La Croix d’Argent et Dracula – Tome 5 – Chapitre 3 – Partie 4

Bannière de La Croix d’Argent et Dracula †††

Chapitre 3 : La Furie du Pourpre

Partie 4

« J’ai toujours trouvé cet endroit trop sombre et lugubre. Qu’est-ce qu’ils ont en tête, en laissant des filles dans ce genre d’endroit ? »

« L’éclairage n’est-il pas convenablement installé ? Y réfléchissons-nous trop ? »

Mei et Kirika discutaient dans le salon des visiteurs afin de tuer le temps.

La « décoration intérieure » de la Section des Enquêtes Surnaturelles, qui ne s’attendait pas à la visite d’étrangers, avait été une véritable bombe à retardement — c’était seulement des murs en béton nu.

Bien que quelqu’un leur ait servi du thé, personne d’autre n’était venu s’occuper d’elles après cela.

« J’espère vraiment qu’Eruru-chan pourra obtenir des informations utiles. Franchement, pourquoi dois-je perdre autant de temps pour cette enfant ? » demanda Mei.

Mei semblait extrêmement mécontente. Kirika la fixa comme si elle réfléchissait à quelque chose.

« ... Quoi ? » demanda Mei.

« Rien. En vérité, vous ne m’avez pas l’air très heureuse. Non seulement Kujou-kun récemment, mais vous avez aussi l’air déprimée, » déclara Kirika.

« Bien sûr que non ! Pourriez-vous ne pas faire des suppositions au hasard, d’accord ? » demanda Mei.

Mei nia, mais Kirika resta ferme.

Mei avait continué : « ... Ça m’énerve vraiment d’entendre ça de votre bouche. Je vais être clair avec vous. Cette fille est une rivale, une ennemie. Que pourrait-elle être d’autre ? Qui sait quand Hi-kun pourrait se transformer en vampire ? En fait, la dernière fois n’était-ce pas vraiment dangereux ? »

« C’est vrai. Mais... Cette enfant, est-ce un vrai vampire ? » demanda Kirika.

En entendant cette question qui avait renversé la question fondamentale, Mei s’était sentie perplexe.

Rushella était certainement étrange parmi les vampires, mais peu importe son apparence, c’était sans aucun doute une vampire.

« De quoi parlez-vous après que les choses en soient arrivées là ? Comme vous l’avez dit, Senpai, à première vue, ce n’est qu’une lycéenne obstinée qui souffre d’un cas extrême de délire de la princesse, » déclara Mei.

« Oui... En effet, elle est bien loin de l’image d’une Véritable Ancien qui a vécu pendant des siècles. Elle était complètement différente des descriptions de ma grand-mère. C’est pourquoi j’ai senti que quelque chose n’allait pas depuis le début, » déclara Kirika.

Sur la base de ses propres connaissances, Kirika s’était également penchée sur les origines de Rushella d’un point de vue différent de celui d’Eruru.

Ce qui l’inquiétait particulièrement, c’était la vie quotidienne de Rushella — surtout la façon dont elle se battait et se chamaillait avec Mei chaque jour.

« Dites, vous vous battez souvent avec Dracula-san... Y allez-vous à fond ? » demanda Kirika.

« Euh !? Eh bien, parfois... Je pense que je garde encore une assez bonne retenue, » répondit Mei.

« Si vous étiez enfermée dans la lutte pour la mort, seriez-vous capable de la détruire ? » demanda Kirika.

« Wôw, ce “si” est très effrayant... Senpai, vous agissez de plus en plus comme Eruru-chan, » déclara Mei.

« Je vous le demande sérieusement. Pas si vous le faites, mais si vous êtes capable de le faire, » déclara Kirika.

En voyant l’expression solennelle de Kirika, Mei se replaça et ne plaisanta plus.

Après avoir réfléchi pendant un certain temps, elle avait parlé sérieusement.

« Je crois... Je peux le faire. Mais il me faudra une situation de vie ou de mort pour faire ressortir mon vrai pouvoir. Bien sûr, dans ce genre de situation, je me préparerais aussi à me faire tuer. Qui sait si nous pourrions nous retrouver dans un match nul, mais c’est sûr, ce sera un combat serré, n’est-ce pas ? » déclara Mei.

« Je vois... Au fait, votre puissance est bien inférieure à celui de la créature originale de Frankenstein, n’est-ce pas ? » demanda Kirika.

« Oui, mais c’est différent ? Je me concentre plus sur l’apparence et les techniques ! » déclara Mei.

« C’est là le problème. Ce vampire Miraluka a dit qu’il faudrait la créature originelle pour avoir une chance contre un Véritable Ancien. Dans tous les cas, la créature de Frankenstein était supérieure en force. Après tout, il n’a pas été affecté par le sang ou la lumière du soleil et il était en conséquence beaucoup plus stable. Mais vous pouvez égaler Rushella malgré le fait que vous soyez faite avec des spécifications plus basses que la créature originale. N’est-ce pas étrange ? Est-ce qu’un Véritable Ancêtre n’a que cette faible puissance ? » demanda Kirika.

Ce point de vue aiguisé la rendit sans voix.

C’était en effet ce que Kirika avait souligné.

C’était précisément parce que Mei se battait avec Rushella presque tous les deux jours que ces paroles frappaient vraiment avec force en elle.

Rushella était certainement une vampire de haut niveau, mais elle n’était pas du niveau d’un Véritable Ancien.

Par conséquent, Mei avait toujours été sceptique quant à l’identité de Rushella, se moquant souvent d’elle sur cette question.

« Alors cette enfant est vraiment un faux Véritable Ancien... ? » demanda Mei.

« Peut-être. Mais dans ce cas, Kujou-kun l’aurait signalé dès le début. Ça aurait été plus facile d’enquêter sur son passé. En d’autres termes, il y a bien plus qu’être un imposteur. Les choses ne sont pas si simples. Avez-vous d’autres indices ? » demanda Kirika.

« Pourquoi me demandez-vous ça ? Ne devriez-vous pas demander à Hi-kun ou Eruru-chan ? » demanda Mei.

« À part Kujou-kun, c’est vous et moi qui avons le plus interagi, non ? Dites-moi si vous pensez à quelque chose, » déclara Kirika.

En entendant Kirika demander avec tant de force, Mei se souvient que Rushella et elle avaient commencé à se chamailler depuis le deuxième jour d’école.

Cependant... Elle ne pensait à rien de spécial.

Rushella était arrogante, bruyante, compétitive, toujours en train de se disputer... etc. Mei se souvenait de tout.

Tout au long de leurs journées de chamailleries, y avait-il quelque chose qui clochait ?

Son corps pouvait encore se souvenir de ce sentiment.

Après avoir passé tant de temps avec Rushella, ce sentiment était de plus en plus fort.

« Cette enfant... Ne devient-elle pas de plus en plus faible ? » demanda Mei.

« Hein ? » s’exclama Kirika.

« Elle aurait dû sucer le sang de Hi-kun depuis le début, donc la malnutrition n’est certainement pas un problème, mais je pense que... le début, c’était en fait quand sa puissance était à son apogée et je ne pouvais pas être négligente avec elle. Bien sûr, cela ne veut pas dire qu’elle a vécu un changement extrême, la différence est très faible... C’est ce que je tiens à souligner, » déclara Mei.

« Boire du sang depuis le début, mais faiblir en force... ? Quelle pourrait être la raison... !? » demanda Kirika.

Kirika croisa les bras et s’était mise à réfléchir. Mei fronça aussi les sourcils en raison de sa perplexité.

Il y avait un bruit.

Avec des sens aiguisés surpassant les gens ordinaires, elle avait capturé les rugissements d’une bête derrière les murs.

Et au même moment, une puanteur envahissait ses narines.

Il y avait aussi l’odeur piquante du sang.

« Hé... Y a-t-il une urgence ? » demanda Mei.

« Eh... ? » Kirika ne comprenait pas pourquoi.

À ce moment, une fissure était apparue dans le mur de béton devant les deux filles.

†††

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire