Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 4 – Chapitre 2 – Partie 2

***

Chapitre 2 : Aimez la demoiselle très sincèrement, et elle vous aimera en retour !

Partie 2

Une forêt sombre s’étendait devant le groupe après avoir traversé les montagnes enneigées. Elle n’était pas aussi étrange que celle qui entourait le château de Zagan, mais l’obscurité était due au fait que la forêt était composée de conifères aux feuilles sombres qui étaient serrées les unes contre les autres. Peut-être à cause de la haute altitude, la montagne était couverte de neige, mais les arbres avaient encore des feuilles.

On disait que le village elfique caché était dissimulé dans cette forêt. On ne pouvait pas l’approcher par le ciel, alors Zagan et les autres marcheraient le reste du chemin. Foll avait également repris sa forme de petite fille... et c’était maintenant au tour de Zagan de la transporter.

« ... Je suis fatiguée, » déclara Foll.

« Tu as bien tenu le coup. Dors un peu, c’est tout, » déclara Zagan.

« Ok..., » Foll s’était endormie en quelques secondes.

C’était normal qu’elle soit aussi fatiguée.

Ils avaient décidé de se rendre dans la ville natale de Néphy hier midi. Et après avoir mis de l’ordre dans leurs préparatifs, ils étaient partis tôt le matin aujourd’hui, et maintenant c’était le soir.

Ils avaient pris quelques pauses en cours de route, mais c’était presque une journée entière de vol continu.

« Foll a fait de son mieux aujourd’hui, n’est-ce pas ? » demanda Néphy en se blottissant à côté de lui.

« Elle l’a fait. Il vaudrait peut-être mieux lui préparer un lit maintenant. Trouver ton village natal peut attendre, » déclara Zagan.

« Toutes mes excuses. Si je connaissais son emplacement, nous n’aurions pas à passer tout ce temps à le chercher..., » les oreilles de Néphy se baissèrent alors qu’elle s’excusait.

En raison de son statut d’enfant maudit, Néphy n’avait même pas le droit de quitter le village, alors elle ne connaissait pas vraiment les environs de son village. C’est pourquoi ils avaient dû fouiller soigneusement la zone à partir de maintenant.

« Néphy, n’as-tu même pas pu quitter le village, non ? Alors, considère ça comme une visite touristique. En fait, je m’intéresse beaucoup à la région, donc une promenade me semble une bonne idée, » déclara Zagan en secouant la tête comme si ce n’était pas grave.

J’aimerais vraiment jeter un coup d’œil aux alentours...

Heureusement, cette fois, il avait réussi à le formuler d’une manière qui ne soit pas trompeuse. Néphy le regarda avec surprise, mais le bout de ses oreilles pointues tremblait d’un frémissement d’une manière un peu heureuse tout en marchant à côté de lui.

Et à ce moment-là, une grande ombre s’était soudain jetée sur eux. C’était Kimaris. Il était revenu à sa forme humanoïde.

« Sire Zagan, je crois pouvoir localiser le village de Lady Néphy, » déclara Kimaris.

« Quoi, vraiment ? » demanda Zagan.

« Oui. Il semble qu’il n’y ait pas de sorcellerie en place pour nous retarder, ou peut-être qu’elle a déjà perdu sa fonction. Quoi qu’il en soit, nous devrions pouvoir y arriver en suivant l’odeur de Lady Néphy, » déclara Kimaris.

Zagan hocha la tête et s’enfonça dans la pensée. Le ciel était déjà teint en rouge, donc si une heure s’écoulait, cela deviendrait noir. S’ils passaient trop de temps à se déplacer, Néphy rejoindrait Foll dans les profondeurs du sommeil. En plus, Gremory était déjà sur le dos de Kimaris.

« ... Cela semble être la meilleure façon de procéder. Je compte sur toi, Kimaris, » déclara Zagan.

Zagan voulait essayer de se promener un peu, mais se rendre plus tôt au village caché était la meilleure option. Même s’il était abandonné, le fait d’avoir des bâtiments pour s’abriter de la pluie et du vent serait d’une grande aide.

« S’il vous plaît, laissez-moi faire, » répondit Kimaris, avec un sourire rampant sur son visage. Il avait alors fait un petit signe de tête et commença à marcher devant eux, dégageant un sentiment de fiabilité qui fit penser à Raphaël selon Zagan.

Néphy serra étroitement les ourlets de la robe de Zagan pendant qu’ils marchaient. Il jeta un coup d’œil fugace vers elle, et vit que le bout de ses oreilles pointues s’affaissait.

« Es-tu anxieuse ? » demanda Zagan.

« Oui. En vérité, j’ai juste un peu... peur. Je parle du fait de voir le village tel qu’il est maintenant, » répondit Néphy, son corps tremblant tout le temps.

À sa manière, Néphy s’était réconciliée avec son passé. Cependant, c’était encore un village où elle avait laissé des personnes mourir.

Si Zagan était à sa place, il aurait ri en voyant son état de délabrement, mais il ne pensait pas que Néphy serait capable d’imiter ça... et franchement, il ne voulait pas qu’elle le fasse.

Après y avoir réfléchi un peu, Zagan ajusta la position de Foll sur son dos pour qu’il la porte avec un bras. Puis, il déplaça sa main libre, et il prit celle de Néphy et la serra contre lui.

« Ah... ! » L’expression de Néphy n’avait pas changé, mais le bout de ses oreilles pointues s’était relevé.

Maintenant, j’ai juste besoin de dire quelque chose pour la rassurer..., malheureusement, c’était la tâche la plus difficile pour lui. Zagan n’avait même pas encore dit « Je t’aime » à Néphy, donc il n’y avait aucune chance qu’il dise quelque chose de réconfortant dans cette situation.

Néanmoins, le silence était inacceptable dans l’esprit de Zagan. Peut-être qu’il était guidé par le « pouvoir de l’amour », comme l’avait dit Gremory.

« Tu peux compter sur moi jusqu’au bout. Je trouve cela assez amusant, » proclama Zagan.

Attends, amusant ? N’est-ce pas comme si j’étais ravi de la souffrance de Néphy ?

« Je le ferai ! » répondit Néphy, hochant la tête comme si elle le comprenait complètement. Elle venait peut-être d’avoir agi avec force, mais Néphy au moins semblait un peu plus énergique quand elle parlait.

« ... Sire Zagan, il semble que nous arrivons bientôt à destination, » déclara Kimaris d’une voix pleine de tension.

En regardant vers l’avant, Zagan avait aperçu la lumière rouge du coucher du soleil se déversant à travers une brèche dans la forêt dense. Quand ils regardaient du haut des airs, ils ne voyaient rien comme un trou dans les arbres, mais il y avait toujours d’une certaine façon un espace dégagé devant eux.

Malgré leur découverte fortuite, la voix de Kimaris ne contenait ni soulagement ni joie. Au lieu de cela, elle avait été remplie à ras bord d’appréhension. Après un moment d’hésitation, Gremory grimpa sur le dos de Kimaris et avait saisi sa grande faux à la main.

« Il y a quelque chose ? » demanda Néphy.

« On dirait bien, » répondit Zagan. Il pouvait dire que Néphy avait mis toute sa force à lui serrer la main. Le village caché était autrefois la cible de l’Archidémon Marchosias, qui portait le surnom L’Aîné, et il avait également été attaqué par l’Archidémon Bifrons dans une tentative de capture de Néphy. En d’autres termes, la ville natale de Néphy était déjà impliquée avec deux Archidémons différents.

Pire encore, personne dans le groupe de Zagan ne savait ce qui s’était réellement passé. Ils n’avaient aucune idée des choses cruelles et répugnantes que les deux Archidémons avaient faites. Maintenant qu’ils étaient arrivés jusque-là, ils savaient que les choses ne se passeraient plus comme prévu. Après tout, l’influence des Archidémons aurait pu perdurer...

« Allons-y, » déclara Zagan afin d’encourager ses subordonnés. Puis, il s’avança vers la lumière. La vision qu’il avait eue une fois ses yeux ajustés à la luminosité était plutôt choquante...

« Oh, eh bien, si ce n’est pas Zagan. T’es en retard, mec. On en a eu marre d’attendre et on a déjà vidé une bouteille, mon pote. »

Pour une raison inconnue, son ami indésirable buvait effrontément de l’alcool aux côtés de deux femmes.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire