Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 5 – Chapitre 3 – Partie 6

Bannière de Le Dilemme d'un Archidémon ***

Chapitre 3 : Étonnamment, il y a beaucoup d’individus gentils dans le monde, mais il y en a aussi beaucoup qui ne le sont pas

Partie 6

Barbatos poussa sur la chaise de Chastille, la faisant tomber par terre d’une manière vraiment impressionnante.

« Qu’est-ce que tu fais !? » Chastille commença à reprocher à Barbatos d’avoir interrompu son repos, mais une tache chaude de liquide lui vint sur le visage. Et puis, quelque chose était tombé sur le sol juste devant ses yeux. C’était un bras. Et pas la sienne, mais celle d’un homme.

« B-Barbatos ! » rugit Chastille. En regardant de plus près, elle avait remarqué qu’il était sorti de l’ombre et qu’il s’accroupissait avec un bras manquant.

« GAAAAAAAAAAAH ! Espèce de salaud ! » hurla Barbatos en regardant une ombre bizarre pendant tout ce temps. La personne portait une robe noire comme celle d’un sorcier. Il ne semblait ni grand ni petit, mais parce qu’elle était courbée et couverte par la robe, son physique réel, et même sa race, ne pouvait être déterminé. Cette silhouette lui rappelait l’apparence de Valefor.

S’il y avait quelque chose qui se distinguait dans son apparence, c’était le masque bizarre qu’elle portait. Il était d’un blanc pur comme de la porcelaine, mais il n’avait rien qui ressemble à des yeux ou à une bouche. Le masque entier portait le symbole de l’Église, une croix, gravée sur lui. De plus, il y avait d’innombrables trous de la taille d’une aiguille sur tout le masque, qui étaient probablement utilisés pour voir à travers. Cependant, un masque sans semblant de visage était tout de même assez désagréable.

Il y a une croix, ça veut dire que c’est quelqu’un de l’Église… ? Cela semblait probable, mais sa présence inquiétante était étrange. L’étrange assaillant tenait une épée courte dans chaque main d’une manière sournoise. Le sang coulait sur les deux lames, et Chastille était finalement revenue à la raison.

« Replie-toi, Barbatos ! » cria Chastille en tendant la main pour ramasser son Épée Sacrée tombée. Malheureusement, le masque de l’agresseur était apparu sous ses yeux justes avant qu’elle n’en ait eu l’occasion. C’était assez près pour que son nez touche le masque. Elle n’avait même pas mis la main sur la poignée, mais il avait déjà réduit la distance.

« Collusion avec un sorcier découverte. L’archange Chastille Lillqvist a été considéré comme une traîtresse. »

Une voix étouffée était venue de l’autre côté du masque. Cependant, il n’avait aucune émotion en elle. Elle parlait d’une voix complètement robotisée, qui ressemblait au ton qui venait de ces golems créés par les sorciers, alors que les épées courtes dans ses mains se rapprochaient de la gorge de Chastille.

Vite !? Sans son Armure et son Épée Sacrée, Chastille n’était qu’une fille humaine ordinaire. Elle ne pouvait pas réagir à une telle vitesse.

« Tch ! Quelle emmerdeuse ! »

Dès qu’elle entendit cette voix, une main tendue derrière Chastille la fit se baisser. Elle n’avait pas ressenti d’impact contre le sol, mais elle avait émis un son comme si elle était projetée dans l’eau. Sa vision s’était évanouie et le temps qu’elle revienne, le dos de l’agresseur était devant ses yeux. Barbatos se tenait à côté d’elle, sifflant et essoufflé, probablement parce qu’il utilisait la sorcellerie pour échanger leurs positions. Cette fois, Chastille avait brandi correctement son Épée Sacrée.

« Argh, qui êtes-vous !? » demanda Chastille.

L’assaillant masqué avait incliné la tête d’un mouvement raide semblable à celui d’une marionnette d’étain.

« Brigade spéciale d’application de la loi Treize… Azazel. Je suis sous le commandement direct du pape, » déclara l’autre.

Les yeux de Chastille s’écarquillèrent en entendant ce nom.

Azazel… N’est-ce pas le nom de la treizième Épée Sacrée que Zagan a mentionné ? Est-ce que cela voulait dire que l’agresseur possédait une Épée Sacrée ? Les épées courtes dans ses mains semblaient être des lames tranchantes, mais elles ne ressemblaient pas à des Épées Sacrées. Il se nommait lui-même comme étant sous le commandement direct du pape, donc il était sûrement une existence extrêmement spéciale même au sein de l’Église.

 

 

Et il a été envoyé pour me tuer ? La faction d’unification s’opposait très certainement à la volonté du pape, mais cela semblait quand même un peu trop. Et juste à ce moment-là, elle entendit des bruits de pas qui s’approchaient de la porte du bureau.

« Dame Chastille ! Qu’est-ce qui se passe !? »

« Argh, la porte ne s’ouvre pas. Est-ce une attaque de sorcier ? »

Il semble qu’une sorte de piège ait été installé sur la porte. Les chevaliers qui étaient postés à l’extérieur du bureau enfonçaient la porte, mais elle ne montrait aucun signe de vouloir s’ouvrir. De plus, l’agresseur ne s’était pas inquiété, ayant clairement l’intention de ne pas partir tant que Chastille serait encore en vie.

Chastille avait jeté un coup d’œil attentif dans la zone. Il y avait une flaque d’eau rouge foncé qui se formait sous Barbatos, puisqu’il avait déjà perdu un bras. Il n’avait probablement pas eu le temps d’utiliser la sorcellerie pour le régénérer en ce moment. Il avait peut-être au moins réussi à s’enfuir, mais il n’y avait aucune chance qu’il participe à une bagarre. Ce bureau n’était pas non plus très spacieux. C’était bien trop exigu pour que Chastille brandisse son Épée Sacrée. D’un autre côté, l’agresseur avait utilisé des épées courtes et avait été assez rapide pour rapprocher la distance entre eux en un instant. Chastille avait l’intuition qu’elle serait décapitée si elle ne faisait que cligner des yeux.

Mais ce n’est pas une raison pour que j’abandonne… Après avoir calmé ses nerfs, Chastille avait placé son Épée Sacrée sur son épaule et l’avait tenue avec une poignée lâche.

« Barbatos. Je me mets un peu à l’aise. Ce sera bientôt fini, » affirma Chastille en regardant l’agresseur droit dans les yeux.

« Brille — Azrael ! » Chastille avait crié alors que son Épée Sacrée avait émis une lumière éblouissante. Elle n’avait pas l’intention d’utiliser l’aura de l’Épée Sacrée pour abattre un adversaire humain. Néanmoins, la lumière produite par son épée était capable d’ôter la vision à l’agresseur. Par contre, la lumière n’avait pas brûlé les yeux de Chastille, puisque son épée avait été hissée sur son épaule derrière sa tête. Utilisant cette petite fenêtre d’opportunité, elle avait fait basculer le plat de la lame à Azazel.

Je les ai eus maintenant…, c’était du moins ce qu’elle pensait, mais…

« Je vois. Intelligente, » déclara l’agresseur.

L’agresseur n’était pas là où Chastille avait descendu son épée. Il s’accrochait au plafond, regardant Chastille à travers son masque étrange.

A-t-il pressenti mon geste ? Chastille était une personnalité publique. Quand il s’agissait de l’Église, il était possible d’enquêter sur les pouvoirs de son Épée Sacrée et ses compétences personnelles. Ce n’était pas si étrange que ça que toutes ses capacités soient étudiées. Cependant, les connaître et être capable d’y faire face étaient des choses tout à fait différentes.

C’est un adversaire difficile… ! En ce qui concerne les compétences de l’épée, il était possible que l’agresseur soit au même niveau qu’elle et Raphaël. Ce n’était pas un adversaire qu’elle pouvait prendre vivant. Chastille avait glissé sa main gauche le long de sa poignée et l’avait saisie correctement pour frapper à pleine force. Et au même moment, l’agresseur était descendu du plafond.

« HAAA ! » Chastille balança son épée horizontalement, visant le moment où il allait atterrir, alors qu’elle lâchait ce cri de guerre. Malheureusement, l’agresseur n’avait fait que la bloquer avec son épée courte et cela l’avait fait tourner en plein vol.

Il a paré une Épée Sacrée en l’air !? Cet exploit n’était pas quelque chose que l’on pouvait faire avec facilité. Il portait probablement une Armure Sacrée sous leurs robes, mais ses réflexes étaient déjà au-delà du royaume des humains.

Chastille hissa sa poignée et replaça son Épée Sacrée. Et quand il avait atterri, l’autre épée courte de l’assaillant était arrivée sur elle. Des étincelles éblouissantes tombèrent sous les yeux de Chastille. L’épée courte perça le petit espace entre les mains de Chastille, frappant droit dans la poignée de l’Épée Sacrée. Si elle n’avait baissé que d’un pouce, elle aurait perdu ses doigts ou même son cou.

Elle avait senti une sensation de froid couler le long de sa colonne vertébrale, mais elle n’avait pas hésité. Il n’y avait aucun moyen qu’elle puisse. Si elle vacillait ne serait-ce qu’un instant, elle serait abattue.

Si je ne contre-attaque pas, je serai poussée dans un coin.

« YAAA ! » Chastille lâcha un rugissement et repoussa l’épée courte avec sa force. Peut-être parce que l’agresseur n’avait pas beaucoup de force physique, car il avait titubé et s’était penché vers l’arrière. Et avant qu’il n’ait pu corriger sa posture, Chastille avait fait une frappe par le bas.

Cependant, la frappe qui aurait dû toucher le flanc avait été esquivée lorsque l’assaillant s’était abaissé jusqu’au sol. C’était des mouvements souples, un peu comme ceux d’un serpent. Avec le saut de tout à l’heure et l’esquive, on pouvait dire que ces mouvements surhumains avaient fait que Chastille s’était remémoré la chimère de l’après-midi.

Chastille continuait à balancer son Épée Sacrée, mais à cause de l’exiguïté de la pièce, elle n’était pas capable de la brandir en étant à l’aise et ses coups étaient donc bien plus faibles. Elle ne parvenait même pas à surpasser son agresseur. D’autre part, les attaques de l’assaillant aux épées courtes visaient précisément les points vitaux de Chastille, l’obligeant progressivement à se battre sur la défensive.

Le bureau était beaucoup trop exigu pour qu’elle puisse manier son Épée Sacrée sans Armure Sacrée. La situation était beaucoup trop désavantageuse. En plus de cela, elle avait une personne blessée derrière elle et Nephteros dans la pièce voisine qu’elle devait protéger. Si elle battait en retraite, ils seraient tués tous les deux.

« TAAA ! » Chastille fit claquer son épée sur sa table de bureau avec un cri. Un bruit bruyant s’était fait entendre, et le bois brisé avait plu sur l’assaillant.

« Argh !? »

Comme on pouvait s’y attendre, il avait été incapable d’esquiver tous les fragments. L’assaillant s’était blotti contre le sol et avait enduré la pluie battante. Cependant, Chastille se sentait mal à l’aise là-bas.

Qu’est-ce que c’est que ça ? On aurait dit qu’il ne bougeait plus un instant ? Quelqu’un qui avait réussi à esquiver une attaque de l’extérieur de son champ de vision hésiterait-il vraiment face à un tour aussi bon marché ? Cela dit, Chastille n’avait pas eu le temps d’y réfléchir. Elle en avait profité pour couper un canapé. Cependant, l’agresseur n’était pas si bête qu’il se serait fait avoir deux fois pour la même attaque. Après avoir sauté en arrière sur une grande distance, il s’était échappé loin des fragments du canapé.

Je vous ai eu ! Le mur est derrière vous ! C’était un petit bureau, donc s’il était repoussé jusqu’au mur, il n’y avait aucun moyen pour lui d’échapper à la portée d’attaques de son Épée Sacrée. Le dos de l’agresseur était entré en collision avec le mur, et ses mouvements… ne s’étaient pas arrêtés.

« Hein… ? »

L’assaillant s’était tordu en plein vol et avait atterri avec les pieds contre le mur. Chastille avait eu ses yeux écarquillés devant ces mouvements, ce qui donnait l’impression qu’il avait des yeux à l’arrière de sa tête. Et c’est ainsi que Chastille, qui s’attendait à une ouverture, s’était complètement exposée à une attaque. L’assaillant avait donné un coup de pied sur le mur et s’était projeté vers elle comme une flèche.

« Bing —, »

Et l’instant d’après, les épées courtes s’approchèrent de son cou.

Je suis foutue.

« … Tch, t’es une vraie emmerdeuse, bébé pleurnicharde, » déclara Barbatos.

Dès qu’elle avait cru qu’elle allait être abattue, un gros dos avait obstrué sa vision.

« Barbatos ! »

L’épée courte plongea dans l’estomac de Barbatos.

« Heehee, je t’ai enfin eu ! » Barbatos avait saisi le bras et il garda l’épée courte coincée en lui, mais l’assaillant avait deux épées. L’autre épée descendit vers son épaule. Cependant, au lieu de crier de douleur, Barbatos se contenta de rire.

« Nettoie tes putains d’oreilles et écoute-moi ! Je suis Barbatos ! Un des anciens candidats d’Archidémon, Le Purgatoire Barbatos ! Mange ça, connard… Le quatrième rang du purgatoire, Flammes de l’Indignation ! » cria Barbatos.

Les Flammes de l’Indignation étaient une puissante sorcellerie comparable au souffle d’un dragon. C’était aussi la sorcellerie que Barbatos avait envoyée contre l’Archidémon Orias l’autre jour. Un mana rougeoyant se rassembla devant lui alors qu’il hurlait.

« Argh, lâchez-moi ! »

L’agresseur avait poignardé Barbatos à plusieurs reprises, mais il avait une force dans ses bras trop importants, la laissant incapable de s’échapper. Et puis, un rayon de chaleur s’était déclenché qui avait tout brûlé jusqu’à ce que ça devienne croustillant. Le rayon avait éclaté à travers le mur et réduit l’intérieur du bureau en cendres. La frappe avait même été assez puissante pour incinérer l’atmosphère et n’avait même pas laissé derrière elle une seule flamme.

« Qu’est-ce que t’en dis, connard ? Ne suis-je pas… fort… ? » Barbatos s’était effondré pendant qu’il parlait. Au moment où le flash s’était dissipé, l’agresseur n’était plus visible.

Il l’a eu, ou s’est-il enfuis ? Chastille avait cherché la présence de l’agresseur, mais il n’avait pu les détecter nulle part à proximité. Considérant que la menace avait disparu, elle s’était précipitée jusqu’à Barbatos.

« Barbatos, tiens bon ! » s’exclama Chastille, le soutenant en pleine panique. En plus d’avoir perdu un bras, il avait été poignardé à plusieurs reprises. Même un sorcier de la trempe de Barbatos ne pouvait pas survivre à ça. Chastille avait pâli, et des fragments de verre tombèrent du corps de Barbatos.

« Qu’est-ce que… C’est du verre ? Non, cristal… ? » demanda Chastille.

C’était probable les nombreuses amulettes que Barbatos avait autour de son cou qui s’était brisé. Heureusement, il semblait que ses blessures n’étaient pas si profondes, et il n’y en avait pas non plus beaucoup. Il avait l’air d’avoir mal, mais il respirait encore correctement. Alors qu’elle ramassait ces fragments, une voix l’appela de tout près.

« Il semble… qu’il se soit enfui… »

Après s’être tournée vers la voix familière, elle avait pu voir que la porte de la salle de repos était à moitié ouverte et qu’une jeune elfe noire s’accroupissait sur le sol, appuyée contre elle.

« Nephteros, c’est bien que vous soyez debout ? » demanda Chastille.

« Cela a-t-il vraiment de l’importance… quand il y a un tel vacarme juste à côté de moi… ? » demanda Nephteros.

En vérité, elle semblait s’être levée du lit pour venir aider, mais la voix de Nephteros laissait entendre qu’elle n’avait même pas la force de se lever. Chastille se souvient alors que Nephteros se spécialisait dans la mystique céleste qui manipulait les cristaux.

« Se pourrait-il que vous ayez protégé Barbatos ? » demanda Chastille.

« Je n’ai pas pu… tout bloquer. Si vous ne le soignez pas rapidement… il mourra…, » déclara Nephteros.

On peut peut-être le sauver. Dès qu’elle avait pensé cela, la porte derrière elle s’était enfin ouverte.

« Dame Chastille ! »

« Arrgh, que s’est-il passé ici… !? »

« Une tentative d’assassinat ! Retrouvez-le ! »

Ceux qui avaient fait irruption étaient les trois chevaliers dirigés par Alfred. Rassurée par leur présence, Chastille avait finalement pu lâcher son Épée Sacrée.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire