Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 4 – Chapitre 3 – Partie 2

***

Chapitre 3 : Le dilemme d’un Archidémon : Comment aimer votre épouse elfe enfant.

Partie 2

« Maiztre Zagan ! Qu’est-ce que c’est ? » demanda Néphy en déterrant une grenouille qui hibernait dans la forêt.

« Cette créature… est connue sous le nom de grenouille. C’est comestible, donc on peut au moins l’utiliser comme ration d’urgence, » répondit Zagan.

« Je ne pourrais jamais ! » s’écria Néphy.

« Seulement si tu meurs de faim. On dirait qu’elle hiberne encore. Alors remets-la où tu l’as trouvée pour l’instant, » déclara Zagan.

« Hiberne… ? » demanda Néphy.

« Ce genre de créature ne peut pas accumuler beaucoup de nourriture en hiver, ce qui l’oblige à dormir pendant la majeure partie de l’hiver, » déclara Zagan.

« Maiztre Zagan est incroyable ! Vous savez tout, n’est-ce pas !? » s’écria Néphy.

« … Pas vraiment, » déclara Zagan.

Le lendemain matin, l’esprit de Néphy avait régressé pour correspondre à son apparence. Au matin, elle avait complètement oublié ce qui s’était passé la nuit précédente. Cela dit, ce n’était pas comme si elle avait oublié Zagan et les autres. En fait, elle était très attachée à eux.

« Néphy, allons l’enterrer, » déclara Foll, juste à côté de Néphy.

« Oui, Grande Soeur ! » Néphy répondit en titubant derrière Foll. Il semble que le changement de Néphy les ait rapprochées. Foll avait aussi l’air d’aimer qu’on l’appelle Grande Sœur, et elle continuait à mener Néphy par la main partout.

Zagan lisait un livre à l’ombre d’un arbre tout en veillant sur eux deux. Contrairement à la gravité de la situation, la scène qui se déroulait devant lui ressemble à un pique-nique familial.

Pour l’instant, c’est une bonne chose que Néphy ne soit pas si déprimée que ça…, heureusement, elle n’avait pas oublié Zagan et les autres, ou peut-être que ce n’était pas vrai.

Zagan avait jeté un coup d’œil derrière lui. Maintenant qu’il faisait jour, les autres avaient commencé à enquêter sur le village. Aucun d’eux ne savait exactement ce qui était arrivé au corps de Néphy, alors Zagan et Foll avaient fini par rester à ses côtés.

Barbatos, qui avait des ombres profondes sous les yeux et dont la parole et la conduite étaient irréparables. Gremory, qui avait repris la forme d’une vieille femme et était beaucoup trop indigne de confiance. Kimaris, qui avait le visage d’un lion qui pouvait tuer une bête d’un seul regard. Nephteros, qui lors de leur première rencontre, n’avait jamais fait que froisser les autres. Et Zagan, qui, inutile de dire, n’avait pas du tout un visage qui attirait les enfants. Au mieux, la seule personne en qui un enfant pouvait avoir confiance lors d’une première rencontre était la pleurnicheuse, Chastille. Aucun enfant ne survivrait dans un environnement aussi hostile.

Zagan regarda comment allaient ses compagnons. Peut-être l’ayant remarqué, Chastille s’approcha de lui avec une expression d’ennui présente sur son visage.

« Comment ça se passe ici, Zagan ? » demanda Chastille.

« Foll s’en sort très bien avec Néphy. Malheureusement, je n’ai rien trouvé de particulièrement utile, » répondit Zagan.

Bien sûr, ce n’était pas comme si Zagan faisait du baby-sitting. À côté de lui, il y avait une pile de documents qu’il avait trouvés dans le manoir. C’étaient les journaux des anciens du village qui s’étendaient sur plusieurs générations.

« Tu sais lire l’écriture elfique ? » Chastille marmonnait d’admiration.

« Le Célestian est une autre histoire, mais oui, je peux comprendre leur langue commune dans une certaine mesure, » répondit Zagan. Puis, il avait posé une question à Chastille : « Est-ce que tout va bien de ton côté ? »

« Désolé, mais ma connaissance des elfes et de la sorcellerie n’est comparable à aucune d’entre vous. Je serai probablement plus utile comme garde du corps de Néphy…, » Chastille répondit d’une manière digne qui lui donna l’air tout à fait faussé avec son caractère habituel de pleurnicheuse. Et après cela, elle déplaça son regard vers le bas et dit : « Penses-tu qu’il y ait des indices dans ces journaux elfes ? »

« Eh bien, en ce moment, je cherche les dossiers de ceux qui ont quitté le village ou des descriptions d’hérétiques qui ont idolâtré la sorcellerie. Ils ne peuvent pas être si communs dans un village elfique. Et puisqu’ils ont fait tout ce qu’ils pouvaient pour venir nous chercher ici, il est naturel de croire qu’ils ont un lien avec cet endroit, » déclara Zagan.

D’après ce que Nephteros et Gremory avaient dit, le coupable était certainement un elfe.

« Je comprends tout ça, mais en quoi le fait d’en trouver une description nous aiderait-il ? » demanda Chastille, avec une expression confuse sur son visage.

« La plupart des elfes ne peuvent pas survivre dans le monde. S’ils quittaient le village, ils devraient créer une sorte de barrière avec la sorcellerie. Et dans ce cas, je peux suivre la sorcellerie tant que je découvre ce que c’est, » expliqua Zagan.

Les elfes étaient pourchassés par les gens ordinaires et les sorciers. La mise aux enchères de Néphy en était un exemple. La seule façon pour eux de se protéger était de maîtriser la sorcellerie et d’utiliser leurs énormes quantités de mana. Et s’ils utilisaient la sorcellerie, Archidémon Zagan serait certainement capable de les coincer.

En d’autres termes, les documents qu’il lisait étaient ses meilleures pistes. Cependant…

« Pourquoi fais-tu cette tête ? » demanda Chastille.

« Hmm…, » Zagan poussa un gémissement perplexe en feuilletant les pages de l’un des livres.

« Aucune d’entre elles ne mentionne le moindrement Néphy, » répondit Zagan.

« Ne s’agit-il pas seulement de journaux d’avant la naissance de Néphy ? » demanda Chastille en le regardant avec émerveillement.

« Ils ne le sont pas. Les journaux se terminent par une description de la façon dont les humains ont envahi leur territoire. Je suppose qu’ils l’ont griffonnée juste avant que le village ne soit détruit. Et je sais pertinemment que Néphy était là quand c’est arrivé, » répondit Zagan.

« J’ai entendu dire qu’on appelait Néphy une enfant maudite ici, non ? Alors, n’est-il pas sûr de conclure qu’on l’ignorait ? » murmura Chastille, profondément enfoncée dans ses pensées.

« Si j’avais été à leur place, j’aurais surveillé une gamine aussi dangereuse. Le fait qu’ils ne l’aient pas fait montre clairement qu’ils comprenaient le pouvoir de Néphy. Je veux dire, ils l’ont même suppliée de les aider à la fin, n’est-ce pas ? » déclara Zagan.

« Tu as raison… S’ils l’avaient vraiment trouvée dangereuse, ils auraient porté plus d’attention à elle…, » murmura Chastille en rassemblant ses pensées. Puis, un regard de compréhension avait été visible d’un coup sur son visage, et elle avait dit. « Attends, n’y aurait-il pas un journal entièrement consacré à la surveillance de Néphy ? Je suis sûre que les elfes la détestaient, mais se comporter en public était probablement mal vu, non ? N’est-il pas possible qu’ils aient caché des informations sur elle aux autres villageois ? »

La bouche de Zagan s’était ouverte en raison de la surprise. Il ne s’attendait pas à entendre des paroles aussi sages de sa part.

« Hein ? Qu’est-ce qu’il y a ? » demanda Chastille.

« Non, c’est juste que… Je suis surpris que tu aies eu une si bonne idée, » déclara Zagan.

« Pour qui me prends-tu ? » s’exclama Chastille alors que son visage était en état de choc et empli de colère.

« Essaie de dire ça après avoir cessé d’être un pleurnichard, » déclara Zagan.

« J’essaie juste de garder mes visages public et privé séparés, c’est tout. Et j’ai jugé que la situation actuelle faisait partie de mon devoir public, » déclara Chastille.

En d’autres termes, bien qu’étant un Chevalier Angélique assez capable, cette fille est une épave complète dans sa vie privée ? 

Zagan avait été laissé au bord du gouffre par sa réponse. En y repensant, elle semblait en fait très digne et prudente quand ils s’étaient battus pour la première fois. À cette époque, elle avait défié Zagan en raison de sa mission en tant que Chevalier Angélique. Et puis, quand Néphy l’avait retrouvée en ville, c’était une vraie pleurnicheuse. C’est à ce moment-là qu’elle avait été relevée de ses fonctions de Chevalier Angélique, ce qui avait du sens grâce à toutes les nouvelles informations qu’elle venait de fournir. Par la suite, elle n’avait rencontré Zagan que lorsqu’elle n’était pas en service, ce qui lui avait valu le statut de pleurnicheuse.

La capacité de Chastille à séparer si clairement les deux parties d’elle était digne d’éloges, mais on se demandait pourquoi elle ne pouvait pas au moins garder un peu de son calme en privé. Mais ça n’avait pas eu d’importance en fin de compte. En fait, sa double personnalité s’était avérée très utile dans ce cas.

« J’ai une requête. Apporte-moi tous les livres elfes que tu peux trouver dans le manoir de l’aîné. Cherche tout ce qui est écrit en elfique et apporte-le ! » Zagan leva les yeux de son livre en lui demandant cette faveur.

« Donc tu dis qu’il pourrait être caché à la vue de tous, hein ? » demanda Chastille.

« Exactement. Comme c’est malin, Chastille, » déclara Zagan.

« E-Euh, merci… Hehehehe…, » le visage de Chastille se détendit un instant, mais elle reprit immédiatement son calme et courut au manoir de l’aîné.

Je n’arrive pas à croire qu’elle se comporte comme ça et qu’elle m’aide beaucoup… Quelque chose ne va pas dans ce village.

Des phénomènes complètement inconnus et anormaux se produisaient à gauche et à droite. Cependant, si Chastille se débarrassait volontiers de son caractère de pleurnichard et prenait cela au sérieux, il n’y avait aucun moyen pour Zagan de s’amuser de ça. Et ainsi, il continua à parcourir la pile de journaux à ses côtés.

Malheureusement, il n’avait trouvé le nom de Néphy nulle part, même après avoir parcouru cinquante ans de journaux intimes. Et tandis qu’il s’asseyait là, perplexe devant cette tournure des événements, il sentit quelque chose peser sur sa tête.

« Hehehehe… »

Zagan leva les yeux et aperçut une petite Néphy avec un énorme sourire sur son visage.

Pourquoi es-tu si mignonne !? Le sourire de Néphy illuminait son cœur jadis sombre. Zagan pouvait à peine se contenir. L’envie de la protéger débordait à l’intérieur de lui. Et à cause de cela, son corps avait ignoré son esprit et il avait fini par l’emmener sur ses épaules.

« Wooow, c’est vraiment trop haut ! » s’écria Néphy.

« Zagan, moi aussi ! » s’exclama Foll

« Gaaah, bien bien ! » déclara Zagan en déplaçant Néphy sur son épaule gauche afin de faire de la place à sa droite pour Foll. Et puis, il avait fait un tour sur lui-même avec les deux enfants là-haut.

 

 

Kimaris, qui investiguait sur les autres maisons du village, semblait vouloir les rejoindre, mais il avait fini par se contrôler.

« C’était amusant, » déclara Foll.

« Ça l’était ! Grande Sœur ! » répliqua Néphy.

Foll poussa un soupir de satisfaction, et Néphy rebondit à côté d’elle. Après un moment de silence, Néphy avait commencé à parler avec un sourire plâtré sur son visage.

« Maître Zagan, j’ai fait une couronne de fleurs avec Grande Sœur Foll ! C’est pour vous ! » déclara Néphy.

« Ouais, merci…, » répondit Zagan d’un ton déconcerté. C’était le premier cadeau qu’il recevait de Néphy, ce qui signifiait qu’il devait le protéger. Et ainsi, Zagan avait utilisé la sorcellerie pour empêcher les fleurs de se faner. Cependant, pendant qu’il faisait cela, la petite Néphy leva les yeux vers lui avec un regard inquiet sur son visage.

« Vous sentez-vous mieux maintenant, Maître Zagan ? » demanda Néphy.

« Ai-je… l’air mal en point ? » demanda Zagan.

« Ouais. D’habitude, vous avez l’air de vous amuser, mais vous aviez l’air très triste tout à l’heure, Maître Zagan, » déclara Néphy.

C’était évidemment parce qu’il était difficile de rester heureux quand la fille qu’il aimait souffrait d’une sorte de malédiction.

« Alors, voici un porte-bonheur pour vous remonter le moral, » déclara Néphy en s’allongeant avec ses petits bras pour attraper les joues de Zagan. Après s’être fermement agrippée à lui, elle se frotta le front contre le sien. La sensation n’était que trop familière. Ou bien, bien sûr, puisqu’il avait fait quelque chose de semblable dans le passé lorsqu’il essayait d’aider Néphy.

Cette fille est vraiment la même au fond, hein ? Même après avoir rétréci, perdu ses souvenirs les plus récents et vu sa personnalité réduite à celle d’une enfant innocente, Néphy était toujours Néphy. Et cela rendait Zagan extrêmement heureux.

« Quel charme utile ! Je vois. Je me sens vraiment mieux maintenant, » déclara Zagan.

« Vraiment ? Hehehehe…, » déclara Néphy en souriant.

Cette Néphy sourit vraiment beaucoup, n’est-ce pas ?

C’était comme si elle ne savait rien du rejet ou de la perte qu’elle avait vécus. Elle était la définition même d’une petite fille pure. C’était peut-être sa vraie nature depuis le début, et elle s’était rétractée à cause des années d’abus qu’elle avait subies dans le village. Il était heureux qu’elle ait retrouvé son sourire, mais le fait qu’il ne soit revenu que parce qu’elle était devenue une enfant avait laissé Zagan plutôt amer.

Pour tenter de bannir de telles pensées, Zagan essaya de toucher la couronne de fleurs que Néphy avait faite pour lui. Quand il l’avait fait, il avait remarqué qu’il était fait de belles fleurs violettes.

« Je suis surpris que des fleurs aussi délicates fleurissent par ce temps, » déclara Zagan.

La saison commençait à s’approcher de l’hiver, et cela même à Kianoides, ce qui signifiait que Norden, un pays typiquement froid, était déjà en plein hiver. C’est pourquoi Zagan était si surpris que des fleurs soient en fleurs.

« Ce sont des violettes. Elles ne sont pas en saison en ce moment, » dit Foll en penchant la tête sur le côté dans la confusion.

« … Qu’est-ce que tu veux dire ? » demanda Zagan d’un ton qui indiquait clairement qu’il était aussi perplexe que Foll. En réponse, Foll avait dû montrer du doigt le ciel. Et quand il leva les yeux, il vit… un essaim de papillons qui voltigeaient.

« … Hein ? » Zagan s’était levé quand une expression choquée était apparue sur son visage, puis avait dit, « Des papillons… dans ce temps froid ? »

Les papillons étaient une race étroitement liée aux fées, ce qui faisait de leurs ailes des catalyseurs idéaux pour la sorcellerie. C’est pour ça que Zagan les connaissait. Contrairement à la plupart des créatures, elles ne pouvaient pas survivre à un hiver rigoureux. S’il ne s’agissait que d’un seul, il était possible qu’il se soit réveillé par erreur, mais un essaim entier était une tout autre histoire. Après tout, les papillons étaient tellement sensibles au froid qu’ils ne pouvaient même pas éclore s’ils n’étaient pas dans un climat chaud.

Foll regarda autour d’elle, clairement confuse. Et comme Zagan suivait son regard, il remarqua quelque chose d’assez étrange. La veille au soir, les maisons n’avaient tout simplement pas d’habitants à l’intérieur et ne montraient aucun signe de dépérissement. Cependant, ils étaient maintenant envahis par le lierre et la mousse. De plus, des fleurs de toutes les couleurs fleurissaient sur le sol, des papillons voltigeaient à la recherche de nectar, et un vent printanier chaud balayait ses joues. Il n’y avait aucune chance pour que ça ait un sens. Un tel changement n’aurait pas pu se produire dans le temps qu’il lui avait fallu pour lire tous ces documents.

« Le temps ici est devenu fou… Non, l’écoulement du temps lui-même est bizarre. Nous devrions rapidement partir…, » Foll l’en avait informé d’une voix lugubre.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire