Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 11 – Chapitre 1 – Partie 6

Bannière de Le Dilemme d'un Archidémon ***

Chapitre 1 : Parfois, les individus de l’intérieur et de l’extérieur sont désespérément incapables de se regarder dans les yeux

Partie 6

Cette fille est heureuse à propos des choses des plus étranges…

La fille adoptive de Zagan, Foll, était similaire à cet égard.

Maintenant que j’y pense, elle s’entend bien avec Foll, n’est-ce pas ?

Y avait-il quelque chose qui les reliait, peut-être ? Mettant cette pensée de côté, Nephteros décida de préciser ses pensées et de la féliciter comme une forme d’excuse pour ce qu’elle avait dit plus tôt.

« C’est vrai, la tête que vous faisiez à l’instant en est un bon exemple. En général, votre affection est assez difficile à comprendre. Même si vous traitez les autres avec gentillesse, cela peut sembler quelque peu trompeur. Cette partie de vous est exactement comme lui. »

Après avoir dit cela, elle commença à douter que sa déclaration soit réellement un éloge, mais Alshiera ne semblait pas être offensée. Elle passait fièrement son doigt dans ses cheveux dorés tout en jetant des regards à Nephteros comme si elle en demandait plus. Cette réaction avait également fait penser à Nephteros à la fille adoptive de Zagan.

« Cependant, je crois que le Roi aux yeux d’argent est assez facile à comprendre. »

« Vous voulez dire récemment, non ? Il était très différent la première fois que je l’ai rencontré… »

Récemment, il avait appris à exprimer ses sentiments honnêtes pour Néphy et à parler aux autres sorciers sans provoquer de malentendus. Mais quand Néphy l’avait rencontré pour la première fois, ses capacités de conversation étaient exécrables. Dans un sens, son majordome Raphaël était plus facile à comprendre.

Et maintenant qu’elles avaient abordé ce sujet, même Alshiera avait pris une expression maussade.

« Je n’essaie pas d’être aussi difficile à comprendre… »

« Vraiment ? Vous étiez vous-même assez étrange lors de notre première rencontre, pour votre gouverne. J’ai eu l’impression que vous vous précipitiez pour attaquer. »

Lorsqu’un certain accident avait transformé Zagan en enfant, il s’était rendu dans la cité sous-marine pour chercher une solution. À ce moment-là, Alshiera s’était approchée du petit Zagan et avait fait mine de vouloir lui sucer le sang. À cause de cela, elle avait fini par se disputer avec une Foll adulte. C’était il y a seulement 4 mois, mais ça semblait être une éternité. C’était même un peu nostalgique.

Alshiera avait souri d’un air dubitatif alors qu’elle déclara. « Oh, mon dieu, peut-être que j’avais vraiment l’intention de l’attaquer à l’époque… »

La petite vampire avait jeté une autre sucrerie dans sa bouche. Il semblerait que sa méfiance de tout à l’heure se soit dissipée et qu’elle soit de nouveau de bonne humeur.

Et toujours un peu nostalgique, Nephteros répondit. « Hm ? En vérité, n’étiez-vous pas si heureuse que vous aviez soudainement envie de le tenir dans vos bras ? »

Au début, Zagan avait souvent fait preuve d’une telle attitude à l’égard de Néphy.

« Hgk - Hak ! Ack ! »

« Allez-vous bien ? »

Alshiera avait eu une splendide quinte de toux alors que Nephteros se précipitait, agitée, vers elle et lui frottait le dos. Les morts-vivants n’avaient pas de cœur qui battait ou n’avait pas besoin de respirer, donc Alshiera avait dû être secouée par sa déclaration. Il y avait même des larmes au coin de ses yeux. Nephteros voulait seulement évoquer le bon vieux temps, mais il semblerait qu’elle ait accidentellement touché le point sensible.

 

 

« D-Désolée. Je ne pensais pas que vous seriez si surprise… »

« Non, c’est bon… »

Alshiera releva la tête et brossa ses cheveux en arrière tandis qu’elle reprenait son sang-froid. Elle fixa ensuite Nephteros d’un air de reproche, le mettant sur ses gardes.

Je suppose que celui-là l’a mise en colère…

Ce n’était pas suffisant pour geler l’air comme avant, mais cela ne l’aurait pas choquée d’apprendre qu’elle avait ruiné l’humeur d’Alshiera. Et après s’être crispé… Nephteros s’était sentie plutôt déçue.

« Hm… ? »

Elle pensait qu’Alshiera allait lui lancer de dures insultes, mais rien n’était sorti de sa bouche. Ses yeux montraient un désir de se plaindre, mais sa bouche restait ouverte comme si elle était devenue muette. D’un certain point de vue, c’était comme si elle avait reçu un choc et que son cœur ne pouvait pas suivre.

« … »

« Umm... ? Qu’est-ce qui ne va pas ? »

L’avait-elle encore offensée ? Il n’en avait pas l’air, mais quelque chose dans le comportement d’Alshiera semblait étrange. Nephteros pencha la tête quand Alshiera serra soudainement sa poupée en peluche et pencha la tête.

Après un petit moment, elle retrouva finalement sa voix et marmonna. « Oui… C’est exactement comme vous le dites. »

« Que voulez-vous dire ? »

« … Je voulais le serrer dans mes bras. Même si je savais que je n’avais pas le droit, je ne pouvais pas le supporter, » déclara Alshiera d’une voix étouffée, comme si elle se repentait.

« Vous n’aviez pas le droit… ? »

Zagan était certainement surpris à l’époque, mais ce n’était pas quelque chose qu’il s’obstinerait à rejeter.

Alshiera ne semblait pas prêter attention à la perplexité de Nephteros et poursuivait son soliloque en disant. « Je veux dire, le Roi aux yeux d’argent ressemblait exactement à l’enfant que j’ai connu… C’était si nostalgique, si incroyable… C’est peut-être risible pour un mort-vivant comme moi de dire cela, mais c’était un miracle… »

Quels sentiments se cachaient derrière ces mots ? La façon dont elle tenait sa poupée en peluche et courbait son dos rappelait à Nephteros un enfant perdu livré à lui-même. Ou peut-être était-il plus juste de dire qu’elle ressemblait à une fille portant le fardeau d’avoir détruit un pays ou quelque chose comme ça. Elle avait l’air si impuissante, comme si elle allait fondre en larmes à tout moment.

Je me demande ce qui s’est passé entre elle et le Roi aux yeux d’argent… ? Nephteros ne pouvait même pas commencer à l’imaginer, étant donné que cela ne faisait même pas un an qu’elle était née. Elle avait été créée comme une copie de Néphélia, un jouet pour l’Archidémon Bifrons. Si elle n’avait pas fini par trouver une amie en Chastille, elle se serait effondrée depuis longtemps.

Le comportement d’Alshiera lui rappelait comment elle avait agi lorsqu’il n’y avait pas de salut en vue. Non, Alshiera semblait encore plus fragile que cela, comme si elle marchait toute seule sur un chemin bien plus sombre. Cela faisait croire à Nephteros que l’attitude désinvolte habituelle de la jeune fille était une coquille pour se maintenir désespérément au milieu de l’enfer dans lequel elle vivait.

Cette fille avait vécu dans l’isolement pendant un millier d’années, et avait aussi probablement passé son temps avant cela à souffrir énormément. Nephteros ne pensait rien de ce qu’elle disait, mais elle avait fini par créer une fissure dans la coquille protectrice de cette fille.

« … »

Elle ne savait pas quoi dire. La seule chose dont elle était capable était de tenir la petite vampire en face d’elle dans ses bras. C’est pourquoi elle ne pouvait pas demander. Elle ne pouvait pas poser la vraie question à laquelle elle espérait obtenir une réponse. À propos de la fois où ils s’étaient rencontrés dans la ville sous-marine.

Hey, vous parliez de moi à l’époque ?

« Alors je vous dis adieu, mon cher Roi aux yeux d’argent, et — Azazel. »

C’était le nom de l’ennemi que cette fille avait consacré le reste de sa vie à combattre. C’était le secret que Zagan recherchait. Et, selon toute vraisemblance, c’était quelque chose de terriblement mauvais. Nephteros se demandait si elle n’était pas impliquée d’une manière ou d’une autre dans cette affaire… et si c’était la raison pour laquelle cette fille restait à ses côtés. Elle voulait presser Alshiera pour obtenir des réponses, mais après l’avoir vue comme ça, elle ne pouvait rien dire.

Le temps s’était écoulé dans un silence complet, et avant qu’ils ne s’en rendent compte, on frappa à la porte.

« Entrez, » dit Alshiera en levant la tête.

« Est-ce que ça dépend de vous ? »

La façon dont Alshiera s’était comportée comme si c’était sa propre chambre avait laissé Nephteros étonnée. Il semblerait qu’elle avait réussi à se calmer.

Une jeune femme était entrée dans le bureau, accompagnée d’un jeune chevalier angélique. Elle avait des yeux vaillants et écarlates et des cheveux de la même couleur attachés par un ornement de cheveux en forme de papillon. Elle portait les vêtements d’un évêque et avait une épée suspendue à sa taille.

C’était Chastille, l’un des douze Archanges et le chef de cette église. L’autre chevalier angélique était un jeune homme nommé Richard. Il servait actuellement comme garde privé de l’évêque, il portait donc son Armure Sacrée.

Ils étaient les deux seuls à entrer, mais Nephteros reporta son attention sur les pieds de Chastille. Il ne s’était pas montré pendant qu’elle travaillait, mais ce sorcier lugubre se cachait sûrement dans les ombres qui s’étendaient sous elle.

En apercevant Nephteros, Richard sourit et dit. « C’est donc ici que vous étiez, Lady Nephteros… Oh, et Mlle Alshiera, aussi. »

« Pardonnez l’intrusion, » répondit Alshiera avec un sourire nonchalant.

Ah bon…

Voir Alshiera ne pas agir de manière désinvolte avait jeté Nephteros dans une boucle. Après s’être calmée, elle se leva pour se remettre au travail quand quelque chose tira sur sa robe. Alshiera s’était agrippée à sa manche tout en gardant son regard détourné.

Elle murmura ensuite d’une voix très calme. « S’il vous plaît, gardez ce que vous venez d’entendre secret. »

« … Bien sûr. »

En les voyant ainsi, Richard esquissa un sourire et déclara : « Je vois que vous vous entendez bien maintenant. »

« Oui, bien sûr. En fait, nous sommes en termes assez amicaux pour qu’elle dise qu’elle est d’accord pour que je suce son sang. »

« Du sang… ? »

La phrase inquiétante avait fait baisser la main de Richard sur l’épée à sa taille. Voyant cela, Chastille l’avait arrêté comme si ce n’était pas grave.

« C’est juste l’humour de Mlle Alshiera. Elle ne veut pas dire du mal, alors n’y prêtez pas attention, Richard. »

C’était déjà les heures de bureau, donc Chastille était en mode travail. En tant que telle, elle traita le comportement trompeur d’Alshiera avec familiarité. Pendant ce temps, Richard hésitait encore, se demandant si c’était vraiment bien de baisser sa garde.

« … C’est donc ça ? »

« Elle voulait probablement dire “nous sommes assez amicales pour ne pas nous mettre en colère pour de telles blagues”. »

« … Je suis surpris que vous ayez déduit cela de ce qui a été dit. »

« Je connais Zagan et le seigneur Raphaël depuis assez longtemps pour comprendre ça. Vous devriez vous-même vous y habituer. »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire