Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 5 – Chapitre 3 – Partie 1

Bannière de Le Dilemme d'un Archidémon ***

Chapitre 3 : Étonnamment, il y a beaucoup d’individus gentils dans le monde, mais il y en a aussi beaucoup qui ne le sont pas

Partie 1

« B-Bienvenue, Sire Zagan. »

Kimaris et Gremory saluèrent Zagan alors qu’il rentrait dans son château. Tous deux étaient d’anciens candidats pour le poste d’Archidémon, et maintenant servaient comme subordonnés de Zagan. Tous deux étaient des sorciers qui pouvaient changer leur apparence à volonté. Kimaris était sous sa forme humanoïde avec sa crinière noire qui se balançait, et Gremory était sur son épaule sous la forme d’une petite fille. Pendant la journée, ils s’étaient rendus au Palais de l’Archidémon précédent, Marchosias. Ils avaient tous les deux obtenu la permission de faire « quelque chose » là-bas, et venaient de rentrer chez eux.

Néphy n’est pas là, hein ? Quelle rareté… ! Normalement, quand Zagan sortait, Néphy sortait toujours pour l’accueillir à l’entrée du château. Et pourtant, elle était introuvable cette fois-ci. C’était peut-être parce qu’elle était en train de préparer le dîner et qu’elle ne pouvait pas s’écarter de ça une minute, mais Zagan espérait surtout qu’elle n’était pas tombée malade, ou une autre chose du genre. Néanmoins, ses subordonnés s’étaient présentés pour le saluer, alors Zagan avait levé la main quand il avait répondu.

« Hmm. Bon travail. Vous venez de rentrer, non ? Parfait timing, » déclara Zagan.

« Oui. Vous étiez en ville, Sire Zagan ? » demanda Kimaris.

« Ouais, » répondit Zagan.

« Au fait, pourquoi es-tu sous cette forme ? Laisse-moi te dire que même si tu as l’air d’une enfant, je ne te gâterai pas comme Foll…, » Zagan regarda la petite Gremory en disant ça.

« Vous avez tout faux ! J’ai mal au dos quand je suis fatiguée et que je suis sous ma forme vieille ! » répondit Gremory.

Attends, ça veut dire qu’elle utilise cette version d’elle pour soulager les maux de dos… ? La forme standard de Gremory était celle d’une vieille femme au dos voûté, et elle se promenait comme ça sans même utiliser une canne. Il n’était pas surprenant que ce soit vraiment douloureux.

« D’ailleurs, sous cette forme, je peux me faire conduire par Kimaris sans qu’il en soit gêné, alors j’ai fini par penser que c’était une nécessité » continua Gremory en jouant avec les cornes de chèvre sur sa tête juvénile. C’était difficile à dire à travers sa crinière noire, mais il semblait que Kimaris rougissait. Le bout de son nez était un peu rouge.

« Kimaris, c’est probablement mal de trop la gâter, tu sais ? » déclara Zagan.

« … Oui. Je ferai attention, » répondit Kimaris.

Zagan sentait que leur lien ressemblait beaucoup à son amitié non désirée avec Barbatos. Bien que Kimaris hocha la tête, il pouvait dire qu’il laisserait Gremory monter à nouveau sur son épaule.

« Ce n’est pas comme si j’avais l’intention de me mettre entre vous deux. Bref, comment ça s’est passé au Palais de l’Archidémon ? » demanda Zagan.

Kimaris et Gremory échangèrent des regards, puis chacun d’eux fit une expression complexe.

« La perspective de restaurer le golem de l’Archidémon précédent semble plus intéressante que prévu. Je pense qu’il servira bien de mécanisme de défense. Cependant, en ce qui concerne l’autre question…, » répondit Kimaris.

« Mon seigneur, je ne pense pas être fait pour ça. Ou plutôt, ce n’est pas si je pouvais contrôler cette chose ! » déclara Gremory.

Eh bien, c’était logique après avoir vu sa silhouette usée. Gremory criait en faisant une grimace comme si elle avait complètement abandonné.

« Les sorciers ont tous un domaine d’expertise. Selon moi, je crois que la sorcellerie de Mlle Gremory n’est pas faite pour cela, » répondit Kimaris d’un signe de tête. La sorcellerie de Gremory était capable de s’immiscer dans l’écoulement du temps d’un être vivant. D’une certaine façon, on pourrait dire qu’elle était capable de manipuler la vie elle-même. D’autre part, Kimaris se spécialisait dans la sorcellerie qui manipulait le son. Ce n’était pas au niveau de Zagan, mais il était adapté au combat et il avait déjà apporté des résultats utiles avec lui.

« … Je vois. Mais vous êtes les seuls à pouvoir utiliser “ça”. Je m’en fous si ça prend du temps, faites-le fonctionner d’une façon ou d’une autre » déclara Zagan.

« Si mon seigneur insiste, je ne peux pas refuser, n’est-ce pas ? » déclara Gremory, hochant la tête à contrecœur malgré la grimace sur son visage.

« Je me sens bizarre de dire cela, mais est-ce vraiment correct pour nous d’être ceux qui utilisent “ça” ? Je trouve que c’est tout à fait un honneur… mais, comment dire… ? Cela ne voudrait-il pas dire que nous aurions trop de pouvoir ? » ajoura Kimaris.

« Qu’est-ce qu’il y a de mal à ça ? » répliqua Zagan, inclinant la tête sur le côté.

« Écoutez mes paroles, mon seigneur. C’est votre atout. De plus, c’est un atout tellement dangereux et extravagant qu’il peut changer le monde s’il était mal utilisé, mais vous ne faites que le distribuer à quelques nouveaux venus comme nous, » répondit Gremory à la place de Kimaris d’un ton étonné. En d’autres termes, ils craignaient que Zagan ne comprenne pas vraiment sa valeur.

« Hmm, voyons voir… Un Archidémon n’est pas un symbole parmi les monstres comme ceux qu’on trouve dans les histoires. C’est un titre donné à des gens qui sont à la pointe de la sorcellerie. Les autres Archidémons sont peut-être impatients de devenir de tels monstres, mais je me vois moi-même plutôt comme un roi. »

Orias pouvait avoir eu une mentalité semblable à celle de Zagan, mais elle était un roi solitaire qui n’avait pas de serviteurs. C’était juste un chemin différent de celui que Zagan avait pris.

« Un roi est celui qui récompense ses fidèles serviteurs. Vous avez déjà fait du bon travail, et j’aimerais que cela continue. C’est pourquoi je vous ai accordé le pouvoir en récompense, » répondit Zagan.

Gremory et Kimaris semblaient ne pas pouvoir croire ce qu’il disait.

« Est-ce que c’est étrange ? » demanda Zagan.

« Maintenant, je me demande… est-ce ainsi ? » Gremory marmonna en affichant une expression d’une gravité inhabituelle tout en baissant les yeux, puis poursuivit. « C’est certainement hors des sentiers battus pour un sorcier de penser comme ça. D’abord, les sorciers ne pensent qu’à eux-mêmes. Nous, les sorciers, qui vivons dans l’ombre, sommes bien plus méchants que vos pensées ne le suggèrent. Cela dit, vous n’êtes certainement pas comme ça. Ne vivant ni sur le chemin du mal ni sur celui de la justice, vous marchez sur une mince ligne… »

Ce n’était pas une critique, mais Gremory essayait de trouver la réponse elle-même. Et peu après, elle avait soudainement levé les yeux vers Zagan.

« Oh, je vois. C’est ça, la royauté, non ? » demanda Gremory.

Ayant trouvé la réponse, Gremory et Kimaris se prosternèrent devant Zagan.

« Tout est comme notre seigneur le veut, » déclara Gremory.

« Mais, dans ce cas, est-il acceptable de ne pas l’accorder à Foll également ? C’est quelque chose que vous auriez dû accorder à l’origine à Lady Foll, car elle est votre fille, Sire Zagan, » déclara Kimaris, puis leva les yeux vers le visage de Zagan comme pour vérifier son teint. Il avait certainement raison. Le travail que Zagan avait confié à ces deux individus était une chose pour lequel Foll était la plus appropriée en tant que sa fille adoptive, ainsi qu’une dragonne, et qu’une ex-candidate Archidémon.

De plus, le Palais de l’Arch1démon est plein de mécanismes qui utilisent des sorts de dragon pour se déplacer…, il était évident que Foll convenait le mieux à cette zone.

« C’est ce que j’avais prévu à l’origine. Même aujourd’hui, Foll désire une plus grande force, » déclara Zagan.

« Alors… »

Néanmoins, Zagan secoua la tête avec une expression stricte sur son visage.

« Une pensée m’a traversé l’esprit quand j’ai regardé Néphy dans le village elfique caché. Néphy et moi… ou plutôt, la plupart des sorciers n’avons pas eu une enfance digne de ce nom, non ? » demanda Zagan.

« C’est… »

Kimaris et Gremory semblaient soudainement s’en rendre compte et ne pouvaient pas lui répondre.

« C’est un peu étrange venant de moi, mais j’ai juste pensé que j’aimerais que Foll puisse en faire l’expérience, » déclara Zagan.

S’asseoir sur les genoux de Zagan et Néphy, se faire lire des livres d’images, se faire amadouer avec des bonbons, dormir ensemble… Zagan voulait qu’elle passe son temps à faire des choses qui étaient complètement évidentes pour une famille normale. Le fait qu’elle puisse atteindre une telle chose après avoir perdu son vrai père Orobas était déjà un miracle en soi.

« Le pouvoir que je vous ai accordé deviendra sûrement une malédiction qui vous lie. Le prix à payer pour atteindre le pouvoir est que vous ne pourrez plus vivre une vie sans rapport avec lui. C’est pourquoi… c’est trop tôt pour Foll. J’attendrai qu’elle grandisse encore un peu, » déclara Zagan.

« C’est bien le visage d’un père charmant. Cette petite dragonne est vraiment aimée, n’est-ce pas ? J’aimerais avoir un parent qui dit de telles choses. Permettez-moi de le dire une fois de plus… le joli pouvoir de l’amour ! » déclara Gremory en poussant un soupir nostalgique. Puis, elle forma un large sourire et demanda. « Hé, mon seigneur. Ne voulez-vous pas devenir mon papa ? Regardez, je suis une petite fille ! Et je ne suis pas non plus contre l’idée d’être formée au genre de femme que vous aimez… »

« Je ne veux pas, » Zagan avait refusé et lui avait fait un signe de la main.

« Je suis relativement sérieuse, vous savez ? » Gremory se gonfla les joues en disant ça.

« Kimaris n’aime pas ça. Arrête tout de suite, » déclara Zagan.

Et peut-être ébranlé par ces mots, Kimaris avait soudainement laissé tomber Gremory.

« FUGYA !? »

« Oh ! Désolé Mlle Gremory. Tes vêtements sont-ils sales ? » demanda Kimaris.

« Ne devrais-tu pas plutôt t’inquiéter pour mon visage ? » demanda Gremory.

Et tandis que Zagan regardait leur petite querelle, Kimaris avait pris la parole pour changer de sujet.

« En tout cas, Sire Zagan, n’aviez-vous pas des affaires à voir avec nous ? » demanda Kimaris.

« Oups, tu as raison, » répondit Zagan en baissant la voix et en disant. « Ce satané Bifrons est encore en train de se battre. »

Gremory et Kimaris se raidirent en entendant ce nom. C’était tout à fait naturel. Tous deux avaient déjà failli mourir parce qu’ils s’étaient impliqués avec Bifrons auparavant, et c’est pour se protéger de cela qu’ils avaient choisi de devenir les subordonnés de Zagan.

« Il semble que l’objectif réel de Bifrons soit autre chose. Pourtant, cela ne change rien au fait que Bifrons me regarde de haut en faisant ce qu’il veut sur mon territoire, » affirma Zagan, puis il avait soudainement ri et avait frappé la large poitrine de Kimaris avec un bruit sourd avant de dire. « Ce genre d’idiot doit prendre un bon coup sur le visage pour corriger ses manières, non ? »

Zagan avait poursuivi en décrivant l’« ennemi » qui avait été envoyé après eux. Après avoir entendu parler de ce que le groupe de Chastille avait combattu, Gremory devint pâle comme un fantôme. Cependant, en leur disant qu’il n’y avait rien à craindre, Zagan les informa d’une dernière chose.

« Vous m’entendez ? Ce type viendra nous embêter avec toute sa force si on le laisse nous marcher dessus. À ce rythme, les choses iront plus mal que tout ce qu’on peut imaginer. C’est pourquoi ça ne me dérange pas que vous mettiez “ça” à l’usage. Recevez-les avec courtoisie et abattez-les, » déclara Zagan.

« Comme vous le voulez, » s’exclama Kimaris, l’air d’abord surpris devant un sourire féroce digne d’un lion qui se levait sur son visage.

« Je dois dire que la vue de Bifrons moussant de la bouche sera tout à fait amusante, » ajouta Gremory avec un rire délicieux. Puis, elle poursuit. « Eh bien, nous ferions mieux de nous débarrasser de Bifrons bientôt. Sinon, vous n’aurez jamais de rendez-vous relaxant avec Lady Néphy. »

« … Hey, Gremory. Je ne pense pas que ce soit possible… mais as-tu prêté ce livre d’images à Foll avec cette idée en tête ? » demanda Zagan alors que son corps se raidissait.

« Keeheeheehee, bien que vous deux possédiez un talent superflu, vous êtes pires que tous les retardataires que je n’ai jamais rencontrés. Si je ne vous pousse pas un peu tous les deux, vous finirez par être coincés au même endroit pour toujours ? Hm ? Est-ce vraiment d’accord ? Non, ce n’est pas vrai ! Je ne supporte plus de regarder tout ça rester ainsi ! » proclama Gremory. Comme toujours, la vieille grand-mère avait fait tout ce qu’elle voulait, ce qui avait donné de la migraine à Zagan.

C’est vrai que je n’avais aucune idée de ce que je devrais faire moi-même… Cette grand-mère lui avait même envoyé un livre extrêmement descriptif pour le guider très simplement. Si elle n’avait fait qu’une farce, elle aurait pu taquiner Zagan autant qu’elle le voulait et le ridiculiser.

« … Et bien, j’étais vraiment inquiet de savoir comment rendre Néphy heureuse. Je suppose… que je dois te remercie pour l’instant, » lui répondit Zagan en se grattant la tête tout le temps.

Gremory avait regardé ça avec surprise pendant un moment, puis elle avait éclaté de rire.

« Il n’y a pas de plus grande joie que de voir mon seigneur se réjouir de moi. Une fois que les choses sont faites ici, vous voulez juste courir partout en chantant des louanges de votre amour à votre guise, hein ? Keeheeheehee... »

« … Je ne ferais pas ça. Bref, je vous confie le château à vous deux, » déclara Zagan.

« Laissez-nous nous en occuper ! » déclara Gremory.

La première fois qu’ils s’étaient battus, ils étaient dans le domaine de Bifrons, sur le bateau. Cependant, cette fois-ci, ce serait le contraire. Le château et la ville étaient le domaine de Zagan.

Je ne te laisserai pas me voler quoi que ce soit ici… Bifrons avait sûrement fait suffisamment de préparatifs, mais peu importe qui c’était, personne n’avait le droit de voler ce qui appartenait à Zagan.

Cependant, ce que Zagan, et même Bifrons, ne savaient pas encore… c’est qu’il y avait un individu qui s’était glissé dans ses terres au-delà de leurs attentes.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire