La Croix d’Argent et Dracula – Tome 5 – Chapitre 2 – Partie 5

Bannière de La Croix d’Argent et Dracula †††

Chapitre 2 : La Confusion du Pourpre

Partie 5

« Si soif. » Se tenant seule dans une certaine ruine, elle murmura cela.

Son visage était rempli d’une profonde fatigue.

Ce n’était guère inattendu. Après tout, elle n’avait pas bu de sang depuis plus d’un mois déjà.

Assise sur une chaise décrépite, elle inclina la tête.

Elle ressemblait à un agneau perdu, priant en contrition pour le pardon de Dieu.

Le fait de se repentir pour vampire serait une blague, mais vu l’endroit, ça pourrait après tout être approprié.

La cachette actuelle de Rushella était une église où les gens priaient Dieu.

Bien qu’elle ait décidé de quitter la ville de Seidou, elle ne voulait pas aller trop loin.

La persistance de ses attaches était peut-être en partie responsable de cette situation. De plus, elle sentait que la clé de ses origines mystérieuses se trouvait certainement quelque part près de l’endroit où elle s’était réveillée.

C’est pourquoi elle avait décidé de se poster dans une ville voisine proche de la ville de Seidou.

Elle devait éviter autant que possible les personnes pour empêcher Hisui et les autres de la découvrir. Une cachette convenable devait l’abriter des rayons directs du soleil pendant la journée. Finalement, Rushella avait choisi de rester ici.

Personne ne s’attendrait à ce qu’un vampire se cache dans une église.

En premier lieu, les terres sacrées repousseraient les monstres.

Au début, Rushella se sentait également repoussée par cet endroit, mais après son arrivée, elle avait trouvé que c’était un endroit calme et paisible.

Cet endroit avait été abandonné depuis longtemps. Les symboles sacrés comme les croix et les statues de la Vierge Marie avaient depuis longtemps été déplacés. En plus du fait que les gens fréquentaient rarement cet endroit, c’était une cachette idéale.

Sombre pendant la journée, cet endroit avait même un sous-sol.

Rushella n’avait donc pas hésité à cacher son cercueil bien en vue dans le sous-sol, utilisant cet endroit comme repaire tout en commençant à enquêter sur ses origines.

Néanmoins, elle n’avait rien trouvé.

En fait, elle avait déjà fait tout ce qu’elle pouvait avec Hisui.

Après avoir rencontré Eruru, ils avaient même emprunté les pouvoirs de la Section des Enquêtes Surnaturelles.

Même alors, ils n’avaient rien trouvé.

De plus, Rushella ne consacrait pas tous ses efforts.

Elle n’osait pas sortir.

Plutôt que de craindre la lumière du soleil, elle craignait de rencontrer des humains.

L’envie irrépressible de boire du sang lui faisait peur.

Une semaine après avoir quitté Hisui, un intense « désir » avait jailli de son corps.

C’était un désir qui remplissait quelqu’un d’une folie déchirante.

En conséquence, elle passa presque toute la journée cachée dans son cercueil, à s’habituer à ce désir. Cependant, il semblait aussi y avoir quelque chose de sombre qui bouillonnait et tournait à l’intérieur de son corps.

Une fois qu’elle avait découvert ce fait, elle n’avait pas osé sortir.

Cachée toute la journée dans son cercueil, elle s’était endormie.

En vérité, si elle en avait l’intention, obtenir du sang n’était rien de difficile.

Rien qu’en utilisant les Yeux Mystiques, elle pouvait boire du sang sans mordre vraiment la personne.

Mais pour une raison inconnue, elle n’avait pas voulu le faire.

Chaque fois qu’elle y pensait, le visage d’Hisui faisait toujours surface dans son esprit.

L’Hisui dans son esprit ne montrait pas de signes de réprimande dans son expression, mais plutôt de tristesse.

Cela l’empêchait d’utiliser les Yeux Mystiques. Rushella n’avait pas d’autre choix que d’abandonner l’idée.

Finalement, tout ce qu’elle avait réussi à faire, c’est prendre une douche dans un café voisin.

De plus, elle n’avait utilisé que les Yeux Mystiques pour éviter l’inscription, car elle avait quand même payé correctement l’entrée.

Elle l’avait fait parce qu’elle ne pouvait s’empêcher de se rappeler des paroles d’Hisui — Tu dois suivre les règles et payer correctement.

Mais cela signifiait que l’argent qu’elle avait apporté diminuait.

Elle avait pris tout l’argent restant de l’échange de certaines de ses pièces d’or, mais le reste des pièces avait été laissé chez Hisui. Elle était presque sans le sou maintenant.

Rushella savait ce que cela signifiait en termes de survie dans la société humaine.

« ... Je suppose que je vais devoir prendre un travail. »

Elle s’était murmurée à elle-même, mais personne n’avait répondu d’une manière taquine.

Si Hisui ou Mei l’entendaient, ils diraient sûrement : « Ça ne marchera pas pour toi » ou « Tu finiras par causer plus d’ennuis que d’aider. »

« H-Hmph ! Pourquoi dois-je faire quelque chose d’aussi bas !? Je suis l’existence à laquelle les humains devraient faire des offrandes. Cette maigre somme d’argent, va la gagner toi-même avec ton sang et ta sueur ! »

Même s’il n’y avait personne qui lui faisait des répliques directes, elle avait prononcé ces mots toute seule.

« Toi » — Hisui n’était clairement pas là.

Sa vue s’était soudain brouillée.

Afin d’empêcher les larmes de tomber, Rushella s’essuya désespérément les yeux avec le dos de sa main.

Finalement, elle soupira, se leva et sortit, répétant sa marche quotidienne sans but.

C’était presque le coucher du soleil, alors elle n’avait pas à craindre la lumière du soleil.

En marchant en rond, elle atteignit une rue commerçante bien achalandée.

Cet endroit était animé et prospère. Les décorations de Noël étaient exceptionnellement frappantes.

Même si c’était encore dans quelques jours, les ventes de Noël avaient déjà commencé.

« Noël, Hmm... »

C’était un jour tabou et de danger pour les vampires. Se cacher toute la journée à la maison serait le bon choix.

Mais selon ce qu’Hisui avait dit, cela ne s’appliquait qu’aux villes européennes où la foi pieuse était encore présente. Au Japon, il n’y aurait pas eu de danger tant que les vampires restaient à l’écart des vraies églises.

Hisui avait dit que les gens qui marchaient dans les rues ce jour-là étaient comme lui, sans se soucier de célébrer la naissance du fils de Dieu. Noël n’était rien de plus qu’une excuse pour que les couples deviennent intimes.

Selon Hisui, sa mère adoptive effectuait cette journée d’une manière solennelle, l’exhortant même à se dépêcher et à trouver une petite amie pour passer une nuit passionnée ensemble. Quand Hisui avait parlé de ce sujet, Rushella l’avait giflé pour une raison inconnue.

« Hmph, les frimeurs. »

Rushella avait maudit ce couple du passé.

Leur discussion sur les arrangements de Noël l’avait rendue très mécontente.

Hisui... Quels étaient ses plans ?

Cette année, il n’était plus seul. Il allait passer de bonnes vacances en couple ?

Serrant le poing, Rushella avait continué à marcher sans but dans la rue sous le ciel nocturne.

Elle n’avait pas arrêté de marcher.

Elle cherchait l’endroit où elle appartenait, dont l’emplacement était inconnu.

« Même la sorcière n’a rien... Alors il ne reste que cette personne. »

Rushella ouvrit ses lèvres et confia le tout à une toute petite espérance.

Les rares qui connaissaient la vérité sur les Véritables Anciens.

Le vampire pur parmi les purs dont le pouvoir n’était que le second après les Véritables Anciens.

Ce type était probablement toujours emprisonné à la Section des Enquêtes Surnaturelles.

Le pur parmi les purs — Fergus von Blitz.

Serrant le poing, Rushella décida de lui rendre visite.

†††

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire