La lignée de sang – Tome 1 – Chapitre 3

***

Chapitre 3 : Les deux individus de sang royal

***

Chapitre 3 : Les deux individus de sang royal

Partie 1

« Une occasion s’est présentée, » déclara Jubilia. « Un incident a semé le chaos dans tout le palais, et tous les officiers supérieurs se réunissent dans la salle de réunion. Dans l’état actuel des choses, je peux vous guider vers le Souverain. »

Saya acquiesça. Jubilia cherchait une occasion d’accéder à sa demande de rencontrer Kyou depuis tout ce temps.

« Par ici. »

Elle suivit tranquillement le chevalier à travers le palais. Comme l’avait dit Jubilia, il y avait beaucoup moins de monde que d’habitude. Elles avaient continué à marcher pendant un moment sans rencontrer une seule âme. Après avoir monté un escalier complexe, elles arrivèrent à une porte décorée de façon impressionnante.

« À l’intérieur se trouve l’un des salons du Seigneur Kyou. »

Les soldats qui montaient la garde à côté de la porte regardèrent Jubilia et Saya, puis ils leur firent un signe de tête silencieux.

« J’ai conclu un accord avec eux. Les gardes royaux ne sont pas un groupe monolithique, » déclara Jubilia.

« Que voulez-vous dire ? » demanda Saya.

« Parlons après être entrées, » déclara Jubilia.

Jubilia avait ouvert la porte, révélant un escalier recouvert de tapis violet. Elles avaient commencé à monter l’escalier pendant que Jubilia parlait.

« Les gardes sont des soldats nommés directement par le Souverain. Ils sont bien conscients du désir du Seigneur Kyou de rencontrer sa sœur aînée, donc passer par eux a été simple. La raison pour laquelle nous avons dû attendre jusqu’à aujourd’hui est que les subordonnés du président Gratos protégeaient le passage menant ici. Cependant, ils ne sont pas présents aujourd’hui. Quelque chose de terrible a dû se produire, » expliqua Jubilia.

« Qu’est-ce que c’était ? » demanda Saya.

« Je n’ai pas encore été informée. Il semble qu’il y ait eu une sorte d’insurrection, mais les informations à ce sujet sont en train d’être supprimées, » déclara Jubilia.

Saya était curieuse de savoir ce qu’était exactement une insurrection, mais il y avait quelque chose de bien plus important pour elle en ce moment. Elle devrait demander à Kyou de lui parler de ça.

« Nous ne pouvons pas rester ici longtemps, mais nous devrions avoir assez de temps pour que vous puissiez parler un peu avec le Souverain, » déclara Jubilia.

Une autre porte les attendait en haut de l’escalier. Des gardes étaient également postés à l’extérieur de celle-ci. Combien de portes avaient-ils dû placer avant d’être satisfaits ? Que devaient-elles exactement garder scellé si profondément dans ce bâtiment ?

« Voici Lady Saya. »

Le garde avait fait un signe de tête à Jubilia. « Vous pouvez entrer. »

« C’est notre chère sœur ! »

Kyou s’était levé d’un bond dès qu’il avait vu Saya. Ses cheveux blonds, immaculés et bien coiffés, se balançaient dans les airs derrière lui. Ses yeux dorés étincelaient. C’était comme s’il n’y avait pas une seule chose triste en ce monde.

« Vous êtes venues pour jouer ! Ivara, préparez du thé. »

La jeune fille appelée Ivara avait fait un salut élégant avant de sortir par une porte plus loin dans la pièce. C’était une fille de noble choisie pour être la servante du roi en raison de son immense beauté. Mais sa peau de porcelaine lui donnait presque l’air d’une poupée plutôt que d’un être humain. Peut-être était-ce dû à ses cheveux parfaitement peignés et à l’uniforme qui couvrait tout son corps.

« Bonjour, Kyou. »

« Venez vous asseoir ici. »

Kyou avait pris la main de Saya alors que ses pas semblaient bondissants. Sa main était douce, comme la sienne. C’était son petit frère.

« Je suis venue parce que j’ai quelque chose à vous demander, » déclara Saya.

« Nous parlerons de tout ce que vous souhaitez savoir, » répondit-il.

Ses yeux dorés l’avaient percée, ce qui avait poussé Saya à détourner son regard. Pour une raison inconnue, elle s’était sentie un peu coupable.

« Je ne sais pas ce que je suis, » déclara Saya.

« C’est logique. Nous avions entendu dire que vous étiez clouée au lit quelque part pendant tout ce temps, » déclara Kyou.

Saya avait fait un signe de tête ambigu. Kyou semblait vraiment de très bonne humeur.

« Vous êtes notre sœur aînée. Ainsi, vous êtes celle qui possède les qualifications pour être le Souverain, » déclara Kyou.

« Qu’est-ce que le Souverain ? » demanda Saya.

Jubilia lui avait déjà appris cela, mais Saya voulait savoir ce que ce garçon lui-même en pensait. Sa réponse était cependant beaucoup trop simple.

« Hein ? Le Souverain est le Souverain. Le roi. Celui qui règne sur la terre d’Agartha, » répondit Kyou.

« Pourquoi ? Qui a décidé cela ? » demanda Saya.

« Qui… ? Hmm… Peut-être l’Intelligence ? » répondit Kyou en penchant la tête sur le côté.

C’était comme s’il n’avait jamais essayé de l’imaginer par lui-même. Sa servante, Ivara, était arrivée avec un plateau de thé et l’avait posé entre Kyou et Saya.

« Les feuilles de thé viennent de Leshva, » déclara Ivara, non pas que Saya connaisse quoi que ce soit au thé.

Saya avait pris une gorgée alors qu’un doux arôme lui remplissait le nez. L’odeur était extrêmement familière — c’était la même que celle du thé qu’elle avait bu dans le Jardin Interdit.

« J’ai l’impression d’avoir déjà goûté cela, » déclara Saya.

« Leshva abrite des champs réservés à l’usage exclusif des membres de la royauté, » répondit Ivara. Sa voix était plutôt épineuse pour une raison inconnue.

« Ils ont aussi dû vous les livrer, ma sœur, » déclara Kyou.

Saya avait fait un signe de tête, puis elle était revenue au premier sujet. Elle n’était pas venue jusqu’ici juste pour parler de thé.

« Le Souverain possède le Sang du Souverain et l’Intelligence lui a enseigné comment fabriquer l’Amrita. Il y a le Sang du Souverain dans l’Amrita. Est-ce exact ? » demanda Saya.

« Oui. Sans le Sang du Souverain dont Nous avons hérité, l’Amrita ne peut être faite. Si Nous mourrions, vous hériteriez sûrement du Sang du Souverain. Nous sommes après tout les deux seuls membres de la royauté en ce monde, » déclara Kyou.

« Les deux seuls ? » demanda Saya.

« La lignée du Souverain s’est éteinte dans le chaos il y a longtemps, après que l’Intelligence ait quitté notre monde. Nous avons été les deux seuls à survivre. Bien que nous soyons tous les deux trop jeunes pour nous en souvenir, » expliqua Kyou.

« Je ne me souviens pas beaucoup de ma vie avant le Jardin Interdit, » déclara Saya.

Elle avait répété les mêmes jours interminables dans le Jardin, dépassant de loin la vie des roturiers. Pendant ce temps, Saya avait complètement oublié ce qu’elle était. Non, jusqu’à récemment, elle n’avait vraiment rien été. Ce cycle de jours stagnants sans fin, scellée dans une cage à oiseaux, était tout ce qu’il y avait eu dans sa vie. Celui qui avait brisé ce cycle était le garçon qui était tombé à travers le plafond de verre.

Pour Saya, Nagi lui-même était son avenir. Mais à l’heure actuelle, elle était de nouveau enfermée dans une cage, une prison remplie du riche parfum du thé.

« Nous ne savions non plus rien de votre existence, ma sœur. Tout le monde vous cachait de nous. Mais un jour, quelqu’un l’a laissé échapper, » déclara-t-il.

« Qui ? » demanda Saya.

« C’était Lernaean. Il ne voulait pas, mais nous n’avons pas laissé passer cela, » déclara Kyou.

Kyou s’était gonflé de fierté, mais l’instinct de Saya lui avait dit que ce n’était pas du tout le cas. Il ne l’avait pas laissé échapper par erreur, Lernaean l’avait dit exprès pour s’assurer que Saya serait amenée ici. Sa conviction qu’il était le cerveau de tout cela s’était renforcée.

« Nous avons fait pression sur Lernaean pour obtenir des réponses et avons appris votre existence. Nous voulions vous rencontrer, mais Gratos ne l’a pas permis. Il a dit que vous étiez alitée dans le jardin interdit, donc nous ne pouvions pas vous voir, » déclara-t-il.

Gratos s’était donc opposé à cette idée. Lernaean et Gratos étaient apparemment en désaccord sur la façon de traiter Saya.

« Cependant, un ruffian est entré dans le Jardin et vous a kidnappé, et Lernaean vous a ramené ici, » continua-t-il.

Saya grimaça instinctivement face au mot « ruffian ». Kyou avait mal interprété sa réaction.

« Toutes nos excuses, ma sœur. Nous avons appris que vous étiez en sécurité, mais vous avez dû être terrifiée, » déclara Kyou.

« Non, ce n’est pas le cas, » déclara Saya.

« D’ailleurs, qu’est-il arrivé au ruffian ? » murmura Kyou. « Une simple exécution ne suffirait pas pour le crime d’avoir effrayé notre chère sœur. Nous devons lui infliger le plus de douleur possible avant de lui infliger une mort atroce. Ces sales roturiers sont vraiment répugnants. »

« Ne les traitez pas de roturiers dégoûtants, » déclara spontanément Saya sur un ton fort.

Les yeux de Kyou s’étaient écarquillés jusqu’à atteindre la taille de soucoupes, et ceux d’Ivara s’étaient rétrécis. La loyale servante n’était apparemment pas habituée à ce que son seigneur subissait des reproches de la sorte.

« Vous êtes très gentille, ma sœur, » déclara Kyou.

« Les roturiers ne sont-ils pas votre peuple ? » demanda Saya.

« Précisément. Un roi doit protéger ces mauviettes. C’est le devoir du Souverain, » déclara Kyou.

Il n’y avait aucune malice dans son ton. Saya n’avait pas pu comprendre exactement ce que Kyou pensait des roturiers. C’est pourquoi Saya avait évoqué exactement ce qu’elle pensait.

« Et les Crestfolk ? » demanda Saya.

« Lady Saya ! » Jubilia intervint, mais elle n’arriva pas à temps.

« Comment osez-vous ? » cria Ivara.

Il était impardonnable de mentionner ce nom détestable devant le Souverain. Saya ne savait pas qu’elle serait punie de mort si elle n’avait pas sa position particulière. Contrairement à ceux qui paniquaient autour d’eux, Kyou lui-même ne faisait qu’incliner la tête. Il ne savait pas. Le Souverain n’avait aucune idée de l’existence même des Crestfolk.

Soudain, Saya avait réalisé que ce roi ne savait à peu près rien du monde qu’il dirigeait. Mettant de côté son découragement, elle avait continué à poser ses questions. Il devait y avoir quelque chose que Kyou savait.

« Kyou, pouvez-vous utiliser un calibre de sang ? » demanda Saya.

Une veine s’était ouverte sur le front d’Ivara à la question extrêmement grossière de Saya, mais Saya avait cessé de faire attention à elle depuis. Elle avait le droit de demander, donc elle allait demander tout ce qu’elle pouvait.

« Non. Les membres de la famille royale ne possèdent pas de calibres de sang, » répondit Kyou.

« Vraiment ? » demanda Saya.

Saya avait trouvé cela inattendu et avait jeté un coup d’œil à Jubilia.

« Je ne sais pas, » répondit Jubilia en secouant la tête. « Ce genre de question dépasse mon statut. »

Saya croyait secrètement que son calibre de sang était ce qui avait tué le garde du Jardin Interdit quand elle était avec Nagi. Mais s’était-elle trompée ? Le simple fait de se souvenir de ce moment était chaotique et lui serrait le cœur. Elle ne pouvait pas y penser avec la tête froide.

« Il n’est absolument pas nécessaire que les membres de la royauté se battent. C’est notre rôle de gouverner dès notre naissance. Si les nobles possèdent une lame, c’est parce qu’il est de leur devoir de protéger le Souverain, » déclara Kyou, en laissant échapper un petit rire. « Sans cela, ce serait comme insinuer qu’aucun de nous n’est encore adulte, n’est-ce pas ? »

***

Partie 2

Kyou plaisantait apparemment, mais ses paroles avaient laissé une impression étrangement forte sur Saya. Kyou ne savait rien. Il était comme un enfant. Jubilia avait dit que l’apparence d’un noble reflétait la maturité de son esprit. La figure enfantine de Kyou le faisait certainement, tout comme celle de Saya.

« Seuls nous deux sommes nés pour diriger ce monde. Ainsi, si nous nous marions, nous régnerons sur ce monde pour l’éternité, » déclara Kyou.

Ses paroles étaient infiniment innocentes.

« Umm, qu’entendez-vous par “mariage” ? » demanda Saya.

« Se marier. Vous, et nous, » répondit Kyou.

Maintenant qu’il l’avait mentionné, elle se souvenait qu’il avait déjà dit quelque chose de similaire.

« Cependant, j’ai l’impression que c’est un peu étrange. Qu’en penses-tu, Jubilia ? » demanda Saya.

« Avec tout le respect que je vous dois, les roturiers et les nobles évitent de se marier entre frères et sœurs, » répondit Jubilia.

Kyou avait jeté un regard furieux sur Jubilia. « C’est sûrement à cause des effets qu’elle peut avoir sur les enfants. Nous n’avons pas besoin d’avoir des enfants. Même sans Amrita, la royauté vit pour toujours. »

« Cher chevalier, les pensées de mon seigneur sont insondables. Elles ne peuvent pas être pesées par les normes des autres, » déclara Ivara à Jubilia.

« Pardonnez mon impolitesse, » déclara Jubilia.

« Ce n’est pas une chose pour laquelle on peut simplement s’excuser. »

Jubilia s’était mise à transpirer. Le statut d’Ivara était probablement plus élevé que le sien. Saya avait commis une erreur en lui confiant imprudemment le sujet.

« Merci pour le thé, » déclara Saya, obligeant à changer de sujet en se levant. Elle venait en tout cas de finir sa tasse.

« Vous partez déjà ? » demanda Kyou.

« Je ne peux pas rester ici trop longtemps. Ce serait ennuyeux si Gratos ou un autre individu le découvrait, n’est-ce pas ? » demanda Saya.

« Cette canaille… Il est si fatigant. S’il vous plaît, revenez nous voir, notre sœur, » déclara Kyou.

« Si l’occasion se présente, » répondit Saya.

« Nous allons certainement préparer une autre occasion de ce type, » déclara Kyou, puis il avait demandé avec hésitation. « Comment était le thé ? »

Après un moment d’hésitation, Saya avait répondu. « C’était une saveur nostalgique. »

Sur ce, elle s’était excusée et avait quitté la chambre de Kyou. En arrivant dans sa propre chambre, elle avait trouvé quelqu’un à l’intérieur : Lernaean.

« Je vous attendais. »

Comme toujours, cet homme aux cheveux bien coiffé et au corps volumineux dégageait une présence royale, mais terrifiante. Il était l’incarnation même d’un noble. Son aura était si puissante que la chambre de Saya semblait être un endroit complètement différent.

« Jubilia, le lui as-tu dit ? » demanda-t-il.

« Lord Lernaean a aidé à entrer en contact avec les gardes royaux, » déclara Jubilia.

« C’est logique. Tu es la subordonnée de cet homme, » déclara Saya.

C’était de Jubilia qu’ils parlaient. Elle était sérieuse quant au respect de l’ordre hiérarchique. Bien sûr, elle aurait tout signalé à Lernaean. C’était parfaitement évident maintenant que Saya y pensait, mais elle était un peu déçue. Elle avait commencé à prendre goût à ce chevalier sérieux, mais la femme n’était toujours pas son alliée. Après avoir été fusillée du regard par Saya, Jubilia avait regardé le sol.

« Comment était-ce ? » demanda Lernaean.

Saya n’avait pas envie de lui répondre honnêtement. Elle avait simplement décidé de parler de la partie la plus insignifiante de sa conversation avec Kyou.

« Il m’a demandée en mariage, » déclara Saya.

« Quel enfant stupide ! Je peux comprendre qu’il maintienne encore une forme aussi infantile. Mais Gratos et les autres disent que c’est une circonstance particulière d’être le Souverain. » Le choix des mots de Lernaean était si précis qu’on ne croirait pas qu’il parlait de son souverain. « Ne ressentez-vous pas la même chose ? » demanda-t-il.

« C’est vrai, » répondit Saya. Elle était en fait tout à fait d’accord. C’était sûrement intentionnel de sa part. « Alors, que voulez-vous ? »

« N’y a-t-il pas quelque chose que vous aimeriez me dire ? » demanda-t-il.

Il y en avait certainement. Il était maintenant clair, après avoir parlé avec Kyou, que cet homme était celui qui avait comploté pour l’amener ici. C’est pourquoi elle devait le lui demander directement.

« Que comptez-vous me faire faire en m’amenant ici ? » demanda Saya.

« C’est précisément la raison pour laquelle je suis ici. J’ai une requête à vous adresser, Lady Saya. Mais avant cela, j’aimerais entendre votre plus grand souhait, » déclara-t-il.

« Mon souhait ? » demanda Saya.

« Considérez cela comme nos conditions d’accord. En échange de l’acceptation de ma demande, je vous accorderai un souhait. Ce n’est pas une mauvaise affaire, n’est-ce pas ? » demanda Lernaean.

Malgré le raffinement de sa voix, Saya avait pu sentir le risque qu’il y avait à accepter sa proposition. Elle ne pouvait pas conclure un accord avec cet homme, c’est ce qu’elle croyait. Pourtant, elle se sentait obligée de parler quand même.

« Je veux quitter cet endroit. Et je veux que vous me laissiez tranquille, » déclara Saya.

« Alors, allez-vous vivre avec ce garçon ? » demanda Lernaean.

Lernaean avait complètement vu à travers elle. Les joues de Saya s’enflammèrent de honte.

« Très bien. Il est bien meilleur que ce garçon qui se dit roi. S’il est encore en vie, bien sûr, » déclara Lernaean.

« Que voulez-vous dire ? » demanda Saya.

« Il semble qu’il y ait eu une attaque à la prison de Ronadyphe. Les informations sur ceux qui ont perpétré l’attaque sont chaotiques. Certains disent que c’était les Corrompus… c’est-à-dire les Crestfolk. D’autres disent que c’était Cobalt. Les attaquants ont finalement gagné, mais il y a eu de lourdes pertes des deux côtés. Il ne serait pas étrange qu’un garçon excité soit parmi eux, vous ne trouvez pas ? » lui déclara Lernaean avec un doux sourire.

« Nagi ne peut pas mourir, » répondit Saya, s’appuyant sur ses sentiments sans une once de raisonnement.

« Tout le monde peut mourir. Même nous, les nobles. Il n’est pas déterminé qu’il est mort. La probabilité est en fait assez faible. Presque tous les morts de leur côté étaient après tout apparemment des Crestfolk. » Bien qu’il ait dit que l’information était un gâchis, Lernaean avait parlé comme s’il l’avait vu lui-même. « J’exaucerai votre souhait. Mais d’abord, j’aimerais que vous répondiez à ma demande. »

Saya retenait son souffle, se demandant quel genre de demande il allait lui faire. Et ce qui est arrivé est quelque chose qu’elle ne pouvait pas du tout attendre.

« Je veux que vous sauviez ce monde, » déclara Lernaean.

« Hein ? »

« Vous auriez dû constater par vous-même l’état désastreux de ce monde. Les nobles dégénérés, les roturiers opprimés et les Crestfolk dont l’existence même est niée. » Lernaean avait plissé ses sourcils bien dessinés. Ses yeux reflétaient une profonde tristesse. « Les nobles ont oublié leurs obligations et condamnent les roturiers. Les roturiers prennent ce ressentiment et le retournent contre les Crestfolk, qui sont indignes d’eux… Qui, selon vous, est à l’origine de cette chaîne de haine ? »

C’était une question rhétorique. Pour preuve, Lernaean n’avait fait qu’une brève pause avant de poursuivre d’une voix résonnante.

« C’est le Souverain, avec les membres du Congrès qui lui empruntent son autorité, les membres des Traditionalistes avec Gratos au centre. Nous, les membres de la faction de Souveraineté, nous luttons contre eux, » déclara Lernaean.

Jubilia avait dit avec inquiétude. « Lord Lernaean, les autres peuvent vous entendre. »

« Il n’y a pas d’oreilles ici. Soyez à l’aise, » lui dit-il en souriant.

« Alors, qu’attendez-vous de moi ? » demanda Saya.

« Ne pouvez-vous pas le dire ? Vous êtes le seul et unique membre de la royauté à part ce garçon. Pourquoi pensez-vous que cet enfant insensé est resté si longtemps sur le trône ? Il n’y avait personne pour le remplacer. Gratos vous a caché dans le Jardin pour pouvoir créer une telle situation. »

Saya savait maintenant pourquoi elle avait été enfermée dans ce jardin miniature.

« Mais les choses ont changé. Il y a quelqu’un qui peut le remplacer : vous. Votre existence même ébranle les fondements de la faction de Gratos. Il est possible de récupérer l’autorité qu’ils se sont appropriée. »

« Vous me dites de devenir le Souverain ? » demanda Saya.

« Si vous le souhaitez, » déclara Lernaean.

« Je ne veux pas être une reine ou quelque chose comme ça, » déclara Saya.

« C’est tout à fait normal. »

« Hein ? »

« Le Souverain n’est tenu de créer que l’Amrita. Il est étrange qu’il y ait une quelconque autorité pour accompagner cette position. Ce garçon ne possède aucune pensée pour ce monde ou ceux qui y vivent. Un système où quelqu’un comme lui est au sommet est mauvais. Vous pouvez être le Souverain. Kyou peut être le Souverain. Cela n’a pas d’importance, tant que celui qui se tient au sommet est celui qui considère vraiment l’état de ce monde. Selon les légendes, il était une fois un monde où il n’y avait pas de Souverain, » déclara Lernaean.

« Un monde sans Souverain… »

« Cela ressemble à un rêve, n’est-ce pas ? D’abord, il faut faire tomber Gratos. Ce qui m’amène au point suivant : j’ai obtenu deux armes pour ce faire, » déclara Lernaean.

« Deux ? »

« Le premier, c’est vous. Après tout, votre existence même ébranle leur fondement. C’est pourquoi je voudrais rendre votre existence publique, » déclara Lernaean.

« Comment comptez-vous le faire — non, cela peut attendre ? Quel est l’autre ? » demanda Saya.

« Cobalt. » Le nom qui était sorti des lèvres de Lernaean était inattendu. « Vous les avez vus aussi, n’est-ce pas ? Bien qu’ils soient roturiers, ils ont tué un chevalier. Quand je les ai vus se battre, une pensée m’est venue à l’esprit : je me demandais si je pouvais former un front commun avec eux. »

Lernaean avait volé Saya à la base de Cobalt. Avait-il pensé à de telles choses alors même qu’il les attaquait avec son calibre de sang ? Saya tremblait devant l’ampleur de ses plans.

« Ils étaient exactement comme je l’espérais. Ils ont entre autres réussi à capturer la prison de Ronadyphe. Le tumulte qui en a résulté a mis le palais sens dessus dessous, » continua Lernaean.

Saya ne savait pas ce qu’il y avait de si important dans la prison de Ronadyphe, mais il était évident que c’était un incident majeur et que Nagi y avait été mêlé.

Lernaean avait ri avec plaisir. « Aah, ce garçon… Nagi, c’est ça ? Il semble qu’il fasse aussi partie de Cobalt. Il est en sécurité, même maintenant. »

Qu’est-ce qui s’est passé dans cette conversation ? Lernaean agissait comme s’il savait tout. Dans quelle mesure tout cela faisait-il partie de son plan ?

Saya avait rassemblé tout son courage. « Qu’essayez-vous de me faire faire ? »

« Comme je l’ai déjà dit, je voudrais rendre votre existence publique. C’est simple. Il vous suffit de me suivre pendant un court instant. Malheureusement, ce ne sera que des banquets sans valeur et autres. »

« Est-ce tout ? » demanda Saya.

« De cette façon, nous rassemblerons de nombreux alliés. Ce sera bien, les nobles ont une vie longue et ennuyeuse. Ils sont tous affamés de stimulation. Tout le monde sera sûrement enchanté par l’arrivée soudaine d’une belle princesse. » Lernaean tendit la main. « Cobalt détruira ce pays de l’extérieur tandis que vous le détruirez de l’intérieur. Après cela, vous pourrez vivre comme bon vous semble. »

Sentant qu’elle n’avait pas d’autre choix, Saya lui avait saisi la main. Elle n’avait pas d’autre moyen de sortir d’ici. La main glacée de Lernaean avait provoqué un frisson dans son cœur.

***

Partie 3

La nuit de la conquête de la prison de Ronadyphe, Nagi n’avait pas pu avoir un instant de sommeil. Après qu’il se soit retourné dans son lit pendant un certain temps, Tess et Bandore lui avaient rendu visite.

« Nagi, j’aimerais que tu viennes avec nous, » déclara Tess. « Crow nous a dit que Dimitri allait parler, donc nous devrions amener un représentant du Crestfolk. »

« Pourquoi moi ? » avait-il demandé. Après tout, Nagi n’était pas lui-même un Crestfolk.

« Je suis assez mauvais avec ce genre de choses, et les autres sont encore pires. Tess ici présente a la confiance du chef. En plus, j’ai d’autres choses à faire, » lui avait répondu Bandore. « Tess est intelligente, mais je suis un peu anxieux de la laisser seule. Elle veut aussi t’emmener. »

« Il n’y a personne d’autre ? » demanda Nagi.

« Non. Tous les gens que nous avons amenés sont bons pour se battre, mais mauvais pour penser. De toute façon, tu es le petit frère de Keele, donc tu as un peu d’influence, non ? » demanda Bandore.

« Keele n’est-il pas exactement la bonne personne pour cela ? » demanda Nagi.

« Ce type n’est pas bon. Sa personnalité est un peu… tu sais. Il est de Cobalt, à fond, » déclara Bandore.

Bandore faisait allusion aux frictions qui commençaient à se former entre les membres originaux de Cobalt et les nouveaux membres provenant du Crestfolk.

« Mais moi aussi, » déclara Nagi.

« Tu es notre invité, » avait insisté Bandore.

« Bien. »

« Merci, Nagi. Tu es d’une grande aide, » déclara Tess.

Bandore avait fait un signe de tête. « Mon travail ici est donc terminé. Je m’en vais. »

« Où va-t-il ? » demanda Nagi une fois qu’il était parti.

« Il fait le tour des autres villages pour rassembler les guerriers. Nous savons que nous pouvons gagner maintenant, alors il devrait y avoir plus de gens qui veulent nous rejoindre, » répondit Tess.

« Je vois, » répondit Nagi.

Nagi ne pouvait rien dire d’autre. D’autres personnes allaient certainement mourir. Néanmoins, il serait impardonnable d’arrêter maintenant.

« Allons-y, Nagi. »

Les principaux membres de Cobalt — dont Crow, Senak et Keele — étaient réunis dans une salle de réunion de la prison. Dimitri était assis sur la chaise la plus éloignée.

« Nous sommes ici en tant que représentants du village de Garuga, » déclara Tess alors qu’elle et Nagi entraient dans la pièce.

« Toi ? » demanda Keele, en regardant Nagi et en hochant la tête.

« Nagi est un invité du village. Bandore l’a accepté, » déclara Tess.

« Eh bien, je suppose que ça marche bien. Les gars du village sont tous des abrutis. Tu as plus de chances de comprendre ce qu’on te dit, » déclara Keele.

Tess avait claqué sa langue en signe d’irritation.

« Tout le monde est là maintenant, alors commençons, » déclara Crow en balayant la salle du regard. « Nous avons réussi à capturer la prison. Mais ce n’est que le début. Ce combat était pour la libération du Dr Dimitri. C’est lui qui a développé le même Halahala qui a assuré notre victoire. »

« Je vous ai dit que ce truc était un échec, » déclara Dimitri.

« Ne soyez pas comme ça. En tout cas, maintenant que nous avons la coopération du Dr Dimitri, nous pouvons produire notre propre Halahala. Grâce à cela, nous pouvons nous battre sans nous soucier de notre stock, » déclara Crow.

« Qu’en est-il des ingrédients ? » demanda Nagi. C’était la raison pour laquelle Crow avait demandé l’aide de Saya au départ.

« Il n’y a plus lieu de s’en inquiéter. Nous nous sommes procuré une source fiable, » répondit Crow.

« Qu’est-ce que cela veut dire ? » demanda Nagi.

« Gardons les détails pour une date ultérieure. Pour l’instant, les informations que le Dr Dimitri nous a apportées sont prioritaires. Nous organisons cette réunion pour partager ces informations. Professeur, veuillez les informer de ce que vous m’avez dit. »

« Je me suis répété assez souvent, mais je voudrais que vous compreniez tous que ce que vous appelez le Halahala n’est rien d’autre qu’une expérience ratée. Vous m’entendez ? » déclara Dimitri.

Dimitri avait jeté un coup d’œil dans la salle alors que tout le monde lui faisait un signe de tête précipité.

« Hmm, bien. Le but de mes recherches était de découvrir les secrets de l’Amrita et du Sang du Souverain. À ce jour, on en sait bien trop peu à leur sujet. Il est clair qu’ils ont été créés il y a longtemps par l’entité connue sous le nom d’Intelligence. Cependant, nous ne comprenons toujours pas la raison qui se cache derrière tout cela, » déclara Dimitri.

« Vous voulez dire cette Intelligence ? » demanda Nagi.

Dimitri avait fait un signe de tête. « Je n’ai pas beaucoup fouillé dans les informations concernant l’Intelligence. De telles recherches appartiennent au domaine des théologiens. Mes propres recherches concernent l’Amrita, je vise à en savoir plus sur la synthèse de cette drogue de l’immortalité. » Il s’arrêta en regardant Nagi. « Vous, que savez-vous de l’Amrita ? »

Nagi lui répondit. « Elle est fabriquée à partir du sang que nous donnons pendant le Festival des Offrandes de Sang, n’est-ce pas ? »

« Exactement ! Il y a aussi un autre ingrédient important. Vous savez ce que c’est ? Alors… vous, répondez pour moi, » déclara Dimitri.

« Le Sang du Souverain, n’est-ce pas ? Vous venez vous-même de le dire, » répondit Senak après avoir été pointé du doigt.

Dimitri n’avait pas prêté une once d’attention à l’expression d’agacement de Senak et il avait simplement continué sa conférence. « Oui ! En mélangeant le sang du souverain avec du sang de roturiers et en le raffinant, l’Amrita est créé. La méthode elle-même est top secrète et n’est connue que de quelques nobles choisis. J’ai donc essayé de la reproduire. »

Les yeux du savant étaient étincelants. Il était plongé dans sa propre folie rien qu’en en parlant.

« Cependant, je n’ai pas pu mettre la main sur le Sang du Souverain. C’est pourquoi j’ai essayé toutes sortes de choses en utilisant d’abord le sang de noble comme substitut. Le résultat a été l’Halahala. Je suppose qu’on peut dire que c’est une réplique ratée de l’Amrita. En y repensant maintenant, c’était vraiment un effort inutile. Après tout, l’effet accordé par l’Amrita vient dès le départ du Sang du Souverain. »

Il y avait une grande passion dans la voix de Dimitri.

« En gros, l’Amrita est la dilution du Sang du Souverain avec du sang de roturier. Une trop grande dilution lui fera perdre son effet. C’est alors que j’ai eu une idée : il y a quelque chose que l’Intelligence a implanté dans le Sang du Souverain. Le sang de roturier agit à la fois comme solvant et comme carburant. Le fondement de la vie dans le sang du roturier réagit avec quelque chose dans le Sang du Souverain pour donner la vie au receveur lui-même. C’est ainsi que l’Amrita fonctionne. En vérité, le sang de noble peut également être utilisé pour le processus de dilution. Ils ne le font tout simplement pas parce qu’il est inutile de prendre une vie de noble pour accorder une vie de noble. »

Dimitri avait ensuite tourné son attention vers Nagi et Tess.

« Oh, vous deux là-bas, vous êtes Crestfolk, n’est-ce pas ? Je ne sais pas grand-chose sur les Crestfolk, mais on dit que leur sang ne peut pas être utilisé comme ingrédient pour l’Amrita. C’est comme s’il y avait une sorte d’impureté mélangée à l’intérieur. Contaminé est le terme approprié pour cela, » déclara Dimitri.

« Comment osez-vous ! » Tess grogna.

« Pas besoin de se mettre en colère. J’ai simplement dit la vérité. Je me demande si vous l’avez remarqué ? Pourquoi les Crestfolk ont-ils une durée de vie beaucoup plus longue que les roturiers ? Ils disent que c’est parce qu’ils ne participent pas aux offrandes de sang, mais cela ne suffit pas. Il est possible que quelque chose de similaire à l’Amrita soit à l’œuvre. C’est ce que j’entends par impureté. Dans un sens, on pourrait dire que les Crestfolk sont en fait plus proches de la royauté que les autres. Mmm ! C’est une théorie merveilleuse ! »

En fredonnant un air, Dimitri avait commencé à murmurer ses propres pensées. Nagi comprenait pourquoi cet homme avait été jeté en prison, ses idées défiaient l’essence même de leur société.

« Même les nobles ont une vie courte lorsqu’ils sont privés d’Amrita. En fait, pour parler franchement, il n’y a rien de biologiquement différent entre les nobles et les roturiers. Ce qui veut dire… bien. Les nobles ressemblent aux roturiers, alors que le Souverain ressemble au Crestfolk… Je vois, j’ai compris maintenant. »

Des gémissements s’étaient répandus dans toute la salle de réunion. Les mots que Dimitri avait déclarés comme évidents étaient radicaux pour les membres de Cobalt qui essayaient de se rebeller contre les nobles. Dimitri ne les écoutait pas du tout alors qu’il continuait.

« Eh bien, il y a beaucoup de choses sur les Crestfolk qui restent inconnues. J’ai été incapable d’obtenir des échantillons, » râlait Dimitri, puis il avait soudainement souri en jetant un coup d’œil à Tess. « Oh, c’est vrai ! Si vous me prêtez votre coopération, je suis sûr que je peux obtenir toutes sortes d’informations ! Je vous serais très reconnaissant de me fournir du sang ou un cadavre… Non, tant que nous y sommes, un corps vivant que je pourrais examiner à fond serait formidable ! »

« Certainement pas. »

« Pourquoi ? » Dimitri était découragé par son rejet.

« Professeur, » Crow le coupa, « Vous avez dévié du chemin. Reparlons de l’Amrita. »

« Hm. En fin de compte, j’ai réussi à mettre la main sur du sang de souverain en utilisant des méthodes assez extrêmes. J’ai même réussi à produire de l’Amrita. Mais j’ai été arrêté pour ça, » déclara Dimitri.

Pendant que l’homme parlait, Nagi avait réalisé quelque chose d’extrêmement important. « Pouvez-vous faire de l’Amrita ? »

« Si j’ai du Sang du Souverain, oui. J’ai même une preuve. J’ai secrètement caché l’Amrita que j’ai fabriqué avant d’être arrêté. Mais il n’y en a pas beaucoup. Cela dit, il y en a assez pour tout le monde ici… Oh, les deux Crestfolk exclus. Tous les autres pourraient devenir immortels pour un temps s’ils en consommaient. »

Nagi avait eu l’impression qu’il venait d’être frappé par cette révélation. Qu’est-ce que ce fou venait de dire ? Presque tout le monde ici pourrait devenir immortel ?

« Donc, tant que vous avez du Sang du Souverain, vous pouviez le produire en masse ? » Crow avait demandé afin de faire avancer les choses.

« Bien sûr. Mais c’est assez pénible à obtenir, juste pour que vous le sachiez. Je veux dire, j’ai été emprisonné pour ça. J’ai jeté pas mal d’argent par les fenêtres et je me suis rapproché d’un proche du Souverain, mais le Souverain lui-même ne semblait même pas savoir que les offrandes de sang existaient. Je n’ai aucune idée de la façon dont ils le lui cachent. »

« Alors comment avez-vous obtenu le Sang du Souverain ? » demanda Crow.

« J’en ai volé dans une caisse qui était apportée au palais royal pour la production de l’Amrita. »

« N’aurait-il pas été gardé par un service de sécurité très strict ? » demanda Crow.

« Bien sûr, mais il est toujours possible de trouver une ouverture. En tout cas, une occasion se présente chaque année pendant le Festival de l’offrande du sang. J’ai tout le temps du monde, alors je peux attendre la bonne occasion. Quelques décennies ne sont rien pour pouvoir avoir le bon moment, » déclara Dimitri.

« Êtes-vous un noble ? » demanda Nagi. Il avait jeté un coup d’œil aux cheveux gris de Dimitri. Il n’avait pas l’air d’un noble.

« Plus ou moins. Oh, mes cheveux ? Ma dose d’Amrita a été coupée en prison, donc je vieillis peu à peu. C’est le genre de punition que nous recevons. C’est ce qui marche le mieux contre les nobles, qui ont tendance à penser qu’ils peuvent vivre éternellement. Je pensais devenir fou. Sans la passion de mes recherches, j’aurais probablement perdu l’esprit depuis longtemps. » Dimitri avait ri, mais tous les autres dans la salle avaient l’impression qu’il était déjà fou.

Crow avait pris le relais. « Si nous sommes capables de prendre le palais royal, nous pourrons capturer le Souverain. De cette façon, nous pourrons aussi obtenir du sang du Souverain. Si tout se passe bien, nous pourrons distribuer l’Amrita que les nobles ont monopolisé à tout le monde à Agartha. »

« Je vois. C’est une excellente idée ! Mais la distribuer à tous les gens pourrait être difficile. Le Souverain va s’assécher complètement si vous faites cela, » déclara Dimitri.

« Dans ce cas, il y a aussi la possibilité de distribuer l’Amrita par rotation. Cela suffira à prolonger la durée de vie de chacun au-delà de ce qu’il a maintenant, n’est-ce pas ? » demanda Crow.

« Eh bien, selon le montant… oui. De plus, mes recherches devraient pouvoir progresser de façon spectaculaire. Je pourrais être capable de faire de l’Amrita sans compter sur le Sang du Souverain cette fois ! Non ! Je vais prouver que je peux le faire ! Même si cela prend des siècles ! » déclara Dimitri.

« L’Amrita n’agit pas sur nous, n’est-ce pas ? » demanda Tess.

« Je pourrais même faire quelque chose à ce sujet. Rien n’est impossible, sauf si cela est testé et prouvé de manière approfondie, » répondit Dimitri.

Dimitri avait parlé avec une lueur dans les yeux. Il s’imaginait déjà clairement poursuivre ses recherches avec une grande quantité de Sang du Souverain à sa disposition.

« Si nous rendons cela public, nous devrions être en mesure de trouver davantage d’alliés parmi les roturiers qui n’ont pas été coopératifs jusqu’à présent, » déclara Crow avec confiance.

Il n’a pas tort, c’est ce que pensait Nagi. L’attrait de vivre un peu plus longtemps avait suffi à motiver Nagi à se faufiler dans le Jardin. Beaucoup d’entre eux se jetteraient sûrement à l’eau si Amrita était suspendu devant eux.

Nagi s’était rappelé des visages des habitants du village de Strano. Contrairement à ce qui se passait auparavant, il pouvait voir beaucoup d’entre eux qui pourrait donner un coup de main. Et si cela arrivait dans chaque village d’Agartha… Le simple fait d’imaginer cela avait donné des frissons à Nagi.

« Comprenez-vous maintenant ? Notre prochain objectif est de sécuriser l’Amrita que le professeur a caché. Une fois que nous l’aurons, nous étendrons notre influence, » déclara Crow.

Les mots de Crow avaient résonné dans toute la salle de réunion.

***

Partie 4

Même si c’était la nuit, il faisait clair. Les nobles rassemblés ici étaient habillés jusqu’au bout des ongles et un parfum fleuri imprégnait l’air. Sur l’insistance de Lernaean, Saya visitait la résidence d’un noble influent.

« Comme toujours, la robe que vous portez aujourd’hui vous convient à merveille. »

Saya portait cette fois une robe noire de jais. Elle était taillée pour s’adapter à son corps de jeune fille. La tenue mettait splendidement en valeur ses cheveux argentés et ses yeux rouges. Quand elle s’était vue pour la première fois dans un miroir, même elle s’était sentie un peu charmée.

« Je l’ai déjà dit plusieurs fois, mais cela ne me réjouit pas de l’entendre de votre bouche. »

Elle aurait eu du mal à s’exhiber devant un certain roturier, mais ce jour n’était jamais arrivé. L’éclat du tissu montrait à quel point cette robe était très chère. Un roturier pouvait passer sa vie entière sans voir une telle chose.

« Comme c’est dur, » déclara Lernaean avec un sourire rafraîchissant.

Il portait également une tenue luxueuse pour la soirée. Elle lui allait si bien que Saya la détestait. Lorsqu’il souriait en réponse à son regard, elle avait eu la nausée et elle détourna son regard.

« Je te trouve aussi très belle, Jubilia, » déclara Saya.

« Euh, merci. Mais je ne suis pas habituée à ce genre de vêtements, donc c’est un peu difficile de bouger avec. »

Jubilia avait rougi. Elle portait également une robe. Elle était d’une couleur améthyste discrète, avec un style élégant et minimaliste. Néanmoins, les courbes féminines douces et mûres qui étaient habituellement cachées sous son uniforme étaient bien plus charmantes que toutes les décorations inutiles. Ses cheveux blonds étaient également attachés d’une manière différente que d’habitude.

« Je n’arrive pas à me calmer sans mon épée. Je suis ici en tant que votre garde, » déclara Jubilia.

Lernaean ricana. « Quel est le but de tout cela ? Tant que vous avez votre calibre de sang, il est inutile d’apporter une épée. »

« Eh bien, c’est vrai. »

Lernaean n’avait cessé d’inviter Saya à des soirées, ces derniers temps, dans le but d’atteindre son objectif.

« Vous avez réussi ! » cria le propriétaire de la résidence, en se dandinant.

C’était un noble stéréotypé avec un corps dodu. Il avait un rang plutôt bas, mais il avait beaucoup d’influence dans la capitale en raison de ses succès commerciaux. C’est du moins ce que l’on avait dit à Saya lors de leur voyage en charrette à bœufs ici.

« Lord Granapalt, Lada Saya, merci d’être venus ce soir. C’est vraiment un honneur que celle dont parlent les rumeurs, la princesse d’argent vienne dans ma demeure. »

« Merci pour l’invitation, Lord Rudike, » dit Saya avec un salut courtois.

Le baron était profondément ému. « Ooh, comme c’est charmant ! »

Les invités étaient très excités de voir la silhouette de Saya en entrant dans la salle de bal du domaine. Après dix jours d’exposition dans les soirées, elle était devenue une célébrité. Le sujet de la grande sœur du Souverain, qui était jusqu’alors caché, s’était répandu comme une traînée de poudre parmi les nobles. Ils ne cessaient de raconter des histoires sur ses cheveux argentés, ses yeux rouges et sa douce apparence. Il semblerait que de nombreuses personnes aient déjà demandé à Lernaean de leur amener Saya.

Son travail était simple. Tout ce qu’elle avait à faire était de se présenter aux fêtes, d’échanger quelques salutations, d’agir d’une manière agréable face à son entourage, puis de partir immédiatement après. Lernaean voulait apparemment éviter qu’elle reste trop longtemps aux fêtes.

« Cela ferait disparaître votre mystique, » avait-il dit. Saya en était en fait reconnaissante, elle ne connaissait absolument pas l’étiquette nécessaire, sans parler de son incapacité totale à danser. Mais cela ne dérangeait pas Lernaean. Les nobles avaient seulement cherché l’honneur de recevoir la princesse d’argent.

Elle avait prévu de partir tout de suite cette fois aussi, mais cela ne s’était pas produit. Juste au moment où elle pensait qu’il était temps de rentrer, une femme de chambre s’était précipitée vers Lernaean et lui avait murmuré quelque chose à l’oreille. Son expression avait complètement changé, ce que Saya avait trouvé inhabituel. Quelque chose d’aussi grave s’était-il produit ? La raison de son expression était vite devenue évidente.

« Votre attention, s’il vous plaît ! Le Souverain est ici ! » s’écria l’un des préposés du baron.

Kyou, Gratos et Ivara avaient participé à l’annonce. Les invités avaient été choqués par la situation impossible qui se présentait à eux.

« Le Souverain lui-même est-il venu dans la propriété d’un baron ? » murmura quelqu’un.

L’hôte de la fête, Lord Rudike, s’était précipité et s’était prosterné devant Kyou.

Il avait commencé par. « Pour que vous nous gratifiiez de votre présence dans un tel — . »

« Lord Rudike, » Gratos s’interposa. « Nous allons nous immiscer dans votre fête. Pardonnez-moi, mais c’était le souhait du Souverain. »

« Il n’est pas nécessaire de s’excuser ! Pour que vous veniez à une affaire aussi insignifiante dans mon humble demeure, je…, » déclara Rudike.

« C’est vraiment une fête insignifiante. Vous ne devriez pas être dans un tel endroit, ma sœur. » La voix de Kyou, froide comme la glace du milieu de l’hiver, avait fait frissonner tous les invités, sans parler du pauvre seigneur Rudike. C’était la première fois que Saya voyait ce côté de Kyou.

« Donc, vous avez vraiment traîné Lady Saya jusqu’ici. Je suis étonné, Lord Granapalt, » déclara Gratos.

« Vous dites des choses des plus étranges, » répondit Lernaean avec indifférence. « C’est notre suzerain qui m’a demandé de faire que Lady Saya vienne ici. »

« Quoi ? » demanda Gratos.

« Notre souverain a déclaré que toutes les demandes de Lady Saya doivent être satisfaites. Elle a demandé à connaître la société noble. C’est pourquoi je l’ai amenée ici, » répondit Lernaean.

Saya avait fait un signe de tête alors que Lernaean lui demandait de confirmer. Gratos s’était certainement lui-même rappelé de la conversation. Il fit une expression amère et se tut.

« Il n’y a aucune raison de venir dans une fête aussi pathétique, ma sœur, » déclara Kyou.

« Ce n’est pas vrai. Tout cela est nouveau et inhabituel pour moi, » répondit Saya.

Les gens autour d’eux avaient commencé à murmurer quand ils avaient vu Saya parler avec Kyou comme s’ils étaient des égaux. Ses paroles suivantes avaient cependant provoqué encore plus de vagues.

« Je me demande combien de temps un roturier pourrait vivre avec l’argent nécessaire pour cette seule robe. Ils ne mangeraient sûrement jamais une nourriture aussi luxueuse de toute leur vie… Et pourtant, vous dites que cette fête est insignifiante, » déclara Saya.

Les paroles de Saya penchaient décemment en faveur des roturiers. Les traditionalistes, dirigés par Gratos, et la faction de souveraineté, dirigée par Lernaean, étaient au milieu d’un débat animé au Congrès sur le traitement des roturiers. Les invités avaient eu l’impression que la déclaration de Saya était très proche de la position de Lernaean sur la question.

« Qui se soucie de simples roturiers ? Nous allons vous préparer une robe encore plus belle. Nous vous fournirons également autant de nourriture que vous le souhaitez, » déclara Kyou.

« Ce n’est pas ce que je dis. Les roturiers vivent dans la pauvreté tout en offrant leur vie même aux nobles, puis ils meurent. Pourquoi cela ? Pourquoi notre monde a-t-il été fait de cette façon ? Je veux le savoir, » déclara Saya.

« N’est-ce pas évident ? C’est parce que les roturiers et les nobles appartiennent tous au Souverain, » déclara Kyou. « Et vous nous appartenez aussi, ma sœur ! »

« C’est faux, » avait réfuté Lernaean. « Avec tout le respect que je vous dois, mon seigneur, Lady Saya est la seule et unique membre de la royauté à part vous. Son rang devrait être juste à côté du vôtre. »

« Qu’est-ce que vous dites ? » cria Gratos. « Le Sang du Souverain a choisi le Seigneur Kyou. C’est pourquoi il est le Souverain. Même si elle est sa sœur aînée, elle n’est pas différente des autres nobles. »

« Hmm. Malheureusement, un jeune homme comme moi n’a jamais vécu pour voir des membres de la royauté autrement que ces deux-là. Cependant, Monsieur le Président Gratos, vous étiez vivant à cette époque, n’est-ce pas ? » demanda Lernaean.

« C’est le cas, » déclara Gratos.

« À l’époque où plusieurs membres de la royauté coexistaient en même temps, j’ai entendu dire qu’il y avait un ordre de succession. Lady Saya et le Seigneur Kyou sont frères et sœurs. Qu’advient-il de la succession dans ce cas ? » demanda Lernaean.

« Vous le savez très bien, espèce de petit effronté… ! » déclara Gratos.

« Répondez-moi, s’il vous plaît, » déclara Lernaean.

« Dans un tel cas, l’ordre de succession est égal. C’est pourquoi le Seigneur Kyou a été choisi, » déclara Gratos.

« Si je peux me permettre de demander : pourquoi ? De plus, pourquoi l’existence de Lady Saya a-t-elle été maintenue cachée pendant si longtemps ? » demanda Lernaean.

« La réponse aux deux questions est la même. Lady Saya avait une faible constitution. Elle était alitée tout le temps pour cause de maladie. Elle a guéri au fil du temps et peut enfin voyager à l’extérieur, avec un accompagnement. Nous avons dissimulé son existence par souci de sécurité, » répondit Gratos.

« Je ne m’en souviens pas, » déclara Saya, à laquelle Gratos fit un signe de tête.

« Bien sûr que non. Après tout, vous avez dormi tout ce temps, » déclara Gratos.

« Ainsi, Lady Saya n’a pas été choisie comme Souveraine en raison de sa faible constitution ? » demanda Lernaean.

Gratos secoua la tête. « Personne ne décide qui va gouverner. C’est le Sang du Souverain qui choisit. Est-ce que même ce savoir a été perdu dans le temps ? Ou peut-être faites-vous semblant de ne pas savoir. »

« Il est choisi par le sang ? » demanda Saya.

« Lady Saya, le Sang du Souverain choisit qui serait le plus apte à régner parmi tous les membres de la royauté au moment de la succession. Personne ne peut intervenir, » déclara Gratos.

« J’ai entendu parler de cette théorie, » déclara Lernaean. « C’est ce savant qui l’a inventée, n’est-ce pas ? »

« Non, c’est vraiment le cas. C’était le bon sens à l’aube d’Agartha. Ce savant fou l’a simplement découvert dans les archives anciennes. Le Sang du Souverain choisit le souverain le plus approprié. Dans le cas où le Souverain meurt, aussi impardonnable qu’un tel événement puisse être, ou si le Souverain perd ses qualifications pour gouverner, le Sang du Souverain sera hérité par le prochain membre de la royauté. »

« Ainsi, le Seigneur Kyou a été choisi de cette manière, dites-vous, » déclara Lernaean.

« C’est exact. Presque tous les membres de la royauté ont perdu la vie pendant cette période de chaos. Seuls les jumeaux ont survécu, et le Souverain a jugé notre souverain apte à gouverner, » déclara Gratos.

***

Partie 5

« Donc, pour les besoins de l’argumentation — et je vous assure que je n’en pense rien — si quelque chose devait arriver au Seigneur Kyou, que se passe-t-il alors ? » demanda Lernaean.

« Dites-en plus et je prendrais ça comme une trahison, Granapalt ! » Gratos avait rugi.

Kyou l’avait retenu. « Calme-toi, Gratos. C’est pour ça qu’on a dit que Nous devrions épouser notre sœur. En faisant cela, ces problèmes disparaîtront, n’est-ce pas ? »

« Je refuse, » déclara Saya.

Des feux de rage flambaient dans son cœur. La royauté ? Le Sang du Souverain ? L’ordre de succession ? Caché en raison d’une faible constitution ? Devoir épouser Kyou ? De quoi ces gens parlaient-ils ? Comment pouvaient-ils dire de telles choses comme si elle n’était pas là ? Pourquoi ont-ils pu décider de tout de leur propre chef ?

« Vous le pensez, ma sœur ? » demanda Kyou.

« Je n’ai pas l’intention de vous épouser, » déclara Saya.

L’expression du Souverain s’était éteinte, mais un instant plus tard, son visage s’était déformé sous l’effet de la colère.

« Soyez maudit, Lernaean ! Vous avez trompé notre sœur ! » cria Kyou.

Kyou s’était déplacé pour se tourner vers Lernaean, mais Saya avait secoué la tête.

« Vous avez tort. Cela n’a rien à voir avec lui. Je ne sais pas ce qu’est le mariage, mais il y a quelqu’un que je veux revoir, » déclara Saya.

Saya ne possédait que très peu de choses à elle, elle n’avait qu’un seul et précieux souvenir. Elle ne voulait pas que cela soit foulé aux pieds, et c’est pourquoi elle ne pouvait pas arrêter sa bouche de bouger.

« Et qui est donc cet individu ? Quel est son statut ? Il est impossible pour nous, le Souverain, d’être inférieur à qui que ce soit ! » déclara Kyou.

« Il n’a aucun statut, » répondit Saya.

Saya avait rencontré le regard de Jubilia. En tant que membre de la noblesse de rang inférieur, Jubilia n’avait pas le droit de parler ici, alors elle avait essayé d’arrêter Saya avec ses yeux. Elle savait très bien ce que Saya allait ensuite dire, alors elle l’avait suppliée en silence de se taire. Saya comprenait, mais elle ne pouvait pas s’en empêcher. Elle devait le dire pour réaffirmer sa propre identité.

« La personne qui m’est la plus chère est après tout un roturier. »

Une agitation avait éclaté dans la foule. Au début, les invités s’étaient amusés, il leur avait semblé qu’il y avait une rivalité entre Kyou et Lernaean au sujet de l’amour de Saya. Avant qu’ils ne s’en rendent compte, c’était devenu un prolongement du débat en cours au Congrès. Cependant, même si les participants étaient plus haut placés dans la société que d’habitude, ce type de débat politique était inévitable lors des soirées. Ils pouvaient simplement s’amuser en écoutant et en buvant un peu de vin.

Mais qu’en est-il maintenant ? La sœur aînée du Souverain, parmi toutes les personnes, venait de déclarer qu’elle avait choisi un roturier plutôt que le Souverain. Les invités ne savaient pas comment le prendre et ils s’étaient retrouvés dans la confusion la plus totale.

Saya avait scruté les visages des spectateurs. Complètement secoué, Kyou ne pouvait pas se résoudre à parler. Sa servante, Ivara, regardait Saya avec une rage brûlante. S’il était possible de tuer quelqu’un avec un regard furieux, Saya serait déjà morte. Jubilia semblait regretter son incapacité à arrêter Saya, tout en se montrant inquiète pour elle. L’expression de Lernaean portait un mélange de chocs et d’irritation, il semblait que cette affaire avait bouleversé ses plans.

Quant à Gratos, ses yeux semblaient froids, comme s’ils ne reflétaient rien. Saya sentit un frisson parcourir sa colonne vertébrale en réalisant ce qui se trouvait au plus profond de lui. Gratos était épuisé. C’était comme si ses longues, très longues années l’avaient soudainement rattrapé. La fatigue était inscrite sur son visage.

« Mon seigneur, partons, » déclara Gratos.

« Bien… » Kyou répondit d’une voix étourdie.

Ils étaient partis tous les deux. Ivara s’était retournée pour encore plus fusiller Saya du regard. Il semblait que cette servante ne pouvait pas pardonner à Saya d’avoir blessé son suzerain.

« Lady Saya, nous devrions également partir. »

Saya avait fait un signe de tête à Lernaean. « Bien sûr. Seigneur Rudike, je suis désolé de vous déranger. »

« Euh, s’il vous plaît, n’y pensez plus. »

« Attendez un instant, permettez-moi de récupérer mon épée. » Jubilia s’était précipitée plus loin puis elle avait récupéré son arme, et elle s’était mise à côté de Saya. « Désolée de vous avoir fait attendre. »

Tous les invités les avaient regardés partir en retenant leur souffle.

Lernaean avait poussé un profond soupir après être monté dans la calèche. Il avait réussi à maîtriser ses émotions.

« Vous avez fait quelque chose de terrible. Vous avez fait honte au Souverain, » déclara Lernaean.

Sa voix était extrêmement calme. C’était son ton habituel, comme s’il se moquait d’elle d’une certaine manière.

« Vous allez le traîner loin de son trône de toute façon, n’est-ce pas ? » demanda Saya.

« En fin de compte, oui. Mais il est trop tôt. Vous n’avez pas assez d’alliés dans la capitale pour le moment. Et pourtant, nous nous sommes tant mêlés…, » déclara Lernaean.

« Vous vous êtes laissé aller, » déclara Saya.

« Il y avait des choses à dire. C’est juste une évidence, mais je ne permettrai jamais un mariage entre vous et le Souverain. Nous devions nous y opposer quoiqu’il arrive, » déclara Lernaean.

« Je me suis donc opposée, » déclara Saya.

« Dans le mauvais sens. Vous avez complètement mis de côté toutes les règles. Qu’en penses-tu, Jubilia ? » demanda Lernaean.

« Avec tout le respect que je vous dois, Monsieur, je crois que la vie de Lady Saya sera visée, » répondit Jubilia.

« C’est probablement vrai, » déclara Lernaean.

« Hein ? »

Le commentaire de Jubilia l’avait surprise.

« Votre déclaration a dénoncé et ridiculisé l’autorité du Souverain. Du moins, c’est ce que beaucoup de nobles vont croire. De plus, vous êtes de la royauté. Il ne serait pas étrange que les gens l’interprètent comme une déclaration de rébellion, » déclara Lernaean.

« Je n’ai pas l’intention de faire quelque chose de ce genre, » déclara Saya.

« Personne ne croit non plus à votre… déclaration audacieuse. » Jubilia s’était arrêtée là. Saya l’avait implorée de continuer avec ses yeux. « C’est-à-dire, que vous souhaitez vous marier avec un roturier plutôt qu’avec le Souverain. »

« Alors comment l’ont-ils pris ? » demanda Saya.

« Beaucoup de nobles pensent que ce sont des absurdités dites dans le seul but d’humilier le Souverain. Ceux qui en sont irrités s’en prendront à votre vie, » déclara Lernaean.

« Nous devrions la faire sortir du palais royal le plus rapidement possible. Il faudra cependant un certain temps pour la préparer. La fuite de Lady Saya aurait dû avoir lieu un peu plus tard… à peu près au moment où une rumeur particulière est arrivée à leurs oreilles, » déclara Jubilia.

« Une rumeur ? » demanda Saya.

« Vous le saurez tôt ou tard. J’hésite à le dire, mais avec tout ce qui s’est passé, il n’y a qu’une seule personne sur laquelle nous pouvons compter, » déclara Lernaean.

« Qui ? » demanda Saya.

« Gratos, » déclara Lernaean.

Saya était confuse. Gratos était censé être l’ennemi politique de Lernaean. Ils avaient même eu une discussion animée il y a quelques instants. Cette crise n’est-elle pas due au fait que Lernaean avait dit des choses inutiles à Gratos ?

« Vous avez fait de Gratos un ennemi avec votre déclaration. Mais il ne penserait sûrement pas à vous tuer. Il croit que votre place est dans le Jardin Interdit. Il devrait apporter sa coopération pour vous éloigner du palais. En retour, il demandera à ce que vous soyez envoyé au Jardin Interdit, » expliqua Lernaean.

« Je ne veux pas y retourner, » déclara Saya.

« Alors, vaut-il mieux être tué ? Je n’ai pas l’intention d’abandonner notre programme pour un si petit barrage. Cobalt rassemble aussi des alliés. Ainsi, lorsque nous serons victorieux, vous devriez pouvoir le retrouver, » déclara Lernaean.

Je veux revoir Nagi. Quand ce sera le cas, je me demande ce qu’il adviendra de ce sentiment dans mon cœur. Quel genre de visage fera Nagi ? De quoi aura-t-il l’air ? Si je peux le voir une fois de plus, ça ne me dérangera pas de retourner au Jardin pour un court instant.

Une fois qu’elle avait rassemblé ses pensées, Saya avait fait un signe de tête. « Très bien. Je vais demander une réunion avec Gratos demain. »

***

Partie 6

Lernaean et Saya s’étaient confrontés à Gratos dans son bureau. Jubilia n’avait pas été autorisée à entrer. Le bureau privé de la figure dominante du palais royal était bien plus simple que ce que Saya avait imaginé. On pourrait dire qu’il s’agissait d’un espace séparé du reste du palais, qui était décoré avec une opulente grandeur. Le mobilier scrupuleusement entretenu dans la pièce était tout droit sorti d’une autre époque. Le fait qu’ils aient tous été utilisés pendant si longtemps et qu’ils ne présentent aucun défaut visible prouvait leur qualité.

L’une des rares décorations de la pièce était une boîte en verre transparent. La boîte était complètement hermétique et n’avait pas de coutures ni de couvercle visible. Elle contenait de l’eau, des plantes aquatiques et des petits poissons. Les poissons semblaient être vivants et grignotaient les plantes. C’était une scène mystérieuse, comme si une partie d’une rivière avait été coupée et isolée dans le verre.

Il n’y avait pas un seul ornement à part cela. C’était comme une représentation de Gratos lui-même. Seuls ses yeux profonds révélaient aux autres son immense autorité et sa personnalité. Sa barbe bien soignée et ses cheveux peignés donnaient l’impression que Gratos était une sculpture créée il y a très, très longtemps. Ses yeux, qui étaient comme des pierres précieuses ayant perdu leur éclat, fixaient Saya. Face à ça, elle avait l’impression d’être aspirée par eux.

« Vous avez fait quelque chose d’assez troublant. Je n’aurais jamais pensé que vous insulteriez le Souverain de cette façon, » déclara Gratos.

Gratos s’en lamentait profondément. Était-ce à cause de la sécurité de Saya, ou peut-être de celle d’Agartha qu’il avait continué à protéger jusqu’à ce jour ?

« Je ne voulais pas me moquer de Kyou, » répondit Saya.

« Je parie que vous ne l’avez pas fait. Cependant, la société noble ne prend pas ces déclarations au pied de la lettre. Les nobles sont des créatures qui bavardent sur ce qu’elles ont lu entre les lignes, » déclara Gratos.

« N’êtes-vous pas celui qui a privé Lady Saya de la possibilité d’apprendre en l’enfermant, Votre Excellence ? » Lernaean l’avait coupé.

« Tout a été fait en pensant à Lady Saya et à la terre d’Agartha, » déclara Gratos.

« Vous avez fait tout cela pour moi ? » demanda Saya.

« Oui. Comme je l’ai dit hier, votre corps était vraiment faible. Enfant, vous dormiez tout le temps. N’avez-vous jamais trouvé étrange que vous ne possédiez aucun souvenir d’avant votre séjour dans le Jardin ? » demanda Gratos.

Elle l’avait fait. En effet, Saya n’avait aucun souvenir de l’extérieur du Jardin. De plus, elle ne se rappelait même pas depuis combien de temps elle était à cet endroit. Ces journées interminables et immuables semblaient s’étendre à l’infini.

« Lady Saya. Il semblerait que vous soyez née trop tôt. Même après votre naissance, vous avez continué à dormir comme si vous étiez encore dans le ventre de votre mère. Malgré tout, vous grandissiez lentement, petit à petit. Avec notre longue espérance de vie, nous pouvions attendre votre croissance. Ainsi, nous vous avons placé dans un berceau jusqu’à ce que vous soyez en bonne santé. C’était le but du Jardin. »

Un berceau était destiné à accueillir un enfant en pleine croissance, mais c’était quelque chose de très différent.

« Mais j’ai grandi il y a longtemps. Pourquoi ne m’a-t-on pas laissé sortir du Jardin ? » demanda Saya.

« Nous avons pensé à le faire lorsque vous aurez montré la preuve que vous êtes adulte. En d’autres termes, lorsque vous serez entré en possession d’un calibre de sang, » déclara Gratos.

L’explication de Gratos contredisait les connaissances de Saya.

« Kyou a dit que la royauté ne possède pas de calibres de sang, » déclara Saya.

Gratos et Lernaean avaient échangé des regards significatifs.

« Il vous en a même parlé ? Err, comment dire ? Tout d’abord, les membres de la royauté possèdent en fait des calibres de sang. Cependant, le leur prend une forme sensiblement différente du reste. En ce sens, dire qu’ils ne possèdent pas de calibres de sang n’est pas exactement faux, » déclara Gratos.

« Une forme différente ? » demanda Saya.

« On l’appelait autrefois le calibre royal. Il ne prend pas la forme d’une arme. Même moi, je ne l’ai vu qu’une seule fois, il y a très longtemps. À l’époque, il avait la forme d’un essaim de papillons. Aujourd’hui encore, je n’ai jamais rien vu d’aussi beau, » déclara Gratos.

« Un essaim de papillons ? » demanda Saya.

C’est certainement différent d’une arme faite de sang.

« Le calibre royal est une preuve de la puissance du Souverain. Il domine tout et tous les individus dans la zone, les obligeant à se soumettre, » déclara Gratos.

« Est-ce que Kyou possède cela ? Il ne m’a pas semblé que c’était le cas, » demanda Saya.

« C’est l’autre chose. C’est vraiment un secret connu seulement d’une poignée de personnes, » déclara Gratos.

Gratos avait légèrement baissé la voix. La porte étant fermée, il était peu probable que quelqu’un écoute, mais la gravité de la situation l’y avait simplement poussé.

« Même le Souverain n’en est pas conscient… Il ne peut pas manifester le calibre royal. Cependant, il est bien trop cruel de le lui dire. Ainsi, nous avons dit à notre suzerain que les rois n’ont pas du tout le calibre du sang. Heureusement, il n’y avait pas d’autres membres de la royauté dont on pouvait parler. Très peu de gens le savaient dans le passé, il était donc facile de dissimuler la vérité, » déclara Gratos.

Les calibres de sang étaient la manifestation même de la fierté d’un noble. C’est ce que Jubilia avait dit, en tout cas. Si c’est le cas, ceux qui en manquaient devaient se sentir honteux. Saya pouvait comprendre pourquoi Gratos était allé jusqu’à tromper Kyou pour garder cela caché.

« Quoi qu’il en soit, vous dites que j’ai été enfermée dans le Jardin parce que je ne suis pas encore adulte ? » demanda Saya.

« Oui. Si possible, je voudrais que vous y retourniez immédiatement. Je suis sûr que vous avez déjà eu des nouvelles de Lord Granapalt, mais votre vie est en danger, » déclara Gratos.

« Parce que je ne possède pas de cal — non, un calibre royal ? Je n’ai aucun moyen de me défendre, » déclara Saya.

« Pour commencer, votre arrivée ici n’a été qu’un malheureux accident. Je suis opposé à la façon dont Lord Granapalt vous a traité, mais nous sommes au moins d’accord sur cette situation. Nous aimerions que vous vous cachiez en attendant que la situation se calme. Pas dans le Jardin, qui a déjà été compromis. Nous allons vous préparer un autre endroit, » déclara Gratos.

Saya avait jeté son regard au sol en silence.

« Mettez-vous à l’aise, » déclara Lernaean. « Une attaque comme celle du Jardin ne se reproduira plus jamais. Celui qui gérait cet endroit détournait lentement les fonds de sécurité pendant une longue période. C’est pourquoi la sécurité était pleine de failles. Ils ont déjà été traités, et nous avons renforcé nos inspections. Une telle chose ne se reproduira plus jamais, je vous l’assure. »

Saya en était bien consciente. Selon toute vraisemblance, c’était Lernaean qui avait inspiré le gestionnaire à détourner ces fonds, mais il ne l’admettrait jamais.

C’est ainsi qu’elle avait pris sa décision. Peu importe comment elle avait essayé, il ne semblait pas qu’elle puisse éviter d’être enfermée dans un autre endroit comme le Jardin une fois de plus. Une partie d’elle le savait depuis le début. C’est pourquoi elle voulait au moins tirer quelque chose de leur rencontre.

« Très bien, mais j’ai une condition. Gratos, j’aimerais que vous répondiez à quelques questions, » déclara Saya.

« Si c’est tout, demandez-le, » déclara Gratos.

L’homme qui se trouvait sous ses yeux contrôlait pour ainsi dire le monde. Saya avait décidé de lui faire aborder les doutes qui l’habitaient. Elle avait maintenant compris un peu qui elle était, c’était le monde extérieur qu’elle ignorait.

« Pourquoi les roturiers et Crestfolk sont-ils si tourmentés ? » demanda Saya.

Après une courte pause, Gratos avait répondu. « Voyez-vous cette boîte là-bas ? » Il la montra du doigt. Le poisson nageait dans l’eau ondulante et scintillante. « C’est quelque chose qui existait il y a longtemps, avant la création de la terre d’Agartha. Cette boîte est complètement hermétique, et il y a des plantes et des petits poissons à l’intérieur. Les poissons mangent les plantes et se reproduisent, tandis que les cadavres des poissons qui se multiplient deviennent la nourriture des plantes, leur permettant de grandir. Elle est complètement isolée du reste du monde. Normalement, la lumière est nécessaire pour élever les plantes, mais il semble que ce verre possède une sorte de mécanisme qui rend la lumière extérieure inutile. On dit que ce mécanisme a été créé par l’Intelligence. »

Bien qu’elle se soit sentie quelque peu perplexe face à ce changement soudain de sujet, Saya avait attendu en silence qu’il continue.

« Cette boîte est restée scellée depuis plus de mille ans. Cependant, le monde enfermé à l’intérieur a continué. Si les petits poissons se multipliaient trop vite, ils mangeraient toutes les plantes, ce qui entraînerait leur disparition. S’il y avait trop peu de poissons, il n’y aurait pas assez de matière pour nourrir les plantes, ce qui entraînerait leur dépérissement. L’intérieur de cette boîte maintient un équilibre extrêmement précaire. Agartha est exactement comme cette boîte. »

« Comment cela ? » demanda Saya.

« Connaissez-vous la forme d’Agartha ? » demanda Gratos.

Saya secoua la tête.

« Agartha est entourée par d’énormes chaînes de montagnes. Elles sont suffisamment hautes pour que les humains ne puissent pas les traverser et survivre. Ces montagnes ont été créées par la puissance de l’Intelligence pour isoler Agartha du reste du monde. »

« Le reste du monde ? » demanda Saya.

Lernaean avait ouvert la bouche pour dire « C’est —, », mais Gratos l’avait arrêté du regard.

« C’est un secret connu seulement de quelques nobles. Avant la création d’Agartha, le monde était vaste. La terre d’Agartha n’est elle-même qu’une infime partie du monde. Il y a longtemps, le monde était peuplé de plus de dix mille fois les habitants qui vivent actuellement à Agartha. Cependant, toutes ces terres ne sont plus peuplées. Agartha est la seule exception, » déclara Gratos.

« Alors, qu’en est-il du reste du monde ? » demanda Saya.

« C’est un monde impur rempli de poison et de miasmes, bien que personne ne puisse le confirmer pour nous. On dit que le simple fait d’entrer sur un tel territoire provoque la pourriture des muscles et la dissolution des os, » répondit Gratos.

« Comment savoir si personne ne peut y aller ? » demanda Saya.

« L’Intelligence nous l’a appris. Agartha est une petite boîte que l’Intelligence nous a laissée dans ce monde qui ne peut plus être habité par les humains, » déclara Gratos.

Les petits poissons nageaient dans la boîte de verre tandis que des bulles flottaient à la surface de l’eau.

« Le Souverain, les nobles, les roturiers… et les Crestfolk. Ils survivent tout en maintenant un équilibre dangereux dans ce pays scellé d’Agartha. Tout comme ces poissons ne peuvent pas vivre en dehors de l’eau, nous sommes également incapables de vivre à l’extérieur. Tout ce que nous avons, c’est l’immortalité incomplète qui nous a été accordée par l’Amrita, ainsi que la terre elle-même. C’est pourquoi nous avons tracé les lignes dans le sable. »

Gratos avait fermé les yeux. C’était comme s’il se rappelait d’anciens souvenirs. Ce faisant, il semblait rapidement vieillir.

***

Partie 7

« Nous divisons le monde en traçant des lignes. Entre la royauté et la noblesse. Entre la noblesse et les roturiers. Entre les roturiers et les Crestfolk. Chacun se distingue par sa lignée. Avec ça, le dangereux équilibre du monde put être stabilisé. Le chaos que nous avons connu pour atteindre ce stade a conduit à la quasi-extinction de la royauté et à la perte de la plupart des connaissances du passé. Beaucoup de sang a été versé pour que nous puissions enfin créer ces divisions. »

« Est-ce la raison pourquoi tout le monde doit souffrir ? » demanda Saya.

« En effet. Si ce n’est pas le cas, tout tombera en ruine, » déclara Gratos.

« Mais il n’y a pas de salut pour les gens qui souffrent maintenant, » déclara Saya.

« C’est comme vous le dites. Mais quand on considère le grand schéma des choses, il n’y a pas d’autre choix, » déclara Gratos.

« C’est arrogant. Les roturiers ne vivent que quelques décennies, n’est-ce pas ? Ils n’ont même pas le droit de considérer tout ça, » déclara Saya.

« C’est précisément pour cela que les nobles — et la royauté — doivent être ceux qui vont jusqu’au bout. Ce devoir vous incombe, Lady Saya, » déclara Gratos.

Gratos la fixa de son regard inébranlable. Elle ne voyait pas un seul signe de la lassitude dont elle avait été témoin pendant la fête.

« Je ne crois pas que ce soit le cas, » déclara Lernaean du côté de Saya. « Il y a beaucoup trop de problèmes à Agartha en ce moment. Cela va sûrement tenir pendant encore cent ans, mais deux cents ans, c’est trop. Je crois que la stabilité a déjà été perdue. »

« Lord Granapalt, je sais que c’est la théorie favorite de la faction de souveraineté. Je suis sûr que vous avez également rempli la tête de Lady Saya de telles pensées. En tant que principal superviseur d’Agartha, cependant, tant qu’il n’y a pas de garantie que ce qui se trouve au-delà des changements que vous proposez est quelque chose que nous pouvons surmonter, je ne peux pas approuver, » déclara Gratos.

« Il n’y a aucun moyen de fournir une telle garantie. Personne n’a jamais suivi ce chemin ! » déclara Lernaean.

« C’est précisément pour cela que je vous dis de trouver un moyen. Si vous pouvez prouver qu’il n’y aura pas de conséquences désastreuses, alors je ne m’y opposerai pas, » déclara Gratos.

« Je vous le dis, nous n’avons pas le temps pour une telle diversion ! » cria Lernaean, sa voix plus forte qu’avant.

« Lord Granapalt, nous ne sommes pas au Congrès. Le temps est essentiel, comme vous le dites, » déclara Gratos.

« Très bien. »

« Nous devons d’abord nous préoccuper de la sécurité de Lady Saya. Préparons-nous à une fuite rapide. Lady Saya, j’ai une requête à vous adresser. Pourriez-vous rencontrer le Souverain une fois de plus ? Il est de mauvaise humeur depuis hier. J’aimerais que vous lui fassiez au moins vos adieux, » demanda Gratos.

Voyant l’expression de Gratos s’adoucir, Saya acquiesça.

Le petit poisson dans la boîte en verre avait continué à grignoter les plantes, et les plantes se balançaient comme pour protester.

« Ma sœur ! S’il vous plaît, ne partez pas ! » Kyou avait crié en courant vers Saya.

Elle était venue dans sa chambre avec Jubilia à ses côtés. Il semblait qu’il avait déjà été informé qu’elle quittait le palais royal.

« Je ne peux pas me permettre de faire cela. Apparemment, ma vie est en danger. Je ne fais que récolter ce que j’ai semé, » répondit Saya.

« D’après ce que nous avons entendu, ceux qui prennent votre vie pour cible sont nos partisans, n’est-ce pas ? Pourquoi nos partisans font-ils des choses que Nous ne souhaitons pas ? Cela ferait d’eux Nos ennemis, » déclara Kyou.

Celui qui avait réprimandé Kyou ici était Ivara. « Mon seigneur, les nobles ne sont pas si simples. Ils ne différencient pas aussi simplement l’ami de l’ennemi quand leurs relations glissent de l’un à l’autre. »

« Vous essayez toujours de nous embrouiller comme ça, Ivara. Vous avez veillé sur Nous depuis que Nous sommes petits, mais Nous ne sommes plus un enfant ! » s’écria Kyou.

« Une telle bouderie montre que vous êtes encore un enfant, » déclara Ivara.

« Urk... »

Il n’était pas un enfant. Il ne pouvait pas l’être. Saya avait été étonnée par cela. Kyou aurait déjà dû vivre pendant plusieurs siècles. Et pourtant, ses paroles étaient celles d’un enfant.

« En tant que véritable adulte, voulez-vous écouter mon explication, mon seigneur ? » demanda Ivara.

« Bien. Parlez, » déclara Kyou.

« Tout d’abord, il y a une part de faute dans tout cela. Aller au domaine du baron était une idée terrible. J’aurais dû faire plus d’efforts pour vous arrêter, » déclara Ivara.

« Mais nous avons entendu dire que le coquin Lernaean faisait parader notre sœur. Beaucoup de gens lui ont même proposé le mariage, n’est-ce pas ? » demanda Kyou.

C’était la première fois que Saya en entendait parler.

« Pourtant, vous n’auriez pas dû agir de la sorte. C’était également une mauvaise idée de déclarer votre mariage avec Lady Saya dans un tel endroit. Le mariage du Souverain n’est pas une mince affaire, » déclara Ivara.

« Mais… Mais elle allait nous être arrachée, » déclara Kyou.

Le fait que cet enfant soit le Souverain était un mystère bien trop grand.

Ivara fixait Saya. « Vous êtes aussi beaucoup plus fautive, Lady Saya. Comparer ce qui n’a jamais pu être comparé, et choisir un roturier plutôt que le Souverain, c’était quelque chose qui n’aurait jamais dû être dit à voix haute. »

Saya n’avait pas répondu, Ivara avait raison. Néanmoins, il n’y avait pas de mensonge dans ce que Saya avait dit. Ainsi, elle ne regrettait pas de l’avoir dit.

« Une telle déclaration est susceptible d’ébranler les fondements de la position du Souverain. Le chef du Congrès, Gratos, et les traditionalistes ont déjà le Souverain sous leur emprise. Ils prétendent que notre souverain est encore un enfant et s’adonnent au bien et au mal qui en découlent. L’incident actuel est quelque chose que ceux qui souhaitent sauver notre souverain d’une telle situation ne pourraient pas permettre. Ce sont les membres de la faction Souveraineté qui prennent votre vie pour cible, Lady Saya. »

« N’est-ce pas la faction de Lernaean ? » demanda Saya.

Pourquoi s’en prendre à sa vie ? Ils venaient de promettre de former un front commun, mais les paroles suivantes d’Ivara avaient dissipé les doutes de Saya.

« Plus ou moins. Il s’est écarté de son sens premier. La faction de la souveraineté n’est plus qu’une étiquette pour tous ceux qui s’opposent aux traditionalistes. Lord Granapalt, dont vous avez fait votre allié, est une figure éminente au sein de ce groupe, mais seule une partie des autres membres obéit réellement à ses ordres, » déclara Ivara.

Plus Saya entendait parler de l’état politique du palais, plus sa tête palpitait. Ce magnifique palais dissimulait toutes sortes de poison. Les gens qui vivaient ici y étaient certainement habitués, mais Saya était différente.

« Même si le Souverain souhaite que vous soyez son partenaire en mariage, il y aurait ceux qui vous en voudraient, Lady Saya. Pour eux, il est leur seul et unique dirigeant. Bien que vous soyez de la famille royale, ils ne vous jurent aucune fidélité. Ils sont frustrés par votre apparition soudaine. Maintenant que vous avez fait une déclaration aussi épouvantable en public, ils vont sûrement chercher à vous tuer. »

« Nous ne le permettrons pas ! Nous devons les arrêter… Elle est notre seule et unique sœur ! » déclara Kyou.

Kyou se leva, les yeux pleins de larmes. Il était tout simplement trop honnête. Saya réalisa qu’elle ne haïssait pas du tout ce garçon. Il était le seul petit frère qu’elle avait. Le mariage était hors de question, mais elle avait le choix de vivre à ses côtés. Cependant, Saya avait promis d’aider Lernaean à renverser ce souverain. Ce faisant, elle avait choisi Nagi.

« C’est pourquoi je suis venue faire mes adieux. Nous ne nous séparons pas pour toujours, » dit Saya d’une voix douce.

« Mais… Nous sommes seuls… »

« Vous êtes un adulte, non ? Vous ne pouvez pas être aussi égoïste, » déclara Saya.

« Même vous, ma sœur ? Vous nous traitez aussi comme un enfant ? » demanda Kyou.

« Je veux dire, vous êtes mon petit frère, non ? » demanda Saya.

Kyou avait levé les yeux vers Saya, surpris. « Oui. Nous sommes votre petit frère. »

Saya acquiesça, surprise par le fait que ce garçon, qui était censé tout avoir, semblait n’avoir rien du tout.

« L’endroit où vous vous cacherez est-il encore plus sûr que le palais royal ? » demanda Kyou.

Saya n’avait pas de réponse à cette question, alors elle s’était tournée vers Jubilia, qui avait fait un signe de tête. « C’est un manoir de noble dans la périphérie. La sécurité y est bien plus stricte que dans cet énorme palais. »

« Et pour y arriver ? Combien de gardes vous accompagnent ? » demanda Kyou.

« Nous sommes pressés, donc seules quelques élites choisies vont dans une seule calèche, » répondit Jubilia.

« C’est beaucoup trop dangereux ! » s’écria Kyou.

« L’itinéraire et la destination sont tous deux un secret absolu. Actuellement, même moi, je n’en sais rien. Tout ira bien tant qu’il n’y aura pas de fuite d’informations. Il a été décidé que perdre plus de temps serait encore plus dangereux, » répondit Jubilia.

« Dans ce cas, pourquoi ne pas lui offrir un guerrier qualifié pour monter la garde ? » suggéra Ivara à Kyou.

« C’est une merveilleuse idée, » déclara Kyou.

Jubilia avait plissé son front. « Avec tout le respect que je vous dois, je suis déjà responsable de la garde de Lady Saya. »

« Nous ne savons rien de vos compétences. On ne peut pas vous faire confiance, » déclara Kyou.

Jubilia avait dégluti.

« Oh ! Ivara, vous protégerez notre sœur, » déclara Kyou.

« Quoi? » Ivara avait répondu en le regardant avec choc.

« En effet. Vous êtes forte. C’est précisément la raison pour laquelle vous avez été désignée comme notre servante, » déclara Kyou.

« Mais j’ai mes devoirs à remplir, » répondit Ivara.

« C’est seulement jusqu’à ce que notre sœur atteigne un endroit sûr. Alors vous pourrez revenir tout de suite ! Nous irons sûrement bien pendant une si courte période, » déclara Kyou.

Jubilia avait commencé à s’y opposer. « C’est… »

« C’est Notre ordre ! Compris, Ivara ? » déclara Kyou.

« Oui. »

Jubilia et Ivara avaient toutes deux accepté sa proposition avec hésitation. Elles n’avaient pas eu d’autre choix que d’obéir.

« Soyez à l’aise. Je suis assez capable avec un calibre de sang, » déclara Ivara avec un élégant salut.

Ses mouvements élégants, qui ne révélaient aucune faiblesse, rappelaient à Saya les belles fleurs qui poussent dans le jardin, leurs épines se balançant doucement lorsqu’elles étaient caressées par une brise.

***

Partie 8

À peu près un mois s’était écoulé depuis la bataille de la prison. Étonnamment, les nobles n’avaient jamais lancé de contre-attaque. La capitulation de la prison avait été bien au-delà de toute attente. Le palais royal était dans le chaos, et ils n’avaient donc pas encore déterminé de plan d’action. Selon Crow, cela signifiait que le collaborateur de Cobalt au sein du palais travaillait d’arrache-pied.

Pendant ce temps, la situation de Cobalt avait radicalement changé. Tout ce qu’Amrita Dimitri avait laissé derrière lui avait été récupéré. Avec de l’Amrita en main, Cobalt avait choisi deux personnes pour le recevoir à titre d’expérience : Crow et Senak. Il y avait eu des objections à ce que le chef lui-même serve de cobaye, mais Crow les avait convaincus.

« Je ne suis pas doué pour me battre. Si je ne brave pas au moins autant de danger, personne ne me suivra plus, » déclara Crow.

En fin de compte, l’administration expérimentale de l’Amrita avait été un succès. Crow et Senak avaient acquis la force physique et les capacités régénératrices des nobles.

« Pourtant, vous êtes encore plus faible qu’un noble de bas rang. Et vous n’avez pas de calibre de sang. »

Il s’agissait de l’évaluation de Keele après un simulacre de combat avec Senak.

Dimitri avait bien ri à ce sujet. « Évidemment. Les lignées nobles sont censées être choisies en fonction de leur compatibilité avec l’Amrita. Cela correspond à mon hypothèse que les roturiers ont une mauvaise compatibilité. Eh bien, ça va probablement s’améliorer avec le temps avec des doses répétées, mais nous n’avons pas tant de produits que ça. »

Selon l’universitaire, les effets s’estomperaient en un mois environ.

« Ce truc est incroyable. Je peux vraiment avoir un vrai combat avec Keele, » déclara Senak, impressionné par sa nouvelle force.

« Laisse-moi te dire que je me suis beaucoup retenu, » déclara Keele.

« Je le sais. Même un chevalier normal serait un jeu d’enfant pour toi. Mais c’est fou de penser que tu n’es pas encore à égalité avec les gardes royaux, » déclara Senak.

Keele disposait désormais d’une grande quantité d’Halahala et avait plus d’expérience dans la lutte contre les nobles. Ses prouesses martiales étaient également plus grandes qu’auparavant. Nagi lui avait servi de partenaire d’entraînement. Il appelait cela de l’entraînement, mais c’était assez proche d’une intimidation unilatérale. Néanmoins, Nagi avait réussi à s’en sortir, mais il avait le sentiment que le fossé entre leurs compétences se creusait de plus en plus. Il était compréhensible que Senak soit satisfait d’avoir un « combat correct ».

« Cela donnera un véritable coup de fouet à nos forces. Et ce n’est pas tout, » déclara Crow. Il prévoyait d’appliquer les résultats de leurs expériences ailleurs. « Nous allons également faire savoir que les roturiers peuvent utiliser l’Amrita. Nos corps en sont la preuve. C’est l’autre raison pour laquelle Senak était un cobaye pour cela. »

Peu après, Crow et Senak s’étaient séparés et ils avaient commencé à se rendre dans les villages de toutes les régions. Ils avaient administré de petites doses d’Amrita aux personnes qui se présentaient dans chaque village. Les résultats avaient été spectaculaires. Avec la réalité que même les roturiers pouvaient obtenir l’immortalité grâce à l’Amrita qu’ils avaient reçu, l’attitude des gens avait complètement changé. Les rumeurs commencèrent à se répandre et Cobalt rassembla des alliés dans tout Agartha en un rien de temps.

Pendant ce temps, Nagi agissait séparément d’eux. Il était retourné au village de Garuga avec Tess. Selon Bandore, ils avaient dû signaler à Zamin que Nagi était désormais leur invité d’honneur.

« Tu es là, » murmura Zamin, allongé dans son lit. Il semblait beaucoup plus faible que la dernière fois que Nagi lui avait rendu visite. « Pas besoin de me regarder comme ça. Comme vous pouvez le voir, il ne me reste plus beaucoup de temps. »

Après ça, Zamin avait souri avec amusement. Nagi ne savait pas quoi dire.

« Il semble que Bandore ait décidé de faire de toi notre invité, » continua Zamin.

« Oui, » répondit Nagi.

« En tant que tel, tu es l’un des nôtres maintenant, » déclara Zamin d’un signe de tête. « Il y a quelque chose que je veux te dire. Tess, peux-tu m’aider à me lever ? »

« Tu es bien comme tu es, chef, » lui déclara Tess, mais Zamin s’était montré têtu.

« Ce n’est pas suffisant. C’est important. Tess, tu dois aussi écouter. Je suis content que tu sois venu ici, Nagi, le village de Garuga est rempli de types au sang chaud qui ne veulent pas entendre parler du passé, » Tess l’avait aidé à s’asseoir contre le mur. « Maintenant, par où commencer ? Aah, laissez-moi d’abord vous parler de Lady Saya. »

« À propos de Saya ? » demanda Nagi.

« Oui. C’est le nom de celle qui a les cheveux argentés et qui porte le vrai Emblème. Telle est la légende transmise parmi nous, les Crestfolks. »

« Qu’est-ce qui rend le Vrai Emblème si spécial ? » demanda Nagi.

« Nos emblèmes sont imparfaits. C’est pourquoi nous souffrons. Cependant, on dit qu’un jour, le porteur du véritable Emblème reviendra et nous guidera, » déclara Zamin.

Nagi se souvenait que Zamin avait traité Saya avec un respect étrange lorsqu’il l’avait rencontrée pour la première fois. Le changement s’était produit lorsqu’il avait vu la couleur de ses cheveux. De plus, il avait décidé de coopérer avec Nagi seulement après avoir entendu le nom de Saya.

« On dit que cette légendaire Saya a le “Véritable Emblème” sur le dos de sa main. »

« Hein ? Elle n’a pas — . »

Nagi s’était arrêté. N’avait-il pas déjà vu quelque chose comme ça avant ? Le vague souvenir s’était emparé de son esprit.

« Alors ? » demanda Zamin.

« Attendez une seconde, » déclara Nagi.

Lorsque Nagi avait vaincu le noble dans le Jardin Interdit, un écusson avait pris forme sur le dos de la main de Saya.

« Je l’ai vu. Oui, c’était sur le dos de sa main. Il y a eu un symbole rouge pendant un instant, » déclara Nagi.

« Oh là là, c’est comme le disent les légendes. Nous, les chefs de village, avons porté cette histoire tout seuls tout au long de l’histoire, en espérant simplement… Bonté divine. »

Une seule larme avait coulé sur la joue de Zamin.

« Chef, explique-le un peu plus clairement, » dit Tess avec une grimace troublée.

« Les Crestfolk sont nés il y a très, très longtemps. C’était juste après le départ d’Agartha de l’Intelligence. À l’époque, nous avons consacré notre loyauté au porteur du véritable Emblème. Cependant, sa dernière héritière, Lady Saya, a soudainement disparu. Depuis lors, nous attendons son retour. Et maintenant, elle nous est enfin revenue. »

« Attends, c’était il y a très longtemps, non ? Elles ne peuvent pas être la même personne, » déclara Tess.

Nagi s’était rappelé que Saya était une noble, elle aurait donc pu vivre pendant des centaines d’années. Elle avait elle-même dit qu’elle avait déjà plus d’un siècle.

« Cette personne était-elle vraiment Saya ? Elle n’a jamais rien dit de tel, » déclara Nagi.

« On dit que Lady Saya n’était qu’un bébé lorsqu’elle a disparu. Il ne serait pas étrange qu’elle ne sache rien de tout cela, » déclara Zamin.

Si c’est le cas, cela signifie que Saya était dans le jardin depuis lors. Nagi ne pouvait même pas imaginer le temps qu’elle y avait passé.

« Lady Saya est celle que les Crestfolk sont censés suivre, » déclara Zamin.

« Cela signifie-t-il que Saya est aussi une Crestfolk ? » demanda Nagi.

Zamin était un peu troublé par cette question. « Non, pas vraiment. Si Lady Saya est une noble, alors elle n’est pas une Crestfolk. L’Amrita n’a aucun effet sur nous. »

« Elle n’a aucun effet ? » Tess l’avait coupée. « Donc, même si Cobalt gagne, nous serons les seuls à ne pas pouvoir devenir immortels ? »

« En effet. Notre sang rejette le pouvoir de l’Amrita. Nous ne participons pas aux offrandes de sang en raison de notre résistance, » expliqua Zamin.

« Donc, même si nous nous battons aux côtés de tout le monde, nous serons les seuls à être laissés de côté ? Les roturiers vont être les seuls à en profiter à nouveau ? » Tess fixa Zamin.

« Tess. Pourquoi as-tu décidé de te battre ? Pour l’Amrita ? » demanda Zamin.

Les paroles de Zamin avaient fait hésiter Tess. « Je… J’ai choisi de me battre parce que… »

« Pourquoi as-tu voulu partir avec Nagi ? » demanda Zamin.

« Parce que je veux être traité comme un humain… et je veux arrêter les stérilisations, » répondit Tess.

« Il n’y a donc pas lieu de s’inquiéter pour l’Amrita, » déclara Zamin.

« Mais —, » commença Tess.

« Tu sais, Tess, » lui cria Nagi, « la vie éternelle n’est probablement pas si importante que ça. »

« Hein ? »

« Ne t’ai-je pas dit ce que Saya m’a dit lorsque je l’ai rencontrée pour la première fois ? Une longue vie sans but n’apporte que de la souffrance. Saya vit en fait depuis longtemps, alors ne peux-tu pas la croire sur parole ? » demanda Nagi.

« Écoutez bien, vous deux, » dit Zamin brusquement. « Cette information est censée être connue uniquement des chefs de village de Crestfolk. Maintenant que vous êtes au courant, la porte de la chefferie vous est ouverte, vous pouvez donc prendre ma place. Je vous confie l’avenir de ce village — et de tous les Crestfolk —. »

« Hein ? Attends un peu. Pour commencer, je ne suis même pas un Crestfolk, » déclara Nagi.

Tess s’était retournée pour faire face à Nagi. « Qu’est-ce que tu dis ? Tu es déjà notre camarade. Si tu t’inquiètes tant que ça, veux-tu te marier ? Tout le monde t’acceptera si on le fait. »

Sa proposition soudaine l’avait plutôt troublé, mais Zamin l’avait écartée et avait poursuivi la conversation.

« Que souhaitez-vous ? » demanda Zamin.

La fille avait réfléchi et avait pris une grande respiration. Elle avait fermé les yeux et était restée ainsi pendant un moment. Après avoir ouvert les yeux, elle avait déclaré. « Je veux suivre Nagi jusqu’à ce que ce combat soit terminé. Je peux penser à l’Amrita après cela. Je vais sauver Saya — c’est ce que tu veux, n’est-ce pas ? Ça te va aussi, n’est-ce pas, Nagi ? »

Nagi avait fait un signe de tête.

« Mm. Vous pourrez alors en informer les autres villages cachés. Vous avez encore besoin de plus d’alliés, n’est-ce pas ? » demanda Zamin.

Nagi et Tess avaient commencé à visiter les villages cachés des Crestfolks dans toute la région d’Agartha. Les réponses avaient été variées, il y avait eu des villageois qui s’étaient présentés avec leur aide en entendant parler du porteur du véritable Emblème, mais il y avait aussi ceux qui avaient rejeté l’idée de se battre aux côtés des roturiers. Néanmoins, ils purent rassembler un grand nombre d’alliés.

Bien qu’ils soient passés par le village de Strano, Nagi ne s’était pas arrêté pour les visiter. Il avait l’impression d’en avoir été exilé. De plus, le groupe de Crow avait sûrement déjà fait son chemin. Nagi avait l’intention de passer sans incident, mais Nerthe avait fini par le repérer une fois de plus.

La première chose qu’il avait dite à Nagi avait été. « Hé, est-ce vrai qu’on peut avoir de l’Amrita si on rejoint Cobalt ? » Son attitude était complètement différente de la dernière fois.

« Crow dit que l’Amrita sera disponible pour tout le monde si nous gagnons le combat, » répondit Nagi de manière ambiguë.

« Dans ce cas, nous pourrons vivre longtemps comme des nobles, non ? Incroyable. J’étais sur la sellette à ce sujet, mais je vais aussi rejoindre Cobalt ! Faisons tomber le faux souverain et accordons à tous l’immortalité ! » déclara Nerthe.

« Le faux souverain ? Qu’est-ce que c’est ? » demanda Nagi en penchant la tête.

Nerthe avait ri. « Oh, allez. Cobalt va vaincre le faux souverain, n’est-ce pas ? Tu ne le sais pas ? Ils disent que le souverain du palais est un faux. »

« Je vois. Désolé, je suis pressé, » déclara Nagi.

« D’accord. Rencontrons-nous à nouveau ! » déclara Nerthe.

Nerthe était parti de bonne humeur. Après son départ, Tess avait finalement pris la parole. Elle se méfiait du roturier inconnu, alors elle avait tiré la capuche sur le visage.

« J’ai déjà entendu cela. Beaucoup de gens disent que le souverain actuel est un faux. Avec notre histoire, cela se transforme en un combat pour vaincre le faux souverain, » déclara Tess.

« Pourquoi ? » demanda Nagi.

L’objectif de Cobalt était censé être de vaincre les nobles. Cela semblait complètement différent.

« Je ne sais pas. Je pense que Crow et les autres sont la source des rumeurs. On dirait qu’elles se propagent à partir des endroits où ils sont déjà allés, » déclara Tess.

Il y avait quelque chose d’étrange. Avec cela en tête, Nagi avait décidé de retourner à la prison de Ronadyphe pour la première fois depuis un certain temps. Nagi et Tess avaient quitté le village de Garuga à l’aube et y étaient arrivés au crépuscule.

La prison était actuellement utilisée comme quartier général de Cobalt. Il y avait des rumeurs selon lesquelles une expédition à grande échelle serait déployée depuis la capitale pour reprendre la prison, donc tout le monde à l’intérieur se préparait en toute hâte.

À l’entrée de la prison, il avait rencontré Crow, qui était sur le point de sortir. « Hé, Nagi. Tu es revenu au bon moment. Il semble que Lady Saya soit loin de la capitale. »

« Hein ? »

« Sa vie est prise pour cible, elle va donc se réfugier dans la villa du duc Griesfelt, » déclara Crow.

« Attends, quoi ? » demanda Nagi.

Nagi avait été secoué par la nouvelle. Crow lui avait donné des indications. Le village du duc Griesfelt était accessible depuis la capitale en descendant la route principale vers l’ouest et en tournant vers le sud sur le premier périphérique. Si Nagi partait de la prison de Ronadyphe et se dirigeait vers le sud en suivant le premier périphérique, il pourrait y arriver plus vite qu’en partant de la capitale. Il était possible de les intercepter à l’endroit où la route principale ouest rejoignait le premier périphérique.

« Si tu pars maintenant, il est très probable que tu pourras les rattraper. J’ai pensé à envoyer quelqu’un, mais si tu es disponible, je veux que ce soit toi qui pars. Tu es rapide. Vu le chemin, tu devrais être plus rapide qu’un chariot. »

C’était tout ce que Nagi pouvait espérer.

« Compris, » avait-il répondu d’un signe de tête.

Les propos suivants de Crow avaient cependant été bien plus scandaleux que prévu.

« Tu ferais mieux de te dépêcher. Nous avons des informations selon lesquelles quelqu’un a envoyé un assassin après Lady Saya. »

« Tu aurais dû le dire plus tôt ! » s’écria Nagi.

Nagi était parti en courant sans avoir écouté un mot de plus. Bien qu’il ne s’en soit pas rendu compte, il tripatouillait son collier en partant.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire