Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 4 – Chapitre 2 – Partie 4

Bannière de Le Dilemme d'un Archidémon ***

Chapitre 2 : Aimez la demoiselle très sincèrement, et elle vous aimera en retour !

Partie 4

Le groupe de Zagan avait choisi de dormir dans une maison particulièrement grande qui était encore debout. L’ameublement en argent avait fait apparaître clairement qu’une sorte de noble y vivait autrefois. Cela dit, la manière dont la maison avait été construite était la même que celle des autres maisons, et bien que le plancher soit composé de planches de bois, les murs étaient simplement faits de pierres empilées les unes sur les autres. La mousse poussait le long d’eux, donnant l’impression qu’ils restaient dans une grotte. Malgré tout, y compris le sous-sol, il y avait assez de place pour plus de dix personnes, ce qui était suffisant pour eux.

Zagan avait tenu sa main contre un chandelier d’argent sur le mur, puis avait rassemblé son mana et l’avait allumée. C’était un pouvoir fondamental qu’on ne pouvait même pas vraiment appeler de la sorcellerie.

« Alors c’est... c’est la maison du chef de ces elfes... est-ce bien ça ? » murmura Zagan en regardant le couloir maintenant coloré.

« Oui. C’est le manoir des anciens. Bien que... c’est la première fois que je vienne ici..., » Néphy acquiesça d’un signe de tête quand elle répondit à la question de Zagan.

C’est donc le meilleur endroit pour chercher des indices sur le mysticisme céleste ou les hauts elfes, malheureusement, ils avaient gaspillé toute leur lumière du soleil à cause de Gremory, alors ils avaient dû attendre pour chercher à l’extérieur. Sans autre choix, Zagan, Néphy, Chastille et Nephteros errèrent lentement dans la maison.

« Pourquoi suis-je ici... ? » Nephteros avait prononcé des mots d’insatisfaction. Elle avait été entraînée là-dedans et n’avait aucun moyen de rentrer chez elle toute seule. À cause de cela, elle coopérait à contrecœur avec Zagan.

« Tu peux attendre dans la cuisine avec Foll si tu préfères, » déclara Zagan.

Gremory et Kimaris avaient accepté de s’occuper du souper afin d’assumer la responsabilité du tumulte qui s’était produit plus tôt. Foll faisait une pause dans la cuisine, en mangeant quelques douceurs en attendant. Et comme Barbatos ne se réveillait pas, ils l’avaient jeté dans la première pièce qu’ils avaient pu trouver et l’avaient laissé pourrir.

« Non, ce n’est pas comme si tout ça était mauvais. D’ailleurs, ce serait ennuyeux de rester assise et de ne rien faire, » répondit Nephteros, tremblant en réponse à la question de Zagan. Il semblait que la terreur de Gremory qui se jouait d’elle n’était pas si facile à oublier. Honnêtement, Zagan avait l’impression qu’elle disait « pour l’amour de Dieu, n’importe où sauf dans la cuisine ».

« Eh bien, détends-toi. Bien sûr, Bifrons me tape sur les nerfs, mais je ne t’en tiendrai pas rigueur. Je m’occuperai de toi jusqu’à notre retour, » déclara Zagan en haussant les épaules.

Barbatos était fautif pour sa situation difficile actuelle, mais en tant qu’Archidémon, Zagan avait pensé qu’il valait mieux être au moins un peu généreux.

« À propos de Maître Bifrons... Euh..., » les oreilles sombres de Nephteros frémissaient pendant qu’elle pendait sa tête.

Zagan n’avait pas été en mesure de saisir ce qu’elle avait dit au-delà de ses paroles initiales. Il pencha la tête sur le côté dans la confusion, dans l’intention de lui demander de parler plus fort, mais Chastille parla en premier.

« Quel bâtiment étrange ! J’ai l’impression que l’aura de mon Épée Sacrée est en train de s’amplifier rien qu’en étant ici..., » déclara Chastille en touchant les murs autour d’elle.

« Es-tu sûre de ça ? » Les yeux de Zagan s’étaient élargis en entendant quelque chose de si inattendu.

« On dirait que Norden est une terre sacrée. Même les cathédrales de l’église sont loin d’être aussi propres spirituellement..., » proclama Chastille, la poitrine pleine de fierté. Il semblait que l’énergie que possédaient les Épées Sacrées, semblable au mana, s’appelait « aura ».

« Je suis sûre que je pourrai puiser le vrai pouvoir de mon Épée Sacrée dans cet endroit. Et cette fois-ci, je porte mon Armure Sacrée, donc je n’aurai peur d’aucun ennemi ! » proclama Chastille, hochant la tête à plusieurs reprises tout en admirant l’endroit pendant tout ce temps.

« Les ennemis les plus probables ici ne seraient-ils pas les fantômes des elfes dont nous utilisons les lits ? » demanda Nephteros.

« Eeek, les fantômes !? » Chastille hurla, devenant complètement pâle en un éclair.

« J’espère vraiment que ce n’est pas vrai... mais... as-tu peur des fantômes ? » demanda Zagan d’une voix exaspérée.

« Ce sont des morts qui sortent de nulle part ! » s’écria Chastille.

« Faire face aux fantômes et aux morts-vivants ne fait-il pas partie de ton travail en tant que Chevalier Angélique ? » demanda Zagan.

L’Église ne s’était pas seulement battue contre des sorciers. C’était aussi leur travail de répondre aux préoccupations et aux griefs de leurs fidèles. Et comme les sorciers asservissaient souvent les fantômes et les morts-vivants, les Chevaliers Angéliques devaient aller les combattre.

Pour un Archange entre toutes autres personnes, d’avoir peur des fantômes... Comme c’est pathétique. Chastille n’avait pas pu cacher ses mains tremblantes pendant qu’elle répondait à sa question.

« Un travail est un travail, mais les choses effrayantes font peur. Qu’est-ce qu’il y a de mal à ça ? » demanda Chastille.

Même Nephteros avait été déçue par cette réponse.

« ... N’as-tu même pas une notion de respect de soi ou d’orgueil ? » demanda Zagan.

« Je crois qu’être trop fière est la recette du désastre, » répliqua Chastille.

Eh bien, ça lui allait bien, pour elle, la petite pleurnicheuse et docile. En vérité, Zagan était vraiment curieux de savoir comment une telle personne était devenue Chevalier Angélique.

Oh, c’est vrai, elle a été choisie par son Épée Sacrée. Son sens des responsabilités était fort et elle était probablement incapable de se libérer de son fardeau en dépit d’un meilleur jugement. Peut-être Gremory avait-elle dit qu’il n’y avait « pas besoin de lui montrer de l’amour » en raison de ses fortes convictions.

« Est-ce que c’est si... ? » Nephteros hésita dans sa réponse. Il semblait que la réponse plutôt digne de Chastille l’avait laissée perplexe. Son ton montrait qu’elle n’était pas sûre de comprendre son point de vue ou de le mépriser.

Cette fille... On dirait qu’elle est mauvaise pour faire face aux réponses inattendues, hein ? En y repensant, elle avait été assez secouée quand Zagan n’avait pas été du tout trompé par ses agissements envers Néphy. Après avoir pris cela en considération, Zagan était certain que son attitude arrogante n’était qu’un acte. Et avec cela à l’esprit, il était clair que Nephteros était tout à fait adorable.

C’est mauvais, ça. J’ai trop pensé à l’amour à cause de Gremory. Elle était vraiment terrifiante. Gremory avait même réussi à infecter le Zagan toujours aussi apathique...

« Maintenant que j’y pense, il me semble que tu ne peux pas vraiment gérer Foll, n’est-ce pas ? » Zagan marmonna à Chastille alors qu’elle se ressaisissait.

« Ce n’est pas comme si je la détestais ou quoi que ce soit, ok ? C’est juste que chaque fois que je la rencontre, elle me fait une farce..., » répondit Chastille.

« Mais son surnom est Apparition..., » déclara Zagan.

« Eeek ! »

Quand Foll se faisait passer pour Valefor, elle portait une armure digne d’un géant. En raison de sa petite taille, l’intérieur était en grande partie vacant, ce qui l’avait aidée à gagner son surnom.

« Je vois... C’est pourquoi elle est si douée pour cibler mes faiblesses..., » déclara Chastille alors qu’elle avait pâli et s’était mise à trembler.

Peut-être qu’il aurait mieux valu ne pas en parler..., pour le moment, Zagan décida de surveiller Chastille attentivement pendant qu’il continuait à vérifier l’état de la maison.

« On dirait qu’il n’y a pas de pièges faits de sorcellerie ici, » annonça Zagan.

Les elfes évitaient les conflits quand c’était possible, mais chacun d’eux possédait une quantité extraordinaire de mana. C’est pourquoi Zagan avait supposé qu’ils avaient installé des pièges pour se protéger et protéger leurs secrets. Cependant, curieusement, il n’avait pas réussi à trouver quoi que ce soit de ce genre.

« Je n’ai jamais vu les habitants de mon village utiliser la sorcellerie. Peut-être que j’ai tort, et qu’ils me le cachaient, mais je ne pense pas que quelqu’un savait comment le faire, » déclara Néphy avec des yeux baissés.

Outre la sorcellerie, il y avait aussi le pouvoir du mysticisme, mais seuls de hauts elfes comme Néphy et Nephteros pouvaient l’exercer.

« Vraiment ? Mais comment se sont-ils défendus ? Ce n’est pas comme s’ils avaient pu éviter tous les monstres ici, » déclara Zagan.

Les monstres étaient des créatures vivantes qui possédaient du mana et différaient grandement en apparence des humains et des animaux. Parmi eux, il y en avait qui pouvaient même comprendre la parole humaine, et on disait que ceux-là étaient étroitement liés aux démons. Cependant, tout ce qu’ils possédaient, c’était une envie de destruction et de faim, de sorte qu’il n’y avait aucun moyen de les réfréner.

Leur population s’était amincie autour de la ville de Kianoides, mais les monstres attaquaient naturellement tout autour d’eux, et les elfes ne faisaient pas exception. Il avait été dit que de tels êtres peuplaient même les zones que les humains du nord ne pouvaient pas atteindre.

Au lieu de répondre à cette question, Néphy avait simplement ouvert une porte à proximité. Il semblait qu’il menait à un salon avec une grande table entourée de sièges en pierre. Malheureusement, tous les sièges étaient maintenant recouverts de mousse. Ce n’était évidemment pas un entrepôt, mais ça puait encore la boue. Et à y regarder de plus près, l’odeur n’était pas si surprenante, car les sièges en pierre sortaient du sol. Il semblait que les pierres avaient été enterrées directement dans le sol.

Il s’agissait d’une sorte de barrière... Ou bien, c’était peut-être un moyen de créer l’aura spirituelle que Chastille avait mentionnée.

Les fissures rampaient entre les planches. Même Zagan, dont le château était jadis rempli d’appareils de torture et de squelettes, avait du mal à croire que des gens y aient réellement vécu. Et sur un mur dans cette pièce... il y avait un seul arc.

« Tout le monde utilisait un arc comme ça quand il était temps de chasser, » déclara Néphy en levant l’arc.

Zagan avait laissé échapper un « Hm » d’admiration comme il l’avait déjà fait plusieurs fois au cours de la journée. Le corps principal de l’arc était en bois, mais il y avait des ornements en argent. Il semblait très utile, mais...

« Ces symboles sont en Célestian, n’est-ce pas ? » Zagan avait repéré des symboles similaires à ceux d’une Épée Sacrée sur le manche.

« Oui. Je ne comprends pas très bien ce que cela signifie, mais il est écrit Exousiai..., » répondit Néphy d’un signe de tête.

« Ça veut dire “Le fléau du mal”. C’est un charme qui éloigne les mauvais esprits, » déclara Nephteros en rentrant dans leur discussion.

« ... Vas-tu nous aider ? » demanda Zagan, clairement confus.

« Êtes-vous sûre que c’est bon que vous nous le disiez ? » demanda Néphy.

« ... Ce n’est pas comme si Maître Bifrons m’avait donné l’ordre de me taire. Et vous repartirez dès que vous aurez fini d’enquêter sur cet endroit, n’est-ce pas ? Dans ce cas, je rentrerai plus vite à la maison si je vous aide, » affirma Nephteros avec arrogance. Cependant, ses oreilles qui se tortillent et se balançaient lui avaient révélé ses vraies intentions.

Cette fille est très facile à comprendre...

« Y a-t-il un problème ? » Nephteros fixa Zagan en réponse à son regard observateur.

« On dirait que je suis le seul que tu traites froidement. N’en as-tu pas marre de ça ? » demanda Zagan.

« Hein ? Est-ce vraiment le cas ? » Nephteros semblait ignorer son propre comportement.

« On aurait dit que tu agissais d’une manière beaucoup plus décontractée avec Néphy et Gremory..., » déclara Zagan.

« Vous avez peut-être raison. Mais je n’en avais pas vraiment conscience. C’est juste que..., » déclara Nephteros.

« Quoi ? » demanda Zagan.

« Vous êtes... un Archidémon, » déclara Nephteros.

Est-ce que ça voulait dire qu’elle devait lui rendre hommage ? Ou peut-être qu’elle le craignait ? Pour une raison ou une autre, cette pensée le dérangeait.

« Je ne suis pas ton maître. Je ne dis pas de corriger ton ton, mais tu es une invitée. Il n’y a pas besoin de se fatiguer en traitant ainsi avec moi... pour l’instant, » remarqua Zagan en haussant les épaules vers elle pendant qu’il parlait. C’était une tout autre histoire quand elle était la servante de Bifrons, mais pour le moment, elle n’était qu’une invitée qui avait été entraînée dans les affaires de Zagan. Vu les circonstances, c’était sa responsabilité de bien la traiter. Et après l’avoir informée de ses réflexions sur le sujet, Nephteros se détendit un peu.

« Je comprends... Alors, je vais parler d’une manière un peu plus décontractée, » déclara Nephteros.

« Ça m’a l’air bien, » déclara Zagan.

Les oreilles de Néphy frémirent joyeusement lorsqu’elle entendit leur échange. Voyant cela, Nephteros lui répondit en aboyant ses prochains mots.

« Quoi ? As-tu des plaintes à formuler ? » demanda Nephteros.

« Pas du tout ! Merci beaucoup, Mademoiselle Nephteros. Avoir quelqu’un qui comprend le Celestian est d’une grande aide. Je compte sur vous, » déclara Néphy.

« Ça ne me rend pas heureuse du tout ! » Nephteros nia tout sentiment de joie, mais ses oreilles tremblantes lui donnèrent une fois de plus l’impression de ne pas dire ses vrais sentiments.

C’est comme une rivalité entre frères et sœurs ou quelque chose du genre..., Nephteros avait déjà essayé de faire du mal à Néphy, mais Néphy avait mis cela de côté et essayait de l’accepter. Se battre et se réconcilier par la suite, c’était de la rivalité entre frères et sœurs. Cette vue avait soudain fait que Zagan s’était souvenu de quelque chose.

