La Croix d’Argent et Dracula – Tome 5 – Chapitre 3 – Partie 3

Bannière de La Croix d’Argent et Dracula †††

Chapitre 3 : La Furie du Pourpre

Partie 3

Tremblant légèrement, Eruru déclara.

« Les vampires consomment le sang humain pour drainer l’âme et augmenter leurs serviteurs. Cependant, il y a aussi des rumeurs selon lesquelles le fait de partager son sang avec d’autres personnes peut aussi créer des serviteurs supplémentaires. Mais d’après ce que j’ai entendu, ces tentatives échouent généralement. Les humains qui ont obtenu du sang de vampire sont devenus des monstruosités, ni vampire ni humain... Ces rumeurs proviennent-elles de l’histoire dont vous parlez ? Ces douze femmes avaient bu le sang de Dieu une fois. Néanmoins, elles ont peut-être été punies pour avoir souillé le corps de Dieu, ou peut-être n’ont elles pas été capables de résister à la puissance qu’elles avaient absorbée. Elles ont été punies d’un châtiment éternel. Ce sont donc les... Véritables Anciens !? »

« Peut-être. C’est tout ce que les rumeurs disent. Je n’ai aucun moyen d’en savoir plus. Mais il y a une chose pour laquelle tu as raison. Un vampire qui partage son propre sang avec quelqu’un d’autre, c’est tabou pour commencer. C’est très probablement une loi décidée par les Véritables Anciens eux-mêmes, » déclara Fergus.

Le mystère qui avait occupé le cœur d’Eruru pendant de nombreuses années avait finalement été élucidé.

Pourquoi la plupart des vampires avaient-ils une préférence unique pour le vin rouge et pourquoi craignaient-ils la croix ?

Tout cela découlait de la révérence envers Lui.

« ... Alors quoi ? C’est tout ce que tu voulais savoir ? Je doute que tu aies fait tout ce chemin pour écouter des rumeurs invérifiables, n’est-ce pas ? » demanda Fergus.

« Naturellement, abordons maintenant le vrai sujet. Après la mort des Véritables Anciens, vous aviez peur que la pureté de la lignée vampirique soit compromise, c’est pourquoi il y a dix ans, vous avez décidé de demander l’aide de la mère nourricière de Kujou-san, » déclara Eruru.

« Et alors ? » demanda Fergus.

« ... Mais après votre réveil sous la mer, vous avez insisté pour aller auprès de Rushella. Comme Miraluka n’était plus là, donc changer de cible était logique. Mais vous avez apparemment dit à Rushella que Miraluka était la dernière Véritable Ancien il y a dix ans. Alors pourquoi avez-vous choisi Rushella ? Si ce que vous avez dit est vrai, alors ce n’est pas une Véritable Ancien. Et pour vous qui insistez tant sur les lignées sanguines, seuls les Véritables Anciens ou autres Purs parmi les Purs devraient être ceux qui pourraient attirer votre regard. Que se passe-t-il ? » Eruru aborda la question centrale, et son ton de voix devient fort.

En revanche, les lèvres sèches de Fergus s’étaient plissées en un sourire de plaisir.

« Je suis né comme l’un des Purs parmi les Purs précisément à cause d’une insistance sur les lignées sanguines. Il devrait y avoir beaucoup d’autres personnes d’autres lignées qui sont d’accord avec moi, » déclara Fergus.

« Et alors ? Les notions stupides des vampires sur la pureté du sang n’ont rien à voir avec moi, » déclara Eruru.

« Les humains ne sont-ils pas pareils ? Depuis l’antiquité, combien de dynasties ont recherché la pureté du sang en créant des candidates successeures pour maintenir les lignées sanguines ? Si les mortels peuvent trouver des solutions, pourquoi ne pourrions-nous pas le faire, nous les vampires ? » demanda Fergus.

« Candidates successeures... Pas possible !? » s’écria Eruru.

« Les Véritables Anciens originaux étaient au nombre de douze. Mais lorsque les Véritables Anciens survivants furent réduits de moitié, les partisans de la pureté du sang dans les clans commencèrent à agir. Si la destruction était possible, la création l’était aussi. Les Véritables Anciens seraient créés une fois de plus ! Créée pour devenir les candidates à la pureté du sang ! » déclara Fergus.

Une lumière rouge étincelante avait jailli des yeux de Fergus.

Mais Eruru l’avait ignoré. Son attention s’était concentrée sur l’organisation des informations qu’elle avait recueillies jusqu’à présent.

« Contrairement aux Véritables Anciens, les candidates inhabituelles... Comment les créer ? Le sang de Dieu... Non, si c’était le cas, Rushella devrait être plus... Hé, qu’est-ce que vous faites !? » s’écria Eruru.

Eruru avait retrouvé ses esprits et avait pointé son arme directement vers Fergus.

Le vampire devant elle luttait pour se libérer des chaînes.

« Futile. Dans votre état affaibli, votre corps ne peut pas briser les chaînes. Même si vous luttez pour votre liberté, je ne vous laisserai pas partir. Même si vous réussissiez à m’échapper, croyez-vous que vous pouvez vous en sortir vivant ? » demanda Eruru.

« C’est vrai... Oui... Je ne peux plus... je ne peux plus... le faire..., » déclara Fergus.

Son ton de voix montrait sa résignation à son sort.

Cependant, cela rendait Eruru encore plus méfiante.

Ce vampire s’inclinera-t-il devant les autres si facilement, étant donné qu’il était un autoritariste au plus profond de lui-même ?

Non, c’était louche depuis le début.

Bien qu’il ait d’abord été emprisonné ici, privé de sa liberté, divulguerait-il si facilement des informations sur la véritable nature des vampires ?

De plus, la personne qui l’interrogeait était une dhampire méprisée avec qui il ne daignerait même pas parler avec en premier lieu.

C’est trop bizarre.

Quelque chose n’allait pas du tout dans la situation.

« Qu’est-ce que vous complotez ? N’essayez pas de résister inutilement ! » s’écria Eruru.

« Ce n’est pas futile... Dans tous les cas, tu seras prise au dépourvu. Il suffit d’y parvenir. Je ne désire rien de plus. En dehors de cela, je suis impuissant..., » déclara Fergus.

Son corps émacié dégageait une extraordinaire aura de violence.

À l’origine maigre comme de fins bouts de bois, ses bras devinrent soudain musclés, tirant les chaînes présentes sur ses bras tendus.

Ses crocs devenaient longs et ses griffes devenaient acérées.

Ses yeux pourpres brillaient de plus en plus.

« D’où vient ce pouvoir ? Avez-vous bu du sang ? Non, impossible... » s’écria Eruru.

« En effet... Tu ne m’as jamais donné de sang. Un vampire de haut niveau comme moi peut endurer la soif, c’est ce que tu as estimé. C’est un jugement correct. J’ai donc saisi les occasions de me faire saigner, » déclara Fergus.

« ... !? »

« ... Aucun d’entre vous ne se souciait de mes automutilations. En me voyant saigner, en ayant de plus en plus soif, vous n’avez traité cela que comme de la fatigue d’avoir été emprisonné ici... Tu n’as personne d’autre à blâmer pour ton malheur... ! » déclara Fergus.

Eruru avait finalement compris les intentions de Fergus.

Le pouvoir d’un vampire s’affaiblissait progressivement s’il était continuellement privé de sang.

Et cela allait jusqu’à enfin tomber à un niveau humain en force ou même plus bas.

Mais quand la soif atteignait une limite, leur force augmentait considérablement.

Tout comme l’éclat final avant qu’une bougie ne finisse, un vampire perdait sa raison pour devenir une bête, alors que leur conscience n’était consumée que par la pensée de satisfaire leur soif.

Le fait de parler plus tôt était la tentative de Fergus de gagner du temps.

Avant qu’Eruru n’atteigne cette cellule, sa soif approchait déjà de ses limites.

Après l’arrivée d’Eruru, il lui suffisait d’attendre encore un peu.

Il avait donc seulement choisi de répondre aux questions d’Eruru pour ne pas éveiller ses soupçons.

« Arrêtez... Un dernier combat avant de mourir est inutile. Et pour un vampire de haut niveau comme vous, n’est-ce pas la plus grande humiliation ? » demanda Eruru.

« Humiliation ? J’en ai assez... !! Dire que je serais vaincu par une bande d’humbles humains et enfermé dans ce genre d’endroit, c’est absolument la plus grande humiliation irrémédiable... Dans ce cas, je t’emmènerai au moins tout en bas pour accompagner mon voyage en enfer ! » cria Fergus.

Eruru avait réagi juste au moment où il avait fini de parler. Sans aucune hésitation, elle leva le pistolet et tira sur Fergus entre les deux yeux, mais il se déroba.

En le voyant éviter un coup de feu tiré à bout portant, Eruru ne pouvait s’empêcher d’être tendue.

Puis les chaînes s’étaient brisées.

Devant elle, il y avait une bête sans cage qui se léchait les lèvres, alors que son haleine empestait intensément le sang.

« Je vais abandonner mon être !! » cria Fergus.

Instantanément, des hurlements retentirent à travers la prison.

Ce fut la chute d’un vampire et la naissance d’une bête féroce.

Eruru voulait l’attaquer, mais une griffe violente lui avait frappé l’abdomen.

Les cinq doigts étalés s’étaient enfoncés dans son corps et lui avaient déchiré la peau.

Alors qu’elle était incapable d’éviter ça à temps, le petit corps d’Eruru avait frappé la porte de la prison.

Elle avait à peine réussi à croiser les bras en position défensive pour atténuer l’impact, mais ce n’était pas très significatif.

La différence de puissance était écrasante.

L’impact massif sur l’arrière de sa tête lui avait provoqué une vague de vertiges.

Dans sa conscience floue, Eruru vit la bête devant elle.

Une bête vêtue d’un corps fort et musclé.

Ses crocs et ses griffes étaient longs et tranchants. Les cheveux et la barbe, tous les deux blonds, étaient en désordre. La longue langue pendait à l’extérieur de sa bouche, se léchant les lèvres de temps en temps.

Sans se soucier de la bave qui coulait du coin de sa bouche, les yeux injectés de sang de Fergus fixaient Eruru.

Même le blanc de ses yeux était d’un rouge sang. Pas la moindre once de bon sens n’avait pu être trouvée dans ses yeux.

Eruru n’avait aucune puissance à offrir pour lui résister.

À ce moment critique, la porte s’était soudainement ouverte derrière elle.

« Que s’est-il passé ? » Remarquant la situation inhabituelle, Rangetsu avait passé par la porte.

Prenant Eruru dans ses bras, elle avait instantanément compris la situation actuelle en raison de la puanteur bestiale qui remplissait l’intérieur de la cellule de la prison.

Au même moment, elle remarqua que Fergus s’approchait.

Rangetsu avait pris une position défensive, essayant de soumettre le prisonnier.

Cependant, elle avait reçu un violent coup de pied au ventre.

L’impact avait presque plié son corps en forme de L tandis qu’une envie de vomir se levait le long de sa gorge.

En fin de compte, elle l’avait enduré et avait contre-attaqué avec son coude, mais un impact sur son tronc cérébral l’avait paralysée.

Bien que cela ne lui avait pas fait perdre conscience, Rangetsu ne pouvait plus se tenir debout et s’était effondrée sur le sol.

Après s’être évanouie brièvement, Eruru s’était réveillée la première et avait lutté pour se relever.

« Cela va-t-il... ? » demanda Eruru.

« Assez bien. Mais oubliez la puissance, je n’arrive pas à croire que j’ai même perdu en termes de vitesse, inacceptable... Cela concerne mon honneur. Au fait, qu’est-ce que c’est que cette chose... ? Les vampires sont-ils des monstres aussi absurdes ? » demanda Rangetsu.

« Il a déjà abandonné sa rationalité. En se laissant délibérément atteindre la limite de sa soif, il a tout abandonné pour une ultime explosion de puissance massive. Il est après tout l’un des Purs parmi les Purs. C’est vraiment terrible, » déclara Eruru.

« Je vois. Mais pourquoi n’a-t-il pas essayé de nous tuer ? Pour être honnête, je ne peux pas encaisser un autre coup direct, » demanda Rangetsu.

Tenant douloureusement l’arrière de sa tête, Rangetsu avait gémi.

Bien qu’elle appartenait à la race des loups-garous dont l’immortalité était comparable à celle des vampires, elle était incapable de parer l’attaque tout à l’heure.

De plus, il faisait actuellement jour. Sans la lune, son corps ne pourrait pas faire ressortir sa véritable puissance.

« Ce type n’a plus de raison. Tout ce qui reste dans son corps est le désir fondamental de boire du sang. Et nous avons été exclues, » répondit Eruru.

« Les monstres et les hybrides ne valent rien pour lui. Il veut boire du sang humain pur... Et le sang d’une vierge est le meilleur choix, n’est-ce pas ? » demanda Rangetsu.

Rangetsu avait compris la situation et avait immédiatement donné des ordres par radio.

L’installation devait être isolée le plus rapidement possible afin que le vampire en furie puisse être exterminé.

« Veuillez évacuer tout le personnel non armé, en particulier les femmes. Maintenant, ils seront immédiatement mordus à la gorge et tués dès qu’ils lui feront face, » déclara Rangetsu.

« Je comprends ! Nous devons aussi nous dépêcher ! » Eruru acquiesça d’un signe de tête et entra en action avec Rangetsu.

La tragédie qui avait frappé cette prison souterraine du quartier général du DPM ne devait plus se reproduire.

Afin de suivre le loup-garou rapide, Eruru avait couru aussi vite qu’elle le pouvait.

†††

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire