La lignée de sang – Tome 1 – Chapitre 2 – Partie 12

***

Chapitre 2 : Un présage sculpté dans le sang

Partie 12

Des cris et des fracas avaient éclaté à la porte d’entrée de la prison de Ronadyphe. Ils avaient résonné dans le corps de Tess, allumant un feu en elle, et son ressentiment jusqu’alors réprimé avait allumé le feu. Après s’être léché les lèvres pour goûter la chaleur, elle avait déchaîné ses émotions en rugissant.

La porte d’entrée était faite d’un arc de pierre assez haut pour qu’un chariot puisse la franchir facilement. Sous l’arche se trouvaient des douzaines de soldats roturiers serrés les uns contre les autres et les chevaliers qui les commandaient.

L’attaque de Cobalt sur la prison avait commencé par des jets de pierres et des flèches enflammées. Ces projectiles n’avaient pas vraiment endommagé les murs de pierre de la prison, ils avaient plutôt été conçus comme une provocation. Les assaillants auraient pu continuer ainsi toute la nuit sans provoquer plus que quelques éclats et fissures dans le bâtiment. Comme ils ne possédaient pas d’armes de siège, il était pratiquement impossible de s’emparer de la prison, qui était essentiellement une petite forteresse.

Mais la situation avait changé dès que la force défensive avait ouvert la porte et s’était mise en marche. Ce faisant, les gardiens de prison avaient perdu l’avantage de détenir une position défensive, mais c’était simplement une question de fierté et de normes caractéristiques des nobles.

L’honneur était extrêmement important dans une société noble. Il serait impardonnable pour eux de se terrer dans une forteresse pour simplement vaincre des roturiers et des Crestfolk. Ils seraient qualifiés de lâches et perdraient leur statut.

La force qui avait défilé était composée de cinq chevaliers et d’une trentaine de roturiers. Tant que les chevaliers étaient avec eux, la défaite était impossible.

L’un des chevaliers s’était avancé et avait crié. « Espèce d’ordure ! Quelle est cette plaisanterie !? Vous osez attaquer cette prison !? Faites face à votre jugement ! »

Les gardiens de la prison pensaient que cette attaque était l’œuvre des Crestfolks. C’était sûrement parce qu’un grand nombre d’assaillants portaient des marques de sang. Au moment où elle avait posé les yeux sur le chevalier, le corps de Tess avait tremblé de peur. C’était la peur que la proie goûtait face à un prédateur, le sentiment de terreur absolue quand la victoire était impossible. C’était ce que signifiait le fait d’affronter un noble. Mais il y en avait un parmi les assaillants qui avait surmonté cette peur avant tout le monde grâce à une rage débridée.

« Espèce de merde vaniteuse ! Tu ne seras rien d’autre que de la rouille sur ma hache ! » cria l’homme.

Bandore avait chargé le chevalier qui avait parlé. Le chevalier déplaça son épée en un grand arc de cercle, et celle-ci entra en collision avec la hache de Bandore.

« Il est temps de mettre un terme à cette vanité, » déclara Bandore.

« Ferme ta sale bouche. »

Le chevalier portait une lourde armure. Son épée, bien qu’elle ne soit pas aussi grande que la hache de Bandore, était énorme. Elle semblait extrêmement lourde, mais les mouvements du chevalier étaient rapides. Il s’agissait là de la technique née de la force d’un noble.

Bandore n’avait pas hésité et il avait commencé à aller de l’avant. Mais en bloquant de front un coup d’épée, sa posture s’effondra complètement.

« Pas mal pour une racaille avec du sang contaminé… Mais c’est tout ce que vous représentez ! » déclara le chevalier.

Tess sentit son sang bouillir à cause des insultes du noble, ce qui lui donna le pouvoir de vaincre sa peur.

Même les nobles sont humains. Nagi a dit qu’il avait tué un chevalier. J’ai la même arme dans mes mains. Suis-je venue ici juste pour mettre ma queue entre mes jambes ? Ai-je vraiment été en vie jusqu’à présent ? Non !

Alors que le chevalier était sur le point de porter le coup de grâce à Bandore, Tess avait sauté dans la mêlée. Après avoir bloqué son attaque, le chevalier avait fait un sourire vulgaire.

« Eh bien, regarde ça — une femme ! Hé, puis-je m’amuser avec celle-là ? » déclara le chevalier.

« Abandonne l’idée. Elle est tachée, ta bite va pourrir, » déclara un autre chevalier en ricanant.

« Mais plus c’est serré, mieux c’est, non ? N’es-tu pas d’accord avec ça ? Elles ne s’étirent pas en n’ayant pas d’enfants. J’ai toujours voulu en essayer une, » déclara un chevalier.

Les chevaliers gloussaient de manière insouciante comme une bande d’ivrognes vulgaires. Tess était en ébullition. Sa colère s’était transformée en une violente charge. Le chevalier avait levé le bras avec désinvolture pour attraper sa lance, pensant que ce serait bien s’il prenait le coup. Normalement, une lance ne pouvait rien faire au corps d’un noble. Il y aurait une légère douleur, mais la blessure elle-même guérirait immédiatement. Les chevaliers s’entraînaient à supporter une telle douleur. Ils comptaient sur leur force et leur régénération pour dominer et réprimer les roturiers.

Naturellement, ce chevalier faisait de même. Il souriait alors que la lance lui poignarda le bras — sans doute parce qu’il avait prévu de s’emparer de Tess et de lui arracher ses vêtements. En fait, il pensait que ce serait du gâchis de contre-attaquer et d’endommager potentiellement la jolie chose qu’il voulait.

Mais contrairement à ses attentes, la lance de Tess lui avait transpercé le bras et lui avait fait pousser un cri. Sa lance était enduite de Halahala, après tout. Cette douleur était au-delà de ce qu’il avait enduré pendant son entraînement. Il hurla dans une véritable agonie.

« Espèce de salope ! Qu’est-ce que tu as fait, bon sang !? » s’écria-t-il.

Ce cri qui aurait dû être impossible envoya des vagues d’agitation à travers les défenseurs tout en inspirant les attaquants. Alors que le chevalier se tordait d’angoisse, Bandore y vit une occasion d’agir pour tuer.

Il avait repris pied et avait donné un grand coup de hache recouverte de Halahala, puis il trancha la tête du chevalier d’un seul coup. Le corps sans tête du chevalier s’était effondré sur le sol avec un bruit sourd. Bandore l’avait saisie et avait tenu en l’air la tête.

« Voici ! Nous pouvons tuer ces chevaliers ! Nous pouvons tuer ces putains de vampires ! » cria Bandore.

Un cri de guerre avait alors été lancé par les assaillants. C’est alors que les troupes défensives avaient réalisé que ce n’étaient pas des ennemis communs auxquels elles avaient affaire.

« Que se passe-t-il ? Utilisent-ils des calibres sanguins ? » demanda un défenseur.

« Impossible ! »

« Mais ils viennent de tuer un chevalier ! »

« Rassemblons nos forces ! Soldats ! Fermez les portes ! »

La peur se répandit dans leurs rangs, et la sonnette d’alarme résonna dans toute la prison. C’était le signal d’urgence pour toutes les forces qui devaient se concentrer sur le front.

« Ne les laissez pas fermer la porte ! » cria quelqu’un de Cobalt.

Ainsi, la bataille pour la porte principale de la prison commença.

Les bruits de destruction et le son de la cloche au loin indiquaient que le plan se déroulait sans encombre. Nagi et les forces d’élite de Cobalt étaient à l’affût devant les bois arrière de la prison, attendant que le plan passe à l’étape suivante.

La porte arrière de la prison de Ronadyphe était beaucoup plus petite que la porte principale. Il y avait un seul garde debout près d’une palissade en bois. Il était, bien sûr, conscient de l’attaque de la porte principale et était visiblement agité. La salle de garde était juste à côté de lui, mais presque tous les soldats qui s’y trouvaient étaient allés à la porte principale.

« Allons-y, » déclara Keele en se léchant les lèvres.

« D’accord. Notre objectif est le donjon souterrain. Nous y prendrons le chemin le plus court. Comme je l’ai dit plus tôt, j’aimerais que tu nous couvres depuis l’arrière, Nagi, » expliqua Senak. Il faisait également partie de l’équipe. « Tout le monde est-il prêt ? »

Les autres membres de Cobalt élevèrent la voix en signe de reconnaissance, et Nagi lui fit un signe de tête.

« Alors, allons-y. C’est le signal de départ de notre contre-offensive ! » déclara Senak.

« Ouais ! »

Keele s’était élancé en avant tout seul en riant comme s’il s’amusait. Tous les autres avaient couru après lui.

Le garde les avait remarqués et avait ouvert la bouche pour crier. « Qui est — . »

Keele avait alors tranché la gorge du garde, puis avait laissé le corps tomber au sol.

« Que quelqu’un vienne ouvrir ça. »

Senak s’était approché de la porte tandis que Keele tenait son épée prête.

« C’est verrouillé, » rapporta Senak.

« Gautsch ! »

Lorsque son nom avait été appelé, le plus grand d’entre eux s’était avancé. Gautsch était encore plus grand que le Crestfolk Bandore. Il maniait un énorme marteau, qui était plus long que sa taille. Il leva son arme en silence, puis le fit descendre sur la porte.

La porte en bois avait alors subi trois chocs violents — comme pour protester contre une telle violence déraisonnable — avant de se fissurer et de se détacher des ferrures.

« Donne un coup de pied, » ordonna Keele.

Gautsch envoya une énorme botte frappée dans la porte brisée. Elle avait été poussée de force vers l’intérieur, provoquant un glapissement de l’autre côté, où un garde la tenait fermée. Keele était alors entré en action, provoquant un dernier cri au garde.

« Montez. »

Tout le monde avait suivi l’ordre de Keele. La porte arrière était seulement assez grande pour que deux personnes puissent passer à la fois, donc il fallait un peu de temps pour qu’ils entrent tous.

« C’est beaucoup trop facile, » marmonna Keele, qui semblait s’ennuyer. « Allons-y. »

Il s’était avéré que la salle de garde était pratiquement vide. Il ne restait qu’un soldat.

« N’est-ce pas une bonne chose ? » demanda Senak.

« Les chevaliers ne sont pas encore sortis. C’est vraiment nul. Ils ne sont pas tous partis dans l’autre sens, n’est-ce pas ? »

La mêlée qui se déroulait à l’entrée principale était à peu près égale. On pourrait même dire que Cobalt se battait bien. Il y avait quatre-vingts personnes du côté de Cobalt et à peu près le même nombre de gardiens de prison. Presque toutes les forces de la prison avaient été jetées vers les portes avant.

Malgré les nombres équivalents, les défenseurs avaient un net avantage. Les portes elles-mêmes avaient été ouvertes de force, mais la structure même de la prison jouait en faveur de ses défenseurs. Pour couronner le tout, il y avait quatre chevaliers parmi eux. Même s’ils pouvaient être blessés par le Halahala, ils avaient toujours des capacités surnaturelles. Ce qui permit à Cobalt de mener un si bon combat malgré ce fait, c’était que les mouvements des chevaliers avaient perdu de leur éclat.

Les chevaliers avaient peur du Halahala. Ils se défilaient face à ces ennemis qui, contre toute attente, étaient capables de les tuer. Cependant, leur étonnement initial commençait à s’estomper.

« Calmez-vous ! Ce n’est encore qu’une foule ! Rassemblez-vous ! »

Si les chevaliers se battaient avec sang-froid, personne n’avait une chance contre eux. Peu à peu, ils massacreraient les envahisseurs.

Tess se battait aux côtés de Bandore.

« Mangez ça ! »

« Trop lent. »

Un chevalier avait évité avec désinvolture le grand swing de Bandore. Tess avait tenu le chevalier en échec pour éviter une contre-attaque. Les deux Crestfolk coordonnaient peu à peu leurs mouvements, et parvenaient ainsi à peine à se battre sur un pied d’égalité.

« Sauvages impertinents ! Vous ne me laissez pas le choix… »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

Laisser un commentaire