oreilles de Kuroka étaient beaucoup plus sensibles que la plupart des autres. C’est pourquoi elle avait pu entendre les cris de Kuu quand elle avait été enlevée l’autre jour.

« Je vais aller jeter un coup d’œil. Il y a peut-être quelque chose que je peux faire pour aider, » déclara Kuroka en prenant sa canne et en se levant.

« Kuroka, tu travailles trop dur, » déclara Kuu.

Après avoir rendu le sourire à Kuu, qui était allongé dans son lit comme si elle suggérait qu’il valait mieux se reposer, Kuroka quitta la pièce. Et quand elle l’avait fait, Kuu l’avait appelée.

« Comment s’appelait ton père, Kuroka ? » demanda Kuu.

Comme c’était le nom d’une personne importante pour elle, Kuroka avait senti qu’elle voulait que sa nouvelle amie le sache. C’est pourquoi elle avait instantanément répondu.

« Raphaël, » proclama-t-elle, ne réalisant pas que sa réponse allait bouleverser tout son monde.

***

Partie 2

Le lendemain, Zagan se rendit de nouveau dans la ville de Kianoides. Il avait laissé l’écharpe qu’il avait reçue de Néphy dans le château.

Je dois jeter toutes les ordures avant notre rendez-vous…, cependant, en jetant les ordures, ses vêtements se saliraient et il voulait que son écharpe soit en parfait état pour leur rendez-vous. C’est pourquoi il s’était mis en route pour terminer rapidement Bifrons sans elle.

Je vais d’abord capturer la chimère de Bifrons, puis suivre les traces de mana de là… Les chimères et les golems étaient reliés à leur lanceur par le mana, il était donc possible de retracer l’emplacement du lanceur à travers eux. Cela dit, si une chimère s’était infiltrée dans la ville, il n’y avait aucune chance que Chastille et les chevaliers angéliques soient là à ne rien faire. Il était probablement plus sage pour Zagan de les contacter plutôt que de flâner en ville.

Cela étant, Zagan cherchait actuellement des traces de sorcellerie en ville, ce qui était plus facile à dire qu’à faire. Il y avait encore près d’une centaine de sorciers dans cette ville, et tous utilisaient la sorcellerie dans leur vie quotidienne. Dernièrement, certains avaient même été envoyés à l’église sur ses ordres. Ajoutez à cela le fait que la bataille contre la chimère n’avait eu lieu que la veille, et il était évident qu’il y avait des traces de sorcellerie partout.

Trouver quelque chose de semblable à la longueur d’onde du mana de Bifrons dans tout cela était comme chercher une aiguille dans une botte de foin. Cependant, c’était la ville de Zagan. Elle était entourée de multiples barrières qui lui permettaient de réparer les bâtiments endommagés et de protéger les sorciers qu’il employait. Il avait même une barrière pour détecter les « corps étrangers ».

« … Hmm. Par ici ? » déclara Zagan alors qu’il se dirigeait vers les bidonvilles, qui étaient éloignés du quartier commerçant. Là, il avait trouvé une trace de sorcellerie qui n’appartenait pas à un sorcier de sa faction. En regardant autour de lui, il n’y avait aucune trace de destruction en vue. Il n’y avait pas non plus de trace de l’utilisation de sa barrière de restauration. Il n’y avait même aucune seule trace de conflit. Et précisément parce que c’était le cas, Zagan avait des soupçons.

Un sorcier normal n’effacerait pas les traces de sa sorcellerie de cette façon…, le sorcier qui avait agi dans ce secteur avait caché les preuves parce qu’il ne voulait pas que Zagan le découvre. De plus, il avait clairement utilisé une technique sophistiquée, puisqu’il n’avait pu trouver aucune preuve réelle de ce qui se passait. Le problème, c’était ce qu’il avait fait exactement. Zagan fouilla la zone, espérant trouver quoi que ce soit, lorsqu’il sentit soudain une présence derrière lui.

Un des laquais de Bifrons ? Zagan se retourna en préparant parfaitement sa sorcellerie pour faire face à n’importe quel piège… et trouva un visage inattendu devant lui.

« Tu es celle d’hier… Kuroka, c’est ça ? » demanda Zagan.

C’était l’une des deux filles qu’il avait sauvées d’un enlèvement et qu’il avait déposées à l’église.

« Cette voix… Êtes-vous l’homme que j’ai rencontré hier ? » demanda la fille.

Pourquoi est-elle ici… ? Il savait que Bifrons se servirait de cette fille pour l’embobiner, alors Zagan s’était rapproché de Kuroka, demeurant vigilant de son entourage afin d’empêcher cela. Kuroka le regarda de ses yeux vides… et se mit à crier en un instant.

« Waaaaaaaaah ! Monsieur ! Qu’est-ce que je fais !? »

Elle criait si désespérément qu’il se sentait idiot d’être sur ses gardes.

« … Que s’est-il passé ? » demanda Zagan.

« Kuu… La fille qui était avec moi hier a disparu ! » déclara la fille.

Elle parlait de la fille vulpine de l’autre jour, et Zagan ne pouvait pas croire ce qu’il entendait.

« Calme-toi. N’est-elle pas protégée par l’Église ? » Zagan lui avait demandé ça en l’éloignant des bidonvilles dangereux et en l’asseyant sur une chaise dans une petite place. Après qu’il lui ait caressé la tête et l’ait calmée, Kuroka avait commencé à expliquer les choses avec un bégaiement.

« Je n’ai rien fait d’autre que d’échouer dans mon travail, et Sire Torres se fâche toujours contre moi…, » déclara Kuroka.

Eh bien, elle n’avait pas l’air d’être la fille la plus chanceuse du coin, alors ce n’était pas si difficile d’imaginer que les choses allaient mal pour elle.

« Et donc, parce que je n’étais pas utile, ils m’ont dit de m’occuper de Kuu, mais cette fille… a disparu…, » déclara Kuroka.

« Quand ? Peut-être que le savoir t’aidera ? » demanda Zagan.

« Je ne l’ai remarqué que le matin, mais il semble qu’elle ait disparu quelque temps avant, » répondit Kuroka en secouant la tête.

« L’as-tu dit aux autres ? En fait, pourquoi te promènes-tu dehors toute seule ? » demanda Zagan.

« Je ne l’ai dit à personne d’autre. Il y a eu un incident, et tout le monde est blessé ou occupé, alors je ne peux pas les inquiéter davantage, » expliqua Kuroka en secouant la tête une fois de plus. Elle avait ensuite sorti un petit morceau de tissu de sa poche. On aurait dit un vieux chiffon, mais c’était un ruban.

« C’est le ruban de Kuu. Quand nous avons été attrapées par le canus, elle l’a enroulé autour de ma blessure. Ma vue est mauvaise, mais mes oreilles et mon nez sont bons, alors j’ai pensé que je pourrais peut-être suivre Kuu par son odeur…, » déclara Kuroka.

Ils n’étaient pas au niveau des canus ou des lycans, mais on disait que les tabaxis avaient un bien meilleur odorat que les humains. Dans le cas de Kuroka, son odorat avait probablement été amplifié en raison de sa perte de vision.

« Tu l’as sauvée et amenée en lieu sûr, alors pourquoi cela s’est-il produit… ? Je ne pense pas que Kuu se serait enfuie toute seule, » déclara Zagan.

C’était tout à fait logique, puisqu’elle n’avait pas de maison où aller. Zagan avait un mauvais pressentiment.

« As-tu dit qu’il y a eu un incident, non ? Quelque chose d’autre s’est-il passé après ton arrivée à l’église ? » demanda Zagan.

Kuroka secoua vigoureusement la tête, indiquant qu’elle n’en avait aucune idée.

Eh bien, je suppose qu’elle ne sait pas… Puisqu’elle était aveugle, ils la traitaient probablement comme une nuisance. Même si quelque chose avait mal tourné, ils auraient probablement choisi de ne pas perdre de temps à lui en parler.

« Kuroka, l’odeur de Kuu t’a menée à l’endroit où nous étions ? » demanda Zagan.

« … O-Oui, » répondit Kuroka.

Zagan ne pouvait rien dire par l’odeur, mais si Kuu y était allée, il y avait de fortes chances qu’elle ait eu affaire à un dangereux sorcier.

Mais pourquoi cette gosse s’est-elle faufilée hors de l’église ? Il était possible que Zagan puisse découvrir s’il savait ce qui s’était passé à l’église, mais il n’y avait aucun moyen pour lui d’accéder à cette connaissance pour le moment.

« Kuroka, quelqu’un d’étrange est-il venu à l’église ? » demanda Zagan.

« Je n’ai commencé à travailler à l’église qu’hier… Je ne sais pas ce qui serait et ne serait pas étrange, » répondit Kuroka.

« N’importe quoi serait parfait. Peut-être quelqu’un qui semblait être un sorcier ou quelqu’un qui avait une odeur étrange, » demanda Zagan.

Il y avait une forte probabilité que quelqu’un comme lui ait enlevé Kuu.

Je ne sais pas à quel point une gosse vulpine a de la valeur…, Kuroka, d’autre part, était d’une race rare, de sorte qu’elle était plutôt précieuse pour les sorciers. Et après y avoir longuement réfléchi, Kuroka avait émis un « Ah ».

« Ce n’était pas vraiment quelqu’un d’étrange, mais je suppose que c’est plutôt comme une déesse, » répondit Kuroka.

« Une déesse ? » demanda Zagan.

« Oui. Vous savez comment un cadavre a un certain parfum ? Je pensais que quelqu’un était déjà mort depuis longtemps par son odeur, mais cette déesse a réussi à guérir la personne qui sentait comme un cadavre et elle l’a sauvé ! » Kuroka répondit d’un signe de tête comme si c’était parfaitement évident.

Zagan pencha la tête sur le côté. Il était vrai qu’il avait envoyé plusieurs sorciers à l’église pour coopérer avec eux, mais ils n’étaient probablement pas capables de guérir quelqu’un sur le point de mourir comme ça. Cela étant dit…

Oh, maintenant que j’y pense, Nephteros est là…, ce n’était pas comme si c’était elle qui avait enlevé Kuu, donc cette information était inutile, mais c’était bien de savoir que les gens de l’église l’avaient acceptée.

« Ce serait bien si je pouvais un jour être comme elle, » déclara Kuroka, complètement envoûtée par cette pensée.

« Alors, fais-le. Qu’est-ce qui t’en empêche ? » répondit Zagan d’un ton neutre, ce qui fit que Kuroka le fixa d’un air émerveillé avec ses yeux vides avant de lui faire un sourire amer.

« Vous êtes vraiment gentil, Monsieur. Normalement, vous diriez que c’est impossible, vous savez ? Je veux dire… Je ne peux rien faire sans l’aide des autres…, » murmura Kuroka, transmettant son triste état d’esprit.

« Même la personne que tu penses être une déesse a probablement échoué plusieurs fois, a éprouvé de la douleur, a souhaité le salut et a été sauvée par d’autres, » répondit Zagan résolument en secouant la tête.

« Monsieur… savez-vous peut-être qui est la déesse ? » demanda Kuroka en penchant la tête sur le côté.

« … Qui sait ? Il n’y a pas de déesse dans l’église. Réfléchis-y. Quelqu’un qui ne comptait que sur lui-même n’aurait aucune raison d’être à l’église, n’est-ce pas ? » demanda Zagan.

Quelqu’un qui ne comptait que sur lui-même était beaucoup plus susceptible de piétiner les autres et de tremper ses mains dans la sorcellerie. C’est pourquoi ils n’avaient aucun lien de parenté avec l’église.

« Alors, vous voulez dire que parce que la déesse a été sauvée par d’autres, elle veut en sauver d’autres ? » demanda Kuroka, car elle semblait comprendre ce que Zagan disait.

« Peut-être, » répondit Zagan.

« … Mais je n’ai aucun pouvoir comme ça. Je ne peux pas sauver les autres comme la déesse l’a fait. Alors comment pourrais-je remercier ceux qui m’ont sauvée ? » demanda Kuroka.

« Quand je t’ai demandé la même chose hier, tu m’as dit quoi ? » Zagan s’adressa à elle d’un ton vraiment étonné, l’air prêt à éclater de rire.

« Hein ? La même question… ? Oh, alors cette personne était aussi votre bienfaiteur, Monsieur ? » demanda Kuroka.

Zagan ne répondit pas et haussa les épaules quand Kuroka se leva.

« Merci beaucoup, Monsieur. Je vais continuer à chercher Kuu, » déclara Kuroka.

« … Eh bien, je vais aussi jeter un coup d’œil aux alentours. Mais je ne suis pas sûr de la trouver…, » déclara Zagan.

« D’accord ! Merci beaucoup ! » s’exclama Kuroka en s’inclinant avec un salut. Puis, elle s’était retournée et était partie.

« Hé, attends ! Si tu cours, tu vas…, » commença Zagan.

Après quelques pas, elle était tombée.

Pourquoi ne vérifie-t-elle pas correctement son équilibre alors qu’elle a une canne… ? Zagan était étonné de cela, mais il s’était rendu compte que c’était peut-être parce qu’elle n’avait pas encore l’habitude d’utiliser la canne de cette façon. Non, c’était peut-être mieux de dire que c’était parce qu’elle avait l’habitude de ne pas en avoir besoin qu’elle était négligente. Dans ce cas, cela signifierait qu’elle avait perdu la vue relativement récemment. Et voyant cette silhouette peu fiable de dos, Zagan s’était aussi levé.

Je suppose que je vais aller jeter un autre coup d’œil à cet endroit… Il était possible qu’il y ait un indice sur l’endroit où se trouvait Kuu.

« Hey là-bas ! Ça fait longtemps qu’on ne s’est pas vu, Archidémon Zagan, » lui cria une voix familière par-derrière alors qu’il commençait à marcher. C’était une voix qu’il n’aurait jamais pu oublier, car c’était celle d’un Archidémon répugnant qu’il méprisait.

***

Partie 3

« Nephteros, ça va ? »

Nephteros s’était réveillée quand Chastille avait secoué son corps. Elle transpirait de partout, ses vêtements et ses cheveux étaient collés à son corps. Sa respiration était chaotique et elle savait qu’elle était coincée dans un cauchemar.

Tout comme la nuit précédente, elle se reposait dans la salle de repos adjacente à son bureau dans l’église. Pendant la lutte contre l’agresseur, les Flammes de l’Indignation de Barbatos avaient non seulement réduit en cendres le bureau, mais aussi la salle de repos, mais tous les deux avaient été restaurées à la normale. C’était probablement le pouvoir de la barrière de Zagan. Lorsque Nephteros avait déclenché un mysticisme céleste au milieu de la ville, il avait fini par réparer en un instant les dégâts causés aux bâtiments. Cette vision lui avait fait réaliser que le nouvel Archidémon ne possédait pas seulement des pouvoirs de combat comme « Le Phosphore du Ciel » et « la sorcellerie dévorante ».

« Est-ce que ça va ? Vous semblez vraiment faire un cauchemar, » demanda Chastille en posant avec anxiété sa main sur le front de Nephteros.

« Je vais bien… c’est ce que j’aimerais dire, mais je me sens mal, » répondit Nephteros. Elle avait mal à la tête comme si elle pleurait depuis des heures et son corps était lourd. Même si sa guérison aurait dû être plus rapide grâce au mana de l’église, elle se sentait excessivement fatiguée. Heureusement, ce n’était pas au point où elle n’arrivait pas à se relever.

« Prenez de l’eau pour l’instant, » déclara Chastille.

« … Merci, » déclara Nephteros en acceptant docilement la coupe de Chastille. Après qu’elle se soit hydratée, ses pensées devinrent plus claires.

« Je me sens comme… J’avais vu un cauchemar, » déclara Nephteros.

« Ne vous en souvenez-vous pas ? » demanda Chastille.

Je ne me souviens pas, mais c’était vraiment un rêve terrible…, pensa Nephteros en acquiesçant. Elle ne se souvenait pas de ce qui se passait ou de ce qu’elle voyait, mais elle avait l’impression d’avoir subi beaucoup de haine dans ce rêve. Sa haine était si grande qu’elle ne pouvait même pas être comparée à la haine qu’elle avait pour Néphélia avant. C’était profond comme un marais sans fond, et elle était incapable de lutter contre cette émotion.

Et pourtant, je me sentais aussi triste…, elle ne savait pas pourquoi elle ressentait un profond sentiment de désespoir dans ce rêve, mais ces sentiments étaient gravés dans son cœur comme des cicatrices. Après avoir essuyé sa sueur, elle remarqua que Chastille la regardait encore avec anxiété.

« C’est un rêve que je vois souvent ces derniers temps. Mais je ne l’avais pas vu depuis un moment…, » déclara Nephteros.

Après en avoir parlé, elle s’était souvenue qu’elle n’avait même pas vraiment dormi depuis environ sept jours.

« Que voulez-vous dire par récemment ? » demanda Chastille, en plissant ses sourcils.

« … À propos de l’époque… où j’ai été avalée par cette “boue”, » répondit Nephteros avec hésitation.

« Est-ce que ça pourrait être un effet secondaire d’être mangé par ça !? » s’exclama Chastille en se levant d’un grand coup.

« Je pense… que c’est un peu différent. Je veux dire, il n’y a aucun effet sur mon corps, mais…, » les mots de Nephteros s’éloignèrent un peu, car elle avait du mal à expliquer la vue dégoûtante avant de dire. « Je crois que ce que j’ai vu dans mes rêves… c’est le Seigneur-Démon. »

« Qu’est-ce que vous voulez dire ? Quelque chose comme les souvenirs du Seigneur-Démon ? » demanda Chastille en ouvrant les yeux.

« Je ne sais pas. Comme je l’ai dit, je ne me souviens même pas de ce qui s’est passé dans le rêve, » déclara Nephteros.

« Est-ce douloureux ? » Chastille la regarda avec anxiété, ayant du mal à lui poser une bonne question.

« Ce n’est pas agréable, mais…, » Nephteros s’arrêta, rassemblant ses pensées avant de poursuivre. « La boue était piégée dans les profondeurs du désespoir de mon rêve. Elle détestait tout et n’importe quoi, elle souffrait, et c’était si triste qu’elle ne pouvait même plus respirer. »

« Attendez un peu. Cela signifie-t-il que le Seigneur-Démon ressent les mêmes émotions que nous ? » demanda Chastille.

« Je ne l’ai ressenti que dans mon rêve… mais je pense que oui…, » répondit Nephteros.

Le démon qu’ils avaient vu dans le village elfique caché était beaucoup trop stupide pour être considéré comme sensible. Et même s’il possédait son propre esprit, il était difficile de croire qu’il possédait les mêmes émotions que les humains. Pourtant, Nephteros croyait que les sentiments de désespoir dans ses rêves étaient les émotions du Seigneur-Démon.

« Est-ce que Bifrons est aussi au courant ? » Chastille interrogea Nephteros après une courte pause.

« Non. Je pensais que Bifrons se moquerait de moi, alors je n’en ai jamais parlé à personne d’autre, » dit Nephteros en secouant la tête.

« Alors pourquoi moi ? » demanda Chastille, apparemment choquée.

« Maintenant que vous le dites, c’est vrai… Pourquoi vous ai-je fait confiance ? » Nephteros fixa Chastille avec émerveillement en réfléchissant à ce dilemme. Et comme Nephteros s’inquiétait du fait qu’elle ne pouvait pas expliquer ses actions, Chastille la regarda avec un sourire doux, ce qui la laissa encore plus confuse.

« Hein… ? Quoi ? » demanda Nephteros.

« Non, j’ai juste pensé que vous commenciez peut-être à me faire confiance, » déclara Chastille.

« Confiance… ? » Nephteros s’était énervée et allait le nier, mais avant qu’elle ne le puisse, Chastille s’était levée. Elle portait déjà son Armure Sacrée, et Nephteros pouvait dire qu’elle partait au combat.

« Désolée, mais il est temps que je parte en mission. Si la personne d’hier me vise, elle ne devrait pas revenir ici. Reposez-vous un peu, s’il vous plaît, » déclara Chastille.

« … Attendez, » dit Nephteros en sortant ses jambes du lit. Elle était incapable de se débarrasser de sa fatigue, mais cela ne l’empêchait pas de bouger. Elle était beaucoup mieux lotie que les derniers jours où elle courait partout sans même avoir d’eau.

« Je viens avec vous. Vous prévoyez de vous occuper de la chimère, n’est-ce pas ? Cette chose est après moi, donc la situation se passera mieux si je suis avec vous, » déclara Nephteros.

« Vous allez m’aider ? » demanda Chastille.

J’ai enfin appris à quel point c’est horrible de voir d’autres mourir à cause de moi…, pensa Nephteros en détournant son regard. Chastille n’était pas avare, mais elle n’avait probablement aucun moyen de vaincre seule un monstre immortel. C’est pourquoi Nephteros voulait l’aider. Cependant, comme elle ne pouvait pas exprimer honnêtement ses sentiments, elle avait simplement fait la moue et avait détourné la tête.

« J’aimerais aussi m’en débarrasser pour toujours, et je me suis dite que ce serait plus efficace pour deux personnes qui y font face plutôt qu’une seule, » déclara Nephteros.

« Je vois… Eh bien, merci. Cette chimère est peut-être trop pour moi seule. S’il vous plaît, prêtez-moi votre aide, Nephteros, » déclara Chastille en la regardant avec un sourire tendu.

« Si vous insistez ! » déclara Nephteros.

Et au moment où elles allaient partir toutes les deux… Nephteros sentit un frisson couler le long de sa colonne vertébrale, et regarda par la fenêtre.

« Qu’est-ce qui ne va pas, Nephteros ? » demanda Chastille.

« Il semble… ça vient de là-bas, » répondit Nephteros.

Après avoir ouvert la fenêtre en toute hâte, elles avaient repéré une silhouette à capuchon sur la place à l’extérieur du bâtiment. Elle avait la forme d’une personne, mais Nephteros était convaincue que c’était la chimère qui la poursuivait depuis des semaines.

Il n’y a pas de malentendu sur cette sensation de malaise…, la robe avait perdu sa signification en tant que manteau à cause des batailles continuelles avec Nephteros et les chevaliers angéliques, mais le capuchon lui-même cachait toujours son visage avec ténacité. Elle ne savait pas de qui il les avait déchirés, mais il portait des vêtements sales. En voyant cela, Nephteros se souvint soudain de quelque chose.

Ce n’est probablement qu’une coïncidence, mais le physique de cette chose est le même que celui d’Azazel d’hier… Elle n’en était pas certaine parce que l’agresseur de l’autre jour portait des vêtements qui la masquaient, mais elle avait l’impression qu’ils étaient les mêmes. Et peut-être parce qu’il attendait qu’elles sortent, la silhouette sombre se tenait simplement là à les regarder, ne montrant aucun signe de lancement d’une attaque.

« Vous plaisantez…, » Chastille devint visiblement pâle en disant ça.

« Pourquoi tremblez-vous ? Écoutez, Bifrons ne penserait pas à causer le chaos au milieu de la ville. On s’en débarrasse avant…, » déclara Nephteros.

« Ce n’est pas le problème ! » Chastille avait crié d’une voix qui était clairement au bord des larmes. Et puis, elle avait montré du doigt tremblant la silhouette sombre et avait dit. « Ce sont les vêtements… d’une fille que nous avons prise en charge hier. »

C’était une fille qui avait été enlevée par des esclavagistes et qui s’était échappée vers la sécurité de l’église. C’était les vêtements qu’elle portait à l’époque… et ils étaient maintenant couverts de sang alors qu’ils couvraient le monstre devant eux.

***

Partie 4

« Hey là-bas ! Ça fait longtemps, Archidémon Zagan. »

Après s’être retourné pour faire face à la source de la voix, le corps de Zagan s’était raidi. Celle qui se tenait là n’était pas la figure de cet Archidémon répugnant. C’était une fille vulpine avec des oreilles triangulaires et une queue duveteuse. Ses vêtements semblaient lui être fournis par l’Église. Elle portait une robe noire d’une seule pièce qui ressemblait à celle d’une nonne. C’était la fille que Kuroka cherchait partout, Kuu. Zagan était rempli de dégoût et de prudence alors qu’il crachait pratiquement des mots à la fille.

« Que comptes-tu faire sous cette forme répugnante, Bifrons ? »

La fille vulpine lui répondit en clignant des yeux, apparemment confuse. « Qu’est-ce qui ne va pas, Monsieur ? C’est quoi, un BI, FRONZ ? »

« Arrête tes conneries, » rugit Zagan en serrant le poing, puis il fonça sur la fille sans hésitation.

« Hahahahahaha ! Pourquoi êtes-vous si en colère, Monsieur ? » demanda Kuu.

Après avoir sauté dans les airs avec agilité et esquivé le poing de Zagan, la fille vulpine s’était agrippée à une branche d’arbre au-dessus de sa tête et avait ri en s’y accrochant. Elle avait ensuite tourné autour de la branche avec un saut périlleux et avait atterri au sommet. Et ce qui était sorti ensuite de la bouche de la jeune fille… était une voix irritante qu’on ne pouvait discerner ni comme celle d’un garçon ni comme celle d’une fille.

« Allez, il n’y a pas de raison de s’énerver ! C’est juste une farce, une petite blague. C’est une forme que je n’ai pas l’habitude d’adopter, alors je dois en profiter un peu ici, » déclara Bifrons.

 

 

« Tu es le seul salaud qui s’amuse ici…, » répliqua Zagan en serrant le poing, avec l’intention de pulvériser l’arbre en entier. Cependant, la jeune fille avait tendu les deux mains pour tenter de l’arrêter.

« Hé, attends, attends. Je suis juste venu pour parler. N’est-ce pas bien de me tenir compagnie un moment ? » demanda Bifrons.

« Pourquoi voudrais-je parler à quelqu’un qui est sur le point de mourir ? » proclama Zagan en penchant la tête sur le côté. Sa réponse avait simplement transformé la bouche de la jeune fille en un sourire hideux.

« Attends, tu devrais t’arrêter là. Ce corps est la vraie affaire. Sache qu’il appartient à cette pitoyable fille que tu as si gentiment sauvée. Je n’aurais aucune blessure si tu la tues, tu sais ? » déclara Bifrons.

Bref, c’est un otage… C’est peut-être une chance que Kuroka soit partie plus tôt. De toute façon, Zagan n’aurait jamais pensé qu’il détesterait l’idée d’avoir une simple conversation à ce point. Bien que ce soit peut-être venu naturellement quand on avait affaire à des Archidémons.

« Je pensais que tu serais un peu secoué, mais peut-être que tu as aussi un faible pour l’odeur des bêtes ? Vas-y, jette un coup d’œil ! Ce corps est assez développé, alors ne serait-ce pas un gâchis de la tuer ? J’ai même dû me donner la peine de trouver des gens qui se jetteraient sur elle en un clin d’œil. Ahahahahaha ! » déclara Bifrons.

La jeune fille s’était tordue en se touchant la taille et les seins, et c’est là alors qu’une larme avait jailli de ses yeux.

Ce sac à merde… Il semble que la conscience de Kuu soit encore intacte…, le sourire innocent qu’elle lui avait montré quand il avait partagé sa pomme avec elle et la façon dont elle avait dit nerveusement que Zagan n’était pas quelqu’un d’effrayant ne faisaient pas partie du numéro de Bifrons. Et lorsqu’il s’en était rendu compte, Zagan avait également compris que le fait qu’il soit entré en contact avec elle était un piège pour anéantir son désir de se battre. Il était probable que tout, depuis son enlèvement jusqu’à sa rencontre avec Zagan alors qu’elle tentait de s’échapper, n’était qu’une ruse élaborée. Tandis que Zagan baissait tranquillement le poing, la jeune fille avait finalement mis sa main sur sa poitrine en relief.

« On dirait que tu es enfin prêt à m’écouter. En fait, il y a quelque chose que j’aimerais te demander, » déclara Bifrons.

« Ne me touche pas, » déclara Zagan.

La jeune fille avait essayé d’enrouler son bras autour de Zagan d’une manière trop familière, et Zagan l’avait cruellement repoussée.

« Hahahahah, allez, n’as-tu pas pitié de cette fille ? Même si elle tremble ici sans savoir ce qui arrive à son propre corps, tu agis froidement, » déclara Bifrons.

« … Venons-en au fait, » répondit Zagan. Honnêtement, il trouvait Kuu pitoyable, mais il ne pouvait pas se permettre de baisser sa garde quand Bifrons la contrôlait encore. Il n’y avait aucun moyen qu’il lui montre la moindre ouverture.

« Eh bien, peu importe. Tu l’as probablement déjà remarqué, mais mon petit animal de compagnie s’est enfui de la maison et a trébuché dans cette ville. Je veux la reprendre, alors tu pourrais me laisser agir comme je veux un moment ? » demanda Bifrons.

« Comme c’est honteux! Tu oses me demander une faveur après avoir libéré cette dangereuse chimère dans mon domaine ? » demanda Zagan.

« Non, écoute, c’est un malentendu. Ma chimère n’a même pas fait un seul pas en ville, et elle n’a pas levé la main sur ces stupides chevaliers angéliques jusqu’à ce qu’ils dégainent leur épée, tu sais ? J’espère que tu comprends que c’était involontaire. Je le jure, j’agis de bonne foi en ce moment, » déclara Bifrons.

« La bonne foi ? Quel tas de conneries! Tu as l’intention de ramener Nephteros, quoi que je dise ici. Sois honnête, tu ne te révèles maintenant que parce que tes préparatifs sont terminés. Tu as tout fait pour détourner le corps de ce gosse dans le cadre de ton plan, non ? » répondit Zagan d’un ton grave.

Bifrons ne demandait pas la permission. C’était une déclaration de guerre. Une déclaration selon laquelle l’Archidémon Bifrons envahissait le domaine de l’Archidémon Zagan. Il était tout à fait naturel que toutes leurs pièces soient déjà en place. La jeune fille avait souri alors comme si cette réponse était exactement ce qu’elle voulait entendre.

« C’est bien que tu sois rapide. Bien qu’honnêtement, cela ruine une partie du plaisir…, » déclara Bifrons.

La jeune fille leva lentement la main. C’était comme si elle signalait le début d’une guerre. Et puis, au moment où elle ouvrait la bouche…

« Hm… Tu es Bifrons ? Je ne peux pas vraiment tolérer que tu agisses dans le domaine de quelqu’un d’autre. »

Celle qui avait giflé l’épaule de la fille était une vieille femme en robe. Et en dessous, il y avait un visage que ni Bifrons ni Zagan ne s’attendaient du tout à voir.

« Pourquoi es-tu ici... Archidémon Orias ? » demanda Bifrons.

Pour une raison ou une autre, un troisième Archidémon s’était pointé à Kianoides. Même Zagan avait été surpris par son apparence.

« J’aimerais aussi t’entendre répondre à ça, Orias. Qu’est-ce que tu fais là ? » Zagan l’avait interrogée d’une voix aiguë.

« Mon Dieu, qu’est-ce que c’est que ça ? N’est-ce pas toi qui m’as fait venir ici ? » répondit Orias d’un simple haussement d’épaules.

« … Oh, » Zagan prononça sèchement ce seul mot, se sentant stupide. Après tout, c’est lui qui avait exigé que cette vieille femme rende visite à sa fille.

Je lui ai dit de faire quelque chose qui prend du temps, mais elle est déjà là ? Contrairement aux attentes, elle était extrêmement motivée à terminer sa tâche le plus tôt possible, ce qui s’était avéré en sa faveur, laissant Zagan très déconcerté.

« Hahahaha... Je me demande bien quand vous êtes devenus si proches, » déclara Bifrons.

« Nous ne sommes pas vraiment très proches, mais quand j’ai essayé de l’embêter l’autre jour, il a renversé la situation. Alors, en guise d’excuse, je suis venue lui offrir un hommage, » déclara Orias, un sourire sortant de sa capuche. Après avoir dit cela, elle avait sorti une bouteille de sa robe, ce qui avait émerveillé Zagan qui la regardait fixement.

« Ce n’est pas possible ! En as-tu vraiment trouvé ? » demanda Zagan.

« Il se trouve que je l’ai croisée dans un marché par hasard. Et bien, comme j’ai mis la main dessus, j’ai pensé qu’il valait mieux passer tout de suite, » déclara Orias.

« Tu as mes remerciements. Alors, va-t-on boire un verre dans mon château ? Je peux au moins te préparer un repas en retour, » déclara Zagan.

« C’est une offre très intéressante, mais que faire ? On dirait que tu es au milieu de quelque chose…, » déclara Orias.

Zagan regarda la fille vulpine quand il l’entendit, se souvenant finalement qu’elle était là. La jeune fille avait les deux mains en l’air comme si elle se rendait, et avait incliné la tête sur le côté dans la confusion.

« Puis-je te demander quelque chose ? Qu’est-ce que tu voulais tellement que Mamie Orias a dû aller le chercher personnellement ? » demanda Bifrons.

« De l’alcool. C’est un type qu’on ne peut plus avoir, alors j’avais presque perdu espoir d’en avoir un jour. Heureusement, j’ai demandé à l’Archidémon Orias de m’aider dans mes recherches, » répondit Zagan.

« C’est très agréable de te voir si ravi, » répondit Orias avec un sourire pas si insatisfait que ça sur son visage. D’un autre côté, la jeune fille avait été complètement déconcertée.

« Hein, de l’alcool… ? Par alcool, tu veux dire une boisson alcoolisée, n’est-ce pas ? Je ne suis pas vraiment sûr de sa valeur, mais… pourquoi ? Est-ce vraiment quelque chose qu’un Archidémon devrait passer son précieux temps à chercher ? » demanda Bifrons.

« Hm… Dès le début, je n’ai jamais été du genre à garder des disciples ou des familiers à mes côtés, ce qui ne me laissait d’autre choix que de faire mes courses moi-même, » déclara Orias.

« Euh… des courses… Un Archidémon… faire des courses…, » marmonna Bifrons.

La jeune fille avait baissé ses épaules comme si son bon sens était brisé en morceaux. Néanmoins, elle ouvrit courageusement la bouche pour parler.

« Alors, c’est quel genre d’alcool ? Vous n’allez pas me dire que c’est une sorte d’alcool spirituel qui accordera l’immortalité, n’est-ce pas ? » demanda Bifrons.

« C’est quelque chose dont la méthode de fabrication a été perdue parce que tu as détruit ce village elfique, » répondit Zagan d’un air furieux en frappant l’épaule de la fille avec un bruit sourd. Bien sûr, l’explosion de colère de Zagan avait réduit le village en cendres, mais il avait décidé d’omettre cette partie. En réponse, la jeune fille avait de nouveau baissé les épaules comme si elle en avait assez de tout.

« J’aurais dû m’en douter… Quand trois Archidémons se rassemblent, ils agissent tous comme bon leur semble. Pourtant, je suis du genre à tenir parole. Je ne m’écarterai pas juste parce que Mamie Orias est là, compris ? » déclara Bifrons.

« Quelle coïncidence ! Je suis aussi exactement le même genre de personne. Et donc, je vais te faire aller en enfer maintenant, » proclama Zagan. Et à l’instant d’après, la fille vulpine s’était mise à genoux comme si elle perdait toute sa force.

« H-Hein ? Je peux bouger… ? » La vraie voix de Kuu avait finalement jailli de sa bouche. Cependant, son expression soulagée se teignit de désespoir à l’instant d’après, lorsqu’une « boue » noire se déversa de sa bouche.

« Gak... ! !? Hein, qu’est-ce que… ? » s’écria Kuu.

Cependant, la boue ne sortait pas seulement de sa bouche, mais aussi de ses orbites, de ses oreilles, de son nez… Il semblait s’être déversé par tous les orifices de son corps.

Ce satané Bifrons a planté ce démon de boue dans Kuu… Il n’y avait aucun moyen qu’il puisse oublier. C’était une créature dégoûtante qui avait possédé Nephteros et dévoré plusieurs dizaines de sorciers. Zagan et Néphy l’avaient déjà vaincu, mais le Seigneur-Démon de Boue était énorme. Que certains vestiges aient survécu n’était pas si étrange.

Ces boues possédaient des êtres, puis les mangeaient de l’intérieur, accélérant leur propre croissance et alimentant leur inépuisable régénération. Avec une telle abondance de proies à Kianoides, il ne faudrait probablement pas plus d’une minute pour qu’elle devienne assez grande pour engloutir toute la ville.

« Éloigne-toi d’elle, Orias. Même un Archidémon ne peut pas toucher cette chose directement, » déclara Zagan en prenant immédiatement ses distances avec la fille.

« … Il semble que oui, » répondit Orias en reculant.

« S-Sauvezzzz... moiiiii... AAAAAAAAAAAAAAAAH —, » Kuu avait poussé un cri triste, et le rire des Bifrons avait retenti peu après.

« Hahahahahahahah, qu’est-ce que tu vas faire ? Je parie que ça se voit rien qu’en regardant, mais c’est un fragment du Seigneur-Démon de Boue que tu as vaincu avant. Maintenant, est-ce qu’une personne au cœur tendre comme toi peut tuer cette fille pour sauver la ville ? Ou sacrifieras-tu la ville pour sauver cette fille ? Ahahahahahah ! »

« … Comme c’est idiot, » déclara Zagan, interrompant le grand discours de Bifrons. Il avait ensuite planté sa main dans la poitrine de la jeune fille sans hésitation.

« Hein… ? » Kuu lui répondit en clignant des yeux comme si elle n’arrivait pas à le croire. Et dans la main de Zagan, qui lui avait percé le dos de la jeune femme, il y avait une masse noire pulsante.

« Brûle en cendres — Phosphore du Ciel. »

Avec ça, la masse dans sa main avait été réduite en poussière. Et, comme tuée par cette attaque, la fille dont la poitrine était encore percée par son bras s’était effondrée dans les bras de Zagan.

« Je suis surpris. Je ne pensais pas que tu la tuerais si vite… Je t’ai peut-être mal jugé, » déclara Bifrons.

« Attends! N’as-tu pas vu comment j’ai tué cette chose la dernière fois ? » Zagan ne savait plus d’où venait cette voix, mais il avait répondu d’un ton exaspéré.

« … Quoi ? »

Sérieusement ? Comment cet idiot pense-t-il que Nephteros a survécu ? Le Seigneur-Démon de Boue pourrait même absorber l’Emblème de l’Archidémon et dévorer toute sorcellerie. À l’époque, Bifrons avait dressé une barrière pour empêcher quiconque de s’échapper, de sorte qu’il était possible que la barrière ait empêché Bifrons d’être en mesure d’observer ce qui se passait. Bien que, cela semblait vraiment stupide.

Après que Zagan ait retiré son bras, il n’y avait plus une seule blessure sur le corps de la fille. Elle respirait même tranquillement.

« Ridicule…, » murmura Bifrons.

« C’est toi qui es ridicule. Ce n’est pas si difficile d’utiliser la sorcellerie pour tuer et guérir en même temps, non ? » demanda Zagan.

Zagan avait utilisé le Phosphore du Ciel pour brûler juste la boue en même temps qu’il appliquait la sorcellerie de guérison sur le corps de Kuu. C’était exactement la même méthode que Zagan avait utilisée pour vaincre le Seigneur-Démon de Boue et sauver Nephteros.

« … » La voix de Bifrons s’était dissipée, laissant ce sentiment d’être à court de mots dans l’air. Il semblait qu’il n’y avait pas d’autres tours plantés dans le corps de Kuu… Eh bien, un fragment du Seigneur-Démon des Boues était un tour assez grand pour détruire facilement la ville tout entière. On pourrait dire que la sorcellerie capable de combattre une telle chose était assez rare. Au minimum, ce serait tout à fait impossible sans pouvoir au niveau d’un Archidémon.

Après avoir laissé échapper un grognement, Zagan avait finalement soulevé Kuu dans ses bras.

« Orias. Pourrais-tu effacer les souvenirs de cette fille ? C’est ta spécialité, non ? » demanda Zagan.

« Ça ne me dérange pas, mais pourquoi ? » demanda Orias.

« Ne penses-tu pas qu’il y a des choses dans ce monde dont il vaut mieux ne pas se souvenir ? » demanda Zagan en réponse.

« Je m’occuperai de cette fille jusqu’à son réveil. Cependant, je ne peux pas te promettre que je vais donner suite à ta demande, » répondit Orias en le regardant avec un sourire amer. Puis, elle lui avait pris Kuu. Même si c’était quelque chose qu’elle était devenue ainsi par hasard, elle était toujours un Archidémon. Il n’y avait aucun moyen qu’elle obéisse à tous ses ordres. Pourtant, il pensait que Kuu était en sécurité avec elle.

Si l’objectif de Bifrons est Nephteros, c’est assez évident où se trouve la vraie scène…, les préparatifs de Bifrons seront certainement beaucoup plus féroces là-bas. Et au moment où Zagan était sur le point de courrir, Orias l’appela, semblant se souvenir de quelque chose.

« Je ne dis pas que c’est une compensation pour s’occuper de cette fille, mais j’ai une requête. »

Je vois. Je ne pensais pas qu’elle venait juste pour m’apporter de l’alcool…, Zagan s’arrêta alors qu’il parvenait à un accord. Il semblait que c’était la vraie raison pour laquelle Orias était venue à Kianoides. Alors, Zagan s’assit sur un banc pour l’écouter.

« Penses-tu que je refuserais un jour une demande de ta part ? » demanda Zagan.

Orias était encore la seule parente de Néphy. Même si Néphy rejetait cette vieille femme, Zagan la respecterait.

« Je t’en suis reconnaissante, mais tu es sûr que ça va ? D’après la façon dont ce morveux de Bifrons parlait, je ne pense pas que tu aies beaucoup de temps pour discuter tranquillement, » déclara Orias d’un ton surpris. Selon Barbatos, une chimère poursuivait Nephteros. Kuu n’était pas une chimère, donc il était clair qu’il y avait autre chose en mouvement. Néanmoins, Zagan haussa les épaules comme s’il n’était pas du tout inquiet.

« Ce n’est pas un problème. Mes subordonnés ne sont pas si incompétents qu’ils ont besoin de moi pour surveiller chaque petite chose, » déclara Zagan.

Zagan leur avait donné le pouvoir alors qu’il agissait comme un roi. C’était un combat entre le roi d’un peuple et celui qui essayait de devenir un monstre. Deux Archidémons, rois parmi les sorciers, avec des philosophies opposées.

Cependant, ce que Zagan n’avait pas réalisé à ce moment-là, c’est pourquoi les vêtements de Kuu avaient changé. Il n’avait absolument aucune idée de l’usage qu’on faisait des vêtements qu’elle portait auparavant.

***

Partie 5

« Restez calme, Chastille ! » Nephteros réprimanda Chastille, ce qui la ramena à la raison. Même maintenant, la chimère portant les vêtements de Kuu les regardait de la place.

« C’était une thérianthrope du nom de Kuu. Ce n’est pas possible…, » Chastille se couvrit la bouche comme si elle avait envie de vomir en disant ça.

« … Nous ne sommes pas encore sûres que c’est ce qui s’est passé, alors concentrez-vous d’abord sur le combat contre cette chose. Soyez avertis, vous n’aurez pas le luxe de me voir vous protéger dans ce combat, » déclara sévèrement Nephteros. Bien qu’elle ait semblé encourager Chastille en même temps.

« Vous avez raison. Si la personne que j’ai juré de protéger finit par être celle qui me protège, je ne pourrais même pas montrer mon visage à cette fille, » déclara Chastille en rassemblant sa volonté, en tendant la main à Nephteros, et en continuant avec un « Allons-y, Nephteros. On va s’en occuper ensemble ! »

« … N’ai-je pas déjà dit que c’était le plan ? » dit Nephteros, évitant de regarder Chastille. Elle avait toujours sa main tenue par la sienne. Toutes les deux avaient ensuite sauté par la fenêtre jusqu’à la place. Peut-être en raison de la sorcellerie de Nephteros, leur descente avait été lente et elles n’avaient pas ressenti d’impact sur le sol malgré une chute de deux étages. Et après elles, les Chevaliers angéliques étaient sortis en courant de l’église.

« Chevaliers, concentrez-vous sur la réduction des dégâts dans les environs ! On va s’en occuper ! » cria Chastille en donnant des ordres à ses subordonnés. Elle leur avait fait savoir à l’avance que la chimère ne pouvait pas être endommagée par des armes normales, donc ils savaient qu’ils n’avaient aucune chance. Les fidèles chevaliers angéliques se dispersèrent dans les environs pour protéger la ville. Et, alors que Chastille dégainait l’Épée Sacrée à son dos, Nephteros éleva la voix.

« Bifrons, vous regardez, c’est ça ? Combien de temps comptez-vous jouer ? » demanda Nephteros.

« Fufufu, bien que tu aies eu l’air d’une petite fille sur son lit de mort hier, tu as l’air énergique après seulement une nuit de repos. Je suis heureux de voir ma jolie marionnette en si bonne santé, » la voix de Bifrons sortait de la chimère avec un petit rire. C’était la voix de l’Archidémon répugnant que Chastille avait déjà entendue sur le pont de ce bateau. La chimère étendit alors l’un de ses bras, qui ressemblait à un morceau de viande.

« C’est une bonne chance, alors laisse-moi-le dire encore une fois. Tu t’es assez amusée à t’enfuir de chez toi. Il est temps que tu reviennes. Ce n’est pas grand-chose, puisque je me suis aussi bien amusé, donc je ne t’en tiendrai pas rigueur, » déclara Bifrons en riant.

« Je ne suis pas votre marionnette. Je vous résisterai jusqu’au bout, » répondit avec détermination Nephteros en serrant les dents, alors que le corps de la chimère tremblait comme si son cœur sadique était excité.

« Mmmm. C’est ce qui fait de toi ma Nephteros. Pourtant, tu n’as pas besoin de résister, n’est-ce pas ? Tout ce que je veux, c’est te ramener à la maison. Ce n’est pas comme si j’avais l’intention te faire du mal, OK ? » déclara Bifrons.

« Vous avez du culot de dire ça…, » répondit Chastille en se sentant très en colère par cette déclaration. C’était logique, puisque Nephteros était sur le point de mourir d’épuisement quand elle l’avait trouvée hier.

Après lui avoir fait subir quelque chose d’aussi cruel, que fait cet Archidémon en disant qu’il n’a pas l’intention de lui faire du mal ?

« Je me demande si c’est en raison de toi que Nephteros a l’air en si bonne santé, » demanda Bifrons alors que la chimère déplaçait son visage à capuchon vers elle.

« Et si c’est le cas !? » demanda Chastille

« Kufufufu, merci de l’avoir sauvée. C’est pourtant un peu inattendu qu’elle soit devenue si attachée…, » Bifrons le fit remarqué d’une voix clairement chargée d’un sentiment d’inconfort. Malgré tout, Bifrons continuait à parler d’une manière qui montrait qu’il s’amusait. « Maintenant, je me demande quel genre de visage Nephteros ferait si elle te perdait ici ? »

Une présence terrifiante avait rempli l’air alors que ces mots sortirent de la chimère.

« Il arrive ! » Nephteros avait rugi, ce qui fit plonger Chastille sur le côté. Immédiatement après, le bras de la chimère s’était allongé et avait fauché la zone où Chastille venait de se tenir.

« Brille — Épée Sacrée Azraël ! »

Cette chimère était beaucoup trop dangereuse. Après que Chastille lui eut coupé le bras tendu, la partie de son corps qui avait été brûlé par la lumière de l’Épée Sacrée s’était effondrée en poussière. Cependant, grâce à cette ouverture, son corps s’était transformé d’une forme humanoïde à celle d’une bête et avait fait sortir une multitude de membres.

« Perce à travers ça — Selini Chavliodous ! » Nephteros avait fait entendre un chant en Célestian à ce moment précis. Des cristaux aux couleurs de l’arc-en-ciel avaient percé le sol et déchiré la terre. Les cristaux étaient aussi gros que le pilier de la cathédrale et transperçaient infailliblement le torse de la chimère.

D’accord ! Maintenant, j’ai neutralisé sa mobilité et il faut que je bloque ces membres…, la chimère, qui possédait de nombreux membres, pouvait se déplacer d’une manière que même Chastille ne pouvait pas suivre. C’était important de sceller ça. Et, au moment où Chastille s’était avancée pour l’abattre d’un coup rapide, Nephteros avait hurlé quelques mots d’avertissement.

« Vous ne pouvez pas l’approcher avec insouciance ! Cette chose vous vise ! » cria Nephteros.

Chastille s’arrêta brusquement quand elle entendit cela, et un moment plus tard, le corps de la chimère gonfla, puis éclata. Si Nephteros ne l’avait pas arrêtée, Chastille aurait sauté droit dans cette attaque, qui jetait quelque chose que les deux femmes avaient déjà vu auparavant.

Impossible… C’est…, Chastille et Nephteros pâlirent à la vue de la boue noire.

« Tout le monde, à couvert ! Quoi qu’il arrive, ne touchez pas à cette boue ! » s’exclama Chastille. Elle ne pouvait pas l’oublier. C’était la boue faite des pensées résiduelles du Seigneur-Démon. Les seules choses qui pouvaient y faire face étaient le Phosphore du Ciel de Zagan et le mysticisme céleste d’une haute elfe. Une Épée Sacrée pouvait la retenir, mais elle ne possédait pas assez de pouvoir pour l’annihiler.

Malheureusement, le corps de Nephteros ne pouvait pas résister au mysticisme céleste assez puissant pour vaincre cette chose. En d’autres termes, elles ne disposaient actuellement d’aucun moyen de l’éradiquer.

C’est la raison pour laquelle Bifrons attaque l’église sans se soucier du reste

Le visage de Nephteros s’était également raffermi sous l’effet de la tension, mais son expression ne montrait aucun signe d’abandon.

« Ce n’est pas le Seigneur-Démon de l’époque. Même si je n’arrive pas à le terminer toute seule, c’est quelque chose que nous pouvons gérer ensemble, » avait fait remarquer Nephteros, sa voix exprimant sa foi totale dans ses paroles. Sa façon de parler avec dignité rappelait à Chastille Néphy, mais en même temps, elle lui donnait l’impression d’être sa propre personne. C’est pourquoi Chastille avait fait un signe de tête.

« Comme vous êtes fiable! Battons-nous ensemble, Nephteros, » répondit Chastille, décidant de s’occuper de la boue qui avait volé dans la zone plutôt que du corps de la chimère lui-même.

Tout d’abord, je vais commencer par éliminer cette boue gênante…, la boue s’était dissipée, s’asséchant, car elle avait été fauchée par la lumière de l’Épée Sacrée. Voyant cela, Chastille pouvait dire que la puissance de cette boue était bien plus faible que celle du Seigneur-Démon des Boues d’avant. Le pouvoir de l’Épée Sacrée était plus que suffisant pour y faire face.

Cependant, le Metatron du Seigneur Raphaël serait bien plus efficace… Le pouvoir de cette Épée Sacrée s’était manifesté sous forme de flammes. Si Raphaël devenait sérieux, il pourrait l’utiliser pour couvrir toute la place… Cependant, la seule ici était Chastille.

Chastille jeta son regard sur la chimère pendant qu’elle était occupée à brûler la boue. Elle vit que la chimère était toujours incapable de se détacher du cristal qui la traversait et posa une question à sa nouvelle alliée.

« Nephteros, avez-vous un moyen de vaincre cette chose ? » demanda Chastille.

« … Non, mais je peux encore réattaquer. Vous devez vous en charger quand je l’aurai fait, d’accord ? » demanda Nephteros.

« D’accord ! » répliqua Chastille. Puis, après s’être occupée de la boue, elle s’était déplacée pour couvrir Nephteros. À ce moment-là, Nephteros avait mis sa main sur sa poitrine et avait commencé à chanter.

« [Vous êtes celui qui règne sur la terreur. Accompagné du dieu de la guerre, devenez celui qui provoque la destruction et le chaos.] »

L’atmosphère avait tremblé et le corps de la chimère s’était effondré comme si elle était pressée contre le sol. C’était quelque chose dont Chastille serait informée plus tard, mais c’était une mystique céleste qui manipulait la gravité. Il y avait une sorcellerie capable de manipuler l’atmosphère, mais c’était la première fois que Chastille voyait une puissance capable de manipuler la force de la gravité elle-même.

Son corps était encore percé de cristaux. Alors, comme ses blessures étaient ouvertes, la chimère avait poussé un cri. Ensuite, ses membres s’étaient étirés comme si elle essayait d’arrêter la douleur.

« Je ne te laisserai pas faire ! » cria Chastille en coupant chacun de ces membres. Et, au fur et à mesure que Nephteros continuait à chanter, la pression qui s’exerçait sur la chimère devenait plus forte.

On peut le faire ! C’était clairement un ennemi qui pouvait être vaincu en combinant les pouvoirs d’une Épée Sacrée et le mysticisme céleste. Chastille en était sûre, mais un certain doute lui vint à l’esprit.

C’est bizarre, ça. Un ennemi envoyé par un Archidémon peut-il vraiment être vaincu si facilement ? À ce moment précis, une voix avait retenti comme si elle répondait à ce doute.

« Qu’est-ce que c’est que ça ? Qu’est-ce qui se passe ici ? »

Une jeune fille Cat Sith tenant une canne se tenait immobile sur la place. Elle s’était en quelque sorte glissé à travers l’encerclement des Chevaliers angéliques. En voyant la canne dans sa main et le manque de lumière dans ses yeux, Chastille pouvait dire que cette fille était aveugle.

N’a-t-elle pas remarqué la chimère ?

« Repliez-vous, Prêtresse Kuroka ! C’est un champ de bataille ! » cria l’un des chevaliers angéliques qui entouraient la place. En entendant cela, Chastille se rendit compte que cette fille était la nouvelle prêtresse. Malheureusement, l’avertissement du Chevalier Angélique fut vain, et la chimère tendit son bras vers la jeune fille.

Je n’y arriverai pas…, la fille était trop loin pour que Chastille puisse l’atteindre. C’est ainsi que le bras de la chimère répugnante s’était approché pour réduire la pauvre fille en viande hachée. Cependant, tout comme cette image lui était venue à l’esprit… une sonnerie retentissante s’était fait entendre dans la région. Puis, le bras qui avait tenté d’agresser la jeune fille s’était fait trancher. Un instant plus tard, un bout de bois tomba au sol avec un cliquetis.

Chastille pouvait dire que c’était la canne que la fille tenait, mais elle était beaucoup trop courte. Tout au plus, elle n’avait que la moitié de la taille de la canne. Et après avoir regardé ce qui était maintenant dans la main de la jeune fille, ses yeux s’étaient écarquillés.

C’était une épée fine et courte. Il semblerait qu’elle était cachée dans sa canne. Cela lui rappelait les anecdotes d’une arme appelée une canne-épée qu’ils avaient dans le pays insulaire à l’est, et cela lui semblait aussi trop familier. Bien sûr, Chastille ne pouvait pas le confondre avec autre chose. Hier soir, cette petite épée avait coincé Chastille et démembré Barbatos. Elle appartenait à Azazel.

Pourquoi cette fille… a-t-elle l’épée courte d’Azazel… ? La cait sith aveugle se tourna vers la chimère, puis elle déplaça son épée courte alors qu’elle s’approchait.

« Arrêtez ! Si vous touchez ce truc, vous allez mourir ! » s’exclama Chastille. Cependant, la fille ne s’était pas arrêtée. Et même si elle était sous la pression de la mystique céleste de Nephteros, la chimère avait avancé plusieurs de ses membres vers elle. Au moment où la jeune fille semblait sur le point d’être écrasée par les membres qui arrivaient au-dessus d’elle, ils s’étaient séparés et avaient heurté le sol à côté d’elle.

« … Hein ? »

Quelqu’un avait laissé échapper une voix abasourdie. Même le bras qui arrivait par le côté ne faisait que faire voler sa frange comme s’il avait mal jugé la distance. Et puis, la troisième attaque qui aurait dû lui frapper la tête n’avait frappé l’air qu’au bord de ses vêtements.

« Pourquoi… la chimère ne peut-elle pas l’attaquer ? » murmura l’un des chevaliers angéliques. Cependant, Chastille seule avait compris la raison.

Elle l’esquive… On aurait dit qu’elle fonçait droit vers la tête, mais la posture de la jeune fille était extrêmement basse, et elle changeait son rythme en passant de l’accélération à la décélération pour se débarrasser de son adversaire. Parce que ses mouvements semblaient si naturels, il semblait simplement que les attaques contre elle arrivaient à côté d’elle depuis le départ.

Ses mouvements étaient pratiquement prévisibles, mais Chastille pouvait dire qu’elle bougeait en lisant le flux des sons et le vent produit par les mouvements de son adversaire.

Les réflexes de la jeune fille sith cait n’avaient pas simplement surpassé ceux d’un humain normal. C’était probablement une technique qui n’était possible que parce qu’elle avait perdu la vue et affiné tous ses autres sens.

C’est pour ça que mon épée n’a même pas pu la toucher…, même si la pièce dans laquelle elles s’étaient battues l’avait désavantagée, l’épée de Chastille n’avait pas touché une seule fois dans leur combat de la nuit précédente. Bien sûr, elle avait utilisé la lumière de l’Épée Sacrée comme un flash-bang, mais il n’y avait aucun moyen qui fonctionnerait sur une cible déjà aveugle.

Après s’être approchée de la chimère en un clin d’œil, la jeune fille avait dégainé sa deuxième épée et avait frappé ses membres à leur racine.

« Ce n’est pas bon. C’est trop superficiel ! »

Peut-être qu’en échange de son agilité, la force de ses attaques était faible. L’épée courte n’avait pas réussi à couper la peau épaisse de la chimère. C’était logique, puisqu’elle ne portait même pas d’Armure Sacrée. Cependant, Chastille avait réalisé quelque chose à ce moment-là.

Cette fille a stoppé l’attaque de la chimère il y a quelques instants… Et comme si elle répondait à ses pensées, la jeune fille déplaça sa deuxième épée courte.

« Prends ça ! »

Son épée descendit, accompagnée d’un cri de guerre, et coupa l’un des bras épais de la chimère à sa base. Le mysticisme céleste de Nephteros était encore à l’œuvre, de sorte que le fait d’avoir l’un de ses principaux supports coupés avait fait s’effondrer la chimère sur place. La fille avait ensuite monté sur la chimère comme pour la décapiter.

« Ce n’est pas… ici non plus. Juste… où est-elle ? » demanda la fille.

La voix de la jeune fille qui coupait la chimère était encore mal à l’aise au point qu’elle avait l’impression qu’elle s’effondrerait en larmes à tout moment. Cependant, malgré tout cela, elle frappa quand même la chimère.

« Êtes-vous… une alliée ? » murmura Chastille. En entendant cela, la jeune fille se tourna vers elle avec ses yeux vides. Et ce qu’elle en ressentait… c’était une soif de sang qui étouffa son souffle, l’amenant à trembler spontanément.

C’est complètement différent de ce que j’ai ressenti en combattant des sorciers ou des monstres dans le passé…, cette fille était-elle une ennemie ou une alliée ? C’était trop dur pour Chastille de le dire. Nephteros aussi arrêta instinctivement de chanter et regarda la fille. Et puis, une voix répugnante avait retenti une fois de plus.

« Salut, n’es-tu pas un peu en retard ? Brigade spéciale d’application de la loi Azazel — Kuroka Adelhide. »

Comme je le pensais, cette fille est Azazel…, Chastille avait dégluti de façon audible. Elle n’aurait jamais pensé que la figure inquiétante d’hier était une fille plus jeune qu’elle. Elle s’était alors rendu compte de la raison pour laquelle Bifrons avait commencé à bavarder avec elle avec désinvolture, même après avoir lâché cette chimère sur l’église. La chimère était juste là pour gagner du temps jusqu’à l’arrivée de cette fille.

« … Qui êtes-vous ? » répliqua froidement Kuroka à la voix qui venait de la chimère en dessous d’elle.

« Tu le sais déjà, n’est-ce pas ? Peu importe qui je suis. Tout ce que tu as besoin de savoir, c’est que je sais ce que tu désires le plus. Ce n’est pas cette enfant que tu essayes de tuer en ce moment, n’est-ce pas ? » demanda la voix.

Kuroka pointa un regard aiguisé vers la chimère. Il n’était même pas pointé sur eux, mais Chastille et les autres chevaliers angéliques de la région avaient tous senti des sueurs froides descendre le long de leurs dos.

« Alors, dites-moi pourquoi l’odeur de cette fille vient de vous ? » demanda Kuroka, clairement concentrée sur les vêtements de Kuu, qui avaient été réduits à de simples lambeaux.

Se pourrait-il qu’elle cherche Kuu ? Maintenant qu’elle y avait pensé, Chastille avait reçu un rapport selon lequel la fille vulpine avait été amenée par la prêtresse nouvellement nommée. C’était peut-être parce qu’elle était à sa recherche. C’est pourquoi elle avait attaqué la chimère avant de poursuivre Chastille.

« Oh, tu parles de la fille qui portait ces vêtements ? Tu n’as pas à t’inquiéter pour ça. Elle est déjà protégée par ce monsieur que tu connais si bien, » déclara Bifrons.

« Est-ce... Est-ce vrai ? » demanda Kuroka.

« Fais-moi confiance. Si elle est sous la protection de ce Monsieur, personne ne peut la toucher, » déclara Bifrons.

« … Dieu merci, » dit Kuroka alors que son expression se relâchait.

« Maintenant, exécute ta mission. Ta vengeance est juste devant toi, » lui déclara Bifrons, puis il lui déclara d’une voix encore plus forte. « Celle qui a tué ton père adoptif, Raphaël Hyurandell, c’est Chastille Lillqvist ! »

« Quoi —, » s’exclama Chastille avant de se rattraper.

Kuroka se tourna lentement vers Chastille, puis elle sortit un masque blanc pur de sa poche de poitrine. Chastille pouvait dire qu’elle était maintenant la cible de cette fille.

« Attendez ! Vous ne pouvez pas les croire ! Je n’ai jamais levé la main sur le Seigneur Raphaël ! » cria Chastille.

« Raphaël… ? N’est-ce pas celui de Zagan —, » Nephteros avait essayé de dire, clairement perplexe, avant d’être coupée.

« Ne dites plus un mot, Nephteros ! » Chastille déclara en collant son doigt sur ses lèvres et l’exhorta à se taire, face à quoi Nephteros plissa ses sourcils.

« Quoi… est-ce quelque chose dont on ne peut pas parler ? » demanda Nephteros. Il semblait qu’elle ne connaissait pas les circonstances dans lesquelles Raphaël avait décidé de servir Zagan. Malgré tout, elle était probablement capable de deviner jusqu’à un certain point et tenait sa langue.

« … Ne vous inquiétez pas, je ne crois pas ce que cette personne a à dire. Heureusement, vous avez admis avoir commis un crime plus tôt, » déclara Kuroka sur le ton d’un bourreau qui s’apprêtait à distribuer la punition.

« Hein… ? Je l’ai fait ? » Chastille interrogea Kuroka, inclinant la tête sur le côté dans la confusion.

« Vous vous vantiez fièrement de l’avoir tué hier, n’est-ce pas ? » demanda Kuroka.

Après s’être demandé de quoi elle parlait pendant un moment, Chastille se souvint immédiatement de ce qui s’était passé.

Vous avez l’air heureuse qu’il soit mort pour ceux qui ne savent pas ce qui se passe, vous savez ?

Ce soir-là, elle avait certainement fini par avoir une conversation terriblement trompeuse en entendant le rapport d’Alfred.

« Vous êtes vraiment une épave aux moments les plus importants…, » déclara Nephteros en soupirant.

« Taisez-vous ! » répliqua Chastille en retenant l’envie d’éclater en larmes.

« Nous avons… fini de parler, » déclara Kuroka en enfilant son masque, qui était gravé d’une croix. C’était le signal pour que la bataille commence. Kuroka avait tenu ses épées courtes et avait foncé.

Elle est vraiment rapide ! Kuroka s’approcha d’un seul souffle et Chastille parvint à repousser ses épées à l’aide de son Épée Sacrée.

« Écoutez, calmez-vous ! Ce n’est pas le moment ! La chimère que vous avez abattue est toujours en vie ! » cria Chastille.

« … Comme si ça m’intéressait. Je ne suis là que pour venger cet homme, » déclara Kuroka.

Si je peux lui faire comprendre que c’est juste un malentendu…, cependant, Chastille n’avait aucun moyen de lui expliquer cela sur le moment, alors elle n’avait pas eu de chance. Et juste à ce moment-là, une douce chanson s’était fait entendre.

« [La bataille donne naissance aux vaincus, et la domination sur eux appelle le chaos. La panique devient une bride, et sans harmonie ni amitié, au nom du chaos et de la discorde, les champs de bataille se déchaînent.] »

« Hein !? »

C’était Nephteros. En entendant le chant de la mystique céleste, Kuroka s’effondra sur le sol. Il semble que Nephteros ait divisé par deux la pression gravitationnelle qui poussait sur la chimère.

« Je vais la retenir ici, alors allez finir cette chimère ! » cria Nephteros.

« Nephteros… Désolée. Je vous en dois une, » dit Chastille en passant devant Kuroka et en fonçant vers la chimère.

« Vous ne… vous échapperez pas… ! » Kuroka avait crié, balançant son épée courte avec sa seule force malgré le fait que son poids corporel ait été multiplié.

« Quoi !? » Nephteros fit entendre une voix en état de choc alors que l’épée courte de Kuroka coupait même le champ de gravité.

Ce n’est pas… juste une simple épée courte ? Pour Chastille, les seules épées qui pouvaient percer le mysticisme céleste étaient les Épées Sacrées. Il n’y avait pas d’erreur sur le fait que les épées courtes de Kuroka étaient des lames extrêmement tranchantes, mais elles ne possédaient pas de symboles comme ceux d’une Épée Sacrée. L’aura d’une Épée Sacrée lui avait été conférée par les armoiries sculptées à l’aide du Célestian, donc même si cette épée courte était la Treizième dont parlait Zagan, il n’y avait aucune chance que ce soit une Épée Sacrée. Et pourtant, comment expliquer autrement la puissance qu’elle vient d’afficher ?

« Je ne peux pas vous laisser partir juste à cause de ça — Selini Chavliodous ! » s’exclama Nephteros, mettant immédiatement en place sa prochaine attaque malgré sa surprise. Des piliers de cristal étaient apparus tout autour de Kuroka comme pour lui obstruer le passage. Après cela, Nephteros fit un geste à Chastille pour lui dire de se taire.

Est-ce qu’elle me dit… de ne pas élever la voix ? Dès que Chastille avait compris les intentions de Nephteros, Kuroka avait donné un coup de pied sur les piliers de cristal, avait sauté en l’air et s’était glissée entre leurs trous.

« Je pensais qu’on en arriverait là ! » dit Nephteros en claquant des doigts. Immédiatement après, les piliers de cristal s’étaient brisés avec un cliquetis bruyant.

« Agh…, » Kuroka poussa un petit cri, puis tomba par terre en se couvrant les oreilles.

Je vois. Son ouïe est si forte qu’elle peut être utilisée contre elle… Le bruit des éclats du cristal était assez aigu pour donner l’impression qu’il perçait le cerveau. Si quelqu’un était soumis à cela à bout portant, même l’ouïe d’une personne normale serait paralysée. Et donc, dans le cas de Kuroka, ce n’était probablement pas quelque chose de superficiel. Grâce à Nephteros, elle avait sûrement même perdu la position de Chastille. Si elle ne faisait pas entendre sa voix, alors Kuroka n’avait aucun moyen de la localiser.

S’il vous plaît, prêtez-moi votre pouvoir, Azraël ! Chastille avait fait appel à son Épée Sacrée dans son esprit. Répondant à son appel, l’Épée Sacrée avait une fois de plus émis une lumière brillante. Cependant, ce n’était pas une technique qui enveloppait la lame de l’épée dans la lumière. Au lieu de cela, elle avait été conçue pour produire la lumière dans une large zone d’une manière similaire aux flammes de Raphaël. La lumière avait percé le ciel, et Chastille l’avait fait basculer vers la chimère.

« GYIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII ! » la chimère poussa un cri répugnant en l’encaissant. Son corps avait rétréci visiblement, et la capuche qui était restée obstinément fixée commença à tomber.

C’est la fin ! pensa Chastille. Et juste quand elle déplaçait son Épée Sacrée vers la tête maintenant exposée…

« Hein… ? » murmura Chastille en se figeant sur place. Elle devait se taire, mais elle l’avait complètement oublié et avait fait entendre sa voix. Elle avait compris que, puisqu’elle avait les bras et les jambes d’un humain, son visage serait probablement aussi celui d’un humain. Cependant, elle n’avait jamais pensé que ce serait un visage qu’elle connaissait…

C’était le visage d’une fille aux oreilles pointues, ce qui était la caractéristique d’un elfe. Elle avait les cheveux blanc légèrement foncé. Sa peau était sombre et ses yeux apparemment tristes étaient dorés. Ses cheveux blancs ébouriffés collaient à son visage, et ses yeux dorés semblaient n’avoir aucune raison d’être, mais ils laissaient encore échapper des larmes noires comme si elle pleurait. C’était le visage de Nephteros.

« Pourquoi… ? » demanda Chastille. Elle savait que si elle baissait son épée, elle la vaincrait. Cependant, elle n’avait pas pu le faire.

Nephteros avait aussi sûrement vu ce visage, alors qu’elle tomba à genoux d’un bruit sourd. Elle le comprenait probablement mieux que Chastille. C’était sans aucun doute quelque chose de semblable à Nephteros.

Est-ce que c’est… quelque chose qu’un Archidémon a trouvé… ? Zagan l’avait prévenu de se préparer au pire. Elle pensait aussi avoir compris, au cours de la bataille au sommet du navire, que Bifrons aimait utiliser des moyens absolument répugnants. Cependant, le « pire » qu’un Archidémon puisse imaginer dépassait de loin ce que Chastille imaginait.

« AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH ! » la chimère poussa un cri douloureux tandis que son corps tremblait. Chastille, qui était encore paralysée, avait été emportée par le vent et jetée au sol, atterrissant sur son derrière.

« Dame Chastille ! » L’un des chevaliers angéliques lui cria dessus pour l’avertir. Et alors que Chastille se retournait, elle aperçut Kuroka lui sauter dessus avec ses épées courtes. Cette fois, elle ne pensait pas qu’il était possible d’arrêter ces lames.

***

Partie 6

« Alors, qu’est-ce que tu veux ? » demanda Zagan.

Pendant que Chastille et Nephteros se battaient devant l’église, Zagan était toujours assis sur une place à la périphérie de la ville. Il parlait avec Orias, qui était assise sur un banc avec Kuu sur ses genoux.

« Hm… Cette elfe noire… Je crois qu’on l’appelle Nephteros ? » demanda Orias.

« Ouais. Qu’est-ce qu’elle a ? » demanda Zagan.

« Quand je l’ai rencontrée, elle m’a demandé “qu’est-ce que je suis?”, j’ai passé pas mal de temps avec la sorcellerie, donc il y a beaucoup de choses que je peux dire d’un seul coup d’œil, » dit Orias d’une manière un peu léthargique.

« … L’as-tu fait? » le ton de Zagan devint quelque peu critique, ce à quoi Orias hocha la tête en signe d’excuse.

« J’ai remarqué après lui avoir parlé que j’avais dit quelque chose d’assez inconsidéré, alors je l’ai poursuivie en toute hâte, mais elle semble être une fille des plus talentueuses. Je suis déçue de dire que j’ai fini par la perdre de vue. Le temps que je m’en rende compte, j’étais déjà dans ton domaine, » déclara Orias.

Zagan poussa un soupir grave et Orias leva les yeux vers lui en caressant la tête de Kuu.

« D’après ce que tu as vu, tu l’as aussi remarqué, hein ? » demanda Orias.

« J’ai juste pensé… ça aurait été bien si ce n’était pas le cas, » déclara Zagan. Puis, il avait finalement mis la vérité dans des mots d’un ton qui donnait l’impression qu’il ne voulait pas l’admettre, en disant. « Nephteros… est un clone de Néphy. »

Dans la sorcellerie, il y avait une technique que l’on disait capable de créer des homuncules. Pour dire les choses simplement, c’était la création d’un être vivant. C’était un pouvoir qui dépassait clairement le territoire de la simple sorcellerie, et qui n’avait jamais été perfectionné auparavant.

Cependant, ce n’était pas comme s’il n’y avait pas de résultats. Ils étaient incapables de créer quelque chose à partir de rien, mais ils avaient réussi à dupliquer la vie. Grâce à cette technique, il avait été possible de donner naissance à une existence qui reproduisait la chair et le sang du sujet de base. Et selon la façon dont cela avait été fait, il était même supposé possible d’utiliser la technique pour échanger un vieux corps avec un plus jeune pour prolonger sa durée de vie.

Pourtant, quelque chose qui était créé par une telle méthode n’était pas une forme de vie complète. Le premier problème était qu’il était incapable de posséder son propre ego. Le corps cloné ne possédait pas d’âme ou quoi que ce soit d’autre nécessaire pour définir un sens de soi. De plus, son mana et sa vitalité se détérioreraient rapidement. La durée de vie d’un clone était extrêmement courte, et son mana et sa force physique n’étaient rien comparés à ceux de l’original. De plus, peut-être en raison de l’introduction de matières étrangères, le clonage avait réduit l’efficacité des rituels qui les utilisaient comme sacrifices.

C’est pourquoi Nephteros n’a pas su résister au mysticisme céleste que Néphy pouvait utiliser… Il ne savait pas comment Bifrons lui avait donné un ego, mais Nephteros était à tous les coups un clone de Néphy. C’est précisément pour cela qu’elles avaient le même visage. Et c’est aussi pourquoi Zagan ne pouvait pas pardonner à Bifrons. Après tout, Bifrons avait utilisé la fille qu’il aimait pour donner naissance à quelqu’un qui avait son propre ego.

Son premier souvenir est probablement celui où elle a vu Néphy pour la première fois…, c’était l’image de Néphy persécutée par d’autres elfes que Bifrons lui montrait dans la boule de cristal. C’était probablement un document du passé, mais elle s’était probablement trompée dans l’écoulement du temps lorsque cela lui avait été montré, ce qui lui avait fait croire que cela venait de se produire.

« Et tu as révélé la vérité à Nephteros ? » demanda Zagan.

« … Désolée, » répondit Orias. Ce n’était pas comme si Orias avait tort. Elle n’avait fait que répondre à la question de Nephteros. Bien sûr, cette fille avait le même visage que sa fille, mais elle n’avait aucune obligation de se soucier des sentiments de quelqu’un qu’elle venait de rencontrer.

« Ma demande concerne cette fille, » dit Orias d’une voix sincère.

« … Et que veux-tu que je fasse ? » demanda Zagan avec une grimace.

« Zagan. Pourrais-tu sauver la fille que j’ai blessée ? » répondit Orias en baissant la tête profondément. Cela laissa Zagan avec les yeux écarquillés, incrédules.

« Ai-je l’air d’un homme qui sauverait les autres ? » demanda Zagan.

« Je te le demande parce que tu le fais, » déclara Orias.

Et comment suis-je censé sauver quelqu’un qui a découvert qu’il a été créé artificiellement ? Zagan réfléchissait alors qu’il se grattait la tête face à cette réponse qui semblait pleine de conviction. Les sorciers étaient des êtres qui ne pensaient qu’à eux-mêmes. Même Zagan était tout à fait égoïste, en ce sens que son seul désir était d’être aimé par Néphy. Ou du moins, c’est ce qu’il croyait, mais…

Putain de merde ! Comme si je pouvais me taire et rentrer chez Néphy après avoir entendu ça !

« Écoute-moi, Orias. Je te respecte peut-être, mais c’est arrogant de supposer que quelqu’un a besoin d’être sauvé par un autre. Surtout, quand même la personne en question n’a aucun moyen de savoir comment l’aider, » répondit Zagan en s’ébouriffant les cheveux. Lui-même avait été sauvé en rencontrant Néphy. Cependant, ce n’était pas quelque chose qu’il désirait activement à ce moment-là. Il n’avait jamais pensé à ce qu’il voulait vraiment avant ça. À cette époque-là, il n’aurait même jamais imaginé que ce serait d’aimer et d’être aimé par un autre.

Tout était venu d’une rencontre inattendue, et tout cela avait complètement dépassé ses attentes. C’était essentiellement un miracle. Il n’était pas sûr de pouvoir le reproduire pour une autre personne. De plus, il était insensé d’essayer d’accorder cela à quelqu’un qui ne semblait pas disposé, car cela ne ferait que nuire.

Et pourtant, même si c’était quelque chose qu’il aurait dû rejeter… il savait qu’il se sentirait différent si c’était Néphy, Foll, Raphaël, Chastille, Gremory, Kimaris, ou l’un de ses subordonnés au château… S’ils souffraient, il ferait tout ce qui est en son pouvoir pour les aider. Il était certain de ce simple fait.

« Je crois que quelqu’un qui le sait, mais qui est prêt à essayer quoiqu’il arrive, est exactement le type de personne qui peut sauver les autres, » affirma Orias en regardant la réaction de Zagan avec une expression satisfaite sur son visage.

« Je sais que je me répète en ce moment, mais je ne suis vraiment pas fait pour ce poste, » déclara Zagan alors qu’il reniflait. Celle qu’Orias voulait sauver était Nephteros. Et honnêtement, il n’avait pas la moindre idée de comment aider une fille qui possédait un passé bien plus affreux que lui ou Néphy.

Mais c’est exactement pour ça que je ne peux pas lui tourner le dos… Quoi qu’il ait dit, Zagan avait pris sa décision depuis longtemps. Il ne deviendrait pas un monstre. Au lieu de cela, il deviendrait un roi. Il donnerait à Néphy un endroit pour vivre sous le soleil, il enterrerait les douze autres Archidémons, il forcerait l’Église à arrêter de traquer les sorciers, il annihilerait les démons, le Seigneur-Démon, ou autre, et il changerait le monde.

S’il ne pouvait pas sauver une fille pitoyable, il n’y avait aucune chance qu’il réussisse un jour l’un de ses objectifs bien plus difficiles. Ainsi, après avoir pris une grande respiration, Zagan s’était tourné vers Orias une fois de plus.

« … Nephteros est un clone de Néphy. N’est-ce pas ? » redemanda Zagan.

« Tout à fait. Bien qu’il soit douloureux de l’admettre, c’est exactement ce qu’elle est, » répondit Orias.

« Alors… on peut la considérer comme la sœur de Néphy, » déclara Zagan. La sœur de son épouse n’était pas différente de sa propre sœur. Cela en faisait de sa famille.

« Eh bien, je suppose qu’on peut dire que j’ai eu la chance d’avoir une autre fille, » la bouche d’Orias s’était détendue avec un sourire quand elle avait répondu à sa déclaration. Zagan, à son tour, hocha simplement la tête en réponse. Et puis, il avait poussé un cri.

« Hé, Barbatos ! Tu m’entends, n’est-ce pas !? » hurla Zagan. Et quand il l’avait fait, l’ombre d’un arbre sur la place s’était tortillée.

« Baisse d’un ton, bon sang… Je suis blessé moi. Tu pourrais au moins me montrer un peu de sympathie, » déclara Barbatos.

« Comme si ça m’intéressait. Plus important encore, emmène-moi jusqu’à Nephteros, » ordonna Zagan.

L’ombre était restée silencieuse pendant un moment après avoir été ordonnée. Au bout de quelques instants, une voix ennuyée se fit entendre.

« Merde, ce n’est pas beau à voir là-bas. Je m’occupe de toi, alors tu ferais mieux de faire quelque chose rapidement, » déclara Barbatos

« … Hein ? » s’exclama Zagan.

« Je t’en supplie ! » déclara Barbatos.

Ce type compte sur quelqu’un d’autre ? Zagan avait douté de ses oreilles en entendant ça. Barbatos avait dit un jour que Zagan avait changé, mais il se peut qu’il ait aussi changé et qu’il n’était tout simplement pas au courant de ce fait. C’est pourquoi Zagan avait immédiatement sauté dans l’ombre.

« Laisse-moi me charger du reste, » répondit Zagan à son incomparable ami indésirable.

Et ce qui l’avait salué de l’autre côté, c’est…

***

Partie 7

« … Attends ! Qu’est-ce qui se passe ici ? » demanda Zagan.

Une lame était arrivée sur Zagan quand il était arrivé de l’autre côté de la zone d’ombre. Devant ses yeux se trouvait une pitoyable chimère avec le visage de Nephteros, et Chastille qui était tombée à terre. On aurait dit qu’elle était au milieu d’une bataille avec la chimère. Et celle qui s’était jetée sur lui était… Kuroka. Elle portait un masque étrange, mais il pouvait dire que c’était elle par ses vêtements et ses oreilles.

Il avait attrapé l’épée courte sur l’impulsion du moment, mais il n’avait pas pu éviter d’être touché par le tranchant de la lame. Elle semblait être une arme de l’Église, car elle faisait très mal alors que son sang coulait sur la lame.

« Hein… ? Cette voix… Monsieur… ? Qu’est-ce que vous faites là ? » Kuroka, portant toujours ce masque étrange, avait laissé échapper une voix désorientée. Zagan ne lui avait pas répondu et avait cherché Nephteros à la place. Cela semblait être la place devant l’église. Des chevaliers angéliques entouraient la zone, et Nephteros était à genoux un peu loin de la chimère elle-même.

C’est bien qu’elle soit en vie…, après qu’il eut fini de vérifier sa sécurité, la chimère se leva lentement.

Ce foutu Bifrons… A-t-il fait d’autres clones que Nephteros ? Il était plus susceptible de dire que Bifrons avait échoué d’innombrables fois dans le processus de création de Nephteros, et tous ces échecs avaient été transformés en chimères, mais Zagan n’avait aucun moyen de le savoir.

La chimère avait déclenché un déluge de membres vers Zagan. Les membres étaient assez forts pour transformer un chevalier angélique en viande hachée d’un seul coup, mais Zagan avait légèrement bougé son bras en l’air en réponse. C’était un geste apparemment dénué de sens, car il n’était pas assez près des membres de la chimère, encore moins de la chimère elle-même, mais…

« Ferme-la. Je suis en train de parler ! » s’exclama Zagan. D’une manière extraordinaire, son geste insignifiant avait enfoncé la chimère dans le sol comme si son poing avait touché le centre de la créature. Ce n’était pas de la sorcellerie spécialisée. Il avait simplement projeté son mana dessus comme un marteau. C’est ainsi que la chimère avait été écrasée et avait cessé de bouger, laissant les Chevaliers angéliques dans le secteur en état d’agitation.

« Il a écrasé cette chimère… avec juste un seul coup… »

Apparemment, Chastille et les autres étaient dans une difficile lutte contre la chimère. Tous les Chevaliers angéliques semblaient confus par sa facilité à gagner, et Chastille l’appela d’une voix de reproche.

« Z-Zagan, cette chimère est…, » commença Chastille.

« Comme si ça m’intéressait. Cela ressemble peut-être à Nephteros, mais ce n’est pas vraiment elle, » répondit Zagan. Celle qu’il avait décidé de sauver était Nephteros, pas les clones de Néphy. Même s’il s’agissait d’existences pitoyables créées par la même méthode, il n’y avait aucune raison pour Zagan d’hésiter.

« Alors Kuroka, qu’est-ce que tu fais ? Est-ce là le “devoir” ou quoi que ce soit d’autre, que tu devais faire ? » demanda Zagan en se tournant vers Kuroka.

« Ça n’a… rien à voir… avec mon devoir. Je vais me venger… de cette personne… et la tuer, » dit Kuroka avec des coupures dans sa voix, mais elle avait quand même réussi à répondre d’une voix froide.

« Qu’as-tu fait à cette fille ? » demanda Zagan en regardant Chastille.

« C’est un malentendu. Euh, il semble qu’elle soit… euh, la parente du Seigneur Raphaël…, » répondit Chastille.

De cette seule déclaration, Zagan avait compris toute l’étendue du piège de Bifrons.

Impressionnant. C’est la première fois que je vois un harcèlement aussi complexe… La fille dont parlait Raphaël était Kuroka. C’est pourquoi Bifrons était allé jusqu’à la guider ici et à attaquer Chastille. Naturellement, Raphaël n’avait pas été en mesure de faire un geste, car il se cachait comme le majordome de Zagan.

Mon Dieu, qu’est-ce que c’est que ça ? Le nombre de personnes que je dois sauver ici vient de passer à deux… Il était toujours convaincu qu’il n’était pas fait pour un rôle aussi pénible, mais pour une raison ou une autre, seuls des gens pénibles s’étaient présentés devant lui.

« Eh bien, je suppose que si c’est arrogant de supposer que quelqu’un a besoin d’être sauvé, alors il n’y a pas de problème avec un Archidémon qui assume ce rôle…, » Zagan s’était parlé à lui-même sans le vouloir, puis il avait regardé Kuroka et lui avaient dit. « En d’autres termes, tu veux la tuer parce que tu crois que Chastille a tué Raphaël ? »

« C’est la vérité. J’ai entendu… cette personne… parler de l’avoir tué, » déclara Kuroka en regardant Chastille. Zagan ne savait pas comment les choses étaient devenues si compliquées, mais Chastille était simplement assise là, incapable de fournir une vraie réponse.

« Tu te trompes, Kuroka. Ce n’est pas elle qui a tué Raphaël, » déclara Zagan.

« Non, c’est impossible ! » cria Kuroka.

« Je te dis que tu as tort, et j’ai des preuves indéniables…, » Zagan s’était frappé la poitrine, puis avait continué. « Après tout… C’est moi qui ai tué Raphaël ! »

« Vous ne faites que couvrir cette personne, n’est-ce pas… ? S’il vous plaît, arrêtez ça, Monsieur. Si vous dites une telle chose, je vais…, » Kuroka se mit à trembler quand elle lui répondit avec hésitation.

« Maintenant que j’y pense, je ne t’ai jamais dit mon nom, n’est-ce pas ? Écoute-moi, Kuroka ! Je m’appelle Zagan ! »

« … » Le choc de Kuroka était visible même à travers son masque.

« Confuse ? Alors, est-ce plus facile à l’accepter si je me présente à toi comme l’un des Archidémons ? Raphaël osa bêtement lever la main sur ma fille. C’est pour ça que je l’ai tué. Dis-moi, veux-tu savoir exactement comment il est mort ? »

« Zagan ! Pourquoi dis-tu ça !? » Chastille cria comme si elle le critiquait, mais Zagan secoua simplement la tête en réponse.

Raphaël lui-même voulait qu’on simule sa mort… Ce fidèle majordome avait décidé de garder le secret, même si cela signifiait abandonner la seule personne qu’il considérait comme de la famille. Quel genre de roi serait-il s’il ne respectait pas ce souhait ?

« WAAAAAAAAAAAAAAAAAH ! » Kuroka avait poussé un cri et avait balancé son autre épée courte pendant que Zagan la jetait sur le côté. Et cette seule action avait fait tomber le masque de Kuroka par terre.

La cait sith s’était tordue et avait tourné en l’air, réussissant à atterrir d’une manière ou d’une autre avec grâce. Mais comme on pouvait s’y attendre, elle pouvait sentir qu’elle serait frappée sans pitié si elle chargeait directement à nouveau. Bien que sa respiration soit devenue difficile, elle n’avait pas attaqué.

« Maintenant, Chastille. On dirait que Kuroka est mon problème. Je m’occupe d’elle. Si tu veux, je peux même nettoyer cette chimère là-bas. Cela ne me demanderait pas beaucoup de travail, vois-tu… Cela prendra probablement un certain temps, mais je ramènerai même Nephteros avec moi et je la sauverai… Alors, qu’est-ce que tu vas faire ? » Zagan cria à Chastille, l’aiguillonnant presque avec ses questions, tandis qu’il regardait Kuroka attendre sur place.

« Je… »

Zagan était généreux envers ses propres subordonnés, mais Chastille n’en faisait pas partie. C’était l’amie de Néphy, pas celle de Zagan. Dans ce cas, qu’était-elle exactement ? Était-elle l’une des faiblesses que Zagan devait protéger ? Ou ne l’était-elle pas ?

Chastille n’était pas si bête qu’elle ne comprenait pas ce qu’il insinuait. Elle n’avait gardé le silence qu’un instant avant de prendre sa décision et de se lever sur ses deux pieds.

« Ce ne sont pas tes affaires, Zagan. J’ai promis de protéger Nephteros, donc cette enfant est aussi quelqu’un que je dois vaincre moi-même, » affirma Chastille en montrant la chimère.

On n’a même pas besoin de moi ici, Orias.

« Très bien, très bien. C’est ce qui fait de toi mon alliée jurée, » déclara Zagan. Cette fille était une alliée jurée à qui il pouvait confier son dos, et se battre à ses côtés. C’est pour ça qu’il la croyait. Et au moment où Zagan se retournait pour affronter Kuroka une fois de plus…

« Attends ! Ne trouves-tu pas ça injuste que tu te mêles de ça ? » Bifrons parla par la bouche de la chimère, continuant. « Zagan, permets-moi de te donner quelques conseils en tant que ton aîné. Tu as beaucoup trop de faiblesses. Ton talent est monstrueux, mais ce n’est pas comme si ceux qui te suivent avaient suivi le rythme de ta force… Tu comprends ce que je veux dire, n’est-ce pas ? »

Plusieurs lumières s’étaient levées autour de la place alors que Bifrons libérait ses critiques. Et dans ces lumières étaient projetés le château de Zagan et le palais de l’Archidémon, deux emplacements dans le domaine de Zagan.

« Non, ce n’est pas possible…, » Chastille parla d’une voix tremblante. Les subordonnés de Zagan étaient au palais de l’Archidémon, et Néphy et Foll avaient été laissées au château. C’était probablement le même scénario qui s’était produit à l’époque où Orias avait vaincu un Archidémon. Elle avait perdu tout ce qu’elle voulait protéger et avait fini par garder Néphy à distance.

Maintenant, c’était au tour de Zagan de souffrir. Il avait jadis écarté Néphy parce qu’il craignait un tel sort, mais cette tentative avait complètement échoué. Bifrons écouta le silence comme s’il était agréable, puis se mit à rire.

« Fufufu, ne me dis pas que tu pensais que c’était ma seule chimère ? J’en ai envoyé d’aussi puissantes que celle-ci dans ton château et au palais de l’Archidémon de Marchosias. Malheureusement, il n’y a qu’un seul être comme toi. Alors, qu’est-ce que tu vas faire ? » demanda Bifrons.

Zagan baissa les yeux vers la chimère qui s’était effondrée au sol. Il ne savait pas combien d’échecs avaient été créés avant la naissance de Nephteros, mais cela ne s’était certainement pas arrêté à un ou deux. Si tous avaient été transformés en chimères, alors il y en avait probablement tout un tas. Et si elles étaient toutes imprégnées de cette boue, elles étaient pratiquement inarrêtables.

Cependant, je le savais depuis le tout début… C’était pour ça que Zagan avait haussé les épaules.

« Fais ce que tu veux. J’ai déjà beaucoup à faire ici, » déclara Zagan.

« Oh mon Dieu… Tu crois que c’est une menace en l’air ? Je sais que les otages ne sont utiles que de leur vivant, mais je m’en fiche, » déclara Bifrons.

« Arrête de japper. Si tu veux attaquer, alors vas-y. Je suis occupé ici, » Zagan avait froidement coupé toute autre partie du discours de Bifrons avec ces mots. À ce moment-là, Bifrons avait émis un « hmph » comme s’il parvenait à comprendre la situation.

« … Je vois. Tu t’y es déjà préparé, hein ? Je me demande qui va gagner entre mes chimères et ton petit piège… Comme c’est amusant, » déclara Bifrons.

Une chimère aux membres innombrables apparut dans la projection. Il l’avait utilisée pour charger directement vers l’un des deux châteaux.

« Zagan ! Qu’est-ce que tu prépares ? Néphy, Foll, et Ra… euh, tes subordonnés ne sont-ils pas tous là !? » Chastille était tout agitée, mais Zagan ne déclara rien en levant les yeux vers la projection. La première à montrer de l’activité avait été celle du Palais de l’Archidémon. Un golem modelé sur l’apparence d’un démon était sorti de l’intérieur de la bâtisse. Et sur son dos se trouvait Gremory, qui avait pris la forme d’une belle femme.

« Keeheeheehee, donc il est vraiment apparu. »

« N’est-ce pas… le golem de l’époque… ? »

C’était le golem qui avait arraché le bras de Raphaël, que Zagan avait réparé. L’enveloppe du démon lui-même avait été entièrement détruite lors de cette rencontre, mais les techniques utilisées pour la créer avaient été laissées de côté dans l’héritage de Marchosias.

En d’autres termes, il s’agissait d’une fusion des actifs de deux Archidémons, Marchosias et Zagan. Le faisceau de lumière émis par le golem avait traversé la chimère. Cependant, la chimère contenait également un fragment du Seigneur Démon des boues qui avait instantanément restauré ses blessures sous la forme d’une boue noire éparpillée dans la zone.

« C’est futile — mauvais œil de Balor ! » L’œil de Gremory cligna d’un violet profond et réduisit la boue de la chimère en cendres alors qu’elle laissait échapper ce cri. Malheureusement, cela ne semblait pas avoir assez de puissance pour terminer le corps principal de la chimère, car elle avait quand même réussi à charger et à atteindre le golem malgré les dégâts qu’elle avait subis. Cependant, à ce moment-là, les préparatifs du golem étaient déjà terminés.

« Tu as bien fait d’aller aussi loin. Ici, tu peux réclamer ta récompense — Phosphore du Ciel ! »

C’était le nom de la sorcellerie que Zagan avait donné naissance et qui avait brûlé la vie elle-même. Alors que Gremory criait ce nom, le golem ouvrit la bouche et déclencha un faisceau de lumière pour la deuxième fois. Cependant, la couleur de la lumière cette fois-ci était aussi noire que le vide. C’était quelque chose que Kimaris avait mentionné auparavant, mais la sorcellerie de Gremory était peu compatible avec le Phosphore du Ciel. C’est pourquoi Zagan lui avait accordé ce golem. C’était quelque chose qu’il avait remodelé pour qu’il soit capable de tirer le Phosphore du Ciel. Et, quand le faisceau de lumière noire était entré en contact avec la chimère, la chimère avait été vaporisée.

« Impossible…, » Bifrons marmonna en état de choc.

« Zagan, il y a aussi une chimère au château ! » Chastille lui cria dessus. Il y avait deux projections, et l’autre montrait une chimère en train de charger vers le château de Zagan. Cependant, cette chimère particulière était encore plus téméraire que la précédente.

Des racines d’arbres s’étaient glissées dans le sol à ses pieds et l’avaient maintenu en place. C’était un piège créé par le mysticisme de Néphy. Pour y échapper, il faudrait utiliser une technique de téléportation comme celle de Barbatos, ou posséder une puissance brute suffisante pour se comparer à un Archidémon ou une haute elfe.

Je suppose qu’il était temps de leur donner à tous une leçon… Auparavant, Zagan avait besoin de se retenir contre tout intrus, car il voulait qu’ils survivent et qu’ils disent aux autres combien il était inutile d’essayer d’attaquer le nouvel Archidémon. Cependant, une telle méthode n’avait de sens qu’au début. En ce moment, ceux qui n’avaient pas encore appris leur leçon ne l’apprendraient jamais. Un Archidémon comme Bifrons en était un parfait exemple.

Dans ce cas, il valait mieux renforcer ses défenses avec des pièges assez meurtriers. Mais cette fois, l’adversaire était la chimère de Bifrons, donc ce n’était pas suffisant pour l’arrêter. La chose devrait simplement vomir suffisamment de boue pour ronger les racines de l’arbre afin de se libérer. Mais à ce moment-là, les sorciers qui étaient restés dans le château pour le défendre avaient terminé leurs préparatifs, ce qui était évident à cause d’une rafale qui soufflait dans la forêt.

« Le typhon du Phosphore du Ciel. »

C’était Kimaris, qui était actuellement sous la forme d’un lion.

Kimaris a une assez bonne compatibilité avec le Phosphore du Ciel… La rafale qui soufflait dans la forêt n’était pas une rafale venteuse, mais la sorcellerie sonore spéciale de Kimaris combinée avec le Phosphore du Ciel. C’était sa propre création, et unique à lui seul.

En touchant ce qui ne pouvait s’exprimer que par un vent noir, la chimère et sa boue se transformèrent en cendres en un instant. Les deux chimères qui avaient été envoyées pour attaquer les bases de Zagan avaient été vaincues sans même avoir la chance de se défendre, laissant Bifrons crier d’une voix tremblante.

 

 

« Impossible… Zagan, comprends-tu au moins ce que tu as fait ? Es-tu en train de dire que tu as partagé ce pouvoir avec d’autres sorciers ? » demanda Bifrons.

« Oui, je l’ai fait. Et alors ? » Zagan pencha la tête sur le côté quand il posa cette question rhétorique.

« Je ne comprends pas. Tu viens de donner un pouvoir qui pourrait même servir à te tuer. Qu’est-ce que tu es? Penses-tu être un Archidémon du peuple ? C’est beaucoup trop dangereux ! » cria Bifrons.

« Les humains peuvent être tués avec n’importe quelle lame ordinaire, mais ils sont toujours vendus sur le marché et offerts en cadeau aux autres, n’est-ce pas ? » répondit Zagan avec un sourire tendu.

« Ce n’est pas du tout comparable ! » Bifrons se fâcha instantanément.

« Ce n’est pas si différent, » déclara Zagan sans hésitation.

Il n’y avait aucun moyen qu’ils s’entendent sur la question, et Bifrons ne serait jamais en mesure de changer cela.

***

Partie 8

Avec cela, les seuls pions qu’il reste ici à Bifrons sont la chimère et Kuroka…, Zagan regarda vers une Kuroka maintenant démasquée. Chastille avait dit qu’elle s’occuperait de la chimère, mais cette fille était le plus gros problème entre les deux.

Je veux dire, il n’y a aucune chance que je puisse tuer la fille de Raphaël…, Kuroka avait ses épées courtes à portée de main et cherchait une ouverture pour charger alors que Zagan commençait à lui parler d’une manière désinvolte.

« Je suis curieux, pourquoi t’es-tu laissé prendre par ces canus si tu sais si bien te battre ? » demanda Zagan.

C’était quelque peu déconcertant. Apparemment, la cécité de Kuroka n’était pas vraiment un handicap. Et pourtant, elle s’était fait prendre par des kidnappeurs.

« Mes épées… ne sont pas faites pour être utilisées contre les gens, » répondit Kuroka d’une voix froide. Il semblerait qu’elle ait choisi avec soin ceux contre qui elle s’était battue à cause de sa force. Ses épées n’étaient pas si bon marché qu’elles pouvaient être utilisées contre de simples ravisseurs. En l’entendant gémir, Zagan haussa les épaules.

« Je suppose que c’est l’un des enseignements de Raphaël, » déclara Zagan.

« C’est le mode de vie… que cet homme m’a appris, » répondit Kuroka.

« Donc c’est bien de tuer des sorciers ? Ne sont-ils pas aussi des individus ? » demanda Zagan.

« Les sorciers… ne sont pas des individus ! » cria Kuroka, clairement furieuse quand elle se jeta sur lui.

Sa colère… Les sorciers lui ont-ils fait quelque chose ? Les sorciers étaient tous des méchants, il était donc évident qu’ils étaient méprisés par toutes les victimes qu’ils avaient laissées dans leur sillage.

« N’est-ce pas des sorciers qui m’ont volé la lumière des yeux !? Ils ont tué papa, maman, toute ma famille, tout mon peuple, et maintenant vous m’avez même volé le Seigneur Raphaël… ! Cet homme… était la seule personne au monde que j’aimais encore ! » cria Kuroka.

C’était une histoire trop courante. Les sorciers étaient considérés comme diaboliques précisément parce que cela arrivait si souvent.

« … Eh bien, il est vrai que la plupart des sorciers sont tout à fait inhumains, » Zagan avait attrapé les épées de Kuroka à mains nues alors qu’il répondait d’une manière nonchalante.

« Hein !? » s’exclama Kuroka avec surprise. À ce moment-là, elle s’était finalement rendu compte qu’aucune de ses innombrables frappes n’avait atteint Zagan.

« … Sorcellerie, » marmonna vivement Kuroka. Puis, d’innombrables taches de lumière entourèrent Zagan comme de la neige.

« Écaille du paradis, le champ de neige… Il serait difficile, même pour une Épée Sacrée, de percer cela, » proclama Zagan. Toutes les frappes de Kuroka étaient obstruées par ces lumières. Zagan avait déjà perfectionné l’Écaille du Ciel sous sa forme de dragon, donc le champ de neige n’était pas quelque chose qu’il avait inventé pour son propre usage.

Foll devrait être capable de le gérer, mais sa faiblesse est que vous ne pouvez pas bouger quand vous êtes au milieu… En échange de ne pas lui accorder le Phosphore du Ciel à Foll, Zagan avait créé cette sorcellerie pour elle. Toutefois, il y avait encore des améliorations à faire. Il avait osé l’utiliser ici à titre d’essai, mais c’était aussi quelque chose d’utile pour essayer de défendre un vaste territoire.

Il y a trop de chevaliers angéliques dans le coin…, de leur point de vue, ils agissaient par nécessité pour éviter que les dégâts ne se répandent dans la ville, mais ils étaient en fait un obstacle. À ce stade, Kuroka semblait également avoir réalisé la portée effective de cette version de l’Écaille du Ciel et avait fait une expression confuse.

« Pourquoi un sorcier… fait-il quelque chose comme protéger les Chevaliers angéliques ? » demanda Kuroka.

« Qui sait ? Est-ce quelque chose que tu as besoin de savoir pour te venger ? » demanda Zagan.

C’était juste une légère provocation, mais le visage de Kuroka s’était tordu de colère alors qu’elle se jetait à nouveau sur Zagan. Zagan avait lâché l’épée courte qu’il avait attrapée et l’avait laissée se déchaîner autant qu’elle le voulait.

« Qu’est-ce qu’il y a ? Sache que Raphaël a réussi à percer l’Écaille du Ciel. Ton désir de vengeance ne va-t-il pas plus loin ? » s’enquit Zagan. En y repensant, le seul capable de percer l’Écaille du Ciel de front fut Raphaël.

Raison de plus pour que je réponde correctement à son dévouement…, c’est pourquoi Zagan s’était avancé pour affronter Kuroka.

« Je compatis un peu à ta situation. Cependant, je n’ai pas le temps de te tenir compagnie pour toujours, » déclara Zagan en poussant le champ de neige contre Kuroka. Et sous la pression des particules de lumière, Kuroka avait sauté en arrière sur une grande distance.

« Tu m’écoutes ? Juste une fois. Je n’autoriserai ton attaque qu’une seule fois. Si ton épée ne m’atteint pas, abandonne et rentre chez toi. Si tu ne peux pas saisir cette seule chance, il te sera impossible de me battre, » déclara Zagan. Il n’avait jamais levé la main contre elle. Tout ce qu’il faisait, c’était de permettre à Kuroka d’évacuer sa colère, donc ça ne pouvait même pas s’appeler un combat. Elle l’avait sûrement sentie à ce moment-là, car ses lèvres hermétiquement scellées tremblaient. Ensuite, elle s’était tournée vers son entourage comme si elle était décontenancée. Et puis, comme si ses attaques résolues avaient été un mensonge, son corps s’était mis à trembler de peur.

« Haaah... Haaah… Haaah… Haaah..., » Kuroka respirait grossièrement alors que de la sueur commençait à mouiller tout son corps. Zagan pouvait dire exactement ce qui se passait en elle.

Je suis après tout un expert en matière de vengeance…, après avoir tant frappé par l’épée, il était complètement indemne. Même si elle ne le voulait pas, il lui était facile de comprendre la différence de puissance entre eux. Néanmoins, Zagan lui donnait une dernière chance. Une dernière chance où elle avait été autorisée à effectuer une attaque complètement unilatérale, une attaque qui était impossible à échouer.

En d’autres termes, elle était à l’arrêt. Si cela devait se transformer en un vrai combat, elle mourrait tout simplement. Elle n’accomplirait rien, ne laisserait rien derrière elle et personne ne se souviendrait d’elle. Une fois qu’elle s’était arrêtée, elle n’avait eu d’autre choix que de regarder cette réalité dans les yeux.

« Comprends-tu maintenant ? C’est une vengeance. La peur que tu ressens en ce moment est le prix de la vengeance, » lui avait crié Zagan d’un ton strict. La plupart des gens qui cherchaient à se venger avaient réussi à enterrer cette peur à cause de leur colère. Cependant, ils l’avaient simplement oublié, alors ce n’était pas comme s’ils l’avaient conquis. Et s’ils étaient incapables de le conquérir, ils ne deviendraient jamais des experts comme Zagan.

En fin de compte, le désir de vengeance de Kuroka était plus que valable, mais elle était une novice complète. Elle ne savait défier sa cible que dans un combat loyal. Avec cette stratégie, elle ne serait pas capable de persister et de s’épuiser si elle ne gagnait pas. Elle était beaucoup trop peu familière avec le concept, ce qui avait poussé Zagan à lui donner une introduction aux bases.

S’il était à sa place, Zagan utiliserait tous ses pouvoirs pour pousser sa cible dans un coin. Après tout, la vengeance ne pouvait être considérée comme correctement mise en œuvre qu’en prenant sa cible, en la noyant dans le désespoir, en piétinant son existence même et en l’acculant au point où elle le suppliait de mourir.

Pour cela, il fallait conquérir sa peur et garder un esprit calme. Même si Kuroka réussissait à tuer Zagan, avec la façon dont elle le faisait, il ne resterait rien. Elle serait vide, et en perdant son seul but dans la vie, elle attendrait la mort en silence. Raphaël n’aurait jamais souhaité une telle conclusion, et c’est pourquoi Zagan lui avait parlé d’une manière provocatrice.

« Qu’est-ce qu’il y a ? Tu abandonnes déjà ? » demanda Zagan.

Kuroka, qui semblait tomber dans les profondeurs du désespoir, trembla au début. Et après avoir fermé les yeux, elle prit une profonde respiration. Puis, ses mains avaient cessé de trembler alors qu’elle tenait ses épées à la main.

« … Monsieur, avez-vous trouvé Kuu ? » demanda Kuroka. Elle avait un ton calme. Il s’agissait des paroles de quelqu’un qui avait réussi à vaincre sa peur.

« Ouais, ne t’inquiète pas pour ça. Elle va bien. Quand elle se réveillera, elle ne se souviendra probablement même plus des mauvaises choses qui se sont passées, » déclara Zagan.

« Vous êtes après tout vraiment gentil, Monsieur. Si possible, j’aurais aimé vous rencontrer d’une autre manière, » déclara Kuroka, avec un léger sourire sur son visage. Puis, elle corrigea sa posture et tint ses épées courtes dans une prise d’attaque, déclarant. « Je suis Kuroka Adelhide. Je vais venger mon père, Raphaël Hyurandell… J’arrive ! »

Kuroka avait foncé avec sa lame cachée derrière son dos. C’était une position qui rendait impossible de savoir si une attaque venait de la droite ou de la gauche. Une fois à porter, son premier mouvement avait commencé avec son bras droit. D’après cette observation, il aurait été possible de lui couper le bras droit avant qu’elle n’ait fini de frapper. Cependant, elle n’avait pas que frappé l’épée courte dans sa main droite.

Une feinte ? C’était probablement une feinte qui allait sacrifier son bras droit. L’attaque, qui était chargée de sa volonté de porter un coup fatal, était celle avec l’épée courte dans sa main gauche. C’était un pari qui s’était produit dans un intervalle plus court que le clignement d’un œil. Les chevaliers angéliques de la zone avaient sûrement vu Kuroka balancer les deux épées en même temps, et ces épées terrifiantes s’étaient rapprochées de Zagan. Et puis…

« Hein… ? »

Celle qui avait fait entendre sa voix… c’était Kuroka. Son visage était mouillé par un jaillissement de sang rouge vif alors que les deux épées… étaient poignardées droit dans la poitrine de Zagan sans qu’elles aient été le moindrement déviées.

« Pour… quoi… ? » demanda Kuroka en murmurant. Il avait clairement vu les épées. Il aurait pu les arrêter avec son champ de neige. Cependant, Zagan n’avait même pas essayé de les esquiver ou de les bloquer.

Argh… Ça fait vraiment mal… Les lames étaient obstruées par ses muscles renforcés, de sorte qu’elles n’atteignaient pas son cœur, mais elles sectionnaient ses os et lui arrachaient les entrailles. De plus, les épées semblaient posséder un pouvoir similaire à celui d’une Épée Sacrée, ce qui le rendait incapable de régénérer ses blessures par la sorcellerie. Alors que du sang coulait de sa bouche, Zagan avait sorti les épées plantées dans son corps.

« Pourquoi… n’avez-vous pas esquivé ? Non, même si vous ne l’aviez pas fait… vous auriez dû pouvoir le bloquer avec votre sorcellerie, Monsieur, » marmonna Kuroka, apparemment incapable de comprendre ce qui se passait.

 

 

« J’ai dit que j’autoriserais ton attaque, » répondit résolument Zagan malgré la douleur que lui causait le simple fait de lui parler en ce moment. L’autoriser signifiait qu’il l’accepterait. L’esquiver ou le bloquer par la sorcellerie n’était pas l’accepter. C’est pourquoi Zagan avait l’intention de subir de plein fouet son attaque dès le début. Le fait que la blessure était beaucoup plus grave qu’il ne l’imaginait montrait à quel point Kuroka était puissante.

« Quoi — ? » s’exclama Kuroka, qui se tenait là, perplexe, alors que Zagan tendait la main vers elle. Il garda le silence pendant qu’il enlaçait doucement la jeune fille tremblante.

« Raphaël était un chevalier angélique fort et fier. C’est le seul homme que je respecte vraiment du fond du cœur. Cet homme m’a dit… que la fille qui n’avait aucun lien avec lui par le sang était plus importante pour lui que n’importe qui d’autre, » Zagan lui avait parlé d’une voix calme, ce qui avait fait trembler les oreilles au sommet du crâne de Kuroka.

Même maintenant, tu es aimé par Raphaël. Ne l’oublie pasC’était les mots que Zagan voulait lui transmettre.

« Pour… quoi… ? » marmonna Kuroka, le visage couvert de larmes. Et avec un bruit sourd, elle frappa faiblement la poitrine de Zagan et continua. « Pourquoi, Monsieur… ? » Kuroka cria en lui lançant son petit poing avant de finir sa question en lui demandant. « Pourquoi n’avez-vous pas sauvé le Seigneur Raphaël alors que vous êtes si fort ? »

Malheureusement, tout ce que Zagan pouvait faire, c’était de continuer à enlacer la fille qui pleurait et criait comme une enfant.

***

Partie 9

Nephteros était assise sur le sol, agrippant ses genoux, tandis que le combat entre Zagan et Kuroka s’apaisait.

Je suis… le clone de Néphélia… Bifrons avait obtenu plusieurs mèches de cheveux de Néphélia dans le village elfique caché et s’en était servi comme base pour créer Nephteros. C’était la vérité qu’elle avait entendue de l’Archidémon Orias.

Elle était quelque chose qui avait été créé, un outil qui pouvait être remplacé à tout moment. Une fois qu’elle l’avait découvert, Nephteros s’était enfuie de Bifrons. Elle n’avait jamais pensé qu’elle pourrait s’échapper, mais elle avait senti que c’était son seul choix si elle voulait survivre. C’est ainsi que Bifrons lâcha une chimère pour la chasser, et la vie de Nephteros, en fuite, commença pour de bon. C’était douloureux, mais il y avait beaucoup de gens sur le chemin qui l’avaient aidée. Il semblait que le monde n’était pas aussi misérable que Nephteros le pensait au départ, et elle avait l’impression d’avoir saisi un mince fil d’espoir en elle.

Mais c’est inutile. Je ne peux plus supporter ça… La chimère que Chastille combattait était aussi Nephteros. Elle n’avait pas seulement le même visage qu’elle. Elle avait la même forme, le même sang, la même chair, et elle avait même été faite exactement de la même manière. Tout était pareil à ce sujet. La seule différence était l’ordre dans lequel elles étaient nées.

La Nephteros se tenant ses yeux, avait été jeté comme un jouet, son corps avait été violé par cette boue, et avait été transformé en chimère. Le fait qu’elle soit vivante, sa maigre fierté de pouvoir dire aux autres qu’elle était Nephteros avait été piétinée et violée. L’Archidémon Bifrons était inhumain. Nephteros pensait qu’elle le comprenait déjà, mais elle ne croyait pas auparavant qu’il était possible de fouler aux pieds les fondements de l’humanité dans une telle mesure.

« Je ne vous laisserai pas prendre Nephteros ! » Chastille avait rugi, faisant de son désir de protéger la vie de Nephteros une chose bien visible.

Si je ne l’aide pas… elle n’aura aucune chance de gagner…, le désir d’aider Chastille avait commencé à s’épanouir au sein de Nephteros. Ces sentiments possédaient une force qui faisait remuer son corps et elle avait commencé à entendre des voix.

« Vous devriez soutenir Chastille. Chantez votre mysticisme céleste, » disaient-ils. Cependant, l’image de la chimère se reflétait dans ses yeux.

« Argh… Ack... Argh… » Nephteros avait gémi en vomissant. Elle n’était pas assez forte pour rester saine d’esprit quand on lui montrait des choses aussi affreuses. Et toujours incapable de se tenir debout, et elle avait alors vu Zagan debout devant elle. Peut-être parce que cette fille appelée Kuroka était une adversaire difficile, car tout son corps était couvert de sang. Elle ne l’avait jamais vu dans un tel état, même après la bataille sur le pont de ce navire, ou lorsqu’il avait fait face à l’Archidémon Orias.

« Tu es très docile aujourd’hui, » dit Zagan en haussant les épaules.

« … » Nephteros ne pouvait pas répondre, alors Zagan s’était déplacé pour se tenir à côté d’elle. Son regard était dirigé vers Chastille alors qu’elle frappait avec son Épée Sacrée dans la bataille. Cette fille était certainement forte, mais même la personne en question savait probablement qu’elle ne pouvait pas battre la chimère seule.

Comment cette fille peut-elle continuer à se battre… ? Elle connaissait déjà la réponse. Cette fille avait été capable de se battre si désespérément en raison de son désir de protéger les autres.

« … S’il vous plaît, sauvez cette fille. Ce ne serait pas grand-chose pour vous, n’est-ce pas ? » supplia Nephteros alors qu’elle attrapait les vêtements de Zagan. Elle se sentait incapable de se battre. Aussi répugnante que soit sa silhouette, cette chimère était aussi Nephteros. La seule raison pour laquelle elle n’était pas comme ça, c’était à cause de la chance. Si elle avait eu moins de chance, elle serait à sa place. Elle ne pouvait pas s’attaquer elle-même, surtout quand elle ne pouvait même pas la regarder dans les yeux.

« J’ai parlé avec Orias, » déclara Zagan en posant doucement sa main sur la tête de Nephteros. Cette déclaration lui avait fait réaliser qu’il connaissait la vérité qu’elle avait découverte. Eh bien, c’était assez facile à dire en voyant cette chimère, et Zagan le savait probablement déjà depuis le début et l’avait juste gardé secret, mais ce n’était pas important en ce moment. Malheureusement, le désespoir d’avoir un secret qu’elle n’avait jamais voulu savoir s’était glissé dans ses jambes.

« Il semble qu’elle ait décidé de te considérer comme sa propre fille, » lui annonça Zagan calmement.

« Fille… ? » Nephteros le fixa d’un regard vide, incapable de comprendre pourquoi il lui disait de telles choses.

« En pensant à ta croissance, on pourrait même dire que tu es la petite sœur de Néphy, même si tu détestes cette idée. Et la petite sœur de ma femme est aussi ma petite sœur, » déclara Zagan d’un ton clair. Puis, il regarda droit dans les yeux de Nephteros avec son regard argenté et continua. « Je te protégerai de cette chimère, et aussi de Bifrons, » déclara Zagan. Ses paroles étaient tout à fait rassurantes et prometteuses, mais… « Cependant, ce n’est qu’après la défaite de Chastille. »

« Pourquoi... Pourquoi ? N’est-elle pas votre alliée ? » demanda Nephteros.

« C’est une humaine que j’ai reconnue comme une alliée jurée. Et elle a dit qu’elle se battrait. Elle ne désire pas mon aide. Si je devais forcer le passage pour la sauver, je déshonorerais sa confiance, » déclara Zagan en regardant Nephteros d’un regard sévère.

« Mais…, » murmura Nephteros. Au rythme actuel, Chastille mourrait. C’était clair pour elle.

« C’est toi qui décides, Nephteros. Vas-tu te boucher les oreilles et attendre qu’elle périsse ? Ou vas-tu toi-même sauver ton amie ? » demanda Zagan en s’agenouillant devant Nephteros. Il va sans dire qu’elle voulait sauver Chastille. Mais c’était déraisonnable. Elle ne pouvait pas faire face à cette chose.

« Je veux… la sauver…, » balbutia Nephteros.

« Alors, fais vite. Il semble qu’elle soit presque à ses limites, » déclara Zagan. Cependant, elle ne pouvait même pas regarder cette chimère. Tandis qu’elle plaçait son regard sur le sol, Zagan se tenait debout d’une manière qui bloquait tout son champ de vision.

« Ça fera l’affaire ? » demanda Zagan.

Il… me protège vraiment…, Nephteros le regarda avec émerveillement. C’est pourquoi Nephteros s’était accrochée à son dos et avait finalement commencé à chanter.

« [Vous êtes celui qui règne sur la terreur. Accompagné du dieu de la guerre, devenez celui qui provoque la destruction et le chaos.] »

La chimère, qui poussait ses membres à Chastille, fut une fois de plus clouée au sol. Cependant, cette chimère était encore une haute elfe, alors elle avait lutté pour percer son mysticisme céleste par la force.

« [La bataille donne naissance aux vaincus, et la domination sur eux appelle le chaos. La panique devient une bride, et sans harmonie ni amitié, au nom du chaos et de la discorde, les champs de bataille se déchaînent.] »

Nephteros avait renforcé la pression, mais la chimère avait laissé échapper des larmes noires alors qu’elle étirait ses membres. On aurait dit qu’elle mendiait le salut, et les frappes de Chastille s’estompaient. Et, comme si elle utilisait cette ouverture, la chimère envoya vers elle l’un de ses bras.

« Je ne te laisserai pas faire ! » Kuroka avait rugi quand deux épées courtes s’étaient avancées et avaient coupé le bras de la chimère. Il n’était pas clair si son malentendu avec Chastille avait été dissipé, mais il semblait qu’elle avait au moins décidé de construire un front uni contre la chimère. Elle avait fauché ses membres en un clin d’œil, mais la chimère vomissait encore de la boue comme si elle s’accrochait à la vie.

« C’est futile — Azraël ! » Chastille avait fait surgir la lumière de l’Épée Sacrée afin de brûler la boue, donnant à Nephteros assez de temps pour compléter son mysticisme céleste.

« [Telle est la sonnerie qui écrase l’âme] — Phobos Ichos ! »

Si je peux l’affaiblir avec ça, alors l’Épée Sacrée de Chastille peut le vaincre ! C’était ce que Nephteros croyait de tout cœur, mais son mysticisme céleste ne s’était pas activé.

Un sort raté ? Dès le début, le fardeau de la mystique céleste était beaucoup trop grand pour Nephteros. Mais elle avait toujours été capable d’utiliser Phobos Ichos. Cependant, il semblait maintenant qu’elle n’était même plus capable de le faire.

En réalisant que ce n’était pas le cas, elle était devenue pâle.

« Qu’est-ce que c’est que ça ? » Chastille murmura dans la confusion. Son Épée Sacrée brillait d’une lumière bleu pâle. Il en était de même pour les épées courtes de Kuroka. Nephteros pouvait dire que c’était le mysticisme céleste qu’elle avait l’intention de tirer sur la chimère.

« Coupez-la ! » hurla Zagan. À partir de là, Chastille et Kuroka avaient compris ce qu’elles étaient censées faire.

« Avec cela… »

« … c’est fini ! »

L’Épée Sacrée et les épées courtes avaient découpé la bête. Immédiatement après, le corps de la chimère avait été avalé dans un globe noir. Nephteros pouvait dire que c’était un faisceau de gravité si puissant qu’il était visible. Et après la disparition de cet orbe, il ne restait plus rien.

Quel… est ce pouvoir… ? ? C’était quelque chose qui dépassait clairement le pouvoir de Nephteros. Cela dit, ce n’était pas non plus le pouvoir de l’Épée Sacrée. Tandis qu’elle se tenait là, stupéfaite, Chastille était arrivée en courant, et Nephteros s’était immédiatement séparée de Zagan.

« Nephteros, allez-vous bien ? » demanda Chastille.

« Bien sûr que je vais bien. J’étais loin de la vraie bataille, vous vous en souvenez ? » répondit Nephteros avec étonnement.

« Désolée. C’est à peu près tout ce que je pouvais faire pour vous, » répondit Chastille en l’enlaçant pour une étrange raison.

« De quoi parlez-vous… ? » demanda Nephteros.

« Ce n’est pas grave. Je suis à vos côtés, » déclara Chastille.

Pour une raison inconnue, la vision de Nephteros s’était déformée en entendant cela. Et c’est là qu’elle avait remarqué… que des larmes tombaient de ses propres yeux.

« H-Hein ? Pourquoi… ? » Chastille avait mis plus de force dans ses bras pour tenter de combattre ce qu’elle croyait être une manifestation de tristesse. C’était au point où ça faisait mal, mais pour une raison ou une autre, ça soulageait, donc cela fit perdre toute force au corps de Nephteros.

En un rien de temps, Nephteros pleurait fortement. Et tentée par cela, Chastille éclata aussi en larmes.

« C’est beaucoup trop cruel… Comment le monde peut-il être si cruel… ? » demanda Chastille.

Oh, ce n’est pas parce que cette fille est triste elle-même… Elle pleure pour moi ? Elle n’avait jamais pensé qu’une autre personne ferait une telle chose en son nom. Ainsi, Nephteros avait l’impression d’avoir été sauvée par sa rencontre fatidique avec Chastille.

Malheureusement, les deux filles qui pleuraient dans les bras l’une de l’autre étaient prises dans leur petit monde. C’est pourquoi ni l’une ni l’autre n’avaient remarqué que Zagan avait soudainement disparu, et qu’en partant, son visage s’était tordu de rage.

***

Partie 10

« … Quel échec! Dire que je n’ai pas pu récupérer Nephteros ou Azazel…, » Bifrons avait tapé du pied dans la frustration en mordant l’ongle de son pouce, puis il avait continué en disant. « Ce n’est pas du tout amusant ! Pourtant, c’est intéressant ! Qu’est-ce que c’était à la fin ? Ce n’était pas simplement le pouvoir du mysticisme céleste. A-t-il sympathisé… non, résonné avec l’Épée Sacrée ? Hm, cela nécessite des recherches plus approfondies. »

Même après avoir détruit tous ses pions, l’Archidémon Bifrons n’avait pas appris la leçon. Et puis, l’Archidémon androgyne avait éclaté de rire.

« Kufufufu, Zagan est vraiment très amusant. Quant à Nephteros… Je la laisserai pour plus tard. Dois-je faire un substitut en attendant ? » se demanda Bifrons en gardant un sourire méchant, peut-être en pensant à son prochain sinistre complot. Cependant, une grosse main lui avait frappé la tête avec un bruit sourd à ce moment précis.

« Tu sembles être de bonne humeur, Bifrons, » déclara Zagan, debout, les yeux injectés de sang, alors que Bifrons se retournait pour le regarder.

« … Hein ? Zagan ? Comment es-tu arrivé ici ? » demanda Bifrons.

« Crois-tu que j’ai une raison de te répondre ? » répliqua Zagan, bien que le truc soit assez simple. Tout ce qu’il avait fait, c’était trouver des traces du mana de Bifrons et utiliser la sorcellerie de Barbatos pour se téléporter.

« Oh mon Dieu ? Es-tu peut-être… en colère ? » La bouche de Bifrons s’était ouvert d’un rire sec quand il posa cette question.

« Pas du tout. Je suis juste venu pour accomplir ce que j’ai dit que je ferais, » Zagan avait renforcé son emprise avec l’intention d’écraser le crâne de Bifrons alors qu’il avait clairement indiqué son but.

« Aaaaahahahahah ! Les paysages infernaux sont mes préférés, tu sais !? Juste comme ça ! » Bifrons répondit par des rires stridents. Et puis, de la boue s’était échappée des murs de la zone.

Cet idiot a encore beaucoup de tours en stock… C’est pour ça que Zagan était venu seul. Il avait mis assez de force dans sa prise pour tenir Bifrons en place, et avait tendu son autre main vers le ciel.

« La foudre d’automne du Phosphore du Ciel, » cria Zagan.

Immédiatement après, la foudre était tombée du ciel. Elle s’était divisée en d’innombrables ramifications noires et avait déchiré la boue, ce qui avait provoqué l’effondrement de toute la base de Bifrons à son tour.

Elle n’est pas comparable à la Grande Fleur quintuple en puissance pénétrante, mais sa zone d’effet est beaucoup plus grande…, cela n’avait rien laissé derrière après que la foudre se soit calmée. Pas de boue, pas de base, pas de résultats de recherche, rien. Cette sorcellerie, qui avait brûlé le mana lui-même, avait tout réduit en poussière. Avec cela, le médium que Bifrons avait utilisé comme source pour créer Nephteros aurait aussi dû être annihilé. Et même la barrière de Bifrons, qui avait été érigée dans toute la région en utilisant toute la sagesse qu’il avait accumulée, avait été démolie. En d’autres termes, tout ce qui restait ici était un sorcier nu.

« Il semble que tu ne mourras pas même si je t’écrase le crâne maintenant, mais je me demande si tu survivras à un Phosphore du Ciel à bout portant ? » demanda Zagan.

« Haha… Tu ferais mieux de ne pas me tuer maintenant. Il y a beaucoup trop de connaissances que tu perdrais sur le mysticisme céleste, » déclara Bifrons.

« Pas intéressé, » Zagan enfonça la tête de Bifrons dans le sol en disant cela, et une éclaboussure de sang vint de dessous sa main.

« Aïe, ça avait l’air douloureux, » déclara Barbatos en éclatant de rire depuis l’ombre. Cette fois-ci, il avait aussi été contraint de vivre une expérience terrible.

Ce type est anormalement en colère. Je me demande pourquoi…, l’ami stupide et indésirable de Zagan agissait comme si quelque chose de très important pour lui avait été blessé. C’est pour ça que Zagan n’avait rien dit et l’avait amené.

« Gak... Hak... » Bifrons avait gémi, d’une façon ou d’une autre, encore en vie. En entendant cela, Zagan lâcha la tête de Bifrons et leva la main droite au-dessus de sa tête. Bifrons essayait de mettre en place une sorte de défense, mais comme Bifrons était un sorcier, il n’y avait rien d’autre à faire que d’utiliser la sorcellerie. Et il n’y avait pas de sorcellerie que Zagan ne pouvait pas dévorer.

Quand la sorcellerie s’était dissipée en vain, ne faisant que renforcer le pouvoir de Zagan, Zagan avait descendu son poing. La terre s’était fendue et avait tremblé. L’onde de choc avait atteint la ville voisine plus vite que n’importe quel cheval et avait secoué toute la région et emporté les petits débris qui restaient de la base de Bifrons. C’était une scène destructrice qui faisait croire qu’un météorite s’était écrasé.

Cependant, le corps de Bifrons était resté présent. Le poing de Zagan avait raté le visage de Bifrons et avait touché le sol près de sa tête.

« Hee... Hee..., » Bifrons tremblait en produisant un bruit stupide.

« Je pensais que ce serait bien de te tuer ici, mais j’ai changé d’avis, » déclara Zagan.

« Heehee, tu vas regretter de ne pas m’avoir tué — GYAAAH !? » s’écria Bifrons.

Zagan plongea sa main dans la poitrine de Bifrons quand le sorcier se mit à rire. Cela coupa ses paroles.

« J’ai planté le Phosphore du Ciel dans ton cœur. Il est configuré pour s’activer si tu enfreins une certaine règle, » déclara Zagan. En gros, c’était une sorcellerie contractuelle.

« L’isolement… C’est la punition que je t’infligerai. Je m’occupe de Nephteros. Tu n’es pas autorisé à te montrer devant elle, à lui parler ou à lui faire part de tes intentions. Lentement, goûte à l’enfer connu sous le nom de solitude, » déclara Zagan.

« Hahaaa… Je me demandais ce que tu allais dire, et tu fais quelque chose d’aussi simple… Nephteros est tout à fait le spécimen précieux, mais tu devrais savoir que je peux juste faire un substitut, » déclara Bifrons.

« Je vais te dire une chose. Les homuncules ont des durées de vie courtes. Si quelqu’un ne lui fournit pas continuellement du mana, il ne survivra même pas trois jours. Cependant, cela n’est jamais arrivé à Nephteros, » dit Zagan en regardant Bifrons de haut avec un faible regard de pitié dans ses yeux. Telles étaient les limites des techniques de clonage actuelles. Et pourtant, Nephteros était toujours en vie. Même si elle avait été poursuivie par une chimère pendant plusieurs jours sans eau ni sommeil, elle avait survécu.

« C’est parce que tu lui as fourni du mana. Tu l’as protégée, l’empêchant de trouver la mort. La vérité, c’est que tu es attaché à Nephteros, » dit Zagan. Si tout ce dont Bifrons s’occupait était de la récupérer, il aurait pu simplement couper son approvisionnement en mana et le faire revenir facilement. Si le but était de la tuer, on pourrait faire la même chose. Et pourtant, ça n’était jamais arrivé.

« Ce n’est pas drôle si elle meurt si facilement. Il est facile de s’attacher à un beau jouet, » déclara Bifrons.

« Tu ne comprends vraiment pas, n’est-ce pas ? Être attaché à un autre… c’est ce que les gens appellent l’amour, » répondit Zagan.

« Tu dis que… j’aime Nephteros ? » Bifrons avait l’air complètement abasourdi, comme s’il regardait quelque chose de complètement scandaleux. Bien sûr, l’amour de ce sorcier était tordu. Forcer un amour d’un côté à un autre ne rendrait personne heureux. Nephteros ne l’acceptait pas non plus. Telles étaient les émotions humaines, et il n’y avait ni bien ni mal quand il s’agissait d’émotions. L’amour n’avait rien à voir avec de tels concepts. Malgré tout, ce sorcier avait pris conscience de l’émotion d’aimer l’autre.

Perdre la personne qu’on aime… c’est l’enfer.

C’était comme le sentiment de vide que Zagan avait ressenti en forçant Néphy à s’éloigner de lui.

C’était aussi le désespoir qu’Orias avait ressenti en perdant tout ce qu’elle voulait protéger.

C’était comme la haine que Kuroka avait ressentie en perdant Raphaël.

Ils étaient tous coincés dans un enfer sans salut… Et c’est pourquoi Zagan n’avait pas tué Archidémon Bifrons.

« C’est tout ce que j’avais à dire, » Zagan avait disparu, laissant ces mots derrière lui.

« Comme c’est stupide. Je ne comprends pas. C’est peut-être aussi l’une des facettes intéressantes de Zagan… Fufufufu…, » Bifrons posa une main sur sa propre poitrine en disant cela, allongé sur le sol pendant tout ce temps.

Cependant, malgré cela, le sorcier ne s’était même pas rendu compte qu’il était saisi par la sensation d’un grand trou qui s’ouvrait dans son cœur.

 

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire