Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 5 – Chapitre 4 – Partie 10

Bannière de Le Dilemme d'un Archidémon ***

Chapitre 4 : Aimer quelqu’un comporte de nombreux malentendus fastidieux, mais ils en valent tous la peine

Partie 10

« … Quel échec! Dire que je n’ai pas pu récupérer Nephteros ou Azazel…, » Bifrons avait tapé du pied dans la frustration en mordant l’ongle de son pouce, puis il avait continué en disant. « Ce n’est pas du tout amusant ! Pourtant, c’est intéressant ! Qu’est-ce que c’était à la fin ? Ce n’était pas simplement le pouvoir du mysticisme céleste. A-t-il sympathisé… non, résonné avec l’Épée Sacrée ? Hm, cela nécessite des recherches plus approfondies. »

Même après avoir détruit tous ses pions, l’Archidémon Bifrons n’avait pas appris la leçon. Et puis, l’Archidémon androgyne avait éclaté de rire.

« Kufufufu, Zagan est vraiment très amusant. Quant à Nephteros… Je la laisserai pour plus tard. Dois-je faire un substitut en attendant ? » se demanda Bifrons en gardant un sourire méchant, peut-être en pensant à son prochain sinistre complot. Cependant, une grosse main lui avait frappé la tête avec un bruit sourd à ce moment précis.

« Tu sembles être de bonne humeur, Bifrons, » déclara Zagan, debout, les yeux injectés de sang, alors que Bifrons se retournait pour le regarder.

« … Hein ? Zagan ? Comment es-tu arrivé ici ? » demanda Bifrons.

« Crois-tu que j’ai une raison de te répondre ? » répliqua Zagan, bien que le truc soit assez simple. Tout ce qu’il avait fait, c’était trouver des traces du mana de Bifrons et utiliser la sorcellerie de Barbatos pour se téléporter.

« Oh mon Dieu ? Es-tu peut-être… en colère ? » La bouche de Bifrons s’était ouvert d’un rire sec quand il posa cette question.

« Pas du tout. Je suis juste venu pour accomplir ce que j’ai dit que je ferais, » Zagan avait renforcé son emprise avec l’intention d’écraser le crâne de Bifrons alors qu’il avait clairement indiqué son but.

« Aaaaahahahahah ! Les paysages infernaux sont mes préférés, tu sais !? Juste comme ça ! » Bifrons répondit par des rires stridents. Et puis, de la boue s’était échappée des murs de la zone.

Cet idiot a encore beaucoup de tours en stock… C’est pour ça que Zagan était venu seul. Il avait mis assez de force dans sa prise pour tenir Bifrons en place, et avait tendu son autre main vers le ciel.

« La foudre d’automne du Phosphore du Ciel, » cria Zagan.

Immédiatement après, la foudre était tombée du ciel. Elle s’était divisée en d’innombrables ramifications noires et avait déchiré la boue, ce qui avait provoqué l’effondrement de toute la base de Bifrons à son tour.

Elle n’est pas comparable à la Grande Fleur quintuple en puissance pénétrante, mais sa zone d’effet est beaucoup plus grande…, cela n’avait rien laissé derrière après que la foudre se soit calmée. Pas de boue, pas de base, pas de résultats de recherche, rien. Cette sorcellerie, qui avait brûlé le mana lui-même, avait tout réduit en poussière. Avec cela, le médium que Bifrons avait utilisé comme source pour créer Nephteros aurait aussi dû être annihilé. Et même la barrière de Bifrons, qui avait été érigée dans toute la région en utilisant toute la sagesse qu’il avait accumulée, avait été démolie. En d’autres termes, tout ce qui restait ici était un sorcier nu.

« Il semble que tu ne mourras pas même si je t’écrase le crâne maintenant, mais je me demande si tu survivras à un Phosphore du Ciel à bout portant ? » demanda Zagan.

« Haha… Tu ferais mieux de ne pas me tuer maintenant. Il y a beaucoup trop de connaissances que tu perdrais sur le mysticisme céleste, » déclara Bifrons.

« Pas intéressé, » Zagan enfonça la tête de Bifrons dans le sol en disant cela, et une éclaboussure de sang vint de dessous sa main.

« Aïe, ça avait l’air douloureux, » déclara Barbatos en éclatant de rire depuis l’ombre. Cette fois-ci, il avait aussi été contraint de vivre une expérience terrible.

Ce type est anormalement en colère. Je me demande pourquoi…, l’ami stupide et indésirable de Zagan agissait comme si quelque chose de très important pour lui avait été blessé. C’est pour ça que Zagan n’avait rien dit et l’avait amené.

« Gak... Hak... » Bifrons avait gémi, d’une façon ou d’une autre, encore en vie. En entendant cela, Zagan lâcha la tête de Bifrons et leva la main droite au-dessus de sa tête. Bifrons essayait de mettre en place une sorte de défense, mais comme Bifrons était un sorcier, il n’y avait rien d’autre à faire que d’utiliser la sorcellerie. Et il n’y avait pas de sorcellerie que Zagan ne pouvait pas dévorer.

Quand la sorcellerie s’était dissipée en vain, ne faisant que renforcer le pouvoir de Zagan, Zagan avait descendu son poing. La terre s’était fendue et avait tremblé. L’onde de choc avait atteint la ville voisine plus vite que n’importe quel cheval et avait secoué toute la région et emporté les petits débris qui restaient de la base de Bifrons. C’était une scène destructrice qui faisait croire qu’un météorite s’était écrasé.

Cependant, le corps de Bifrons était resté présent. Le poing de Zagan avait raté le visage de Bifrons et avait touché le sol près de sa tête.

« Hee... Hee..., » Bifrons tremblait en produisant un bruit stupide.

« Je pensais que ce serait bien de te tuer ici, mais j’ai changé d’avis, » déclara Zagan.

« Heehee, tu vas regretter de ne pas m’avoir tué — GYAAAH !? » s’écria Bifrons.

Zagan plongea sa main dans la poitrine de Bifrons quand le sorcier se mit à rire. Cela coupa ses paroles.

« J’ai planté le Phosphore du Ciel dans ton cœur. Il est configuré pour s’activer si tu enfreins une certaine règle, » déclara Zagan. En gros, c’était une sorcellerie contractuelle.

« L’isolement… C’est la punition que je t’infligerai. Je m’occupe de Nephteros. Tu n’es pas autorisé à te montrer devant elle, à lui parler ou à lui faire part de tes intentions. Lentement, goûte à l’enfer connu sous le nom de solitude, » déclara Zagan.

« Hahaaa… Je me demandais ce que tu allais dire, et tu fais quelque chose d’aussi simple… Nephteros est tout à fait le spécimen précieux, mais tu devrais savoir que je peux juste faire un substitut, » déclara Bifrons.

« Je vais te dire une chose. Les homuncules ont des durées de vie courtes. Si quelqu’un ne lui fournit pas continuellement du mana, il ne survivra même pas trois jours. Cependant, cela n’est jamais arrivé à Nephteros, » dit Zagan en regardant Bifrons de haut avec un faible regard de pitié dans ses yeux. Telles étaient les limites des techniques de clonage actuelles. Et pourtant, Nephteros était toujours en vie. Même si elle avait été poursuivie par une chimère pendant plusieurs jours sans eau ni sommeil, elle avait survécu.

« C’est parce que tu lui as fourni du mana. Tu l’as protégée, l’empêchant de trouver la mort. La vérité, c’est que tu es attaché à Nephteros, » dit Zagan. Si tout ce dont Bifrons s’occupait était de la récupérer, il aurait pu simplement couper son approvisionnement en mana et le faire revenir facilement. Si le but était de la tuer, on pourrait faire la même chose. Et pourtant, ça n’était jamais arrivé.

« Ce n’est pas drôle si elle meurt si facilement. Il est facile de s’attacher à un beau jouet, » déclara Bifrons.

« Tu ne comprends vraiment pas, n’est-ce pas ? Être attaché à un autre… c’est ce que les gens appellent l’amour, » répondit Zagan.

« Tu dis que… j’aime Nephteros ? » Bifrons avait l’air complètement abasourdi, comme s’il regardait quelque chose de complètement scandaleux. Bien sûr, l’amour de ce sorcier était tordu. Forcer un amour d’un côté à un autre ne rendrait personne heureux. Nephteros ne l’acceptait pas non plus. Telles étaient les émotions humaines, et il n’y avait ni bien ni mal quand il s’agissait d’émotions. L’amour n’avait rien à voir avec de tels concepts. Malgré tout, ce sorcier avait pris conscience de l’émotion d’aimer l’autre.

Perdre la personne qu’on aime… c’est l’enfer.

C’était comme le sentiment de vide que Zagan avait ressenti en forçant Néphy à s’éloigner de lui.

C’était aussi le désespoir qu’Orias avait ressenti en perdant tout ce qu’elle voulait protéger.

C’était comme la haine que Kuroka avait ressentie en perdant Raphaël.

Ils étaient tous coincés dans un enfer sans salut… Et c’est pourquoi Zagan n’avait pas tué Archidémon Bifrons.

« C’est tout ce que j’avais à dire, » Zagan avait disparu, laissant ces mots derrière lui.

« Comme c’est stupide. Je ne comprends pas. C’est peut-être aussi l’une des facettes intéressantes de Zagan… Fufufufu…, » Bifrons posa une main sur sa propre poitrine en disant cela, allongé sur le sol pendant tout ce temps.

Cependant, malgré cela, le sorcier ne s’était même pas rendu compte qu’il était saisi par la sensation d’un grand trou qui s’ouvrait dans son cœur.

 

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

Laisser un commentaire