Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 4 – Chapitre 2 – Partie 6

***

Chapitre 2 : Aimez la demoiselle très sincèrement, et elle vous aimera en retour !

Partie 6

« ... Je n’arrive... pas à dormir, » marmonna Néphy d’un ton perplexe pour la millionième fois cette nuit-là. Elle avait obtenu sa propre chambre, mais n’arrivait pas à dormir à cause de toutes les pensées qui lui traversaient l’esprit.

« ... Maître Zagan, » Néphy l’appela désespérément. Cependant, ce n’était pas son château. Il avait son propre lit pour une fois, donc il dormait probablement profondément.

Est-ce hors de question de dormir dans le même lit que lui ? Cela le dérangerait-il ? Il lui avait permis de s’asseoir sur ses genoux à plusieurs reprises, mais ils n’avaient dormi que deux fois dans les bras l’un de l’autre. Il y avait eu la soirée où Zagan avait acheté Néphy, et la nuit où Zagan lui avait révélé son passé.

De temps en temps, Néphy découvrait que son lit était froid. Et chaque fois que cela arrivait, elle priait pour dormir sous les mêmes couvertures que lui afin de se coller contre son corps chaud et réconfortant. Malheureusement, Zagan dormait toujours sur son trône, ce qui les séparait.

J’ai l’air bien trop gâté..., Néphy secoua la tête d’un air agité alors que ses pensées commençaient à se déchaîner. Elle était plutôt inquiète de ce que Zagan penserait d’elle si elle agissait selon ses désirs. Elle avait choisi de croire qu’il ressentait exactement la même chose, mais cela ne voulait pas dire qu’il allait lui rendre la pareille.

Bien sûr, quoi qu’elle fasse, Zagan l’accepterait. Elle le savait bien. Cependant, il était encore difficile d’aller de l’avant.

Les oreilles de Néphy devinrent complètement rouges quand elle commença à se tordre dans son lit. Elle pouvait difficilement contenir son imagination.

« Je n’arrive vraiment pas à dormir..., » Néphy avait abandonné après s’être tordue et retournée quelques fois de plus et s’était levée de son lit. Après avoir tendu la main vers la table de chevet, elle avait claqué ses doigts fins, allumant la bougie dessus. C’était de la sorcellerie de base que Zagan lui avait apprise.

Ensuite, Néphy avait essayé d’ouvrir la fenêtre. Bien qu’il s’agisse d’une fenêtre, elle était faite de simples planches de bois, et il n’y avait rien comme du verre serti dedans. En utilisant le poteau fixé à chaque planche, vous pouvez les tirer sur le côté pour les ouvrir.

Le clair de lune pénétrait dans la pièce tandis que Néphy regardait fixement l’une des maisons du village en ruines. Il se trouvait que c’est là qu’elle avait grandie.

« ... Bizarre. Je ne ressens rien particulièrement, » déclara Néphy en tenant sa main sur sa poitrine. Son pouls était le même que d’habitude, sa respiration était normale et elle ne se sentait pas du tout nerveuse.

Je pensais que ça ferait plus mal..., même Zagan semblait assez inquiet pour elle, c’est pourquoi il l’avait suivie. Et pourtant, elle était si calme que son retour était inattendu. Si des cadavres d’elfes étaient éparpillés, elle aurait au moins ressenti de la douleur dans son cœur, mais il n’y avait même pas de traces de sang, et les bâtiments étaient en grande partie intacts. C’était comme si les résidents venaient de disparaître.

La tranquillité de tout cela lui avait fait douter qu’elle y ait réellement vécu il y a seulement quelques mois. Non, c’était un peu plus important. C’était plus comme si elle était redevenue comme avant de rencontrer Zagan.

« Oh, je vois. Je me sentais comme ça tout le temps, » déclara Néphy.

Elle avait été élevée dans un environnement où de grandes attentes avaient entraîné de grandes souffrances. Personne ne voulait même la regarder, et sa simple présence était considérée comme une influence maléfique.

C’est pourquoi Néphy s’était isolée du monde. Si elle arrêtait de penser, la douleur diminuerait un peu. Si elle s’arrêtait de bouger, la douleur devenait plus facile à gérer. En échange de ne pas ressentir de douleur, elle n’était plus capable de ressentir de la joie. Tout ce qu’elle avait fait, c’est de rester assise et de prier pour que sa vie insignifiante s’achève rapidement.

Son cœur s’était arrêté. Elle était redevenue une coquille vide. Cependant, ce n’était pas bon. Elle se devait d’accepter son passé. Sinon, retourner dans sa ville natale était inutile. Si elle continuait à céder à ses horribles souvenirs, elle ne ressentirait plus jamais la chaleur de l’amour de Zagan et du reste de sa famille.

« Je ne veux pas que..., » Néphy ne voulait plus mourir. En fait, il n’était pas exagéré de dire que sa vie n’avait commencé qu’au moment où elle avait rencontré Zagan. Elle voulait vivre pour lui. Elle voulait continuer sa vie avec Zagan, Foll, Chastille, Manuela, Raphaël, Gremory, Kimaris, et même Barbatos. C’est pour cela qu’elle devait tout simplement se débarrasser de son passé.

Et, alors qu’elle continuait à fixer la maison où elle vivait pour affirmer sa détermination...

« Hein... ? » Néphy avait aperçu une faible lumière dans son ancienne maison.

Quelqu’un... est toujours là ? Les fenêtres étaient les mêmes que celle à travers laquelle Néphy regardait, donc une petite quantité de lumière s’était infiltrée à travers les espaces dans les planches de bois. Il se passait quelque chose.

Pour elle, ça aurait pu être un voyageur ou un bandit, mais ce n’était pas un phénomène naturel.

« Je dois immédiatement prévenir Maître Zagan..., » Néphy avait commencé à se diriger vers la chambre de Zagan quand ses pieds s’étaient soudainement arrêtés.

Est-ce que c’est vraiment bien, je me demande... ? Zagan avait-il vraiment besoin de savoir ? S’il l’écoutait et enquêtait sur son ancienne maison, ne ferait-il pas tout le travail pendant qu’elle s’asseyait et se détendrait ? Comment exactement surmontait-elle son ancien moi faible si elle le laissait la protéger encore et encore ?

« ... Mes excuses, Maître Zagan. Pardonnez-moi d’agir de mon plein gré, » déclara Néphy en secouant la tête.

Et à ce moment-là, pour la toute première fois, Néphy s’était avancée sur ses deux pieds, sans personne pour la soutenir.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.
    PS: Non Néphy va pas vers la lumière !!

  2. Merci pour le chap ^^ Ça sent le piège à plein nez !

Laisser un commentaire