« Je veux la sauver. Et puis, je veux lui apprendre en tant qu’aînée... » Quand Nephteros chantait son mysticisme céleste, ses souvenirs affluaient dans Zagan. C’est pourquoi il savait qu’elle ne détestait pas du tout Néphy. En fait, elle avait même voulu sauver Néphy après avoir vu comment les habitants de son village la traitaient. Ses réactions actuelles lui avaient fait croire que ces sentiments étaient encore en elle. Non, c’était peut-être mieux de dire que ces sentiments avaient été ravivés après tout le temps qu’elles avaient passé ensemble.

« Il s’agit probablement d’une arme construite sur les mêmes concepts qu’une Épée Sacrée... Bien qu’en comparaison, cela fonctionne beaucoup plus comme un jouet. Le simple fait de tirer la ficelle permettra à n’importe qui de tirer une flèche en mana. Eh bien, s’ils peuvent vraiment utiliser le mana, de toute façon. »

« Je vois. L’arc lui-même doit être très ancien, alors..., » commente Zagan.

« Je pense que tu as raison. Cela n’a probablement pas été fait par les habitants de ce village. Je dirais que c’est d’un âge où les hauts elfes comme moi et... cette fille ici présente étaient encore communs, » déclara Nephteros.

« Est-ce quelque chose de valeur ? » Néphy pencha la tête sur le côté quand elle posa cette question.

« Je dirais que les mots “arme légendaire” correspondent le mieux. Si l’Église mettait la main dessus, ils l’inscriraient probablement comme un nouveau trésor sacré ou quelque chose comme ça, » répondit Zagan.

« Euh, ça ne le mettrait pas au même niveau que les Épées Sacrées ? » demanda Chastille. Leur découverte semblait l’avoir étonné.

« Ce n’est pas tout à fait à ce niveau, mais ce n’est probablement qu’un pas en dessous. Au moins, c’est beaucoup plus puissant que ton Armure Sacrée, » déclara Zagan.

Les épaules de Chastille se baissèrent.

« Argh, je suis enfin arrivée complètement équipée et ça arrive..., » déclara Chastille.

Il était logique qu’un village elfique caché ait des artefacts si puissants qui traîneraient dans la zone. Quoi qu’il en soit, Nephteros semblait très fière d’avoir élucidé le mystère. Même l’hostilité qu’elle pointait habituellement vers Néphy s’était calmée.

Peut-être que je m’inquiète trop... C’était peut-être déraisonnable à l’heure actuelle, mais peut-être qu’un jour viendra où elles pourront passer du temps ensemble avec bonheur.

Après avoir regardé fixement le corps de l’arc pendant un moment, Chastille fit un signe de tête admiratif et prit la parole. « Si je me souviens bien, les légendes disent que les elfes sont les maîtres de l’arc. C’est une race qui a une grande quantité de mana innée, alors peut-être que ce type d’arme leur convient mieux. »

« ... Merci pour l’explication. Crois-tu que tu puisses t’éloigner un peu plus de moi ? » demanda Nephteros. En un rien de temps, Chastille avait commencé à s’accrocher à l’ourlet de son manteau.

« Mais la pièce là-bas est si sombre ! Je n’arrête pas de penser que quelque chose va sortir de là soudainement, alors j’ai juste..., » répondit Chastille.

« Es-tu vraiment une Archange ? Tu dis que l’Église te place au même niveau que ce majordome ? » Nephteros semblait vraiment étonnée par ce fait. Cependant, elle ne s’était pas débarrassée de la main de Chastille malgré son dédain plutôt évident. Au lieu de cela, elle avait simplement rendu l’arc à Néphy, puis elle était partie.

« Dites-moi, combien de temps comptez-vous rester là ? On doit finir de regarder dans toutes les pièces avant que les autres finissent de préparer le dîner. Vous en souvenez-vous ? » demanda Nephteros.

« A-A-A-A-A-A-Attendez moi ! » cria Chastille.

Nephteros marchait devant le groupe avec Chastille toujours accrochée à elle.

Zagan et Néphy avaient échangé des regards confus avant de les suivre avec des sourires légèrement amers bien visibles sur leur visage.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire