Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 2 – Chapitre 3 – Partie 7

***

Chapitre 3 : S’impliquer avec les affaires des Chevaliers Angéliques est une immense calamité !

Partie 7

Un moment plus tard...

« Argh... ! » Le cri de Chastille avait retenti dans tout le château.

« ... Qu’est-ce qu’il y a maintenant ? »

Zagan appela Chastille sans une once de compassion alors qu’il la regardait tomber à plat ventre.

« P-Pendant que je nettoyais, une grenouille a atterri sur ma tête..., » déclara Chastille.

 

 

En y regardant de plus près, il était évident qu’il y avait encore une petite grenouille sur le dessus de sa tête. Pendant qu’elle passait la serpillière sur le sol, une grenouille lui avait été jetée dessus. Et c’était maintenant le troisième en si peu de temps.

Zagan éclata de rire de façon irréfléchie lorsqu’il aperçut son expression ridicule, qui était accompagnée de ses yeux larmoyants.

« N-Ne rigollllllle pas ! N’est-ce pas différent de ce que tu as dit ? » demanda Chastille.

On dirait que c’était Foll qui l’avait fait.

« Ah, on dirait que c’est le résultat de ses tentatives de te harceler sans utiliser aucun pouvoir, hein ? » déclara Zagan.

« N’as-tu pas dit que sa fierté l’empêcherait d’avoir recours au harcèlement ? » demanda Chastille.

« Ce n’est qu’une enfant, donc c’est compréhensible, » répondit Zagan.

Dans tous les cas, c’était beaucoup plus sain que les actions d’enfance de Zagan, et il n’avait pas envie de lui en vouloir pour chaque petite chose.

Chastille se retourna alors fixement vers lui.

« ... Tu la favorises beaucoup ici, hein ? Je doute que tu poses les mains sur une enfant, mais c’est inattendu pour toi d’être si indulgent, » déclara Chastille.

« Suis-je indulgent ? » demanda Zagan.

« Tu l’es ! » s’écria Chastille.

Chastille hocha vigoureusement la tête lorsque Zagan pencha la sienne sur le côté dans la confusion. Réalisant sa propre erreur, Zagan détourna le regard en se grattant la tête.

« Quand je l’ai rencontrée pour la première fois, je ne savais pas qu’elle était une enfant et j’ai fini par la frapper de toutes mes forces. J’imagine que je me sens encore coupable à ce sujet..., » expliqua Zagan.

« Frappé, tu dis... Attends un peu. Si c’est le cas, ça veut dire qu’elle était à l’origine une ennemie, n’est-ce pas ? » demanda Chastille.

« Eh bien, oui, » répondit Zagan comme si ce n’était rien, ce qui laissa Chastille sous le choc.

« Alors pourquoi traites-tu cette enfant beaucoup mieux que moi !? Nous étions tous les deux tes ennemies au début, n’est-ce pas ? » demanda Chastille.

« Je ne t’ai pas vraiment fait de mal ou quoi que ce soit du genre. Et je ne suis pas du genre à prendre plaisir à frapper une dame, » déclara Zagan.

« D-Dame... ? » s’exclama Chastille.

Pour une raison inconnue, la réponse de Zagan fit virer le visage de Chastille au rouge vif.

« Argh, a-alors dans ce cas, frappe-moi aussi. Je déteste être maltraité, mais je vais le supporter juste pour cette fois ! » déclara Chastille.

« ... Qu’est-ce que c’est que ça ? Ne me dis pas que tu aimes ça... ! » s’exclama Zagan.

« T-Tu te trompe ! Je veux juste dire par là que je veux aussi être correctement..., » commença Chastille.

Qu’est-ce qu’elle voulait en vérité ? Chastille était devenue rouge vif et hésitait à parler davantage.

Et tandis qu’il regardait cette fille, Zagan avait sincèrement eu pitié d’elle. La vie privée de cette fille est vraiment en pagaille, hein... ?

Cela pouvait aussi être attribué aux farces de Foll, mais après avoir eu ouvert la bouche, elle s’était mise à mordiller ses lèvres, en bégayant de temps en temps tout en étant pendant tout ce temps au bord des larmes.

Zagan ne pouvait pas vraiment critiquer son incapacité à former des mots, étant donné la situation. De plus, comme un seau a été renversé près de Chastille, il y avait de l’eau sale partout. Et parce que de telles choses s’étaient produites à plusieurs reprises, l’endroit était maintenant plus sale qu’avant qu’elle ne vienne pour commencer à nettoyer.

Quand elle avait affronté Zagan en tant que Chevalier Angélique, elle avait beaucoup plus de dignité. Cependant, en même temps, son état lamentable était également un soulagement.

Si elle était comme ça, alors Foll ne penserait probablement pas sérieusement à la tuer.

À peu près à la même époque, après avoir fait de telles farces à plusieurs reprises, Zagan soupçonnait Foll d’avoir commencé à avoir des doutes sur sa haine. En fait, elle semblait même éprouver le besoin d’être plus amicale avec la porteuse d’Épée Sacrée.

Par un coup de chance, il semble que Foll ait rencontré la seule personne qui pouvait la faire renoncer à sa quête de vengeance. Et tout en pensant cela, Zagan avait fait un grognement en laissant sortir un « Hmph ».

« Je ne comprends pas vraiment, mais as-tu récupéré un peu de ton énergie ? » demanda Zagan.

« Eh, ah... Tu t’inquiétais pour moi ? » demanda Chastille.

S’il ne l’était pas, il n’aurait pas fait tout son possible pour que Barbatos la surveille. Cependant, Zagan n’avait pas la personnalité pour le dire honnêtement à haute voix, et il sentait qu’il n’en avait pas non plus besoin, alors il avait simplement haussé les épaules.

« Qui sait ? » déclara Zagan, en évitant sa question. Puis, il la regarda d’un air aiguisé et continua : « Plus important encore, pense à la façon dont tu vas t’y prendre avec celui qui t’a empoisonnée. Tu as au moins une idée, non ? »

« Euh, c’est..., » le visage de Chastille s’était instantanément durci. Et comme si sa main droite cherchait quelque chose, elle se serrait et se desserrait sans cesse.

Ce geste avait permis à Zagan de pointer son regard sur le dos de Chastille. Elle ne porte pas son Épée Sacrée, hein ?

Zagan n’avait pas l’intention de lui faire du mal, mais pour un Chevalier Angélique comme Chastille, c’était un territoire hostile. Foll lui avait même ouvertement fait part de son hostilité, et c’était donc un mauvais plan de se séparer de ses meilleurs moyens de se protéger. Le fait qu’elle ait quand même mis de côté son Épée Sacrée était de mauvais augure...

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, sa frustration était peut-être profondément enracinée, hein ?

Un porteur d’Épée Sacrée s’était séparé de son Épée Sacrée. Cela n’était possible que s’il n’avait plus la volonté de l’exercer. Après tout, même si l’on s’emparait d’une Épée Sacrée, il était impossible d’abattre des sorciers ou des Chevaliers Angéliques avec des idéaux boiteux.

Zagan avait déplacé son regard vers le bout du couloir. Et là-bas, Foll regardait l’état des choses d’un regard fixe.

Je suppose que je vais lui dire de se retenir un peu, hein ? Il n’avait pas l’intention de laisser Chastille rester pour toujours, mais cela dit, il n’allait pas simplement la jeter dehors dans son état actuel. Si elle avait besoin de plus de temps pour se remettre sur pied, il avait au moins l’intention d’attendre.

Et par la suite, les farces de Foll, dont la gravité s’était allégée, n’avaient fait qu’augmenter en fréquence. En un rien de temps, le cri de Chastille qui résonnait à travers le château devint un phénomène quotidien.

À sa façon, ça pourrait prouver qu’elles s’entendaient bien.

Mis à part les moyens, on aurait dit qu’une forme de communication entre Foll et Chastille était née. Et comme cela avait continué pendant plusieurs jours, un certain soir...

« Maître Zagan, c’est sérieux. Foll a disparu ! » Les cris désespérés de Néphy résonnaient dans tout le château, anéantissant tout sentiment de bien-être parmi ses habitants.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre! Je pari que Foll est aller au château de l'ancien archidemon

  2. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire