Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 5 – Chapitre 2 – Partie 6

Bannière de Le Dilemme d'un Archidémon ***

Chapitre 2 : Quand il s’agit d’un rendez-vous, la pratique rend cela parfait !

Partie 6

Un visage malsain avait soudain surgi de l’ombre projetée par le bâtiment.

« Barbatos ? S’est-il passé quelque chose ? » demanda Zagan.

Ce n’était pas un visage qu’il aimait vraiment regarder, mais Zagan pouvait comprendre que quelque chose avait mal tourné. Si cet homme était apparu alors qu’il était censé protéger Chastille, ce n’était certainement pas pour des bavardages oisifs. Et Barbatos était sorti complètement de l’ombre en se grattant la tête d’une manière énervée.

« J’en ai eu marre d’attendre que tu sois tout seul, bon sang, » déclara Barbatos.

Ce n’était pas quelque chose qu’il voulait que les autres entendent.

« Hm… Attends une seconde, » dit Zagan en tapant légèrement son talon contre le sol et en tissant ensemble un cercle magique à ses pieds. Leurs silhouettes avaient alors commencé à se déformer comme dans un brouillard de chaleur et avaient disparu. C’était une barrière qui déformait le son et la lumière. Bien sûr, cela les empêchait d’être visibles de l’extérieur, et même s’ils criaient, la seule chose que les gens entendraient était un léger vent. Et, si quelqu’un s’approchait, il perdrait son sens de l’orientation et serait repoussé.

« Tu peux vraiment faire ce genre de chose en un seul souffle, hein… ? » Barbatos siffla d’admiration en regardant autour de lui.

« Ce n’est pas si difficile que ça, n’est-ce pas ? » dit Zagan. La base de Barbatos, que Zagan avait détruite, était entourée du même genre de barrière.

« Haaah... N’importe qui peut en faire un, mais cela lui prend quelques jours dans tous les cas, » affirma Barbatos. Ce type de barrière était assez courant et sa structure n’était pas si complexe. Cependant, il y avait très peu de sorciers qui pouvaient en créer un sur place sans chant ni catalyseur.

« Alors, qu’est-ce que tu veux ? » demanda Zagan.

« … Hmph. Tu as probablement vu que ces foutus Chevaliers Angéliques courent par-ci par-là, n’est-ce pas ? Une chimère est apparue dans la forêt voisine, et c’est devenu un énorme gâchis, » déclara Barbatos.

« Quel genre d’idiot a perdu la laisse de son chien de compagnie… ? Il n’y a aucune chance que ce soit quelque chose comme ça, n’est-ce pas ? » demanda Zagan en plissant des yeux. Les créatures créées par la sorcellerie comme les chimères, les golems et les homuncules souffraient immédiatement de nécrose s’ils n’étaient pas sous le contrôle d’un sorcier. Si une chimère agissait en étant en pleine santé, cela signifiait qu’un sorcier la lâchait volontiers sur le territoire de Zagan.

De plus, il est impossible que le pouvoir d’une chimère puisse surpasser celui du sorcier qui l’utilise… Si l’on utilisait la sorcellerie au-delà de leurs moyens, la sorcellerie ne serait tout simplement pas activée ou deviendrait sauvage. Si l’on pouvait créer une chimère plus forte qu’eux, la première chose que la chimère attaquerait serait le lanceur en lui-même. Zagan s’était autrefois battu contre une chimère faite à partir des vestiges d’un démon, mais c’était l’Archidémon Marchosias qui l’avait créée. Il serait certainement impossible de contrôler une chimère démoniaque sans au moins ce niveau de force, et en vérité, elle ne s’était activée qu’après la mort de Marchosias.

« En d’autres termes, il y a un idiot qui s’en prend à ces Chevaliers Angéliques en lâchant une chimère sur mon territoire. Et même Chastille ne peut-elle pas la tuer, non ? » demanda Zagan. Puisqu’une chimère était incapable de surpasser la force d’un sorcier, il n’y avait pas beaucoup de cas de Chevaliers Angéliques abattus par des chimères. Et malgré cela, il semble qu’il y ait eu des victimes parmi les Chevaliers Angéliques dans la cathédrale à côté de laquelle se tenait Zagan. C’était aussi tout naturellement que leur chef, Chastille, se soit rendue sur le terrain. Si Barbatos avait été envoyé pour informer Zagan de ce fait, cela signifiait que la chimère était toujours en liberté. Dans ce cas, la chimère devrait être au même niveau que la chimère démoniaque de Marchosias.

« Eh bien, ça aide que tu comprennes si vite, » déclara Barbatos en haussant les épaules.

« Quel est le genre de la chimère ? Tu l’as vue, n’est-ce pas ? » demanda Zagan. S’il connaissait les caractéristiques de la chimère, il aurait été possible d’identifier le lanceur. Et dans une attitude inhabituelle, Barbatos avait fait une expression sinistre.

« C’est une chimère assez gênante. Elle s’est complètement régénérée même après avoir été coupée en morceaux par cette pleurnicharde. On dirait aussi qu’elle a été faite en mélangeant plusieurs sorciers, puisqu’elle a des parties d’apparence humaine qui ressortent de partout, » répondit Barbatos.

Le coupable était un sorcier, donc il n’y avait aucune chance que ce soit quelque chose de sain, mais c’était quand même une histoire affreuse. De plus, dans le cas où des sorciers soient utilisés, il y avait une possibilité que la chimère elle-même puisse utiliser la sorcellerie.

« Et encore une chose…, » Barbatos murmura comme si c’était un peu difficile à dire pour lui.

« Quoi ? » demanda Zagan.

« J’ai l’impression d’avoir vu quelque chose de semblable il n’y a pas si longtemps, » déclara Barbatos.

Zagan n’avait pas assez d’informations pour comprendre la situation avec ces quelques bribes d’informations. Ainsi, Barbatos avait parlé d’un ton qui donnait l’impression qu’il se retenait de vomir.

« C’est celui-là… Je parle du monstre qui ressemblait à de la boue apparue à Suflaghida,. Celui que Bifrons appelait le “Seigneur Démon” ou quoi que ce soit d’autre, » déclara Barbatos.

« Hmm… ? » Zagan avait poussé une voix interrogative.

Eh bien, cette chose pourrait vraiment régénérer ses blessures instantanément…, à l’époque, c’était un ennemi redoutable qui avait été vaincu par Zagan, Néphy avec son mysticisme céleste nouvellement atteint, deux manieurs d’Épée Sacrée, plusieurs anciens candidats Archidémon et quelques dizaines d’autres sorciers. Donc, si Barbatos disait que c’était similaire, il ne parlait sûrement pas seulement de sa capacité à se régénérer.

Dans ce cas, le coupable a probablement le même but, pensa Zagan.

« Je vois. Dans ce cas, celui qui a créé cette chimère est probablement Bifrons, » murmura Zagan, mettant apparemment ses pensées en ordre.

« … Attends, ne tires-tu pas des conclusions hâtives ? » demanda Barbatos, alors que de la sueur coulait sur son front.

« Bien que ce ne fût qu’un résidu, il a ressuscité le Seigneur-Démon. Il n’y a aucune chance qu’il ne fît que regarder. Je parie qu’il a ramené l’un de ses cadavres ou un noyau avec lui. D’ailleurs, les seuls qui pourrait contrôler quelque chose d’aussi dangereux qu’un démon seraient les Archidémons, » déclara Zagan comme si c’était seulement évident. Selon Bifrons, l’Emblème de l’Archidémon tenu par les treize Archidémons ressemblait à une clé qui scellait l’enveloppe du Seigneur-Démon. C’est pourquoi les démons s’étaient soumis aux Archidémons, et aussi pourquoi ils avaient pu utiliser l’Emblème pour appeler les pensées résiduelles du Seigneur-Démon. Il n’y avait pas d’autre moyen d’interférer avec cette existence qui surpassait l’intelligence humaine que l’Emblème de l’Archidémon.

Je ne pensais pas que Bifrons soit du genre à se retirer si facilement, mais il agit plus vite que je ne l’imaginais…, pensa Zagan.

Barbatos avait sûrement compris tout cela alors qu’un grognement jaillissait de sa gorge.

« Pourtant, malgré l’action de la chimère, l’endroit où elle est apparue et son but est un mystère total, hein ? Si Bifrons avait prévu de faire bouger les choses contre moi ou Néphy, il aurait été plus logique de l’envoyé plus près du château ou quelque part où nous serions, » déclara Zagan.

Il en allait de même si la cible de Bifrons était Chastille et son Épée Sacrée. Si Barbatos ne disait rien sur elle, c’était la preuve que Chastille allait bien. Et même si Bifrons laissait une cible vivante, il n’y avait aucune chance qu’il laisse sa cible s’échapper.

Alors, peut-être qu’il vaut mieux penser qu’il y a un autre but, et il se trouve que c’est juste qu’il s’est fait prendre dans mon territoire…, Zagan avait déjà enseigné à Bifrons que cela ne valait pas la peine de s’attirer des ennuis avec lui, alors la seule raison pour Bifrons de faire des histoires tout en gardant ce risque à l’esprit était…

« Nephteros, hein ? » fit remarquer Zagan. Si la jeune fille disparue dans le village elfique caché était pourchassée pour une raison quelconque, il serait logique d’envoyer une chimère diabolique à sa poursuite. Cette elfe noire possédait assez de pouvoir pour qu’un groupe entier de sorciers et de Chevalier Angélique moyens ne puisse même pas lui faire face.

Le corps de Barbatos s’était complètement paralysé. À en juger par sa réaction, l’homme savait que Nephteros était impliquée, mais il n’en parlait pas. Et ainsi, Zagan le fixa du regard.

« Pourquoi as-tu gardé le silence à propos de Nephteros ? » demanda Zagan.

« Cette pleurnicharde… a dit de se taire, » déclara Barbatos.

« Hmm… ? » s’exclama Zagan. Il ne savait pas exactement ce qui s’était passé, mais le fait que Chastille avait fait une telle chose et la coopération de Barbatos avec elle, était deux actions inattendues.

Bien que, comme il s’agit de Nephteros, nous parlons de… À en juger par sa personnalité…

« Si elle ne voulait pas que je sache, ça veut dire qu’elle ne voulait pas que Néphy le découvre, hein ? » demanda Zagan.

« Tu regardais ? » demanda Barbatos.

Il semblerait que Zagan ait frappé dans le mille, laissant Barbatos complètement décontenancé.

« Non, n’est-ce pas facile à comprendre vu la situation et sa personnalité, non ? » demanda Zagan.

« Comme si tout le monde pouvait le dire…, » déclara Barbatos.

« Et bien, peu importe, » répondit Zagan avec désinvolture.

« Hein ? Est-ce que c’est d’accord ? » demanda Barbatos.

« Ce n’est pas une enfant. Si Chastille dit qu’elle veut garder le silence, c’est qu’elle a décidé de s’occuper d’elle. Qu’elle fasse ce qu’elle veut, » déclara Zagan en haussant les épaules en réponse à la réaction surprise de Barbatos.

« N’as-tu pas l’impression que rien de bon ne sortira de tout ça ? » demanda Barbatos.

« Cette fille est une vraie pleurnicharde dans sa vie privée, mais elle est capable quand elle est au travail, » déclara Zagan.

« … La louais-tu à propos de ça ? » demanda Barbatos avec un air exaspéré, mais il n’en parla plus.

Ouais, oublie tout ça, je veux aller à ce soi-disant rendez-vous avec Néphy ! Comme si j’en avais quelque chose à foutre de quelqu’un comme Bifrons ! Pensa Zagan, bien qu’un moment plus tard, il fut déconcerté alors que son esprit vagabondait, Non, attendez une seconde. Est-il même possible que Nephteros soit la seule chose que Bifrons vise ?

Bien sûr, Bifrons était un sorcier dont le but dans la vie semblait être de harceler les gens. Mais quand même, il serait idiot de supposer que Bifrons ait laissé son chien de compagnie qui l’avait trahi se libérer pour qu’il puisse le tourmenter, surtout quand elle avait réussi à s’échapper jusqu’au territoire de Zagan. N’était-il pas beaucoup plus naturel de penser que Bifrons visait intentionnellement à semer le trouble au moment même où Zagan ne voulait pas que quelqu’un s’immisce le plus dans ses plans ?

En d’autres termes, Bifrons visait cet instant où je voulais juste avoir un rendez-vous tranquille avec Néphy ! Cette conclusion n’était peut-être que le résultat de son complexe de persécution, mais malheureusement, l’Archidémon Bifrons était un sorcier qui ne pouvait trouver aucune excuse lorsqu’il était accusé de tels actes.

« Ku... Kuhahahaha..., » Zagan éclata spontanément de rire.

« H-Hey… Zagan… ? » murmura Barbatos, l’air assez effrayé. C’était un rire qu’il n’avait pas laissé sortir dernièrement… Ou plutôt, un qu’il n’avait pas laissé sortir depuis qu’il avait rencontré Néphy. Et ce fait avait causé une grande peur à Barbatos.

« Comme c’est amusant ! Il semble que cet idiot n’ait pas encore appris sa leçon. Comment ose-t-il se moquer de moi ? » demanda Zagan.

Le beau pavé de pierre s’était fissuré sous la pression du mana de Zagan qui débordait de rage.

« Il est temps d’en finir avec Bifrons. Il n’y a plus à s’inquiéter de lui, » proclama Zagan en tournant son regard vers Barbatos.

« Qu’est-ce qui te prend si… qu’est-ce que Bifrons prépare ? » demanda Barbatos.

« Je dis qu’il n’est pas nécessaire que tu t’en soucies, » répondit Zagan sèchement. Il avait l’impression que Barbatos se moquerait de lui s’il disait que c’était parce que Bifrons avait l’intention de gêner son rendez-vous avec Néphy, alors il l’avait simplement regardé d’un air dominateur. À cause de cela, Barbatos avait dégluti et avait refermé sa bouche.

« Est-ce tout ce que tu as à signaler ? » demanda Zagan.

« AH ? Oui…, » répondit Barbatos.

« Alors, vas-y. J’ai des affaires à voir avec Chastille avant d’aller tuer Bifrons, » déclara Zagan.

« D-D’accord…, » déclara Barbatos, acquiesçant d’un signe de tête inquiet avant de disparaître dans l’ombre. Après l’avoir vu partir, Zagan avait encore une fois tapé du talon et défait la barrière. Le bureau de Chastille était plus rapide d’accès depuis la porte arrière de la cathédrale. Et comme il marchait par là, il avait jeté un dernier coup d’œil dans la cathédrale. Kuroka courait partout en transportant un grand récipient d’eau chaude et elle s’était écroulée de façon spectaculaire.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

Laisser un commentaire