La Croix d’Argent et Dracula – Tome 5 – Chapitre 3

Bannière de La Croix d’Argent et Dracula †††

Chapitre 3 : La Furie du Pourpre

†††

Chapitre 3 : La Furie du Pourpre

Partie 1

« Je ne me souviens pas avoir autorisé vos amies à participer à l’interrogatoire ? » Oogami Rangetsu regardait Mei et Kirika qui suivaient Eruru et les interrogea avec mécontentement.

Dans le District de Kasumigaseki — Département de la police métropolitaine.

Au quartier général de la Section des Enquêtes Surnaturelles, au cœur du DPM, Eruru et Rangetsu s’affrontaient.

Samedi après-midi, Rangetsu avait trouvé sa collègue généralement peu coopérative qui avait pris l’initiative de s’incliner devant elle et de demander la permission d’interroger le suspect sous leur surveillance.

Eruru l’avait interrogé auparavant et le suspect était actuellement sous la responsabilité de Rangetsu.

Voyant l’attitude ferme et suppliante d’Eruru, Rangetsu s’était sentie curieuse et avait approuvé la demande, mais ne s’attendait pas à ce qu’elle amène du personnel non apparenté.

« Sudou-san, je peux comprendre, mais cette lycéenne n’a rien à voir avec cette affaire, non ? Si vous voulez de l’expérience professionnelle, allez voir ailleurs, » déclara Rangetsu.

« Uno-san est ici parce que j’ai une demande pour elle après ça. Je vais interroger le vampire seule. Ce sera bien, n’est-ce pas ? » répliqua Eruru.

« Très bien, ne vous faites pas d’idées bizarres, d’accord ? » déclara Rangetsu.

« J’ai du mal à vous comprendre. Y a-t-il un problème avec mon interrogatoire ? » demanda Eruru.

« ... C’est vrai. Au fait, Kujou-kun va-t-il bien ? » demanda Rangetsu.

Il ne s’agissait pas seulement d’une salutation, mais aussi d’une tentative d’obtenir de l’information.

Rangetsu avait déjà appris que Rushella s’était enfuie de chez lui et qu’un nouveau vampire était apparu — plutôt, revenu — aux côtés d’Hisui.

Elle voulait voir comment Eruru réagirait à cela.

Néanmoins, Eruru n’avait même pas sourcillé.

« Qui sait ? Personne n’a mordu ou bu son sang récemment. Il est sûrement plus vivant que d’habitude. Et si vous essayiez d’avoir un rendez-vous avec lui ? » demanda Eruru.

« Qu’est-ce que vous venez de dire ? » Rangetsu avait nié verbalement, mais son visage était devenu rouge.

Eruru sourit et continua.

« Au fait, il a dit tout à l’heure qu’il aimerait aller faire un barbecue. Vous devriez connaître un bon endroit, non ? » demanda Eruru.

C’était précisément le domaine d’expertise de Rangetsu. Elle s’était instantanément illuminée d’un sourire.

« Eh... Vraiment ? Alors, permettez-moi, l’experte en barbecue du Département, de le sortir personnellement... ! » s’exclama Rangetsu.

« Je plaisante, c’est tout. Qu’est-ce qui vous excite ? Quelle idiote ! » déclara Eruru.

« Qui traitez-vous d’idiote ? » demanda Rangetsu.

« Je parle de vous, le genre de personne qui s’excite en raison d’un lycéen. Faut-il agiter les bras comme ça ? Quel gaspillage d’énergie ! » s’exclama Eruru.

« Sur quelle base affirmez-vous qu’il s’agit d’un gaspillage d’énergie ? De plus, de quel droit me critiquez-vous ? » demanda Rangetsu.

En entendant Rangetsu dire ça, Eruru avait instantanément froncé les sourcils.

Elle avait vraiment l’air en colère.

 

 

« ... Ne me comparez pas à vous. Je ne ressens rien pour ce genre de personne, » déclara Eruru.

« Oh vraiment ~ ? Je n’ai jamais dit explicitement que c’était Kujou-kun. Vous en rendez-vous compte ~ ? » demanda Rangetsu.

« ... Je n’ai pas non plus dit que je parlais de Kujou-san, » répliqua Eruru.

« Alors de qui vous parliez ? » demanda Rangetsu.

Des étincelles invisibles avaient éclaté entre les deux filles.

Cependant, le conflit s’était instantanément apaisé. Après tout, c’était un poste de police. Tous les deux avaient rapidement stabilisé leurs émotions. Rangetsu détourna son visage en affichant son mécontentement.

« Dépêchez-vous et faites ce que vous avez à faire. Au cas où, je serai dans la pièce voisine. Vous deux, trouvez un endroit où vous asseoir pour l’instant, » Rangetsu demanda à Mei et Kirika de s’asseoir tout en bougeant les yeux pour qu’Eruru se dépêche.

Eruru s’inclina et partit plus profondément sous terre.

Rangetsu l’accompagnait pendant que Mei et Kirika restaient là où elles étaient, assises sur un canapé pour les visiteurs.

« Alors... Senpai, l’avez-vous rencontrée après ça ? » demanda Mei.

« Non, mais grand-mère l’a vue une fois. D’après ce qu’elle a dit, Rushella-san ne reviendra probablement pas. En fin de compte, personne ne sait rien de ce qu’elle veut découvrir…, » répondit Kirika.

Kirika soupira de sympathie.

Elle était venue chercher Eruru aujourd’hui, car elle voulait discuter du fait que Rushella avait rendu visite à sa grand-mère.

Après que la grand-mère de Kirika ait vu Rushella, elle ne l’avait dit qu’à une seule personne — Kirika.

C’est vous qui décidez de ce qu’il faut faire — s’était vue confier cette lourde responsabilité, Kirika avait décidé de ne le dire qu’à Eruru et Mei.

« Mais Senpai, pourquoi ne l’avez-vous pas dit à Hi-kun ? C’est sûrement lui qui s’inquiète le plus pour Rushella. Et aussi, ce que Rushella veut savoir... La mère adoptive de Hi-kun devrait savoir quelque chose, non ? » demanda Mei.

« C’est ce que j’ai d’abord pensé... Mais plus tard, j’ai commencé à hésiter. Bien sûr, c’est peut-être dû à mon égoïsme, » répondit Kirika.

Kirika sourit avec un certain degré d’autodérision.

Le fait qu’Hisui et Rushella se soient quittés était à son avantage de diverses façons.

Mais même après mûre réflexion, elle avait finalement décidé de ne pas le dire à Hisui, il était indéniable qu’une partie de tout ça venait de ses sentiments de fille.

« C’est très normal, non ? Saisir l’occasion de consoler le cœur brisé d’un homme, c’est chose courante dans l’histoire. De plus, si vous vouliez vraiment voler le cœur de Hi-kun, vous ne nous l’auriez pas non plus dit, n’est-ce pas ? Je pense que vous êtes une fille géniale pour essayer de gérer cette affaire discrètement sans blesser Hi-kun, non ? C’est presque aussi bien que moi, mais pas tout à fait, » répondit Mei.

Mei gonfla fièrement sa voluptueuse poitrine et se pencha en arrière sur le canapé.

Kirika avait souri ironiquement en fixant le couloir où Eruru était partie.

Actuellement, tout espoir avait été confié à cette fille de petite taille.

Naturellement, elle espérait que les cicatrices mentales d’Hisui pourraient guérir tandis qu’en même temps, Rushella pourrait trouver le salut.

 

☆☆☆

 

Eruru et Rangetsu avaient marché le long du couloir de quarantaine fortement gardé.

L’un des objectifs de cette installation souterraine était l’isolement du monde extérieur. Dans le pire des cas, il était possible de couper tout contact avec l’extérieur, formant ainsi un espace complètement étanche.

En raison d’un certain incident, les défenses avaient été encore renforcées. En outre, une augmentation substantielle des effectifs avait été consacrée à la sécurité.

Après plusieurs niveaux de vérification par contrôle des cartes d’identité, des empreintes digitales et des scanneurs rétiniens, Eruru était arrivée au niveau le plus bas du DPM.

« Veuillez entrer par vos propres moyens à partir de maintenant. Je pourrais vous accompagner, mais vous préférez être seule, non ? » demanda Rangetsu.

« ... Merci, » déclara Eruru.

†††

Partie 2

« La caméra de sécurité est déjà éteinte. Déclenchez l’alarme s’il se passe quelque chose... Je suppose que vous n’avez pas besoin d’un peu plus d’agacement, n’est-ce pas ? » demanda Rangetsu.

« Vous êtes vraiment prévenante dans vos préparatifs. Vous savez que je n’ai rien à vous donner en échange, n’est-ce pas ? » demanda Eruru.

« Je ne m’attendais à rien du tout. En plus, c’est avec Kujou-kun que je voudrais avoir une dette envers moi et non pas avec vous, » répliqua Rangetsu.

Eruru se plissa le visage avec déplaisir.

Elle ne s’attendait pas à pouvoir cacher le but de sa visite. Après tout, Rangetsu avait hérité du sang des loups-garous, elle possédait un excellent odorat.

« Dans tous les cas, vous êtes là pour Kujou-kun, non ? Venir jusqu’ici pour interroger un vampire, c’est sûrement lié à cette enfant arrogante, non ? Quelle gentille personne vous êtes ! » déclara Rangetsu.

« ... Ce n’est qu’une partie du travail, » répondit Eruru.

Eruru s’inclina vers Rangetsu puis elle continua son chemin.

Les lourdes parois d’acier faites avec d’épaisses plaques de blindage se séparèrent à gauche et à droite, présentant le chemin vers la cellule sombre se trouvant devant ses yeux.

La partie la plus profonde du DPM servait de prison.

En tant qu’organisme d’enquête, le DPM disposait au départ d’installations pour détenir les suspects et n’avait pas besoin de créer un établissement spécialisé pour détenir ceux qui étaient déjà condamnés.

Toutefois, les cas relevant de la Section des Enquêtes Surnaturelles étaient des exceptions.

Très souvent, les suspects n’étaient même pas humains. Sans parler du fait de les condamner à la prison, il était impossible de les punir avec des lois ordinaires.

Ainsi, avant que les cas ne soient complètement résolus, les « personnes » qui n’avaient pas encore été traitées étaient enfermées dans cette prison à sécurité maximale au plus profond du DPM.

Mais une fois les affaires résolues, ces « personnes » qui n’étaient pas protégées par la loi en premier lieu pourraient très bien être éliminées à tout moment.

Leur vie et leur mort dépendaient du jugement général des supérieurs et les résultats définitifs n’étaient connus que d’une fraction de la Section des Enquêtes Surnaturelles. C’était top secret.

Même Eruru n’avait aucune idée du sort final de la majorité des monstres emprisonnés qui étaient impliqués dans des affaires.

Néanmoins, elle croyait avec certitude que le criminel qu’elle s’apprêtait à affronter serait maintenu en vie à long terme.

Bien qu’il y avait des preuves irréfutables de ses crimes et qu’il serait sans aucun doute passible de la peine de mort s’il était humain, il était après tout un spécimen précieux et il ne serait pas si facilement éliminé.

Normalement, Eruru aurait dû demander à ses supérieurs de l’exécuter rapidement, mais cette fois c’était différent.

Il y avait encore des choses à lui demander.

« Ça fait longtemps, Fergus, » déclara Eruru.

Le jeune homme s’appuyait d’une manière léthargique avec son dos contre le mur quand Eruru lui parla.

Elle n’eut pas de réponse.

Il n’avait peut-être même pas eu l’énergie pour répondre.

Il s’était battu contre Hisui et avait complètement perdu, se retrouvant avec de l’eau bénite qui avait fusionné avec son corps au niveau moléculaire.

En raison de son métabolisme, l’eau bénite serait finalement expulsée du corps, mais la puissance de ses propriétés sacrées, naturellement antagonistes envers son corps causait une douleur brûlante à chacune de ses cellules, le tourmentant encore à ce jour.

De plus, emprisonné ici pour subir de durs interrogatoires, ce fut sans aucun doute un enfer pour un vampire.

Après une série d’interrogatoires, il avait été ligoté à l’aide de chaînes en argent sur lesquelles étaient gravés des caractères, empêchant son corps de bouger librement.

Pendant qu’il s’appuyait contre le mur, des chaînes attachées au mur maintenaient ses poignets verrouillés, le retenant en ce moment par le pouvoir du sacré.

« J’ai quelque chose à vous demander. Pouvez-vous parler ? » Eruru parlait avec indifférence, sans aucune expression sur son visage.

Le jeune homme blond gardait toujours la tête baissée, ne bougeant pas.

Son corps pâle était très maigre, clairement mal nourri.

« Si les poches de sang de transfusion sont assez bonnes, je pourrais vous en préparer ? Ce serait un problème pour moi si votre cerveau ne pouvait pas un peu fonctionner, » déclara Eruru à contrecœur.

Utiliser le sang comme tentation était la méthode la plus taboue de son point de vue. Si Fergus avait mordu à l’hameçon, cela ne ferait que lui rappeler sa propre lignée maudite.

Mais en ce moment, chaque seconde comptait.

Elle devait à tout prix obtenir des informations de cet homme.

Fergus semblait réagir au mot « sang » et leva les yeux.

D’un visage pâle et beau à l’origine, illustrant le style vampire, il avait maintenant l’air d’avoir largement dépassé l’âge de vingt ans.

Les blessures subies dans la bataille contre Hisui, combinées à la dureté de la prison, avaient tourmenté son corps et son esprit. Le visage de Fergus avait été sculpté avec les rides appelées douleur, toutes couvertes de cicatrices.

« ... C’est toi. C’est toi. Maudit enfant tabou. Je ne m’attendais pas à tomber si bas au point d’être regardé de haut par un demi-frère comme toi…, » les paroles de Fergus étaient pleines d’autodérision.

En effet, d’un côté était la dhampire Eruru et de l’autre Fergus le Pur parmi les Purs, une lignée de vampires purs descendant d’un Véritable Ancien. Leur différence de statut était aussi disparate que le ciel et la terre.

Dans la société vampire, Eruru était au plus bas niveau tandis que Fergus serait un noble du plus haut rang.

Mais ces classes sociales idiotes n’avaient rien à voir avec Eruru.

Tout en dirigeant le canon sacré d’Argentum vers Fergus, Eruru ordonna froidement. « La différence d’emplacement entre nos têtes est équivalente à notre différence de position. Si vous ne voulez pas manger une balle, répondez à mes questions avec obéissance. »

« Peux-tu le faire... ? Après tout, je suis toujours en vie... Ça veut dire que j’ai toujours de la valeur en restant vivant. Si des ordres d’exécution étaient donnés, tu me transpercerais sûrement la tête d’une balle, sans hésiter du tout... Pas vrai ? » demanda Fergus.

Il parlait par fragments, mais il avait raison.

Eruru avait le pouvoir d’interroger, mais pas d’exécuter.

Néanmoins.

Eruru avait appuyé sur la détente.

Avec un bang, la balle avait été tirée soudainement du canon avec une bouffée de fumée, pénétrant le corps de Fergus.

« ... ! ! »

« Ça fait si mal que vous ne pouvez pas faire de bruit, n’est-ce pas ? Merveilleux, » déclara Eruru sans pitié, sans le moindre éclat de rire sur son visage.

Son regard glacial se concentrait sur la jambe droite de Fergus qui avait été percée par la balle.

« En effet, je ne peux pas vous détruire, mais je peux faire tout ce que je veux en dehors de ça. Chaque fois que vous m’énervez, j’appuierais sur la gâchette pour vous, qu’en dites-vous ? Dites-moi si vous avez soif, parce que je vous apporterai un verre d’eau bénite, » déclara Eruru.

Les mots et l’expression d’Eruru étaient totalement impitoyables.

Ce type était un vampire vicieux qui avait tué beaucoup d’humains sans pitié. Le laisser vivre serait un affront à la justice.

Les yeux d’Eruru scintillaient d’une flamme sévère de colère. Le visage convenable de Fergus était devenu grotesque à cause de la douleur.

« Ce gosse m’a fait comprendre que ce ne sont pas les vampires qui font vraiment peur, mais les humains... Toi aussi... comme on s’y attendait d’une personne dont l’héritage vient à moitié de l’homme... »

« Ma balle semble avoir amélioré la fluidité de votre discours. C’est maintenant à mon tour de poser les questions. Je ne tournerai pas autour du pot. Qui sont les Véritables Anciens ? D’où viennent-ils ? » Sans poser son arme, Eruru interrogea Fergus.

Cette question avait dû traverser l’esprit de tous ceux qui avaient déjà eu affaire à des vampires.

Actuellement, Eruru tente d’ouvrir la porte à ce grand mystère.

Elle avait continué :

« Je sais qu’il y avait douze Véritables Anciens, toutes des femmes. Elles ont chacune établi leur propre lignée en ayant des enfants ou en accueillant des serviteurs. Alors, qui étaient exactement ces Véritables Anciens ? Des monstres d’un autre monde ? Ou de l’espace ? Ou des gens qui ont subi une sorte de changement dramatique ? »

« Pourquoi... demander à ce sujet ? Es-tu curieuse de connaître tes propres racines... ? » demanda Fergus.

« C’est moi qui pose les questions, » déclara Eruru.

Eruru pressa le canon encore chaud contre le front de Fergus.

Brûlé, Fergus grimaça en raison de la douleur, mais Eruru n’y avait pas prêté attention.

« Répondez-moi... Même si les autres vampires ne le savent pas, un gars comme vous qui est le plus proche d’un Véritable Ancien pourrait peut-être savoir quelque chose ? N’avez-vous jamais entendu parler de la façon dont votre propre ancêtre, le Véritable Ancien, a établi sa famille puis comment elle a gouverné ? » demanda Eruru.

« ... La naissance des Véritables Anciens est un secret parmi les secrets de notre clan. De plus, elles n’ont jamais dit grand-chose sur elles-mêmes. Par conséquent, je sais très peu de choses. Ce que je sais ne vient que de fragments de la tradition orale, » répondit Fergus.

« Très bien. Dites-moi. Que sont exactement les Véritables Anciens ~ ? » demanda Eruru.

Entendant Eruru voulant poursuivre la question, Fergus rit impuissant et s’arrêta un moment avant de parler.

« Ces ancêtres étaient appelés “Ceux qui ont bu”, » répondit Fergus.

« “Ceux qui ont bu”... ? N’est-il pas évident que les vampires boivent ? Où est-ce parce qu’elles ont bu quelque chose qui n’était pas du sang ? Ou peut-être qu’elles ont bu une sorte de sang spécial ? » demanda Eruru.

« Le sang de Dieu. Ainsi va la rumeur, je ne sais pas si c’est vrai, » répondit Fergus.

« Les vampires adorent les dieux ? Des divinités d’où ? Comme les dieux anciens de l’antiquité ? » demanda Eruru.

Eruru ne pouvait s’empêcher de rire, mais Fergus restait sérieux.

Ses yeux cramoisis fixèrent en silence Eruru.

En voyant ses yeux, Eruru réalisa.

Ce qu’il voulait dire par le mot « Dieu ».

Il y avait d’innombrables divinités dans le monde entier, mais pour les vampires nés en Europe, il n’y avait qu’un seul Dieu qui représentait une menace réelle.

« Pas possible... Ils ont bu le sang de cette personne... Impossible !? » s’écria Eruru.

« Ainsi va l’histoire. Au dernier souper, il a considéré le pain comme son corps et le vin comme du sang à partager et à distribuer avec ses douze disciples. Mais les douze dames qui l’admiraient ne reçurent rien. Même à ses derniers instants, elles n’ont pas eu l’occasion de faire leurs adieux. Elles ne pouvaient donc chercher à satisfaire leurs désirs qu’à partir de son cadavre. En aspirant les gouttelettes de sang qui s’écoulaient, c’était la plus méprisable et la plus pitoyable première absorption de sang. Mais pour mon clan, c’était le “premier baiser” digne d’être commémoré, » déclara Fergus.

La main qui tenait la poignée de l’arme tremblait.

La vérité sur les Véritables Anciens, qu’aucun expert n’avait atteinte… elle n’aurait jamais pensé qu’elle l’entendrait dans le coin de ce genre de cellule de prison.

Et la vérité pesait lourdement sur elle.

†††

Partie 3

Tremblant légèrement, Eruru déclara.

« Les vampires consomment le sang humain pour drainer l’âme et augmenter leurs serviteurs. Cependant, il y a aussi des rumeurs selon lesquelles le fait de partager son sang avec d’autres personnes peut aussi créer des serviteurs supplémentaires. Mais d’après ce que j’ai entendu, ces tentatives échouent généralement. Les humains qui ont obtenu du sang de vampire sont devenus des monstruosités, ni vampire ni humain... Ces rumeurs proviennent-elles de l’histoire dont vous parlez ? Ces douze femmes avaient bu le sang de Dieu une fois. Néanmoins, elles ont peut-être été punies pour avoir souillé le corps de Dieu, ou peut-être n’ont elles pas été capables de résister à la puissance qu’elles avaient absorbée. Elles ont été punies d’un châtiment éternel. Ce sont donc les... Véritables Anciens !? »

« Peut-être. C’est tout ce que les rumeurs disent. Je n’ai aucun moyen d’en savoir plus. Mais il y a une chose pour laquelle tu as raison. Un vampire qui partage son propre sang avec quelqu’un d’autre, c’est tabou pour commencer. C’est très probablement une loi décidée par les Véritables Anciens eux-mêmes, » déclara Fergus.

Le mystère qui avait occupé le cœur d’Eruru pendant de nombreuses années avait finalement été élucidé.

Pourquoi la plupart des vampires avaient-ils une préférence unique pour le vin rouge et pourquoi craignaient-ils la croix ?

Tout cela découlait de la révérence envers Lui.

« ... Alors quoi ? C’est tout ce que tu voulais savoir ? Je doute que tu aies fait tout ce chemin pour écouter des rumeurs invérifiables, n’est-ce pas ? » demanda Fergus.

« Naturellement, abordons maintenant le vrai sujet. Après la mort des Véritables Anciens, vous aviez peur que la pureté de la lignée vampirique soit compromise, c’est pourquoi il y a dix ans, vous avez décidé de demander l’aide de la mère nourricière de Kujou-san, » déclara Eruru.

« Et alors ? » demanda Fergus.

« ... Mais après votre réveil sous la mer, vous avez insisté pour aller auprès de Rushella. Comme Miraluka n’était plus là, donc changer de cible était logique. Mais vous avez apparemment dit à Rushella que Miraluka était la dernière Véritable Ancien il y a dix ans. Alors pourquoi avez-vous choisi Rushella ? Si ce que vous avez dit est vrai, alors ce n’est pas une Véritable Ancien. Et pour vous qui insistez tant sur les lignées sanguines, seuls les Véritables Anciens ou autres Purs parmi les Purs devraient être ceux qui pourraient attirer votre regard. Que se passe-t-il ? » Eruru aborda la question centrale, et son ton de voix devient fort.

En revanche, les lèvres sèches de Fergus s’étaient plissées en un sourire de plaisir.

« Je suis né comme l’un des Purs parmi les Purs précisément à cause d’une insistance sur les lignées sanguines. Il devrait y avoir beaucoup d’autres personnes d’autres lignées qui sont d’accord avec moi, » déclara Fergus.

« Et alors ? Les notions stupides des vampires sur la pureté du sang n’ont rien à voir avec moi, » déclara Eruru.

« Les humains ne sont-ils pas pareils ? Depuis l’antiquité, combien de dynasties ont recherché la pureté du sang en créant des candidates successeures pour maintenir les lignées sanguines ? Si les mortels peuvent trouver des solutions, pourquoi ne pourrions-nous pas le faire, nous les vampires ? » demanda Fergus.

« Candidates successeures... Pas possible !? » s’écria Eruru.

« Les Véritables Anciens originaux étaient au nombre de douze. Mais lorsque les Véritables Anciens survivants furent réduits de moitié, les partisans de la pureté du sang dans les clans commencèrent à agir. Si la destruction était possible, la création l’était aussi. Les Véritables Anciens seraient créés une fois de plus ! Créée pour devenir les candidates à la pureté du sang ! » déclara Fergus.

Une lumière rouge étincelante avait jailli des yeux de Fergus.

Mais Eruru l’avait ignoré. Son attention s’était concentrée sur l’organisation des informations qu’elle avait recueillies jusqu’à présent.

« Contrairement aux Véritables Anciens, les candidates inhabituelles... Comment les créer ? Le sang de Dieu... Non, si c’était le cas, Rushella devrait être plus... Hé, qu’est-ce que vous faites !? » s’écria Eruru.

Eruru avait retrouvé ses esprits et avait pointé son arme directement vers Fergus.

Le vampire devant elle luttait pour se libérer des chaînes.

« Futile. Dans votre état affaibli, votre corps ne peut pas briser les chaînes. Même si vous luttez pour votre liberté, je ne vous laisserai pas partir. Même si vous réussissiez à m’échapper, croyez-vous que vous pouvez vous en sortir vivant ? » demanda Eruru.

« C’est vrai... Oui... Je ne peux plus... je ne peux plus... le faire..., » déclara Fergus.

Son ton de voix montrait sa résignation à son sort.

Cependant, cela rendait Eruru encore plus méfiante.

Ce vampire s’inclinera-t-il devant les autres si facilement, étant donné qu’il était un autoritariste au plus profond de lui-même ?

Non, c’était louche depuis le début.

Bien qu’il ait d’abord été emprisonné ici, privé de sa liberté, divulguerait-il si facilement des informations sur la véritable nature des vampires ?

De plus, la personne qui l’interrogeait était une dhampire méprisée avec qui il ne daignerait même pas parler avec en premier lieu.

C’est trop bizarre.

Quelque chose n’allait pas du tout dans la situation.

« Qu’est-ce que vous complotez ? N’essayez pas de résister inutilement ! » s’écria Eruru.

« Ce n’est pas futile... Dans tous les cas, tu seras prise au dépourvu. Il suffit d’y parvenir. Je ne désire rien de plus. En dehors de cela, je suis impuissant..., » déclara Fergus.

Son corps émacié dégageait une extraordinaire aura de violence.

À l’origine maigre comme de fins bouts de bois, ses bras devinrent soudain musclés, tirant les chaînes présentes sur ses bras tendus.

Ses crocs devenaient longs et ses griffes devenaient acérées.

Ses yeux pourpres brillaient de plus en plus.

« D’où vient ce pouvoir ? Avez-vous bu du sang ? Non, impossible... » s’écria Eruru.

« En effet... Tu ne m’as jamais donné de sang. Un vampire de haut niveau comme moi peut endurer la soif, c’est ce que tu as estimé. C’est un jugement correct. J’ai donc saisi les occasions de me faire saigner, » déclara Fergus.

« ... !? »

« ... Aucun d’entre vous ne se souciait de mes automutilations. En me voyant saigner, en ayant de plus en plus soif, vous n’avez traité cela que comme de la fatigue d’avoir été emprisonné ici... Tu n’as personne d’autre à blâmer pour ton malheur... ! » déclara Fergus.

Eruru avait finalement compris les intentions de Fergus.

Le pouvoir d’un vampire s’affaiblissait progressivement s’il était continuellement privé de sang.

Et cela allait jusqu’à enfin tomber à un niveau humain en force ou même plus bas.

Mais quand la soif atteignait une limite, leur force augmentait considérablement.

Tout comme l’éclat final avant qu’une bougie ne finisse, un vampire perdait sa raison pour devenir une bête, alors que leur conscience n’était consumée que par la pensée de satisfaire leur soif.

Le fait de parler plus tôt était la tentative de Fergus de gagner du temps.

Avant qu’Eruru n’atteigne cette cellule, sa soif approchait déjà de ses limites.

Après l’arrivée d’Eruru, il lui suffisait d’attendre encore un peu.

Il avait donc seulement choisi de répondre aux questions d’Eruru pour ne pas éveiller ses soupçons.

« Arrêtez... Un dernier combat avant de mourir est inutile. Et pour un vampire de haut niveau comme vous, n’est-ce pas la plus grande humiliation ? » demanda Eruru.

« Humiliation ? J’en ai assez... !! Dire que je serais vaincu par une bande d’humbles humains et enfermé dans ce genre d’endroit, c’est absolument la plus grande humiliation irrémédiable... Dans ce cas, je t’emmènerai au moins tout en bas pour accompagner mon voyage en enfer ! » cria Fergus.

Eruru avait réagi juste au moment où il avait fini de parler. Sans aucune hésitation, elle leva le pistolet et tira sur Fergus entre les deux yeux, mais il se déroba.

En le voyant éviter un coup de feu tiré à bout portant, Eruru ne pouvait s’empêcher d’être tendue.

Puis les chaînes s’étaient brisées.

Devant elle, il y avait une bête sans cage qui se léchait les lèvres, alors que son haleine empestait intensément le sang.

« Je vais abandonner mon être !! » cria Fergus.

Instantanément, des hurlements retentirent à travers la prison.

Ce fut la chute d’un vampire et la naissance d’une bête féroce.

Eruru voulait l’attaquer, mais une griffe violente lui avait frappé l’abdomen.

Les cinq doigts étalés s’étaient enfoncés dans son corps et lui avaient déchiré la peau.

Alors qu’elle était incapable d’éviter ça à temps, le petit corps d’Eruru avait frappé la porte de la prison.

Elle avait à peine réussi à croiser les bras en position défensive pour atténuer l’impact, mais ce n’était pas très significatif.

La différence de puissance était écrasante.

L’impact massif sur l’arrière de sa tête lui avait provoqué une vague de vertiges.

Dans sa conscience floue, Eruru vit la bête devant elle.

Une bête vêtue d’un corps fort et musclé.

Ses crocs et ses griffes étaient longs et tranchants. Les cheveux et la barbe, tous les deux blonds, étaient en désordre. La longue langue pendait à l’extérieur de sa bouche, se léchant les lèvres de temps en temps.

Sans se soucier de la bave qui coulait du coin de sa bouche, les yeux injectés de sang de Fergus fixaient Eruru.

Même le blanc de ses yeux était d’un rouge sang. Pas la moindre once de bon sens n’avait pu être trouvée dans ses yeux.

Eruru n’avait aucune puissance à offrir pour lui résister.

À ce moment critique, la porte s’était soudainement ouverte derrière elle.

« Que s’est-il passé ? » Remarquant la situation inhabituelle, Rangetsu avait passé par la porte.

Prenant Eruru dans ses bras, elle avait instantanément compris la situation actuelle en raison de la puanteur bestiale qui remplissait l’intérieur de la cellule de la prison.

Au même moment, elle remarqua que Fergus s’approchait.

Rangetsu avait pris une position défensive, essayant de soumettre le prisonnier.

Cependant, elle avait reçu un violent coup de pied au ventre.

L’impact avait presque plié son corps en forme de L tandis qu’une envie de vomir se levait le long de sa gorge.

En fin de compte, elle l’avait enduré et avait contre-attaqué avec son coude, mais un impact sur son tronc cérébral l’avait paralysée.

Bien que cela ne lui avait pas fait perdre conscience, Rangetsu ne pouvait plus se tenir debout et s’était effondrée sur le sol.

Après s’être évanouie brièvement, Eruru s’était réveillée la première et avait lutté pour se relever.

« Cela va-t-il... ? » demanda Eruru.

« Assez bien. Mais oubliez la puissance, je n’arrive pas à croire que j’ai même perdu en termes de vitesse, inacceptable... Cela concerne mon honneur. Au fait, qu’est-ce que c’est que cette chose... ? Les vampires sont-ils des monstres aussi absurdes ? » demanda Rangetsu.

« Il a déjà abandonné sa rationalité. En se laissant délibérément atteindre la limite de sa soif, il a tout abandonné pour une ultime explosion de puissance massive. Il est après tout l’un des Purs parmi les Purs. C’est vraiment terrible, » déclara Eruru.

« Je vois. Mais pourquoi n’a-t-il pas essayé de nous tuer ? Pour être honnête, je ne peux pas encaisser un autre coup direct, » demanda Rangetsu.

Tenant douloureusement l’arrière de sa tête, Rangetsu avait gémi.

Bien qu’elle appartenait à la race des loups-garous dont l’immortalité était comparable à celle des vampires, elle était incapable de parer l’attaque tout à l’heure.

De plus, il faisait actuellement jour. Sans la lune, son corps ne pourrait pas faire ressortir sa véritable puissance.

« Ce type n’a plus de raison. Tout ce qui reste dans son corps est le désir fondamental de boire du sang. Et nous avons été exclues, » répondit Eruru.

« Les monstres et les hybrides ne valent rien pour lui. Il veut boire du sang humain pur... Et le sang d’une vierge est le meilleur choix, n’est-ce pas ? » demanda Rangetsu.

Rangetsu avait compris la situation et avait immédiatement donné des ordres par radio.

L’installation devait être isolée le plus rapidement possible afin que le vampire en furie puisse être exterminé.

« Veuillez évacuer tout le personnel non armé, en particulier les femmes. Maintenant, ils seront immédiatement mordus à la gorge et tués dès qu’ils lui feront face, » déclara Rangetsu.

« Je comprends ! Nous devons aussi nous dépêcher ! » Eruru acquiesça d’un signe de tête et entra en action avec Rangetsu.

La tragédie qui avait frappé cette prison souterraine du quartier général du DPM ne devait plus se reproduire.

Afin de suivre le loup-garou rapide, Eruru avait couru aussi vite qu’elle le pouvait.

†††

Partie 4

« J’ai toujours trouvé cet endroit trop sombre et lugubre. Qu’est-ce qu’ils ont en tête, en laissant des filles dans ce genre d’endroit ? »

« L’éclairage n’est-il pas convenablement installé ? Y réfléchissons-nous trop ? »

Mei et Kirika discutaient dans le salon des visiteurs afin de tuer le temps.

La « décoration intérieure » de la Section des Enquêtes Surnaturelles, qui ne s’attendait pas à la visite d’étrangers, avait été une véritable bombe à retardement — c’était seulement des murs en béton nu.

Bien que quelqu’un leur ait servi du thé, personne d’autre n’était venu s’occuper d’elles après cela.

« J’espère vraiment qu’Eruru-chan pourra obtenir des informations utiles. Franchement, pourquoi dois-je perdre autant de temps pour cette enfant ? » demanda Mei.

Mei semblait extrêmement mécontente. Kirika la fixa comme si elle réfléchissait à quelque chose.

« ... Quoi ? » demanda Mei.

« Rien. En vérité, vous ne m’avez pas l’air très heureuse. Non seulement Kujou-kun récemment, mais vous avez aussi l’air déprimée, » déclara Kirika.

« Bien sûr que non ! Pourriez-vous ne pas faire des suppositions au hasard, d’accord ? » demanda Mei.

Mei nia, mais Kirika resta ferme.

Mei avait continué : « ... Ça m’énerve vraiment d’entendre ça de votre bouche. Je vais être clair avec vous. Cette fille est une rivale, une ennemie. Que pourrait-elle être d’autre ? Qui sait quand Hi-kun pourrait se transformer en vampire ? En fait, la dernière fois n’était-ce pas vraiment dangereux ? »

« C’est vrai. Mais... Cette enfant, est-ce un vrai vampire ? » demanda Kirika.

En entendant cette question qui avait renversé la question fondamentale, Mei s’était sentie perplexe.

Rushella était certainement étrange parmi les vampires, mais peu importe son apparence, c’était sans aucun doute une vampire.

« De quoi parlez-vous après que les choses en soient arrivées là ? Comme vous l’avez dit, Senpai, à première vue, ce n’est qu’une lycéenne obstinée qui souffre d’un cas extrême de délire de la princesse, » déclara Mei.

« Oui... En effet, elle est bien loin de l’image d’une Véritable Ancien qui a vécu pendant des siècles. Elle était complètement différente des descriptions de ma grand-mère. C’est pourquoi j’ai senti que quelque chose n’allait pas depuis le début, » déclara Kirika.

Sur la base de ses propres connaissances, Kirika s’était également penchée sur les origines de Rushella d’un point de vue différent de celui d’Eruru.

Ce qui l’inquiétait particulièrement, c’était la vie quotidienne de Rushella — surtout la façon dont elle se battait et se chamaillait avec Mei chaque jour.

« Dites, vous vous battez souvent avec Dracula-san... Y allez-vous à fond ? » demanda Kirika.

« Euh !? Eh bien, parfois... Je pense que je garde encore une assez bonne retenue, » répondit Mei.

« Si vous étiez enfermée dans la lutte pour la mort, seriez-vous capable de la détruire ? » demanda Kirika.

« Wôw, ce “si” est très effrayant... Senpai, vous agissez de plus en plus comme Eruru-chan, » déclara Mei.

« Je vous le demande sérieusement. Pas si vous le faites, mais si vous êtes capable de le faire, » déclara Kirika.

En voyant l’expression solennelle de Kirika, Mei se replaça et ne plaisanta plus.

Après avoir réfléchi pendant un certain temps, elle avait parlé sérieusement.

« Je crois... Je peux le faire. Mais il me faudra une situation de vie ou de mort pour faire ressortir mon vrai pouvoir. Bien sûr, dans ce genre de situation, je me préparerais aussi à me faire tuer. Qui sait si nous pourrions nous retrouver dans un match nul, mais c’est sûr, ce sera un combat serré, n’est-ce pas ? » déclara Mei.

« Je vois... Au fait, votre puissance est bien inférieure à celui de la créature originale de Frankenstein, n’est-ce pas ? » demanda Kirika.

« Oui, mais c’est différent ? Je me concentre plus sur l’apparence et les techniques ! » déclara Mei.

« C’est là le problème. Ce vampire Miraluka a dit qu’il faudrait la créature originelle pour avoir une chance contre un Véritable Ancien. Dans tous les cas, la créature de Frankenstein était supérieure en force. Après tout, il n’a pas été affecté par le sang ou la lumière du soleil et il était en conséquence beaucoup plus stable. Mais vous pouvez égaler Rushella malgré le fait que vous soyez faite avec des spécifications plus basses que la créature originale. N’est-ce pas étrange ? Est-ce qu’un Véritable Ancêtre n’a que cette faible puissance ? » demanda Kirika.

Ce point de vue aiguisé la rendit sans voix.

C’était en effet ce que Kirika avait souligné.

C’était précisément parce que Mei se battait avec Rushella presque tous les deux jours que ces paroles frappaient vraiment avec force en elle.

Rushella était certainement une vampire de haut niveau, mais elle n’était pas du niveau d’un Véritable Ancien.

Par conséquent, Mei avait toujours été sceptique quant à l’identité de Rushella, se moquant souvent d’elle sur cette question.

« Alors cette enfant est vraiment un faux Véritable Ancien... ? » demanda Mei.

« Peut-être. Mais dans ce cas, Kujou-kun l’aurait signalé dès le début. Ça aurait été plus facile d’enquêter sur son passé. En d’autres termes, il y a bien plus qu’être un imposteur. Les choses ne sont pas si simples. Avez-vous d’autres indices ? » demanda Kirika.

« Pourquoi me demandez-vous ça ? Ne devriez-vous pas demander à Hi-kun ou Eruru-chan ? » demanda Mei.

« À part Kujou-kun, c’est vous et moi qui avons le plus interagi, non ? Dites-moi si vous pensez à quelque chose, » déclara Kirika.

En entendant Kirika demander avec tant de force, Mei se souvient que Rushella et elle avaient commencé à se chamailler depuis le deuxième jour d’école.

Cependant... Elle ne pensait à rien de spécial.

Rushella était arrogante, bruyante, compétitive, toujours en train de se disputer... etc. Mei se souvenait de tout.

Tout au long de leurs journées de chamailleries, y avait-il quelque chose qui clochait ?

Son corps pouvait encore se souvenir de ce sentiment.

Après avoir passé tant de temps avec Rushella, ce sentiment était de plus en plus fort.

« Cette enfant... Ne devient-elle pas de plus en plus faible ? » demanda Mei.

« Hein ? » s’exclama Kirika.

« Elle aurait dû sucer le sang de Hi-kun depuis le début, donc la malnutrition n’est certainement pas un problème, mais je pense que... le début, c’était en fait quand sa puissance était à son apogée et je ne pouvais pas être négligente avec elle. Bien sûr, cela ne veut pas dire qu’elle a vécu un changement extrême, la différence est très faible... C’est ce que je tiens à souligner, » déclara Mei.

« Boire du sang depuis le début, mais faiblir en force... ? Quelle pourrait être la raison... !? » demanda Kirika.

Kirika croisa les bras et s’était mise à réfléchir. Mei fronça aussi les sourcils en raison de sa perplexité.

Il y avait un bruit.

Avec des sens aiguisés surpassant les gens ordinaires, elle avait capturé les rugissements d’une bête derrière les murs.

Et au même moment, une puanteur envahissait ses narines.

Il y avait aussi l’odeur piquante du sang.

« Hé... Y a-t-il une urgence ? » demanda Mei.

« Eh... ? » Kirika ne comprenait pas pourquoi.

À ce moment, une fissure était apparue dans le mur de béton devant les deux filles.

†††

Partie 5

Pendant ce temps, à l’entrée du quartier général du DPM...

Rushella s’était rendue dans le métro sans hésitation.

Utilisant ses yeux pourpres pour capturer un certain policier, elle lui avait ordonné de montrer la voie.

Elle avait interrogé tout le monde en utilisant les mots-clés de la « Section des Enquêtes Surnaturelles » ou en demandant où se trouvaient les personnes qui connaissaient ce terme. Elle l’avait fait à plusieurs reprises.

Et enfin, avec l’augmentation de la densité de l’information, elle s’était rendue au quartier général de la Section des Enquêtes Surnaturelles.

Prenant son temps, évitant toute action liée à l’impatience, alors qu’elle pensait avant d’agir — . Elle avait changé sa façon habituelle de faire les choses. Son intrusion était faite en utilisant des méthodes bien pensées.

Ses efforts avaient été récompensés lorsqu’elle s’était finalement infiltrée dans les locaux du siège social.

Mais ensuite, il y avait eu le vrai problème.

Son emplacement actuel n’était rien de plus que la couche extérieure de la Section des Enquêtes Surnaturelles. Le personnel externe était toujours actif dans cette zone.

Mis à part son emplacement inhabituel et souterrain, cet endroit n’était pas différent de ce que l’on voyait habituellement dans les films policiers où des gens s’adonnaient à des activités ordinaires comme dans une organisation policière normale.

En utilisant un sort d’invisibilité, l’expertise d’un vampire, pour passer par ici, cela n’était rien de difficile.

Le problème était de savoir ce qui venait ensuite — comment atteindre la cellule de la prison dans les profondeurs.

Dans le passé, Eruru lui avait dit, en partie comme un avertissement et en partie comme un conseil :

« Les monstres qui ont commis des crimes graves sont emprisonnés dans les profondeurs de la Section des Enquêtes Surnaturelles, subissant ce qui serait l’équivalent des tourments infernaux pour les vampires. »

Si elle ne mentait pas, ce type devait être là.

De tous les vampires qu’elle avait rencontrés, de tous les monstres qu’elle avait rencontrés, il était le seul à en savoir un peu plus sur ses origines — Le Pur parmi les Purs.

En supposant qu’il ait déjà été exécuté ou que d’autres monstres y soient emprisonnés, il était possible qu’elle puisse trouver quelqu’un d’autre qui connaissait ses origines.

En raison de cette dernière piste, Rushella s’était cachée et avait pris son temps.

Naturellement, elle avait pensé à s’infiltrer à l’intérieur en couvrant complètement ses traces, mais c’était en vérité très difficile à faire.

En tant qu’installation anti-monstre, il y avait naturellement beaucoup de contre-mesures. Le personnel policier actif ici était vraisemblablement résistant aux Yeux Mystiques.

Alors que Rushella était à court d’idées, elle entendit le son strident d’une alarme.

Puis des annonces d’urgence avaient été diffusées.

« Évasion de prison. Je répète, évasion. Personnel non combattant, veuillez vous dépêcher d’agir selon la procédure et attendre d’autres instructions. Je répète — . »

La section avait commencé à devenir bruyante.

Mais le personnel était après tout bien formé. Très rapidement, ils avaient mis fin à leurs tâches et pris des mesures conformément à la procédure.

Certains d’eux s’étaient précipités vers les issues de secours et avaient quitté les lieux.

D’autres étaient entrés dans certaines pièces, avaient mis divers équipements et avaient couru vers le sous-sol.

Tout le monde prenait des précautions contre une certaine menace souterraine, prenant des mesures claires en fonction de son rôle.

C’est précisément à cause de l’urgence, confrontée à une menace inconnue venant du sous-sol, qu’ils avaient relâché leur garde contre ce qui venait de la surface.

Rushella étouffa sa respiration et attendit une occasion.

Certaines personnes avaient évacué tandis que d’autres s’étaient précipitées vers les lieux. Après avoir déterminé la destination de chaque personne, Rushella s’était verrouillée sur l’une des personnes qui marchaient vers les profondeurs de la Section des Enquêtes Surnaturelles.

Alors que Rushella avait détecté la dernière personne d’un dernier groupe de personnes, elle avait agi.

Cachant sa présence, éliminant le bruit de ses pas, marchant à l’unisson parfait, elle avait suivi les policiers équipés de protections anti-vampire qui portaient des protège-cous.

Le passage sombre était rempli d’une odeur désagréable.

C’était une odeur unique, différente du saignement normal.

C’était l’odeur produite par la succion imprudente du sang.

« Ma parenté est engagée dans un comportement dépravé, » déclara Rushella.

Avec un certain degré de mépris de soi, Rushella serra les poings.

†††

Partie 6

La scène était totalement chaotique.

En tant qu’organisation policière, ils étaient bien préparés contre les criminels et les terroristes.

Et en tant que Section des Enquêtes Surnaturelles, ils avaient aussi des contre-mesures contre les monstres et les humains qui conspiraient avec les monstres.

Cependant, ils faisaient face aujourd’hui à un ennemi redoutable sans précédent.

Pour le dire simplement — c’était impossible de comprendre ses réactions

Quand ils s’attendaient à ce qu’il se précipite à la surface du sol, il était resté sous terre. Tous ceux qui l’avaient rencontré avaient connu de funestes destins.

Quand ils s’attendaient à ce qu’il tienne bon et qu’il se batte, il se déplaçait instantanément, perçant l’encerclement à une vitesse imprévisible, se cachant.

C’était précisément parce que les policiers de la Section des Enquêtes Surnaturelles étaient bien préparés contre les vampires traditionnels que l’ennemi imprévisible les jetait dans le désarroi.

Pour un monstre qui était censé penser comme un humain de faire des mouvements inattendus encore et encore...

Tout cela ne serait pas aussi négatif.

Mais le problème était que l’ennemi était excessivement puissant.

Les balles tirées par la police avaient été évitées sans effort. Lorsqu’il était confronté à la pulvérisation d’eau bénite, il n’avait pas du tout peur.

Ces attaques n’avaient servi qu’à alimenter sa férocité pendant qu’il rugissait comme une bête et attaquait.

Passant au travers des balles ainsi que les armes de mêlée, certaines personnes avaient essayé des méthodes traditionnelles — enfoncer un pieu dans le cœur. Mais dès qu’ils s’étaient approchés, on leur avait arraché la tête et ils étaient ainsi morts sur le coup.

Le blindage en alliage utilisé pour isoler le plancher avait été brisé par sa force brute, puis il s’était échappé de là.

C’était un monstre irrationnel qui était imparable.

Cette menace claire et massive avait mobilisé toute l’opposition, arrivant finalement au dernier étage du complexe souterrain.

Brisant le mur, il avait trouvé une nouvelle proie devant lui. Le monstre léchait ses lèvres avec sa langue pourpre.

« Oh mon Dieu... N’est-ce pas le vampire de la dernière fois ? Quel gâchis quant à ce beau visage, n’est-ce pas ? » face à Fergus, Mei commenta avec légèreté.

Cependant, son visage n’était pas le moins du monde détendu.

L’air était rempli d’une odeur étouffante de sang. La peau du monstre était couverte de sang séché. Il avait dû faire l’expérience d’un carnage avant d’arriver ici.

Ces yeux injectés de sang indiquaient aussi qu’il n’y avait plus de raison dans son cerveau.

Il s’était complètement transformé en bête, devenant une bête démoniaque qui ne cherchait que du sang frais.

Il était donc inutile de le capturer vivant. Mei avait décidé d’accorder la priorité à l’abattre puis elle avait commencé à l’attaquer.

Cependant, Fergus ne prêta aucune attention à Mei.

Il ne s’intéressait qu’à Kirika que Mei avait protégée derrière elle.

Fergus avait hurlé en se fendant l’oreille et avait donné un coup de pied au sol.

Il était concentré sur sa cible, le cou de Kirika.

Au dernier moment, Mei s’était précipitée entre les deux, utilisant ses deux mains pour arrêter les griffes de Fergus, puis ils s’étaient tous les deux enfermés dans un concours de force sur place.

« La cible est... le sang d’une jeune vierge ? C’est vrai, la seule qui correspond est Senpai ici... !? » Mei analysa calmement la situation alors que la dure réalité lui faisait grincer des dents.

Elle se servait de toute sa force pour écraser les mains de l’ennemi et lui casser les bras.

Malgré tout — elle perdait quand même.

Les griffes du monstre lui serraient les mains. Même ses os criaient.

« Pas encore le coucher du soleil... Quelle force... ! ? Même pour un Pur parmi les Purs, c’est trop... !? » déclara Mei.

Mei ne pouvait s’empêcher d’être anxieuse.

L’ennemi devant ses yeux avait un sourire confiant et violent suspendu sur son visage pendant qu’il coinçait sa proie insignifiante.

Mei avait titubé vers l’arrière, alors que ses mains grinçaient sous la pression.

Incapable d’égaler la force de l’adversaire, Mei avait alors crié à Kirika derrière elle. « Senpai, dépêchez-vous et courez ! »

Au même moment, un éclat de lumière éblouissant éclata dans les yeux de Mei.

Les rayons solaires avaient jailli de ses yeux. À l’origine, elle avait été préparée pour être utilisée contre Rushella, une arme destructrice concentrant le pouvoir du soleil pour contrer les vampires.

Voyant les rayons frapper le visage de l’ennemi, Mei avait l’air ravie.

Même cela n’avait pas réussi à le détruire, mais cela devrait lui avoir infligé de lourdes blessures.

Cependant...

« ... Hein !? »

Le bruit de l’os écrasé venait de ses mains.

Accompagnée d’une douleur intense, elle vit ses mains écrasées et déformées.

Mei avait pâli en regardant son adversaire, une bête en colère.

Les rayons solaires avaient certainement atteint leur cible.

Ses cheveux avaient été brûlés alors que son visage pâle et beau était complètement incinéré. Un spectacle tragique.

Cependant, ses yeux étaient complètement sains et saufs.

Une intention meurtrière encore plus grande bouillonnait dans ses yeux lorsqu’il fixa Mei d’un regard en fureur.

« — !! »

Elle n’avait jamais eu peur d’un monstre auparavant.

C’était parce qu’elle était elle-même un monstre, mais plus important encore, même contre des monstres puissants comme ennemis, elle pouvait encore les vaincre avec facilité.

Mais cette situation avait été renversée.

Les deux mains écrasées, Mei ne pouvait plus arrêter Fergus. La bête l’avait saisi par la poitrine et l’avait soulevé avec désinvolture, la jetant sur le côté.

Ce mouvement était aussi décontracté que de jeter un bout de papier dans une poubelle, mais sa force massive en avait fait un coup final.

Le corps de Mei s’était écrasé contre le mur. Malheureusement, elle s’était cogné la nuque.

Ses vêtements et sous-vêtements avaient été déchiquetés par les griffes acérées, produisant des marques rouges sur la peau de sa poitrine, exposant sa poitrine voluptueuse à l’air.

Ayant complètement perdu connaissance, Mei ne pouvait naturellement pas cacher sa poitrine exposée, alors qu’elle s’était effondrée contre le mur.

Alors Fergus n’accorda plus d’attention à Mei.

Dès le départ, il n’était pas intéressé par un humain artificiel.

Actuellement, tout ce qui restait en lui était le sommet d’un désir — la soif de sang.

L’élément qui l’avait poussé à vouloir s’avancer davantage se trouvait juste devant lui — une excellente vierge.

Les yeux de Fergus brillaient d’une lumière rouge dangereuse alors qu’il s’approchait.

Kirika était incapable de bouger, tremblante, enracinée sur place.

Bien qu’elle savait comment lutter contre les monstres, son ennemi était trop effrayant.

Plus important encore, les Yeux Mystiques du monstre... Non, l’aura meurtrière exsudée de partout sur le monstre avait bloqué Kirika.

Comme une grenouille prise au piège d’un serpent, une vierge intimidée par un vampire.

Immobilisant Kirika, Fergus avait saisi son bras.

La bête expira de grandes bouffées de puanteur nauséabonde alors qu’il portait sa bouche vers le cou de Kirika.

Ses yeux rouge sang étaient remplis de convoitise et de gourmandise, brûlant d’une soif terrifiante qui dépassait les désirs primaires.

« Non..., » Kirika secoua la tête en larmes.

Son comportement n’avait servi qu’à provoquer le cœur sadique de la bête. Fergus se léchait les lèvres en bavant.

Comme une bête carnivore, sa longue langue glissa sur le cou pâle de Kirika.

« — ! »

Frissonnant intensément, elle avait lutté avec dégoût.

Fergus avait ignoré sa résistance et avait ouvert les mâchoires.

Cette façon de manger ne consistait plus à sucer du sang. Il était très probable qu’il lui arracherait un gros morceau de la chair de son cou.

 

 

Puis, avant que les crocs aiguisés n’entrent en contact avec la peau, une rafale s’était abattue sur le ventre de la bête.

« Lâchez-la !! »

Avec vigueur, comme s’il tentait d’arracher son ventre, le nouveau venu déchaînait un coup de pied féroce tournoyant digne d’un milieu de terrain.

L’impact ressemblait à un coup de pied fait dans un lourd pneu. Fergus avait été séparé de Kirika.

« ... Oogami-san ? »

Entourée par la peur, Kirika remarqua sa sauveuse.

Rangetsu avait l’air d’avoir fait tout ce chemin jusqu’ici, haletant sans arrêt, la bouche ouverte.

Elle essayait probablement de dire à Kirika de s’échapper, mais avant de pouvoir parler, Fergus avait attaqué.

*Rugissement*

« Tsk... ! »

Rangetsu fit claquer la langue et n’eut d’autre choix que d’engager Fergus dans un combat rapproché.

Fergus ne se souciait pas du tout des tactiques, utilisant simplement ses bras puissants, essayant de déchirer la chair de sa proie. Rangetsu avait gardé ses distances et s’était opposée à lui en utilisant de magnifiques coups de pied.

Frappant le sol d’un pied, Rangetsu avait utilisé un savant mélange de puissance et de subtilité pour effectuer une série de coups de pied à la tête, au ventre et aux chevilles de Fergus.

Étant donné les jambes puissantes d’un loup-garou, même un vampire ne pourrait pas s’en sortir indemne s’il était frappé directement par ça.

Cependant, Fergus était actuellement un monstre qui avait surpassé les vampires.

Chaque fois qu’elle frappait sa cible, Rangetsu ne sentait que la douleur sourde dans sa jambe augmenter.

Tandis que Rangetsu épuisait progressivement son énergie, si elle devait être frappée par ses bras oscillants, sa chair serait sûrement arrachée jusqu’avec les os en dessous.

En revanche, Fergus n’avait pas été du tout affecté. En regardant sur les parties qui avaient été frappées, il semblerait que les attaques de Rangetsu n’avaient réussi qu’à le chatouiller.

Puis la bataille avait atteint un point critique.

Utilisant à l’origine une vitesse étonnante pour maintenir l’égalité dans la bataille, Rangetsu s’était soudainement arrêtée dans ses mouvements de jambes.

Son beau visage était rempli de douleur et de fatigue.

Voyant son méprisable ennemi cesser d’attaquer, Fergus avait ri.

C’était le visage rieur d’un carnivore sur le point de s’en sortir victorieux.

Après avoir rugi, il leva ses bras puissants, les balançant vers le bas sur la tête de Rangetsu — .

Mais, Rangetsu avait instantanément disparu.

Les griffes acérées de Fergus s’enfonçaient dans l’espace vide, n’attrapant que sa veste.

Alors qu’il semblait surpris, un soupir vint de derrière.

« Je le savais... Seule cette méthode fonctionnerait. »

Avant qu’il ne puisse se retourner, Rangetsu s’était tendu et avait attrapé ses bras par le dessous des aisselles, scellant ainsi ses mouvements.

Le combat au corps à corps était dès le début défavorable pour Rangetsu. Même si elle avait un léger avantage en vitesse, elle allait tôt ou tard perdre à cause de l’épuisement.

Par conséquent, elle ne pouvait faire cela que pour le vaincre définitivement.

« Kariya-san, dépêchez-vous !! » cria Rangetsu d’urgence. Ce n’est qu’alors que Kirika remarqua la présence d’Eruru.

Arrivante un peu après Rangetsu, Eruru leva faiblement le bras, pointant le canon sacré Argentum sur Fergus.

Tout ce qu’elle avait à faire était de viser le cœur.

Pour que les balles d’argent produisent le plus grand effet contre les vampires, il fallait tirer dans le cœur.

Cependant, même un amateur comme Kirika pouvait facilement voir que le tir actuel était plein de risques.

Les avant-bras d’Eruru étaient enflés et meurtris, et c’était clairement une blessure récente.

Mais ce que Kirika ne savait pas, c’était qu’Eruru avait été blessée quand Fergus s’était évadé de prison. Heureusement, ses bras n’étaient pas cassés, mais même les soulever lui prenait toute sa force.

Et c’était d’autant plus dur avec Rangetsu juste derrière la cible.

Compte tenu de la robustesse de la musculature améliorée actuelle de Fergus, il n’y avait probablement pas lieu de s’inquiéter de la pénétration de la balle dans son corps.

Mais dans le cas où elle aurait tiré sur Rangetsu, la balle d’argent pourrait très bien lui coûter la vie.

Mais c’était probablement la seule chance. Si elle ne parvenait pas à frapper le cœur et à produire un coup critique, il la tuerait sûrement en retour.

La douleur et la pression faisaient hésiter Eruru. Le canon d’Argentum tremblait aussi en raison de l’hésitation de son cœur.

« N’hésitez pas, dépêchez-vous et tirez ! » Rangetsu avait désespérément retenu Fergus et avait crié après Eruru.

Au même moment, Eruru écarquilla les yeux et appuya sur la détente.

Le recul de l’arme avait causé une douleur immense à ses bras blessés.

Puis — La balle s’était éloignée de sa cible.

Bien qu’elle ait frappé le corps de Fergus, la balle avait pénétré le centre de sa poitrine.

Toutes celles qui étaient présentes grinçaient des dents alors que le désespoir envahissait leur cœur.

Eruru voulait recommencer à tirer, mais elle ne pouvait supporter la douleur dans son bras. En un rien de temps, l’arme avait glissé et était tombée par terre.

Rangetsu ne pouvait plus retenir Fergus et il s’était échappé.

La bête avait retrouvé sa liberté.

†††

Partie 7

Après avoir souffert d’une balle d’argent, ses mouvements avaient également été retardés au moment de la libération.

Ce bref moment était tout ce qui était nécessaire.

« Ça fait un bail. »

Ces mots s’adressaient probablement à toutes les personnes présentes.

La première à réagir fut Mei qui avait finalement repris connaissance.

« C’est vous... ! »

Rushella se tenait devant leurs yeux.

Comprenant la situation d’un simple coup d’œil sur la scène, elle avait immédiatement chargé à Fergus.

Les deux vampires s’étaient croisés. Rushella tenait son épée courte habituelle dans sa main.

La lame avait percé la poitrine gauche de Fergus sans hésitation.

« Gah... »

Accompagné d’un gémissement douloureux, le sang avait jailli de la bouche de Fergus.

Rushella était restée inébranlable, utilisant son autre main pour pousser la poignée de son épée, enfouissant la lame profondément dans sa poitrine.

Le sang avait jailli de la blessure, colorant le visage de Rushella en rouge.

C’était apparemment l’opposition silencieuse de Fergus. Rushella leva les yeux vers lui avec une expression sinistre.

Alors qu’il était devenu chauve avec un visage en décomposition, son ancien visage n’existait plus.

Néanmoins, ses yeux injectés de sang avaient semblé indiquer qu’il avait retrouvé sa santé mentale en tant qu’ancien Pur parmi les Purs.

Alors qu’il regardait son ennemi avec dédain, il se moqua du Véritable Ancien qui était censé le dépasser.

« ... ! ? »

Rushella ne comprenait pas ses intentions, mais Fergus riait avec encore moins de retenue.

« Après ça, c’est ton tour, » déclara Fergus.

« Que veux-tu dire... !? » demanda Rushella.

« Tu deviendras aussi comme ça. » Fergus avait ri en répondant.

Son rire donnait la chair de poule à toutes les auditrices. Les rires qui déchiraient les oreilles ne montraient aucun signe de vouloir s’arrêter.

Tout en riant, il se transforma lentement en cendre.

Son corps s’était effondré au milieu des rires, puis les cendres se dispersèrent dans l’air avec son corps tremblant.

Ses jambes s’étaient déjà érodées tandis que ses bras se dispersaient en poussière.

Mais seul son rire restait dans l’air.

Son corps s’était effondré, sa poitrine s’était décomposée, son visage s’était effondré, et finalement tout son corps était revenu au néant. Seul son rire résonnait dans leurs oreilles, se répétant sans cesse.

L’environnement était redevenu silencieux, mais tout le monde était enveloppé dans une atmosphère lourde.

Après un long moment, Rushella avait pris sa courte épée et se prépara rapidement à partir.

Eruru se précipita pour la bloquer.

« Attendez, êtes-vous venue ici dans un but précis ? » demanda Eruru.

« ... Il n’y en a plus maintenant, » répondit Rushella.

« Très probablement, vous vouliez interroger ce vampire qui vient d’être détruit ? Ou peut-être vouliez-vous consulter les informations de la Section des Enquêtes Surnaturelles, n’est-ce pas ? Malheureusement, le Pur parmi les Purs a été détruit avant que vous ne puissiez l’interroger. Je lui ai déjà demandé ce que vous vouliez lui demander. Restez ici si vous voulez connaître la réponse, » déclara Eruru.

« ... »

Entendant la suggestion d’Eruru, Rushella semblait indécise.

Frottant l’arrière de sa tête qui palpitait encore de douleur, Mei déclara. « Je pourrais garder ça secret si vous ne voulez pas que Hi-kun le sache. Vous me devez cette faveur pour le restant de votre vie. »

Puis Rangetsu essaya aussi de persuader Rushella de rester. Appuyant son corps épuisé contre le mur, elle croisa les bras et dit : « Je peux immédiatement vous préparer une chambre. Peut-être qu’un Véritable Ancien n’aimerait pas rester dans ce genre d’endroit délabré. »

« ... » Rushella baissa les yeux.

Finalement, Kirika se précipita et lui tapota l’épaule.

« Dans tous les cas... On va avoir une bonne discussion ensemble, d’accord ? Avez-vous bien mangé ? Kujou-kun s’inquiète aussi beaucoup pour vous... »

Kirika fixa le visage de Rushella alors qu’elle le lui demandait.

Mais le visage de Rushella resta sombre.

Alors que Kirika essayait de la convaincre, Rushella s’était soudain mise à genoux alors qu’elle se tenait la poitrine.

« Hé, qu’est-ce qui ne va pas !? » Kirika s’était penchée pour lui demander.

Mais Rushella avait levé la main pour l’arrêter.

« Ne venez pas... Allez-vous-en ! » déclara Rushella.

« De quoi parlez-vous !? Qu’est-ce qui se passe !? » demanda Kirika.

Kirika se pencha dans l’inquiétude, mais elle comprit immédiatement ce que Rushella voulait dire.

Les yeux de Rushella brillaient d’une lumière rouge éblouissante.

Des crocs blancs — plus aiguisés et plus longs.

Plus important encore, son beau visage était envahi par la soif.

Vu la façon dont elle haletait, Kirika en avait été témoin il y a quelque temps.

Elle avait déjà presque été mordue par ces crocs vicieux, le baiser du vampire.

En un rien de temps, Rushella s’était levée et avait mis ses lèvres près du cou de Kirika.

« Stop, partez » — quelqu’un avait crié pas très loin.

Mais Rushella avait vite repris ses esprits.

Craignant, elle s’était tenu dans se bras et elle se retira loin de Kirika.

Le regard de tout le monde la mettait mal à l’aise. Rushella secouait la tête comme si elle essayait de se renier.

Puis elle était sortie en courant.

« Attendez... ! » Kirika voulait la poursuivre, mais une voix douloureuse et triste l’arrêta.

« Partez... Ne venez pas proche de moi ! » Rushella avait disparu dans les profondeurs du passage.

Personne ne l’avait poursuivie.

Pour une raison ou une autre, aucun d’entre eux n’était prêt à se lancer à la poursuite.

Tous les quatre échangèrent silencieusement leurs regards. Peu après, Rangetsu avait pris la parole en premier : « Cette enfant... La situation n’est-elle pas très mauvaise ? Elle a l’air terriblement assoiffée, nous devons prendre des contre-mesures rapidement. »

Personne ne pouvait s’y opposer.

Seule Kirika semblait avoir quelque chose à dire, mais à la fin, elle n’avait pas parlé.

Même si elle essayait de s’y opposer, elle n’était pas du tout convaincante en ce moment, étant donné qu’elle était presque devenue une victime à l’instant.

« Elle n’est pas vraiment stupide, elle est juste confuse en ce moment. Eh bien... Elle devrait pouvoir sortir. Mais qu’en est-il après ça ? Une fois qu’elle se sera calmée, je dirigerai personnellement une équipe pour la capturer... Qu’est-ce que vous en dites ? » demanda Rangetsu à Eruru.

Eruru hésita un moment puis acquiesça d’un signe de tête.

« Pensez-vous que cette enfant attrapera et mordra les humains ? Eh bien, elle n’est pas loin de ses limites..., » Mei analysa la situation et demanda à Eruru et Rangetsu.

Avec une expression grave, Eruru avait expliqué l’horrible vérité sur les vampires.

« Normalement, la force d’un vampire est proportionnelle à la qualité et à la quantité de sang qu’il a sucé. Ainsi, un vampire qui n’a pas bu de sang depuis longtemps s’affaiblit progressivement, devenant finalement encore plus faible qu’un humain. Cependant, une fois que la soif atteint une limite, leur force augmentera à la place de façon spectaculaire. Cela les transforme en bêtes qui ne savent que boire le sang, abandonnant toute pensée rationnelle, » déclara Eruru.

« Je le sais déjà à cause du spectacle tragique que j’ai vu tout à l’heure. C’est comme un dernier coup de force avant de mourir de faim, c’est ce que vous voulez dire ? » demanda Mei.

« Les vampires ne connaissaient pas le concept de mourir de faim. Avant d’atteindre la limite absolue de la soif, ils perdront d’abord leur santé mentale. Alors la destruction est leur seul salut, » répondit Eruru.

« Impossible... de faire demi-tour ? » En entendant la déclaration froide d’Eruru, Kirika demanda avec pitié.

« ... Cela dépend de la situation et du moment. S’ils obtiennent du sang peu de temps après avoir perdu l’esprit, ils peuvent généralement retrouver leur sens de soi. Cependant, il y a beaucoup de vampires qui sont incapables d’affronter la honte et l’humiliation de leur comportement. Surtout les vampires de haut rang, il s’agit pour eux d’une humiliation mortifiante, » répondit Eruru.

« Alors... Que se passera-t-il si plus de temps passe ? » demanda Kirika.

« Alors il n’y a pas de retour en arrière. Peu importe la quantité de sang qu’ils boivent, leur désir ne peut être satisfait. N’attaquant que des humains sans arrêt, buvant du sang sans pause. Bien que les victimes seront nombreuses, ce type de vampire périra généralement après une nuit, ce qui est la seule bonne nouvelle parmi les mauvaises nouvelles, » déclara Eruru.

« Qu’est-ce que vous voulez dire ? Ce genre de vampire déchaîné va se calmer après une nuit ? Mais n’est-il pas impossible de retrouver la raison ? » demanda Mei naturellement.

Rangetsu avait répondu à la place d’Eruru. « C’est précisément parce qu’ils ont perdu la tête. Ces monstres ne font que boire le sang, ne pensant à rien d’autre, et même pas remarquer quand le soleil se lève. »

« Oh... J’ai compris maintenant, » déclara Mei.

« Oui. Ils ne savent plus comment éviter la lumière du soleil. Par conséquent, peu importe la violence, ils périssent à la fin. Même s’ils étaient à l’intérieur, tant qu’il n’y a pas de proie, ils finiront par sortir. Comme dans cet incident, en mettant de côté les victimes, le laisser tranquille est la méthode la plus facile. De plus, le sort final de la soif critique s’applique également aux dhampires. N’essayez pas non plus de tester vos limites, » déclara Rangetsu.

La dernière phrase avait été prononcée à l’égard d’Eruru.

Eruru avait évité le contact visuel, mais n’avait pas pu se soustraire à ce commentaire.

« Je sais, je sais. À propos de Rushella... Faites ce que vous voulez. Quoi qu’il en soit, nous partons, » Eruru avait quitté le salon dévasté des visiteurs.

Mei et Kirika suivirent et demandèrent tranquillement ici.

« Hey hey hey... Est-ce tout ? » demanda Mei.

« Ne devrions-nous pas dire à Kujou-kun... ? » demanda Kirika.

« Il est actuellement inutile. Nous ne pouvons compter que sur nous-mêmes pour résoudre ce problème, » déclara Eruru.

La réponse d’Eruru fit que Mei et Kirika échangeaient des regards.

Cependant, Eruru continua sans expression :

« Capturer Rushella n’était pas impossible plus tôt, mais cela signifierait sûrement la livrer à la Section des Enquêtes Surnaturelles. Comme ce genre de tragédie vient de se produire, elle risque d’être exécutée sur le champ. Pour elle, j’ai d’abord dû la laisser s’échapper dehors, même si c’est très gênant. »

« Eruru-chan... Bien joué, » déclara Mei.

« Vous auriez dû nous le dire franchement dès le début. Ce que vous voulez dire, c’est qu’on doit la trouver avant la police, non ? » demanda Kirika.

« Je ne forcerai aucune de vous. Rejoignez-nous seulement si vous le souhaitez, » déclara Eruru.

Les deux filles avaient tiré sur les joues du visage de poker d’Eruru dans des directions opposées.

« Sérieusement, vous êtes une vraie tsundere ❤, » déclara Mei.

« Vous devriez être gâtée par vos aînées de temps en temps, » déclara Kirika.

« ... Arrêtez ça. Et aussi, arrêtez de me tirer le visage, » déclara Eruru.

« Si adorable. Gentille fille ❤, » déclara Mei.

« Vous vous taisez tout le temps, mais je ne savais pas que vous étiez si prévenante pour Kujou-kun ~ ~ ~ peut-être que vous êtes en vérité ma plus grande rivale, » déclara Kirika.

« Arrêtez tout de suite ! Arrêtez de me tirer le visage par-ci par-là ! » cria Eruru.

Le trio s’en alla au milieu des blagues et des rires.

Rangetsu les observait en se sentant impuissante.

« ... J’ai entendu tout ça, vous savez ? Ne connaissez-vous pas l’audition d’un loup-garou ? Ou plutôt... l’avez-vous fait exprès ? » marmonna Rangetsu d’un air ironique. Naturellement, personne n’avait répondu à ses questions.

†††

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire