Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 5 – Chapitre 4 – Partie 2

Bannière de Le Dilemme d'un Archidémon ***

Chapitre 4 : Aimer quelqu’un comporte de nombreux malentendus fastidieux, mais ils en valent tous la peine

Partie 2

Le lendemain, Zagan se rendit de nouveau dans la ville de Kianoides. Il avait laissé l’écharpe qu’il avait reçue de Néphy dans le château.

Je dois jeter toutes les ordures avant notre rendez-vous…, cependant, en jetant les ordures, ses vêtements se saliraient et il voulait que son écharpe soit en parfait état pour leur rendez-vous. C’est pourquoi il s’était mis en route pour terminer rapidement Bifrons sans elle.

Je vais d’abord capturer la chimère de Bifrons, puis suivre les traces de mana de là… Les chimères et les golems étaient reliés à leur lanceur par le mana, il était donc possible de retracer l’emplacement du lanceur à travers eux. Cela dit, si une chimère s’était infiltrée dans la ville, il n’y avait aucune chance que Chastille et les chevaliers angéliques soient là à ne rien faire. Il était probablement plus sage pour Zagan de les contacter plutôt que de flâner en ville.

Cela étant, Zagan cherchait actuellement des traces de sorcellerie en ville, ce qui était plus facile à dire qu’à faire. Il y avait encore près d’une centaine de sorciers dans cette ville, et tous utilisaient la sorcellerie dans leur vie quotidienne. Dernièrement, certains avaient même été envoyés à l’église sur ses ordres. Ajoutez à cela le fait que la bataille contre la chimère n’avait eu lieu que la veille, et il était évident qu’il y avait des traces de sorcellerie partout.

Trouver quelque chose de semblable à la longueur d’onde du mana de Bifrons dans tout cela était comme chercher une aiguille dans une botte de foin. Cependant, c’était la ville de Zagan. Elle était entourée de multiples barrières qui lui permettaient de réparer les bâtiments endommagés et de protéger les sorciers qu’il employait. Il avait même une barrière pour détecter les « corps étrangers ».

« … Hmm. Par ici ? » déclara Zagan alors qu’il se dirigeait vers les bidonvilles, qui étaient éloignés du quartier commerçant. Là, il avait trouvé une trace de sorcellerie qui n’appartenait pas à un sorcier de sa faction. En regardant autour de lui, il n’y avait aucune trace de destruction en vue. Il n’y avait pas non plus de trace de l’utilisation de sa barrière de restauration. Il n’y avait même aucune seule trace de conflit. Et précisément parce que c’était le cas, Zagan avait des soupçons.

Un sorcier normal n’effacerait pas les traces de sa sorcellerie de cette façon…, le sorcier qui avait agi dans ce secteur avait caché les preuves parce qu’il ne voulait pas que Zagan le découvre. De plus, il avait clairement utilisé une technique sophistiquée, puisqu’il n’avait pu trouver aucune preuve réelle de ce qui se passait. Le problème, c’était ce qu’il avait fait exactement. Zagan fouilla la zone, espérant trouver quoi que ce soit, lorsqu’il sentit soudain une présence derrière lui.

Un des laquais de Bifrons ? Zagan se retourna en préparant parfaitement sa sorcellerie pour faire face à n’importe quel piège… et trouva un visage inattendu devant lui.

« Tu es celle d’hier… Kuroka, c’est ça ? » demanda Zagan.

C’était l’une des deux filles qu’il avait sauvées d’un enlèvement et qu’il avait déposées à l’église.

« Cette voix… Êtes-vous l’homme que j’ai rencontré hier ? » demanda la fille.

Pourquoi est-elle ici… ? Il savait que Bifrons se servirait de cette fille pour l’embobiner, alors Zagan s’était rapproché de Kuroka, demeurant vigilant de son entourage afin d’empêcher cela. Kuroka le regarda de ses yeux vides… et se mit à crier en un instant.

« Waaaaaaaaah ! Monsieur ! Qu’est-ce que je fais !? »

Elle criait si désespérément qu’il se sentait idiot d’être sur ses gardes.

« … Que s’est-il passé ? » demanda Zagan.

« Kuu… La fille qui était avec moi hier a disparu ! » déclara la fille.

Elle parlait de la fille vulpine de l’autre jour, et Zagan ne pouvait pas croire ce qu’il entendait.

« Calme-toi. N’est-elle pas protégée par l’Église ? » Zagan lui avait demandé ça en l’éloignant des bidonvilles dangereux et en l’asseyant sur une chaise dans une petite place. Après qu’il lui ait caressé la tête et l’ait calmée, Kuroka avait commencé à expliquer les choses avec un bégaiement.

« Je n’ai rien fait d’autre que d’échouer dans mon travail, et Sire Torres se fâche toujours contre moi…, » déclara Kuroka.

Eh bien, elle n’avait pas l’air d’être la fille la plus chanceuse du coin, alors ce n’était pas si difficile d’imaginer que les choses allaient mal pour elle.

« Et donc, parce que je n’étais pas utile, ils m’ont dit de m’occuper de Kuu, mais cette fille… a disparu…, » déclara Kuroka.

« Quand ? Peut-être que le savoir t’aidera ? » demanda Zagan.

« Je ne l’ai remarqué que le matin, mais il semble qu’elle ait disparu quelque temps avant, » répondit Kuroka en secouant la tête.

« L’as-tu dit aux autres ? En fait, pourquoi te promènes-tu dehors toute seule ? » demanda Zagan.

« Je ne l’ai dit à personne d’autre. Il y a eu un incident, et tout le monde est blessé ou occupé, alors je ne peux pas les inquiéter davantage, » expliqua Kuroka en secouant la tête une fois de plus. Elle avait ensuite sorti un petit morceau de tissu de sa poche. On aurait dit un vieux chiffon, mais c’était un ruban.

« C’est le ruban de Kuu. Quand nous avons été attrapées par le canus, elle l’a enroulé autour de ma blessure. Ma vue est mauvaise, mais mes oreilles et mon nez sont bons, alors j’ai pensé que je pourrais peut-être suivre Kuu par son odeur…, » déclara Kuroka.

Ils n’étaient pas au niveau des canus ou des lycans, mais on disait que les tabaxis avaient un bien meilleur odorat que les humains. Dans le cas de Kuroka, son odorat avait probablement été amplifié en raison de sa perte de vision.

« Tu l’as sauvée et amenée en lieu sûr, alors pourquoi cela s’est-il produit… ? Je ne pense pas que Kuu se serait enfuie toute seule, » déclara Zagan.

C’était tout à fait logique, puisqu’elle n’avait pas de maison où aller. Zagan avait un mauvais pressentiment.

« As-tu dit qu’il y a eu un incident, non ? Quelque chose d’autre s’est-il passé après ton arrivée à l’église ? » demanda Zagan.

Kuroka secoua vigoureusement la tête, indiquant qu’elle n’en avait aucune idée.

Eh bien, je suppose qu’elle ne sait pas… Puisqu’elle était aveugle, ils la traitaient probablement comme une nuisance. Même si quelque chose avait mal tourné, ils auraient probablement choisi de ne pas perdre de temps à lui en parler.

« Kuroka, l’odeur de Kuu t’a menée à l’endroit où nous étions ? » demanda Zagan.

« … O-Oui, » répondit Kuroka.

Zagan ne pouvait rien dire par l’odeur, mais si Kuu y était allée, il y avait de fortes chances qu’elle ait eu affaire à un dangereux sorcier.

Mais pourquoi cette gosse s’est-elle faufilée hors de l’église ? Il était possible que Zagan puisse découvrir s’il savait ce qui s’était passé à l’église, mais il n’y avait aucun moyen pour lui d’accéder à cette connaissance pour le moment.

« Kuroka, quelqu’un d’étrange est-il venu à l’église ? » demanda Zagan.

« Je n’ai commencé à travailler à l’église qu’hier… Je ne sais pas ce qui serait et ne serait pas étrange, » répondit Kuroka.

« N’importe quoi serait parfait. Peut-être quelqu’un qui semblait être un sorcier ou quelqu’un qui avait une odeur étrange, » demanda Zagan.

Il y avait une forte probabilité que quelqu’un comme lui ait enlevé Kuu.

Je ne sais pas à quel point une gosse vulpine a de la valeur…, Kuroka, d’autre part, était d’une race rare, de sorte qu’elle était plutôt précieuse pour les sorciers. Et après y avoir longuement réfléchi, Kuroka avait émis un « Ah ».

« Ce n’était pas vraiment quelqu’un d’étrange, mais je suppose que c’est plutôt comme une déesse, » répondit Kuroka.

« Une déesse ? » demanda Zagan.

« Oui. Vous savez comment un cadavre a un certain parfum ? Je pensais que quelqu’un était déjà mort depuis longtemps par son odeur, mais cette déesse a réussi à guérir la personne qui sentait comme un cadavre et elle l’a sauvé ! » Kuroka répondit d’un signe de tête comme si c’était parfaitement évident.

Zagan pencha la tête sur le côté. Il était vrai qu’il avait envoyé plusieurs sorciers à l’église pour coopérer avec eux, mais ils n’étaient probablement pas capables de guérir quelqu’un sur le point de mourir comme ça. Cela étant dit…

Oh, maintenant que j’y pense, Nephteros est là…, ce n’était pas comme si c’était elle qui avait enlevé Kuu, donc cette information était inutile, mais c’était bien de savoir que les gens de l’église l’avaient acceptée.

« Ce serait bien si je pouvais un jour être comme elle, » déclara Kuroka, complètement envoûtée par cette pensée.

« Alors, fais-le. Qu’est-ce qui t’en empêche ? » répondit Zagan d’un ton neutre, ce qui fit que Kuroka le fixa d’un air émerveillé avec ses yeux vides avant de lui faire un sourire amer.

« Vous êtes vraiment gentil, Monsieur. Normalement, vous diriez que c’est impossible, vous savez ? Je veux dire… Je ne peux rien faire sans l’aide des autres…, » murmura Kuroka, transmettant son triste état d’esprit.

« Même la personne que tu penses être une déesse a probablement échoué plusieurs fois, a éprouvé de la douleur, a souhaité le salut et a été sauvée par d’autres, » répondit Zagan résolument en secouant la tête.

« Monsieur… savez-vous peut-être qui est la déesse ? » demanda Kuroka en penchant la tête sur le côté.

« … Qui sait ? Il n’y a pas de déesse dans l’église. Réfléchis-y. Quelqu’un qui ne comptait que sur lui-même n’aurait aucune raison d’être à l’église, n’est-ce pas ? » demanda Zagan.

Quelqu’un qui ne comptait que sur lui-même était beaucoup plus susceptible de piétiner les autres et de tremper ses mains dans la sorcellerie. C’est pourquoi ils n’avaient aucun lien de parenté avec l’église.

« Alors, vous voulez dire que parce que la déesse a été sauvée par d’autres, elle veut en sauver d’autres ? » demanda Kuroka, car elle semblait comprendre ce que Zagan disait.

« Peut-être, » répondit Zagan.

« … Mais je n’ai aucun pouvoir comme ça. Je ne peux pas sauver les autres comme la déesse l’a fait. Alors comment pourrais-je remercier ceux qui m’ont sauvée ? » demanda Kuroka.

« Quand je t’ai demandé la même chose hier, tu m’as dit quoi ? » Zagan s’adressa à elle d’un ton vraiment étonné, l’air prêt à éclater de rire.

« Hein ? La même question… ? Oh, alors cette personne était aussi votre bienfaiteur, Monsieur ? » demanda Kuroka.

Zagan ne répondit pas et haussa les épaules quand Kuroka se leva.

« Merci beaucoup, Monsieur. Je vais continuer à chercher Kuu, » déclara Kuroka.

« … Eh bien, je vais aussi jeter un coup d’œil aux alentours. Mais je ne suis pas sûr de la trouver…, » déclara Zagan.

« D’accord ! Merci beaucoup ! » s’exclama Kuroka en s’inclinant avec un salut. Puis, elle s’était retournée et était partie.

« Hé, attends ! Si tu cours, tu vas…, » commença Zagan.

Après quelques pas, elle était tombée.

Pourquoi ne vérifie-t-elle pas correctement son équilibre alors qu’elle a une canne… ? Zagan était étonné de cela, mais il s’était rendu compte que c’était peut-être parce qu’elle n’avait pas encore l’habitude d’utiliser la canne de cette façon. Non, c’était peut-être mieux de dire que c’était parce qu’elle avait l’habitude de ne pas en avoir besoin qu’elle était négligente. Dans ce cas, cela signifierait qu’elle avait perdu la vue relativement récemment. Et voyant cette silhouette peu fiable de dos, Zagan s’était aussi levé.

Je suppose que je vais aller jeter un autre coup d’œil à cet endroit… Il était possible qu’il y ait un indice sur l’endroit où se trouvait Kuu.

« Hey là-bas ! Ça fait longtemps qu’on ne s’est pas vu, Archidémon Zagan, » lui cria une voix familière par-derrière alors qu’il commençait à marcher. C’était une voix qu’il n’aurait jamais pu oublier, car c’était celle d’un Archidémon répugnant qu’il méprisait.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire