Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 5 – Chapitre 3 – Partie 5

Bannière de Le Dilemme d'un Archidémon ***

Chapitre 3 : Étonnamment, il y a beaucoup d’individus gentils dans le monde, mais il y en a aussi beaucoup qui ne le sont pas

Partie 5

Nephteros s’était endormie en quelques secondes seulement.

Qu’est-ce qu’elle voulait dire à l’instant… ? Chastille frissonna à la pensée de ces paroles terrifiantes. Elle avait continué à fixer le visage de Nephteros pendant qu’elle dormait. Elle ne le ressentait pas beaucoup pendant qu’elles se parlaient, mais elle et Néphy étaient vraiment comme des jumelles. Même Chastille se demandait si c’était vraiment une coïncidence que ces deux filles aient le même visage.

Au bout d’un moment, Chastille replaça la frange qui recouvrait le visage de Nephteros. Quand elle avait rencontré cette fille, Nephteros était arrogante et agressive, mais après lui avoir parlé, Chastille avait découvert qu’elle était une fille gentille et juste un peu obstinée.

Quel genre de faction d’unification serions-nous si nous ne protégions pas cette fille ? Plutôt que de fouiner dans ses affaires, elle voulait protéger Nephteros. Chastille avait pris son Épée Sacrée et se leva de son siège. Nephteros avait déjà repris connaissance, alors pour le moment, il semblait qu’il n’y avait plus de danger immédiat pour elle. C’était probablement mieux de la laisser dormir paisiblement.

« Alors vous êtes revenu, Alfred, » déclara Chastille en trouvant un visage familier qui l’attendait dans son bureau. C’était l’un des Chevaliers du Ciel d’Azur qu’elle avait chargé de poursuivre la chimère. Alfred était resté silencieux alors qu’il lui fit un salut en réponse. La raison pour laquelle il n’avait pas haussé la voix était probablement par égard pour la personne blessée qui se reposait dans la salle de soins.

« Merci pour votre dur labeur jusqu’à très tard dans la nuit. Asseyez-vous pour l’instant, » dit Chastille en montrant du doigt une chaise.

« Merci beaucoup, madame, » déclara Alfred.

Comme on pouvait s’y attendre, Alfred n’avait pas pu dissimuler sa fatigue et s’était assis. Ensuite, il avait regardé les mains de Chastille.

« Étiez-vous en train de lire ? » demanda Alfred.

« Ce n’est rien d’important. Je regardais juste les dossiers de Monsieur Clavwell, » déclara Chastille.

« Les dossiers de Son Éminence le Cardinal… ? » demanda Alfred.

Cet homme était l’individu qui avait tenté d’assassiner Chastille. L’expression d’Alfred s’était assombrie en entendant cela, et Chastille hocha la tête.

« Il est possible que l’homme ait été impliqué dans les aspects les plus sombres de l’Église, alors j’enquête un peu, » expliqua Chastille.

« Le côté obscur…, » Alfred avait fait une expression sinistre en murmurant ces mots.

« … Savez-vous quelque chose à ce sujet ? » demanda Chastille. Honnêtement, elle ne voulait pas croire qu’une organisation d’assassins existerait dans l’Église. Elle l’examinait en priant pour que Zagan aille trop loin, mais avec ce qu’Alfred allait lui dire…

« J’en ai déjà entendu parler, » répondit Alfred, d’un ton bourru avant de continuer, « Il existe une force comprenant des Chevaliers angéliques, particulièrement forts et aux lèvres serrées. En apparence, il s’agit d’une force d’élite destinée à soumettre les Archidémons, mais il n’existe aucun document officiel sur leurs activités. »

Cela étant, il existait un côté obscur, que Clavwell y ait participé ou non.

Mais y a-t-il vraiment un Treizième ? Bien qu’il n’ait pas été capable d’abattre un Archidémon, le pouvoir d’une Épée Sacrée était énorme. S’il y avait une Épée Sacrée qui n’existait pas officiellement, une force qui la possédait aurait très probablement exercé son autorité plus ouvertement.

La chimère à elle seule est suffisante pour me causer un mal de tête, et maintenant…, Chastille secoua la tête de frustration.

« Je vous remercie. C’est une information précieuse… Comment se passe votre enquête ? » demanda Chastille.

« Madame. La chimère a continué sa fuite vers le nord de la forêt et semble avoir sauté dans un canal. Nous croyons qu’elle est probablement descendue en aval, mais il était impossible d’aller plus loin, » déclara Alfred.

« C’est une chimère intelligente, n’est-ce pas ? Devrions-nous supposer que le propriétaire est à proximité ? » demanda Chastille.

« Si c’était un sorcier normal, ce serait correct, mais je doute qu’un sorcier ordinaire ait pu créer cette chose, » déclara Alfred.

C’était aussi une préoccupation pour Chastille.

Cette chimère ressemble beaucoup au Seigneur-Démon de Boue du bateau…, selon Zagan, le coupable derrière la chimère était Bifrons, qui semblait plus que disposé à la déchaîner dans la ville. Il fallait retrouver le monstre.

Combien y a-t-il de gens qui pourraient s’y opposer ? La patrouille qui avait été décimée dans l’après-midi n’était pas remplie de troupes non qualifiées. Ils étaient tous des Chevaliers angéliques qui comptaient parmi les plus forts de Kianoides. Cependant, six individus n’avaient même pas réussi à égratigner la chimère. Si les gens de leur force étaient inutiles, alors seulement Chastille et les trois chevaliers pourraient réellement combattre la chose, ce qui était carrément impossible.

« Je pense que nous devrions nous consacrer à la défense. Et vous, qu’en pensez-vous ? » demanda Chastille.

« … À mon avis, c’est dangereux. Bien sûr, nous pouvons contrôler les dégâts causés à la ville, mais si nous dispersons nos forces, nous serons dispersés si elle nous attaque. De plus, tant que le propriétaire reste en liberté, il y a une forte probabilité qu’il en ajoute un autre du même type, » déclara Alfred.

« Zagan m’a dit qu’il s’occuperait de lui. Je lui fais confiance pour tenir parole, » déclara Chastille.

« L’Archidémon Zagan, vous dites ? Est-ce vraiment bien de lui faire confiance ? Même le Seigneur Raphaël a fait confiance à cette canaille…, » Alfred avait affiché une expression de frustration.

Le cas de Raphaël était quelque chose qui était caché même à l’intérieur de l’Église. Le seul à l’intérieur de l’Église qui savait avec certitude qu’il était encore en vie était Chastille. Cependant, les trois chevaliers étaient ses subordonnés depuis un certain temps déjà. Ils avaient remarqué que Raphaël vivait sous le patronage de Zagan pendant leur séjour avec elle. Alfred s’en plaignait et Chastille lui renvoya un sourire ambigu.

« Le Seigneur Raphaël est bien trop maladroit. Si vous dites ça, ne serait-il pas mieux de dire que c’est une chance ? Au moins, je pense qu’il y a de quoi être heureux, » déclara Chastille.

Raphaël avait l’air beaucoup plus vif au château de Zagan en tant que chevalier angélique. Avec le nombre de sorciers qui s’y multipliaient, il avait beaucoup de gens qui dépendaient de lui maintenant, et il semblait même qu’ils avaient accepté sa personnalité qui était facile à mal comprendre.

« Malgré cela, le Seigneur Raphaël fut considéré comme le plus redoutable des Archanges. Cette situation est-elle vraiment bonne ? » demanda Alfred, son expression devenant de plus en plus frustrée minute après minute.

Chastille comprenait ce qu’il essayait de dire. Actuellement, Raphaël servait de majordome dans un château de sorcier. Non seulement ça, mais c’était le château d’un Archidémon. Les Archanges étaient un groupe que tous les Chevaliers angéliques admiraient, il était donc difficile de l’accepter à l’approche de sa retraite comme ça.

« Il faudra vous y faire, Alfred. C’est ce qu’il veut, » déclara Chastille sur un ton calme.

« S’y habituer me semble une mauvaise idée…, » déclara Alfred.

« Vous trois, vous servez sous mes ordres, mais vous pourriez connaître le même sort un jour, vous savez ? » déclara Chastille.

Les trois chevaliers avaient compris que le fait de faire partie de la faction d’unification les mettait dans une position extrêmement périlleuse. Ils savaient aussi qu’ils étaient dans une position où ils pouvaient être assassinés à tout moment. Quand cela se produirait, même s’ils y survivaient, ils perdraient leur place dans l’Église. Dans ce cas, le seul endroit où ils pourraient vivre serait sous la protection de Zagan. Elle l’avait suggéré à moitié en plaisantant, mais Alfred était complètement déconcerté.

« Je ne préfère pas, » déclara Alfred.

« Alors, faites de votre mieux pour éviter ça, » déclara Chastille.

Si l’endroit où se trouve Raphaël était révélé, ils seraient très probablement forcés de subir des méthodes d’interrogatoire indescriptibles de la part de l’Église. Il valait mieux ne pas du tout évoquer son nom.

« C’était un lapsus. Pardonnez-moi, » s’excusa Alfred, puis il ferma sa bouche et inclina la tête.

« C’est très bien. Plus importants encore, nous ne savons pas quand la chimère réapparaîtra. Profitez de cette occasion pour vous reposer suffisamment, » déclara Chastille.

« Madame ! Prenez soin de vous, Dame Chastille, » Alfred salua en disant cela, puis quitta la pièce. Après l’avoir vu partir, Chastille s’appuya contre le dossier de sa chaise.

C’est vraiment fatigant…, au moment où elle pensait que sa montagne de paperasse de ces derniers jours avait finalement disparu, le tumulte avec la chimère avait commencé. En conséquence, elle n’avait même pas rencontré le nouveau prêtre, Kuroka. Tandis qu’elle plissa les coins de ses yeux, un rire retentit de son ombre.

« Heeheeheeheeheee, n’as-tu pas eu une conversation dangereuse tout à l’heure ? »

« Veux-tu dire à propos du Seigneur Raphaël ? Eh bien, ce n’est certainement pas quelque chose que nous devrions mentionner ici, » répondit Chastille.

« Tu paraissais avoir l’air heureuse qu’il soit mort pour ceux qui ne savent pas ce qui se passe, tu sais ? »

En repensant à sa propre conduite, Chastille avait trouvé qu’il avait raison. Pourtant, elle secoua la tête pour nier ses paroles.

« Arrête de dire n’importe quoi. Alfred comprend la situation. Je ne fais rien qui puisse causer des malentendus, d’accord ? » déclara Chastille.

« C’est très bien et tout, mais… argh, peu importe. Plus important encore, à propos de Zagan, » déclara Barbatos.

« Oh, tu l’as contacté, n’est-ce pas ? Je t’en remercie, » déclara Chastille.

Zagan était déjà au courant de la chimère lorsqu’il était venu lui rendre visite dans l’après-midi. De plus, il semble qu’il n’ait pas entendu parler de Nephteros et Chastille croyait que les choses s’étaient terminées sans qu’il s’en aperçoive aussi.

« Après avoir parlé de toi, il s’est énervé. On dirait qu’il va sérieusement essayer de tuer Bifrons, » déclara Barbatos en riant depuis l’ombre.

« Hein… ? Je sais qu’ils sont ennemis, mais pourquoi est-il si en colère ? » demanda Chastille.

« Qui sait ? Peut-être parce que son petit animal domestique a été attaqué ? » demanda Barbatos.

« Hein ? Petit animal domestique ? Ne veux-tu pas dire…, » commença Chastille.

Veut-il dire… moi ? C’était vrai qu’il n’avait d’yeux que pour Néphy, mais est-ce qu’il se souciait assez de Chastille pour se fâcher autant ? Son visage s’enflamma au fur et à mesure que cette pensée lui venait à l’esprit, et les paroles de Nephteros lui revinrent à l’esprit.

Avez-vous déjà pensé que vous êtes aussi quelqu’un qui devrait être récompensé par le bonheur ? Oui, Nephteros était vraiment une fille gentille.

Non, je ne peux même pas imaginer me blottir contre Zagan… Néphy aurait certainement été là pour assister à toutes les occasions qu’elle aurait eues, ce qui aurait fait que Chastille se sentirait coupable. C’est pourquoi elle n’était pas convaincue qu’elle était amoureuse.

Qu’est-ce que c’est que ce sentiment… ? Et tandis qu’elle réfléchissait à de telles pensées, ses paupières se baissèrent.

« Hey… la pleurnicharde… ? Oh, elle s’est endormie…, » déclara Barbatos.

Chastille pensait entendre de loin la voix de Barbatos, mais sa conscience s’était déjà évanouie. Et à ce moment précis…

« Pousse-toi de là ! »

Du sang avait coulé sur le bureau où Chastille était censée être seule.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire